Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIEEtudes libres en ligneEmigrer en contexte colonial : La va(…)

Etudes libres en ligne

Emigrer en contexte colonial : La vague de départ des fellahs du Constantinois en 1910

Colonialism and migration : The peasant exodus of Constantine province in 1910
Salma Hargal

Résumés

Au cours du printemps 1910, une correspondance du Consul général de France de Beyrouth alerte le Quai d’Orsay du débarquement de centaines de familles de paysans algériens au port de la ville. En même temps, en Algérie, les demandes de passeports pour la Syrie ne cessent d’affluer vers la Préfecture de Constantine et de nombreux départs clandestins sont signalés par les administrateurs coloniaux. Soucieux de limiter ces flux, le Gouvernement général d’Algérie charge les administrateurs des communes concernées de mener des enquêtes. L’étude des rapports établis dans ce cadre, des pétitions d’Algériens musulmans ainsi que d’une série de correspondances administratives ne montre pas seulement que les départs en Grande Syrie sont dus à une série de facteurs de fragilisation économique du fellah constantinois. Il en ressort également que les paysans se sont approprié la procédure de demande de passeport comme moyen de faire entendre leurs doléances au niveau de l’administration coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Petits paysans arabo-berbères.
  • 2 Dans un article récent, J. Clancy Smith appelle à sonder cet impact de l’innovation agronomique et (...)

1L’année 1910 est marquée par une recrudescence des départs d’Algériens musulmans du Constantinois vers l’Empire ottoman et en particulier vers la Grande Syrie. Les administrateurs de communes sont interpellés par le nombre de demandes de passeports qui leur sont adressées par des fellahs1 désireux de s’installer en Orient. Il s’agit de quelques dizaines de villages qui se situent principalement dans les arrondissements de Sétif, Batna, Constantine, Guelma et Maadid. La vague s’inscrit dans la continuité des migrations des Algériens musulmans et israélites vers le Proche-Orient, un phénomène qui s’est fortement accentué avec la conquête française de l’Algérie à partir de 1830. Ces migrations, le plus souvent collectives et définitives, concernent toutes les catégories sociales. Si elles étaient particulièrement massives durant les décennies de la conquête, elles traduisent désormais d’autres enjeux liés à la consolidation de l’ordre colonial en Algérie à partir de 1871 et sont particulièrement nombreuses dans les milieux paysans. Dans cet article, nous étudierons le départ des fellahs sous le prisme de l’évolution socio-économique des campagnes constantinoises. Les candidats à l’émigration sont issus des hautes plaines du Constantinois et de ses confins désertiques qui sont soumis aux aléas d’une agriculture peu productive2. Ils se plaignent comme dans le reste de l’Algérie, du poids de l’impôt et des pénalités auxquelles ils font face par leur statut indigène. Leur fragilité économique est aggravée par la croissance démographique que connait d’Algérie depuis le début des années 1870 (Kateb, 2001).

  • 3 Il s’agit d’un des cinq types de terres définis par le code foncier ottoman de 1858 (arazi kanûname (...)

2Les départs de 1910 se font majoritairement à destination de la Grande Syrie, le bilād al-Shām en arabe, comme l’exprime un demandeur de passeport de la commune de Rénier (Guelma) dans une pétition adressée au préfet de sa circonscription : « Mais où émigrer, dans quel pays irait-il [l’Algérien musulman] chercher la nourriture de ses enfants ? Au Cham. » (ANOM, 9H106, 27 juin 1910). La Grande Syrie semble représenter pour ces fellahs une chance de retrouver une situation économique meilleure. Au moment où les demandes de migration sont faites, de nombreuses familles d’Algériens musulmans y sont déjà installées, de même qu’on les trouve en Anatolie et au Hedjaz. Ils s’inséraient dans le tissu économique ottoman comme agriculteurs ou dans d’autres corps de métiers manuels et intellectuels. Les espaces ruraux de l’Empire ottoman sont particulièrement attractifs grâce aux facilités fiscales et d’accès à la propriété établis depuis l’époque des Tanzimat (1839-1876). Ces réformes qui jetaient les bases d’une agriculture compétitive permettent l’installation de nombreux migrants et nomades notamment dans des terres « mortes 3» et abandonnées principalement en Grande Syrie et en Anatolie (Inalcik et Quataert, 1994, Reilly, 1989, 1990, 1995, Kasaba, 2001...).

  • 4 Passeport externe pour les territoires qui dépendent de la circonscription du consulat général de B (...)
  • 5 Selon le Journal Al Moqtabas consulté par Pierre Bardin dans Algériens et Tunisiens dans l’Empire o (...)
  • 6 Sur la question du statut des Algériens dans l’Empire ottoman, voir Bardin, 1979.

3Les migrations vers le Proche Orient ottoman connaissent leur apogée dans les années 1880 et 1890. Une large proportion de ces départs est autorisée par les préfectures concernées. Or depuis 1899, une interdiction est faite aux préfets d’accorder des passeports pour la Syrie4. Le nombre de départs et de demandes de passeports baisse sensiblement à cause des mesures énergiques prises par les autorités coloniales pour empêcher ces migrations mais aussi en raison de nombreux mouvements de retour dans les années 1890. Dès lors, on comprend pourquoi la résurgence d’un phénomène migratoire massif interpelle le pouvoir colonial. Les données recueillies aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ne permettent pas d’avancer une estimation fiable du nombre de départs. Toujours est-il que le Consul de France à Damas évoque le 10 juillet 1910 l’arrivée en Syrie d’une dizaine de milliers d’Algériens musulmans depuis le début de l’année5. L’inquiétude des autorités françaises ne semble pas être due uniquement aux difficultés causées par l’ambiguïté du statut des Algériens dans l’Empire ottoman et les conflits diplomatiques avec la Sublime Porte6. Les craintes sont davantage liées à la question sécuritaire en Algérie coloniale où le caractère massif et clandestin de ces migrations est appréhendé comme un facteur d’instabilité (Noiriel, 1991 ; Nyers, 2003 ; McDougall 2016). Ainsi, la vague d’émigration vers la Syrie ottomane est décrite par le ministre des Affaires étrangères comme l’expression d’un « danger panislamiste » (CADN, 92PO/A/64, 21 mai 1910), dans la mesure où ces départs seraient révélateurs de la capacité de la Porte à influencer les populations musulmanes colonisées.

  • 7 C’est, par exemple, le titre de la Dépêche algérienne des 22 et 25 juin 1910 à propos du départ en (...)

4L’épisode de 1910 suscite jusqu’à présent peu d’intérêt de la part des historiens. Bien qu’il soit incontournable pour saisir les cadres socio-économiques et institutionnels dans lesquels s’inscrit le départ des fellahs vers l’Orient, l’ouvrage classique d’André Nouschi ne l’évoque pas (Nouschi, 1961). L’article de Charles-Robert Ageron qui étudie les ressorts de l’exode de Tlemcen évoque le cas des paysans constantinois mais sans s’y attarder. Dans son article, il met la réalité sociale du fellah dépossédé en perspective avec les messages véhiculés par la presse européenne d’Algérie qui s’inquiète de l’impact de la propagande « panislamiste » sur les populations musulmanes7 (Ageron, 1967). Quant aux travaux de Kemal Kateb sur la démographie algérienne de l’époque coloniale, l’émigration des paysans constantinois n’est évidemment abordée que de façon périphérique lorsqu’il étudie le refus de la sédentarisation et les circonstances de l’augmentation de la population algérienne musulmane à partir des années 1870 qui favorisent l’essor de l’émigration vers l’étranger (Kateb, 2001).

