Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesBELATIK Mohamed, Imārat Banī Abī-l-ʽ(…)

Lectures

BELATIK Mohamed, Imārat Banī Abī-l-ʽĀfiyya. Musāhamat fī dirāsat ta’rīḫ wa-aṯār al-Maġrib al-wasīṭ al-aʽlā

Dār al-Amān, 2018
Aurélien Montel
Référence(s) :

BELATIK Mohamed, 2018, Imārat Banī Abī-l-ʽĀfiyya. Musāhamat fī dirāsat ta’rīḫ wa-aṯār al-Maġrib al-wasīṭ al-aʽlā, Rabat, Dār al-Amān, 570 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2010 et préparée à l’université Hassan-II de Mohammedia-Casablanca, sous la direction de Zoulikha Benramdan. Mohamed Belatik y expose le fruit de longues recherches, entamées dès les années 1990, relatives à l’inscription spatiale du clan des Banū Abī-l-ʽAfiyya.

2Appartenant à la tribu berbère des Miknāsa, qui était elle-même rattachée à la grande confédération des Zanāta, ce clan fit irruption dans le nord-est du Maroc au début du ive/xe siècle, dans le sillage des bouleversements introduits par la naissance du califat fatimide d’Ifrīqiya (297/909). Comme d’autres, les Banū Abī-l-ʽĀfiyya saisirent là l’opportunité de se tailler une principauté, un véritable émirat (imārat), qui s’étirait des contreforts du Moyen-Atlas à l’embouchure de la Moulouya : en ce dernier théâtre, les émirs parvinrent à se maintenir au pouvoir jusqu’à la conquête almoravide, durant les années 460/1060.

3Cet ouvrage prend donc le parti, audacieux, de proposer une autre histoire du Maroc. Conscient de l’originalité de son sujet (p. 25), l’auteur assume en effet l’écriture d’une histoire doublement périphérique :

  • D’abord parce qu’il s’écarte, dans l’espace, de l’histoire des grands pôles urbains du Maroc, en particulier de ses capitales impériales, où résidaient les pouvoirs, les cours et les lettrés, et sur lesquelles la plupart des sources médiévales comme des études modernes se sont focalisées.

    • 1 Voir par exemple le cas d’Idrīs II, dont l’image, qui s’est sédimentée sur plusieurs siècles, a été (...)
    • 2 Voir par exemple al-ʽArabī Ismāʽīl (1983), Dawlat al-Adārisa, mulūk Tilimsān wa-Fās wa-Qurṭuba, Bey (...)

    Ensuite parce qu’il prend le parti (le risque ?) de traiter des premiers siècles de l’époque islamique au Maghreb-Extrême, où tant de choses restent à écrire. Malgré quelques jalons importants, l’histoire de la région avant sa conquête par les Almoravides dans les années 450/1060 reste en effet méconnue, en raison notamment de l’éclatement du pouvoir et de l’atomisation politique que l’on peut y constater. Ainsi, l’histoire de la dynastie idrisside, connue seulement par des sources extérieures ou bien réécrites plus tardivement et dont les méandres sont incroyablement complexes1, continue de souffrir de l’absence d’une synthèse faisant autorité2.

4La tâche était ardue, et, au vu de la présentation des sources dressées en introduction (p. 30-40), l’auteur en avait pleine conscience. Les seuls récits globalement cohérents qui furent consacrés aux Banū Abī-l-ʽĀfiyya sont ceux que l’on retrouve dans le Aʽmāl al aʽlām du Grenadin Lisān al-Dīn b. al-Ḫaṭīb (713/1313-776/1375), puis dans les ʽIbar d’Ibn Ḫaldūn (732/1332-808/1406) : en plus d’être très tardifs, ils sont globalement très succincts. Dans les sources antérieures, l’information au sujet du clan est riche, mais éparpillée dans une multitude de textes, qui font, de-ci de-là, référence au lignage que nous intéresse. L’auteur a notamment fait un usage intensif de l’indispensable Muqtabis de l’Andalou Ibn Ḥayyān (377/987-469/1076) qui, dans son récit détaillé – absolument déroutant par son foisonnement – de la politique maghrébine du califat de Cordoue, fait souvent référence aux Banū Abī-l-ʽĀfiyya. Plusieurs documents épistolaires en ont été extraits et sont présentés en annexe (p. 505-534). L’auteur a également tiré grand profit du récent mouvement de publication de sources ismaéliennes relatives à la période ifrīqiyenne du califat fatimide (297/909-567/1171), notamment l’œuvre du cadi al-Nuʽmān (m. 363/974), qui éclairent d’un nouveau jour l’histoire du Maghreb en général, de ce lignage en particulier. Cet éclatement des mentions rend le dossier documentaire extrêmement complexe, car il rassemble des données très variables, qui ne sont pas toujours compatibles lorsqu’elles ne sont pas franchement contradictoires.

