Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147PREMIERE PARTIELe gouvernement sécuritaire palestin(…)

PREMIERE PARTIE

Le gouvernement sécuritaire palestinien au prisme de l’émeute

Retour sur une enquête de terrain dans le camp de Dheisheh
PA’s Security Agenda and Grassroots Resistance: A Riot in Dheisheh Camp
Minas Ouchaklian

Résumés

Depuis 2007, la place prise par les dispositifs sécuritaires dans la gestion par l’Autorité palestinienne (AP) des populations placées sous son contrôle s’est fortement accrue. Au travers du compte-rendu d’une enquête de terrain menée en 2017 dans le camp de réfugiés de Dheisheh, cet article interroge comment le gouvernement sécuritaire palestinien affecte les rapports entre les classes subalternes de Cisjordanie et le pouvoir central et local. L’enquête relatée ici a été conduite dans le contexte d’une lutte, en 2017, après qu’une manifestation violente a opposé des jeunes du camp aux forces de sécurité palestiniennes. Alors que, dans le sillage de cette émeute, les services de sécurité de l’AP procédaient à des arrestations, la route qui longe Dheisheh était régulièrement bloquée en vue d’obtenir la libération des jeunes incarcérés. L’article évoque comment le pouvoir palestinien et les cadres militants locaux réagissent à ces événements, et interroge la manière dont ceux-ci sont évoqués, et souvent tus, par les habitants du camp. Il montre comment, dans le cadre d’une mobilisation protestataire, les logiques sécuritaires promues par l’AP sont intériorisées par les acteurs.

Haut de page

Texte intégral

1En 1996, alors que s’établissait la nouvelle Autorité nationale palestinienne, Jean-François Legrain analysait avec finesse le rapport entre la population et l’embryon d’État national comme une relation centre-périphérie :

« La nouvelle Autorité, comme la Porte et plus tard le pouvoir hachémite, se comporte en centre tandis que la population demeure dans un état de périphérie, la médiation entre les deux se trouvant assumée par des “notables” » (Legrain, 1998).

2Ce rapport impliquait une forme de contrôle des populations à distance :

« Dans le cas d’une société politique non-intégrée comme la Palestine, le choix du centre du pouvoir (…) n’est pas envisageable. Ce centre est. À travers le temps, il s’est imposé (...). Mais face au pouvoir et en toute indépendance, le peuple dessine ses propres cercles de solidarité » (Legrain, 2003 – je souligne).

3Depuis, il y a eu la deuxième Intifada (2000-2005), le conflit Fatah-Hamas qui a abouti au détachement politique de Gaza et de la Cisjordanie (2007), la suspension des procédures démocratiques de désignation des dirigeants palestinien (2007). À la suite de cette séquence, et à partir de la fin des années 2000, une nouvelle gouvernance palestinienne s’est progressivement mise en place en Cisjordanie. L’Autorité palestinienne (AP) a tissé, par ses espions, ses médias, ses forces de sécurité, ses salaires, un maillage de contrôle direct sur la population qui est venu se superposer à la gouvernance périphérique des années Arafat (1994-2004). Alors que la souveraineté politique et économique de l’AP demeure très limitée – du fait de la poursuite de l’occupation israélienne et de sa très grande dépendance à l’endroit de ses sponsors internationaux – la dimension sécuritaire de sa gouvernance s’est ancrée dans les rapports sociaux du quotidien.

4Il existe une littérature bien documentée sur ces transformations de l’appareil d’État palestinien : ils mettent en lumière comment l’AP est subordonnée dans ses politiques (Turner, 2014), produit de la dépolitisation (Leech, 2014) et gouverne au travers de sa rente sécuritaire et de son appareil policier (Sayigh 2011, Wildeman & Tartir, 2014). Mais la manière dont le corps social palestinien est travaillé par ces processus sécuritaires demeure difficile à appréhender : quelles adaptations, confrontations ou résistances, reformulations des rapports entre population et classe dirigeante palestinienne ces processus sécuritaires entraînent-ils ? Alors que le pouvoir sécuritaire israélien demeure omniprésent, comment les populations subalternes se confrontent-elles au pouvoir sécuritaire palestinien dans leurs pratiques du quotidien ?

  • 1 Le terme shāb (pl. shabāb) désigne un jeune homme, mais en Palestine le terme articule souvent la d (...)

5Ces questions seront abordées ici au travers d’une expérience d’enquête ethnographique. Celle-ci a été menée de manière impromptue, au détour d’une séquence de confrontation avec l’appareil d’État palestinien dont j’ai été le témoin, dans le camp de réfugiés de Dheisheh, en mars-avril 2017 : d’abord une manifestation politique qui « dégénère » en un affrontement émeutier avec les forces de sécurité palestiniennes ; puis une série de blocages de route menés par des shabāb1 du camp en vue de faire valoir des revendications.

6L’enquête menée dans le sillage des événements a été confrontée à plusieurs obstacles et à d’importantes zones de silence ; mais ces difficultés, qui m’ont amené à reformuler mes questionnements, ont été révélatrices des lignes de tension qui traversent, dans un camp de réfugiés de Cisjordanie, les rapports de pouvoir noués autour du contrôle de la légitimité politique. Je me propose ici de restituer le fil de cette enquête en m’appuyant sur mon journal de terrain et les entretiens menés alors, et en tenant compte de la position qui était la mienne à l’époque : un chercheur/militant étranger qui séjournait pour trois mois dans le camp et enquêtait sur des questions « sensibles ».

Le Markaz et la rue

7Dheisheh compte 13 000 habitants environ. Le camp est en banlieue de Bethléem, situé sur la route d’Hébron : en transport public, on met moins de dix minutes à rejoindre le centre-ville de Bethléem. Dheisheh est inséré dans un espace urbanisé en continu autour de la ville ; il jouxte des « villages » eux-mêmes devenus des banlieues de celle-ci. Comme tous les camps palestiniens, c’est une zone d’habitation en dur, dont le terrain d’implantation n’est pas extensible et qui se développe depuis les années 1950 à l’intérieur du même périmètre : la densité de l’habitat y est donc extrême.

  • 2 Au cours de mon enquête, j’ai consulté nombre de pages et groupes Facebook locaux. Certains sont li (...)

