Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147PREMIERE PARTIERepenser la fragmentation palestinie(…)

PREMIERE PARTIE

Repenser la fragmentation palestinienne après 20051

Thoughts toward a reconsideration of Palestinian Fragmentation post-2005
Xavier Guignard et Leila Seurat

Texte intégral

  • 1 Les auteurs remercient les relecteurs anonymes et les membres du comité de rédaction de la REMMM po (...)
  • 2 La distinction entre « Juifs » et « Arabes » est héritée de la période mandataire (1920-1948), puis (...)

1Penser la Palestine en ce début de XXIsiècle, c’est se confronter au sens commun de sa prétendue « disparition ». Celle-ci se voit d’abord dans l’éclatement d’une population qui s’inscrit dans une multitude de réalités parallèles : réfugiés qui, au Liban, demandent le « droit à l’exil » pour pallier leur retour impossible ou, en Syrie, s’engagent – parfois sous contrainte – dans une guerre civile qui les jette dans un second exil  ; Palestiniens d’Israël (que l’on appelle parfois improprement « Arabes israéliens2 ») confirmés dans leur statut de minorité au côté des citoyens juifs  ; ou Palestiniens des territoires occupés déchirés entre deux pouvoirs concurrents à Ramallah et à Gaza. Parler de disparition de la Palestine, c’est également pointer l’érosion des réalités matérielles de sa condition étatique : un territoire morcelé, une souveraineté entravée, une économie et des finances sous contrôle israélien. L’expression fait enfin référence à la marginalisation de la « cause » ou à sa relégation tant par les dirigeants que par les « rues arabes», plus préoccupées par les dynamiques révolutionnaires ou contre-révolutionnaires qui ont bouleversé la région depuis 2011 (Allal et Vannetzel, 2017), le besoin d’endiguer la « menace iranienne », la politique étrangère turque ou la résurgence des mouvements contestataires. En tout cas, autant d’alliés considérés naturels qui auraient abandonné la Palestine à son sort, et donc précipité son oubli.

2Cette entrée par la disparition a le mérite de rappeler qu’en lieu et place d’un statu quo, on a bien un mouvement en cours, même pour le pire. Reste que cette idée pose un certain nombre de problèmes en s’en tenant à une description – par ailleurs discutable – de l’effacement de la question palestinienne des grandes dynamiques régionales et internationales, mais ne nous renseigne aucunement sur les changements sociopolitiques palestiniens. À l’inverse, poser la question de la fragmentation permet de penser les dynamiques qui ont conduit, et conduisent encore, à l’éclatement social, politique ou territorial des réalités palestiniennes.

3Ce dossier de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée part d’une hypothèse sur l’existence d’un « moment 2005 », plus exactement de la fin 2004 à la mi-2007, qui voit émerger une nouvelle modalité de cette fragmentation : l’éclatement de l’ordre politique palestinien, qui se traduit par la division institutionnelle de juin 2007. En amont, la Palestine connaît la mort de Yasser Arafat en novembre 2004, la fin de la seconde Intifada (au tournant 2004-2005) et le retrait unilatéral de Gaza (été 2005) mis en œuvre par le Premier ministre Ariel Sharon. L’hypothèse du rôle déterminant de cette période n’est pas que le fruit d’une lubie institutionnaliste : la rencontre entre les différents objets de recherche présentés dans ce numéro permet de voir comment ce qui se passe au « centre » de l’espace palestinien – quelle que soit l’érosion de sa légitimité – se répercute jusque dans ces marges. Ce moment 2005 est pris ici comme signifiant de cette période charnière – dont on peut d’ailleurs trouver les prémices avec la nomination de Mahmoud Abbas à la primature en mars 2003 – et ne saurait à lui seul résumer l’enchaînement des transformations politiques de cette période.

Une histoire marquée par la fragmentation

4L’histoire de la Palestine semble impossible à écrire sans se référer à la notion de fragmentation. La création de l’État d’Israël en 1948 et la victoire militaire des forces sionistes puis israéliennes entre 1947 et 1949 conduisent à l’exode massif des Palestiniens et à leur dispersion entre Israël, la Jordanie, l’Égypte, la Syrie, le Liban et certains pays du Golfe. À cette première dispersion s’ajoutent les réfugiés dits « de 1967 » qui, suite à la guerre des Six Jours et à l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, trouvent refuge dans les pays arabes limitrophes d’Israël ; puis les « déplacés » par l’occupation depuis 1967. C’est ainsi au sein d’univers sociaux éclatés que le projet national palestinien se construit.

  • 3 Fondée en 1964, l’OLP regroupe l’ensemble des forces politiques, à l’exception notable du Hamas et (...)

5Prenant naissance en 1993 avec la signature de la Déclaration de principe, les accords d’Oslo semblent marquer une rupture, au moins symbolique, avec cet éclatement, dans la mesure où ils ont pu être interprétés comme un facteur de rassemblement, y compris par certaines franges de la population réfugiée qui y voyait le premier pas vers la concrétisation de leur « droit au retour », alors même que les accords avaient laissé de côté cette question, la reléguant aux négociations sur le statut permanent. Au-delà de l’espoir qu’a pu susciter leur conclusion et le changement paradigmatique qu’a impliqué la reconnaissance de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP3) par Israël, les accords d’Oslo ont, dès le départ, fait l’objet de vives controverses politiques et intellectuelles, les uns y trouvant motif à se réjouir de l’avancée vers l’autodétermination (Khalidi, 1997) les autres les considérant comme une capitulation (Said, 2001). Sans entrer ici dans le détail de ces controverses, les dynamiques suscitées par Oslo – le retour de quelques milliers d’hommes des forces de sécurité et de civils autour d’Arafat, la territorialisation du mouvement national palestinien (Sayigh, 1997   ; Picaudou, 1989) et l’édification d’une entité politique dite « autonome » exerçant un contrôle (tout relatif) sur sa population – ont créé de nouvelles formes de fragmentation aussi bien politiques, que territoriales ou sociales.

  • 4 Cette distinction s’opère sur la répartition de la gestion civile et militaire des territoires, ent (...)

6La « Palestine d’Oslo » (Salingue, 2014) rime avec la fragmentation territoriale, administrative et juridique. Le découpage prévu par les accords est fondé sur un double morcellement, non seulement entre territoires palestiniens discontinus (Cisjordanie, bande de Gaza et Jérusalem-Est) qui dépendent de statuts juridiques différents, mais également en leur sein, puisqu’ils sont morcelés entre zones autonomes palestiniennes (A, B et C4), et territoires israéliens (colonies, zones militaires ou réserves naturelles). En pratique, le redécoupage induit par Oslo amène, sous les gouvernements travaillistes de Yitzhak Rabin puis de Shimon Peres, à un renforcement du contrôle spatial conservé par Israël dans les Territoires (Debié et Fouet, 2001) à travers des dispositifs juridiques de contrôle foncier, le maillage sécuritaire via la construction de routes dites de contournement et l’extension des colonies, invalidant ainsi l’idée selon laquelle la droite israélienne (Likoud ou les mouvements orthodoxes) serait idéologiquement plus encline à autoriser l’implantation des colonies en « Judée Samarie ».

