Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesABAZA Mona, Cairo Collages. Everyday(…)

Lectures

ABAZA Mona, Cairo Collages. Everyday life Practices after the Event

Manchester University Press, 2020
Franck Mermier
Référence(s) :

ABAZA Mona, Cairo Collages. Everyday life Practices after the Event, Manchester, Manchester University Press, 2020, 203 p.

Texte intégral

1Mona Abaza, professeure de sociologie à l’Université américaine du Caire, a entrepris dans ses « collages du Caire » de présenter une chronique sociologique de la vie d’un immeuble de cette ville qu’elle a habité entre 2016 et 2017. Elle mentionne, en introduction, plusieurs œuvres de fiction et de sciences sociales que l’on pourrait rassembler dans le genre de la biographie d’immeuble. Dans cette généalogie où l’on retrouvera sans surprise, La vie mode d’emploi de Georges Perec (1978), et le best-seller égyptien L’immeuble Yacoubian d’Alaa Al-Aswani (paru en 2002 en Égypte). On aurait pu ajouter un précurseur dans la fiction arabe que représente L’immeuble de Mathilde de Hassan Daoud. Ce roman libanais, paru en 1986 en pleine guerre du Liban, avait été lu, de même que L’immeuble Yacoubian, comme une œuvre de dévoilement de la vie sociale de son temps. Dans le domaine des sciences sociales, ces « collages du Caire » seraient plutôt à rapprocher des études du sociologue David Lepoutre (2010 et 2012) sur les « rapport sociaux d’habitation » dans un immeuble parisien. Mona Abaza et David Lepoutre ont tous deux pratiqué l’observation participante ou plutôt la participation observante avec, dans les deux cas et en dépit de durées de séjour contrastées, une connaissance fine de leur contexte de résidence. Mais si les évolutions récentes de l’immeuble parisien illustrent le processus de « gentrification » qui s’est accentué à Paris depuis plusieurs décennies, dans l’exemple cairote étudié par Mona Abaza, on se retrouve dans le cas de figure inverse, soit le déclassement social du lieu d’habitation et de ses habitants. Le quartier de Doqqi où se trouve l’immeuble concerné, symbole de la modernité dans les années 1950 et 1960, est depuis plusieurs décennies en proie à une dégradation accélérée qui a conduit au départ de nombre de ses anciens habitants appartenant aux classes moyennes supérieures.

2Un autre contraste important réside dans les effets du contexte sur le choix du thème et du milieu d’enquête. Le sous-titre donne déjà un indice non négligeable, « les pratiques de la vie quotidienne après l’événement ». L’événement en question est la révolution égyptienne de janvier 2011 suivie par la victoire de la contre-révolution avec le coup d’État militaire d’août 2013 qui a suscité, outre une vague de répression sans précédent, une déréliction généralisée dans les rangs de ceux, et notamment beaucoup d’intellectuels, qui pensaient que la construction d’une Égypte démocratique était possible. Mona Abaza relie son choix d’étudier son immeuble à partir de 2015, avant même qu’elle n’y emménage en février 2016, à son désir de se protéger d’un quotidien aliénant et à celui de mobiliser sa communauté de résidents pour défendre leurs droits (p.15-17).

3L’ouvrage, composé de quatre chapitres (appelés récits/tales), doit être lu comme « un collage de paysages, censé tisser ensemble les transformations survenant dans les différentes géographies du Caire, entre le centre-ville Belle époque, les communautés résidentielles fermées et les effets psychologiques et socio-politiques de la dynamique de Tahrir » (p.17). Le premier chapitre intitulé « Al-‘Imâra (l’immeuble) comme topos » plante le décor à la fois théorique et historique de l’enquête. Mona Abaza présente plusieurs exemples littéraires et sociologiques de « biographies » d’immeubles, retrace les affrontements de la rue Mohamed Mahmoud au Caire en 2011, analyse les représentations des événements de Tahrir, évoque successivement les divisions de la ville, la nostalgie pour un passé urbain révolu ancré spatialement dans le centre-ville européanisé du Caire et la culture de consommation. Elle termine ce premier récit sur la question des modèles de « villes transnationales » telles que Dubaï et Singapour qui seraient promus « par les régimes militaires et autoritaires/néo-libéraux en voie de pourrissement » (p.49).

