Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147PREMIERE PARTIEJouer le jeu ? Les Palestiniens du L(…)

PREMIERE PARTIE

Jouer le jeu ? Les Palestiniens du Liban, entre marginalisation sociale et « rhétorique de l’officiel »

Nicolas Dot-Pouillard

Résumés

Depuis 2006, année de réouverture d’une représentation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Beyrouth et de création d’un Comité de dialogue libano-palestinien (CDLP), Libanais et Palestiniens développent une « rhétorique de l’officiel », où ils négocieraient à égalité les conditions de vie des réfugiés palestiniens. Cependant, la reconnaissance par les Libanais d’un droit à avoir des droits ne signifie pas en octroyer dans l’immédiat. Les organisations politiques palestiniennes jouent pourtant le jeu : leur « rhétorique de l’officiel » est telle que le dialogue libano-palestinien fonctionne. Des exclus palestiniens de cette « rhétorique de l’officiel » – mouvements de jeunes, comités de quartiers, salafistes – en dénoncent certes les termes : mais ils n’excluent pas, à terme, de jouer le jeu de l’institutionnalisation. La « rhétorique de l’officiel » postule un dialogue libano-palestinien réussi : toute la question étant de savoir si elle a ses effets performatifs ou s’il ne s’agit que d’une fiction politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 2017, le CDLP, organisme gouvernemental libanais, organise le premier recensement des réfugiés p (...)
  • 2 Les 12 camps de réfugiés palestiniens se divisent en cinq zones : Nord-Liban (Baddawi et Nahr al-Ba (...)
  • 3 Avant 2005, le nombre de métiers interdits aux Palestiniens par les autorités libanaises était de 7 (...)
  • 4 L’article 9 de la loi 128 de 2010 sur la sécurité sociale permet certes aux travailleurs palestinie (...)

1L’installation de réfugiés palestiniens au Liban (1947-1948), expulsés de l’ancienne Palestine mandataire par les milices sionistes lors des différentes phases des guerres israélo-arabes, suit également de quelques années la naissance de la première République libanaise (1943) : depuis lors, les Palestiniens sont « les étrangers (al-ajānib), les exclus, ceux qui ne correspondent pas aux critères sociaux et religieux établis par le recensement de 1932, base des communautés-régions et fondement du système politique libanais » (Sfeir, 2008 : p 20). Les 174 422 réfugiés recensés en 2017 par le Comité de dialogue libano-palestinien (CDLP)1 vivent entre marginalisation socio-économique et discriminations légales, dans 12 camps et 156 regroupements2. Trente-six métiers leur demeurent interdits, même si le cadre légal libanais a évolué dans un sens positif en 2005 et en 20103, en accordant aux travailleurs palestiniens le droit de cotiser au Fonds national de la sécurité sociale (FNSS)4 et la gratuité des permis de travail (lois 128/2010 et 129/2010). La loi 296/2001 interdit aux Palestiniens d’acquérir une propriété au Liban (Dot-Pouillard et Kortam, 2017).

2Les camps sont également soumis à des dispositifs de contrôle sécuritaires spécifiques. En 2015, les Forces armées libanaises (FAL) construisent un mur séparant le camp de réfugiés de Eyn al-Helweh de la ville de Saida. « Espaces disciplinaires et territoires d’exception » (Hanafi, 2008), les camps le sont pour deux raisons. D’une part, les Palestiniens sont perçus par une partie de l’opinion publique libanaise comme l’une des causes de la guerre civile libanaise (1975-1990), l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ayant été un acteur majeur du conflit. D’autre part, les camps de réfugiés, en termes de représentations collectives, sont associés, depuis les années 1990, à des « zones de non-droit » : y prospéreraient tout à la fois petite criminalité et groupes islamistes djihadistes (Rougier, 2004 et 2011, Dot-Pouillard, 2015 et 2019).

  • 5 Le droit au retour fait référence à la résolution 194 de l’assemblée générale des Nations-Unies, vo (...)

3D’un côté, une mise au ban des réfugiés palestiniens. Mais de l’autre, des paradoxales politiques libanaises de reconnaissance à leur égard. Elles ne sont pas sans ambiguïté : c’est tantôt une « cause » politique qui est reconnue par les Libanais (les Palestiniens du Liban ont un droit imprescriptible au retour5 sur le territoire de l’ancienne Palestine mandataire), tantôt la reconnaissance d’un droit à avoir des droits (ce qui ne signifie pas en octroyer dans l’immédiat). Ces droits sont sociaux : les politiques de la reconnaissance libanaise ne peuvent donner aux Palestiniens des droits « citoyens » (les organisations politiques palestiniennes n’en veulent d’ailleurs pas, puisqu’elles considèrent que cela remettrait en cause leurs droits au retour en tant que réfugiés). De ce point de vue, le concept de reconnaissance ne peut s’entendre en termes de « reconnaissance culturelle », au sens où l’entend la philosophe Nancy Fraser (2011 : 165-192), mais simplement en termes de « justice redistributive » . Ainsi, les Palestiniens dénoncent l’« exploitation, l’exclusion économique et le dénuement » dont ils sont victimes, et non une « domination culturelle » (Ibid. 2004 : 152-164).

  • 6 Jusqu’au printemps 2005, la présence syrienne au Liban défend les Palestiniens de toute représentat (...)
  • 7 Le Bureau de représentation de l’OLP est ouvert au Liban en 1964, sous la direction de Shafiq al-Ho (...)
  • 8 L’Alliance des forces palestiniennes est née en 1993, à Damas. Elle regroupe les factions palestini (...)

4Les politiques de la reconnaissance libanaises s’adressent cependant moins directement aux réfugiés, qu’aux organisations et institutions politiques qui prétendent les représenter. En effet, depuis 2005, date du retrait des troupes syriennes du Liban6, et 2006, année de création du CDLP et de la réouverture d’une représentation de l’OLP à Beyrouth7, les acteurs politiques libanais (partis, parlement gouvernement, présidence de la République) et palestiniens (factions membres de l’OLP ou de l’Alliance des forces palestiniennes8, ambassade de Palestine à Beyrouth) développent « une rhétorique de l’officiel » (Bourdieu, 2012 : p 117) où ils négocieraient ensemble, selon des principes de respect mutuel, sous le mode du patronage voire même de la plus totale égalité, dans des cadres institutionnalisés, les conditions de vie des réfugiés au Liban.

  • 9 Les réflexions développées dans cet article sont le fruit de plusieurs années de travail sur et dan (...)

5Dans cette relation libano-palestinienne, les acteurs « mettent en forme » et « mettent des formes » (Bourdieu, 2012 : p 106) : une ambassade de Palestine au Liban joue la fiction de représentante d’un État sans État auprès des Libanais, et le CDLP est rattaché au bureau du Premier ministre. La « rhétorique de l’officiel » a ses paradoxes. D’un côté, une population soumise à des logiques d’exception. De l’autre, des acteurs libanais et palestiniens qui mettent en scène un dialogue réussi, en une véritable « théâtralisation de la conviction » (Bourdieu, 2012 : 116). Les Palestiniens du Liban, maintenus dans une zone grise, sont à la marge de l’état d’exception et au bord de la reconnaissance. Cette « rhétorique de l’officiel » postule un dialogue libano-palestinien formalisé et réussi : toute la question étant de savoir si elle a ses effets performatifs ou s’il ne s’agit que d’une fiction politique9.

