Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Seconde partieLectures en ligneHENRY Jean-Robert, MOUSSAOUI Abderra(…)

Lectures en ligne

HENRY Jean-Robert, MOUSSAOUI Abderrahmane, 2020, L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante. Études et témoignages

Karthala, 2020
Thierry Michalon
Référence(s) :

HENRY Jean-Robert, MOUSSAOUI Abderrahmane, 2020, L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante. Études et témoignages, Paris, Karthala, 528 p.

Texte intégral

1Cinquante-huit ans après l’accession, dans des conditions dramatiques, de l’Algérie à son indépendance, l’Église catholique se maintient dans le pays. Malgré le départ de la quasi-totalité de sa population non-musulmane, elle y conserve sa structure en quatre diocèses. Et malgré la crispation identitaire autour de la langue arabe et de l’islam – délibérément suscitée par les pouvoirs publics sous Houari Boumédiène et par la pression du courant islamiste ensuite – qui présente la France et le chrétien comme « les deux faces de la figure de l’ennemi » (A. Moussaoui), 81 prêtres et 142 religieux et religieuses continuent (en 2018) à vivre et à travailler dans le pays. Pourquoi ? C’est à cette question que répond l’important ouvrage collectif dirigé par Jean-Robert Henry et Abderrahmane Moussaoui : L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante.

2Le manifeste de l’Église d’Algérie

3Ouvrage polyphonique s’il en est, ce livre est structuré en trois parties. La première, Une Église catholique dans l’Algérie nouvelle, s’ouvre avec un texte de Mgr Duval, par une série de réflexions doctrinales légitimant la révision déchirante d’une Église longtemps « pilier de l’ordre colonial » (J.-R. Henry) mais désormais conduite à une toute autre vocation : celle de la fraternité quotidiennement vécue avec un peuple longtemps humilié. Sont ensuite présentées les actions de cette Église : action sociale auprès des milieux défavorisés, action éducative (interrompue par l’ordonnance de 1976 nationalisant toutes les écoles privées), action à l’international d’une Église devenue – notamment suite au travail du Père Bérenguer en Amérique latine – « tiers-mondiste » (H.Teissier), et surtout aujourd’hui action culturelle, par le développement d’un important réseau de bibliothèques d’orientation universitaire comme par un important travail au service de la littérature algérienne de langue française, faisant d’hommes comme Jean Déjeux des « médiateurs de la culture algérienne » (A. Bererhi).

4S’ouvre ensuite une passionnante deuxième partie, toute de débats intimes : Voix et voies. Acteurs et témoins. Cinquante-sept prêtres, religieux, religieuses, laïcs, protestants, ainsi que des musulmans, ont enregistré de copieux témoignages dont les synthèses nous sont restituées sous trois angles (Les origines d’une vocation algérienne ; Rester, venir, ou partir ; Une Église de la rencontre) avant de faire l’objet de trois lectures : historique (G. Dorival), psycho-sociologique (A. Moussaoui), théologique (J. Toussaint). Cette deuxième partie se clôture par le déchirant témoignage de Mgr Teissier, alors archevêque d’Alger, sur le partage délibéré, par l’Église d’Algérie, des terribles épreuves vécues par le peuple algérien durant ces « années noires », où environ 200 000 personnes furent assassinées, dont plus d’une centaine d’imams et dix-neuf prêtres, religieux et religieuses.

5Enfin une troisième partie, Figures, s’ouvre par les portraits de trois évêques dont la pensée et l’action ont été déterminantes pour préparer, dès les années 1950, une Église de paroisses à de tout autres engagements, puis à approfondir cette nouvelle vocation : Léon-Etienne Duval, Jean Scotto, Pierre Claverie. Cette troisième partie se poursuit par un chapitre consacré aux Frères et sœurs protestants, et se clôt par une série de réflexions sur la portée de la « béatification », le 8 décembre 2018, des dix-neuf prêtres, religieux et religieuses assassinés durant les années 1990 pour avoir voulu, conscients des risques encourus, partager jusqu’au bout le sort du peuple algérien.

6Cet ouvrage est important à plus d’un titre.