  • 5 Selon la terminologie employée par les accords. Les Palestiniens emploieront le terme d’« Autorité (...)

7Dès le milieu des années 1990, le maillage territorial, dont le check-point est l’emblème le plus représentatif, ne cesse de peser sur le quotidien des Palestiniens, mais également sur le marché et le développement économique des territoires qui, tels que négociés dans le protocole de Paris (1994) relatif aux échanges commerciaux entre l’Autorité intérimaire d’autonomie5 nationale palestinienne (ANP) et Israël, étaient extrêmement limités. Dépendant entièrement du marché israélien, l’économie palestinienne se voit également menacée par les restrictions de mouvement imposées aux travailleurs palestiniens exerçant en Israël (Farsakh, 2005). Sans tomber dans une téléologie simplificatrice, l’ensemble de ces restrictions participe largement à expliquer le déclenchement de la seconde Intifada.

8Se saisissant de la question sécuritaire à cette occasion pour renforcer leur domination sur les Territoires palestiniens, les Israéliens imposent de nouveaux mécanismes de contrôle territoriaux, militaires et institutionnels aux Palestiniens de Cisjordanie soumis à des pratiques d’arrestations massives (Latte-Abdallah, 2019), tout en annonçant travailler à la séparation définitive des populations palestiniennes et israéliennes dont l’édification du Mur de Cisjordanie sera l’illustration la plus emblématique. Au-delà de cette prétendue volonté de « séparer » les deux populations, la présence israélienne dans les Territoires participe d’une volonté de morceler le tissu social palestinien, instrument privilégié de la domination israélienne sur les Palestiniens (Legrain, 1996). Loin de la séparation annoncée, ces différents niveaux de fragmentation ont, sur le terrain, mené à un enchevêtrement progressif des populations israélienne et palestinienne, notamment autour d’une économie de la frontière, et inauguré divers processus de contournement du régime d’occupation (Latte-Abdallah et Parizot, 2011).

9Nous ne saurions faire ici l’inventaire de tous les niveaux de fragmentation qui impliquerait de porter une attention particulière aux appartenances familiales et locales dans la construction des réalités sociales palestiniennes (Legrain, 1999). La politique conduite par Yasser Arafat au moment d’Oslo a par exemple pu être contestée par des Palestiniens de Cisjordanie sur la base de la composition de l’équipe politique réunie autour d’Arafat (composée exclusivement de Gazaouis). Les concessions de l’OLP en 1993 ont également pu être lues, de l’intérieur, comme le résultat d’une volonté de s’imposer coûte que coûte sur une population qui venait de mener une lutte populaire contre l’occupation pendant six années.

  • 6 Vocable utilisé pour désigner ces quelques dizaines de milliers d’hommes venus ou revenus s’install (...)

10Si les clivages entre Palestiniens de l’intérieur et de l’extérieur ont marqué l’histoire politique du mouvement national, l’édification d’un pouvoir politique dans les Territoires autonomes a sans aucun doute renforcé cette tension opposant désormais les returnees6 aux élites palestiniennes autochtones (Picaudou et Rivoal, 2006). Quant aux Palestiniens d’Israël, qui déjà s’étaient sentis marginalisés par les infléchissements politiques opérés par l’OLP depuis 1974 en faveur de l’édification d’un État sur une partie de la Palestine, ils sont de facto exclus des négociations ouvertes à Oslo (Louër, 2003).

  • 7 Ligne conductrice des accords d’Oslo, la logique d’un redéploiement en échange de la sécurité reste (...)

11En retraçant les grandes lignes d’un cadre fragmentaire largement hérité d’Oslo, l’ambition de ce dossier est de souligner l’existence de continuités pour l’analyse de la période post-2005 aussi bien pour ce qui relève des pratiques restrictives mobilisées par Israël pour imposer sa domination sur les Palestiniens7 que des dynamiques propres aux acteurs politiques palestiniens, qui se sont focalisés sur l’apparat de la souveraineté étatique (Botiveau, 1999) plutôt que sur les conditions de sa mise en œuvre. Privilégier l’édification d’une administration d’État au détriment des populations de l’extérieur marginalisées par le nouveau centre qu’a pu constituer Ramallah a ainsi inauguré l’affaiblissement progressif du projet national palestinien (Al Husseini, Signoles, 2013). Cette dynamique n’a fait que s’accentuer avec la création, en juin 2007, d’un deuxième « centre » de pouvoir incarné par le Hamas dans la bande de Gaza.

2005, la seconde vie de l’Autorité nationale palestinienne

12Le 11 novembre 2004, la dépouille de Yasser Arafat quitte l’aéroport militaire de Villacoublay (France) pour l’Égypte, première étape de son retour en Cisjordanie, puisque les Israéliens lui refusent de revenir et d’être enterré à Jérusalem. La fanfare de la Garde républicaine accompagne ce dernier envol en jouant les hymnes français et palestinien, un honneur réservé aux hommes d’État que ne manquera pas de dénoncer le gouvernement israélien en rappelant toute l’ambiguïté du statut politique de l’Autorité nationale palestinienne. L’homme qui a dirigé l’Organisation de libération de la Palestine depuis 1969 dans tous ses errements et ses succès disparaît, laissant place à la question de sa succession et de son legs. « Le roi est mort, vive le roi ! », dit l’adage médiéval au cœur du travail de l’historien Ernst Kantorowicz (1957, rééd. 2020) sur les « deux corps du roi », qui pose la question de la légitimité dans la construction du pouvoir et la formation de l’État moderne.

  • 8 Il est élu pour un mandat de cinq ans, qui expire en 2009 et n’a, depuis, jamais été réélu, mais s’ (...)

13L’élection le 9 janvier 20058 de Mahmoud Abbas permet de doter l’Autorité nationale palestinienne d’un nouveau « premier corps » du roi, charnel et humain. Mais la réinvention de l’exercice politique qui s’ensuit et qui se traduit par une division institutionnelle (2007) et une brutalisation des rapports avec la population palestinienne permet d’interroger ce qui fait le « second corps », tant du point de vue de sa légitimation que de son exercice ou de sa représentation (y compris symbolique). Les mutations observées ne relèvent pas uniquement du changement d’acteurs à la tête de l’exécutif. Elles traduisent aussi une reformulation de l’illusio (Bourdieu, 1979) du champ politique palestinien, depuis les modes de contestation aux représentations de ce que doit être l’exercice du « pouvoir autonome ». Puisque le pouvoir palestinien n’a pas obtenu la paix – qui devait résulter des négociations à l’horizon de la fin des années 1990 –, mais une pacification forcée de ses relations avec Israël au sortir de la seconde Intifada, ses efforts vont se tourner vers la construction de l’État à tout prix.

