Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesBOISSIÈRE Thierry (dir.), Chaalan : (…)

Lectures

BOISSIÈRE Thierry (dir.), Chaalan : formation et mutations d’un quartier de Damas : 1920-2010

Presses de l’IFPO, 2019
Franck Mermier
Référence(s) :

BOISSIÈRE Thierry (dir.), 2019, Chaalan : formation et mutations d’un quartier de Damas : 1920-2010, Beyrouth, Presses de l’IFPO, 304 p. ISBN 978-2-35159-755-2

Texte intégral

1Cet ouvrage, dont les textes ont été réunis par Thierry Boissière, était très attendu. Il est dédié à l’anthropologue Jean Métral (1933-2002) qui a été l’initiateur du projet Chaalan dans sa dimension anthropologique. Cette monographie d’un quartier emblématique de Damas présente les résultats d’un programme de recherche franco-syrien lancé en 2001 par l’Atelier du Vieux Damas à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), qui avait fait l’objet d’une convention entre l’IFPO et le Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO, aujourd’hui disparu) situé à Lyon. Dans son Préambule, l’historienne Sarab Atassi rappelle que le choix d’étudier ce quartier de Damas découlait de la nouvelle orientation qu’elle avait impulsée à l’Atelier du Vieux Damas, qu’elle dirigeait depuis 1987, pour étudier le patrimoine de quartiers modernes, tel que Chaalan qui « était au centre de la vie culturelle et intellectuelle, émancipatrice et libérale de Damas des années 1930 aux années 1970 » (p. 15). Sarab Atassi livre ici un témoignage précieux sur le développement des recherches en histoire urbaine à l’Institut français de Damas, puis à l’Institut français d’études arabes de Damas, devenu Institut français du Proche-Orient (IFPO) en 2003, dont elle a été une protagoniste active durant quatre décennies. La parution de cet ouvrage vient ainsi consacrer son activité inlassable au service du patrimoine damascène.

2Dans leur courte introduction, Thierry Boissière et Jean-Claude David évoque la nature pluridisciplinaire du projet qui explore les différentes dimensions architecturale, économique, géographique, historique et aussi mémorielle, du quartier. Ils esquissent un portrait historique et sociologique de ce quartier qui était l’objet d’une fréquentation épisodique ou assidue des différents membres de l’équipe du fait même qu’il est situé à proximité de l’IFPO. Les auteurs de l’introduction reviennent sur la pertinence de l’échelle du quartier comme « unité d’observation » pour l’étude des transformations urbaines. Ils mettent aussi en exergue certaines caractéristiques de Chaalan dans l’ensemble damascène, particulièrement aux niveaux patrimonial et commercial.

3L’historienne Anne-Marie Bianquis s’efforce ensuite, dans le premier chapitre, de rendre compte de « la place de Chaalan dans la transformation de Damas (1918-2010) » en retraçant sa création et son développement dans le contexte de la modernisation de la ville depuis les dernières décennies de l’empire ottoman. De fait, l’édification de ce quartier, situé hors du périmètre de la ville ancienne, date du premier quart du xxe siècle et sa physionomie n’a cessé de se transformer au cours du Mandat français, après l’indépendance et au cours des années 1970 et 1980. Anne-Marie Bianquis, dans ce précis d’histoire urbaine, analyse les effets sur le quartier et, plus généralement, sur le cadre urbain, des différents plans d’urbanisme, tels que ceux de Danger et Ecochard, et les conséquences des événements politiques régionaux, avec notamment l’arrivée des réfugiés palestiniens. Elle traite aussi des changements économiques de Chaalan, replacés dans le contexte de l’accroissement des importations et des investissements à partir des années 1980 et de la multiplication des centralités commerciales de l’agglomération de Damas qui caractérise les décennies suivantes.

4Dans le chapitre 2 consacré à l’histoire sociale du quartier, l’anthropologue Françoise Métral présente les résultats de plusieurs enquêtes conduites en 2007 avec Jean-Claude David et l’équipe de l’IFPO menée par Sarab Atassi. Une partie des entretiens qu’elle a menés ont été réalisés avec l’anthropologue Dawn Chatty. On apprend que le quartier a été nommé du nom du cheikh de la puissante tribu des Rwala, Nouri Pacha Chaalan, qui y acquit une villa en 1920. Françoise Métral mentionne les membres de la bourgeoisie damascène qui s’y installent durant la période mandataire et qui y ont joué un rôle de bâtisseurs. L’étude ne traite cependant pas de la seule élite citadine, mais évoque aussi les réfugiés et étrangers qui viennent habiter dans le quartier, qu’il s’agisse des Arméniens ayant fui les massacres, des fonctionnaires français du Mandat ou des Palestiniens. Il y est aussi question de la pluralité ethnique et religieuse du quartier, de ses établissements d’enseignement, et des effets des idéologies nationalistes et panarabes sur la population étudiante. Les années 1950 sont remémorées comme l’âge d’or du quartier. Il est alors un haut lieu damascène de la libéralisation des styles de vie et des mœurs. On en retrouve un témoignage dans le roman d’Abdel Salam Al-Ujayli, Damas téléphérique (Publisud, 1984) évoqué dans l’étude. Les transformations du quartier sont aussi appréhendées à la lumière des changements politiques et urbains après la prise du pouvoir du parti Baas en 1963, puis celle de Hafez Al-Assad en 1970. La chronique du quartier se poursuit avec les années 2000 et se conclut sur le constat d’un « renouveau du quartier » suscité par le développement de son offre commerciale.

