Navigation – Plan du site

AccueilActualités et ressourcesAppels à contributionIslam éthiopien. Une histoire connec(…)

Islam éthiopien. Une histoire connectée de l’Éthiopie médiévale (xe-xvie siècle)

Ethiopian Islam. Connected studies of Medieval Ethiopia (10th-16th centuries)

Islam éthiopien. Une histoire connectée de l’Éthiopie médiévale (xe-xvie siècle). Projet de publication proposé par Amélie Chekroun et Julien Loiseau

Les recherches sur le passé de la Corne de l’Afrique (Éthiopie, Érythrée, Djibouti, Somaliland) connaissent un renouveau sensible depuis un quart de siècle. Les études archéologiques et historiques y ont gagné une autonomie nouvelle dans un champ longtemps dominé par l’approche philologique. Une périodisation plus fine et mieux établie de l’histoire de la région émerge de ces travaux. Elle souligne l’ampleur de la rupture (sociale, culturelle, mémorielle) intervenue dans la seconde moitié du xvie siècle. Cette dernière fait suite à la guerre ayant opposé pouvoirs chrétien et musulman dans les années 1530-1540, la profonde réorganisation territoriale de l’ensemble de la région qui s’ensuivit, l’installation massive des populations oromo sur d’anciens territoires aussi bien chrétiens que musulmans, ou encore la fondation d’une province ottomane dans les années 1550 sur la côte érythréenne. Par contrecoup, l’historiographie consacrée à l’époque dite médiévale, plus clairement distinguée de l’étude des siècles postérieurs, a acquis une cohérence et une visibilité nouvelles dont témoignent les parutions en 2020-2021 d’un Companion to Medieval Ethiopia and Eritrea (éd. S. Kelly), d’un dossier de la revue Antiquity consacré à « The archaeology of Cosmopolitanism in Medieval Ethiopia » (éd. Th. Insoll) ou encore de la première Histoire de l’Éthiopie sous les Salomoniens (1270-1551) en amharique (D. Ayenachew). Les nouveaux habits de ce Moyen Âge éthiopien résultent, au moins en partie, d’un recul sensible de l’approche obsidionale qui a longtemps dominé l’historiographie de la Corne de l’Afrique. C’est en ouvrant l’histoire du haut plateau occidental de la vallée du Rift, dominé par un royaume chrétien depuis le ive siècle, à celle des basses terres, du haut plateau oriental et de leurs horizons plus lointains, que cette période de l’histoire éthiopienne apparaît dans toute sa singularité.

Or, la mise en lumière des connexions régionales de la Corne de l’Afrique médiévale place au centre de l’enquête un acteur resté en marge des représentations que l’Éthiopie moderne a produites de son passé depuis la fin du xixe siècle : l’Islam. Pris en étau entre le récit traditionnel de son introduction dans le royaume d’Aksum dès avant 622, lors de « l’hégire en al-Ḥabaša », et le constat de son implantation privilégiée dans les basses terres orientales tardivement incorporées au royaume chrétien, l’Islam éthiopien est longtemps resté privé d’histoire. Dans un récit national qui repose encore largement sur l’hégémonie culturelle et la continuité historique de la chrétienté sur le haut plateau occidental, l’Islam n’apparaît guère que sous les figures du marchand étranger et du guerrier nomade. L’Islam est ainsi longtemps resté considéré comme un phénomène extérieur à l’histoire de l’Éthiopie, un produit d’importation introduit dans le pays à la faveur du commerce mais qui lui est resté étranger, quand il n’en menaçait pas son existence même. La rareté des sources écrites produites en contexte islamique éthiopien avant le xixe siècle et le recours aux témoignages extérieurs, yéménites et égyptiens, pour tenter d’y pallier, ont conforté cette conception d’un Islam ontologiquement allogène, laquelle a nourri en retour la lecture obsidionale de l’histoire de l’Éthiopie. Sur le haut plateau occidental, une chrétienté aux allures de forteresse assiégée ; sur les basses terres et le haut plateau oriental, un Islam ouvert sur le monde mais toujours étranger : les rôles ont longtemps semblé figés. Les seules synthèses historiques publiées jusqu’à présent sur le sujet étudient ainsi, non pas l’Islam éthiopien, mais l’Islam en Éthiopie (J. S. Trimingham, Islam in Ethiopia, 1952 ; J. Cuoq, L’Islam en Éthiopie, 1981), comme si depuis « l’hégire en al-Ḥabaša » de la tradition musulmane, la longue histoire de l’Islam dans la région s’était limitée, de part et d’autre du Grand rift, à un simple face-à-face avec la chrétienté éthiopienne.

