Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesEMMERICH Arndt, 2020, Islamic Moveme(…)

Lectures

EMMERICH Arndt, 2020, Islamic Movements in India: Moderation and its Discontents

Routledge, 2020
Charlotte Thomas
Référence(s) :

EMMERICH Arndt, 2020, Islamic Movements in India: Moderation and its Discontents, Londres, Routledge, 214 p

Texte intégral

1Dans son premier ouvrage, Arndt Emmerich livre une étude fouillée du Popular Front of India (PFI), organisation islamique initialement fondée au Kérala, dans le sud de l’Inde en 1992 sous le nom de National Development Front (NDF). La grande qualité de ce travail est de proposer la première analyse du PFI et plus généralement, des mouvements islamiques indiens contemporains sans les approcher strictement par l’angle du travail religieux qu’ils mènent.

2Dans l’examen longitudinal de l’organisation auquel il se livre, A. Emmerich défend la thèse du développement d’une modernité politique islamique en contexte indien. Il l’analyse comme le produit du régime démocratique et séculariste, au sens où les institutions d’une part, et la culture politique d’autre part, ont permis au PFI de s’inscrire dans une dynamique que l’on pourrait qualifier de « socialisation à la pratique démocratique ». L’auteur définit cette modernité comme la capacité du mouvement à se mobiliser sur des enjeux socio-économiques contemporains et terrestres, et non pas sur des questions strictement relatives à la religion, à la différence des mouvements islamiques traditionnels comme le Tablighi Jamaat ou la Jamaat-e-Islami Hind. Concrètement, cette modernité s’incarne dans le travail social mis en œuvre par le PFI à destination des musulman.es indien.nes, ainsi que dans la contestation politique dont il est porteur.

3Le propos introductif est consacré au protocole d’enquête ethnographique mis en œuvre pour étayer cette thèse. Au regard de la littérature ancrée existante sur les mouvements islamiques, le choix de cette méthode, au plus proche des battements du terrain, est peu fréquent. Cela constitue donc la seconde originalité majeure de ce travail. L’auteur a ainsi conduit un travail de terrain au long cours, de 2011 à 2015, dans trois États du sud (le Kérala, le Karnataka et l’Andhra Pradesh) où est implanté le PFI, ainsi qu’à New Delhi, où se trouve le siège de l’organisation qui rassemblerait désormais 300 000 membres. L’auteur adosse sa thèse à un corpus beaucoup plus riche que bien d’autres ouvrages sur le même sujet, puisqu’il a rencontré plus de 250 adhérents du PFI, parfois à plusieurs reprises, ainsi que 120 autres enquêtés extérieurs, musulmans ou non (Dalits, chrétiens, journalistes, etc.). Il a également pratiqué l’observation participante lors d’une trentaine de campagnes (éducatives, de levée de fonds, etc.) menées par le PFI. Ce protocole permet à A. Emmerich de proposer une restitution dense et détaillée, et partant, inédite, de son objet.

4Puis, l’auteur déploie sa thèse sur six chapitres. Le premier est consacré au cadre théorique. A. Emmerich choisit d’aborder le PFI via la littérature sur les mouvements sociaux afin de penser les mobilisations sociales et politiques des organisations islamiques indiennes. Il se distingue en cela d’auteur.ices privilégiant une entrée par la sociologie des organisations ou du travail humanitaire pour penser ce même objet – voire une approche par l’histoire ou l’anthropologie. Ce cadrage permet une analyse plus pertinente, car plus contextualisée, du PFI. A. Emmerich reprend ainsi à son compte une compréhension dé-essentialisée des organisations islamiques qui les confronte à leurs conditions concrètes d’apparition et d’existence. Il y associe la théorie de la modération, aussi appelée « inclusion-modération », employée pour décrire les dynamiques d’intégration des partis politiques radicaux et/ou religieux au jeu politique ouvert et démocratique. Relativement déconsidérée dans la recherche française, elle s’apparente à un ruissellement idéologique de la démocratie qui se diffuserait aux partis islamistes, les poussant à la « modération », c’est-à-dire à des concessions idéologiques pragmatiques au regard de leur positionnement religieux initial. S’appuyant sur cette théorie, l’auteur considère que le cadre juridique séculariste de l’Inde, de pair avec la configuration pluraliste de son champ politique, ont permis aux contestations des musulman.es indien.nes de se structurer dans des mouvements politiques formulant des revendications qu’A. Emmerich qualifie de « démocratiques » et non pas de codifier celles-ci par le prisme du sacré. Or cette démarche est également originale puisqu’en contexte indien, la théorie de la modération a principalement été employée pour décrire la trajectoire d’intégration au jeu politique du Bharatiya Janata Party (BJP), le parti nationaliste hindou à la tête de l’Inde depuis 2014, et de son ancêtre, le Jana Sangh.

