Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesDELOUIS Olivier et MOSSAKOWSKA-GAUBE(…)

Lectures

DELOUIS Olivier et MOSSAKOWSKA-GAUBERT Maria (dir.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle), vol. II, Questions transversales

IFAO-EFA, 2019
Damien Labadie
Référence(s) :

DELOUIS Olivier et MOSSAKOWSKA-GAUBERT Maria (dir.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle), vol. II, Questions transversales, Le Caire-Athènes, IFAO-EFA, 2019, 494 p.

Texte intégral

1Avec la parution du deuxième tome de la Vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle), Olivier Delouis et Maria Mossakowska-Gaubert mettent à la disposition des chercheurs un magnifique dyptique sur un sujet aussi complexe que peu étudié. Le premier volume, publié en 2015 et recueillant les communications présentées lors d’un colloque tenu en 2009 à Athènes, offrait un utile état des sources traitant des divers aspects de la vie quotidienne des moines durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. Ce second volume, fruit d’un colloque organisé à Paris en 2011, propose un ensemble d’études, classées en six rubriques thématiques, portant sur des questions générales qui concernent toutes les communautés monastiques, quelle que soit leur localisation, durant cette période : la configuration spatiale du monastère, la production économique, les lieux et modes de prière, l’élaboration d’une norme monastique, etc. Ainsi, la consultation de ce volume ne dispensera pas le lecteur de revenir régulièrement au premier, dans lequel sont décrites les sources textuelles et archéologiques dont l’examen est mis à profit au travers des études du second.

2Cependant, les deux volumes ne se répondent pas de manière rigoureuse et systématique. En effet, nombre de contributions réunies dans le second volume sont consacrées à des dossiers dont les sources n’ont pas été présentées dans le premier. La réciproque demeure vraie ; ainsi, tandis que le premier tome proposait deux articles substantiels, de la plume de Włodzimierz Godlewski, sur le monachisme nubien (Delouis et Mossakowska-Gaubert, 2015, p. 3-21 ; 81-97), le second n’offre aucune étude relative à cette aire géographique (se référer désormais à Obłuski 2019 pour une monographie à jour sur le monachisme nubien). De même, on aurait attendu une contribution sur la Syrie-Mésopotamie, dans le sillage de l’article d’André Binggeli, paru dans le premier volume (Delouis et Mossakowska-Gaubert, 2015, p. 179-191) ; or, de cette région il n’est nullement question dans le second. Puisque ces deux volumes ne sont pas des manuels mais des actes de colloque, on conçoit aisément, à la décharge des éditeurs, que de telles disparités soient constatables entre l’un et l’autre. Néanmoins, il est à relever que Maria Mossakowska-Gaubert et Anne Boud’hors (Égypte), Annick Peters-Custot (Italie méridionale), John-Henry Clay (îles britanniques), Przemysław Nehring (Afrique du nord) et Pablo de la Cruz Díaz Martínez (Espagne wisigothique), présents aux deux colloques de 2009 et 2011, ont tâché, avec succès, de répondre aux exigences des éditeurs en présentant, sous la forme d’une contribution dans chaque volume, un état des sources et une étude thématique. Cet effort mérite d’être amplement salué.

3On notera également que certaines zones géographiques bénéficient d’un traitement plus étoffé. Bien que, selon les propos des éditeurs, ce projet de recherche ait pour ambition de couvrir les « monachismes égyptien, nubien, syro-palestinien, byzantin, nord-africain, wisigothique, italien, franc et germanique, anglo-saxon et irlandais » (p. 1), il ressort de la lecture du présent volume que les contributions dédiées au monachisme égyptien sont nettement plus abondantes que celles consacrées à d’autres aires. Ce second volume pâtit ainsi d’un déséquilibre manifeste, dont le premier était exempt. Le monachisme byzantin s’avère peu représenté, à la différence du premier volume, tandis que les monachismes syro-mésopotamien et nubien, comme indiqué plus haut, sont absents. En outre, on pourra se demander pour quelle raison le monachisme de Perse, pourtant bien étudié ces dernières années grâce aux travaux de Florence Jullien (Jullien 2008), est écarté de la liste initiale qu’ont établie Olivier Delouis et Maria Mossakowska-Gaubert. De plus, même si l’état de la documentation pose des problèmes d’interprétation pour le moins délicats, il eût été intéressant d’inclure une étude sur le monachisme éthiopien, au sujet duquel les textes hagiographiques, certes tardifs, peuvent être intelligemment exploités en vue d’une meilleurs connaissance des fondations monastiques d’époque axoumite (à ce sujet, voir Derat 2018 et Brita 2010).

