Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesBRONES Sophie, Beyrouth dans ses rui(…)

Lectures

BRONES Sophie, Beyrouth dans ses ruines

Éditions Parenthèses/MMSH, 2020
Franck Mermier
Référence(s) :

BRONES Sophie, Beyrouth dans ses ruines, Marseille, Editions Parenthèses/MMSH, 2020, 234 pages. ISBN 978-2-86364-357-0

Texte intégral

1Cet ouvrage, tiré d’une thèse en anthropologie soutenue en 2010, présente les résultats d’une enquête menée à Beyrouth, entre 2005 et 2010, et qui traite du rapport aux ruines et au patrimoine dans une ville toujours balafrée par les destructions de la guerre du Liban (1975-1990), sans compter celles de la guerre de 2006 et de l’explosion du port en août 2020. Les études sur la reconstruction du centre-ville et le patrimoine urbain de Beyrouth ont été nombreuses, tandis que celles sur les mémoires de la guerre du Liban se sont développées depuis les années 2000. Sophie Brones a relié ces deux thématiques à travers une approche anthropologique qui tente de penser ensemble les questions mémorielles et patrimoniales à partir des ruines et des transformations incessantes du présent, et en mettant en œuvre une « ethnologie de la patrimonialisation » attentive aux situations et à l’événement. C’est le double constat des métamorphoses accélérées du tissu urbain et de la succession des ruines et des destructions laissées par la violence politique et économique qui a conduit Sophie Brones à construire ses hypothèses autour des usages de la mémoire et des différentes temporalités historiques et subjectives. Mais c’est aussi, ainsi qu’il est évoqué, dans le préambule, un cheminement personnel et réflexif entamé depuis des fouilles archéologiques en Égypte qui a conduit à l’élaboration d’une problématique liée aux significations du patrimoine dans le contexte beyrouthin.

  • 1 Société libanaise pour le développement et la reconstruction du centre-ville de Beyrouth fondée en (...)

2Le premier chapitre intitulé « Recompositions urbaines et patrimonialisation » est consacré à la formation de l’idée de patrimoine à travers un retour sur l’histoire de Beyrouth à partir de du xixe siècle. Sont envisagées successivement la période ottomane durant laquelle la vieille ville devient centre-ville, la période mandataire avec l’adoption d’une loi sur les antiquités en 1933 qui est restée « la seule référence légale en matière de droit sur le patrimoine » (p. 27), la période de l’indépendance marquée par une nouvelle modernité architecturale, puis le projet de reconstruction mené au sortir de la guerre par la société Solidere1 et la mise en avant de la défense du patrimoine urbain par ses opposants. Sophie Brones se penche ensuite sur des aménagements de Solidere au centre-ville qui ont abouti à la création de deux parcs archéologiques, dont l’un, « le jardin du Pardon », était censé « soutenir le processus de réconciliation » (p. 49).

3Avec le deuxième chapitre, nous nous éloignons légèrement du centre-ville pour aborder, sous l’angle de la question patrimoniale, les quartiers péricentraux qui, après avoir subi les destructions de la guerre, ont été confrontés à la frénésie de la spéculation immobilière. Sophie Brones en présente les caractéristiques respectives avant de traiter des mobilisations en faveur du patrimoine, notamment à travers l’action de l’Association pour la protection des sites et des anciennes demeures (Apsad) créée en 1965. Les enjeux des critères de définition du patrimoine sont de nouveau posés à travers l’analyse des actions (limitées) de la municipalité et des mobilisations de l’Apsad et d’autres acteurs de la défense du patrimoine pour empêcher la démolition des derniers bâtiments historiques de ces quartiers. Plusieurs études de cas ressortissant à différents lieux sont présentées. Du quartier de Bachoura à celui d’Achrafiyeh, images et discours sont analysés en relation avec des cas concrets où se lit une « guerre » des signes à propos de tensions entre « préservation patrimoniale et spéculation foncière » (p. 83).

4Une enquête fouillée est ensuite consacrée, dans le chapitre 3, à l’immeuble Barakat. Ce bâtiment particulièrement emblématique de la guerre est situé sur l’ancienne ligne de démarcation entre l’est et l’ouest de la ville et a servi de poste de tirs pour les miliciens. La municipalité de Beyrouth avait lancé un projet de restauration qui s’est accompagné d’un projet de musée sur les mémoires urbaines incluant la période de la guerre civile. Après avoir retracé l’histoire de cet immeuble construit durant le Mandat, Sophie Brones relate, de manière détaillée, la mobilisation de différentes personnalités et d’associations pour sauver l’immeuble de la destruction. Elle rend compte de la composition, de la mise en place et du fonctionnement du comité scientifique qui a participé à l’élaboration d’un musée de la mémoire censé servir de centre de documentation, d’exposition et de débats sur la ville. L’enquête ethnographique, participative, construit une archive particulièrement précieuse sur les enjeux, les conflits et les vicissitudes de la patrimonialisation d’un bâtiment urbain qui fait intervenir différent protagonistes locaux et internationaux (architectes et universitaires libanais du comité scientifique censés représenter la « société civile », conseil municipal de Beyrouth, les contractants de la municipalité, ambassade de France, mairie de Paris et experts étrangers…).