5La vague de migrations paysannes du Constantinois interrompt en 1910 une longue phase de recul des départs vers l’Orient. Pourtant, c’est l’exode des notables de Tlemcen, survenu en 1911, qui a davantage attiré l’attention des historiens, à commencer par l’article classique d’Ageron (1967). Notre contribution propose d’étudier les circonstances et les mécanismes du déclenchement de cette vague de départs dans le Constantinois en se plaçant au niveau des villages et des familles qui constituent, en réalité, les cadres dans lesquels s’opère la décision d’émigrer. L’examen des données quantitatives et qualitatives relatives à ces derniers permet d’appréhender par le bas la dynamique des migrations des Algériens vers l’Empire ottoman et les facteurs qui les soutiennent.

6Notre étude s’appuie principalement sur les fonds des Archives nationales d’outre-mer (ANOM) où sont conservées dans les cartons 9H104 et 9H106 dans la section « affaires indigènes » de la série « GGA » (gouvernement général d’Algérie) des dossiers portant sur la vague migratoire des fellahs constantinois. Cette documentation permet d’envisager les vagues migratoires du tournant du xixexxe siècle sous un angle inédit, étant donné que, pour étudier les événements de 1910, Kateb et Ageron sont restés tributaires du seul rapport Varnier (ANOM, 9H11, 1911) ainsi que des articles parus dans la presse coloniale (Union Républicaine, Dépêche algérienne…). Dans notre étude, nous avons examiné un fonds d’archives d’une centaine de documents composés de correspondances entre les organes de l’administration française en Algérie ainsi que de rapports tenus par les administrateurs de communes qui contiennent des données détaillées sur les demandeurs de passeports. Produits dans un impératif d’immédiateté et sur la base d’entretiens oraux avec les demandeurs de passeports, ces documents laissent entrevoir l’hétérogénéité des profils migrants et les différents ressorts du phénomène migratoire. On y trouve aussi quelques pétitions produites par les intermédiaires des futurs migrants. Nous nous sommes en outre appuyé sur des correspondances entre le consul général de Beyrouth et le ministre des Affaires étrangères conservées au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN) au sujet de l’arrivée en Syrie des migrants algériens. Enfin, bien qu’il n’existe que peu de documents sur la vague d’émigration du Constantinois dans les fonds numérisés des Archives ottomanes (BOA), nous avons pu trouver le manuscrit d’une pétition en turc ottoman d’une lettre adressée au Sultan Mehmet v (1909-1918) par 50 migrants de la commune de Sétif.

7La première partie de cet article s’attachera à une analyse des causes des migrations dans le Constantinois, ce que les sociologues appellent les facteurs de répulsion (push factors). Ils sont combinés aux facteurs d’attraction (pull factors), c’est-à-dire aux avantages que représente l’installation dans le pays d’arrivée, pour rendre compte des mécanismes migratoires (Lee, 1966 ; Zimmermann, 1996 …). Ensuite, nous étudierons la vague migratoire de 1910 à travers le prisme des liens existant entre les familles de fellahs et les Algériens déjà établis en Grande Syrie. Dans la deuxième partie, il s’agira de mettre en exergue, sur la base des enquêtes réalisées par les administrateurs de commune et des doléances qui s’y expriment, la propension de certains demandeurs de passeports à utiliser cette voie institutionnelle comme un moyen de protestation.

Les ressorts d’une décision

Temps, espaces et territoires d’une vague migratoire

8Les territoires où sont exprimées les demandes d’émigration sont géographiquement éparpillés dans le Constantinois. Néanmoins, nous observons une concentration dans les extrémités sud et est du Département sur l’axe Khenchla-Bibans. Ces contrées ont en commun de se situer dans les chaînes montagneuses de l’Atlas dont la discontinuité et l’orientation favorisent les influences sahariennes touchant l’extrémité des Bibans jusqu’à l’Est aux confins des communes de Bordj Bou Arreridj et de Saint Arnaud. Mis à part Khenchla qui se trouve dans les montagnes de l’Aurès, les communes concernées se situent donc dans des zones semi-arides des montagnes de l’Atlas où l’hiver est marqué par les gelées et des étés très chauds surtout dans la région de Sedrata.

  • 8 Muhaceret Nizâmnamesi (Décret sur l’immigration)

9À un climat et une géographie, peu propices à l’agriculture s’ajoutent les conséquences néfastes d’une succession de mauvaises récoltes qui commencent dès 1905. André Nouschi souligne l’effet dévastateur de cette sècheresse sur les douars situés à Maadid et à Sétif (Bibans, Eulma et Msila). Plus que le poids de l’impôt et des pénalités liées au régime de l’indigénat, les mauvaises récoltes se présentent dans nos sources comme l’élément déterminant dans la décision d’émigrer, comme l’illustre la pétition de Mahjoub Larbi de la commune de Rénier, dans laquelle celui-ci affirme que : « cela [l’impôt et l’obligation de garde] ne ferait rien quand il y a bonne récolte. ». D’emblée, l’émigration vers la Grande Syrie apparait comme l’ultime étape d’un processus d’appauvrissement. La pétition susmentionnée évoque à ce propos un cycle de cinq ans, marqué par une détérioration économique progressive : « Donc au bout de quatre ou cinq années de mauvaises récoltes comme il se passe dans notre commune depuis 1905, l’indigène se trouve dans la plus grande misère et demande à la préfecture l’autorisation d’émigrer. » Affirmation néanmoins difficile à vérifier, étant donné que la majorité des rapports chiffrés produits par les administrateurs de commune évaluent la situation des ménages seulement à partir de l’année 1907. Toujours est-il que, dans ces circonstances qui menacent l’existence des fellahs constantinois, la perspective de l’accès à la propriété foncière agricole dans l’Empire ottoman agit comme un facteur d’attraction majeur. La conjoncture économique ottomane offre aux immigrés des conditions favorables. Ils ont la possibilité d’exploiter à titre usufruitier des domaines appartenant à l’État ottoman (mīrī) dont ils sont susceptibles, à long terme, de devenir propriétaires, comme le prévoit le décret du Haut conseil des Tanzimat du 9 mars 18578. De fait, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, des migrants algériens, notamment ceux originaires du Constantinois, obtenaient déjà des biens fonciers ruraux dans la Grande Syrie (principalement en Galilée et en Tibériade (Abbasi, 2003).

