Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesLE RENARD Amélie, Le privilège occid(…)

Lectures

LE RENARD Amélie, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï

Presses de Sciences Po, 2019
Marion Breteau
Référence(s) :

LE RENARD Amélie, 2019, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï, Paris, Presses de Sciences Po, 266p.

Texte intégral

Recension sur l’ouvrage d’Amélie Le Renard, 2019, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï

1La plupart des travaux qui ont porté sur la migration dans les pays du Golfe se sont jusque-là attachés à décrire les communautés numériquement supérieures et « structurellement dominées » (Gardner, 2010 : 6). En contraste avec ces recherches, Amélie le Renard restitue dans cet ouvrage une enquête sur les expatriés occidentaux à Dubaï, et en particulier les ressortissants français. Ces personnes, qui charrient les catégories de migrant, de « résident » (p. 26) ou encore de « guest worker » (p. 40), viennent révéler des mécanismes de catégorisation basées sur la réussite sociale, en incorporant une frange favorisée de l’ordre dubaïote ; ce sur quoi peu de chercheurs se sont penchés.

  • 1 La question de l’exceptionnalité golfienne a par ailleurs fait l’objet d’une publication ultérieure (...)

2Tout en proposant une réflexion sur la notion d’exceptionnalité souvent accordée à Dubaï1, les chapitres de l’ouvrage sont organisés de manière progressive dans l’exploration du quotidien des expatriés français. Le lecteur découvre ainsi le monde du travail pour aboutir aux sphères de l’intime, avec un parallèle constamment tracé avec la vie vécue en France par ces expatriés. Plutôt que de se concentrer sur son aspect discursif, l’auteure propose une analyse postcoloniale de l’usage quotidien de la catégorie d’Occidental. Croisée à une approche intersectionnelle enrichie par l’entrée de la nationalité, l’analyse postcoloniale permet d’étudier différents attributs identitaires comme hérités du passé. On comprend dès lors comment se mettent en place des logiques de distanciation et de rapprochement de la norme qui, pour les personnes concernées, est hétérosexuelle, en couple avec enfants, blanche et aisée financièrement.

3Catégorie identitaire forgée localement, le statut d’expatrié occidental est le fruit de perceptions empruntes de l’occupation britannique dans le Golfe, qui a débuté par le contrôle des échanges économiques de la région, et par l’importation d’une main-d’œuvre issue d’autres colonies, devenant dès lors dépendants de la couronne (p. 36). Durant les mouvements du panarabisme et les premières exportations de pétrole, l’Occident – tel que compris par les Emiratis – a profité d’un traitement préférentiel grâce à de nombreux partenariats économiques et militaires dans la région. À terme, les communautés se sont vues assigner des statuts distincts selon l’origine et le corps de métier, guidées par un usage croissant d’une idéologie « racialement excluante » (p. 39).

4Les premiers chapitres sont consacrés à l’expatriation des Occidentaux à Dubaï comprise en tant que migration de travail. Découlant d’ « avantages structurels » (p.8), certaines compétences valorisées sont attribuées à cette communauté sur le marché du travail, constituant des « compétences occidentales » (p. 33). Les personnes recrutées sont sélectionnées selon la nationalité, la langue, le type et le lieu de la formation, mais aussi selon la position politique du pays d’origine vis-à-vis de Dubaï. Là encore, le passé colonial ressurgit quand il s’agit de qualifier les compétences attendues des candidats, puisque celles-ci rappellent les modes de gestion des premières exploitations pétrolières, accordées en priorité aux compagnies britanniques. Ces compétences sont fortement associées à des représentations de l’Occident comme un lieu de réussite sociale, qui produirait des individus hautement qualifiés et pouvant transmettre leurs savoir-faire. Toutefois, les contrats sont temporaires et les Occidentaux ne sont pas dépourvus de risques de licenciement, ce qui impliquerait alors l’annulation de leur visa et l’obligation de partir, puisque ce sont les entreprises recruteuses qui sont la condition pour l’obtenir (tel que l’exige le système de sponsoring ou kafala). S’installe alors une tension entre traitements préférentiels et risques de départ que certains appréhendent, ce qui vient faire de l’expatriation une expérience structurellement instable. Soulignant l’importance de la productivité, le recrutement des Occidentaux donne à voir une idéologie néolibérale qui fait de Dubaï une ville dédiée à la réussite professionnelle, et de ses habitants les membres d’une « ville-entreprise » (Kanna, 2011).

