Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesBADUEL Pierre Robert, Quand la Tunis(…)

Lectures

BADUEL Pierre Robert, Quand la Tunisie ouvrait la voie… Combats et débats d’une année révolutionnaire

Non-Lieu, 2020
Larbi Chouikha
Référence(s) :

BADUEL Pierre Robert, Quand la Tunisie ouvrait la voie… Combats et débats d’une année révolutionnaire, Paris, Non-Lieu, 2020, 438 p.

Texte intégral

1Au cœur de la célébration du dixième anniversaire du déclenchement de la « Révolution tunisienne », l’ouvrage rédigé par Pierre-Robert Baduel vient à point nommé nous remémorer les moments charnières qui ont ponctué « l’année révolutionnaire » 2011. Directeur de recherche honoraire au CNRS en sociologie politique et ex-Directeur de l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis pendant cinq ans dans les années 2000, Pierre-Robert Baduel est fin connaisseur de l’histoire politique de la Tunisie contemporaine.

2L’auteur part du constat que de tous les pays ayant connus un « printemps arabe », la Tunisie demeure le seul à s’accrocher encore à la « transition démocratique ». Et pour corroborer ce constat, il écrit notamment que « la Tunisie semble pouvoir illustrer ce à quoi, mutatis mutandis dans chaque situation et au-delà de ce que fut le propre de l’insurrection tunisienne ou ce que je qualifie de “distinction insurrectionnelle tunisienne”, aurait pu aboutir “la promesse d’un Printemps” : l’invention – difficile, complexe, obstinée et négociée – d’un processus transitionnel que ne serait pas venu interrompre, dévoyer ou détourner de multiples facteurs internes et forces internationales » (p.16-17).

3Le cadre temporel dans lequel s’inscrit cet ouvrage porte sur ce « moment révolutionnaire » enclenché à la chute du président Ben Ali (14 janvier 2011) et ayant abouti au terme d’une année à l’entrée en fonction d’un gouvernement légitime chargé de la conduite du « temps constituant » (26 décembre 2011).

4De prime abord, la tâche semble stimulante et ardue à la fois, car des zones d’ombre persistent toujours à propos de ce « moment révolutionnaire ». Par exemple, dix ans après la chute de Ben Ali, on s’interroge encore sur les véritables raisons qui ont poussé l’ex-Président Ben Ali à « quitter spontanément » la Tunisie pour l’Arabie Saoudite afin, dit-on, d’y installer sa famille et de rentrer aussitôt ? Quelle est la nature des implications des forces armées (les militaires, et surtout la garde présidentielle) et qu’elle a été leur rôle effectif tout au long de ce « moment révolutionnaire » ? Qui sont les auteurs et les instigateurs des actes de pillage et d’incendie des postes de police, des locaux du RCD (parti du président déchu)… et des demeures personnelles appartenant aux proches du régime de Ben Ali perpétrés pendant toute la journée du 14 janvier 2011… ?

5Animé par un souci de pédagogue, l’auteur s’attelle d’abord à « poser les termes du questionnement qui sous-tendra l’étude de ce qui, à tort ou à raison, a été qualifié d’ath-thawra, « révolution » afin de s’efforcer ensuite d’expliciter « l’esprit et la méthode que j’ai suivis dans la mise en intrigue et dans le récit sur le vif de la dramaturgie de l’année révolutionnaire 2011 » (p.17).

6En introduction à l’ouvrage, l’auteur se demande à bon escient : comment Mohamed Bouazizi devint-il « le drapeau d’un mouvement insurrectionnel » ? Il écrit notamment : « l’analyse de ce qui fut “le moment Bouazizi” est instructive à mener au-delà de la matérialité brute du fait (la tentative de suicide, l’hospitalisation, le décès), parce que sa seule matérialité n’aurait abouti à rien… L’étincelle individuelle au départ de tout fut métabolisée immédiatement par deux facteurs d’identification possible : d’une part l’attribution à Mohamed Bouazizi de la qualité de “diplômé chômeur” (qui devrait se révéler fausse) et d’autre part le ressort de l’appartenance tribale en écho à l’accusation de gifle infligée par une policière (qui en fait n’eut jamais lieu). Les deux, se conjuguant, débouchèrent sur un mouvement insurrectionnel acéphale, informel, protéiforme et ubiquitaire » (p.19).

