Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Seconde partieLectures en ligneLI Darryl, 2019, The Universal enemy(…)

Lectures en ligne

LI Darryl, 2019, The Universal enemy. Jihad, Empire and the Challenge of Solidarity

Stanford University Press, 2019
François Burgat
Référence(s) :

LI Darryl, 2019, The Universal enemy. Jihad, Empire and the Challenge of Solidarity, Stanford University Press, 364 p

Texte intégral

1Dans The Universal Enemy : Jihad, Empire and the challenge of Solidarity (Standford University Press), Darryl Li, assistant en anthropologie à l’université de Chicago et avocat spécialisé dans la défense des prisonniers politiques, nous livre les résultats d’une enquête approfondie sur « les vies et les trajectoires d’hommes qui se sont rendus en Bosnie pour le Jihad » et sur ceux « qui ont été décrits comme des volontaires transnationaux, des combattants étrangers et bien sûr des terroristes ». Ses propositions prennent appui sur plus de deux cents entretiens directs, tenus pour la plupart sur une durée de plusieurs années, dans la langue des locuteurs, de 2009 jusqu’en 2018.

  • 1 Et notamment de Bernard Rougier (dir.), Les territoires conquis de l’islamisme, Paris, PUF 2020.

2La thèse de Li est radicalement novatrice dès lors qu’on la lit en contrepoint de cette frange du champ académique, notamment francophone, qui bénéficie depuis plusieurs années d’une particulière surmédiatisation parce qu’elle emprunte des raccourcis pernicieux : ceux du sens commun « intuitif » qui, dans la genèse de la violence « islamique », nie toute responsabilité à cet omniprésent acteur occidental que cible la violence jihadiste. La première propension forte du lecteur de Darryl Li – au demeurant légitime – est donc de trouver dans cet ouvrage l’envers « positif » de publications récentes, moins documentées mais néanmoins plus « sonores »1. Sur le « terrorisme » ou sur le « jihadisme », les hypothèses de l’ouvrage, présentées dans une introduction d’une très belle densité, rompent en effet de manière frontale avec la doxa essentialisante qui y prévaut. « Il s’avère (...) que la meilleure façon d’étudier le terrorisme » nous dit Li, « c’est sans doute de faire ce dont cette discipline est parfaitement incapable : refuser de prendre pour acquis l’ordre mondial de violence raciale que l’État sécuritaire vise à protéger ». Li n’entend donc pas « contribuer aux Terrorism Studies, mais bien plutôt mettre en évidence « leurs limites structurelles ». Pour le faire, il montre comment et pourquoi « toute approche académique sérieuse des groupes jihadistes – telle que les Terrorism studies ont échoué à produire – requiert impérativement d’être centrée sur une analyse critique de l’empire ». Son hypothèse centrale résume ainsi toute la portée de l’ouvrage et éclaire son importance : seule la mise en évidence des dysfonctionnements politiques profonds du « vivre ensemble » planétaire est à même de dévoiler les racines de la crispation réactive violente d’une frange de ses habitants.

3Le cœur de sa démarche passe ainsi avant tout par la réintégration du pluriel et de l’altérité dans un concept particulièrement central, « l’universalisme ». Ce concept, l’« empire » occidental continue à le monopoliser et à le confisquer, labellisant comme tel un corpus de notions et de pratiques « qui excluent le versant du monde qui ne participe pas à leur définition ou à leur expression ».

4La première partie de l’ouvrage s’efforce d’abord de construire les termes de cet universalisme, non reconnu comme tel, qui s’exprime dans les formes de la solidarité transnationale qui agrègent les acteurs de la mobilisation jihadiste « bosniaque ». Ainsi, « concevoir plus clairement les questions d’universalisme aidera à rendre le Jihad lisible en termes politiques plutôt qu’en termes pathologisants ou moralisateurs ». Attention toutefois, prévient Li, à respecter la fluidité de concepts qui peuvent être dangereusement généralisants : « il n’existe pas un universalisme “islamique” unique et pas davantage un seul universalisme “occidental” », mais bien plutôt de multiples projets universalistes, dont les idiomes respectifs peuvent s’auto-définir comme « islamique » ou « occidental », qui s’emploient à donner à de telles catégories une réelle force de conviction. Li préconise donc de fonctionner « à une échelle plus réduite », plus près de la réalité de son terrain, en suivant « comment, dans cette histoire, les acteurs bricolent un assemblage des idées, des formes institutionnelles et des pratiques qu’ils estiment islamiques ».