8Alors que Dheisheh est situé en zone A, donc officiellement sous souveraineté palestinienne, l’armée israélienne y réalise de fréquentes incursions nocturnes en vue d’y mener des arrestations. Des Jeeps pénètrent alors dans l’enceinte du camp, les soldats entrent dans les habitations et enlèvent le jeune qu’ils sont venus chercher – sur lequel pèsent des charges qui la plupart du temps ne seront jamais explicitées (au-delà des raisons de « sécurité »). Ces incursions s’accompagnent souvent de confrontations : des shabāb, parfois organisés via des groupes Facebook2 tentent d’empêcher les soldats de mener les arrestations, et il n’est pas rare que, face à des bousculades, des jets de pierres ou de cocktails Molotov, ces derniers fassent usage de leurs armes. Blessés et parfois martyrs constellent ainsi la vie publique du camp.

  • 3 De tendance marxiste, le FPLP est la faction de gauche la mieux implantée dans les Territoires occu (...)

9Dans les années 1970-1980, Dheisheh était un bastion du Front populaire de libération de la Palestine3 (FPLP). Alors que celui-ci continue de disposer d’une certaine assise au sein de la population du camp, nombre des institutions qui y sont implantées produisent un activisme tourné vers des acteurs de la solidarité internationale très marqués à gauche. C’est là une vitrine qui s’offre au militant ou au chercheur étranger qui s’intéresse au camp et qui est pris en charge par ces institutions ; c’est ainsi que j’y suis entré.

10Alors que je loue un appartement dans le camp, mon point d’ancrage premier est un centre social tourné vers l’activisme international et l’empowerment (autonomisation) de la jeunesse – ceux qui le fréquentent l’appellent communément al-markāz (le centre), c’est ainsi que je m’y référerai ici. La direction du Markaz est composée d’acteurs proches du FPLP ou d’autres factions de la gauche mais ayant rompu avec la discipline de parti. Ces militants nés dans les années 1960 ont été politisés au cours de la première Intifada (1987-1993). Opposés à la coopération sécuritaire et à toute démarche de normalisation de l’occupation, ils constituent un pôle de pouvoir sein du camp. Leur poids politique est cependant moindre que celui des acteurs liés au Fatah et aux services de sécurité de l’AP, qui contrôlent l’organe de représentation politique local, le comité populaire des services, et disposent d’une forte capacité de clientélisation.

  • 4 Un troisième pôle politique demeure invisible à Dheisheh – comme dans la plupart des espaces de Cis (...)
  • 5 Au cours d’un entretien, un cadre militant lié à la gauche et aux structures tournées vers l’intern (...)

11Ces deux pôles de pouvoir – la gauche et le Fatah –, en apparence antagonistes, sont eux-mêmes fractionnés en interne et la ligne de démarcation se fait floue dès lors qu’il s’agit de « représenter » le camp face à l’AP. Alors que Dheisheh, comme la plupart des camps de Cisjordanie, continue de jouir d’une forme d’extraterritorialité négociée avec l’AP concernant les enjeux d’ordre public – la police et les services de sécurité palestiniens n’ont pas d’activité dans le périmètre du camp –, les acteurs des deux pôles de pouvoir constituent des interlocuteurs reconnus par l’AP dès lors qu’il s’agit de discuter des affaires du gouvernement local4. Par ailleurs, autant que des positionnements politiques distincts (l’un lié au gouvernement de Ramallah, l’autre oppositionnel), ces deux pôles de pouvoir investissent des champs politiques distincts. Le pôle Fatah est celui des appareils politiques, il est reproduit au travers de la wasṭa (l’intercession indispensable pour accéder à des positions ou des services) et les capitaux qui y circulent prennent essentiellement leur source auprès des instances nationales de l’AP. Le « deuxième pouvoir5 », celui d’un activisme « civil », est reproduit par l’empowerment et un discours de résistance basé sur l’instruction et le désintéressement. Les capitaux qui y circulent sont essentiellement liés aux réseaux des ONG militantes ramifiés à l’international. Ces champs sont bien sûr hiérarchisés (Bourdieu, 1980) et, des deux côtés, le capital y est concentré aux mains de ces cadres politiques quinquagénaires issus de la militance de la première Intifada.

12C’est donc au travers de ma fréquentation du pôle de pouvoir lié à la gauche et à l’activisme tourné vers la société civile que je me suis installé à Dheisheh. Parmi les dirigeants du Markaz, un rapport de proximité et de « parole ouverte » s’est rapidement établi avec Jibrīl, qui est un ancien du FPLP très critique à l’encontre de l’AP et de la politique institutionnelle en général. En plus de cadres politiques de gauche, je croise quotidiennement au Markaz une quinzaine de shabāb, qui forment une sorte de bande – non exempte d’inimitiés et de rivalités. Certains se sentent Fatah, d’autres FPLP, d’autres encore critiquent la politique factionnelle. Plusieurs d’entre eux affrontent (avec des pierres et des cocktails Molotov) les soldats israéliens au cours des incursions nocturnes régulières que mène Tsahal dans le camp. Au fil de leur fréquentation, il m’est apparu que ces shabāb se situent au contact de deux univers politiques et sociaux : celui de l’activisme civil tourné vers l’international, qui les amène à fréquenter les étrangers de passage et entrevoir la possibilité d’une extraction et d’une carrière hors le camp ; et celui de la rue comme espace de confrontation, qui conduit souvent dans les geôles israéliennes. J’ai noué des liens plus poussés avec deux de ces shabāb, l’un, Ibrahīm plus proche du pôle « société civile », l’autre, Rāmi, de la culture de rue.

13Ma vie sociale dans le camp ne se limite pourtant pas au Markaz. Elle est constituée de nombreuses autres sociabilités du quotidien – commerçants, partenaires de jeux de cartes au café, interlocuteurs parmi les shabāb qui tiennent les coins de rue. Dans le cadre de ces sociabilités de rue, les conversations sont très différentes de celles qui se nouent au Markaz : alors que mes interlocuteurs ne s’inscrivent pas dans le champ politique et ne fréquentent guère d’acteurs dits « internationaux » (militants ou institutionnels), les rôles (Goffman, 1973) dans les interactions sont structurés avant tout autour de mon statut d’étranger installé dans le camp.