10Essayons de cerner le profil sociologique des candidats à l’émigration. De façon globale, le caractère exigu des terres cultivées est un motif rarement mentionné dans les rapports d’administrateurs. Pourtant, les superficies des propriétés indigènes baissaient de manière continue surtout depuis l’application de la loi Warnier de 1873 qui facilite la transaction des terres entre Algériens musulmans et Européens (Sari, 1978 ; Bras, 2015). Dans le Département de Constantine, la moyenne des superficies des propriétés musulmanes passe entre 1881 et 1901, de 2,65 à 1,58 hectares (Nouschi, 1961, p. 455). Les superficies des propriétés appartenant à des familles qui désirent migrer sont-elles donc inférieures à celles du reste de la population constantinoise ? Les rapports des administrateurs comprennent des données quantitatives relatives au patrimoine des familles ayant demandé un passeport pour la Syrie mais nous ne renseignent pas toujours sur la qualité et la productivité de ces biens. Ces données sont initialement recensées à des fins fiscales. Dans le tableau ci-dessous, nous avons agrégé les superficies des propriétés foncières des familles ainsi que la taille du cheptel qu’elles possèdent tout en prenant en compte la proportion de ménages dépourvue de tout patrimoine :

  • 9 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.
  • 10 ANOM, Carton 9H106, 27 juin 1910.
  • 11 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.
  • 12 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.
  • 13 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.
  • 14 ANOM, Carton 9H106, 2 juillet 1910.
  • 15 ANOM, Carton 9H106, 27 juin 1910.
  • 16 ANOM, Carton 9H104, 8 octobre 1910.
  • 17 ANOM, Carton 9H106, 20 juin 1910.
  • 18 ANOM, Carton 9H106, 11 juin 1910
  • 19 ANOM, Carton 9H104, 26 avril 1910
  • 20 ANOM, Carton 9H104, 13 juin 1910
  • 21 ANOM, Carton 9H104, 26 avril 1910
  • 22 ANOM, Carton 9H106, 21 octobre 1910.
  • 23 ANOM, Carton 9H106, 13 juillet 1910.

Commune (village)

Nombre de demandeurs (unité : ménages)

Superficie moyenne des propriétés foncières (unité : hectares)

Pourcentage de propriétaires fonciers.

Moyenne du cheptel (unité : tête de bétail)

Pourcentage des propriétaires de cheptel

Maadid (Zemala9)

18

12,85

61 %

13,28

78,95 %

Saint Arnaud (Guelt Zerga10)

2

103,5

100 %

NR

NR

Maadid (Rhilassa11)

6

34,2

33 %

24,5

33 %

Maadid (Taglaït12)

8

3,62

100 %

14,9

100 %

Maadid (Sidi Mbarek13)

14

34,2

57 %

119,53

80 %

Righa14

13

7,07

100 %

44,3

100 %

Saint Arnaud (St Arnaud15)

5

0

0 %

NR

NR

Sedrata (Oued Kebarit16)

40

9,47

47 %

14

62,5 %

Barika17

104

0,23

82 %

139,6

98,1 %

Fedj M’zala18

124

10

46,78 %

12,04

74,2 %

Sétif19

64

38

3 %

7,31

21,8 %

Eulma20

127

15

53,54 %

23,7

87,4 %

Aïn Tagrout21

32

5,26

81,25 %

13

28 %

Sfahli22

19

8,55

100 %

229,16

100 %

Khenchla23

4

6

25 %

NR

NR

11Tableau 1 : Patrimoine foncier et de cheptel des familles ayant déposé une demande de passeport pour la Syrie entre 1909 et 1910 dans le Département de Constantine.

12L’examen de ces résultats laisse entrevoir, d’un côté, l’hétérogénéité des profils de familles migrantes, de l’autre, il en ressort que la majorité des fellahs sont pourvus de biens fonciers ou de bétail. En effet, alors que, selon les données fournies par André Nouschi, 48 % des fellahs constantinois seraient sans terres entre 1909 et 1910, nous constatons que les ressources des demandeurs de passeports sont en vérité dans la plupart des cas supérieures à la moyenne du Département. De même, les communes où les superficies moyennes de propriétés des migrants sont inférieures à 5 hectares correspondent à des situations, comme à Barika, où les fellahs sont semi-nomades et pratiquent essentiellement l’élevage, ou à un mode de vie urbain comme à Sétif. Il convient néanmoins d’admettre que les données ne sont pas révélatrices de la qualité des terres et des modes de leur faire-valoir. Des fellahs comme ceux des villages de Sidi Mbarek, Rhilassa ou Zemala, semblent pourvus de terres dont la superficie est largement supérieure à la moyenne du Département. Or ce constat ne signifie pas que les candidats à l’émigration sont plus riches car leurs terres qui se situent dans le territoire rocheux et aride de Maadid (Bord, 1981) ne sont pas très productives. Toujours est-il que la vente des terres peut fournir les ressources nécessaires pour financer un projet de migration. Par exemple, la vente d’un terrain de 25 hectares et d’un troupeau de 4 vaches et 10 moutons par un fellah de la commune de Sedrata, rapporte à son propriétaire un capital de 1300 francs (ANOM, 9H104, sd). Puisque les départs sont le plus souvent collectifs, la possibilité d’une mise en commun des ressources est envisageable.

13Ces biens qui sont vendus en totalité ou en partie au moment de l’émigration, renforcent la capacité d’action des ménages et participent ainsi à la constitution de ce que les sociologues désignent un pouvoir-faire en matière migratoire (Ma Mung, 2009). Si ces familles ne sont donc pas forcément dépourvues de ressources, elles souffrent toutefois d’un appauvrissement qui les menace de perdre leurs moyens de subsistance.

Fuir les rigueurs de l’indigénat

  • 24 Loi du 1903 qui amende celle du 17 juillet 1874.
  • 25 La commune de plein exercice est une collectivité décentralisée dans laquelle les Européens élisent (...)

14Les fellahs constantinois émigrent en Grande Syrie aussi à cause du poids financier de l’impôt et des pénalités prévues dans le régime de l’indigénat et du Code forestier24. Examinons d’abord la question de l’imposition. Dans notre cas, les demandeurs de passeports sont en majorité issus de communes de plein exercice25 dans lesquelles on se plaint particulièrement du poids de l’impôt qui pèse sur les Algériens musulmans. Cette plainte est ainsi exprimée dans la pétition de Mahjoub Larbi déjà évoquée :

« Voici ce qui pousse les Arabes à émigrer en Syrie : Un pauvre khamès ne possède pour la plupart des fois qu’un chien pour garder sa tente ; il est imposé pour son chien, une dizaine de moutons et autant de chèvres… il est obligé de payer de gré ou de force. Cette somme aurait pu vêtir ses enfants ».

15Le sentiment d’être sujet à une imposition excessive reflète le poids d’une fiscalité coloniale se déclinant en plusieurs catégories dont les impôts dits « arabes » qui pèsent sur les Algériens de statut indigène. Les plus lésés sont les propriétaires de biens fonciers et/ou de cheptel. Les fellahs pour lesquels l’élevage constitue l’activité principale se plaignent aussi des nombreuses pénalités, notamment celles liées à l’utilisation des forêts communales où la coercition exercée par l’État colonial tend à nuire au mode de vie des populations rurales et aux moyens de leur subsistance. Diana Davis a en effet montré que les confrontations suscitées par la question forestièrequi commencent dès la deuxième moitié du xixe, gagnent en acuité au début du xxe siècle lorsque les impératifs de reboisement poussent l’administration des eaux et forêts à sanctionner tout usage non réglementé de la forêt telles que l’utilisation de feu de broussailles ou le pacage illégal (Davis, 2007).