Cette lecture de l’histoire de l’Éthiopie qui place la bordure occidentale du Rift sous le signe de l’autochtonie (chrétienne), la bordure orientale sous celui de l’allochtonie (islamique), a été radicalement remise en question par l’archéologie depuis deux décennies. La mise en évidence sur l’escarpement oriental du haut plateau occidental, à seulement quelques jours de marche du cœur du royaume chrétien, d’un réseau d’établissements urbains islamiques des xive-xve siècles (Fauvelle, Hirsch et Chekroun, 2017), et, plus récemment, de communautés musulmanes florissantes en plein cœur du Tigray chrétien aux xe-xiiie siècles (Loiseau et alii, 2019 & 2020), impose de repenser en des termes renouvelés les rapports entre Islam et chrétienté. Le dossier que nous proposons de publier dans la REMMM aura ainsi pour ambition de questionner le statut de l’Islam dans l’Éthiopie médiévale et de brosser collectivement un tableau, mis à jour par les recherches les plus récentes, de l’Islam éthiopien entre le xe siècle (auquel remontent à ce jour ses attestations les plus anciennes) et le xvie siècle.

Les contributions proposées dans le cadre de ce numéro de la REMMM s’inscriront de préférence dans l’un des trois axes suivants :

1. L’Islam éthiopien : un écosystème singulier ?

Ce premier axe interrogera les modalités d’inscription de l’Islam (entendu, au-delà des seuls choix de croyance, comme un ensemble de pratiques sociales partagées à l’échelle de communautés et d’établissements humains) dans l’espace de la Corne de l’Afrique médiévale. La géographie de ses communautés se dessine encore en effet en pointillés, tant les incertitudes sur la topographie et la toponymie historiques de la région restent grandes. Les progrès de l’archéologie ont néanmoins permis depuis deux décennies de formuler des hypothèses sur l’écosystème privilégié par les communautés islamiques, à l’articulation des milieux locaux et des réseaux régionaux. Si ces modalités d’inscription spatiale sont plurielles, on interrogera également leur dimension diachronique en lien avec le développement et/ou le recul et l’extinction des communautés islamiques de l’Éthiopie médiévale.

2. Islam et chrétienté en Éthiopie médiévale : compétition, complémentarité, communauté de culture

Le progrès sensible des connaissances sur l’histoire de la chrétienté éthiopienne depuis un quart de siècle a permis de dissiper, au moins en partie, le mirage d’une continuité chrétienne millénaire sur le haut plateau occidental. La chrétienté éthiopienne répond elle aussi à une géographie évolutive, marquée par l’expansion vers le sud du haut plateau. On s’intéressera dans cette perspective aux relations entre Islam et chrétienté en Éthiopie médiévale. Loin d’un face-à-face figé entre les deux rives du Rift, on interrogera les dynamiques de compétition, de complémentarité et de communauté de culture entre réseaux et pouvoirs chrétiens d’une part, islamiques d’autre part, tout en tenant compte d’un troisième acteur, les sociétés non encore converties à l’une de ces religions, présentes sur l’ensemble de l’espace étudié.