14Cadres politiques liés au « deuxième pouvoir », shabāb du Markaz et réseau de relations construit dans la rue : c’est sur la base de mes conversations avec des acteurs issus de ces trois groupes d’interlocuteurs que j’ai tenté de comprendre la dynamique de lutte enclenchée par l’émeute du 12 mars 2017.

Le goût de l’émeute

15Le 6 mars 2017, un jeune intellectuel et activiste de la région de Bethléem, Bāsil al-Aʿraj, est abattu par l’armée israélienne. Militant pour une lutte contre l’occupation à distance des partis politiques et n’excluant pas l’usage des armes, il avait auparavant été arrêté par l’AP pour ses écrits et ses prises de parole. Il avait été torturé et avait mené avec plusieurs autres détenus une grève de la faim pour dénoncer le caractère politique de sa détention et les mauvais traitements. Finalement libéré avec ses camarades, Bāsil al-Aʿraj était depuis recherché par l’armée israélienne et se cachait.

  • 6 « Laysh, laysh, mara al- sulṭa mara al-jaysh ? » : ce slogan vise la coopération sécuritaire entre (...)

16La semaine suivant sa mort, le tribunal palestinien qui devait juger Bāsil al-Aʿraj se réunit à Ramallah. Une manifestation est alors organisée devant les lieux, pour dénoncer la coopération sécuritaire entre Israël et l’AP dans cette affaire. La manifestation est réprimée, et le père de Bāsil al-Aʿraj, présent, est battu par la police palestinienne. L’information tourne sur les réseaux sociaux et le soir même, à Dheisheh, une nouvelle manifestation est organisée à l’appel du FPLP pour protester contre les agissements de l’AP. Elle réunit environ cent-cinquante personnes, qui parcourent le camp en criant des slogans – « Par notre sang et par notre âme, nous nous sacrifierons pour toi, Bāsil » ; « Pourquoi, pourquoi une fois c’est l’armée, une fois c’est l’Autorité6 ? ».

17Alors que la nuit est tombée, la manifestation sort de Dheisheh et se dirige vers une caserne des forces de sécurité palestiniennes située en lisière du camp. Aussitôt après qu’elle est parvenue devant les lieux, un manifestant tire, à l’aide d’un mortier artisanal, un feu d’artifice dans la cour de la caserne. Un moment de confusion s’ensuit, car le changement de registre est soudain : la manifestation n’avait eu jusque-là aucun caractère émeutier. Puis, alors que des policiers antiémeutes sortent et tirent des rafales de fusils mitrailleurs en l’air, une configuration de confrontation directe se noue.

Après le tir du mortier, il n’y a eu aucune tentative de médiation, ni d’un côté ni de l’autre. Les gens couraient dans tous les sens, je me suis retrouvé un moment isolé, avant de recroiser des visages connus. Ibrahīm m’a informé qu’il partait et m’a conseillé de faire de même. Il y a eu plusieurs mouvements confus d’offensives/reflux, des Molotov ont été lancés, une guérite a pris feu derrière l’enceinte de la caserne. Puis les shabāb se sont repliés dans le camp et une ligne de front s’est constituée à la lisière de celui-ci. La frontière est visiblement bien intégrée par les flics : ils n’ont pas tenté de mettre un pied dans le camp. Cela a duré quatre heures environ, pour s’arrêter vers une heure du matin. La police tirait des balles en caoutchouc, des bombes sonores, des gaz et des rafales de fusils mitrailleurs en l’air ; les manifestants lançaient des pierres et de loin en loin un Molotov.

Quand l’affrontement s’est déplacé, j’ai suivi le mouvement et je suis resté un moment avec les groupes de shabāb qui utilisaient les ruelles étroites du camp comme base arrière, sortaient pour lancer des projectiles et se repliaient à toute vitesse. À partir de ce moment, je n’ai plus pu observer les mouvements du côté policier. Même si c’est difficile à quantifier, il m’a semblé que les shabāb participant à l’affrontement étaient bien plus nombreux que les manifestants à la marche pour Bāsil : les ruelles étaient pleines de petits groupes se relayant pour sortir avec leurs projectiles. (…) Il y avait une ambiance de jeu assez marquée : on semblait beaucoup s’amuser.

J’ai demandé à Rāmi si ça le dérangeait que je reste avec lui, il m’a dit que non, mais il m’a conseillé de ne pas sortir du camp. J’ai croisé Muḥammad et J., compagnons de cartes au café. Ils semblaient ravis de me voir et m’ont proposé de lancer des pierres avec eux – je ne sais pas si c’était une bonne blague ou une proposition sérieuse. (…)

J’ai ensuite fait un tour à l’arrière du front. (…) Il y avait moins de monde que d’habitude qui circulait, mais tout de même. J’ai retrouvé Ibrahīm qui traînait dans les environs avec deux copains à lui que je ne connaissais pas. On a un peu erré ensemble. On croisait régulièrement des groupes de shabāb qui descendaient ou montaient au front. J’ai eu l’impression que les bandes se relayaient les unes les autres, allaient faire un tour ailleurs, y retournaient, etc. L’ambiance était électrique mais en même temps détendue (…).

À deux reprises, j’ai assisté à des petits attroupements où des pères de famille tentaient de faire preuve d’autorité pour ramener les jeunes à la raison et élevaient la voix. Les deux fois, les amis d’Ibrahīm ont dit qu’il s’agissait de salariés des services de sécurité. Je ne sais pas si c’est vrai. Dans cette zone du pourtour de l’émeute, on a aussi croisé F., K. et Jamîl [des cadres politiques du « deuxième pouvoir »], qui avaient l’air surpris et ravis du tour pris par la manif. De loin en loin, j’ai retrouvé Jibrīl qui semblait excité et qui soutenait clairement l’émeute. J’ai fini la soirée sur le toit de sa maison : on avait une bonne vue sur la situation ; toute sa famille était là et paraissait ravie du spectacle.

Je suis surpris par le faible niveau d’(auto)répression rencontrée par cette affaire. Alors que l’on ne cesse de me parler du risque permanent de se faire dénoncer à l’Autorité pour tout et n’importe quoi, des espions, des rapports [écrits par des informateurs], etc., cette émeute m’a semblé avoir été menée ou soutenue par beaucoup de gens, avec une apparente insouciance. [Journal de terrain, 12 mars 2017.]