6Cette « rhétorique de l’officiel » est d’abord celle de l’État libanais et des principales forces politiques confessionnelles en son sein : ils se disent tous attachés aux droits des réfugiés. Des politiques de reconnaissances et d’institutionnalisation de la question palestinienne au Liban mettent en forme des cadres (partisans, parlementaires, gouvernementaux) de traitement spécifique de la question palestinienne, prétendent formaliser une relation libano-palestinienne, en recourant même au registre du droit, ou en mobilisant celui du soutien à la « cause palestinienne ». Ces politiques de la reconnaissance n’en demeurent pas moins marquées du sceau de l’ambiguïté : le droit à avoir des droits est rarement mis en pratique. Il y a alors une réponse palestinienne à ces politiques de reconnaissance. Les Palestiniens s’en remettent à la souveraineté de l’État de résidence. Les factions palestiniennes jouent le jeu de l’institutionnalisation, s’adressent, en une véritable politique palestinienne de la neutralité, à l’ensemble du spectre politique et confessionnel libanais, favorisent des politiques de plaidoyer, s’appuient sur certains réseaux libanais hérités de la guerre civile, s’abstiennent en général de recourir à toute politique protestataire, ou délèguent à Gaza et à Ramallah le dialogue libano-palestinien. Certains Palestiniens ne sont pas inclus dans ce double jeu du dialogue et de l’institutionnalisation, et en dénoncent parfois les acteurs principaux : campagnes pour l’égalité juridique et sociale animées par de jeunes Palestiniens, comités de quartiers échappant à l’emprise des factions palestiniennes, ou mouvements religieux fondamentalistes. Mais ces exclus du jeu traditionnel de la relation officielle libano-palestinienne envisagent parfois de la réintégrer : l’impact de toute politique protestataire est relatif.

Des politiques de reconnaissance libanaises ambiguës

  • 10 Basée à Saïda, l’OPN, majoritairement sunnite, est alliée au Hezbollah et au mouvement Amal, et con (...)
  • 11 Entretien de l’auteur avec des cadres de l’Organisation populaire nassérienne, Saida, été 2018.

7Les politiques de la reconnaissance libanaise à l’égard des Palestiniens sont ambiguës, car la défense d’une « cause » palestinienne, soutenant le « droit au retour en Palestine » des réfugiés, n’implique pas automatiquement une politique de reconnaissance des droits des réfugiés au Liban, mais elle ne l’exclut pas non plus. Oussama Saad, député de Saida et secrétaire général de l’Organisation populaire nassérienne (OPN)10, lie par exemple les deux registres : soutenir la « cause » palestinienne, c’est également aider les réfugiés palestiniens – il intervient personnellement auprès du président du Parlement Nabih Berri, en juin 2018, pour que l’armée libanaise suspende son projet d’installer des portails électroniques à l’entrée du camp de Eyn al-Helweh11.

  • 12 Lors des élections législatives de mai 2018, le Hezbollah et le mouvement Amal (chiite) soutiennent (...)
  • 13 Observations de l’auteur, mai 2018.
  • 14 Entretien de l’auteur avec Abdel Halim Fadlallah, directeur du Conseil consultatif pour les études (...)

8Le cas du Hezbollah est plus complexe que celui de l’Organisation populaire nassérienne – à laquelle il est allié dans la circonscription électorale de Saida, au Sud-Liban12. La formation chiite soutient d’abord la cause palestinienne, plus que la cause des réfugiés au Liban, comme l’illustre un rassemblement organisé par le Hezbollah dans les hauteurs du château de Beaufort (Sud-Liban) le 16 mai 2018, auquel participent des représentants du Hamas et du Fatah pour commémorer l’expulsion par Israël des Palestiniens en 1948. Lors de ce meeting, les discours officiels sont tournés contre Israël, mais n’abordent pas la question du statut des réfugiés13. Mais le Hezbollah peut également, lors des mandats de ses ministres du Travail Trad Hamadeh (2005-2008) et Muhammad Fneich (2008-2009), travailler à la réforme du droit au travail des Palestiniens14.

  • 15 Le CPL, aujourd’hui dirigé par Gibran Bassil, est également le parti du président de la République (...)

9Le cas des formations politiques chrétiennes est plus révélateur d’une véritable dissociation de la reconnaissance, entre soutien à une « cause » et méfiance envers les réfugiés palestiniens, suspectés de vouloir résider au Liban de manière définitive. Ainsi, les positions du ministre des Affaires étrangères et principal dirigeant du Courant patriotique libre (CPL)15, Gibran Bassil, révèlent une nette séparation entre deux registres : celui du politique, et celui des droits des réfugiés. Gibran Bassil dénonce régulièrement la politique de l’administration américaine de Donald Trump sur la question palestinienne. Mais il brandit la menace d’une installation définitive des Palestiniens au Liban : en avril 2018, alors qu’il propose de réformer le code de la nationalité, en évoquant la possibilité pour une femme libanaise de transmettre la nationalité à son mari ou à son enfant, il dit vouloir exclure de cette proposition de loi les femmes libanaises mariées à des Palestiniens ou à des Syriens.

10Au-delà des seules rhétoriques partisanes libanaises, il faut distinguer entre une institutionnalisation relative et une institutionnalisation absolue de la question palestinienne au Liban. Toutes deux mettent en scène un dialogue libano-palestinien réussi, par la mise en place de « commissions » et « d’instances » censées répondre aux problèmes politiques et humanitaires des Palestiniens. Mais la première fonctionne selon une logique de moyen terme, elle est ad hoc et elle répond à des problématiques d’urgence, tandis que la seconde est de long terme, et promet une solution globale aux problèmes des réfugiés.

  • 16 Entretien de l’auteur avec Soheil Natour, membre de la direction du Front démocratique pour la libé (...)

11En août 2017, la députée de Saïda et membre du Courant du futur (sunnite), Bahia Hariri, convoque l’ensemble des factions palestiniennes dans sa demeure, à Majdalayoun. Elle souhaite trouver une solution aux combats qui ont déchiré le camp palestinien de Eyn al-Helweh, au mois d’avril, entre le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et le Fatah al-Islam, petite organisation djihadiste implantée dans le camp (Dot-Pouillard, 2019). Les factions palestiniennes, du Fatah au Hamas, se mettent d’accord avec elles pour mettre en place trois comités : un Comité des activistes djihadistes recherchés (lajna al-matlūbīn) par l’armée libanaise, une chambre d’opérations militaires interpalestinienne commune (ghurfa al -‘amaliyāt al-mushtaraka), et un Comité de coordination politique (lajna al-tansīq al-siyāsī). Ce ne sont pas des comités libano-palestiniens : ce sont des comités de coordination interpalestiniens sous patronage libanais (Bahia Hariri en initie la création)16. De même, en août 2018, le président du Parlement et dirigeant du mouvement chiite Amal, Nabih Berri, rencontre l’ensemble des factions palestiniennes à Beyrouth. Une Instance de travail commun palestinien (hay’a al-‘aml al-mushtarak al-filaṣtīnī) est lancée : elle est censée répondre à la division entre le Fatah et le Hamas au Liban. Cette Instance fonctionne sur le mode du patronage : c’est un comité interpalestinien ad hoc piloté par Nabih Berri.

12Dans ces deux cas, l’institutionnalisation est relative, car il ne s’agit pas de commissions sous l’égide directe d’instances gouvernementales, parlementaires ou présidentielles : ces commissions interpalestiniennes sont cependant officiellement initiées par de grandes figures de la politique libanaise (Bahia Hariri, Nabih Berri). Dans le cas de l’institutionnalisation relative, les factions politiques palestiniennes se mettent volontairement dans une relation de dépendance à l’égard d’acteurs politiques libanais.

  • 17 Entretien avec Abbelnasser al-Ayi, directeur de projet au Comité de dialogue libano-palestinien, ma (...)
  • 18 La feuille de route du LPDC ne s’engage pas à baisser le nombre de métiers interdits aux Palestinie (...)
  • 19 Entretien de l’auteur avec un des coordinateurs du groupe de travail des factions palestiniennes av (...)

13L’institutionnalisation absolue a des cadres plus formels. Le CDLP, instance gouvernementale basée au Sérail, sous l’autorité directe du Premier ministre, coordonne depuis 2005 l’ensemble des politiques étatiques libanaises sur les réfugiés – elle évite cependant de traiter des dossiers sécuritaires, laissés à l’armée17. En novembre 2016, le CDLP réunit 7 députés et dirigeants politiques des principaux partis politiques libanais : Hezbollah et mouvement Amal (chiites), Courant du futur (sunnite), Forces libanaises, Phalanges libanaises et Courant patriotique libre (chrétiens), Parti socialiste progressiste (druze). Un document est adopté par les participants, à l’exception des Phalanges libanaises, qui émettent certaines réserves sur son contenu : « la vision libanaise unifiée pour la question des réfugiés palestiniens au Liban » (LPDC, août 2018). C’est une feuille de route promettant d’améliorer les droits sociaux des Palestiniens18. En mai 2019, le même CDLP réunit les factions palestiniennes de l’OLP et de l’AFP, leur demandant de soumettre leurs propres propositions, sur la base de la « vision libanaise unifiée »19.