3. L’Islam éthiopien et le monde lointain

L’Islam éthiopien n’apparaît en pleine lumière qu’à la condition de le replacer résolument dans l’histoire globale du monde islamique des xe-xvie siècles, dont il constituait sans doute un finistère mais certainement pas une marge. Les contributions à ce troisième axe du dossier interrogeront les connexions lointaines de l’Islam éthiopien, liées à l’activité des réseaux de négoce, de savoir et/ou de pouvoir, aussi bien dans l’espace de l’Éthiopie médiévale que dans ses projections plus lointaines, au Yémen et dans la péninsule Arabique, en Égypte et Palestine, et au-delà, comme en Iraq ou en Inde. Si les connexions lointaines semblent dominer, les connexions plus locales, avec notamment la Somalie ou la Vallée du Nil et la Nubie, qui suivent des processus d’islamisation différents, ne seront pas pour autant négligées.

Au total, ce dossier proposé pour publication dans la REMMM repose sur la prémisse selon laquelle l’histoire de l’Islam éthiopien au Moyen Âge ne peut s’écrire aujourd’hui qu’à la condition de penser une histoire connectée de l’Éthiopie entre xe et xvie siècles.

Calendrier

Les propositions d’article (4000 signes maximum), accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer avant le 1er septembre 2021 à Amélie Chekroun ameliechekroun@gmail.com

Les auteurs seront contactés au cours du mois suivant. Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45000 signes, doivent être soumis au plus tard le 1er Avril 2022. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Ethiopian Islam. Connected studies of Medieval Ethiopia (10th-16th centuries)

Historical research on the Horn of Africa (Ethiopia, Eritrea, Djibouti, Somaliland) has undergone a significant revival over the last 25 years. Archaeological and historical studies have gained new autonomy in a field long dominated by the philological approach. A finer and better-established periodization of the region's history is emerging from these studies to underscore the extent of the discontinuities (social, cultural and memorial) that occurred in the second half of the 16th century following the war between Christian and Muslim powers in the 1530s and 1540s, the profound territorial reorganization of the entire region that followed and the massive settlement of the Oromo populations on the former territories of both the Christian kingdom of Ethiopia and the Sultanate of Barr Sa'd al-Dīn, as well as the foundation of an Ottoman province in the 1550s on the Eritrean coast. As a result, the historiography dealing with the so-called medieval period, more clearly distinguished from the study of later centuries, has acquired new coherence and visibility, as witnessed by the publication in 2020-2021 of a Companion to Medieval Ethiopia and Eritrea (S. Kelly, ed.), a special issue of the journal Antiquity on "The archaeology of Cosmopolitanism in Medieval Ethiopia" (Th. Insoll, ed.) and the first History of Ethiopia under the Solomonians (1270-1551) in Amharic (D. Ayenachew). A new image of the Ethiopian Middle Ages emerges, at least in part, from a marked retreat from the Christian-centric approach that has long dominated the historiography of the Horn of Africa. It is by opening the history of the western high plateau of the Rift Valley dominated by a Christian kingdom since the fourth century to that of the lowlands, the eastern high plateau and their more distant horizons, that this period of the Ethiopian history appears in all its singularity.

However, highlighting the regional connections of the Horn of Africa in medieval times places at the center of the investigation an actor who has remained on the margins of historical representations of modern Ethiopia since the end of the 19th century: Islam. Caught between the traditional account of its introduction into the Aksum kingdom as early as before 622, during the "Hegira in al-Ḥabaša", and the acknowledgement of its privileged implantation in the eastern lowlands that were later incorporated into the Christian kingdom, Ethiopian Islam has long remained devoid of history. In a national narrative that is still largely based on the cultural hegemony and historical continuity of Christianity on the western high plateau, Islam appears only in the figures of the foreign merchant and the nomadic warrior. Islam has thus long been regarded as an external phenomenon in Ethiopia's history, an imported object introduced through trade but which remained foreign to the country, when it did not threaten its very existence. The scarcity of written sources produced in the Ethiopian Islamic context before the nineteenth century andrecourse to external Yemeni and Egyptian testimonies, to try to compensate for this, have reinforced this conception of an ontologically allogenic Islam, which in turn has nourished the Christian-centric reading of Ethiopian history. On the western high plateau, a Christianity that looked like a besieged fortress; on the lowlands and the eastern high plateau, an Islam that was open to the world but always foreign: the roles seemed for a long time to be fixed. Thus, the only historical syntheses published to date on the subject study not Ethiopian Islam, but Islam in Ethiopia (J. S. Trimingham, Islam in Ethiopia, 1952; J. Cuoq, L'Islam en Éthiopie, 1981), as if since the "Hegira in al-Ḥabaša" of the Muslim tradition, the long history of Islam in the region had been limited, on both sides of the Rift Valley, to a simple face-to-face encounter with Ethiopian Christianity.