18Des shabāb aux visages hilares qui affrontent les forces de sécurité palestiniennes ; des anciens qui, sans participer, enveloppent le mouvement par une forme d’adhésion. Au soir des affrontements, j’analyse ce « goût de l’émeute » (Steiner, 2012) comme un système de valeurs largement partagé dans l’espace social du camp, où se trouve valorisée l’idée d’une collectivité de lutte héroïque et virile mais aussi ingouvernable – produisant son propre rapport à la légitimité.

Blocages

19Au lendemain des affrontements, l’enthousiasme demeure palpable dans les rues de Dheisheh. Mais au Markaz, les conversations ont une tonalité différente de celles qui ont cours dans la rue. Plusieurs figures politiques participant du « deuxième pouvoir » sont réunies là et font des va-et-vient avec leurs téléphones.

En fin d’après-midi, Jibrīl m’informe que des responsables sécuritaires de l’AP l’appellent et appellent d’autres acteurs politiques du camp. Il me dit qu’ils veulent arrêter plusieurs shabāb qu’ils ont identifiés comme étant des meneurs ; qu’ils veulent connaître les implications des uns et des autres ; qu’ils le sollicitent : « FPLP ou pas ils ne comprennent rien ». Il dit que bien sûr, il ne leur dira rien. Je lui demande pourquoi il leur parle ; il me dit que si ce n’est pas lui, ce seront d’autres. [Journal de terrain, 13 mars 2017.]

20Dès le surlendemain de l’émeute, celle-ci n’est plus évoquée dans les conversations de rue. Autour du Markaz, je peux observer nombre de cadres politiques plongés dans des tractations téléphoniques. Jibrīl me donne des informations fluctuantes relatives au fait que l’AP veut arrêter un certain nombre d’individus, mais « ils changent d’avis tout le temps ». Finalement, le 22 mars, cinq jeunes sont arrêtés. Dans l’espace public du camp, ces arrestations ne sont pas commentées. Au sein du Markaz, les shabāb ne discutent guère de l’affaire spontanément. Les médias et même les groupes Facebook de Dheisheh sont silencieux.

Quand je pose des questions dans des configurations qui me semblent sécurisées (en tête à tête), les réponses concernant les conditions de l’arrestation et l’identité des engeôlés sont contradictoires. Si tout le monde s’accorde sur le fait qu’ils n’ont pas été arrêtés dans le camp, le reste fait l’objet de débats. Selon Rāmi, d’autres shabāb, qu’il connaît, se savent recherchés. Ils en ont été informés par des contacts au sein des services de sécurité. Jibrīl, lui, m’affirme que ces arrestations ne sont pas vraiment liées à l’émeute, qu’il s’agit d’une affaire de vente à la sauvette et de recel. Il n’est pas le seul. Ibrahīm abonde dans ce sens, mais il n’est sûr de rien. Quand je confronte cette hypothèse à d’autres shabāb, ils me rient au nez.

Jusqu’ici, je m’imaginais que le flou des réponses à mes questions s’expliquait par une volonté de ne pas partager ce qui relève des « affaires internes », dans lesquelles il est mal venu que les étrangers mettent le nez. Mais il est de plus en plus clair que ce flou rend compte d’une absence de circulation des informations en interne, entre des individus qui sont à la fois proches des sphères politiques du camp et concernés par les événements à l’origine de la répression. [Journal de terrain, 23 mars 2017.]

21La détention de ces cinq shabāb ne reste pourtant pas sans réponse. Dès le surlendemain des arrestations, la route qui longe le camp et relie Bethléem à Hébron est occupée par quelques jeunes, qui y font brûler des poubelles et des pneus. Ces barrages se répéteront régulièrement au cours des deux semaines suivantes, établissant un rapport de force avec le pouvoir via la perturbation des flux économiques. Mais, s’ils s’inscrivent physiquement dans l’espace public, ces blocages ne brisent pas pour autant la chape de silence. Dans le camp, ils sont évoqués dans le cadre d’un régime discursif évitant toute référence à leurs acteurs et à leurs revendications, et renvoyés au registre des « problèmes » (al-mashākil). Sur les Facebook des shabāb et des organisations politiques, rien ne les évoque.

Le barrage est positionné en amont du camp, devant le Centre culturel russe. C’est une zone où le tissu urbain est peu dense, mais où la circulation est habituellement intense, et le blocage semble faire complètement le vide autour de lui. Personne même ne « passe par là ». Les voitures contournent en amont. Il serait très simple pour la police d’évacuer le barrage, mais aucune force de sécurité n’est visible dans les environs.

J’ai pour ma part fait comme si je passais par là. Le barrage est tenu par cinq shabāb qui m’ont semblé très jeunes. Quelques pneus et poubelles brûlent et les ados, masqués, jouent avec des ordures enflammées. Je les salue, ils me regardent avec suspicion. En plus des ados, il y a là Mahmoud, que je croise régulièrement au café. C’est un jeune d’une vingtaine d’années qui travaille sur des chantiers (m’a-t-il dit) – je l’ai aperçu le soir de l’émeute, mais il n’a pas l’air de se mêler à des sociabilités politiques par ailleurs. Il se tient un peu à l’écart du blocage, à visage découvert. Il me salue, c’est l’occasion de m’arrêter. Nous fumons une cigarette ensemble. Je fais l’innocent, demandant ce qu’il se passe. Il me dit que c’est parce que l’Autorité a arrêté des gens. « À cause de la manifestation ? » lui demandé-je. Il acquiesce. Je lui demande si la police va venir. Il me dit que non et ajoute, bravache, « ils ont peur ». On a rigolé, mais il était beaucoup moins à l’aise que lors de nos interactions au café, et il a fait dévier la conversation sur le prix des cigarettes. Les ados masqués ne sont pas venus nous voir. J’ai poursuivi ma route. [Journal de terrain, 27 mars 2017.]

22Au cours des jours suivants, à plusieurs reprises, quand il y a un blocage, à nouveau je « passe par là » : le tableau est toujours peu ou prou le même. Et au fil de mes conversations dans le camp, les informations recueillies demeurent toujours aussi maigres.