4Le deuxième récit et chapitre, sobrement appelé « Commute », explore le thème de la construction d’ensembles résidentiels, administratifs et universitaires dispersés dans le désert qui entoure Le Caire et signale les nouvelles mobilités qu’ils induisent. Mona Abaza s’appuie sur sa propre expérience de citadine, confrontée notamment au déplacement du campus de l’université américaine dans une lointaine périphérie du Caire, pour évoquer la question des mobilités et des déplacements. Mona Abaza qui enseigne la sociologie urbaine fait remarquer que 70 % de ses étudiants habitent dans des villes satellites et que certains d’entre eux n’ont visité l’ancien centre-ville du Caire que lors d’une visite organisée dans le cadre universitaire (p.77). Quant à la nouvelle capitale administrative et politique appelée New Cairo, elle évoque, pour Mona Abaza, « les goûts et les styles importés du Golfe » (p.63) qu’elle avait analysés dans un ouvrage précédent (Abaza, 2006). Une partie du chapitre est consacrée aux panneaux publicitaires qui vendent ces nouvelles résidences aux noms anglo-saxons ou français et aux romans dystopiques égyptiens que ces transformations urbaines et péri-urbaine ont nourris sur fond de violence, d’inégalités sociales accrues, de destructions patrimoniales et de futur urbain incertain.

5Avec le troisième « récit », Mona Abaza nous fait entrer dans son « immeuble épuisé et épuisant » ainsi qu’elle intitule son chapitre. Celui-ci s’ouvre sur une conversation imaginaire avec Stephan Graham sur le thème de l’ascenseur. Ce dernier a en effet analysé le paysage urbain vertical en mettant en exergue l’ascenseur des gratte-ciel, symbole d’un « urbanisme fragmenté » (splintering urbanism) (Graham, 2016). L’ascenseur de l’immeuble habité quelques années par Mona Abaza se retrouve, de fait, au fil des chapitres suivants, un des protagonistes récurrents de l’ouvrage. Il est le symbole d’une dégradation matérielle et du déclassement social de l’immeuble. Il constitue surtout une menace, de par son délabrement, pour l’intégrité physique des résidents. Des références aux études sciences sociales et aux œuvres de fiction sur Le Caire mêlées à ses propres observations de terrain permettent à Mona Abaza de relater les transformations sociologiques de son milieu résidentiel, depuis l’origine sociale de ses habitants jusqu’aux pratiques de sociabilité, aux styles de vie et aux activités économiques qui s’y déploient. Elle les replace constamment dans la dynamique des changements qui ont affecté la métropole du Caire et qui concernent particulièrement les déplacements des centralités en relation avec les mobilités spatiales des élites.

6Le quatrième chapitre nous plonge dans le quotidien de l’immeuble et du quartier et fait résonner le chaos du présent avec les visions nostalgiques du « bon vieux temps » (al-zaman al-gamîl), celui de Doqqi lorsqu’il jouissait encore de l’engouement des classes moyennes supérieures. Cette chronique des relations avec le voisinage résidentiel, les autres habitants, le gardien et sa famille, l’école proche et les cafés environnants dont les nuisances sonores deviennent insupportables, se termine avec une description des activités et des dissensions internes de l’association des résidents de l’immeuble. Le chapitre 5 raconte « la saga de l’ascenseur » et les efforts prodigués pour le réparer ou pour le changer alors que les incidents mortels d’ascenseurs n’ont cessé de se multiplier au Caire. Dans le dernier chapitre qui correspond au quatrième récit, Mona Abaza livre une réflexion sur les manifestations d’un ordre militarisé qui combine, entre autres, la « restauration » du centre-ville du Caire, la construction d’une nouvelle capitale et les projets d’infrastructure routière.

7Dans sa conclusion, Mona Abaza se demande si l’objectif de son ouvrage qui était de refléter les changements sociaux et politiques de l’Égypte post-2011, à travers le récit des interactions quotidiennes dans un immeuble de la classe moyenne du Caire, avait été atteint. On peut répondre sans hésitation que Mona Abaza nous offre une étude socio-anthropologique incontournable sur la ville du Caire et sur l’Égypte contemporaine en ayant réussi à combiner avec justesse les échelles d’observation et d’analyse pour faire résonner, l’un l’autre, exercice de réflexivité, observations ethnographiques et travail de contextualisation.

Haut de page

Bibliographie

ABAZA Mona, 2006, The changing consumer cultures of modern Egypt. Cairo’s urban reshaping, Leyde, Brill, 2006.

GRAHAM Stephan, 2016, Vertical. The city : from satellites to bunkers, Londres, Verso Books.

LEPOUTRE David, 2010, « Histoire d’un immeuble haussmannien. Catégories d’habitants et rapports d’habitation en milieu bourgeois », Revue française de sociologie 51, p. 321-358.

LEPOUTRE David, 2012, « L’immeuble, mode d’emploi. Devenir de l’habitat haussmannien », Ethnologie française 42, p. 419-428.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Mermier, « ABAZA Mona, Cairo Collages. Everyday life Practices after the Event », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14879

Haut de page

Auteur

Franck Mermier

CNRS, IRIS, Aubervilliers, France ; franckmermier[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search