14Cet impératif, dont les prémices étaient apparues dès les années postérieures à Oslo mais qui va prendre une nouvelle dimension avec la mise en place d’un deuxième pouvoir concurrent issu de la légitimité des urnes, réactualise deux questions : quelle place pour les espaces hors du contrôle de l’Autorité ? Pour qui fait-on l’État ? Les réponses qui en découlent nous informent sur la « seconde vie de l’Autorité » aussi bien depuis les territoires occupés de Cisjordanie et de Gaza qu’auprès des populations palestiniennes dites de l’extérieur. Des Palestiniens réfugiés dans les camps du Liban aux villes et villages palestiniens en Israël en passant par les Palestiniens de la diaspora en Europe, ces populations n’ont jamais été épargnées par les changements de paradigme de leur centre politique. C’est pourquoi les modalités de l’exercice et la représentation du pouvoir palestinien depuis 2005 permettent de comprendre les effets de fragmentation de ces réalités palestiniennes. L’Autorité y apparaît sans fard pour ce qu’elle est. Ni outil d’émancipation (la seconde Intifada se solde dans le sang sans avoir obtenu de concession sur l’occupation) ni antichambre d’une souveraineté pleine et entière qu’Oslo a cadenassée, l’Autorité s’arroge le pouvoir dévolu à l’OLP (seule entité juridiquement légitime dans le domaine) de « faire entendre » la voix de la Palestine hors de ses frontières, tout en contenant toute expression contestataire à l’intérieur.

  • 9 Visant notamment la séparation des pouvoirs et la décentralisation.
  • 10 Fondé en 2002 et composé de représentants des Nations unies, des États-Unis, de l’Union européenne (...)

15Les contradictions de cette injonction vont rapidement déboucher sur une crise politique durable. Les élections législatives de janvier 2006, saluées pour leur bon déroulé par les observateurs, donnent la victoire au Hamas qui obtient 74 sièges (sur 132), loin devant le Fatah (45 sièges). Alors que la présidence d’Abbas était sommée par ses bailleurs et soutiens internationaux, notamment les États-Unis et l’Union européenne (UE), de procéder à des réformes de « démocratisation9 » (Dabed : 2012), la victoire électorale du mouvement islamiste va brutalement inverser la tendance. Sous le mandat du Quartet10 (Nations unies, États-Unis, Union européenne et Fédération de Russie), l’UE va mettre en place un mécanisme financier d’exception pour contourner le gouvernement dominé par le Hamas. Israël procède rapidement à l’arrestation de figures du parti, dont huit ministres et trente-trois députés, ce qui entrave, jusqu’à sa dissolution en janvier 2019, l’exercice du pouvoir législatif incarné par le Conseil législatif palestinien.

  • 11 Annexe II de la Déclaration de principe d’Oslo (20 août 1993). Israël avait simplement autorisé l (...)
  • 12 Mais qui satisfait aux exigences israéliennes puisqu’elle réduit la représentation de la Palestine (...)

16La période qui s’ouvre en mars 2006 avec l’annonce de la composition du dixième gouvernement, formé exclusivement de représentants du Hamas, donne à voir la mise en place d’une concurrence accrue entre Hamas et Fatah pour la représentation des Palestiniens à l’extérieur de la Palestine. Les accords d’Oslo avaient interdit à l’ANP le droit à l’exercice de la diplomatie11, qui restait dans l’escarcelle légale de l’OLP. Mais la création unilatérale12 d’un ministère des Affaires étrangères de l’Autorité en 2002 va la doter des moyens institutionnels d’exister sur le terrain diplomatique, que le Hamas tente de mobiliser lorsqu’il occupe les fonctions ministérielles qui lui sont dévolues en 2006 (Seurat, 2015).

  • 13 Jean-François Legrain fait une généalogie beaucoup plus fine des conditions sociales et politiques (...)

17La suite est un enchaînement d’affrontements entre le Fatah et le Hamas autour de la formation du gouvernement et la répartition des pouvoirs, sur fond de dépendance à l’aide internationale, et d’immixtion sécuritaire israélienne qui conduit à une dynamique de « guerre civile13 », qu’Israël participe à alimenter (Legrain, 2007). En juin 2007, après plusieurs jours d’affrontements armés et une tentative de coup d’État de la part du Fatah, le Hamas repousse le Fatah hors de Gaza ; ce dernier se replie à Ramallah (Cisjordanie). Dès lors coexistent deux Autorités : l’une issue des urnes et l’autre reconnue comme interlocutrice légitime par la communauté internationale. Loin de se limiter à la Cisjordanie et à Gaza, le territoire de leur concurrence s’étend jusqu’aux camps du Liban où la division entre comités populaires pro-OLP et ceux de l’Alliance (al-taḥāluf) va se nourrir de cette nouvelle division de la scène politique nationale (Arsan : 2018).

  • 14 Ancien directeur de la Sécurité préventive de Gaza, M. Dahlan a été une figure centrale du Fatah, j (...)

18La concurrence entre Fatah et Hamas se traduit par un dédoublement des lieux et des canaux de distribution des ressources (financières, symboliques ou politiques ; Challand, 2008). Partout, on observe des stratégies militantes, des carrières et des alliances informées par cette double existence. La cohabitation de différents comités populaires dans les camps du Liban, où les enjeux locaux sont recodés dans ce langage « national » de la concurrence en est un exemple frappant (Guignard, 2011). Il faut par ailleurs prendre en compte une seconde division, moins centrale, qui frappe le Fatah en 2011. Sous couvert de lutte contre la corruption et afin d’écarter son rival le plus gênant, Mahmoud Abbas engage des poursuites judiciaires à l’encontre d’un membre du comité central du Fatah, Mohammed Dahlan14, qui prend le chemin de l’exil et s’installe aux Émirats arabes unis. L’apparition d’un troisième nœud du pouvoir palestinien à Abou Dhabi, quand bien même il n’a pas le même pouvoir que les autorités instituées à Gaza et Ramallah, vient ainsi parachever le tableau de cet espace politique fragmenté et concurrentiel.