5Avec l’étude de Jean-Claude David, sur l’architecture, la production et la qualification de l’espace, la question des formes architecturales est abordée en liaison avec l’évolution des matériaux et des styles de vie. En s’appuyant sur de nombreuses observations de terrain, des entretiens, des sources cartographiques, des prises de vue photographiques et des relevés d’espaces résidentiels, l’auteur revient sur les caractéristiques morphologiques du quartier lors de sa première phase de développement, avant d’examiner les conséquences de l’introduction de matériaux modernes sur les formes d’habitat. Jean-Claude David relève les différences constatées entre « l’urbanisme de réglementation » et les réalités du terrain en confrontant les projets d’urbanisme avec les données cartographiques. Une mise au point utile est faite sur l’apport architectural du Mandat en identifiant les contributions des architectes « modernes » à l’édification du quartier. Les principales innovations des formes architecturales sont signalées, datées et mises en perspective avec les changements survenant dans le reste de la ville.

6La dernière partie de l’étude sur l’attractivité commerciale de Chaalan annonce le chapitre 4, rédigé par Thierry Boissière et Mohamed Al Dbiyat, qui porte sur les formes et activités du commerce du quartier devenu « un quartier phare de l’ouverture économique à Damas ». Les auteurs retracent la mise en place d’une centralité marchande et montrent comment la fonction principale de Chaalan est passée du résidentiel au commercial à partir des années 1980. L’évolution des types de commerces et services est retracée à partir de relevés dont le dernier est établi en 2010, tandis que les origines et les lieux de résidence des commerçants, de même que la nature de la clientèle, sont scrutés par le biais d’enquêtes qualitatives et quantitatives.

7Le dernier chapitre est consacré à la dimension patrimoniale de Chaalan. Son auteur, Jean-Claude David, décline certaines de ses caractéristiques qui ont trait notamment à son héritage bâti, à son réseau viaire, aux pratiques de ses usagers et à ses différenciations internes et externes, pour ensuite partager ses réflexions sur sa patrimonialisation au regard de sa fonction commerciale actuelle. Dans leur conclusion, Sarab Atassi et Jean-Claude David reprennent le dossier pour insister sur la richesse patrimoniale de Chaalan, « encore actuellement largement préservée » et pour livrer des observations et des recommandations précieuses pour un éventuel projet de préservation du quartier. Sous le titre « Vignettes of life in Sha’laan between 1930s-1970s », Dawn Chatty reconstitue l’expérience du quartier de cinq Syriens aux profils sociaux très contrastés et ce, à partir d’entretiens menés entre septembre 2008 et mars 2009. Le lecteur trouvera un complément à ces vignettes dans une étude précédente qui a traité de la constitution de Chaalan en quartier cosmopolite (Chatty, 2014).

  • 1 Kurd Ali, Mohamed 1983, Kitâb khitat al-Châm et Zakaria, Ahmad Wasfi 1983, ‘Ashâ’ir al-Châm [Les tr (...)

8On se doit de signaler, pour l’ensemble du livre, le travail remarquable qui a été fourni pour l’enrichir d’une abondante iconographie, souvent inédite, et qui est indispensable à la compréhension du propos. On pourrait cependant s’interroger sur la rareté des références arabes présentes dans la bibliographie (seulement deux à l’exception de quelques titres traduits)1. Serait-ce qu’il n’y aurait pas matière à constituer un corpus dans lequel puiser, à travers notamment les mémoires biographiques, pour lever le voile sur les traces et les représentations de Chaalan dans les sources écrites ?

9Par son exploration en profondeur d’un quartier de Damas, cette publication, soigneusement éditée, représente une référence majeure pour l’histoire sociale, urbaine et architecturale d’une ville dont les voix des habitants sont restées souvent dans l’ombre. Il contribue aussi à combler un manque en matière d’anthropologie urbaine de Damas, d’autant que l’accès au terrain est devenu impossible depuis 2011.

Haut de page

Bibliographie

Chatty Dawn, 2014, « The Making of a Cosmopolitan Quarter : Sha’lan in the 20th Century », Syria Studies 6 (2), p. 29-54.

Haut de page

Notes

1 Kurd Ali, Mohamed 1983, Kitâb khitat al-Châm et Zakaria, Ahmad Wasfi 1983, ‘Ashâ’ir al-Châm [Les tribus du pays de Châm], 2 tomes, Damas, Dar al-Fikr.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Mermier, « BOISSIÈRE Thierry (dir.), Chaalan : formation et mutations d’un quartier de Damas : 1920-2010 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14905

Haut de page

Auteur

Franck Mermier

CNRS, IRIS, Aubervilliers, France ; franckmermier[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search