5Dans le deuxième chapitre, A. Emmerich incarne ce processus de modération en retraçant la trajectoire historique du PFI qui expliquerait la configuration contemporaine du mouvement. L’auteur fait néanmoins le choix surprenant d’organiser son chapitre à l’envers. Il le débute par une monographie du PFI tel qu’il est aujourd’hui. Il analyse ainsi, carnets de terrain à l’appui, son fonctionnement, ses ressources financières, ses logiques sociales et territoriales d’implantation ainsi que sa structuration, très mouvante, les stratégies de passage d’une organisation reliée au PFI à l’autre, et la sociologie de ses membres. Le second mouvement du chapitre permet de comprendre que l’auteur analyse cette réalité contemporaine à l’aune des dynamiques historiques qu’il y présente. Sans qu’il les identifie comme telles, sa démonstration embrasse trois échelles. Au niveau macrosociologique, la codification de la modernité politique répond à la marginalisation à laquelle le BJP contraint les musulman.es. L’auteur considère qu’en contestant la légitimité des citoyen.nes musulman.es, le BJP a poussé le PFI à revendiquer leur pleine intégration à l’Union indienne. Du point de vue mésosociologique, elle a été rendue possible par l’autonomisation des musulman.es vis-à-vis des partis politiques existants et la création de leurs propres mouvements. À l’échelle microsociologique enfin, les dynamiques de mobilisation ont été alimentées par la prise de conscience croissante, au sein de la minorité musulmane, de l’arriération socio-économique structurelle dont elle pâtit depuis la Partition de 1947. Celle-ci a été reconnue par le gouvernement dans un rapport ministériel publié en 2006 – document devenu emblématique de la situation des musulman.es indien.nes. Cette conscientisation est à l’origine de l’engagement des musulman.es et éclaire, par exemple, l’implantation du PFI en dehors de l’État kéralais qui l’a vu naître, ou la déclinaison du PFI en un foisonnement d’organisations lui étant affiliées et se mobilisant sur différents aspects de la marginalisation des musulman.es.

6Les trois chapitres suivants constituent le cœur de la démonstration d’A. Emmerich. Ils peuvent être pensés ensemble car ils portent sur l’entretien des frontières, internes et externes, du PFI, que l’auteur analyse comme le résultat des dynamiques dans lesquelles est pris le mouvement – en complément de celles présentées dans le deuxième chapitre. Tout d’abord, A. Emmerich décrit la marginalisation structurelle subie par les musulman.es indien.nes, quelle que soit la couleur politique du gouvernement, et qui se traduit notamment par la discrimination judiciaire et policière. Le PFI se présente comme le protecteur de ceux et celles qui ressentent cette discrimination quotidiennement dans leur chair. Cette expérience constitue, in fine, le récit commun des membres du PFI et distingue les musulman.es des autres Indien.nes. Puis, l’auteur se positionne du côté des hindouistes pour aborder la situation depuis 2014. Il décrit les attaques des « vigilantes » hindous ainsi que le prisme sécuritaire selon lequel est appréhendée la minorité. Il s’agit de montrer comment le.a musulman.e est construit comme l’ennemi.e du corps social indien qui doit être puni.e par la violence. Sur le temps long comme sur le temps court, l’État apparaît donc comme un recours difficile, a fortiori depuis qu’il est dirigé par le BJP. On comprend ainsi pourquoi le PFI a investi le champ politique militant, de pair avec celui de l’action sociale. Enfin, l’auteur présente les activités sociales conduites par le PFI. Ce cinquième chapitre nous renvoie au deuxième, puisque la diversité de ces actions y est ici présentée à l’aune de la conscientisation des musulman.es, précédemment évoquée. L’auteur précise aussi le lien entre activités religieuses et politiques : le travail social, mené au nom des « valeurs islamiques », est présenté par les leaders du PFI comme l’antichambre de l’engagement politique. Toutefois, A. Emmerich constate qu’en dépit du caractère islamique revendiqué par l’organisation, l’attrait pour la moralité religieuse ne préside pas seul aux mécanismes d’engagement. L’auteur évoque l’existence de motivations beaucoup plus terrestres : entregent, reconnaissance sociale, rétributions économiques, emplois, etc. Ces biens sont distribués via ce qui est décrit comme des relations clientélaires, quoiqu’elles ne soient pas catégorisées comme telles.

