Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesGIRARD Muriel. Le théâtre du patrimo(…)

Lectures

GIRARD Muriel. Le théâtre du patrimoine : l'artisan, le maire et le touriste à Istanbul

Presse universitaires François Rabelais, 2020
Julien Boucly
Référence(s) :

GIRARD Muriel, 2020. Le théâtre du patrimoine : l'artisan, le maire et le touriste à Istanbul, Tours, Presse universitaires François Rabelais

Texte intégral

1Ce ne sont pas les portes d’une industrie touristique ni celles d’une fabrique patrimoniale à grande échelle qu’ouvre Muriel Girard, mais les rideaux du discret et non moins intriguant théâtre de l’artisanat stambouliote. Davantage que sa portée transdisciplinaire, le titre de l’ouvrage exprime l’intention sociologique de l’auteure : il s’agira d’étudier les interactions et les mises en scène imaginées par divers interprètes – l’artisan, le maire et le touriste – inextricablement liés dans les jeux du patrimoine.

2Adapté d’une thèse de doctorat consacrée au monde artisanal et à ses mutations au Maghreb et au Moyen-Orient, l’ouvrage se recentre sur Istanbul sans rien perdre des qualités de comparabilité et de transposabilité des recherches de Muriel Girard. Ces dernières, ancrées dans une démarche pluridisciplinaire faisant aujourd’hui consensus, ont largement contribué à la formation des études sur le patrimoine en Turquie (Girard, 2014), dialoguant avec des chercheurs et chercheuses turcophones, francophones et anglophones à l’intérieur (Girard, Polo, Scalbert-Yücel, 2019) et hors de son aire géographique (Barrère, Busquet, Diaconu, Girard, Iosa, 2017). À l’ambition de décloisonnement disciplinaire, il faut aussi reconnaitre à l’auteure la tentative, couronnée de succès, d’apporter une grande lisibilité à son sujet de recherche – l’artisanat pris dans la scène patrimoniale. Pour ce faire, elle accompagne sa démonstration d’encadrés proposant régulièrement un point sur la littérature, sur une notion ou bien de se plonger dans une situation de terrain. Des organigrammes, tableaux, cartographies et illustrations permettent aussi de se rendre compte de la pluralité des méthodes d’enquête employées (observations participantes, entretiens, recherches documentaires).

3En résulte une analyse qui devrait naturellement satisfaire les tenants d’une sociologie du travail artisanal, mais aussi a fortiori ceux de la sociologie de l’action publique, du tourisme, des études urbaines et du patrimoine (heritage studies). L’apport théorique primordial de l’ouvrage réside dans son système interprétatif basé sur le concept de « scène patrimoniale » qui désigne « un espace physique et […] social […] résultant de logiques endogènes et exogènes, portées par des acteurs locaux et internationaux, liées à la fabrication et la consommation du patrimoine [; scène dans laquelle] se rencontrent et entrent en interaction les différents mondes – artisanal, patrimonial, touristique – intervenant dans les centres urbains anciens » (p. 22). L’objectif de l’ouvrage est, entre autres, de démontrer que ces interactions produisent une dynamique originale générant des recompositions sociales, identitaires et spatiales. Muriel Girard contribue ainsi à la connaissance du monde artisanal, non seulement en caractérisant des objets, des technologies et des métiers chargés de valeurs et de hiérarchies socialement non neutres, mais aussi et surtout en analysant son ancrage dans l’espace urbain et ses connexions avec les mondes patrimonial et touristique. Par ailleurs, en interrogeant ce que le patrimoine fait à l’artisanat, l’auteure affirme et démontre l’encastrement du tourisme et du patrimoine dans les dynamiques sociales.

4La structure de l’ouvrage évite les constructions chronologiques, la forme servant ici judicieusement le fond d’un propos qui refuse l’illusion d’un processus de patrimonialisation linéaire, cohérent et à temporalité unique. De la pluralité des pratiques du monde artisanal (chap. 1) à la recomposition de ce dernier (chap. 5), c’est l’investigation des différents mondes, patrimonial (chap. 2) et touristique (chap. 4), et des dynamiques urbaines (chap. 3) qui font progresser la démonstration.