14Un autre mode d’institutionnalisation absolue consiste pour l’État libanais à identifier une institution qui, au Liban, peut parler au nom des Palestiniens. Depuis 2006, le Bureau de représentation de l’OLP, officiellement reconnu le 17 août 2011 comme « ambassade de l’État de Palestine auprès de la République libanaise » (safāra dawla filaṣtīn lada-l-jumhūrīya al-lubnānīya), joue ce rôle, non sans contradictions. Certes, l’ambassade de Palestine est la principale interlocutrice des institutions libanaises, mais ce n’est pas l’ambassade d’un État souverain. Qui plus est, elle représente des réfugiés et ne s’occupe pas seulement du sort de ressortissants (bien qu’elle ait un département consulaire). L’ambassade a des fonctions politiques et sécuritaires. Elle est reconnue par le Hamas et par les factions non membres de l’OLP comme légitime : les Forces de sécurité communes palestiniennes (FSCP), police palestinienne crée en 2015 associant le Hamas et le Fatah, sont sous l’autorité directe de l’ambassadeur. C’est aussi l’ambassadeur de Palestine qui se coordonne avec les organismes sécuritaires libanais (Armée, Sureté générale, Forces de sécurité intérieure) pour gérer la sécurité des camps. Les trois ambassadeurs palestiniens depuis 2006 (Abbas Zaki, Abdallah Abdallah et Achraf Dabbour) sont tous membres du Fatah et de la direction de l’OLP. Une série d’ambiguïté demeure donc : en faisant de l’ambassade de Palestine un partenaire privilégié, l’État libanais discute-t-il d’abord avec un proto-État installé à Ramallah (l’ANP), avec un ambassadeur représentant tout à la fois l’OLP et les factions qui n’en sont pas membres, avec le Fatah, ou avec le représentant d’une population de réfugiés ?

  • 20 Entretien avec une ancienne responsable du CDLP, août 2017.
  • 21 À la suite de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafiq Hariri, en février 2005, le spectre p (...)

15Ces ambiguïtés relatives à la nature même d’une chancellerie qui est tout à la fois moins qu’une véritable ambassade (elle ne représente pas un État souverain), et plus que cela (ses compétences débordent largement les fonctions traditionnelles d’une représentation diplomatique, ce qui est en fait un cas d’école) sont symptomatiques de tous les paradoxes entretenus par les politiques de reconnaissance libanaises des Palestiniens du Liban. La « rhétorique libanaise de l’officiel » oscille entre soutien à une cause politique, reconnaissance d’un droit des réfugiés à avoir des droits, et création de cadres institutionnalisés de dialogue libano-palestinien. Mais cela ne fonctionne pas tout à fait. Le CDLP a manqué sa vocation première : c’est surtout « un comité de dialogue libano-libanais travaillant sur les Palestiniens20 » – peu de Palestiniens y travaillent. Sa seule réalisation concrète demeure l’organisation du recensement de 2018 – destiné à améliorer les besoins des réfugiés en les comptant, il peut aussi être conçu comme un nouveau dispositif de contrôle profitant aux organismes de sécurité libanais. L’État libanais veut traiter en priorité avec l’ambassade de Palestine au Liban : mais dans ce cas, pourquoi avoir recours à des formules ad hoc (comités de Bahia Hariri, instance lancée par Nabih Berri) ? Enfin, les cadres de dialogue libano-palestiniens dépendent de la compétition politique interlibanaise : tandis que les comités initiés par Bahia Hariri à Saida sont dans l’orbite du Courant du futur, l’Instance de travail commun palestinienne dépend bien plus du mouvement Amal. Les Palestiniens doivent ainsi systématiquement équilibrer leurs rapports avec les deux grandes coalitions libanaises du 8 mars et du 14 mars21, la première proche du Hezbollah, la seconde lui étant opposée. Mais en dépit de ces ambiguïtés, les organisations et institutions palestiniennes répondent à ces politiques de la reconnaissance en jouant le jeu d’une coopération libano-palestinienne qui fonctionne.

Les politiques palestiniennes de neutralité au Liban

16Le 28 avril 2008, Abbas Zaki, représentant de l’OLP au Liban, publie un message de soutien aux chrétiens libanais, à l’occasion des fêtes de Pâques (Zaki, avril 2008). Le geste est d’autant plus symbolique que l’OLP s’est longtemps affrontée aux partis politiques maronites au Liban. En novembre 2009, l’ambassadeur palestinien rédige une autre lettre ouverte aux Libanais, où il s’excuse pour l’implication des Palestiniens dans la guerre civile libanaise (Zaki, 2009). La « rhétorique de l’officiel » palestinienne est claire : les Palestiniens respectent la souveraineté de l’État de résidence. S’ils demandent plus de droits sociaux, ils ne veulent surtout pas « s’implanter » au Liban, et ne demandent pas la nationalité libanaise.

Une absence de politique protestataire

  • 22 Entretiens de l’auteur avec Oussama Hamdan, alors représentant du Hamas au Liban, 2006 et 2007.

17Concrètement, ces politiques palestiniennes de respect de la souveraineté de l’État de résidence se traduisent par une neutralité affichée dans les conflits interlibanais d’une part, par l’absence de toute politique protestataire palestinienne d’autre part. Dans la seconde moitié des années 2000, le Hamas est un partenaire régional du Hezbollah, de la Syrie et de l’Iran (Seurat, 2015) : mais en ce qui concerne le Liban, le Hamas se met à équidistance du Courant du futur et du Hezbollah, lors de la crise politique et gouvernementale qui aboutit aux affrontements de Beyrouth entre les deux formations, en mai 200822. Il en va de même, à l’époque, du Bureau de représentation de l’OLP, qui s’abstient de toute déclaration relative aux affaires intérieures libanaises.

  • 23 Observations de l’auteur, camps de Baddawi et de Eyn al-Helweh, janvier 2018.
  • 24 Entretien de l’auteur avec des membres du Haut comité de sureté palestinien, été 2016.
  • 25 Observations de l’auteur, mai 2010.
  • 26 Observations de l’auteur, décembre 2017.

18L’absence de politique protestataire consiste à ne jamais manifester publiquement contre l’État libanais. Les manifestations publiques palestiniennes se font dans les enceintes des camps de réfugiés – par exemple devant les locaux de l’UNRWA, lorsqu’il s’agit de contester le gel d’une partie de l’aide américaine à l’institution onusienne en janvier 201823. Lorsqu’il arrive que de jeunes Palestiniens s’affrontent aux entrées des camps de réfugiés avec les forces de sécurité libanaises, les factions s’engagent à contenir toute montée des tensions, faisant office de tampon entre manifestants et soldats24. La participation de Palestiniens à des manifestations à l’extérieur des camps de réfugiés n’est jamais dirigée contre l’État libanais, mais contre Israël ou les États-Unis : ainsi d’une manifestation partie du quartier de Barbir à destination du centre-ville, le 31 mai 2010, pour dénoncer l’attaque israélienne sur « la flottille » internationale à destination de Gaza (Sommer-Houdeville, 2010)25, où le Hamas et le Fatah avaient mobilisé une rare fois leurs partisans dans la capitale, ou de la manifestation du 11 décembre 2017 devant l’ambassade américaine à Awkar – la gauche palestinienne manifeste alors aux côtés du Parti communiste libanais (PCL) pour dénoncer la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël26.

  • 27 Observations de l’auteur, juin 2018.