5L’un des points forts de l’ouvrage est cependant de confronter, de compléter et de discuter les données tirées des textes aux résultats de longues et nombreuses prospections archéologiques, novatrices car menées dans des régions habituellement ignorées par les programmes de fouille.

6La combinaison de ces deux approches permet une étude novatrice, qui questionne la naissance et l’ancrage de ce lignage, de son pouvoir, voire – le terme peut-il être employé ? – de son État.

7L’ouvrage suit un plan en trois parties.

8La première (p. 41-152) propose une longue synthèse sur le Maghreb-Extrême, du début du ive/xe siècle au milieu du ve/xie siècle. L’auteur y déroule, de manière rapide, les grands enjeux géopolitiques régionaux, mettant en lumière la déliquescence progressive du pouvoir des Idrissides de Fès, dans le contexte notamment du vaste conflit qui a opposé les deux califats de l’Occident musulman pour le contrôle de la région. Les Omeyyades d’al-Andalus comme les Fatimides d’Ifrīqiya se sont en effet durement affrontés, par alliés interposés, dans cette région stratégique car sécurisant – ou permettant, selon le point de vue – l’accès au détroit de Gibraltar. Cette première partie dégage un certain nombre de pistes de réflexion en montrant que l’apparition de l’émirat des Banū Abī-l-ʽĀfiyya n’est pas un fait isolé : des émirats strictement contemporains ont fleuri dans toute la région, portés en particulier par les Maġrāwa (qui contrôlèrent, jusqu’à l’arrivée des Almoravides, les régions de Siğilmāsa, d’Aġmāt et de Fès) et les Banū Yfrān (Salé). Cet exposé (géo)politique est complété par un panorama sur la société, l’économie, le commerce au Maghreb-Extrême – l’effort de contextualisation peut être salué, même si l’ensemble demeure un peu superficiel, bien que traitant parfois d’espaces bien éloignés de l’émirat étudié.

  • 3 Ce que Laroussi Amri, sociologue de la tribu maghrébine médiévale, a appelé une « allégeance client (...)

9La seconde partie retrace, méticuleusement, l’histoire de ce lignage des Banū Abī-l-ʽĀfiyya (p. 153-292), dont on constate paradoxalement que l’origine reste floue. Tout au plus peut-on remarquer qu’il apparaît dans les lumières de l’Histoire à la faveur de la politique impériale menée par les Fatimides dans la région, à la fin des années 300/910 et au début des années 310/920. Porté par un homme charismatique, Mūsā b. Abī-l-ʽĀfiyya (m. 326/938), puis par ses fils et descendants, le lignage a d’abord su se jouer des rivalités califales pour s’imposer comme une courroie de transmission du pouvoir central, d’abord fatimide, puis, à partir de 324/935, omeyyade. Renforcé par la légitimité apportée par la reconnaissance de l’État central, par l’entrée symbolique dans une administration impériale, Mūsā put ensuite se tailler un domaine. Sur ce point, Mohamed Belatik reprend l’argumentaire des sources médiévales : la stratégie de Mūsā aurait eu comme seul objectif d’obtenir richesses et gratifications, ce désir expliquant à lui seul le revirement au profit de Cordoue3. C’est une explication d’autant plus limitée qu’elle esquive la question fondamentale du glissement qui permet à la tribu de devenir État, au charisme de devenir administration – peut-être par excès de confiance à l’égard des sources médiévales, et en particulier du schéma khaldûnien.

10Il s’agit évidemment d’une problématique éminemment complexe, qui fut par ailleurs traitée par une littérature foisonnante, peut-être déroutante. Une discussion théorique, même rapide, aurait cependant permis de réaffirmer le potentiel politique de la tribu, assumé dès le titre de l’ouvrage, et de mettre en relation avec celui-ci une série de faits qui ne sont pas, ici, interprétés à leur juste valeur : s’il est évident que le projet politique des Banū Abī-l-ʽĀfiyya est méconnu faute de sources, peut-on réellement négliger le fait que les sources tardives accusèrent Mūsā d’avoir voulu exterminer la famille idrisside pour mieux la supplanter ? En revanche, l’auteur constate que le charisme du fondateur s’est progressivement étiolé, et avec lui l’assiette territoriale de l’émirat, qui se contracta progressivement sur la côte méditerranéenne du Rif oriental au fil des décennies. Le système administratif, fiscal, et judiciaire des Banū Abī-l-ʽĀfiyya demeure cependant, en dépit d’une histoire qui s’étire sur un siècle et demi, très mal connu, et les quelques renseignements rassemblés par l’auteur semblent confirmer la place centrale de l’émir et de ses proches – la transition de la tribu à l’État restant donc, a priori, inachevée.

11La troisième et dernière partie (p. 293-477) repose plus spécifiquement sur les nombreuses prospections archéologiques menées par l’auteur dans le territoire sous contrôle des Banī Abī-l-ʽĀfiyya. Avant d’en venir à ses conclusions, il faut souligner l’ampleur du travail effectué, qui peut être comparé à une véritable carte archéologique, et ce dans une région où l’archéologie islamique demeure encore balbutiante. Cette partie, qui analyse l’occupation de l’espace et la géographie du fait urbain dans l’émirat étudié, se constitue en fait d’une série de monographies relatives à des sites précis : pour chacun d’entre eux, l’auteur étudie et discute la toponymie, rassemble les données textuelles, justifie la localisation proposée et procède à une présentation du site, grâce notamment à de nombreuses illustrations.