5L’auteure s’attarde ensuite sur la « performance de l’occidentalité » (p. 84) à travers la manière dont les individus exhibent ou, à l’inverse, tentent de dissimuler leurs avantages dans leur présentation de soi. En plus d’influencer les attitudes corporelles quotidiennes, ces performances s’inscrivent dans les projets professionnels des individus, qui tentent de « se vendre » (p. 83) pour mieux s’insérer dans le monde du travail dubaïote. S’y ajoute la dissimulation de certains traits identitaires, notamment religieux, dont les signes distinctifs sont plus significatifs pour d’autres communautés. Par ailleurs, les différences de genre de ces performances sont mêlées à des attentes en termes de beauté qui qualifient la féminité d’« empathique », embrassant des postes privilégiant le contact (dans la vente, par exemple), quand les hommes occupent davantage de postes à responsabilité pour lesquels les « soft skills » concernent surtout l’expression de l’autorité.

6Le chapitre suivant s’intéresse à la manière dont la corporéité occidentale passe par une racialisation de la nationalité face au « marqueur non marqué » de la blanchité (Bosa, 2012 : 135). Celle-ci peut se traduire par une recherche d’exotisme pour certains, ce qui sous-tend un processus d’altérisation radicale entre ce que seraient les « locaux », les « autres », et les Occidentaux. Pour les Français racisés, la valorisation de la blanchité s’avère être discriminante. Leurs discours soulignent un mode de catégorisation identitaire à deux entrées, l’une s’appuyant sur un rejet du passé en France et une valorisation de Dubaï, l’autre révélant des formes de domination dans cette ville. En premier, leur expatriation fait ressortir de leur vie en France des attributs qui étaient non-dits et leur rappelle le racisme ordinaire dont ils étaient victimes. À Dubaï, celui-ci perd de sa valeur par le fait d’envisager cette ville comme « multiculturelle » et « cosmopolite », ce qui sous-entendrait une absence de racisme. Pourtant, les Français racisés font l’objet d’un déclassement au sein de la catégorie des privilégiés. Les expatriés embrassent ainsi ce discours de « racialisation de la nationalité » (p. 128) qu’ils reproduisent au sein même de la communauté française. Ceci révèle alors les limites de la promotion de l’égalité des chances que le cosmopolitisme - et l’idéologie néolibérale qui l’accompagne - peuvent sous-tendre.

7Les hiérarchisations à l’œuvre dans le monde du travail interviennent jusque dans les intimités. Motivée par les entreprises émiraties et internationales qui favorisent le recrutement de personnes qui représenteraient l’idéal de la famille occidentale, l’hétéronormativité et la conjugalité avec enfants sont souvent mises en avant par les individus dans la performance de leur occidentalité, au point de modifier les relations personnelles. Puisque les hommes sont favorisés pour des postes à haute responsabilité, ceux-ci deviennent pour la plupart les principaux pourvoyeurs du foyer, quand les femmes apprennent à « devenir dépendantes » (p. 155), bien qu’elles soient diplômées ou eurent été actives lorsqu’elles vivaient en France. L’organisation du foyer se voit adaptée à ces contingences, notamment par le recours au service de maids et de nannies employées à des tâches domestiques et à la garde des enfants. L’analyse des relations conséquentes montre comment les personnes développent un discours visant à légitimer les raisons qui les mènent à recruter des travailleuses domestiques ou, plutôt, à s’en dédouaner. Tout concourt alors, jusqu’au seuil de l’espace privé, à performer une appartenance de privilégié occidental par une compréhension morale de la notion de privilège. Partant de principes moraux et de récits d’abus circulant sur le sujet, les Occidentaux emploient ces argumentaires pour se démarquer des Émiriens. Apparaissant en haut de la pyramide sociale, ces derniers seraient plus abusifs à l’égard des travailleuses domestiques, notamment ils seraient à l’origine de leur condition précaire, conditionnée par les contrats qui les lient. Quant à ces femmes, elles sont originaires des pays les plus pauvres, rémunérées sur des bases de salaire parfois quarante fois moindres que celui de leurs employeurs (p. 171) et fortement dépendantes administrativement, faisant qu’elles représentent l’extrême inverse du privilège.