7Il permet en premier lieu de comprendre que l’Église en Algérie n’a jamais eu de véritable vocation prosélyte. En effet, par la convention signée le 5 juillet 1830 avec le Dey vaincu, les autorités françaises s’étaient engagées à respecter la religion musulmane. Dès lors l’Église catholique, (d’ailleurs déjà présente sous la Régence sous la forme des frères lazaristes, œuvrant auprès des esclaves chrétiens d’Alger) s’est d’emblée abstenue de toute volonté de convertir et se tint généralement à cette ligne. Les pouvoirs publics coloniaux y veillèrent d’ailleurs, sous tous les régimes, considérant que toute tentative d’apostolat aurait « mis le feu aux poudres » (G. Rigault, cité par D. Abrous)… ce qui était d’ailleurs là reconnaître implicitement la fragilité de la domination française. Une exception toutefois : la congrégation des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs, Sœurs Blanches), fondée par Mgr Lavigerie en 1868, reçut la double vocation de scolarisation et d’évangélisation, qu’elle exerça essentiellement dans les régions de peuplement berbère. Cependant les conversions, touchant essentiellement quelques familles kabyles, furent exceptionnelles. En revanche l’implantation des structures religieuses (églises, paroisses, séminaires) s’amorça dès les années 1830 pour accompagner l’installation de colons catholiques (Français, Espagnols, Maltais, Italiens surtout) dans les territoires conquis. Et, dès 1842, les Filles de la Charité débarquent à Alger et ouvrent des écoles communales dans les localités où s’installent des colons, rejointes ensuite par d’autres ordres enseignants. L’Algérie coloniale disposait donc, parallèlement aux établissements d’enseignement public, de tout un réseau d’établissements catholiques. Au lendemain de l’indépendance, la plupart des congrégations enseignantes restèrent dans le pays, scolarisant dès lors, à l’aide d’enseignants majoritairement algériens, des enfants algériens, au nombre d’environ 45 000 au début des années 1970. Tous ces établissements furent nationalisés par l’ordonnance du 16 avril 1976. La fin de cette importante activité d’enseignement conduisit l’Église à développer ses activités d’ordre culturel, sous la forme notamment d’un réseau de bibliothèques orientées vers la documentation et la recherche universitaires et animées comme autant de « plates-formes de rencontre » (B. Janicot) : Centre de Documentation économique et sociale d’Oran, Centre culturel universitaire d’Alger, Centre d’Etudes diocésain des Glycines à Alger (véritable université populaire par l’importance des cycles de conférences qu’il organise), bibliothèque « Dilou » de Constantine, Centre culturel et de documentation saharienne de Ghardaïa, bibliothèque Le Figuier de Tizi-Ouzou, bibliothèque bio-médicale d’Oran, centre El Amel de Mascara, notamment.

8En second lieu, cet ouvrage comporte une étude fouillée sur La longue marche des évangéliques algériens vers la reconnaissance qui apporte un précieux éclairage sur la surprenante expansion de cette Église protestante en Algérie. Fatiha Kaouès, en effet, analyse les ressorts de ce dynamisme à partir des efforts discrets mais obstinés, sur plus d’un quart de siècle, de missionnaires nord-américains en Kabylie. Loin de faire profil bas, et nonobstant la loi de 2006 punissant lourdement tout prosélytisme, les convertis au protestantisme ont, sous la conduite de Mustapha Krim, longtemps président de l’Église protestante, adopté une posture militante, mobilisant les médias, faisant appel à la justice, établissant un lien avec la question de la démocratie en Algérie, jouant la carte nationaliste. Tant et si bien que M. Krim obtint en 2011 la reconnaissance de son Église et des vingt-sept communautés qui lui sont rattachées – soit plusieurs dizaines de milliers de convertis aujourd’hui – ainsi que l’insertion dans la Constitution algérienne, par la révision de 2016, d’un article 36 reconnaissant la liberté de culte et le respect des croyances…

9Force est de constater que la situation et la posture de l’Église « romaine » ont été et demeurent tout autres. Institution fortement ancrée dans le temps colonial mais en même temps communauté humaine pétrie de l’inexpiable culpabilité catholique, il lui fallait en quelque sorte se racheter en témoignant quotidiennement, même au risque du sacrifice suprême, d’une fraternité de chaque instant avec un peuple longtemps accablé de mépris. Si maints témoignages d’Algériens bouleversés par l’assassinat de religieux ayant délibérément accepté ce risque ont été recueillis (« Pour nous et pour toujours, n’oubliez jamais que vous êtes nos frères ! »), certains contributeurs à l’ouvrage ici présenté ne cachent pas leur terrible doute : « Demeure l’interrogation majeure pour ceux qui s’engagent dans le dialogue avec les musulmans : en quoi le message de Tibhérine touche nos interlocuteurs musulmans ? Je ne sais pas. » (Chr. Roucou).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Michalon, « HENRY Jean-Robert, MOUSSAOUI Abderrahmane, 2020, L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante. Études et témoignages », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 148 | décembre 2020, mis en ligne le 07 janvier 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14693

Haut de page

Auteur

Thierry Michalon

Ancien enseignant à l’université d’Oran, Michalon_Thierry[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search