19Il y a des exceptions à la règle : lorsque l’armée décide d’installer des portails électroniques à l’entrée du camp de Eyn al-Helweh, en juin 2018, les principaux responsables des factions palestiniennes de l’OLP et de l’AFP font un sit-in à la principale entrée du camp, non loin de l’hôpital gouvernemental de Saida : mais il ne s’agit en aucun cas d’une manifestation populaire, que les responsables palestiniens souhaitent éviter. Le Hamas organise le même mois des remises de gâteaux et de fleurs aux soldats libanais aux différents check-points, pour calmer les tensions avec l’armée27.

Théâtraliser et externaliser

20Les factions palestiniennes ne s’abstiennent pas seulement de contester l’État libanais : elles jouent le jeu d’une relation bilatérale réussie. Les dates fondatrices de l’histoire nationale palestinienne sont l’occasion pour les Palestiniens de théâtraliser leurs liens avec les Libanais. En janvier 2019, à l’occasion de la commémoration du cinquante-quatrième anniversaire du « lancement de la révolution palestinienne » (intilāqa al-thawra al-filaṣtīnīya), l’ambassadeur Ashraf Dabbour invite au siège de la représentation palestinienne des représentants des trois sommets de l’État libanais : le ministre de l’Énergie César Abou Khalil (chrétien) pour le président de la République Michel Aoun, le député du mouvement Amal Ali Khreis (chiite) pour le président du Parlement Nabih Berri, et le président du Comité de dialogue libano-palestinien, Hassan Mneimeh, pour le chef du gouvernement Saad Hariri. La Sûreté générale et l’armée libanaise sont également conviées à cette célébration (LPDC, janvier 2019).

21Ces invitations palestiniennes à des officiels libanais renforcent une conviction : que les Palestiniens n’ont pas d’agenda politique au Liban (ils s’adressent à l’ensemble du spectre politique, confessionnel et sécuritaire libanais), et que ce qui fait désaccord (le statut légal discriminatoire des Palestiniens au Liban) ne saurait entamer le respect par les Palestiniens de la souveraineté de l’État de résidence. Ainsi, nulle mention de la question des droits des réfugiés au Liban n’est faite lors de ces rassemblements officiels.

  • 28 La « Protection Unit » de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency) aide les réfugiés palest (...)
  • 29 Entretien avec Mahmoud Hanafi, directeur de l’Association palestinienne pour les droits de l’homme, (...)

22Ce qui doit être négocié – le statut légal des Palestiniens et la sécurité des camps – ne peut l’être alors que sous les différents modes du plaidoyer, de l’utilisation de réseaux libano-palestiniens hérités de la guerre civile libanaise, et de l’externalisation de la problématique palestinienne au Liban. Le mode du plaidoyer consiste pour les factions palestiniennes à plaider la cause des réfugiés par des intermédiaires : le CDLP est chargé de régler les contentieux liés aux droits au travail et à la propriété des réfugiés, mais ces questions peuvent également être déléguées à l’unité de protection de l’UNRWA28. L’ambassade palestinienne et les factions demandent officiellement plus de droits pour les réfugiés : mais elles le font discrètement, et préfèrent léguer ces demandes à des organismes auxquels elles sont connectées. Par exemple, ce n’est pas forcément le Hamas qui plaide directement pour une meilleure intégration des réfugiés palestiniens au marché du travail, ou qui produit des rapports annuels sur cette question, mais plutôt une ONG qui lui est liée : l’Association palestinienne pour les droits de l’homme29.

  • 30 Oussama Saad est le fils de Maarouf Saad (1910-1975), fondateur de l’Organisation populaire nasséri (...)
  • 31 Le PSP soutient l’obtention de nouveaux droits sociaux pour les Palestiniens. Il a un représentant (...)
  • 32 La guerre des camps a opposé le mouvement Amal, allié à la Syrie, à l’OLP, de 1985 à 1987. Cependan (...)

23L’utilisation de réseaux issus de la guerre civile libanaise est parfois un atout pour les factions palestiniennes pour plaider la cause des réfugiés : nombre d’acteurs politiques libanais, dans les années 1970, ont été membres d’organisations palestiniennes, notamment du Fatah (al-Ghabra, 2013, al-Taher, 2018). À l’exception des partis politiques chrétiens, les Palestiniens du Liban peuvent ainsi compter sur des soutiens politiques qui transcendent le clivage politique et confessionnel entre le 8 mars et le 14 mars (ainsi du député Oussama Saad, dont l’histoire familiale est difficilement séparable de celle de l’OLP à Saida30, du Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt, longtemps allié des Palestiniens au Liban31, ou même de certains membres du mouvement chiite Amal, pourtant opposé aux Palestiniens lors de la guerre des camps de 1985 à 198732).

24Enfin, l’externalisation permet aux organisations palestiniennes au Liban de laisser négocier le droit des réfugiés palestiniens par Ramallah et Gaza. Azzam al-Ahmad, membre du Conseil révolutionnaire et du Comité central du Fatah, adjoint du président Mahmoud Abbas, est l’interlocuteur privilégié des autorités libanaises – en janvier 2019, il est à Beyrouth pour célébrer la fondation du Fatah, et il rencontre le président du parlement libanais, Nabih Berri, à Amman, deux mois plus tard, pour discuter de la sécurité des camps de réfugiés au Liban. Le Hamas au Liban fait plus que consulter la direction du mouvement à Gaza : des leaders gazaouis viennent discuter de la situation des camps de réfugiés avec des officiels libanais. Ainsi de Mahmoud Zahar et de Marwan al-Ras, qui rencontrent, en décembre 2018, le président de la République Michel Aoun, à Beyrouth. Ces visites régulières de responsables palestiniens à Beyrouth traduisent plusieurs dynamiques : la politique palestinienne est de plus en plus concentrée dans les Territoires de Cisjordanie et de Gaza (Dot-Pouillard et Guignard, 2017), faisant des réfugiés de « l’extérieur » – et de leurs organisations politiques – des « observateurs passifs » (Al Husseini, 2011 : p 52), le Fatah et le Hamas cherchent à mobiliser leurs partisans dans la diaspora, et les Libanais prennent acte d’une situation où le niveau décisionnel palestinien se situe désormais moins au Liban qu’à l’intérieur même des Territoires. Cette externalisation de la décision palestinienne au Liban n’est cependant pas sans poser problème : depuis août 2018, l’Instance de travail commun palestinien lancée par le président du Parlement Nabih Berri, censée résoudre les conflits interpalestiniens au sein des camps, est gelée en raison du conflit entre Ramallah et Gaza.

Les exclus : réintégrer le jeu ?

25Si la majorité des organisations politiques et institutions palestiniennes au Liban jouent le jeu d’un dialogue réussi avec les Libanais, certains acteurs des camps de réfugiés sont dans un rapport d’extériorité à cette « rhétorique de l’officiel » : ils sont littéralement exclus de tous les cadres de dialogue libano-palestiniens (ainsi des initiatives du CDLP). Ils ne sont pas homogènes, et leurs motivations sont diverses – ils n’excluent pas toujours d’être ramenés, à terme, dans le jeu de l’institutionnalisation et des relations bilatérales avec les Libanais.

Une dynamique générationnelle

  • 33 Le père de Manal Kortam, décédé, était palestinien, tandis que sa mère est libanaise. En vertu des (...)
  • 34 Entretien de l’auteur avec des membres du comité de campagne de Manal Kortam, mars 2018.
  • 35 Observations de l’auteur, conférences de presse de Manal Kortam, mars et avril 2018.

26En mars 2018, Manal Kortam, Palestinienne de quarante ans travaillant à l’ambassade de Norvège au Liban33, annonce sa candidature aux élections législatives libanaises qui doivent se tenir deux mois plus tard. Elle se présente sur le « siège palestinien » de la « troisième circonscription » de la capitale. Or, il n’y a pas de siège palestinien au parlement, et encore moins de troisième circonscription électorale à Beyrouth. La candidature est née sous la forme délibérée d’une « provocation » (istifzāz) sur les réseaux sociaux : posant en photo sur Facebook aux côtés d’un chien, pour signifier que les Palestiniens du Liban étaient traités comme tels, le premier post annonçant sa candidature n’engageait pas Manal Kortam dans une campagne électorale34. C’est seulement sous l’effet des multiples injures reçues sur ses comptes personnels qu’elle s’est alors décidée à médiatiser sa fausse candidature – elle monte un comité de campagne, tient des conférences de presse, et organise des meetings dans des camps de réfugiés palestiniens au Liban. Fait notable : les factions palestiniennes sont demeurées loin de cette campagne législative fictive. Elles ne l’ont pas relayée, et se sont abstenues d’envoyer des représentants à ses conférences de presse – seules quelques ONGs palestiniennes ont accepté d’y participer35.