5Le chapitre 1 n’est pas une description figée des positions et représentations de l’artisan dans la société urbaine, mais bien une analyse historique dynamique dans laquelle l’artisanat – loin de constituer une simple pratique traditionnelle en déclin et excluant tout renouvellement lié à la modernité – se redéfinit constamment en fonction des évolutions spatiales, des changements économiques et des mutations sociales. Étudiés dans le temps long des xixe et xxe siècles, l’industrialisation, le développement du tourisme, l’évolution des modes de consommations et la division technique du travail sont autant de processus ayant des impacts différenciés selon les métiers.

6Dès ce premier chapitre, lecteurs et lectrices découvrent la qualité du travail effectué sur le terrain – les mutations et les paramètres informels n’échappant jamais à l’enquêtrice qui va jusqu’à révéler qu’« un atelier peut en cacher un autre » (p. 45). Les problématiques d’ordre général (significations à donner à l’informalité, déclin supposé de l’artisanat) alternent avec des questionnements spécifiques à l’histoire ottomane et turque, parmi lesquelles une interrogation sur les causes de déconsidération sociale de la figure de l’artisan marchand au cours de la période républicaine.

7Le chapitre 2 interroge la patrimonialisation, dite « marginale », de l’artisanat au regard des dynamiques historiques et patrimoniales de la Turquie contemporaine (construction de l’État-nation, développement du tourisme intérieur et international, synthèse turco-islamique post-coup d’État de 1980). On retiendra notamment l’idée que les constructions idéologiques, telles que le « néo-ottomanisme » s’affirmant dans les années 2000, sont porteuses de significations multiples selon les contextes, qu’elles ne sont pas incompatibles mais complémentaires avec des références plus mondialisées (faire d’Istanbul une « ville globale ») et qu’elles sont moins le fruit d’une politique prédéfinie par une entité politique centrale que d’initiatives diverses et de discours rarement univoques.

8L’étude d’une institution municipale investie dans la revalorisation des arts et artisanats traditionnels (dénomée İSMEK) offre une réflexion très stimulante sur la dialectique complexe entre tradition et modernité, qui fait de l’artisanat à Istanbul un cas d’étude particulièrement heuristique, bien au-delà de la Turquie et de l’objet de recherche concerné. Plus directement dans la ligne démonstrative de l’ouvrage, ce chapitre évoque le phénomène de « dissociation entre les catégories patrimoniales élaborées et les pratiques artisanales » (p. 99) en recherchant les points de rencontre et de frictions entre mondes artisanal et patrimonial. Après s’être longuement attardée sur les discours, les représentations et les pratiques (patrimoine immatériel), l’auteure replace le patrimoine artisanal dans sa matérialité et sa territorialité à travers l’étude des centres artisanaux, transition naturelle vers l’étude des dynamiques urbaines.

9Le chapitre 3, constitué de deux sous-parties distinguant conception et concrétisation des politiques urbaines, rappelle les dimensions intrinsèquement conflictuelles de l’action publique et révèle, plus spécifiquement à l’égard des artisans, un déni et une invisibilisation des acteurs concernés par ces politiques. Deux logiques s’opposent dans la gestion de l’activité artisanale sur le site patrimonial et touristique de la péninsule historique : conserver des ateliers dans l’espace qui contribue à faire de l’artisanat un objet patrimonial ou chasser des activités de production jugées polluantes et nuisibles au tourisme. Au-delà de la démonstration relative à la scène patrimoniale, ce chapitre renseigne des politiques publiques et urbaines au cœur des préoccupations contemporaines (transformation urbaine, valorisation foncière et touristique, délocalisation d’activités des centres historiques, instrumentalisation de la cause écologique), particulièrement en Turquie où certains processus ont tendance à brouiller les frontières entre légalité et illégalité.