23Je fais alors le choix d’aborder les questions liées à l’émeute, à sa répression et au silence par le biais d’un détour : je sollicite mes interlocuteurs du Markaz sur la surveillance politique du camp par l’AP et sur ces informateurs que l’on désigne sous le terme de mandūb (le mot signifie « délégué », mais la racine « n-d-b » renvoie à la cicatrice et on me l’a plusieurs fois traduit par « scarifié »). Quelle pression ces indicateurs qui, me dit-on, rédigent des rapports contre rémunération exercent-ils sur la liberté de parole dans le camp ? Sont-ils responsables du silence et de la confusion qui entourent la répression et les blocages ?

24Rāmi explique :

  • 7 Entretien, 25 mars 2017.

On ne peut pas savoir qui est mandūb et qui ne l’est pas. (…) La plupart sont recrutés pour de l’argent, ou alors on les fait chanter. Ils ne sont pas Fatah, des fois même ils sont contre le Fatah. Il faut se méfier des gens qui parlent trop fort contre l’Autorité : on peut se demander si ce ne sont pas des mandūb qui cherchent à faire parler les gens. Il faut se méfier de tout le monde7.

25Sur les shabāb du camp plane constamment la menace de « problèmes » avec les organes de sécurité de l’AP. Au contraire des incarcérations israéliennes, qui donnent accès à une reconnaissance comme acteur de la cause nationale, une arrestation par l’AP fait entrer les individus dans la spirale complexe de soupçon. Pourquoi a-t-on été arrêté ? Pourquoi est-on libéré ? Le soupçon agit dans les deux sens : on se méfie des mandūb, on se méfie d’être pris pour un mandūb. Un voile de silence entoure ainsi les démêlés des shabāb avec la sécurité palestinienne.

26Ibrahīm raconte :

  • 8 Entretien, 26 mars 2017.

Moi j’ai déjà été arrêté. On m’a gardé trois jours. Ils posaient des questions sur ma vie, ma famille, mes activités. Ils m’ont proposé de travailler pour eux. Ils m’ont dit que je n’avais pas besoin de répondre tout de suite. Ils m’ont relâché. Quand j’ai été libéré, je suis rentré chez moi, je ne suis allé voir personne, personne n’est venu me voir. C’est la honte d’être arrêté. On se retrouve soupçonné de beaucoup de choses sales. Personne ne m’a posé de questions et je n’en ai parlé à personne, mais je sais qu’on se pose des questions sur moi. Est-ce que maintenant je travaille pour eux ? Je suis obligé de vivre avec ce poids ; et je sais aussi qu’ils [les organes de sécurité] ont un œil sur moi8.

27Sur quoi portent les tabous ? À l’objection selon laquelle la parole politique me semble être relativement libre dans le camp, Ibrahīm répond :

  • 9 Id.

Tu peux dire presque ce que tu veux sur l’Autorité de manière générale. Que c’est des voleurs, des collaborateurs, ça tout le monde le sait, tout le monde le dit. Mais parler de ce qu’untel ou untel fait : c’est interdit. Et aussi, parler des histoires de… sécurité : c’est interdit. Personne ne le fait9.

Politique et sécurité

28Le 5 avril, la lutte trouve ce qui sera sa seule expression publique : le Facebook du FPLP de Dheisheh évoque le fait que des membres de la famille des incarcérés se sont rendus devant le tribunal et le commissariat du Bethléem pour demander leur libération. Mais le caractère public de la protestation est limité : le post Facebook montre une photo de deux femmes sur un trottoir qui dissimulent leurs visages en brandissant des pancartes où il est inscrit : « Non à la détention politique. Nous voulons la liberté pour nos enfants » (lā lil āʿtiqāl al-siyāsi. Bidnā ḥuriya ūlādnā).

29Puis, le 8 avril, les médias officiels mentionnent la tenue d’une réunion entre des responsables sécuritaires de Bethléem et des représentants de Dheisheh. À l’issue de celle-ci, un communiqué est rendu public, qui ne mentionne à aucun moment l’objet réel de la rencontre. Mais deux jours plus tard, les shabāb détenus par l’AP sont relâchés. Les blocages de la rue cessent dans la foulée.

30Que s’est-il passé ? Qu’est-ce qui a été négocié ? Le communiqué produit à l’issue de la rencontre entre les représentants des appareils de sécurité et ceux du camp affirme que tous ces gens « se sont mis d’accord pour travailler sérieusement et collectivement à appliquer la loi et préserver la paix civile et sociale (salam al-āhli wa al-ijtimā‘i)10 ». Il insiste, au travers d’un vocable particulièrement allusif, sur la menace que constitue le désordre, qui se trouve associé au « non-national » : « des actions individuelles négatives » (ḥālāt fardiya salbiya) s’opposant à la « loi » et à « la paix civile et sociale » viendraient menacer le projet national. C’est là un langage qui renvoie à la menace d’une anarchie sécuritaire (falatān amni ou fawḍa), régulièrement brandie par le pouvoir de Ramallah.

31Plusieurs des cadres du « deuxième pouvoir » participaient à cette réunion avec les représentants des forces de sécurité. J’avais croisé plusieurs d’entre eux dans les parages de l’émeute, qu’ils semblaient alors soutenir. Tous, y compris Jibrīl, avaient ensuite restreint leur parole sur la question. Et, alors que l’« affaire » semble close après la libération des shabāb détenus par l’AP, ils continuent à ne produire aucune parole publique à son propos, même sur Facebook. Alors que ce silence-là ne peut être mis sur le compte de la peur du mandūb, je tente d’interroger certains de ces cadres militants de gauche sur leur rapport aux formulations utilisées dans le communiqué de presse : où, selon eux, s’arrête l’action politique, où commence l’anarchie sécuritaire ?

  • 11 Parti de gauche, scission du FPLP, opposé aux accords d’Oslo.

32Jamīl est membre du FDLP11 et ancien représentant au comité populaire du camp. Je l’avais croisé dans le pourtour de l’émeute et il ne semblait nullement réprouver l’affrontement. Un mois après, il explique :

— [L’émeute] est une réaction spontanée contre l’injustice. Ils [l’AP] ont battu le père d’un martyr. Cela démontre que les gens réagissent avec leur cœur, qu’ils sont restés dans un état de mobilisation.

Question : Mais alors pourquoi vous ne prenez pas la parole pour la défendre ?