  • 36 Entretien de l’auteur avec Hatem Mokdadi, cadre du Mouvement de jeunes et du Fatah-Courant réformis (...)

27Manal Kortam s’inscrit dans une dynamique propre aux années 2010 : une nouvelle génération palestinienne au Liban, n’ayant connu ni l’expulsion des Palestiniens par Israël en 1948 ni les années de la guerre civile, se distancie d’un traditionnel nationalisme palestinien marqué par la revendication cardinale du droit au retour en Palestine occupée. Les mobilisations sont pragmatiques : de jeunes Palestiniens militent pour le droit à l’émigration en Europe occidentale ou dans les pays du Golfe, moins que pour le droit au retour (Mohsen, hiver 2016). Dans les camps de Nahr al-Bared et de Baddawi, au Nord-Liban, un Mouvement des jeunes (hirāk al-shabābī) se mobilise depuis 2015 contre le trafic de drogues dans les camps, contre l’utilisation des armes à titre individuel, ou tente de résoudre des conflits locaux qui n’ont pas de nature politique : lorsque le propriétaire d’un bus palestinien voit son véhicule détruit par de jeunes Libanais après une altercation sur une plage du Sud-Liban avec de jeunes Palestiniens du camp de Baddawi, le Mouvement des jeunes rembourse les frais de réparation du bus à son propriétaire, et obtient des jeunes Palestiniens impliqués dans l’altercation qu’ils lui présentent leurs excuses36. En même temps, le Mouvement des jeunes se veut critique des organisations palestiniennes, qu’elles soient liées à l’OLP, au Hamas ou au régime syrien. Ses cadres dénoncent l’absence de représentativité des leaders palestiniens au Liban, et soulignent la déconnexion générationnelle entre les acteurs palestiniens de la guerre civile – toujours aux manettes de l’OLP au Liban, et interlocuteurs privilégiés des autorités libanaises – et les jeunes générations palestiniennes.

28Cependant, ces mouvements de jeunes ne traduisent pas uniquement une sortie du politique : ils sont parfois liés à des formations palestiniennes qui sont exclues du jeu politique palestinien. Ce n’est certes pas le cas de la campagne indépendante de Manal Kortam : mais c’est bien le cas du Mouvement des jeunes, dont les cadres sont en réalité membres du Fatah-Courant réformiste (tyār al-iṣlāhī) de Muhammad Dahlan. Ce dernier, exclu du Fatah de Mahmoud Abbas en 2011, a vu son réseau de partisans au Liban s’étendre ces dernières années : pragmatique, il recrute parmi les jeunes Palestiniens de la diaspora en dénonçant l’incapacité de l’OLP – notamment du Fatah – à défendre les droits sociaux des réfugiés. Au Liban, le Fatah-Courant réformiste est exclu de tous les cadres de dialogue libano-palestinien officiels : il n’est pas représenté aux réunions du CDLP, et n’est pas invité à la réunion interpalestinienne présidée par le président du Parlement Nabih Berri en août 2018.

Le recours au local

29Depuis le début des années 2000, des Comités de quartiers (lijān al-ahīyā’) contestent la légitimité des Comités populaires (lijān sha‘abīya) : ces derniers sont divisés depuis la fin de la guerre civile entre partisans de l’OLP, et partisans de l’AFP. Les Comités populaires, censés remplir les fonctions d’une mairie, principaux interlocuteurs de l’UNRWA et des collectivités locales libanaises, ne sont pas élus, et leurs dirigeants sont nommés par les factions. En 2004, un Comité de réforme et de continuité se monte dans le camp de Chatila pour obtenir réparation de certaines violences ayant éclaté entre les différentes factions politiques (Guignard, 2011). Il a certes un rôle de médiateur entre les forces armées et les habitants, mais il prend également en charge, progressivement, certaines fonctions sociales relatives à la distribution de l’eau et de l’électricité.

  • 37 Entretiens de l’auteur dans le camp de Eyn al-Helweh, mai 2018.

30Dans le camp de réfugiés de Eyn al-Helweh, les Comités de quartiers constituent depuis les années 2000 une structure originale, alternative aux Comités populaires de l’OLP et de l’AFP : ils sont basés sur des logiques de quartiers, de familles et/ou de tribus (Mohsen, 2016). Ils sont élus, au contraire des Comités populaires. Ils regroupent des activistes et des notabilités locales indépendantes ou non des partis politiques, et des hommes de religion. Ils ont également un rôle politique et sécuritaire : lorsqu’en avril 2019, un jeune activiste des Jeunes musulmans, organisation salafiste radicale, abat Muhammad Ibrahim (Abu-l-Kull), un officier du Fatah et de la Sureté nationale palestinienne (amn al-watanī), les Comités de quartiers de Loubieh et de Hittin intercèdent auprès du Fatah pour que ce dernier ne fasse pas d’attaque militaire contre les positions des Jeunes musulmans, afin de préserver les civils37. Particulièrement virulents envers les Comités populaires de l’OLP et de l’AFP, critiques du leadership palestinien au Liban, ils s’imposent néanmoins progressivement comme des interlocuteurs privilégiés de l’UNRWA.

  • 38 Entretien de l’auteur avec des membres des Comités de quartiers de Eyn al-Helweh, février 2018.

31Les Comités ont également un rôle positif en matière de dialogue avec les partis politiques libanais et l’armée : il leur arrive d’intercéder auprès d’activistes recherchés par les autorités libanaises pour qu’ils se livrent de manière volontaire à l’armée, en échange de garanties concernant leur traitement judiciaire. En février 2018, les Comités de quartiers des différents camps du Liban décident de se doter d’une Charte commune – une tentative cependant avortée un an plus tard38. Les Comités de quartiers sont sans doute les premiers à dénoncer les factions palestiniennes, ou à critiquer de front les politiques libanaises discriminatoires en matière de droit au travail et à la propriété. Toutefois, ils ne refusent pas de jouer, à terme, le jeu d’une certaine institutionnalisation : à Saida, ils ont obtenu reconnaissance de leur rôle en matière de gestion des conflits locaux, et rencontrent régulièrement les leaders libanais de la ville – les députés de l’OPN et du Courant du futur, mais aussi le Hezbollah et le mouvement Amal. Ils travaillent leurs liens avec les services sécuritaires libanais. Au contraire de l’OLP et de l’AFP, ils protestent. Mais cette protestation induit une demande : celle d’être reconnus comme des interlocuteurs aussi légitimes que les factions palestiniennes auprès des Libanais.

Un salafisme-djihadisme en demande de normalisation ?

32Depuis la fin de la guerre civile, les mouvements salafistes et djihadistes dans les camps de réfugiés palestiniens sont des acteurs protestataires à plusieurs titres : ils « construisent une culture du jihâd qui repose, dans sa dimension régionale, sur la dénonciation des agressions dont l’oumma fait l’objet de la part de l’Occident (relayé sur place par des régimes arabes qui ont signé la paix avec Israël) et, dans sa dimension nationale, sur une critique radicale des valeurs constitutives de l’entité libanaise » (Rougier, 2005). Par conviction idéologique, ils refusent donc de jouer le jeu : celui du traditionnel nationalisme palestinien de l’OLP, avec qui ils souhaitent rompre, celui de la reconnaissance de la légitimité de l’État-nation libanais, et, en conséquence, celui des relations libano-palestiniennes. Et pourtant : certaines des composantes de la mouvance salafiste-djihadiste n’excluent plus de se normaliser, et de jouer le jeu, in fine, du dialogue libano-palestinien.