10Le chapitre 4 aborde le monde touristique, dont on saisit alors pleinement la distinction avec le monde patrimonial et qui fait de l’artisanat un objet social, économique et politique plus complexe encore. La sociologue prend le parti d’étudier la mise en tourisme de l’artisanat en se positionnant au plus proche des acteurs (guides, touristes, principaux médiateurs-récepteurs de l’émotion touristique, mais aussi commerçants et artisans eux-mêmes) et en effectuant une lecture croisée des discours touristiques (littérature de voyage, guides papier, récits et témoignages oraux). Parmi les plus riches apports de cette démarche inductive figurent, en premier lieu, une lecture critique de la « recherche d’authenticité » (p. 162) : celle-ci n’est pas systématiquement mobilisée par les discours touristiques, ni nécessairement désirée par les touristes. En second lieu, l’affirmation selon laquelle « apparenter Istanbul à [une altérité de] l’Orient est en soi un parti pris » (p. 163) nous rappelle que cette orientalisation ne va peut-être pas de soi, dans la mesure où elle ne satisfait pas tous les acteurs du tourisme. Les entretiens et les observations faites dans les boutiques, ateliers et caravansérails révèlent enfin des interactions complexes, bouleversant autant les touristes (dans leurs imaginaires et leurs émotions) que les artisans (leur production et leurs techniques de vente). La performativité des expériences touristiques est cependant à évaluer à l’aune de leur réussite souvent mitigée, phénomène rappelant que l’artisanat reste un objet patrimonial marginal à Istanbul.

11Le cinquième et ultime chapitre recentre l’analyse sur les artisans eux-mêmes afin de conclure sur les recompositions aux frontières et au sein de leur groupe social. Les résultats de l’enquête montrent que les transformations du monde artisanal varient selon les métiers concernés, plus ou moins perméables aux effets des mises en patrimoine et en tourisme : une conclusion rigoureuse qui permet par ailleurs d’identifier quelques tendances transversales (déclin du travail familial, délitement d’un apprentissage lié au monde domestique, regard nostalgique sur la perte d’un âge d’or).

12Distinguant des acteurs marginalisés et valorisés, l’auteure identifie des « gagnants » (notamment des « gagnantes ») et des « perdants » plus ou moins informés et actifs sur la scène patrimoniale. Éclairant les conflits internes au groupe, les phénomènes d’exclusion et les comportements d’ignorance ou de désintérêt, ce chapitre peut aussi nous aider à nous départir de présupposés selon lesquels les mises en patrimoine et en tourisme constitueraient forcément un jeu « gagnant-gagnant » à somme positive.

13À plusieurs reprises, l’auteure ouvre des pistes – interroger conjointement « variations patrimoniales et variations des systèmes politiques » (p. 260) – et invite à approfondir son travail – suivre un « nouvel acte du théâtre du patrimoine » (p. 263) en train de se faire. Lecteurs et lectrices trouveront donc dans cet ouvrage des sentiers largement débroussaillés par l’auteure, tout autant que des chantiers encore trop peu explorés.

Haut de page

Bibliographie

BARRÈRE, Céline, BUSQUET, Grégory, DIACONU Adriana, GIRARD Muriel et IOSA Ioana (dir.), 2017, Mémoires et patrimoines, des revendications aux conflits, Paris, L’Harmattan.

GIRARD Muriel, 2014, « Ce que nous apprend le patrimoine de l’État et de la société turcs : vue d’ensemble sur ce numéro double », European Journal of Turkish Studies, n° 19 [En ligne : http://ejts.revues.org/5040].

GIRARD Muriel, POLO Jean-François et SCALBERT-YÜCEL Clémence (dir.), 2018, Turkish Cultural Policies in a Global World, Gewerbestrasse, Palgrave Macmillan.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Boucly, « GIRARD Muriel. Le théâtre du patrimoine : l'artisan, le maire et le touriste à Istanbul », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14963

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search