— Nous ne devons pas perdre de vue l’unité. Les policiers sont aussi les fils de la nation. Et puis, il y a aussi des gens sales (wasakhīn) qui se mêlent à ces problèmes.

Question : Qui sont ces gens sales ?

— Des gens qui veulent créer l’anarchie pour défendre des intérêts égoïstes.

Question : Des gens qui sont dans la politique ?

  • 12 Entretien, le 11 avril 2017.

— [Hésitation] Qui ne sont pas dans des objectifs nationaux12.

  • 13 Petit parti de gauche, scission du FDLP, partisan des accords d’Oslo.

33Samīr est lui membre du Fida13. Il est impliqué dans l’administration du Markaz et participe au Comité de coordination des factions du gouvernorat de Bethléem. Il était présent à la réunion du 8 avril. Il affirme :

— Quand des jeunes bloquent la rue, nous [les responsables politiques du camp] enquêtons pour savoir ce dont il s’agit. Pour savoir si c’est politique ou non politique. Quand c’est politique, en général, on connaît les gens.

Question : Et quand ce n’est pas politique ?

— C’est souvent pour des histoires sales, des problèmes, des voleurs qui ont été arrêtés, et leurs amis veulent les faire libérer en faisant croire que c’est une affaire politique.

Question : Selon que c’est ou non politique, qu’est-ce que vous faites ?

— Si c’est politique, on discute avec les responsables sécuritaires, on négocie. Si ce n’est pas politique, on coopère avec l’Autorité. Pour les affaires de sécurité, on s’en remet aux appareils de sécurité.

Question : Et ces derniers jours, les blocages étaient-ils politiques ?

— [Hésitation] Ils étaient semi-politiques.

Question : Il fallait négocier ou coopérer ?

  • 14 Entretien, le 14 avril 2017.

— [Sourire] Moitié-moitié14.

34« Pour les affaires de sécurité on s’en remet à la police », dit Samīr. Mais qu’est-ce que la sécurité (al-aman) – en opposition à la politique ? On pourrait y voir un synonyme d’« ordre public », mais on a déjà croisé le terme dans la bouche d’Ibrahīm, associé à un tabou : « Parler des histoires de sécurité, c’est interdit. » Et dans les propos de Samīr, liée à cette sphère de la sécurité, on retrouve de fait une même injonction au silence. La sécurité semble en ce sens faire l’objet d’une surveillance très… politique.

35Il me paraît possible de faire la généalogie de la sphère de la sécurité telle qu’elle se manifeste ici en remontant au tournant opéré par l’AP après la fin de la deuxième Intifada. Ce tournant s’est déployé sur deux terrains. Le premier concerne la répression et la surveillance politiques de la population, qui ont été mises en place après les affrontements entre Fatah et Hamas et la suspension du Parlement en 2007 : c’est à partir de cette époque que les islamistes ont été réprimés, que le tissu social a commencé à être affecté par la scarification des manadīb, que des militants ont commencé à subir la politique du « tourniquet » (al-bāb al-dawār) – ce mouvement de va-et-vient carcéral entre les geôles israéliennes et palestiniennes (Tartir, 2015 ; Hill, 2016).

36Mais ce tournant autoritaire s’est appuyé sur un autre processus, centré autour du projet de « l’État d’abord » porté alors par le Premier ministre Salam Fayyad (Signoles, 2015). La mise au pas politique s’est ainsi accompagnée d’une intervention accrue sur le tissu social d’un État régulateur, médiateur et producteur de normes. Au cours de la dernière décennie, un ensemble de pratiques jusqu’alors jugées légitimes a ainsi commencé d’être réprimé par le pouvoir palestinien au nom de la « loi et l’ordre » (al-qanūn wāl nidhām) : abattages non réglementaires des animaux, constructions non déclarées, trafic et revente de marchandises extraites de la circulation formelle, etc.

  • 15 Il y a pourtant des exceptions. Dans le camp de Balata à Naplouse, une partie des cadres politiques (...)

37Les entretiens menés avec des cadres du « deuxième pouvoir » viennent le confirmer : dans le contexte de cette offensive sécuritaire à double visage de l’AP, les cadres politiques locaux, y compris oppositionnels, tout en conservant une parole critique concernant la répression politique, se sont faits les relais de la lutte pour la loi et l’ordre. Et ils ont contribué de ce fait à projeter les résistances qu’elle suscite dans la sphère de l’illégitimité15.

Luttes illégitimes

38Dès lors, aujourd’hui, un vendeur à la sauvette détenu à la suite d'une émeute peut-il être considéré comme la cible d’une répression politique par les acteurs politiques légitimes du camp ? J’en suis arrivé à formuler cette question suite à l’affirmation, entendue à plusieurs reprises (en particulier dans la bouche de Jibrīl, interlocuteur bien informé avec lequel l’interaction est la plus libre), selon laquelle les shabāb arrêtés par l’AP seraient en fait des vendeurs à la sauvette. Ne faudrait-il pas la considérer avec sérieux ?

39Depuis mon arrivée dans le camp, avant que ne se produise l’émeute, j’avais entendu plusieurs histoires de vendeurs de rue arrêtés autour du camp. « C’est nouveau », m’explique-t-on alors, et on s’appesantit peu sur la question : « Ils n’ont pas les papiers, ils n’ont pas le droit de vendre ces marchandises, on ne sait pas d’où elles viennent. » Aussi, une semaine avant l’émeute, des éléments de façade de bâtiments du camp situés sur la route d’Hébron sont démolis par la police. Muḥammad – un de mes interlocuteurs qui n’appartient pas au champ politique – me livre alors sa colère contre cette « Autorité qui ne fait rien pour nous et démolit nos maisons ». Et puis il y a cette récurrente question des factures d’électricité. Depuis la première Intifada, les réfugiés des camps ont cessé de les payer. Après les accords d’autonomie, le dossier a été transféré à l’AP ; il y a eu alors des luttes pour continuer à ne pas payer (Signoles, 2001). Mais depuis quelques années, des compteurs à cartes prépayées sont progressivement installés. Souvent les résidents établissent alors des dérivations pour contourner le compteur. Or, au cours de plusieurs conversations au café ou dans la rue, j’ai eu vent de mesures de rétorsion : on couperait de plus en plus souvent le courant à ceux qui contournent, en vue de les obliger à payer.