19Vu par les Palestiniens de l’exil, cet éclatement va de pair avec un sentiment de mise à distance par un pouvoir qui ne semble ni savoir ni vouloir gouverner ou fédérer ces quelque 60 % de la population palestinienne totale (PCBS, 2020). La « mutation » qu’observent Al Husseini et Signoles (2011) au sein de la diaspora est le fruit de cette disjonction entre construction de l’État et formation de l’identité (ou de la conscience) nationale. Nijmeh Ali (2018) parle, elle, de « communautés dispersées » pour décrire l’état d’abandon des Palestiniens de Syrie. Que le président palestinien invite les réfugiés du Liban à s’y conduire comme « invités » ou que les représentations de l’Autorité nationale entrent en compétition avec les structures traditionnelles de représentation des Palestiniens (Union générale des étudiants palestiniens en France ou comités populaires des camps), le message semble clair : l’heure est à faire État, même Potemkine. Cette dynamique trouve une résonance dans la mise au pas de la conduite économique du Premier ministre Salam Fayyad (2007-2013), chantre de la construction étatique, qui souhaite faire de la Palestine un marché libéralisé, mais contrôlé par Israël (Haddad, 2016).

  • 15 Arrêté en 2002, il encourt une peine à perpétuité pour meurtre. Il incarne, au sein du Fatah, une l (...)

20L’Autorité de Ramallah poursuit, à l’extérieur de ses limites territoriales, sa concurrence avec les autres centres du pouvoir et sa volonté de monopoliser la parole légitime de la Palestine. Si elle s’oppose en premier lieu au Hamas, elle doit aussi affronter la dissidence au sein du Fatah, principalement incarnée par M. Dahlan, mais aussi par la figure d’un Marwan Barghouti15, central dans les campagnes internationales de dénonciation de l’« apartheid israélien ». Son offensive pour faire reconnaître l’« État de Palestine » lui permet de conquérir ce droit, en ouvrant des ambassades, en accédant à des organisations internationales (l’UNESCO fut la première à lui ouvrir ses portes comme État membre) ou en tentant de faire appliquer la justice pénale internationale pour contrer la poursuite de la colonisation.

  • 16 Contrairement aux groupes salafistes-djihadistes, avec qui la coopération est difficile, le Hamas e (...)

21À l’intérieur de leurs territoires, l’Autorité, les autorités, font face à plusieurs défis. Quels que soient les choix qu’elles effectuent en matière de confrontation avec Israël, elles mettent en place des politiques d’endiguement de la concurrence et de monopolisation des modes légitimes de contestation. Ainsi, le Hamas doit composer avec une myriade de groupes armés, dont certains sont affiliés au Fatah16, en tâchant de garder la maîtrise de l’agenda militaire et du déclenchement des hostilités. Le mouvement est particulièrement accusé, depuis 2009, de protéger les intérêts de l’État d’Israël en empêchant les autres factions de mener des opérations de « résistance » et de tirer des roquettes en direction de l’État hébreu. Le Hamas a été suspecté de « vendre » l’arrêt de la Marche du retour en contrepartie d’une trêve séparée avec Israël. En Cisjordanie, le Fatah ne procède pas uniquement au désarmement des groupes armés qui lui sont proches (Tanzim, brigades des martyrs d’al-Aqsa) ou des groupes se réclamant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) ou du MJI, il tente également de régir les formes naissantes de contestation : boycott ou manifestation hebdomadaire dans les villages traversés par le Mur (comme Nabi Saleh).

22Le contrôle des militants islamistes qui est au fondement de la coopération sécuritaire entre Palestiniens et Israéliens se voit doté d’une nouvelle dimension après 2007. Arrêter l’« islamiste », pour l’Autorité palestinienne de Ramallah, ne signifie plus seulement assurer la sécurité de l’occupant ou affirmer son pouvoir (Frisch, 2006 ; Legrain, 2007 ; Lia, 2007), mais protéger sa propre survie politique. Ce mode de gestion de l’opposition va peu à peu s’étendre aux autres segments contestataires (Tartir et Seidel, 2019) : marges sociales des camps (Ouchaklian, 2016), opposition interne (arrestation du dirigeant syndicaliste Bassam Zakarneh en novembre 2014, procès des « dahlanistes » en mars 2015) ou répression des mouvements sociaux comme la grève des enseignants en 2016.

23Voici donc le paradoxe de la Palestine de l’après 2005 : héritier d’un territoire fragmenté dessiné par les accords d’Oslo, son pouvoir subit, outre la poursuite de la colonisation qui mine encore un peu plus toute ambition de continuité territoriale, la division de 2007. Fragilisé par cette polarisation et tenu par l’impératif de la coopération sécuritaire, son exercice est de plus en plus explicitement caractéristique d’un « autoritarisme d’occupés » (Ghanem, 2002 ; Sayigh, 2011). Gestionnaire d’une fraction de la population palestinienne, il fait mine d’ignorer ceux qui, à l’extérieur, se mettent sur le chemin de la normalisation de son existence étatique. Il doit enfin composer avec le renouvellement des techniques qui fondent le régime d’occupation israélien (Perugini, 2014 ; Latte Abdallah et Parizot, 2017).

24Sur le terrain des conditions de recherche, cette période se singularise par la montée en puissance de la restriction d’accès au terrain. Le blocus sur Gaza rend pratiquement impossible la tenue d’une enquête de longue haleine dans cette enclave. En Cisjordanie, la levée partielle du bouclage du territoire après la seconde Intifada (Romani, 2016) laisse la place à une restriction des conditions d’obtention de visa (forcément israélien, l’Autorité n’ayant pas le contrôle de ses limites territoriales) pour celles et ceux dont la destination est les Territoires palestiniens occupés (Chaveneau, 2016). Les articles présentés ci-après mettent en lumière certaines stratégies de contournement de terrains rendus peu accessibles par l’enfermement autoritaire, la violence des conflits ou les restrictions israéliennes. Nous regrettons, avec les auteurs, qu’aucun des papiers présentés ne soit complètement ancré à Gaza, même si de nombreuses données permettent de ne pas oublier ce territoire qui connaît en plus d’une chape sécuritaire, une crise humanitaire sans précédent depuis le début du siège en 2006.

Dessine-moi la Palestine

25Les différents espaces palestiniens ne sont pas figés dans le temps, leur représentation et leurs frontières évoluent et nous rappellent le besoin de contextualiser les catégories utilisées. En 1989, lorsque Camille Mansour publie son travail sur les « Palestiniens de l’intérieur » (Israël et territoires palestiniens occupés), il souligne que le centre intellectuel et politique se trouve, pour un temps encore, à l’extérieur. C’est l’« intérieur » qui fait alors figure d’altérité dans la pensée politique palestinienne dominante. La rencontre de ces deux mondes ne sera d’ailleurs pas sans heurts, et se reflétera dans la sociologie des institutions naissantes de l’Autorité (Al Husseini et Doraï, 2003 ; Picaudou et Rivoal, 2006).

26Faisant le constat du renversement qui s’opère avec l’émergence d’institutions palestiniennes dans les territoires (Heacock, 1999), les travaux postérieurs à ceux de Mansour s’efforcent d’en caractériser les effets pour les espaces lointains des camps (Doraï, 2006 ; Hanafi et Knudsen, 2011) dans les rapports de pouvoir ou la production idéologique (Dot-Pouillard, 2016). Hanafi (1997) montre également comment les premiers effets des déplacements (notamment entrepreneuriaux) brouillent la frontière entre intérieur et extérieur, rappelant que la question de la mobilité distingue les différentes marges palestiniennes. Celle-ci tient d’abord au régime juridique qui gouverne les Palestiniens de l’extérieur (suivant qu’ils soient réfugiés ou non, citoyens d’un pays entretenant des relations diplomatiques avec Israël, etc.).