33En mars 2018, le Cheikh Oussama Shahabi, porte-voix des Jeunes musulmans (shabāb al-muslīm) dans le camp de réfugiés de Eyn al-Helweh, publie un article dans le quotidien libanais al-akhbār, proche du Hezbollah. Il propose un accord au Fatah et à l’État libanais : les Jeunes musulmans seraient prêts à normaliser leurs relations avec les autorités libanaises et palestiniennes, et à renoncer à porter les armes contre eux. Le fusil salafiste doit désormais être tourné uniquement contre Israël (Shahabi, mars 2018). Les Jeunes musulmans ne sont pas une organisation politique, ni une formation militaire : c’est un réseau, et un regroupement, né en 2015. Il agrège des membres d’organisations salafistes-djihadistes de différents horizons : partisans du Fatah al-Islam, qui a disparu du Nord-Liban depuis la fin des combats de Nahr al-Bared à l’été 2007 (Rougier, 2011), jeunes « revenants » palestiniens de Syrie (Dot-Pouillard, 2015 et 2019). Depuis 2015, ce sont principalement les membres des Jeunes musulmans qui s’affrontent au Fatah dans le camp de Eyn al-Helweh.

  • 39 Entretiens de l’auteur avec des membres des Jeunes musulmans, printemps 2018.

34La lettre ouverte du Cheikh Oussama Shahabi n’engage pas toute la mouvance salafiste-djihadiste, et il l’écrit en son nom propre. Mais elle témoigne d’un principe de réalité, et d’un effet de conjoncture : les différents revers militaires de l’État islamique (EI) en Irak, tout comme l’isolement croissant du Fatah al-Sham dans la province syrienne d’Idlib au cours des dernières années, ont peu à peu privé de toute opportunité politique les Palestiniens du Liban proches de ces organisations : Bilal Badr, l’un des principaux représentants du Fatah al-Islam au Liban, est clandestinement retourné dans le camp de Eyn al-Helweh au printemps 2018, après avoir combattu aux côtés d’al-Qaeda en Syrie39. Les relations familiales (les membres des Jeunes musulmans ont des proches membres du Fatah, ou vivent dans les mêmes quartiers), la pression exercée par les Comités de quartiers pour que les Jeunes musulmans se rendent à l’armée libanaise, en échange de garanties judiciaires, font le reste : certains membres des Jeunes musulmans désirent normaliser leurs relations avec l’OLP et l’État libanais, en dépit d’une rhétorique protestataire.

L’essentiel, c’est d’y croire

35Les politiques libanaises vis-à-vis des Palestiniens oscillent entre une mise au ban, pratique, des réfugiés, une défense consensuelle de leur cause politique (le droit au retour), et l’hypothèse d’une amélioration de leurs droits sociaux, sans que cette contradiction entre la pratique, le consensus et l’hypothèse ne soit jamais résolue. Pourtant, les Palestiniens du Liban, tout du moins leurs organisations politiques et leurs institutions diplomatiques, n’hésitent pas : ils croient, ou donnent l’illusion de croire, dans un dialogue libano-palestinien qui progresse. La « rhétorique de l’officiel » fonctionne, les « mises en forme » (instances, comités) aussi, même de manière bancale : car l’essentiel n’est pas tant qu’elles aboutissent à quelque chose de concret (une remise en cause de la mise au ban des réfugiés), mais bien qu’elles existent.

  • 40 Le premier juin 2019, le ministre du Travail Kamil Abou Sleiman tient une conférence de presse. Il (...)
  • 41 Entretien de l’auteur avec Samer Manaa, membre du FDLP et animateur des manifestations palestinienn (...)
  • 42 Entretien de l’auteur avec des responsables du département des affaires étrangères des Forces liban (...)

36En juillet 2019, le conflit qui oppose les Palestiniens au ministre chrétien du Travail Kamil Abou Sleiman – un membre des Forces libanaises – ne contredit pas cette « rhétorique de l’officiel » : certes, des milliers de manifestants palestiniens dénoncent la « campagne pour combattre le travail étranger illégal au Liban » lancée, le premier juin 2019, par le ministère du Travail40 – elle vise particulièrement les travailleurs palestiniens et syriens qui ne disposeraient pas d’un permis de travail. Mais tout est fait pour contenir le conflit : dans les camps, les factions palestiniennes appellent les manifestants au calme, à ne pas s’attaquer à l’armée libanaise, et distribuent des fleurs aux soldats41. Les Palestiniens protestent, certes, et massivement : mais les premières manifestations ne sont pas initiées par l’OLP, ni par l’AFP, mais par les « exclus » du traditionnel jeu partisan palestinien au Liban : Fatah-Courant réformiste de Muhammad Dahlan, jeunes activistes indépendants, Comités de quartiers. Par crainte d’être débordés par leurs concurrents, le Fatah et le Hamas appellent les Palestiniens à descendre dans la rue, moins pour faire grandir le mouvement que par souci de le contrôler (Kortam, 2019). Les Forces libanaises négocient une sortie de conflit avec l’ambassade de Palestine, et jouent le double jeu de l’institutionnalisation-externalisation : elles s’adressent directement à Ramallah, demandant l’aide et le soutien de Azzam al-Ahmad, membre du Comité central du Fatah et conseiller du président Mahmoud Abbas en charge des affaires libanaises et syriennes42. À la fin de l’été 2019, les acteurs antagonistes – de l’OLP au ministère du Travail – n’ont pas trouvé de solution pérenne au conflit qui les oppose : mais tous saluent la décision du Conseil des ministres du 27 août 2019 de créer un « Comité ministériel pour traiter la situation des réfugiés palestiniens au Liban ». Sans que l’OLP et les Forces libanaises s’accordent sur le fond – le statut des travailleurs palestiniens au Liban – ils s’entendent au final sur un principe, passant par la mise en place d’un énième « comité », censé tout faire « rentrer dans l’ordre » : il faut encore et toujours « mettre en forme » et « mettre des formes » (Bourdieu, 2012 : p 106).

37La page de la guerre civile libanaise – tout du moins celle qui opposait des Palestiniens à des Libanais – est donc définitivement tournée : non pas seulement parce que les organisations politiques palestiniennes ne veulent plus être des sujets du politique au Liban, et qu’elles privilégient la construction d’un appareil proto-étatique dans les Territoires palestiniens, mais parce qu’un fait s’est peut-être imposé : l’État libanais existe pour les Palestiniens, bien plus que dans les années 1970 et 1980. Et il existe également parce qu’il est capable « de mettre en scène un ensemble de gens destinés à jouer une sorte de drame public, le drame de la réflexion sur les problèmes publics » (Bourdieu, 2012 : 49). Et de mettre en place, pour ce faire, des « commissions » et des « instances » de dialogue. Même les exclus de cette « rhétorique de l’officielle » – mouvements de jeunes, comités de quartiers indépendants des factions palestiniennes, voire même certaines composantes de la mouvance salafiste-djihadiste – envisagent à terme de jouer le jeu du dialogue libano-palestinien, révélant les limites (ou l’objectif final) de toute politique protestataire.

38Mais les Palestiniens sont-ils réellement les seuls à jouer le jeu ? Certes, les politiques de la reconnaissance libanaises sont ambiguës. Mais, des partis confessionnels aux instances étatiques, tout est fait pour identifier des interlocuteurs palestiniens définis comme légitimes (factions de l’OLP et de l’ANP, Ambassade de Palestine) – quand bien même ils n’auraient pas d’État. Les Libanais ne reconnaissent plus seulement une cause : ils légitiment des partis politiques et des institutions palestiniennes. Entre les Libanais et les Palestiniens, s’établit un rapport complexe fondé sur le jeu et l’illusion : les Palestiniens font semblant de croire à un dialogue libano-palestinien joué à somme égale, tandis que les Libanais font comme si les Palestiniens avaient des interlocuteurs pleinement représentatifs et efficaces : mais la situation sociale des camps demeure précaire, la question des droits avance peu, tandis que les factions palestiniennes peinent à assurer la stabilité des camps et à contenir les contestations de toute sorte. Les relations libano-palestiniennes oscillent peut-être entre l’illusoire et la fiction : mais « une fiction sociale n’est pas fictive. Hegel disait déjà que l’illusion n’est pas qu’illusoire » (Bourdieu, 2012 : 55).