8Les bars et boîtes de nuit, promues à Dubaï comme une forme de libéralisme moral en comparaison avec les pays voisins, sont un autre élément qui structure l’organisation sociale de la ville. Puisque sans époux et sans enfant, le monde de la nuit serait plus accessible aux célibataires. Plutôt que dans des endroits résidentiels où s’installent les familles ou les populations d’autres nationalités moins aisées, c’est dans les quartiers dans lesquels se trouvent les lieux de sortie que de nombreux Occidentaux célibataires désirent s’installer. Résider dans ces quartiers alimente alors un mode de vie « jet set » (p. 191), hédoniste, qui vient s’accoler au statut de célibataire. L’expérience du célibat, perçue comme moins contraignante, fait alors ressortir une « hétéronormativité policée » (p. 193) par laquelle les excès de contact à connotation sexuelle dans les clubs, mais aussi l’expression de l’homosexualité sont réprimés. Du monde de la nuit, les célibataires en profitent pour ensuite en revenir, notamment dans le but de « se poser » (p. 194), comme rattrapés par la norme du couple. Le fait de se poser est aussi influencé par des modes de rencontres distanciées, en ce sens que les relations excluent bien souvent les personnes non-occidentales ou au statut inférieur ; renforçant, de fait, une endogamie de classe, de race et de nationalité.

9L’ensemble de ces analyses aboutissent à une réflexion sur la notion de réussite sociale, insufflée par les politiques émiriennes qui mettent la sélectivité des individus au cœur d’un projet national. Le fait de vivre avec un salaire et un mode de vie opulents vient oblitérer cette idéologie, qui finit par associer la catégorie d’expatrié occidental à l’idée de réussite. Leurs avantages étant structurellement inscrits, les expatriés ne font face à aucune remise en cause de leur statut, notamment en raison du renvoi des classes inférieures à une altérité radicale. La comparaison implicite des politiques émiriennes au restant de la région fait de Dubaï une « ville uniquement économique, située en marge du politique » (p. 220), comme épargnée par tout type de contestation ou par la guerre, sujets passant sous tabou. Ainsi, la réussite passe par la promotion d’une certaine justice dont A. Le Renard note l’aspect genré, comme l’illustre l’absence de vols ou de harcèlement dans l’espace public. Dubaï devient pour les Occidentaux de milieux plus modestes une expérience méritoire et le résultat de sacrifices, ce qui oblige certains à adopter un discours de justification face à la cohabitation, toujours distanciée, avec les populations aux privilèges bien moindres.

10Bien que l’enquête restitue peu la voix de personnes extérieures à la catégorie analysée (ce qui aurait permis d’en enrichir la compréhension), cette recherche s’avère originale au vu du peu de travaux effectués sur les communautés expatriées dans le Golfe. Grâce à l’accessibilité de sa forme, cet ouvrage peut en outre s’avérer utile pour les personnes concernées afin de se renseigner sur les enjeux que soulèvent leur expérience à l’étranger et pour mettre des mots sur des situations dont elles souffrent parfois. Enfin, le travail d’A. Le Renard constitue une base d’informations précieuse qui aidera à penser l’aspect réflexif des conditions d’enquête dans tels contextes, en ce sens que les travaux des chercheurs sont bien souvent conditionnés par une posture à cheval entre les différentes catégories traitées dans l’ouvrage.

Book review on Amélie Le Renard, 2019, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï

11Most scholarship literature that focuses on migration in the Arab-Persian Gulf usually examines the dominated and numerically higher migrant populations. In contrast to these studies, Amélie Le Renard’s book offers a fresh perspective with her research on Western expatriates in Dubai, in particular French nationals. These individuals, who carry the categories of migrant, “resident” or “guest worker” (p. 40), conversely reveal mechanisms of categorization based on social success, by embodying a favored stratum of Dubai order; which few studies have addressed so far.

  • 2 The myth of Gulf exceptionality has been analyzed in a subsequent publication: KANNA Ahmed, LE RENA (...)