27Ces travaux nous ont permis de saisir comment le déplacement des centres de pouvoir ou de mobilisation influe sur le réagencement de ces espaces (et de leur représentation) les uns avec les autres et les formes de compétition ou d’exclusion qui s’y déploient. Sous l’effet de la naissance d’un pouvoir autonome dans les territoires, la société de l’exil se trouve et se pense diasporisée (Signoles et Al Husseini, 2013), c’est-à-dire renvoyée à sa distance (nouvelle) d’avec le centre du pouvoir, puis « marginalisée » devant son incapacité à joindre ses forces à la dynamique d’étatisation souhaitée par l’ANP, sauf pour une petite fraction éduquée qui peut, pour un temps, faire carrière d’un retour en Palestine (Guignard, 2016).

28Reste qu’en réaction ou en parallèle à ces processus, une (ré-) invention de la palestinité politique est perceptible « au loin », dans l’affaissement du lien avec le mouvement national, dans l’émergence de mobilisations ou dans l’extension de l’espace du politique vers de nouveaux extérieurs. L’article de Mjriam Abu Samra et Loubna Qutami explore ainsi la recomposition politique en exil des mouvements de jeunesse. En comparant l’actuel Palestinian Youth Movement avec les mouvements de jeunesse des années 1950-60, elles explorent la réinvention d’un mouvement national hors de Palestine à travers la fabrication de cadres idéologiques, de techniques de mobilisation et d’action politique déracinées, où l’exil devient une ressource pour réinvestir un projet de libération nationale.

29Ce faisant, elles permettent de replacer dans le temps long de l’histoire politique palestinienne la question de la fragmentation au sein même des espaces de l’exil, là où d’autres auteurs l’ont interrogée sous l’angle des effets de générations militantes et idéologiques, prises dans leur contexte régional (Dot-Pouillard, 2016). Mais ces travaux se rejoignent sur un point en partant de l’idéologie pour saisir sa traduction en décisions politiques et donner de la chair (et de l’esprit) à la question de la libération nationale. Ce travail est une exploration généalogique méthodique qui interroge la formation et l’adoption militante d’un répertoire politique, ainsi que l’articulation entre différentes perceptions du territoire « à libérer » et les stratégies d’interaction entretenues par ces militants avec Israël, les pays arabes ou les autres espaces palestiniens. La Palestine, rappelle leur travail, est d’abord un lieu de projection de l’action politique qui continue d’être débattu par celles et ceux qui, en exil, ont été le moins dépossédés par l’émergence d’un pouvoir dans les territoires.

30Nicolas Dot-Pouillard aborde plus directement les effets, hors des territoires, de ce moment 2005. Au Liban, cette année-là marque le départ des troupes syriennes après des mobilisations sociales massives qui font entrer le Liban dans une nouvelle ère de sa gestion politique de l’après-guerre civile (1975-1990). Un an plus tard est créé le Comité de dialogue libano-palestinien (CDLP) et l’OLP rouvre sa représentation à Beyrouth. Les deux parties entament une nouvelle ère, chacune « jouant le jeu » de la représentation étatique et de la souveraineté de l’autre. La voix palestinienne qui porte n’est plus celle des quelque 175 000 réfugiés des camps du Liban que dénombre le CDLP, mais celle de Ramallah par l’entremise de son ambassade. Ce changement crée de nombreux laissés pour compte. Dot-Pouillard relie la réinvention des lieux du politique (de son exercice comme du lieu de déploiement de son imaginaire) à travers deux mouvements à première vue contradictoires : la relocalisation à travers la compétition entre comités de quartiers nouvellement créés et comités populaires, hérités de la présence de l’OLP au Liban, et l’émergence d’un militantisme salafo-djihadiste, qui s’observait déjà dans les années 2000 (Rougier, 2004). Que reste-t-il de palestinien dans les formes d’engagement qui visent à l’installation définitive (tawṭīn) hors de Palestine ou l’inscription dans une idéologie transnationale ? Le travail de Dot-Pouillard esquisse une première réponse : ces formes politiques prennent au sérieux les aspirations de celles et ceux qui se définissent comme tels, ce que l’actuel mouvement national palestinien ne leur apparaît pas en mesure de faire.

Se mobiliser entre l’Autorité et Israël

31Si l’on s’en tient à l’exemple de l’Intifada de Jérusalem démarrée à l’automne 2015, également dénommée « Intifada des individus » (Intifāḍat al-afrād), les formes de mobilisation qui s’y rattachent sont portées par des acteurs jeunes, détachés de toute filiation partisane visible. Doit-on pour autant y voir une individualisation de la contestation ou l’abandon de toute démarche collective ? La caractéristique des mobilisations qui bourgeonnent dans les territoires est leur difficulté à sortir de la quadrature du cercle suivante : comment s’opposer à l’Autorité sans servir l’occupation  ? Comment lutter pour des droits sociaux et politiques tout en prenant en compte l’omniprésence coloniale israélienne  ?

  • 17 À Gaza, la situation est différente. Depuis le 30 mars 2018, une Marche du retour hebdomadaire est (...)

32La réponse est rendue d’autant moins simple que l’Autorité, à la légitimité vacillante, craint tout rassemblement contestataire, même les célébrations les plus symboliques. Le 15 mai 2018 se déroule la 70commémoration de la Nakba (« catastrophe » de 1948 qui marque la mise en exil de la population palestinienne par la création d’Israël). En Cisjordanie, le pouvoir craint un débordement de la dynamique contestataire à son égard, et mobilise ses forces de sécurité en masse. Le pouvoir limite tant que faire se peut les appels à mobilisation17. Ce faisant, c’est son rôle symbolique de « gardien du patriotisme », pour reprendre l’expression d’une des personnes interviewées par Caterina Bandini, qui se trouve contesté.

33Les Palestiniens qu’elle rencontre participent à une initiative de dialogue lancée par un groupe de colons, autour de la figure tutélaire du rabbin Menachem Froman (mort en 2013). Elle y observe toute l’ambiguïté d’un pouvoir palestinien lié par sa coopération (a minima sécuritaire) avec Israël, mais maniant avec efficacité l’accusation de « normalisation » à l’encontre des Palestiniens engagés dans un dialogue avec des Israéliens, stigmate social extrêmement puissant dans une société colonisée. Le pari des militants qu’elle rencontre ? Oslo n’a pas arrêté la colonisation, bien au contraire, et ceux d’Israël avec qui il faut penser « la paix » sont précisément ceux auprès de qui ils sont amenés à vivre, par la force de l’extension des colonies. Par leur action, ils entendent dénoncer à la fois la monopolisation, par le pouvoir palestinien, des ressources et des prébendes du nationalisme que l’Autorité oppose à toute forme alternative de mobilisation et l’échec de son mandat à pouvoir obtenir une souveraineté (exprimée par la séparation d’avec les Israéliens).