  • 26 Sans laissez-passer ou passeport.
  • 27 Loi du 21 décembre 1897.

16Dans le contexte de l’Algérie coloniale, le régime de l’indigénat correspond jusqu’en 1909 à une quarantaine d’infractions spécifiques s’appliquant aux Algériens de statut indigène. Elles sont pratiquées par les agents de l’État colonial pour punir des comportements ou des manquements tels que le retard ou le non-paiement des impôts, les déplacements non autorisés26 ou le refus de service de garde (Thénault, 2012). Les rapports d’administrateurs qui tendent parfois à minimiser l’importance des griefs exprimés par les futurs migrants, révèlent peu de cas d’application de ces sanctions. Pourtant, un rapport établi par chef de l’arrondissement de Batna estime à 1948 le nombre des punitions infligées entre le 19 octobre et le 4 juin à l’échelle de sa conscription (ANOM, 9H106, 18 juin 1910). De même, il y a dans la pétition formulée par Mahjoub Larbi, une vive contestation de l’obligation de garde27 et de l’ensemble du régime pénal de l’indigénat qui au-delà de son impact direct sur la vie des Algériens de statut indigène, révèle surtout un fort sentiment d’inégalité vis-à-vis des Européens :

  • 28 Métayer.

« Lorsque le colon dort tranquillement dans sa chambre, le khamès28, après avoir dételé ses bœufs du joug vient par la neige monter la garde auprès de la demeure du colon et dans quelques communes on perçoit une certaine somme par individus et la commune mettra des gardiens de nuit moyennant une mensualité et l’Indigénat, c’est encore une autre misère que l’arabe accepterai volontiers s’il touchait les colons, mais comme il ne touche que l’arabe, il est insupportable pour lui. »

17Les familles au sein desquelles des demandes de passeports sont exprimées disposent souvent d’un socle de ressources non négligeables. Mais la pression foncière exercée par les colons européens de même que le poids financier des impôts et des pénalités constituent des risques d’appauvrissement bien réels, ce qui renforce le sentiment, notamment chez les fellahs des communes mixtes, d’être victime d’une profonde injustice.

  • 29 Sur la notion de hijra, voir Hendrickson, 2020.
  • 30 Orthographié « Culet » dans le rapport Varnier.

18Les causes matérielles s’imbriquent dans les discours et représentations avec une idéologie qui conforte la décision d’émigrer. S’exiler dans une terre gouvernée par un souverain musulman est souvent présenté comme un devoir religieux29. Une étude des fondements de cette doctrine dépasse le cadre de cet article. Bien que ces arguments soient rarement avancés par les demandeurs de passeports, nous pensons que l’argument de la hijra conférait une forte légitimation religieuse à ces migrations. Prenons l’exemple des Sedrata où beaucoup émigrèrent à cause de pressions foncières qui s’exerçaient à travers des moyens tels que la privation d’accès aux sources d’eau (ANOM, 9H104, 26 avril 1910). En réalité, les documents à notre disposition suggèrent une coopération insoupçonnée entre hommes de religion appelant à la hijra et entrepreneurs agricoles désireux de libérer des terres pour la colonisation. Un colon du nom de Jean Baptiste Cullet30 fait cause commune avec un marabout local du nom de Zerrout Miloud ben Saïd pour encourager les propriétaires musulmans à vendre leurs terres et s’installer dans la Grande Syrie, présentée comme une « terre d’élection » se situant en proximité de la Mecque et de Médine (ANOM, 9H106, 26 avril 1910). Au final, 33 fellahs vendent des propriétés de 2 à 23 hectares à J-B. Cullet et à d’autres colons français. Ainsi, les motivations religieuses deviennent un facteur crucial lorsqu’elles s’imbriquent avec de causes matérielles fortes telles que la pression foncière.

Des liens communautaires transnationaux et le rôle de la Sublime Porte

19Alors qu’ils sont soumis aux mêmes contraintes socio-économiques, tous les villageois du Constantinois ne sont pas forcément enclins à émigrer. À vrai dire, le choix de l’émigration s’explique aussi à la lumière des réseaux de solidarité sociale tels que la famille, la tribu, la confrérie, les réseaux de commerçants et de lettrés religieux. Par ailleurs, ces liens participent aussi à la circulation d’informations sur les conditions d’installation des migrants dans l’Empire ottoman. Lorsqu’il s’agit d’étudier le phénomène migratoire sous le prisme de ces réseaux, nous nous heurtons cependant à un problème de sources. Le caractère clandestin des migrations et la censure de tout appel à émigrer en Orient rendent difficile l’accès à des renseignements sur les rapports liant les communautés de départ et d’arrivée. Les sources émanant des autorités coloniales sont de plus biaisées par les considérations sécuritaires qui constituent la trame de fond des différentes enquêtes et rapports. Certaines observations peuvent néanmoins être faites.

20Les circulations migratoires entre le Constantinois et la Grande Syrie s’appuient sur des réseaux qui préexistent ou se font en marge de la colonisation française. C’est notamment le cas des liens interpersonnels créés par la mobilité des oulémas et parfois le pèlerinage. De façon générale, un véritable savoir migratoire semble se forger à travers les échanges et mouvements entre communautés migrantes au Proche-Orient et en Algérie, de même que se constituent des liens de solidarité qui facilitent les déplacements. Ainsi, un instituteur d’une école coranique (tāleb) originaire de la commune de Righa du nom de Hadj Hocine ben Mohammed Ali, séjournait à Aïn Tagrout avant de s’installer à Médine qu’il visite à l’occasion du pèlerinage de la Mecque (ANOM, 9H11, Rapport Varnier, 1911). Informé des conditions d’installation des migrants dans l’Empire ottoman, il continuait à entretenir des liens épistolaires avec les membres de son village d’où partent les premières familles de la vague d’émigration de 1910. Dans cette interaction entre communautés d’origine et d’arrivée, les relations de parenté et de voisinage tendent à s’imbriquer. Lorsqu’en 1909 un individu originaire d’Ain Baïda gagne la Syrie, muni d’une autorisation de pèlerinage, il est non seulement suivi par son père et ses deux fils, eux-mêmes mariés et accompagnés de plusieurs enfants, mais aussi par quatre familles de son village (ANOM, 9H106, 18 avril 1910).

  • 31 Voir notre projet de thèse en cours « Hargal Salma, Les migrations dans l’Empire ottoman : Le cas d (...)
  • 32 Ibid.