7A. Emmerich clôt sa démonstration dans le sixième chapitre en examinant l’offre politique du PFI au prisme de l’écosystème général du militantisme islamique indien. Il présente donc les organisations concurrentes du PFI afin d’en comparer les actions et, plus généralement, expose les divergences pratiques et/ou sectaires au sein du champ du militantisme islamique. Nonobstant ces dissensions, l’auteur considère toutefois que tous ces groupes formulent une critique du néolibéralisme qui, de pair avec leur caractère démocratique, les inscrit dans la modernité politique. On observe donc ici un usage novateur des valeurs islamiques en rupture avec celui proposé par les élites religieuses traditionnelles naguère soumises aux partis politiques existants. L’auteur mentionne également les tentatives, peu concluantes, de convergence intersectionnelle avec d’autres minorités indiennes ethniques ou sociales elles-mêmes marginalisées sur les plans économique et social. Nonobstant les nombreuses limites et contradictions qu’il décrit, l’auteur considère que le PFI est un mouvement démocratique dont le discours est par endroits comparable à celui des mouvements altermondialistes.

8Le travail d’A. Emmerich offre un éclairage inédit du PFI, à hauteur des hommes (en l’occurrence) qui le composent. Les restitutions ethnographiques, denses et diverses, permettent une exploration fascinante d’une organisation méconnue, qui font de ce travail d’enquête une somme remarquable. Toutefois, plusieurs limites sont à souligner qui, pour les subsumer, inscrivent plus volontiers cet ouvrage dans le champ de l’expertise que dans celui de la recherche.

9Sur le plan de la théorisation, la thèse de l’auteur, pourtant clairement posée en introduction, perd en clarté au fil des pages. La diversité des angles (« haut », « bas ») et échelles (macro, méso, micro) qu’il propose, si elle permet précisément un aperçu exhaustif de ce qu’est le PFI, constitue également un défi pour en dégager un fil conducteur structurant l’ouvrage du début à la fin. Or l’auteur ne parvient que partiellement à éviter cet écueil : les différents éclairages confèrent plus à l’administration de la preuve l’impression d’allers-retours, en lieu et place d’avancées didactiques. A. Emmerich ne parvient pas à nouer avec assez de rigueur les différents fils qu’il a lancés pour que sa thèse se détache clairement. Beaucoup de connections demeurent en effet à l’état d’implicites et il revient fréquemment au lecteur.ice de tisser des liens entre les différentes scansions de la démonstration. À cet égard, un effort systématique de définition des notions employées aurait également servi la démonstration – à l’instar d’une distinction entre « musulman » et « islamique » par exemple.