5Un « Interlude » (p.133-146) consacré à « L’échange d’Arabes » permet d’opérer une transition. Après avoir jusque-là « considéré les points de vues ouverts par la prise en compte du Jihad en Bosnie comme un projet universaliste, il faut », explique Darryl Li, « s’employer à situer cet universalisme au regard d’autres universalismes, plus puissants, et à penser à ce qui se produit lorsqu’on touche aux limites d’un universalisme » (p.135). La seconde partie compare donc l’universalisme jihadiste à trois universalismes alternatifs : le socialisme des pays non alignés, le peacekeeping des Nations-Unies, et la Global war on terror (GWOT), cette guerre globale conduite sous la direction des États-Unis sous l’étendard de la lutte « contre la terreur » que Li préfère requalifier très heureusement de « guerre civile mondiale ». Une guerre dont on regrette d’ailleurs que Li n’ait pas eu le loisir de commenter l’épilogue, survenu le 29 février 2020, qui a vu les maîtres américains du monde convenir piteusement de la nécessité de négocier avec ceux, les Talibans, à qui, pendant tant d’années, ils avaient été jusqu’à refuser de reconnaître la simple qualité d’acteurs politiques. La conclusion de cette partie n’est pas anodine : lors de leurs rencontres respectives avec l’univers du jihad, ces universalismes concurrents ont tous, eux aussi, nourri une même racialisation de la mobilité musulmane en l’érigeant en menace.

6Pour Li, la démarche des jihadistes s’inscrit donc banalement dans un universalisme alternatif principalement ancré dans l’expression d’une solidarité transnationale. Et leurs trajectoires respectives, si imprégnées de religiosité soient-elles, sont avant tout politiques. Car ce « terrorisme », qui labellise régulièrement leur engagement, n’est pour l’auteur qu’un concept « destiné avant tout à dépolitiser les motivations de ceux dont les actes sont qualifiés comme tels » mais qui paradoxalement, « aboutit à confirmer le caractère politique de cette violence ». La plongée patiente dans l’univers du Jihad en Bosnie débouche sur la mise en évidence de ces nombreuses contre-performances du sens commun, que la réalité sociologique, complexe, mais plus encore... humaine et changeante, oppose à l’arrogante auto-satisfaction des acteurs de l’universalisme dominant. Il en va ainsi du diplomate américain qui vilipende l’illégitimité de ces « étrangers » que sont les combattants arabes, béatement ignorant qu’il est de son propre statut d’Américain lui aussi « expatrié » en Bosnie. « En Occident, dans la plupart des conversations, ce sont les Mujahid qui sont décrits comme des “combattants étrangers” alors que d’autres porteurs d’armes, qui ne sont pas moins étrangers, sont décrits comme des gens incarnant une communauté internationale qui englobe l’échelon local tout en le débordant ». Il en va de même de cet « expert es terrorisme » – dont l’image semble si familière aux adeptes des chaînes d’info – dont toutes les « analyses » péremptoires – et leurs conséquences humaines ravageuses – vont apparaître comme ne reposant que sur la confusion qu’il a commise entre deux patronymes.

7 Le salafisme, dénonce Li, fait très régulièrement l’objet de cette omniprésente corrélation trompeuse avec le jihadisme dont il ne s’avère en fait que l’une, parmi beaucoup d’autres, des « portes d’entrée ».

8À ceux ensuite qui ne voient dans la démarche jihadiste que l’expression de la volonté d’hégémonie mondiale d’un « Islam » monolithique, le dédain du cheikh Mohammed Nâsir ad-Dîn Al-Albani, l’une des grandes voix de l’islam « politique » de l’époque, apporte un contre-témoignage éclairant : son jihad étant moins axé sur l’expansion territoriale par les armes que sur la réaffirmation de sa référence religieuse, il refuse de combattre sur la terre de ces Bosniaques car il les considère comme de trop piètres musulmans. Plus que la logique de la « haine » et de la conquête, accolée automatiquement aux jihadistes par le regard extérieur, c’est en fait celle de la solidarité, de la défense et de la protection des civils – y compris, le cas échéant extra-communautaires – qui sont le plus souvent à l’œuvre. A ce jihadiste britannique d’origine pakistanaise, les premières images des violences bosniaques ont rappelé... l’holocauste : « J’avais lu le journal d’Anne Franck. Je me dis, ils sont en train de recommencer. Ce n’est que plus tard que j’ai su que c’était des musulmans qui étaient visés ». 

9Plus systématiquement, la résilience des barrières ethniques qui traversent la communauté musulmane – à la condescendance des Saoudiens qui moquent leur « mauvais islam » les Bosniaques répondant par une ethnicisation tout aussi méprisante – souligne les limites du mythe d’une Oumma aussi indivisible que ses membres sont essentialisés. Un peu comme les footballeurs du dimanche ne sauraient être seulement référés comme tels lorsque ils passent – loin du stade – le reste de la semaine, les fidèles musulmans, lorsqu’ils quittent l’enceinte de la mosquée, ne sauraient être éternellement définis, nous rappelle Li, qu’au seul prisme de leur croyance. Pour rendre compte de leurs trajectoires, il faut impérativement mobiliser d’autres variables, banalement profanes, ce que négligent systématiquement les approches essentialisantes.