21Dans ce processus migratoire, la Sublime Porte constitue un acteur institutionnel non négligeable. Les travaux sur l’immigration dans l’Empire ottoman ont déjà mis en avant l’importance des appels à migrer à l’endroit des musulmans des Balkans et de l’Empire de Russie sous le régime du Comité Union et Progrès à partir de 1909 (Toumarkine, 2000 ; Dündar, 2001 ; Ipek, 2006 …). Qu’en est-il de l’Algérie ? Nous savons que des Ottomans incitaient les Algériens musulmans à émigrer dans ses territoires surtout durant le règne d’Abdulhamit II (1876-1909)31. En revanche, nous n’avons pas trouvé trace dans les Archives nationales de Turquie de documents relatifs à la vague de 1910 ou qui fassent référence à une incitation de la part des jeunes Turcs. La seule exception est la pétition mentionnée en introduction qui est adressée au Sultan Mehmet V (1909-1918) par une cinquantaine d’Algériens originaires de la commune de Sétif. La version turque de cette lettre ne nous renseigne pas sur l’identité de son auteur. Le seul nom qui apparait est celui d’un certain Abdulhamit, un agent chargé de traduire les pétitions auprès du ministère ottoman des Affaires étrangères (Hariciye Nezâreti). L’analyse du texte permet néanmoins d’explorer quelques pistes intéressantes. D’abord, la forme de la pétition s’apparente à celles produites habituellement par les intermédiaires des paysans ottomans auprès du pouvoir central tels que les chefs de village ou de tribu et les imams villageois, dans la mesure où l’auteur emploie au début et à la fin de la lettre des formules et des expressions ottomanes courantes dans ce type de documents. En ce qui concerne le contenu, les pétitionnaires y déplorent leur refoulement à la frontière tunisienne et demandent au Sultan Mehmet V d’intervenir en leur faveur. Étant donné que la Porte portait déjà assistance à quelques Algériens souhaitant s’installer dans les territoires ottomans, une telle demande n’est pas extraordinaire32. La formulation du texte et les arguments employés nous poussent en effet à croire que l’auteur est familier des usages des institutions ottomanes et des procédures en vigueur. Il pourrait donc éventuellement s’agir d’un Algérien de citoyenneté ottomane, de passage dans son pays d’origine. Par ailleurs, les rapports des administrateurs attribuent souvent la cause du départ des fellahs aux incitations faites par des Algériens venus de l’Empire ottoman (ANOM, 8 juin 1910). Les renseignements fournis par les sources françaises à ce sujet doivent toutefois être pris avec précaution. La description de tels personnages est entourée d’un floue en raison de la suspicion et la crainte exagérées de la propension des Ottomans à influencer les musulmans des colonies françaises. Toutefois, les sources ottomanes nous permettent d’envisager les connexions interpersonnelles des fellahs avec des individus proches des institutions ottomanes, comme moyen qui renforce leur capacité d’action en matière migratoire.

La migration comme outil de contestation de l’ordre colonial

22Pour le fellah, quitter l’Algérie signifie se soustraire à l’emprise d’un ordre institutionnel qui le relègue à un statut de subalterne. Il s’agit de « faire défection », ce qui, dans le langage de l’économiste Albert O. Hirschman, correspond à l’action collective de se retirer face à la détérioration d’une situation donnée (Hirschman, 1970). Le choix de défection ou d’exit devient alors une forme de contestation politique (Filleule et Bennani-Chraïbi, 2003). Cette dimension protestataire des migrations a été pertinemment mise en avant pour le cas de l’Afrique occidentale française (AOF) où les exodes collectifs en réaction aux travaux forcés ont exercé une forte pression sur l’administration coloniale et les sociétés concessionnaires occidentales (Touré, 1983 ; Fall et Mbodj, 1989 ; Tiquet 2014). Dans la deuxième partie de cet article, nous proposons d’étudier dans quelle mesure la vague de migration de 1910 dans le Constantinois se prête à une telle lecture.

Quand les demandes de passeports ne visent pas un projet d’émigration

23Dans l’Algérie coloniale, le passeport externe est le document requis pour partir à l’étranger. Ce document mentionne la destination de voyage en fonction de la circonscription consulaire française correspondante. Les passeports sont délivrés par les préfets départementaux avec l’autorisation du Gouvernement général d’Algérie. Ce dernier, demande à son tour aux administrateurs de commune de remonter des renseignements sur les demandeurs et leurs motivations. C’est ainsi qu’à Sétif en juin 1910, le chef d’arrondissement convoque les demandeurs de manière individuelle afin de sonder leurs intentions. Dans les procès-verbaux de ces interrogatoires, nous avons relevé un cas qui suggère que la formulation d’un projet d’émigration pouvait servir de moyen de pression pour faire avancer d’autres requêtes. C’est le cas d’un fellah de la commune d’Eulma qui venait contester la confiscation d’un terrain par l’administration en déclarant n’avoir jamais formulé une demande d’émigration :

« Réclame avec plusieurs de ses parents, la restitution d’un terrain qui a été appréhendé par l’administration, comme bien vacant. Interrogé, il a déclaré n’avoir jamais eu l’intention d’émigrer en Syrie. C’est l’écrivain public, chargé de rédiger sa requête, qui a écrit cela de sa propre autorité, tellement c’est devenu une sorte de clause de style. » (ANOM, 9H106, 9 juin 1910)

24Selon le chef d’arrondissement, l’écrivain public prendrait l’initiative de formuler les demandes de passeports qui ne seraient en réalité qu’une modalité d’expression, « une clause de style », afin de renforcer les doléances des fellahs auprès des autorités coloniales. Qu’est-ce qui pousserait l’écrivain public à utiliser la procédure de demande de passeports externes comme un moyen d’attirer l’attention du Gouvernement général d’Algérie sur la situation des fellahs ? Nos sources ne révèlent pas de renseignements précis sur l’interaction des écrivains publics avec les intéressés. Par contre, nous verrons dans la partie suivante qu’une logique similaire se décèle clairement dans les pétitions et requêtes des fellahs. Durant l’été 1910, plusieurs de ces requêtes vont en effet de pair avec une demande de départ pour la Syrie, ce qui nous laisse penser que l’écrivain public ait ajouté, consciemment ou par erreur, les noms de certains pétitionnaires ordinaires aux listes de demandeurs de passeports. Une telle interprétation nous semble envisageable car les médiateurs (écrivains publics, traducteurs, avocats…) tendent souvent à façonner l’action des populations lésées vis-à-vis des autorités coloniales centrales (Guignard, 2010).

Négocier avec le pouvoir colonial

25Si le contenu de ces demandes de passeports formulées en arabe par les écrivains publics reste formel et n’exprime pas de griefs précis, les rapports des entretiens avec les intéressés, dont le contenu n’apparait pas toujours dans les rapports officiels, révèlent des doléances qui pointent des actions de l’État, des pratiques administratives et des règles juridiques précises. De fait, les entretiens avec les préfets et les administrateurs communaux sont bien l’occasion pour les fellahs de dénoncer les discriminations auxquelles ils sont exposés : les impôts arabes, les pénalités prévues dans le régime de l’indigénat, les modalités d’application des lois facilitant les transactions des propriétés foncières entre musulmans et Européens et ainsi de suite. On relève à partir des rapports d’administrateurs et des pétitions, de nombreuses situations où les demandeurs de passeports tentent de négocier leur renonciation à l’émigration en échange de la prise en compte de leurs revendications. Remettant en cause l’imposition et le service obligatoire de garde, Mahjoub Larbi pose, par exemple, un véritable ultimatum à son interlocuteur : « Pour mon compte, je demande l’enlèvement de tout cela ou l’émigration ». Autrement dit, les demandes de passeports deviennent un outil permettant aux fellahs de renforcer doléances et réclamations.