7Cependant, cette « étincelle individuelle » n’est que la partie visible d’un iceberg aux ramifications multiples et aux origines parfois lointaines. D’abord, faut-il rappeler que bien avant « le moment Bouazizi », d’autres immolations avaient eu lieu comme celle survenue quelques semaines auparavant devant le siège de la municipalité de Monastir mais qui n’avait pas suscité beaucoup d’échos à part des informations publiées par quelques journaux de l’opposition « critique » de l’époque. De plus, il convient de remonter aux années 2000 pour qu’on commence à percevoir les premiers signes d’une fin de règne de Ben Ali mais qui ne disait pas encore son nom. À partir de ces années, l’opposition à Ben Ali commence à s’appuyer sur les acteurs de la scène publique internationale (médias, ONG de défense des droits de l’homme, etc.) pour ébranler le discours de légitimation de l’État tunisien en matière de droits de l’homme. Tirant profit du développement d’internet et des chaînes de télévision satellitaires, leurs représentants multiplient les apparitions sur ces chaînes arabes, n’hésitent pas à se lancer dans de longues grèves de la faim lorsque les regards des médias internationaux sont tournés vers la Tunisie. On citera à ce propos la grève de la faim du journaliste Taoufik Ben Brik en 2000 ainsi que celle de huit personnalités tunisiennes de l’opposition déclenchée le 18 octobre 2005 dans le but de se saisir de l’organisation, à Tunis, du Sommet mondial sur la société de l’information pour dénoncer entre autres les violations à la liberté d’expression. Sur cette lancée, la non-retransmission en direct des cérémonies de l’enterrement de Bourguiba en avril 2000 par la télévision nationale a été vécue comme une humiliation par des « citoyens ordinaires ». En interdisant la diffusion en direct, Ben Ali a contribué à focaliser sur sa personne le mécontentement d’une large frange de la population qui n’acceptait pas ce traitement réservé au « combattant suprême » lors de ses funérailles. À partir de 2008, les actions collectives contre le régime de Ben Ali prennent une ampleur inégalée avec les mouvements de protestation du bassin minier de Gafsa.

8Tous ces événements conjugués ensemble ont contribué à préparer le terrain au jaillissement de cette « étincelle individuelle » qui deviendra du coup le détonateur de ce « moment révolutionnaire ».

9La lecture de l’ouvrage dans son ensemble est aisée voire stimulante. L’auteur a pris soin de bien baliser le cadre temporel (l’année 2011), d’exposer de manière explicite la démarche méthodologique et les notions de base, tout en s’efforçant de bien circonscrire les matériaux d’enquête et les instruments d’analyse.

10Deux parties érigées selon un plan chronologique en constituent la charpente. La première partie intitulée Une « rupture instauratrice » ? 15 janvier/22octobre/26 décembre 2011 met en avant les figures politiques autour desquelles s’amorceront les premières réformes de cette « transition » ; il s’agit des deux premiers ministres successifs de la Tunisie post 14 janvier 2011, Mohamed Ghannouchi et Béji Caïd Essebssi. Autant le règne de Ghannouchi fut mouvementé et tendu parce qu’il cristallisait sur sa personne la contradiction entre la continuité du régime Ben Ali dont il fut le dernier premier ministre et l’aspiration des mouvements populaires à rompre avec l’ancien régime, autant celui de Béji Caïd Essebssi sera déterminant dans l’avènement des premières instances indépendantes transitionnelles qui conduiront aux élections d’une assemblée constituante le 23 octobre 2011 (ANC). Dans ce dernier paragraphe, le rôle, l’action et le bilan de l’Instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (l’ISROR, mini-parlement) sont minutieusement scrutés et analysés par l’auteur (p.147-238).

11La seconde partie au titre interrogatif Bifurcation dans la Révolution ? 1er septembre/26 décembre 2011 se focalise sur l’analyse des résultats des élections de l’ANC et la victoire des islamistes d’Ennahdha, ainsi que sur la formation des gouvernements successifs de la troïka (représentés par Ennahdha et deux formations sécularistes Ettakatol et le CPR). Deux chapitres se distinguent : l’un, consacré à l’action et au bilan de l’Instance des élections (ISIE) qui a organisé et supervisé les élections de l’ANC, l’autre, qui est davantage axé sur le travail et l’organisation interne de l’ANC ainsi que sur l’élaboration de ce qui sera « la petite constitution » (texte devant régir l’organisation des pouvoirs publics durant le mandat de la Constituante).

12Dans la partie conclusive de l’ouvrage, l’auteur rappelle l’annonce faite par le Premier ministre de l’époque, Mohamed Ghannouchi, « avec la mise en place d’une Commission supérieure de la réforme politique composée d’experts dès le 17 janvier 2011 ». Selon lui, l’explication qui sous-tend cette déclaration de l’ex-Premier ministre est qu’elle visait « à faire coup double : tenter de réduire la demande de “changement” de l’heure à une “crise” dont la “sortie” viendrait de l’organisation d’un processus technique, à savoir un aménagement constitutionnel, une transition constitutionnelle ; tenter par ce biais de légitimer la conservation de la direction des affaires par des élites bénaliennes sans Ben Ali au prix d’une ouverture opportuniste à une opposition modérée ; au total, mutatis mutandis, un essai de nouveau coup de force constitutionnel comme en 1987 ? » (p.399-400). Seulement, il convient de rappeler que la création de cette commission a été décidée quelques jours auparavant par le président Ben Ali en personne et acceptée par la plupart des formations de l’opposition indépendante. D’ailleurs, le matin même du 14 janvier 2011, les partis de l’opposition légale indépendante (le PDP, Ettajdid et le Forum démocratique pour le travail et les libertés – Ettakatol) négocient avec le Premier ministre, Mohamed Ghannouchi, la constitution d’un gouvernement d’unité nationale et la mise en place de trois commissions évoquées par Ben Ali dans son discours du 13 janvier (réforme politique, corruption et enquête sur les auteurs de la répression à partir du 17 décembre 2010).