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

AL-GHABRA Shafiq, 2012, Hayāt ghayr amina. Jīl al-ahlām wa-l-ikhfāqāt, (La vie n’est pas sûre. Une génération de rêves et d’impasses), Beyrouth, Dar al-Saqi.

AL HUSSEINI Jalal, 2011, « Le statut des réfugiés palestiniens au Proche-Orient. Facteur de maintien ou de dissolution de l’identité nationale palestinienne ? », in ALHUSSEINI Jalal et SIGNOLES Audes (Dir.), Les Palestiniens entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Paris, Éditions Karthala, pp 37-65.

AL-TAHER Muin, 2017, Tabagh wa zeitūn. Hikāyāt wa sūar min al-zaman al-muqāwim (Tabac et Olives. Histoires et images du temps résistant), Doha, Arab Center for Research and Policy Studies.

BOURDIEU Pierre, 2012, Sur l’État. Cours au Collège de France. 1989-1992, Paris, Éditions Raisons d’agir et Éditions du Seuil.

DOT-POUILLARD Nicolas, 2015, Between Radicalization and Mediation Processes : a Political Mapping of Palestinian Refugee Camps in Lebanon, Conflict Mapping and Analysis, Beirut, Lebanon Support and Civil Society Knowledge Center, consulté le 15 mai 2019, https://civilsociety-centre.org/paper/between-radicalization-and-mediation-processes-political-mapping-palestinian-refugee-camps.

DOT-POUILLARD Nicolas et GUIGNARD Xavier, 2017, « L’avenir incertain du Fatah de Mahmoud Abbas », Orient XXI, 3 janvier 2017, consulté le 6 juin 2019, https://orientxxi.info/magazine/l-avenir-incertain-du-fatah-de-mahmoud-abbas,1636.

DOT-POUILLARD Nicolas, 2019, Countering Radicalization and the Role of Mediators in Mitigating Violence in Ain al-Helweh, Beirut, Lebanese Center for Policy Studies, consulté le 6 juin 2019, https://www.lcps-lebanon.org/featuredArticle.php ?id =220.

DOT-POUILLARD Nicolas et KORTAM Marie, 2017, Palestinian Youth in Lebanon Between Marginalization, Exploitation and Radicalization, Beirut, Norwegian People’s Aid (NPA).

FRASER Nancy, 2004, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte.

FRASER Nancy, 2011, « Féminisme, capitalisme et ruses de l’histoire », Cahiers du genre, volume 50, numéro 1, Paris, L’Harmattan, pp 165-192.

GUIGNARD Xavier, septembre 2011, La construction de l’Autorité nationale palestinienne et la permanence des réfugiés palestiniens au Liban (1994-2011), Mémoire de master en sciences politiques, sous la direction de Yves Viltard, Université Paris I.

HANAFI Sari, 2008, Palestinian Refugee Camps : Disciplinary Space and Territory of Exception, CARIM Analytic and Synthetic Notes, 44, Firenze, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, European University Institute.

KORTAM Marie, 14 August 2019, «  Lebanon : Anger in Palestinian Refugee Camps Gives Rise to a New Mobilization for Dignity  », Paris, Arab Reform Initiative (ARI), consulté le 31 août 2019, https://www.arab-reform.net/publication/lebanon-anger-in-palestinian-refugee-camps-gives-rise-to-a-new-movement-for-dignity/.

LEBANESE PALESTINIAN DIALOGUE COMMITEE (LPDC), février 2018, Population and Housing Census in Palestinian Camps and Gatherings 2017, Beirut, LPDC, Central Administration of Statistics and Palestinian Central Bureau of Statistics, consulté le 6 juin 2019, http://www.lpdc.gov.lb/DocumentFiles/Key%20Findings%20report%20En-636808152238471230.pdf.

LEBANESE PALESTINIAN DIALOGUE COMMITTEE (LPDC), Août 2018, Rū’iya lubnānīya mūwahida li-qadāyā al-Lujū’ al-filatīnī fī-lubnān (Vision libanaise unifiée pour la question des réfugiés palestiniens au Liban), Beirut, LPDC.

LEBANESE PALESTINIAN DIALOGUE COMMITTEE (LPDC), janvier 2019, Safāra dawla filaṣtīn fī-lubnān tuhīī dhikra al-intilāqa al-thawra al-filaṣtīnīya (L’ambassade de Palestine au Liban célèbre le lancement de la révolution palestinienne), Beyrouth, LPDC, consulté le 6 juin 2019, http://www.lpdc.gov.lb/نشاطات/سفارة-دولة-فلسطين-في-لبنان-تحيي-ذكرى-الانطلاقة/465/ar.

MOHSEN Anis, hiver 2016, « ‘Ayn al-helweh akhr ‘awāsim al-shatāt. Faqr wa silāh wa juhūd li-mana‘ al-infijār » (Ayn al-Helweh dernière des capitales de la diaspora. Pauvreté, armes et efforts pour contenir l’explosion), Revue des études palestiniennes, Numéro 105, Beyrouth, Institut des études palestiniennes, pp 183-202.

ROUGIER Bernard, 2004, Le Jihad au quotidien, Paris, Presses universitaires de France.

ROUGIER Bernard, 2005, « Les camps palestiniens du Liban. La Syrie, le Hezbollah et le nouveau pouvoir libanais face aux attentes internationales », Revue Transcontinentales. Sociétés, idéologie, système mondial, Dossier Réforme et grand Moyen Orient, numéro 1, consulté le 8 juin 2019, https://journals.openedition.org/transcontinentales/272.

ROUGIER Bernard, 2011, L’Oumma en fragment. L’enjeu de l’islam sunnite au Levant, Paris, Presses universitaires de France.

SEURAT Leila, 2015, Le Hamas et le monde (2006-2015) : la politique étrangère du mouvement islamiste palestinien, Préface de BADIE Bertrand, Paris, CNRS éditions.

SFEIR Jihane, 2008, L’exil palestinien au Liban : le temps des origines (1947-1952), Préface de LAURENS Henry, Paris, Karthala.

SHAHABI Oussama, 3 mars 2018, « al-bunduqīya nahū filaṣtīn » (Le fusil vers la Palestine), Beyrouth, al-Akhbār.

SOMMER-HOUDEVILLE Thomas, 2011, La flottille. Solidarité internationale et piraterie d’état au large de Gaza, Paris, Éditions Zones.

ZAKI Abbas, avril 2008, Kalima sharaf ila-ikhwātinā al-masīhīyīn fī-lubnān bi-munāsaba ‘aīd al-fuuh (Déclaration d’honneur à nos frères chrétiens au Liban à l’occasion de la fête de Pacques), Beyrouth, Bureau de représentation de l’Organisation de libération de la Palestine au Liban.

ZAKI Abbas, 2009, I‘lān filatīn fī-lubnān (Déclaration de Palestine au Liban), Beyrouth, Brochure du mouvement Fatah au Liban.

Haut de page

Notes

1 En 2017, le CDLP, organisme gouvernemental libanais, organise le premier recensement des réfugiés palestiniens, en collaboration avec l’Administration centrale des statistiques et le Bureau central des statistiques palestiniens (LPDC, février 2018).

2 Les 12 camps de réfugiés palestiniens se divisent en cinq zones : Nord-Liban (Baddawi et Nahr al-Bared), Beyrouth et ses environs (Bourj al-Brajneh, Chatila, Mar Elias, Dbayeh), district de Saida (Eyn al-Helweh et Mieh Mieh), Sud-Liban (Rachidiyeh, Al-Bass, Bourj al-Chemali), et Bekaa, à l’est du pays (Al-Jalil). Les regroupements palestiniens sont au nombre de 156 (LPDC, février 2018 : p 14).