  • 33 Selon André Nouschi, ses revenus augmentent de 94 490 francs entre 1900 et 1910 (Nouschi, 1961, p.  (...)

26Dans ce contexte, il convient de distinguer entre les revendications collectives portant sur le changement des normes en vigueur en matière d’imposition ou les dispositifs tels que le Code forestier ou le régime de l’indigénat et les demandes individuelles ciblant l’accès à des droits ou l’allègement de certaines mesures. À la tête des revendications collectives figure la baisse voire la suppression de la lezma, l’une des catégories d’impôts à laquelle sont assujettis une partie des Algériens musulmans des départements d’Alger et de Constantine en remplacement de la zakat et du achour. Chez les Ouled Tifouragh (commune de Khenchla) où la lezma constitue l’intégralité de l’impôt versé par les ménages, les fellahs exigent un dégrèvement (Nouschi, 1961, p. 627). Dans le village de Ragouba chez les Sedrata, la suppression de cette taxe est placée comme condition ultime de renonciation au départ (ANOM, 9H104, 14 octobre 1910). Pour l’État colonial, les revenus générés par l’impôt arabe diminuaient du fait de la réduction de la propriété terrienne. Mais le Gouvernement général ne procède pas pour autant à la baisse de la lezma qui contrairement à d’autres catégories d’impôt était fixe. Au contraire, il l’augmente33. Ce caractère fixe de la lezma et non proportionnel aux revenus annuelsla place au centre des contestations exprimées, car sa suppression devient non seulement une cause mobilisant une population plus large, mais aussi l’objet d’une protestation visant l’État colonial lui-même.

27Si la question de la lezma articule donc en premier lieu une mobilisation collective, les demandes individuelles concernent notamment l’annulation de transactions foncières ou l’allègement de pénalités, ce qu’illustre le cas d’un demandeur de passeport de la commune d’Eulma : « ancien khodja de douar révoqué, possède 20 hectares de bonnes terres qu’il a laissées mortes pendant deux ans. Doit au service des domaines 480 francs dont il espère obtenir la remise sous la menace d’une émigration. » (ANOM, 9H106, 9 juin 1910). Parfois, des fellahs qui souhaitaient accéder à la propriété terrienne en vertu de la loi foncière du 18 février 1897, demandent révocation des décisions des commissaires-enquêteurs en menaçant d’émigrer, d’autres utilisent les mêmes moyens pour contester des décisions de justice perçues comme injustes. Mis à part quelques cas isolés, comme celui d’un jeune qui voulait reprendre le poste de Cheikh qu’avait occupé son père, la majorité de ces requêtes se rapportent aux peines prévues dans l’indigénat, au Code forestier et à l’application des lois foncières.

Le pouvoir colonial face à la question migratoire

  • 34 Pour la procédure d’internement voir Thénault, 2012, p.25

28La position initiale du Gouvernement général d’Algérie est celle d’interdire le départ des Algériens musulmans en Grande Syrie, ce que confirme une circulaire du 29 octobre 1909 (ANOM, 9H106, 27 juin 1910). Les administrateurs de communes prennent dès lors des dispositions pour arrêter les départs en exerçant notamment une étroite surveillance sur les gares et les frontières. D’après une pétition adressée au Sultan Mehmet V (1909-1918), des fellahs de la commune de Sétif, qui tentaient de quitter clandestinement l’Algérie en passant par la Tunisie, lorsqu’ils sont arrêtés et rapatriés par des gendarmes de la frontière. Ils subissent 5 jours d’emprisonnement (beşer gün ḥabsedilmemiz) et une amende de 15 francs chacun (on beşer ferenk cezâ-yı naḳdî îʿṭâ etmekliğimiz) (BOA, HR.TO, 403/38, 26 juillet 1910). Ces peines nous sont connues seulement à travers la pétition en turc ottoman susmentionnée. Le rapport rédigé par l’administrateur de Sétif évoque le refoulement des migrants, mais passe sous silence l’application de ces mesures de répression. Par ailleurs, les administrateurs adressent généralement, très peu de demandes d’internement au Gouvernement général34.

  • 35 C’est-à-dire les territoires du Sud algérien administrés par les militaires (Aïn Sefra, Touggourt, (...)

29Confrontés à la recrudescence de départs et à la multiplication des demandes de passeports à partir de 1909, les administrateurs songent progressivement à des moyens alternatifs pour enrayer le phénomène. Dès l’été 1910, Jean-Dominique Luciani de la Direction des Affaires indigènes du Gouvernement général demande au Préfet de Constantine de lui fournir la liste des villages les plus indigents des communes de Bordj-bou-Arriredj et Eulma, afin de mettre en place un programme d’aide à cette population (ANOM, 9H106, 12 juillet 1910). Certaines communes prévoyaient déjà des programmes de charité à destination des populations enclines à émigrer (ANOM, 9H106, 27 juin 1910). De même, plusieurs rapports rédigés par les administrateurs à l’issue de leurs entretiens avec les demandeurs de passeports comportent des réflexions sur les mesures à prendre pour améliorer la situation matérielle et « morale » des fellahs. À Righa, l’administrateur fait des suggestions pour mieux redistribuer les terres communales cultivables (ANOM, 9H11, Rapport Varnier, 1911). En territoire militaire35, le Général Mercier Milon, commandant en chef de la division de Constantine, va jusqu’à préconiser la suppression de l’impôt de la lezma, une proposition qui, bien entendu, n’aura pas de suites avant la fin de la Première Guerre mondiale.

Conclusion

30L’historiographie sur les migrations algériennes durant la période coloniale s’est jusqu’à présent focalisée sur l’exode de Tlemcen (Ageron, 1967) et a souvent mis l’accent sur les motivations religieuses s’articulant autour du concept de la hijra (Haddad, 2010). L’étude de ces migrations à l’échelle des ménages et à travers l’exploration de sources autres que les rapports officiels, telles que les pétitions arabes et ottomanes, les rapports d’entretiens et les correspondances, permet une analyse plus fine des mécanismes de migration des Algériens vers la Grande Syrie. Les fellahs du Constantinois dont les moyens de subsistance sont relativement faibles, envisagent de vendre leurs biens et d’émigrer en Grande Syrie lorsqu’une succession de facteurs négatifs tels que la sècheresse, les épizooties et les attaques de sauterelles les menace de perdre leurs ressources. Le poids des impôts spécifiques et des pénalités diverses, notamment celles liées au régime de l’indigénat, devient par conséquent de plus en plus difficile à supporter. Dès lors, les déclarations des migrants ou de ceux qui s’apprêtent à le devenir laissent transparaître un fort sentiment d’injustice et d’iniquité où le statut de l’indigène devient un vif objet de contestation. Si la Tunisie voisine, sous régime de protectorat, attire également des flux migratoires, c’est le Cham ottoman qui se présente pour les fellahs du Constantinois comme une chance d’échapper au statut discriminatoire de l’indigène et connaître une promotion sociale comme propriétaire foncier. Notre approche nous a également permis de mettre en lumière un autre aspect important de cet épisode d’émigration, à savoir l’appropriation de la procédure de demande de passeport comme moyen de dénoncer ces inégalités auprès de l’administration coloniale.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES ET ARCHIVES :