34Le travail de Caterina Bandini trouve un écho particulier dans celui de Minas Ouchaklian qui, depuis le camp de réfugiés de Dheisheh, observe d’autres formes de mobilisation qui expérimentent l’opposition avec l’Autorité. Posant l’hypothèse d’un changement des modalités de contrôle des populations des marges, il voit dans la seconde vie de l’Autorité le moment où le pouvoir décide de ne plus l’exercer à distance dans ces espaces d’exception (Hanafi et Long, 2010), mais d’opérer son contrôle sur le dicible et l’agir militant de façon plus directe. L’enquête ethnographique d’Ouchaklian sur les traces d’une émeute et du pouvoir policier qui se met en place souligne comment les transformations du pouvoir (sécuritaire) modèlent les relations sociales, en y instillant le doute, la paranoïa et la peur de la délation. Tout un écosystème du contrôle social et policier qui montre comment l’autoritarisme est un « syndrome » (Camau et Geisser, 2003), agissant au sein d’un espace social qui peut tout à la fois le défendre, l’incarner et s’en trouver désagrégé. Ces deux contributions ont en commun de montrer comment des formes très différentes de mobilisation posent la question de l’émancipation de la tutelle du pouvoir central comme stratégie d’évitement d’une confrontation trop directe avec l’Autorité. En d’autres mots, comment des militants tentent de faire sans l’Autorité mais, ce faisant, exposent l’incomplétude de sa prétention étatique (permanence d’espaces d’exception, de la présence coloniale) à laquelle elle ne répond que par la force ou l’exclusion.

35Le travail d’enquête de Camille Lévy explore une mobilisation palestinienne, celle-là débarrassée de fait de la question de l’Autorité, puisqu’elle se déroule en Israël. La mobilisation des chrétiens palestiniens d’Israël s’inscrit moins dans cette temporalité palestinienne de l’après 2005 que dans celle de l’ethnonationalisme israélien (qui inspire la loi sur l’État-nation juif de 2018) ou de la perception d’une montée du sectarisme religieux dans la région, qui se joue à leurs dépens. Le particularisme que Lévy relève dans le discours des élites chrétiennes tient à la mobilisation d’un lexique et de références religieuses pour donner une voie singulière à ce christianisme palestinien en Israël. Elle note cependant qu’il ne se fait pas au détriment mais dans le cadre de leur palestinité. C’est par rapport à leur vécu de Palestiniens qu’élites confessionnelles, artistes et cadres militants tentent d’organiser et de fédérer une population qui trouve toute sa place dans l’opposition à la gestion israélienne des minorités nationales, au premier rang desquelles se trouvent les Palestiniens. Lévy souligne que la force du discours nationaliste dans cette population de « double minoritaire » masque mal l’érosion du lien social vécue au quotidien, d’abord entre communautés chrétiennes, puis entre Palestiniens d’Israël et enfin avec ceux des territoires, qui n’ont jamais paru aussi éloignés. L’absence de l’Autorité comme point de référence, alors qu’elle se trouve à quelques kilomètres des villages palestiniens d’Israël, rappelle la faible portée de ce centre politique.

Composer avec la fragmentation

36Deux contributions permettent enfin d’illustrer, en passant par les détours de l’économie ou de la pratique artistique, la manière dont les Palestiniens composent avec cette réalité fragmentaire.

37Le travail de Taher Labadi qui, comme d’autres chercheurs d’origine palestinienne s’est vu interdire l’accès au terrain, montre à quel point les logiques de restrictions décrites plus haut vont jusqu’à entraver le travail académique. Forcé de s’en remettre à d’autres sources pour poursuivre ses recherches, Labadi fait lui aussi de ces interdictions des ressources pour l’analyse sociopolitique des réalités économiques. À rebours de l’idéologie véhiculée par les grandes organisations internationales qui continuent d’évaluer la « réussite » de l’économie palestinienne, Labadi réfute la thèse de l’existence d’une économie palestinienne « autonome ». Loin de se limiter à présenter les systèmes de contraintes et de dépendances dans lesquels s’est insérée l’économie palestinienne depuis Oslo, il montre comment celle-ci s’enchâsse dans des contraintes multiples au croisement de l’occupation israélienne et de l’aide internationale dont dépendent aujourd’hui des secteurs entiers de la société palestinienne.

38Focalisés sur les attributs de la souveraineté, les élites en place à Ramallah ont fait de la croissance et de l’assainissement des institutions une priorité, pendant économique de la fixation sur l’« État à tout prix ». Le travail de Labadi vient au contraire mettre à mal l’idée même d’une singularité, étant donné la situation d’enchevêtrement avec l’économie israélienne. Ce faisant, il analyse la mise en dépendance de l’économie palestinienne en détaillant les modalités de contrôle par Israël de son appareil productif, de sa main-d’œuvre et des circuits de distribution. Il souligne comment l’afflux de l’aide internationale a déséquilibré certains secteurs économiques et le rôle néfaste de la prédation des élites nationales. Son apport est de penser la fragmentation comme condition d’absorption de l’activité économique palestinienne par l’économie israélienne. S’appuyant sur les travaux de Raja Khalidi, Labadi montre comment coexistent en Palestine des enclaves qui, dépendent, chacune à sa manière, de la métropole israélienne, et forment un espace fragmenté et tenu à une dimension périphérique.

39Inscrit au croisement des études arabes et des études théâtrales, le travail de Najla Nakhlé-Cerruti montre comment, aussi bien du point de vue du processus de création littéraire que de la production scénique, le collectif d’artistes « une identité dans un laboratoire » parvient à dépasser les contraintes structurelles de l’occupation : adaptation aux entraves à la mobilité des artistes et à la circulation des troupes théâtrales ; mobilisation du théâtre comme outil de résistance politique.