10De la même façon le cadrage théorique renouvelé que propose A. Emmerich, en mobilisant un état de la littérature, très riche et inédit pour ce genre d’objet, ne remplit pas ses promesses en dépit d’une pertinence certaine de son intuition à désenclaver l’approche de l’objet « organisation islamique » du champ plutôt religieux où il était cantonné jusque-là dans la littérature ancrée. Mais l’auteur ne s’approprie pas suffisamment les entrées qu’il propose, ce qui ne permet pas de situer son approche. A. Emmerich utilise tour à tour la théorie des opportunités politiques puis celle de la mobilisation des ressources, deux classiques de la sociologie des mouvements sociaux. Cependant, à aucun moment il ne pose la complémentarité de ces deux modèles pour l’analyse de son objet. Par ailleurs, le soin que l’auteur accorde, à juste titre, à replacer le PFI dans un contexte général, à déployer une approche synchronique et diachronique ou encore à penser le mouvement dans ses interactions avec les hindouistes, lui font perdre de vue l’agentivité des enquêtés. Partant, tout se passe comme si l’organisation était uniquement dans la « réaction ». Tout à son objectif, louable, de présenter la codification de ce qu’il considère être une forme de modernité politique islamique non-occidentale en se gardant d’une quelconque normativité occidentalo-centrée, l’auteur semble ainsi parfois écrasé par son objet et son sujet. La restitution des propos des enquêtés manque donc singulièrement d’épaisseur critique et laisse en suspens ce qui s’apparente, dès lors, à des apories analytiques. Par exemple, le rapport à la violence politique n’est guère exploré alors que le mouvement est fréquemment accusé d’en faire usage. De même, la théorie de l’inclusion-modération n’est pas saisie par l’auteur, ce qui confère une perspective téléologique aux dynamiques observées. En outre, si la culture politique indienne a permis la démocratisation du PFI par ce mécanisme de modération, comment expliquer, dès lors, la violence à laquelle les membres expliquent avoir parfois recours de façon mimétique au regard des attaques subies de la part des hindouistes ? De surcroît la lecture des témoignages rapportés montre que le social est avant tout pensé comme un moyen d’éduquer les musulmans aux valeurs islamiques qui sont censées, dans un second temps, développer leur conscience politique. Ce primat du religieux bouleverse à première vue l’émergence d’une véritable « modernité politique ». Or A. Emmerich ne s’attaque pas au coup flagrant que l’empirie semble porter à sa thèse.

11D’un point de vue méthodologique, l’auteur manque de recul sur son terrain. Tout d’abord, en ce qui concerne la réflexivité. L’échantillon des enquêtés est ainsi exclusivement masculin car, quoiqu’il ne le précise que bien plus tard dans l’ouvrage, l’auteur n’a pas, ou pas librement, eu accès aux adhérentes. Ce biais de genre aurait mérité d’être explicité. De plus, le rapport aux femmes, les propos sur les valeurs morales auxquelles doivent se plier les adhérent.es du PFI ou encore l’exercice, encouragé, du contrôle social de tou.tes sur chacun.e au sein de l’organisation, ne donnent pas lieu à une restitution critique. Enfin, certaines dimensions constitutives de l’objet sont mentionnées, mais demeurent impensées. Par exemple, le fait que les leaders du PFI soient issus des sections éduquées et aisées de la minorité, tandis que le gros des militants est composé de classes basse ou moyenne inférieure, illettrées et travaillant dans le secteur informel, n’est pas exploré. Quant à la caste, elle n’est pas du tout traitée. Ces réalités induisent pourtant des stratégies de mobilisation et de présentation de soi différentes, voire divergentes, de la part des membres du mouvement. Elles produisent aussi des effets de domination et/ou d’interdépendance (comme le clientélisme évoqué ci-dessus) importants pour saisir la réalité du PFI et son fonctionnement.

12En dépit de ces réserves, l’ouvrage d’A. Emmerich est une lecture importante. D’un point de vue ancré, il nourrira, on l’espère, une approche qualitative et renouvelée des mouvements sociaux à référent identitaire actifs en Asie du sud. D’un point de vue comparatiste, il permet aussi d’éclairer les dynamiques de mobilisations contestataires de musulman.es en contexte minoritaire sud-asiatique alors qu’elles sont plus volontiers étudiées en contexte majoritaire arabe et/ou dans leur implantation occidentale.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Thomas, « EMMERICH Arndt, 2020, Islamic Movements in India: Moderation and its Discontents », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14935

Haut de page

Auteur

Charlotte Thomas

Sciences Po Paris-CERI, Noria Research, charlotte.thomas[at]noria-research.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search