4Comme cela vient d’être remarqué ci-dessus, les articles dédiés à l’Égypte se distinguent par leur variété et leur qualité ; sans nul doute, ces contributions sur le monachisme égyptien aux époques tardo-antique et médiévale constituent le point fort de ce volume. En premier lieu, les articles de Włodzimierz Godlewski et Ina Eichner, qui proposent deux études de fond sur les sites monastiques des Kellia, de Naqlum et de Deir el-Bakhit, s’efforcent de souligner la complexité de l’organisation quotidienne des moines. En particulier, l’étude d’Ina Eichner sur Deir el-Bakhit inaugure de prometteuses pistes de recherche. En effet, l’exploration archéologique de Deir el-Bakhit (dont seulement un quart a été fouillé) a mis au jour, plus que pour tout autre site thébain, une documentation archéologique d’une richesse inouïe : la découverte et l’examen du réfectoire, des entrepôts, des ateliers et des productions textiles permettra, assurément, de mieux comprendre le travail et la vie quotidienne des moines dans cette région de Haute-Égypte. La contribution d’Ewa Wipszycka, en apportant d’intéressantes remarques sur l’économie monastique, viendra utilement compléter et éclairer les études de Włodzimierz Godlewski et Ina Eichner. En effet, Ewa Wipszycka parvient, en croisant documents de la pratique et textes hagiographiques, à identifier et décrire précisément les ressources économiques des monastères égyptiens : des allocations de terre, le travail, des donations et des subventions en nature. L’article de Maria Mossakowska-Gaubert, qui fait suite à celui paru dans le premier volume, est un admirable travail de synthèse, aujourd’hui inégalé, au sujet de la nourriture des moines entre le IVe et le VIIIe siècle. Tirant les conclusions de son examen des textes normatifs et littéraires, ainsi que des documents archéologiques, Maria Mossakowska-Gaubert dresse un panorama complet de la question. L’auteure relève que, même si la nourriture des cénobites ne différait guère de celle des gens ordinaires, le régime alimentaire monastique était toutefois plus riche que celui des Égyptiens les plus modestes. Un tableau comparatif des différents types de mets, pour lesquels l’auteur donne à chaque fois le vocable grec, copte et latin, servira d’indispensable outil de travail pour les chercheurs désireux de poursuivre l’exploration de ce domaine. Le lecteur pourra aussi consulter avec profit, de manière conjointe, les études d’Yvan Koenig et Tudor Andrei Sala, lesquels consacrent plusieurs pages à quelques grands théologiens égyptiens, de langue grecque (Athanase, Origène, Évagre) ou de langue copte (Chénouté). Si Yvan Koenig insiste sur le pouvoir particulier que les écrivains alexandrins attachaient à l’Écriture sainte (« l’Écriture est le véritable médium de la rencontre de l’homme avec Dieu »), Tudor Andrei Sala étudie, pour sa part, le singulier pouvoir de clairvoyance de l’archimandrite Chénouté, que Dieu lui confère et grâce auquel il exerce une étroite surveillance sur les membres de son couvent. Enfin, par l’analyse détaillée des sources documentaires, Anne Boud’hors tente de définir les normes monastiques en monde copte ; on retiendra surtout que les normes monastiques sont davantage définies par des modèles, notamment des modèles de saints ascètes, que par des règles. On appréciera, en annexe, le florilège de textes qu’Anne Boud’hors, inlassable traductrice de la documentation épistolaire copte, met à disposition de ses lecteurs.

5Ce second volet de la Vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle) est une remarquable contribution à l’étude du monachisme tardo-antique et médiéval. L’originalité de l’entreprise, qui la rend inédite, est précisément d’entrevoir ce champ dans une perspective comparatiste, entre Orient et Occident, et de pouvoir ouvrir des pistes de réflexion qui, jusqu’à présent, demeuraient insoupçonnées. En faisant dialoguer spécialistes, d’une part, du monachisme occidental et, d’autre, du monachisme oriental, l’ouvrage dirigé par Olivier Delouis et Maria Mossakowska-Gaubert ne laissera pas de stimuler et féconder de nouvelles recherches. Assortis de bibliographies exhaustives et d’illustrations, notamment des cartes, les deux volumes qui composent la Vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle) serviront de base sûre, nous l’espérons vivement, pour un manuel sur le monachisme antique et médiévale en Orient, un sujet pour lequel il n’existe aucun ouvrage accessible et qui reste, à ce jour, un impérieux desideratum.

Haut de page

Bibliographie

Brita Antonella, 2010, I racconti tradizionali sulla « seconda cristianizzazione » dell’ Etiopia, Naples, Università degli Studi di Napoli L’Orientale.

Delouis Olivier et Mossakowska-Gaubert Maria (dir.), 2015, La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle), vol. I, L’état des sources, Le Caire-Athènes, IFAO-EFA.

Derat Marie-Laure, 2018, L’énigme d’une dynastie sainte et usurpatrice dans le royaume chrétien d’Éthiopie du xie au xiiie siècle, Turnhout, Brepols.

Jullien Florence, 2008, Le monachisme en Perse, La réforme d’Abraham le Grand, père des moines de l’Orient, Louvain, Peeters.

Obłuski Artur, 2019, The Monasteries and Monks of Nubia, Varsovie, Université de Varsovie-Fondation Raphael Taubenschlag.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Labadie, « DELOUIS Olivier et MOSSAKOWSKA-GAUBERT Maria (dir.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle), vol. II, Questions transversales », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | septembre 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14924

Haut de page

Auteur

Damien Labadie

Aix-Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France ; Damienlabadie[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search