3 Avant 2005, le nombre de métiers interdits aux Palestiniens par les autorités libanaises était de 70.

4 L’article 9 de la loi 128 de 2010 sur la sécurité sociale permet certes aux travailleurs palestiniens et à leurs employeurs de cotiser à la FNSS : mais si les travailleurs palestiniens registrés doivent payer l’ensemble de leur contribution à la Sécurité sociale (23,5 % de la valeur du salaire), ils ne bénéficient pas de la couverture médicale, ni des frais de maternité, mais seulement d’une indemnité de fin de service (équivalente à 8,5 % de la valeur payée).

5 Le droit au retour fait référence à la résolution 194 de l’assemblée générale des Nations-Unies, votée le 11 décembre 1948.

6 Jusqu’au printemps 2005, la présence syrienne au Liban défend les Palestiniens de toute représentation politique officielle. Le dossier palestinien est essentiellement géré par les Syriens.

7 Le Bureau de représentation de l’OLP est ouvert au Liban en 1964, sous la direction de Shafiq al-Hout. Il est fermé par les Israéliens à l’été 1982, et le demeure tout au long des années 1990 et du début des années 2000, lors de la tutelle syrienne sur le Liban.

8 L’Alliance des forces palestiniennes est née en 1993, à Damas. Elle regroupe les factions palestiniennes non membres de l’OLP (Hamas, Mouvement du Jihad islamique en Palestine, Fatah-Intifada, Front populaire pour la libération de la Palestine-Commandement général, etc.).

9 Les réflexions développées dans cet article sont le fruit de plusieurs années de travail sur et dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban : dans le cadre d’une thèse de doctorat (2005-2009), pour l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) (2011-2015), pour le Norwegian People’s Aid (NPA) et le Lebanese Center for Policy Studies (LPCS) (2015-2017), et pour le Centre pour le dialogue humanitaire (HD) (2017-2020). Si certaines sources sont mentionnées dans cet article, d’autres sont laissées à la discrétion de l’auteur, eut égard à la politique de confidentialité de l’institution pour laquelle nous travaillons. Les analyses et points de vue de l’auteur exprimés dans cet article n’engagent pas le Centre pour le dialogue humanitaire.

10 Basée à Saïda, l’OPN, majoritairement sunnite, est alliée au Hezbollah et au mouvement Amal, et concurrence le Courant du futur de Saad Hariri.

11 Entretien de l’auteur avec des cadres de l’Organisation populaire nassérienne, Saida, été 2018.

12 Lors des élections législatives de mai 2018, le Hezbollah et le mouvement Amal (chiite) soutiennent la liste présentée par Oussama Saad, secrétaire général de l’OPN, qui sera élu député à l’issue du scrutin.

13 Observations de l’auteur, mai 2018.

14 Entretien de l’auteur avec Abdel Halim Fadlallah, directeur du Conseil consultatif pour les études et la documentation, institution liée au Hezbollah, 2010.

15 Le CPL, aujourd’hui dirigé par Gibran Bassil, est également le parti du président de la République Michel Aoun.

16 Entretien de l’auteur avec Soheil Natour, membre de la direction du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), et avec Ghassan Ayoub, membre de la direction du Parti populaire palestinien (PPP), août 2017.

17 Entretien avec Abbelnasser al-Ayi, directeur de projet au Comité de dialogue libano-palestinien, mars 2016.

18 La feuille de route du LPDC ne s’engage pas à baisser le nombre de métiers interdits aux Palestiniens. Mais elle définit les mécanismes nécessaires à l’application des lois relatives à l’emploi et au droit à la protection sociale, peu respectée par les employeurs libanais et par les services de l’État.

19 Entretien de l’auteur avec un des coordinateurs du groupe de travail des factions palestiniennes avec le CDLP, mai 2019.

20 Entretien avec une ancienne responsable du CDLP, août 2017.

21 À la suite de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafiq Hariri, en février 2005, le spectre politique libanais se divise en deux grandes coalitions : le 14 mars est emmené par le Courant du futur (sunnite), et par ses alliés chrétiens des Forces libanaises notamment, tandis que la coalition du 8 mars est conduite par le Hezbollah, soutenu, à partir de février 2006, par le Courant patriotique libre (chrétien) du Général et futur président de la République Michel Aoun.

22 Entretiens de l’auteur avec Oussama Hamdan, alors représentant du Hamas au Liban, 2006 et 2007.

23 Observations de l’auteur, camps de Baddawi et de Eyn al-Helweh, janvier 2018.

24 Entretien de l’auteur avec des membres du Haut comité de sureté palestinien, été 2016.

25 Observations de l’auteur, mai 2010.

26 Observations de l’auteur, décembre 2017.

27 Observations de l’auteur, juin 2018.

28 La « Protection Unit » de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency) aide les réfugiés palestiniens en termes d’aide légale devant l’État libanais – droit au travail et à la santé.

29 Entretien avec Mahmoud Hanafi, directeur de l’Association palestinienne pour les droits de l’homme, mars 2016.

30 Oussama Saad est le fils de Maarouf Saad (1910-1975), fondateur de l’Organisation populaire nassérienne. Ce mouvement a été allié de l’OLP lors de la guerre civile libanaise.

31 Le PSP soutient l’obtention de nouveaux droits sociaux pour les Palestiniens. Il a un représentant spécial pour les affaires palestiniennes au Liban, membre de son Bureau politique, Baha Bou Karoum.

32 La guerre des camps a opposé le mouvement Amal, allié à la Syrie, à l’OLP, de 1985 à 1987. Cependant, certains membres du mouvement Amal ont été membres du Fatah, ce dernier ayant participé à la formation militaire du mouvement à la fin des années 1970 (al-Taher, 2017 : pp 185-186).

33 Le père de Manal Kortam, décédé, était palestinien, tandis que sa mère est libanaise. En vertu des lois libanaises, Manal Kortam, née au Liban, n’a donc pas la nationalité libanaise, et est réfugiée palestinienne.

34 Entretien de l’auteur avec des membres du comité de campagne de Manal Kortam, mars 2018.

35 Observations de l’auteur, conférences de presse de Manal Kortam, mars et avril 2018.

36 Entretien de l’auteur avec Hatem Mokdadi, cadre du Mouvement de jeunes et du Fatah-Courant réformiste, été 2016.

37 Entretiens de l’auteur dans le camp de Eyn al-Helweh, mai 2018.

38 Entretien de l’auteur avec des membres des Comités de quartiers de Eyn al-Helweh, février 2018.

39 Entretiens de l’auteur avec des membres des Jeunes musulmans, printemps 2018.

40 Le premier juin 2019, le ministre du Travail Kamil Abou Sleiman tient une conférence de presse. Il donne alors un délai d’un mois, à compter du 10 juin 2019, pour que les travailleurs et employeurs étrangers illégaux régularisent leur situation. Or, les Palestiniens arguent du fait qu’ils ne peuvent être assimilés aux autres travailleurs étrangers : ils ne bénéficient pas du principe de réciprocité, qui stipule que les travailleurs étrangers au Liban ne peuvent obtenir un permis de travail sans que leur pays d’origine n’applique le même traitement aux travailleurs libanais (les Palestiniens n’ont en effet pas d’État). Les manifestants palestiniens demandent également que la loi 128/2010 soit amendée, afin que les travailleurs palestiniens se voient attribuer un droit complet à la sécurité sociale, et pas seulement une indemnité de fin de service. 

41 Entretien de l’auteur avec Samer Manaa, membre du FDLP et animateur des manifestations palestiniennes dans le camp de Eyn al-Helweh, juillet 2019.

42 Entretien de l’auteur avec des responsables du département des affaires étrangères des Forces libanaises, juillet 2019.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Dot-Pouillard, « Jouer le jeu ? Les Palestiniens du Liban, entre marginalisation sociale et « rhétorique de l’officiel »  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 12 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.14136

Haut de page

Auteur

Nicolas Dot-Pouillard

Center for Humanitarian Dialogue (HD) ; l’Institut français du Proche-Orient Ifpo, Beyrouth, Liban

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search