40Dans ces différentes histoires, j’ai entendu beaucoup de colère, souvent atténuée par des rigolades des interlocuteurs. Mais la colère demeurait. Ainsi celle de ce jeune, que je ne connais pas et qui hurle et pleure dans la rue : on m’explique qu’il vient de se faire confisquer les vêtements qu’il vendait sur un étal « illégal ». Ce jeune homme, je le reverrai le soir de l’émeute des pierres à la main. Muḥammad, dont la façade a été détruite quelques jours plus tôt, sera aussi là.

41Au cours de la période des blocages de rue et durant plusieurs semaines encore par la suite, la police palestinienne a cessé d’intervenir autour de ces illégalismes du quotidien. Les façades ont cessé d’être détruites, les vendeurs de rue se sont à nouveau installés sur l’artère qui longe le camp. Je n’ai plus eu vent de coupures d’électricité. N’est-ce pas là le signe que le rapport de force qui s’est noué au cours de cette séquence de lutte n’avait pas seulement pour enjeu la coopération sécuritaire avec Israël, mais également (et peut-être surtout) les empiétements de la police en général sur l’espace social du camp ? Alors que la plupart des shabāb qui lançaient des pierres sur les forces de sécurité le 12 mars n’étaient pas présents à la manifestation pour Bāsil al-Aʿraj, cette émeute me semble avoir été aussi une initiative d’acteurs luttant pour des intérêts matériels désormais rejetés dans le champ de l’illégitime. 

  • 16 Mukhayyamji : terme désignant un habitant des camps, généralement utilisé avec une connotation néga (...)

En fin d’après-midi, je me suis retrouvé au café avec Muḥammad, K., J. et B. [parmi ces shabāb, j’en ai aperçu trois dans le sillage de l’émeute]. À un moment, deux voitures de police sont passées ; elles longeaient le camp et elles ont traîné un peu au carrefour avant d’emprunter la rue qui monte à la caserne. (…) Alors que les voitures repartaient, Muḥammad a commencé à me dire en rigolant : « Ceux-là… ceux-là… » Je ne comprenais pas la blague, ni d’ailleurs s’il y en avait vraiment une. Ça m’a échappé, et j’ai demandé en rigolant : « Quoi ? Des chiens ? » Je ne faisais que répéter ce que j’avais déjà entendu dans la bouche de Muḥammad, mais évidemment je sortais de mon rôle, qui plus est dans un espace public. Je me suis immédiatement excusé, mais à ma grande surprise, ça a suscité des éclats de rire. On m’a dit, « ça y est, tu deviens un vrai mukhayyamji16 ». J’ai enchaîné en demandant si être un vrai mukhayyamji, c’était être un fawḍawi (il y a pour moi un hiatus amusant dans le terme, on pourrait le traduire littéralement par « anarchiste », mais il est reçu de manière ironique comme « partisan du chaos »). Ils ont approuvé en rigolant. Ils m’ont dit : on est tous des voyous. (...)

Le soir, j’ai recroisé Muḥammad, qui, coup de chance, était seul. Je lui ai demandé si ce n’était pas déplacé de faire ce genre de réflexion dans un endroit public, rapport aux manadīb, etc. Il m’a dit que non, ce n’est pas ce genre d’affaire qui intéresse les manadīb. (…) Alors je me suis permis de lui demander s’il était possible de parler avec lui et ses copains du fait que quelques jours plus tôt ils étaient ensemble dans la rue à lancer des pierres sur la police. Il a pris un air gêné et m’a dit que ça, non, non. J’ai continué, et lui ai demandé si entre eux ils en parlaient. Il a hésité et m’a dit que non. J’ai cessé mon interrogatoire. Ne jamais parler de ce qu’on fait, même si on était ensemble quand on le faisait et que tout le monde l’a vu : cet interdit-là est confirmé. [Journal de terrain, 29 avril 2017.]

* * *

42À l’issue de cette enquête impromptue menée dans le sillage d’une émeute, ce qui apparaît en premier lieu, c’est la manière dont, dans le cadre d’une mobilisation protestataire, les logiques de contrôle sécuritaire promues par l’AP sont intériorisés par les acteurs de terrain.

43Le caractère policier du « régime » palestinien, même si les ressources symboliques et matérielles dont dispose l’AP sont limitées et fragiles, génère des effets bien réels sur le tissu social : méfiance, paranoïa, silence tacite concernant les questions « sensibles », morcellement du corps social dans ses résistances. Si le contrôle sécuritaire n’empêche pas les manifestations et les émeutes de se produire, il empêche d’en parler librement. Les antagonismes et contradictions sociales, lorsqu’ils donnent lieu à des confrontations, ont ainsi tendance à être annexés au domaine de la « sécurité ».

44Cette logique de sécurité imprègne d’autant plus le corps social qu’elle est relayée, avec des ambiguïtés certes, par des cadres militants de terrain alors même qu’ils s’inscrivent dans un champ politique oppositionnel. C’est ainsi qu’elle expulse de la sphère de la légitimité politique des pratiques sociales du quotidien portées par les populations subalternes de Cisjordanie au nom du respect de « la loi et l’ordre ».

45Néanmoins, cette séquence démontre aussi que le désordre social ne fait pas seulement l’objet d’une répression policière : il produit aussi des rapports de force débouchant sur des négociations. Dans l’interstice du « semi-politique », des revendications sont transmises au pouvoir palestinien, qui est amené à en tenir compte. Si les médiations mobilisées par ces négociations s’activent désormais dans l’ombre et n’ont pas pu être mises à jour par mon enquête, ce qui apparaît ici, c’est bien l’élasticité et l’instabilité des lignes de force. La confrontation avec le pouvoir est partie d’une manifestation de nature politique, portée par des militants oppositionnels ; elle s’est transformée en une émeute – qui n’était pas essentiellement le fait de militants – contre la police ; elle a enfin donné lieu à une négociation indirecte qui a entraîné un réagencement de la pression policière exercée localement sur l’économie informelle. Embusquée derrière la lutte politique ou derrière les « problèmes » de sécurité, dénuée de discours de légitimation reconnu, la conflictualité sociale en Cisjordanie est aujourd’hui amenée à avancer masquée : c’est là l’une des conséquences de la politique sécuritaire déployée par l’Autorité palestinienne post-Arafat.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, 1980, Questions de sociologie, Éditions de Minuit, Paris.