12While examining the notion of exceptionality often granted to Dubai,2 the chapters of the book are progressively organized around the exploration of the daily life of French expatriates. The reader thus discovers the world of work to then reach the intimate spheres, with a parallel constantly drawn with the life of these expatriates back in France. Rather than focusing on its discursive aspect, the author offers a postcolonial analysis of the practical use of the category of Westerner. Based on an intersectional approach that is enriched by the concept of nationality, this analysis facilitates the understanding of different identity-belonging features as inherited from the past. This angle of observation provides with a description of rapprochement and distancing dynamics to the norm, that, for the individuals concerned, is heterosexual, in couple with children, white and financially well-off.

13As a locally forged category, the status of western expatriate is the result of perceptions enameled by the British occupation’s past in the Gulf. A. Le Renard recalls how this started with the control of economic exchanges of the region, and by the importation of workforce originated from other colonies, hence becoming dependent on the crown. During the pan-Arabism movements and the first oil exportations, the west – as understood in Dubai – received preferential treatments thanks to numerous economic and military partnerships. As a consequence, foreign communities have been assigned distinctive status according to their origins and profession, guided by the growing use of a “racially excluding” ideology (p. 39).

14The first chapters are dedicated to the expatriation of Westerners in Dubai, expatriation that is understood as a labor migration. Stemming from “structural advantages” (p. 8), certain valuable skills are attributed to this community on the job market, hence becoming “Western competencies” (p. 33). The recruits are selected according to their nationality, language, type and place of education, but also the political position of their country of origin towards Dubai. Once more, the colonial past emerges from the way the candidates’ competencies are characterized, since these evoke the first oil rent’s management, with priority given to British companies. These competencies are thus strongly associated to representations of the West as a place of social success that produces highly qualified individuals who could convey their expertise. However, contracts are temporary, and Westerners are not devoid of risks of redundancy, which would imply the cancellation of their visa and the obligation to leave, since the recruiting companies are the condition to obtain it (as required by the sponsorship system or kafala). A tension between preferential treatments, and risks of departure that some fear, ends up making expatriation a structurally unstable experience. Underlying the importance of productivity, the Westerners’ recruitment is infused with a neoliberal ideology, exposing Dubai as a city dedicated to professional success, and its inhabitants as the members of an “corporation-city” (Kanna, 2011).

15The author then focuses on the “performance of occidentality” (p. 84) in the way individuals present themselves, or, on the contrary, in the way they attempt to camouflage their advantages in their self-presentation. More than influencing quotidian bodily attitudes, these performances are part of professional projects, since individuals use these behaviors to “sell themselves” (p. 83). Besides, some signs of belonging are hidden, such as the religious ones, that are more significant for other communities. The gendered differences of these performances are entangled in beauty criteria expectations that conceive femininity as “empathetic”. Women are recruited for jobs that privilege contact with clients (in the field of sales, for example), while men are more likely to hold responsibility positions for which “soft skills” consist in displaying authority.

16The next chapter looks at how Western corporeality comes with a racialization of nationality based on the “non marked marker” of whiteness (Bosa, 2012 : 135). This may involve a search for exotism, which encompasses a process of radical alteration between those who are perceived as the “locals”, the “others”, and the Westerners. The valorization of whiteness induces discrimination towards racialized French, whose narratives underlie a double-entry mode of identity categorization, one drawing on the rejection of the past back in France and the valorization of Dubai, the other revealing mechanisms of domination in this city. First, their expatriation brings out from their life in France some attributes that were unsaid, reminding them of the ordinary racism that they were victims. In Dubai, racism depreciates by envisioning this city as “multicultural” and “cosmopolitan”, which could prevent from racism. However, this is only possible at the price of a downgrading within the category of privileged. Expatriates turn up embodying a discourse of “nationality racialization” (p. 128) that they reproduce among the French community, which reveals the limits of equal opportunities as induced by cosmopolitism - and the neoliberal ideology that accompanies it.