40L’entrée par la scène théâtrale lui permet de penser ensemble les mobilisations des Palestiniens de Jérusalem-Est à travers le Théâtre national palestinien, et celles des Palestiniens d’Israël qui fondent le théâtre Khashabi en 2016, premier théâtre palestinien indépendant à Haïfa – une ville vidée de sa population palestinienne en 1948 et à ce titre symbole de la Nakba. L’étude de ces deux lieux permet également à l’auteure de croiser des générations d’artistes très différentes et d’identifier des transformations heuristiques comme le passage de l’hébreu à l’arabe par ces jeunes générations de Palestiniens d’Israël formés dans les universités israéliennes. Là encore, c’est bien la période qui s’ouvre à la fin de la seconde Intifada qui intéresse particulièrement l’auteure ; période qui, à travers l’augmentation des restrictions imposées aux Palestiniens, lui permet de penser l’écriture et la mise en scène du théâtre dans les conditions fragmentaires qui sont celles de la Palestine contemporaine. Loin d’inaugurer un rétrécissement des lieux de création, ce contexte produit, à tous les niveaux du processus de création, des « tentatives d’élargissement » de l’espace théâtral. L’espace scénique apparaît comme le moyen de dépasser les frontières imposées et de rassembler « par la scène et sur la scène ». À rebours de la dichotomie centre/périphérie, c’est bien à une Palestine polycentrique qu’invite à penser l’expérience de la troupe, insistant sur la dimension diasporique de l’identité palestinienne et la multiplicité de ses composantes.

Haut de page

Bibliographie

ALLAL Amin, VANNETZEL Marie (dir.), 2017, « Restaurations autoritaires ? », Politique africaine, 146, Paris, Karthala.

AL HUSSEINI Jalal et DORAÏ Kamel, 2003, « De la lutte armée à la nation palestinienne : vers une relecture des rapports entre l’OLP et les réfugiés », Autrepart, 26, no 2, Paris, Presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques, p. 91-106.

AL HUSSEINI Jalal et SIGNOLES Aude, 2013, Les Palestiniens entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Paris, IISMM/Karthala.

ALI Nijmeh, 2018, “Lifestyle of resistance : Palestinian Sumud in Israel as a form of transformative resistances”, Journal of Conflict Transformation & Security, 6, n° 2, Londres, Centre for Strategic Research and Analysis, p. 143–165.

ARSAN Andrew, 2018, Lebanon : A Country in Fragments, Londres, Hurst Publishers

BOTIVEAU Bernard, 1999, L’État palestinien, Paris, Presses de Sciences Po.

BOURDIEU Pierre, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, les Éditions de minuit.

BUCAILLE Laetitia, 1998, Gaza : la violence de la paix, Paris, Paris, Presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques.

CHALLAND Benoît, 2008, « Les mutations du leadership palestinien », A contrario, 5, Lausanne, BSN Press, p. 52-75.

CHAVENEAU Clio, 2016, Les « internationaux » dans les territoires Palestiniens Occupés. Trajectoires, expériences migratoires et engagements sociopolitiques, thèse de doctorat en sociologie, Université Paris V Descartes.

DABED Eduardo Emilio, 2012, A Constitution for a Non-State. The False Hopes of the Palestinian Constitutional Process (1988–2007), thèse de doctorat en science politique, Institut d’études politiques d’Aix-En-Provence.

DEBIÉ Franck, FOUET Sylvie, 2001, La paix en miettes. Israël et Palestine (1993-2000), Paris, Presses universitaires de France.

DORAÏ Kamel, 2006, Les réfugiés palestiniens au Liban : une géographie de l’exil, Paris, CNRS Éditions.

DOT-POUILLARD Nicolas, 2016, La mosaïque éclatée. Une histoire du mouvement national palestinien, 1993-2016, Arles/Beyrouth, Actes Sud/Institut des études palestiniennes

FARSAKH, Leila, 2005, Palestinian Labour Migration to Israel : Labour, Land and Occupation, 2005, Londres/New York, Routledge

FRISCH Hillel, 2006, The Palestinian military. Between militias and armies, Londres/New York, Routledge.

GEISSER Vincent et CAMAU Michel, 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

GHANEM As’ad, 2002, The Palestinian Regime : a “Partial Democracy”, Brighton/Portland, Sussex Academic Press.

GUIGNARD Xavier, 2011, La construction de l’Autorité nationale palestinienne et la persistance des réfugiés palestiniens du Liban (1994-2011), mémoire de Master en science politique, Université Paris I.

GUIGNARD Xavier, 2016, « The Emergence of Palestinian Mughtaribûn : Diaspora Politics and State-building in Oslo Palestine », Mashriq & Mahjar : Journal of Middle East Migration Studies, 3 n° 2, p. 129–155.

HADDAD Toufic, 2016, Palestine Ltd. Neoliberalism and Nationalism in the Occupied Territory, Londres/New York, I.B. Tauris.

HANAFI Sari, 1997, Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne, Le Caire, CEDEJ.

HANAFI Sari et KNUDSEN Are (dir.), 2011, Palestinian Refugees : Identity, Space and Place in the Levant, Londres/New York, Routledge.

HANAFI Sari et LONG Taylor, 2010, « Governance, governabilities and the state of exception in the Palestinian refugees camps of Lebanon », Journal of Refugees Studies, 23, Oxford, Refugee Studies Centre, n° 2, p. 134 – 159.

HEACOCK Roger, 1999, The becoming of returnees states : Palestine, Armenia and Bosnia, Ramallah, Bir Zeit University Press.

KANTOROWICZ Ernst, 2020, Les deux corps du roi, Paris, Gallimard/Folio.

KHALIDI Rachid, 1997, Palestinian Identity. The Construction of Modern National Consciousness, New York, Columbia University Press.

LATTE-ABDALLAH, Stéphanie, 2019, « Endless borders: Detaining Palestinians and managing their movements in the occupied territories », Mediterranean Politics, [en ligne] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/13629395.2019.1681734.

LATTE-ABDALLAH Stéphanie et PARIZOT Cédric (dir.), 2011, À l’ombre du Mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud/MMSH.

LATTE-ABDALLAH Stéphanie, PARIZOT Cédric (dir.), 2017, Israël/Palestine, l’illusion de la séparation, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence.

LEGRAIN Jean-François, 1996, « La Palestine : de la terre perdue à la reconquête du territoire », Cultures & Conflits, 21-22, Paris, L’Harmattan, p. 171-221.

LEGRAIN Jean-François, 1999, Les Palestiniens du quotidien, les élections de l’autonomie, Beyrouth, CERMOC.

LEGRAIN Jean-François, 2007, « La dynamique de la “guerre civile” en Palestine », Critique internationale, 36, Paris, Presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques, p. 147-165.

LIA Brynjar, 2007, Building Arafat’s Police : The Politics of International Police Assistance in the Palestinian Territories After the Oslo Agreement, Reading, Ithaca Press.

LOUËR Laurence, 2003, Les citoyens arabes d’Israël, Paris, Balland.

MANSOUR Camille, 1993, Les Palestiniens de l’intérieur, Paris, Revue d’études palestiniennes.

OUCHAKLIAN Minas, 2016, Contester l’Autorité palestinienne depuis le Fatah, mémoire de Master en science politique, Université Aix-Marseille.

PALESTINIAN CENTRAL BUREAU OF STATISTICS, 2020, Palestine in Figures, Ramallah.