12Le plus important est évidemment Tsūl, que les sources médiévales disent avoir été la « capitale » de Mūsā b. Abī-l-ʽĀfiyya (p. 298-338). Située dans le corridor de Taza, qui était avant l’époque contemporaine le seul passage aisé entre les grandes plaines du Maghreb-Extrême et du Maghreb central, la ville était stratégique. Elle demeure pourtant très mal connue, n’ayant jamais intéressé les géographes arabes – même le grand al-Bakrī (m. 487/1094) n’en dit mot dans son monumental Livre des itinéraires et des royaumes. La synthèse proposée ici est donc de première importance, documentant en détail un site manifestement essentiel pour l’histoire du Maroc des premiers siècles. D’autres sites sont également présentés, dont certains existent toujours (Guercif, Taza, Melilla). Pour ceux qui ne sont plus que vestiges (Ğāra, al-Kāy, Ğarmāṭ, tous trois situées à proximité de Tsūl), Mohamed Belatik est le premier à proposer une localisation argumentée, la géographie arabe médiévale restant relativement peu utile pour ces régions, mais aussi un premier rapport archéologique – le minutieux travail réalisé ici est donc primordial, démontrant l’investissement de ce passage stratégique, mais aussi l’intérêt archéologique de la région. Une liste de sites plus secondaires, et notamment de structures fortifiées, vient compléter cette première strate de données (p. 403-443) : en proposant, là encore pour la première fois, la localisation de nombreux sites secondaires, l’auteur fournit un panorama relativement complet de l’occupation du territoire par les Banū Abī-l-ʽĀfiyya. Le chapitre se clôt par une comparaison avec de grandes cités contemporaines, mais extérieures au domaine des Banū Abī-l-ʽĀfiyya (Fès, Asilah, Basra, Tlemcen…) : mieux connues, elles fournissent un référentiel important, quoique l’analyse soit ici assez brève.

13Cet ouvrage, novateur à plusieurs égards, renouvelle de manière importante l’historiographie du Maghreb-Extrême des premiers siècles de l’époque islamique. En retraçant l’histoire d’un lignage négligé, il offre une passionnante étude de cas, montrant comme des acteurs jugés périphériques ont pu manœuvrer et accéder au pouvoir dans une région stratégique, puis s’y maintenir et se construire une solide assise territoriale. L’ensemble est en outre accompagné d’une très riche documentation iconographique (101 photos dont une majorité en couleurs) et cartographique (17 cartes, 8 plans), qui éclaire le raisonnement de manière bienvenue.

14Si l’on peut regretter l’absence de questionnement théorique sur l’épineux problème de l’émergence de l’État – pourtant abordée sous bien d’autres angles, Mohamed Belatik signe une contribution majeure, éclairant de manière précise le processus par lequel, dans tout le Maghreb, les Berbères ont accédé au pouvoir en investissant les vieux cadres politiques hérités de la conquête islamique – leur trajectoire est en effet absolument comparable à celle des émirs zénètes du Maghreb-Extrême, dont l’histoire demeure encore mal connue, mais aussi aux Zirides d’Ifrīqiya.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le cas d’Idrīs II, dont l’image, qui s’est sédimentée sur plusieurs siècles, a été analysée par Herman Beck (Beck Herman, L’image d’Idrīs II, ses descendants de Fās et la politique shārifienne des sultans mérinides (656-859/1258-1465), Leyde, Brill, 1989).

2 Voir par exemple al-ʽArabī Ismāʽīl (1983), Dawlat al-Adārisa, mulūk Tilimsān wa-Fās wa-Qurṭuba, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī et Ismāʽīl, Maḥmūd (1991), al-Adārisa (172-375). Ḥaqā’iq ǧadīda, Le Caire, Maktabat Madbūlī. En langue française, la meilleure publication sur les Idrissides demeure la longue introduction historique au Corpus des dirhams idrisites et contemporains (Eustache Daniel, Études sur la numismatique et l’histoire monétaire du Maroc. Corpus des dirhams idrisites et contemporains, Rabat, Banque du Maroc, 1971).

3 Ce que Laroussi Amri, sociologue de la tribu maghrébine médiévale, a appelé une « allégeance clientéliste » (Amri Laroussi, Pour une sociologie des ruptures. La tribu au Maghreb médiéval, Tunis, Université de Tunis-I, 1997, p. 169-170, 174-175).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Montel, « BELATIK Mohamed, Imārat Banī Abī-l-ʽĀfiyya. Musāhamat fī dirāsat ta’rīḫ wa-aṯār al-Maġrib al-wasīṭ al-aʽlā », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14995

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search