13L’auteur s’interroge par ailleurs sur les fondements du « tropisme constitutionnel de la classe politique tunisienne » (p.399). Pour ce faire, il s’est attelé à chercher les origines de ce « registre d’action » en remontant jusqu’à Ahmed Bey et à la proclamation du Ahd al-Amân (Pacte fondamental) du 10 septembre 1857, en passant par les premiers nationalistes qui apparurent à l’issue de la Première Guerre mondiale pour déboucher sur les néo-destouriens et l’avènement d’« H. Bourguiba, la Constitution ou la République interrompue » (p.406-415).

14Le constat qu’il fait aujourd’hui des « élites partisanes » est sans appel quand il écrit notamment : « L’État plutôt que la République ? Les élites partisanes ayant participé à cette première phase de la transition politique n’étaient pas homogènes, sur de nombreux points leurs visions divergeaient du tout au tout » (p.416). Mais faut-il s’en étonner quand on connait la trajectoire des principaux leaders de ces élites et les relations souvent délétères qui les caractérisent ? Pour preuve, le délitement du « mouvement du 18 octobre 2005 », conséquence de la mésentente entre eux à propos de l’élaboration d’une plateforme politique. Le 14 janvier 2011, le départ impromptu de Ben Ali les a d’autant plus surpris que la plupart d’entre eux négociaient avec son Premier ministre la composition du « gouvernement d’union nationale » (cf. supra). Les ambitions personnelles et les égos démesurés expliquent pour une large part les divergences qui les opposent pendant cette première phase de la transition politique et même après.

15De plus, l’approche normative basée sur la règle de droit qui a été privilégiée par ces élites dans les réformes à initier dans les secteurs de la vie sociale et politique pendant cette première phase de la transition a rendu leur tâche particulièrement difficile. À titre d’illustration, la « démarche consensuelle » choisie par ces élites pour statuer sur les projets des dispositions constitutionnelles les plus controversées au sein de l’ANC montre que le sens qu’elles donnent à ce terme est bien plus le fruit d’un compromis que d’un consensus. D’ailleurs, la liesse qui s’est emparée de l’ANC au moment de l’adoption de la nouvelle Constitution par la quasi-unanimité des constituants est le signe patent de la perception que ces élites politiques se font de cette « démarche consensuelle ». La ferveur collective qui a marqué l’adoption du texte constitutionnel ne peut dissimuler les difficultés qui vont surgir quand il faudra interpréter et appliquer des dispositions aux contours délibérément ambigus, à l’instar de l’article 6 qui tente de concilier exercice des libertés individuelles et intervention de l’État dans les affaires religieuses.

16Pierre-Robert Baduel a bien raison de le souligner, « …l’invocation du constitutionnalisme peut ainsi servir tout régime, et donc aussi par dévoiement et enchantement idéologiques différentes formes d’autoritarisme. Le tropisme constitutionnaliste invoqué comme une vertu nationale par plusieurs auteurs, du temps même de Z. Ben Ali, a au total servi en Tunisie aussi à une politisation du droit et à une juridicisation du politique et, tout bardé qu’il fut performativement de références aux droits de l’homme, au lieu de favoriser une “démocratie par le droit”, il a durablement contribué à lui barrer la route » (p.425).

17Dix ans après ce « moment révolutionnaire », quelles leçons peut-on tirer aujourd’hui ? Le constat que livre P.R. Baduel sur la situation du pays après les élections de 2019 montre le profond embarras que ressent aujourd’hui un chercheur à vouloir qualifier les faits qui se produisent et à saisir les défis et menaces qui pèsent sur cette « transition ». En effet, souligne-t-il, « les résultats inattendus des secondes élections présidentielles (victoire de Kaïs Saied) et législatives d’octobre 2019 attestent pour le moins d’un inachèvement des impacts sociétaux et politiques de la Révolution de 2011, interdisant de ce fait de porter aujourd’hui (2020) un jugement définitif sur l’apport de celle-ci » (p.426).

18En fait, la victoire d’un profil « inattendu » comme celui de Kaïs Saied à la présidence de la République, l’élection d’un parlement fragmenté, fortement polarisé, devenu ingouvernable, l’anomie qui règne dans plusieurs secteurs de la vie sociale et politique, la dégradation de la situation sociale, économique… engendrent une violence protéiforme qui prend des allures inquiétantes aujourd’hui. Les causes de ce lent délitement ont vraisemblablement des origines qui remontent à cette année « révolutionnaire » 2011. Celles-ci doivent être circonscrites et analysées si nous voulons comprendre aujourd’hui les raisons des dysfonctionnements qui mettent à mal le processus politique enclenché depuis la fuite de Ben Ali !

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Larbi Chouikha, « BADUEL Pierre Robert, Quand la Tunisie ouvrait la voie… Combats et débats d’une année révolutionnaire », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14885

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information de Tunis, Tunisie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search