GOFFMAN Erving, 1973 (1959), La Mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, Paris.

HILL Thomas, 2016, « From the Small Zinzana to the Bigger Zinzana: Israeli Prisons, Palestinian Prisons », Journal of Palestine Studies, vol. 45, no 3, Spring 2016, p. 7-23.

LEGRAIN Jean-François, 1998, « Autonomie palestinienne : la politique des néo-notables », REMMM no 81-82, mars 1998, p. 153-194.

LEGRAIN Jean-François, 2003, « Les Phalanges des Martyrs d’Al-Aqsa en mal de leadership national », Maghreb-Machrek no176, été 2003, p. 11-34.

LEECH Philip, 2014, « After ‘Security First’: An Analysis of Security Transition and ‘Statebuilding’ in the West Bank 2007-11 », New Middle Eastern Studies, 4.

SAYIGH Yezid, 2011, Policing the People, Building the State. Authoritarian Transformations in the West Bank and Gaza [en ligne], Canergie Middle East Center, URL: http://carnegieendowment.org/files/gaza_west_bank_security.pdf [consulté le 15/04/2019].

SIGNOLES Aude, 2001, « Réfugiés des camps, réfugiés des villes », Les Annales de l’autre islam, n° 8, INALCO-ERISM, p. 315-338.

SIGNOLES Aude, 2015, « Promouvoir un Palestinien maître de soi et de son destin. La cause de “l’État d’abord” selon Salam Fayyad », in Traïni Christophe (dir.), Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

STEINER Anne, 2012, Le Goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la Belle Époque, L’Échappée, Montreuil.

TARTIR Alaa, 2015, « Securitised development and Palestinian authoritarianism under Fayyadism », Conflict, Security & Development, 15:5, p. 479-502.

TURNER Mandy, 2014, « The Political Economy of Western Aid in the Occupied Palestinian Territory Since 1993 », in Mandy Turner & Omar Shweiki (dir.), Decolonizing Palestinian Political Economy. Rethinking Peace and Conflict Studies, Palgrave Macmillan, Londres.s

WILDERMAN Jeremy & TARTIR Alaa, 2014, « Unwilling to Change, Determined to Fail: Donor Aid in Occupied Palestine in the aftermath of the Arab Uprisings », Mediterranean Politics, 19:3, p. 431-449.

Haut de page

Notes

1 Le terme shāb (pl. shabāb) désigne un jeune homme, mais en Palestine le terme articule souvent la dimension générationnelle au statut d’acteur politique « de rue » – manifestant/émeutier.

2 Au cours de mon enquête, j’ai consulté nombre de pages et groupes Facebook locaux. Certains sont liés à des tendances politiques, sans forcément être « officiels » (il y a par exemple à la fois une page du FPLP de Dheisheh et un groupe des « jeunes » du FPLP de Dheisheh) ; d’autres sont des espaces virtuels d’organisation et d’information (la page « Les Nouvelles de Dheisheh » informe en temps réel sur les mouvements des soldats israéliens lorsqu’ils pénètrent dans le camp, annonce les arrestations et libérations de prisonniers, mais parfois aussi des mariages, des décès, des ouvertures de commerces…).

3 De tendance marxiste, le FPLP est la faction de gauche la mieux implantée dans les Territoires occupés, même si son influence a beaucoup diminué depuis les années 1990. Il est opposé aux accords d’Oslo.

4 Un troisième pôle politique demeure invisible à Dheisheh – comme dans la plupart des espaces de Cisjordanie – : celui structuré autour du Hamas. Alors que l’AP laisse les cadres islamistes libres de leurs mouvements en échange de leur retrait de la sphère publique, la politisation islamiste ne dispose d’aucun espace pour se déployer : elle est devenue totalement souterraine. 

5 Au cours d’un entretien, un cadre militant lié à la gauche et aux structures tournées vers l’international explique le clivage en ces termes : « Il y a dans le camp deux formes de pouvoir politique. Le premier est celui du Fatah et de l’AP. C’est un pouvoir qui fonctionne avec l’argent, avec la wasṭa. Le deuxième pouvoir, ce sont les gens qui sont propres et tournés vers les objectifs de la lutte. » Je lui emprunte l’expression « deuxième pouvoir » pour désigner le groupe d’influence qu’il pointe, mais non la définition morale qu’il en donne.

6 « Laysh, laysh, mara al- sulṭa mara al-jaysh ? » : ce slogan vise la coopération sécuritaire entre l’AP et Israël, qui produit souvent un mouvement de va-et-vient entre les geôles israéliennes et palestiniennes.

7 Entretien, 25 mars 2017.

8 Entretien, 26 mars 2017.

9 Id.

10 http://it.maannews.net/Content.aspx?id=902014

11 Parti de gauche, scission du FPLP, opposé aux accords d’Oslo.

12 Entretien, le 11 avril 2017.

13 Petit parti de gauche, scission du FDLP, partisan des accords d’Oslo.

14 Entretien, le 14 avril 2017.

15 Il y a pourtant des exceptions. Dans le camp de Balata à Naplouse, une partie des cadres politiques locaux (en l’occurrence fathaouis) a par exemple choisi d’adopter une position différente, faisant basculer le camp dans une forme de dissidence « sécuritaire » : alors que l’AP mène des opérations de police pour arrêter des membres de « gangs » locaux, ces derniers sont défendus par des notables du camp sur la base d’arguments politiques. « L’Autorité parle de la loi et l’ordre, mais quelle loi et quel ordre ? Nous sommes sous occupation. Qu’on nous donne l’indépendance, alors nous respecterons la loi et l’ordre. » (Entretien avec un leader du Fatah du camp de Balata, 2 mai 2017).

16 Mukhayyamji : terme désignant un habitant des camps, généralement utilisé avec une connotation négative, de type « banlieusard » ou « lascar ».

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Minas Ouchaklian, « Le gouvernement sécuritaire palestinien au prisme de l’émeute », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 12 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14162 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.14162

Haut de page

Auteur

Minas Ouchaklian

Aix Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Cherpa-Iep Aix, Aix-en-Provence, France ; m.ouchaklian[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search