Acronymes des archives citées :

– ANOM Archives Nationales d’Outre-Mer, Aix-en-Provence, France

– BOA Başbakanlık Osmanlı Arşivi (Archives ottomanes du Premier ministre) Istanbul/Ankara, Turquie

– CADN Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Nantes, France

***

ANOM Fonds : Algérie, Gouvernement général d’Algérie (GGA), série : « Affaires indigènes »

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H11 : Rapport Varnier, 1911

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune de plein exercice de Saint Arnaud, Rapport, 27 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Préfet du département de Constantine au Gouverneur général d’Algérie, correspondance n° 18092, 12 juillet 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune de plein exercice de St Arnaud, Rapport : « Emigration en Syrie : État indiquant la situation des familles ayant manifesté d’intention de partir en Syrie de la commune de Saint Arnaud », 27 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Chef d’arrondissement de Sétif, Rapport, 9 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de Bordj bou Arreridj, Rapport : « Renseignements sur les indigènes des Douars de Sidi Embarek, Taglaït, Zemalit, Rhilassa qui ont demandé l’autorisation de se rendre en Syrie et sur ceux qui sont partis » 8 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune mixte de Fedj M’zala, Rapport « Rapport sur le mouvement d’Emigration en Syrie des indigènes des communes de plein exercice de l’arrondissement de Constantine », 18 avril 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur détaché de la sous-préfecture de Sétif au Sous-préfet de l’administration de Sétif, correspondance n° 3573, 26 avril 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune mixte de Barika, Rapport : « Rapport sur le mouvement d’émigration en Syrie », 18 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune mixte de Maadid, Rapport : « Rapport du le mouvement d’émigration en Syrie qui s’est manifesté dans les douars Taglaït, Rilassa, Zemala et Sidi-Embarek », 8 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune de plein exercice de St Arnaud, Rapport : « Emigration en Syrie : État indiquant la situation des familles ayant manifesté d’intention de partir en Syrie de la commune de Saint Arnaud », 27 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Administrateur de la commune de plein exercice de Saint Arnaud, Rapport : « Emigration en Syrie : État indiquant la situation des familles ayant manifesté d’intention de partir en Syrie », 27 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H106 : Préfet du département de Constantine au Gouverneur général d’Algérie, correspondance n° 16161, 13 juillet 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Préfet de Constantine au Gouverneur général d’Algérie, correspondance n° 18348, 14 octobre 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Sous-préfet de Sétif (douar Sédata) au Préfet de Constantine, correspondance n° 3573 : « réclamations des indigènes contre Monsieur Cullet », 26 avril 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Administrateur de la commune mixte de Sedrata, Rapport : « État de renseignement à l’appui d’une demande d’autorisation pour un départ en Syrie », non daté

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Sous-préfet de Sétif (douar Sédata) au Préfet de Constantine, correspondance n° 5906, 2 juillet 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Administrateur de la commune mixte de Sedrata au Gouverneur général d’Algérie, correspondance n° 3301 : « État de renseignement à l’appui d’une demande d’autorisation de départ pour les Indigènes de Syrie », 8 octobre 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Administrateur de la commune mixte de Barika, Rapport : « Rapport sur le mouvement d’émigration en Syrie », 20 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Commune mixte de Fedj M’zala, Rapport : « Situation des indigènes ayant manifesté l’intention de partie en Syrie », 11 juin 1910.

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Administrateur de la commune mixte des Eulma au Gouverneur général d’Algérie, correspondance n° 18214, 13 juin 1910,

ANOM Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H104 : Administrateur de la commune mixte de la Séfia, rapport n° 7124456 : « Douar Sfahli », 21 octobre 1910.

BOA, HR.TO, 403/38. 18 Receb 1328 (26 juillet 1910), (Ministère des affaires étrangères, Chambre des traductions)

CADN, Poste de Beyrouth, carton 92PO/A/351, Ministre des affaires étrangères au Consul général de France à Beyrouth, correspondance n° 3092, 21 mai 1910.

ÉTUDES :

ABBASI Mostafa, 2003, “From Algeria to Palestine : The Algerian community in the Galilee from the Late Ottoman Period until 1948”, The Maghreb Review, 28, 1, pp 41-59.

AGERON Charles-Robert, 1967, « Les migrations des musulmans algériens et l’exode de Tlemcen (1830-1911) », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 22e année, n° 5, pp. 1047-1066.

BARDIN Pierre, 1979, Algériens et Tunisiens dans l’Empire ottoman de 1848 à 1914, Marseille, CNRS éditions.

BARGAOUI Sami et CERRUTI Simona et GRANGAUD, Isabelle (dir.), 2015, Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Nouvelle édition (En ligne), Aix-en-Provence : IREMAM. (Consulté le 20 novembre 2017)

BEDJADJA Abdelkarim, 1974, Cartographie agraire de l’Est algérien à la fin du xixe siècle : Etude de géographie Historique à partir des archives du Sénatus-Consulte, Université de Constantine, département de géographie, Mémoire pour l’obtention du Diplôme d’études approfondies.

BORD Jean-Paul. 1981Cartographie de l’utilisation du sol dans l’Est algérien : essai de zonage agricole. Thèse de Géographie. Université Paul Valéry — Montpellier III.

BRAS Jean-Philippe, 2015, « L’imperfection de la propriété indigène, lieu commun de la doctrine juridique coloniale en Afrique du Nord », Bargaoui Sami, Cerutti Simona et Grangaud Isabelle (dir.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Aix-en-Provence, IREMAM.

COLLOT Claude, 1987, Les institutions de l’Algérie durant la période coloniale (1830-1962), Editions du Paris, CNRS éditions.

DAVIS Diana K, 2007. Resurrecting the granary of Rome: environmental history and French colonial expansion in North Africa. Athens (Ohio), Etats-Unis d’Amérique: Ohio University Press.

DAVIS Diana K., QUENET Grégory (trad), 2012, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon. [Trad. de : Resurrecting the granary of Rome : environmental history and French colonial expansion in North Africa, Ohio University Press, 2007]

DÜNDAR fuat, 2001, Ittihat ve terakki'nin müslümanları iskân politikası (1913-1918), Istanbul, İletşim Yayınları. (La politique d’installation des musulmans du Comité Union et Progrès)

FALL et MBODJ, 1989, “Forced Labour and Migration in Senegal” in A. Zegeye S. Ischemo 1989, Forced labour and migration: patterns of movement within Africa, Sevenoaks, Hans Zell Publishers, p.257-270.