5La deuxième partie du livre intitulée « Temporalités urbaines, régimes de la patrimonialisation » est inauguré par le quatrième chapitre qui porte sur « l’événement comme espace de requalification patrimoniale ». Une réflexion inspirée sur la perception du temps dans un contexte d’emprise mémorielle des guerres passées, de fragmentation du territoire et d’instabilité politique, nourrit une analyse originale des pratiques et conceptions patrimoniales s’appuyant sur un riche matériau empirique. Sophie Brones met en regard, dans ce chapitre, les répercussions de l’assassinat de Rafic Hariri, en 2005, sur la requalification de lieux du centre-ville et l’émergence de nouveaux rituels individuels et collectifs après l’expropriation, par la société Solidere, des anciens habitants, artisans et commerçants du centre-ville. Pour ce dernier cas, Sophie Brones a réalisé une enquête ethnographique en profondeur du Comité des ayants droit du centre-ville et d’une trentaine de familles qui lui sont rattachées. Au terme du chapitre, elle confronte ainsi deux conceptions du patrimoine, l’une que révèlent les projets de Solidere et qui s’appliquent essentiellement aux vestiges et aux traces matérielles, et une autre, portée par les ayants droit. Cette dernière renvoie plutôt à la mémoire de leurs pratiques et savoir-faire ainsi qu’à cette citadinité beyrouthine pluricommunautaire qui se serait manifestée particulièrement dans les souks (Beyhum 1989).

6Sophie Brones décèle un prolongement de cet ancien ordre urbain dans les immeubles en ruines qu’elle étudie dans son dernier chapitre intitulé « Destins d’immeubles ». À partir d’une approche méthodologique combinant la reconstitution de biographies d’immeubles (sites emblématiques du centre-ville et demeures de Khandaq Al-Ghamiq) et la restitution de trajectoires résidentielles et de parcours commentés, elle construit une histoire sociale des lieux particulièrement innovante. On passe ainsi des situations de conflits sur la question patrimoniale engageant différents types d’acteurs culturels, religieux et politiques aux prises avec la politique de Solidere dans le centre-ville, aux mémoires et stratégies familiales liées à des immeubles de Khandaq Al-Ghamiq, un quartier péricentral dont les projets de rénovation urbaine induisent de nouvelles destructions. Sophie Brones conclue ce chapitre avec une réflexion finale qui met en parallèle les significations du patrimoine pour les ayants droit du centre-ville et pour les anciens propriétaires de Khandaq Al-Ghamiq dont elle analyse les pratiques et stratégies d’héritage.

7L’absence de conclusion générale pourra peut-être étonner certains lecteurs. Elle tient sans doute au fait que Sophie Brones a été soucieuse d’éviter l’écueil des « généralisations interprétatives » (de Sardan 1996) alors qu’elle a mené son enquête ethnographique sur une réalité mouvante marquée par des événements dramatiques. Elle a intégré ces effets de contexte dans son travail d’analyse au fil du déploiement de son riche matériau empirique, dont fait intégralement partie une abondante iconographie, et en combinant harmonieusement les échelles privées et publiques d’observation. Le paysage urbain, qu’elle redessine avec ses ruines plantées comme autant de sites d’observation des rapports au patrimoine et à la mémoire, est ainsi excellemment restitué avec les lignes de force et les dynamiques qui le constituent et le recomposent. Dans la constellation en constante extension des études sur Beyrouth, cet ouvrage occupe, d’ores et déjà, une place éminente tout en représentant une contribution majeure à l’anthropologie des relations entre ville, mémoire et patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

BEYHUM Nabil, 1989, « Du centre aux territoires : la centralité urbaine à Beyrouth », Maghreb-Machrek 123, p. 177-190.

DE SARDAN Jean-Pierre Olivier, 1996, « De la violence faite aux données. De quelques figures de la surinterprétation en anthropologie », Enquête 3, p. 31-59.

Haut de page

Notes

1 Société libanaise pour le développement et la reconstruction du centre-ville de Beyrouth fondée en mai 1994 à l’initiative de Rafic Hariri

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Mermier, « BRONES Sophie, Beyrouth dans ses ruines », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14914

Haut de page

Auteur

Franck Mermier

CNRS, IRIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search