17The hierarchies at work in the job market intervene even in the intimacy. Motivated by Emirati and international companies that favor the hiring of people who would represent the Western family ideal, heteronormativity and conjugality with children reframe intimate relationships. Since men are favored for positions which salaries are higher, they become the main providers of the household, while women learn to “become dependent” (p. 155), even though they hold a degree or were active when they lived in France. The household organization is adapted to these contingencies, especially by the recourse of maids and nannies employed for domestic tasks and childcare. The analysis of the subsequent relations shows how individuals develop narratives that aim at legitimizing such practices, or rather to clear themselves from them. Everything serves, to the threshold of the private space, to perform a Western belonging by a moral understanding of privilege. Departing from moral principles and stories of abuses vehiculating on this topic, Westerners employ these arguments to distinguish themselves from the Emiratis. On the top of the social pyramid, the latter would be more abusive towards domestic workers, especially because they are at the roots of their precarious situation, that is conditioned by the contracts that bind them. As for these women, they come from the poorest countries, work with minimum wages sometimes forty times lower than that of their employers (p. 171) and are strongly dependent administratively, hence representing the other extreme of Emirati privileges.

18Bars and night clubs, promoted in Dubai as a form of moral liberalism in comparison with the neighboring countries, are another element that structure the social organization of the city. As they do not have a spouse or children, night life appears as more accessible to singles. Many of them tend to settle in the neighborhoods where these places of entertainment are located, rather than in the residential areas where families or less well-off people live. Living in night life neighborhoods hence nurtures a “jet set” (p. 191), hedonistic lifestyle that goes along with celibacy. This status, perceived as less constraining, emphasizes a “policed heteronormativity” (p. 193) by which excesses of physical contact in clubs, but also displays of homosexuality, are repressed. Singles enjoy Dubai’s night life, but they also come back to it, especially in order to build a family, to “alight” (p. 194), as lapped by the conjugal norm. To alight is also influenced by modes of distanced encounters, as these exclude non-Western or less well-off individuals, thereby reinforcing a class, race and national endogamy.

19These analysis lead to a reflection on the notion of social success as imparted by the Emirati policies, for which individuals’ selectivity is at the core of a national project. Living with a high salary and way of life validates this ideology that turns up associating the category of Western expatriate with the idea of success. As their advantages are structurally inscribed, expatriates do not face any questioning of their status, especially because other classes are referred to as a radical alterity. The implicit comparison of Emirati policies to the rest of the region makes Dubai a “uniquely economic city, situated in the margins of the politics” (p. 220), as if spared from any kind of contestations or wars; subjects that are placed under taboo. As a consequence, success goes along with a certain image of justice of which A. Le Renard recalls its gendered aspect, as illustrated by the absence of theft or harassment in public space. For the Westerners originated from more modest milieus, Dubai becomes a meritorious experience and the result of sacrifices, which obliges some of them to adopt a discourse of justification in the ever-distanced cohabitation with less privileged populations.

20Although the survey does not capture the voices of people who are not included in the category analyzed (which could have enriched its understanding), this research is original in light of the little work conducted on expatriate communities in the Gulf. Thanks to its accessible writing style, this book can be useful for those who are concerned and who seek to learn about the issues raised by their experience abroad; and to put into words the situations they sometimes suffer from. Finally, A. Le Renard's work constitutes a precious information base that could help think of the reflexive aspects of the field in such contexts, in the sense that researchers’ investigations are very often conditioned by a straddling posture between the different categories examined in the book.

Haut de page

Bibliographie

BOSA Bastien, 2012, « 5. Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness », in Fassin Didier (éd.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, p. 129-145.

GARDNER Andrew, 2010, City of strangers. Gulf migration and the Indian community in Bahrain, New York, Cornell University Press.

KANNA Ahmed, 2011, Dubai: The city as corporation, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Haut de page

Notes

1 La question de l’exceptionnalité golfienne a par ailleurs fait l’objet d’une publication ultérieure : KANNA Ahmed, LE RENARD Amélie, VORA Neha, 2020, Beyond exception. New interpretations of the Arabian Peninsula, Ithaca, Londres, Cornell University Press.

2 The myth of Gulf exceptionality has been analyzed in a subsequent publication: KANNA Ahmed, LE RENARD Amélie, VORA Neha, 2020, Beyond exception. New interpretations of the Arabian Peninsula, Ithaca, London, Cornell University Press.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Breteau, « LE RENARD Amélie, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14984

Haut de page

Auteur

Marion Breteau

American University of Kuwait, Associate Researcher at the CEFAS Kuwait ; marionbreteau[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search