10Car Li se démarque clairement des lumpers, littéralement les « agglutinateurs », ceux qui essentialisent cette partie du monde qui nourrit chez eux des craintes proportionnelles à la méconnaissance qu’ils en ont. Les lumpers accroissent ainsi la menace constituée par un ensemble appelé « Islam » ou « musulmans », qu’ils constituent comme cohérent et monolithique et bien évidemment menaçant. A ce travers que Li identifie à Samuel Huntington mais que l’on peut sans doute faire remonter également à Bernard Lewis, il oppose la démarche des splitters. Les splitters, dont il associe le courant à Edward Saïd, déconstructeur magistral des coulisses politiques de l’idéologisation occidentale de l’Orient, atomisent et déconstruisent la partie du monde qui a le défaut de ne pas être celle de leur culture héritée. Refusant toute agglomérat monolithique, ils insistent pour mettre en valeur l’infinie variété des comportements humains et toutes ces différences que nie l’essentialisme des lumpers. Pour les splitters, il est facile de montrer la diversité du monde musulman dont atteste l’ampleur des fractures qui le traversent. A celle qui identifie le Maghreb et le Proche Orient s’ajoute ici celle qui identifie les musulmans d’Europe de l’Est au sortir de plusieurs décennies non pas de laïcisation mais bien d’athéisation forcée. Si, logiquement, Li dénonce les raccourcis de la démarche des lumpers, son ambition dépasse ce seul souci. Son livre ne s’adresse pas seulement « à ceux qui ont déjà rejeté la démonisation des Musulmans », mais (tout autant à ceux) qui reconnaissent néanmoins qu’il est difficile de faire l’économie d’échanges sérieux sur la question de la violence politique. Or certains des splitters, enfermés dans les limites de l’interprétation normative du discours religieux (« les Jihadistes ne sont pas de "vrais” musulmans », etc.) manquent souvent de cette distance qui permet d’aller chercher hors de cet univers du discours religieux une explication simplement profane de la montée en violence. « Quiconque » prévient-il donc, « cherche une réponse à la question de savoir si les Jihadistes sont authentiquement musulmans ou si les Musulmans sont authentiquement pacifiques a peu de chance d’être satisfait par ce livre ». Ajoutons pour notre part, qu’aucun des splitters n’est à l’abri de retomber dans l’ornière qu’ils dénoncent chez les lumpers. Ce fut notamment le cas d’Edward Saïd qui, lorsqu’il se sentit menacé – au sein de sa propre société – dans son statut d’élite dominante, par l’émergence de la génération de l’islam politique, l’a décrite avec des raccourcis essentialisants aussi abrupts que ceux qu’il reprochait à Samuel Huntington.

11Au prix de l’affaiblissement de la représentation dominante de ces « musulmans nomades » si souvent enfermés dans une appellation parfaitement réductrice, la démarche de Li restaure la diversité, la complexité et donc la réalité de la trajectoire des acteurs. Il réhumanise les cibles de la Global War On Terror, cette guerre que l’auteur requalifie fort heureusement de “Guerre civile mondiale”. Le hasard a fait que j’ai, moi aussi, croisé la route de l’un des acteurs enquêtés par Li et, en lui faisant décrire – alors qu’il était assigné à résidence dans une île danoise – les ressorts de sa trajectoire militante, pris la mesure de son humanité. Imad al Misri avait ensuite gagné la Bosnie, et selon une pratique américaine que retrace l’enquête de Li, été arrêté par les services américains de la « GWOT », transféré à leurs collègues égyptiens, rapatrié au Caire pour, quelques semaines plus tard, y mourir... sous la torture.

12La portée éclairante de cet ouvrage mériterait de ne pas bénéficier qu’aux lecteurs anglophones. Cette ultime remarque, on l’aura compris, a valeur de clin d’œil ou d’appel du pied à celles et ceux qui pourront en faire aboutir la traduction, notamment en français.

13PS : Dans un compte rendu paru sous le titre de « Bigging Bosnia up » dans la revue The Immanent Frame ( http://tif.ssrc.org/2020/06/17/bigging-bosnia-up/ ), Faisal Devji, professeur d’histoire indienne à l’Université d’Oxford et auteur de (notamment) deux ouvrages (Landscapes of the Jihad , The Terrorist in Search of Humanity ) dont les thèses sont relativement convergentes avec celle de Darryl Li conteste son approche en termes vigoureux. Peut-être lui reproche t-il de ne pas s’être positionné explicitement par rapport à ses propres travaux. Il reproche surtout à Li cet anachronisme qui consiste à avoir transporté dans les années 1990 les catégories de la guerre contre la Terreur des années 2000. Et de n’avoir pas tenu compte que le fait d’avoir fait son terrain après le 11 septembre, poussait ses interlocuteurs – de surcroît souvent en détention ce qui devrait poser problème à un anthropologue – à projeter sur le passé les catégories juridiques et morales de la guerre contre la Terreur qui faisait alors rage. Darryl Li a répondu dans https://tif.ssrc.org/2020/07/08/the-universal-enemy-a-reply/

Haut de page

Notes

1 Et notamment de Bernard Rougier (dir.), Les territoires conquis de l’islamisme, Paris, PUF 2020.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

François Burgat, « LI Darryl, 2019, The Universal enemy. Jihad, Empire and the Challenge of Solidarity », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 148 | décembre 2020, mis en ligne le 07 janvier 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14711

Haut de page

Auteur

François Burgat

Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search