PERUGINI Nicola, 2014, “The Moral Economy of Settler Colonialism : Israel and the ‘Evacuation Trauma’”, History of the present, 4, n° 1, Champaign, University of Illinois Press, p. 49–74.

PICAUDOU Nadine, 1989, Le mouvement national palestinien : genèse et structures, Paris, Harmattan.

PICAUDOU Nadine, 2006, territoires palestiniens de mémoire, Paris/Beyrouth, Karthala/IFPO.

PICAUDOU Nadine et RIVOAL Isabelle, 2006, Retours en Palestine, Paris, Khartala.

ROMANI Vincent, 2016, Faire des sciences sociales en Palestine. Oppression militaire et mondialisation académique, Paris/Aix-En-Provence, Karthala/IREMAM.

ROUGIER Bernard, 2004, Le djihad au quotidien, Paris, Presses universitaires de France.

SAID Edward, 2001, The End of the Peace Process : Oslo and After, New York, Vintage Books.

SALINGUE Julien, 2014, La Palestine d’Oslo. Anatomie de l’échec du processus de construction étatique palestinien, Paris, L’Harmattan.

SAYIGH Yezid, 1997, Armed Struggle and the Search for State : The Palestinian National Movement (1949–1993), Oxford, Oxford University Press.

SAYIGH Yezid, 2011, Policing the People, Building the State : Authoritarian Transformation in the West Bank and Gaza, Washington, Carnegie Endowment for International Peace.

SEURAT Leila, 2015, Le Hamas et le monde, Paris, CNRS Éditions.

SIGNOLES Aude, 2013, Le système de gouvernement local en Palestine, Paris, Agence française de développement.

TARTIR Alaa, and SEIDEL Timothy (dir.), 2019, Palestine and Rule of Power: Local Dissent vs. International Governance. Londres, Palgrave Macmillan.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs remercient les relecteurs anonymes et les membres du comité de rédaction de la REMMM pour leurs commentaires et les suggestions d’amélioration, qui ont permis de préciser le propos de cette introduction. Ils souhaitent également remercier Jean-François Legrain pour sa relecture minutieuse et bienveillante, ainsi que Robin Beaumont pour son travail d’édition.

2 La distinction entre « Juifs » et « Arabes » est héritée de la période mandataire (1920-1948), puis utilisée par Israël pour contester la revendication nationale palestinienne. Si l’on parle de Palestiniens du Liban, il est tout aussi juste de parler de Palestiniens d’Israël.

3 Fondée en 1964, l’OLP regroupe l’ensemble des forces politiques, à l’exception notable du Hamas et du Mouvement du jihad islamique (MJI).

4 Cette distinction s’opère sur la répartition de la gestion civile et militaire des territoires, entre l’Autorité naissante et la puissance occupante et doit encadrer le processus de retrait de l’armée israélienne. On peut y ajouter les zones militaires, les réserves naturelles et les périmètres de sécurité autour des colonies.

5 Selon la terminologie employée par les accords. Les Palestiniens emploieront le terme d’« Autorité nationale palestinienne » (ANP), pour des raisons de légitimation ; c’est ce terme qui s’est imposé et que nous reprenons dans cet article.

6 Vocable utilisé pour désigner ces quelques dizaines de milliers d’hommes venus ou revenus s’installer en Palestine après 1993 pour former l’essentiel de l’appareil politico-militaire de l’ANP. S’y ajoutent également les investisseurs palestiniens venus de la diaspora arabe ou occidentale.

7 Ligne conductrice des accords d’Oslo, la logique d’un redéploiement en échange de la sécurité reste le cadre discursif central des Israéliens.

8 Il est élu pour un mandat de cinq ans, qui expire en 2009 et n’a, depuis, jamais été réélu, mais s’est maintenu à la présidence.

9 Visant notamment la séparation des pouvoirs et la décentralisation.

10 Fondé en 2002 et composé de représentants des Nations unies, des États-Unis, de l’Union européenne et de la Russie, le Quartet proposa aux deux parties une Feuille de route pour la coexistence entre deux États, Israël et Palestine, au sein de frontières reconnues. Ce plan par étape (qui exigeait d’abord des Palestiniens un arrêt des violences et une lutte « contre le terrorisme », fut accepté par la partie palestinienne, mais Israël y posa des conditions qui dénaturaient la Feuille initiale. Le Quartet jouera un rôle décisif dans le boycott du gouvernement palestinien après les élections législatives de 2006, remportées par le Hamas.

11 Annexe II de la Déclaration de principe d’Oslo (20 août 1993). Israël avait simplement autorisé la mise en place d’un ministère du Plan et de la Coopération Internationale dirigé par Nabil Shaath, dont le rôle était réduit à régir les accords commerciaux et financiers avec d’autres États et gérer l’aide au développement.

12 Mais qui satisfait aux exigences israéliennes puisqu’elle réduit la représentation de la Palestine à celles des territoires occupés.

13 Jean-François Legrain fait une généalogie beaucoup plus fine des conditions sociales et politiques de cet affrontement en revenant sur les racines de la contestation populaire de la domination du Fatah. Il pointe le tournant que représentent ces élections en confiant au Hamas la direction du mouvement national et la responsabilité des acteurs cités dans la dérive vers une « guerre civile ». Son travail montre comment cette histoire institutionnelle n’est pas décorrélée des dynamiques de crispations sociales, qu’elle modèle en retour.

14 Ancien directeur de la Sécurité préventive de Gaza, M. Dahlan a été une figure centrale du Fatah, jusqu’à son expulsion de son comité central en 2009. Depuis son exil, il se trouve au cœur des relations politico-affairistes des Émirats arabes unis, des Balkans et des pays arabes.

15 Arrêté en 2002, il encourt une peine à perpétuité pour meurtre. Il incarne, au sein du Fatah, une ligne politique qui conjugue pragmatisme politique et soutien à la « solution à deux États » avec pluralisme contestataire, embrassant tout autant les formes pacifiques que la lutte armée pour contrer l’occupation israélienne. Il a une popularité encore tenace, voir Bucaille (1999).

16 Contrairement aux groupes salafistes-djihadistes, avec qui la coopération est difficile, le Hamas entretient de bonnes relations avec les groupes armés du Fatah à Gaza.

17 À Gaza, la situation est différente. Depuis le 30 mars 2018, une Marche du retour hebdomadaire est organisée, sous forme de rassemblement le long de la frontière (près de 200 personnes y seront tuées par l’armée israélienne). Le 14 mai 2018, lors d’une mobilisation pour dénoncer le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem, 60 personnes sont tuées.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Guignard et Leila Seurat, « Repenser la fragmentation palestinienne après 2005 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 12 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14072 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.14072

Haut de page

Auteurs

Xavier Guignard

Paris 1 Univ, Cnrs, CESSP, Paris, France

Articles du même auteur

Leila Seurat

IEP Paris, Cnrs, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search