FARET Laurent, 2003, Les territoires de la mobilité : Migration et communautés transnationales entre le Mexique et les Etats-Unis, Paris, CNRS Editions.

FILLEULE Olivier, BENNANI-CHRAIBI Mounia, 2003, « Chapitre 1. Exit, voice, loyalty et bien d’autres choses encore… », in Mounia Bennani-Chraïbi et al., Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Académique », p. 43-126.

IPEK Nedim, 2006, Imparatorluktan Ulus Devlete Göçler, Trébizonde, Serander Yay. (Les migrants: de l'Empire à l'Etat-nation)

GUIGNARD Didier, 2010, L’abus de pouvoir en Algérie coloniale (1880-1914), Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

HADDAD Mouloud, 2010/2, « Les maîtres de l’Heure. Soufisme et eschatologie en Algérie coloniale (1845-1901) », Revue d’Histoire du XIXe siècle, numéro 41, p.49-61.

HENDRICKSON Jocelyn, 2020, Leaving Iberia: Islamic Law and Christian Conquest in North West Africa, Cambridge MSS, Harvard Series in Islamic Law.

HIRSCHMAN, 1970, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations and States, Cambridge MSS Harvard University Press.

KATEB Kemal, 2001, Européens, « indigènes » et juifs en Algérie (1830-1962) : représentations et réalités des populations, Paris, INED Editions. 

KATEB Kemal, 1997, « La gestion administrative de l’émigration algérienne vers les pays musulmans au lendemain de la conquête de l’Algérie (1830-1914) », Population, 52e année, n° 2, INED Editions, pp. 399-428.

LEE Everett S., 1966, « A theory of Migration », Demography, 1, volume 3, p.47-57.

MA MUNG Emmanuel, « Le point de vue de l’autonomie dans l’étude des migrations internationales : « penser de l’intérieur » les phénomènes de mobilité » dans Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily. Les mondes de la mobilité, Presses de l’Université de Rennes, p.25-38.

NOIRIEL Gérard, 2001, État, Nation et immigration : Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin.

NOUSCHI André, 1961, Enquête sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises jusqu’en 1919. Essai d’histoire économique et sociale, Paris, PUF.

PRUNIER Delphine, (2014), Les socles de l’économie familiale et les ressources migratoires : savoir partir, revenir et circuler. Migrations Société, 153-154, (3), 117-132.SARI Djilali, 1978, La dépossession des Fellahs 1830-1962 : étude sur la colonisation en Algérie, Alger, SNED.

SAYAD Abdelmalek et BOURDIEU Pierre, 1964, Le déracinement : la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les éditions de Minuit.

TIQUET Romain, 2014, « Migrations protestataires et résistance au travail forcé en AOF, 1900-1946 », Hommes et migrations, numéro 1307, p. 166-169.

THENAULT Sylvie, 2012, La violence ordinaire dans l’Algérie coloniale : camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob éditions.

THENAULT Sylvie, 2017, « l’indigénat dans l’Empire français : Algérie/Cochinchine, une double matrice », Monde(s), numéro 12, volume 2, p.21-40.

TOUMARKINE Alexandre, 2000, Entre empire ottoman et État nation turc : Les immigrés musulmans du Caucase et des Balkans du milieu du XIXème siècle à nos jours (thèse non publiée), Paris IV Sorbonne.

TOURE Oussouby, 1983, Mouvements de populations et projets de développement des économies rurales de la Haute-Gambie : Etude de la région de Wuuli, thèse soutenue à l’Université Paris Diderot sous la direction du professeur Jean Arlaud.

ZIMMERMANN Klaus, 1996, « Europe Migration: Push and Pull », International Regional Science Review, volume 19, p.95-128.

Haut de page

Notes

1 Petits paysans arabo-berbères.

2 Dans un article récent, J. Clancy Smith appelle à sonder cet impact de l’innovation agronomique et de la colonisation sur la mobilité des populations rurales en Algérie, qui, jusqu’à présent, reste en effet peu étudié (Clancy Smith, 2016).

3 Il s’agit d’un des cinq types de terres définis par le code foncier ottoman de 1858 (arazi kanûnamesi). Les terres mortes (mevat) sont des terres sans propriétaires et qui ne sont pas mises en valeur.

4 Passeport externe pour les territoires qui dépendent de la circonscription du consulat général de Beyrouth.

5 Selon le Journal Al Moqtabas consulté par Pierre Bardin dans Algériens et Tunisiens dans l’Empire ottoman de 1848 à 1914, Éditions du CNRS, Paris, 1979.

6 Sur la question du statut des Algériens dans l’Empire ottoman, voir Bardin, 1979.

7 C’est, par exemple, le titre de la Dépêche algérienne des 22 et 25 juin 1910 à propos du départ en Grande Syrie de quelques dizaines de paysans d’Aïn Tagrout.

8 Muhaceret Nizâmnamesi (Décret sur l’immigration)

9 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.

10 ANOM, Carton 9H106, 27 juin 1910.

11 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.

12 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.

13 ANOM, Carton 9H106, 8 juin 1910.

14 ANOM, Carton 9H106, 2 juillet 1910.

15 ANOM, Carton 9H106, 27 juin 1910.

16 ANOM, Carton 9H104, 8 octobre 1910.

17 ANOM, Carton 9H106, 20 juin 1910.

18 ANOM, Carton 9H106, 11 juin 1910

19 ANOM, Carton 9H104, 26 avril 1910

20 ANOM, Carton 9H104, 13 juin 1910

21 ANOM, Carton 9H104, 26 avril 1910

22 ANOM, Carton 9H106, 21 octobre 1910.

23 ANOM, Carton 9H106, 13 juillet 1910.

24 Loi du 1903 qui amende celle du 17 juillet 1874.

25 La commune de plein exercice est une collectivité décentralisée dans laquelle les Européens élisent les conseillers municipaux qui exercent un pouvoir administratif et financier plus large que les chefs communes mixtes (Collot, 1987).

26 Sans laissez-passer ou passeport.

27 Loi du 21 décembre 1897.

28 Métayer.

29 Sur la notion de hijra, voir Hendrickson, 2020.

30 Orthographié « Culet » dans le rapport Varnier.

31 Voir notre projet de thèse en cours « Hargal Salma, Les migrations dans l’Empire ottoman : Le cas des Algériens durant la colonisation française (1830-1918), Université Lumière Lyon II, sous la direction de Oissila Saaidia et Henry Laurens »

32 Ibid.

33 Selon André Nouschi, ses revenus augmentent de 94 490 francs entre 1900 et 1910 (Nouschi, 1961, p. 626).

34 Pour la procédure d’internement voir Thénault, 2012, p.25

35 C’est-à-dire les territoires du Sud algérien administrés par les militaires (Aïn Sefra, Touggourt, Oasis et Ghardaïa).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Salma Hargal, « Emigrer en contexte colonial : La vague de départ des fellahs du Constantinois en 1910 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 17 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14471 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.14471

Haut de page

Auteur

Salma Hargal

Université Lumière Lyon 2, LARHRA - UMR 5190 ; salmahargal[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search