This reading of Ethiopian history places the western rim of the Rift under the sign of indigenousness (Christian) and the eastern rim under that of foreignness. The discovery on the eastern escarpment of the western high plateau, only a few days' walk from the heart of the Christian kingdom, of a network of Islamic urban settlements from the 14th-15th centuries (Fauvelle, Hirsch and Chekroun, 2017), and, more recently, of flourishing Muslim communities in the heart of the Christian Tigray in the 10th-13th centuries (Loiseau et al., 2019 & 2020), makes it necessary to reconsider the terms of relations between Islam and Christianity. The dossier that we propose to publish in the REMMM will examine the status of Islam in medieval Ethiopia and collectively refresh the image of Ethiopian Islam between the tenth century (date of its earliest documentation) and the sixteenth century with the most recent research,

The contributions proposed for this issue of the REMMM will preferably follow one of the following three themes:

1. Ethiopian Islam: a singular ecosystem?

This first theme will question the modalities of the inscription of Islam (understood, beyond the mere choice of belief, as a set of social practices shared at the level of communities and human settlements) in the space of the Horn of Africa in the Middle Ages. The geography of its communities is still dotted, so great are the uncertainties about the historical topography and toponymy of the region. The progress of archaeology has nevertheless, over the last two decades, made it possible to formulate hypotheses on the ecosystem favored by the Islamic communities, to the articulation of local environments and regional networks. If these modalities of spatial inscription are plural, we will also question their diachronic dimension in relation to the development and/or the retreat and extinction of the Islamic communities of medieval Ethiopia.

2. Islam and Christianity in medieval Ethiopia: competition, complementarity, community of culture

The significant progress in knowledge about the history of Ethiopian Christianity over the past 25 years has made it possible to dispel, at least in part, the illusion of millennial Christian continuity on the western highlands. Ethiopian Christianity also responds to an evolving geography, marked by the southward expansion of the high plateau. From this perspective, we will be interested in relations between Islam and Christianity in medieval Ethiopia. Far from a static face-to-face between the opposing banks of the Rift, we would question the dynamics of competition, complementarity and community of culture between Christian networks and powers on the one hand, and Islamic centralities on the other, while taking into account a third actor, societies not yet converted to either of these religions yet present throughout the space studied.

3. Ethiopian Islam and the wider world

Ethiopian Islam appears in full light only on the condition that it is placed in the global history of the Islamic world of the 10th-16th centuries, of which it was undoubtedly a “finis terrae” but certainly not a margin. The contributions to the third axis of this special issue will question the distant connections of Ethiopian Islam, linked to the activity of trade, knowledge and/or power networks, both in the space of medieval Ethiopia and in its more distant projections, in Yemen and the Arabian Peninsula, in Egypt and Palestine, and beyond, as in Iraq or India. While distant connections seem to dominate, more local connections, such as Somalia or the Nile Valley and Nubia, which follow different processes of Islamization, will not be neglected.

In sum, this dossier proposed for publication in the REMMM is based on the assumption that the history of Ethiopian Islam in the Middle Ages can only be written today on the condition of imagining a connected history of Ethiopia between the 10th and 16th centuries.

Submission schedule

Article proposals (4000 characters maximum, spaces included), together with a short biographical note, should be sent before 01 Sept 2021 to Amélie Chekroun ameliechekroun@gmail.com.

Authors will then be contacted within a month. Articles may be written in French or English, and must be no longer than 45,000 characters, spaces included. They must be submitted by 01 April 2022. For more information concerning the style guide and the editorial process, click here.


Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search