Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149SECONDE PARTIELecturesEYCHENNE Mathieu, PRADINES Stéphane (…)

Lectures

EYCHENNE Mathieu, PRADINES Stéphane et ZOUACHE Abbès (dir.), Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (xe-xve siècle)

Ifao/Ifpo, 2019
Mehdi Berriah
Référence(s) :

Mathieu Eychenne, Stéphane Pradines et Abbès Zouache (dir.),2019, Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (xe-xve siècle), Ifao/Ifpo.

Texte intégral

  • 1 Abbès Zouache et M. Eychenne (dir.), La guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe s.). État de (...)
  • 2 Abbès Zouache, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques m (...)

1Ce volume rassemble les actes du second colloque du programme de recherche « Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval » qui a eu lieu au Caire en décembre 2011et était dirigé par Mathieu Eychenne, Stéphane Pradines et Abbès Zouache. Le premier colloque, tenu en novembre 2010 à Damas, a fait l’objet d’une publication en 20151. La publication du second, retardée pour diverses raisons, était donc très attendue. Les études sur le fait guerrier dans le Proche-Orient médiéval sont suffisamment rares pour que nous nous réjouissions de la publication de cet ouvrage. On ne peut que saluer le travail fourni par les trois éditeurs et les auteurs des articles, livrant ici une importante contribution qui comble un vide historiographique encore patent dans les champs des études sur la guerre, notamment en langue française. Cette publication, enfin, confirme la dynamique des travaux sur la question amorcée depuis les années 2010, en grande partie, par ceux d’Abbès Zouache2.

2Cet ouvrage, dense, se compose de vingt contributions classées en quatre parties. La première, « Le guerrier : le corps et l’esprit », s’ouvre avec l’article d’Abbès Zouache, « Guerre et culture dans l’Orient musulman médiéval. Astrologie et divination » (p. 17-70). L’auteur met en évidence les liens qui ont pu s’opérer entre la guerre et la culture astrologico-divinatoire dans l’Orient médiéval et cela malgré les mises en garde et les attaques répétées de certains oulémas, pour la plupart sunnites, contre la pratique de cette dernière (p. 21-22, 50). Si le rôle des astrologues en tant que conseillers militaires en matière de stratégie et tactique auprès des chefs politiques et de guerre est indéniable, il ne faut tout de même pas généraliser. En effet, tous les souverains et chefs de guerre ne pratiquaient et n’acceptaient pas l’astrologie divinatoire de même que tous ne firent pas appel au service des astrologues. Si l’examen des sources dénote une sollicitation des astrologues au cours des deux premiers siècles abbassides, il montre que le phénomène s’estompe sous les Fatimides, puis davantage sous les Ayyoubides et les Mamelouks. S’il est difficile - voire impossible -, faute de données suffisantes, de trancher sur la question de savoir si les soldats du rang pouvaient eux aussi pratiquer l’astrologie divinatoire, à l’instar de leurs maîtres, Abbès Zouache suppose, à partir de quelques indices glanés dans les sources, qu’ils pouvaient consulter des astrologues plus populaires et moins savants (p. 59).

3Tout aussi méconnue est la relation entre le parfum et la guerre que Julie Bonneric propose d’aborder dans « L’odeur du guerrier, un parfum d’immortalité sur le champ de bataille. À propos de trois mentions du Ta’rīḫ d’al-Ṭabarī (m. 310/923) » (p. 71-83). S’appuyant sur trois passages de la chronique d’al-Ṭabarī, l’auteure s’interroge sur l’utilité du parfum sur le champ de bataille, lieu où se mêlent diverses odeurs nauséabondes. Lieu où les armes, les armures et le cheval sont naturellement plus importants, que ce soit pour le combat ou pour signaler son appartenance à l’élite. Dans les trois cas analysés par Julie Bonneric, le combattant s’oint de parfum avec la détermination de mourir en martyr sur le champ de bataille pour obtenir la satisfaction de Dieu et ainsi mériter l’ultime récompense céleste. Ce constat montre que, dans le cadre du jihad, le parfum semble avoir joué un rôle symbolique. Il fait écho à moult traditions prophétiques au sujet du Paradis et du goût qu’avait le Prophète pour les parfums. En outre, le parfum purifie le combattant et constitue, pour lui, un moyen de transcender sa condition d’humain et de se préparer à passer dans l’au-delà pour rejoindre le Paradis, demeure des muscs, senteurs et odeurs parfaites.

  • 3 Abbès Zouache, « Une culture en partage : la furūsiyya à l’épreuve du temps », Médiévales 64, 2013, (...)

4La furūsiya est au cœur de l’article d’Agnès Carayon, « Représenter son identité, imposer son pouvoir. Les jeux guerriers des Mamelouks et la symbolique de la furūsiyya », (p. 87-113). La littérature abondante, mais paradoxalement méconnue, de la furūsiyya reste encore trop peu défrichée malgré un certain dynamisme de la recherche française dans le domaine depuis les années 20103. Dans son article, Agnès Carayon s’intéresse à la mise en scène de différents exercices et jeux de la furūsiyya (chasse, polo, lance, qabaq) que pratiquaient l’élite mamelouke. Plus qu’une utilité militaire évidente, la pratique de la furūsiyya était, à la fois, l’expression d’une certaine identité mamelouke, en tant que guerriers et seigneurs de guerre par excellence, et une représentation symbolique de leur pouvoir.

  • 4 David Nicolle, Late Mamlūk Military Equipment, Presses de l’Ifpo, Damas, 2011.

5La contribution de David Nicolle, « Helmets or Hard-Hats ? Some Wood-Lined Headgear from Mamluk Syria » (p. 115-127) démontre, encore une fois, la nécessité de la confrontation des données textuelles et des résultats des fouilles archéologiques dans l’étude de l’équipement militaire. L’auteur examine quelques exemplaires de casques provenant du site de la forteresse d’al-Raḥba située sur la rive ouest de l’Euphrate, conservés aujourd’hui au National Museum de Doha au Qatar. Ces casques, fabriqués à base de bois et de cuir durci, sont en assez bon état de conservation. Les motifs, une fleur de lys ou le lion de Baybars, sont clairement identifiables. Outre la datation au carbone 14, David Nicolle croise, avec succès, les données archéologiques avec les descriptions d’armement que contiennent les sources narratives, ce qui le conduit à s’interroger sur l’utilisation de ces casques : étaient-ils portés pendant les combats sur les champs de bataille ou bien seulement lors des parades et défilés militaires (p. 116) ? Ces précieuses trouvailles et leurs conclusions sur l’armement mamelouk s’ajoutent à celles déjà exposées par l’auteur dans son précédent Late Mamūk Military Equipment4. Les conclusions tirées de l’analyse de ces casques corroborent l’hypothèse, pour le moins évidente, que les soldats de l’armée mamelouke ne bénéficiaient pas tous du même équipement et armement selon qu’ils étaient des Mamelouks du sultan résidents au Caire ou des soldats d’une garnison d’une place forte située aux marches frontières du sultanat. On appréciera en annexe le report des inscriptions sur les casques, les descriptions d’armements tirées des chroniques (p. 120-121) ainsi que les photographies d’excellente qualité des casques en question (p. 123-127).

  • 5 Abbès Zouache, « Théorie militaire, stratégie, tactique et combat au Proche-Orient (Ve-VIIe/XIe-XII (...)
  • 6 Abbès Zouache, « Têtes en guerre au Proche-Orient. Mutilations et décapitations, Ve-VIe/XIe/XIIe si (...)

6L’étude du corps dans la guerre constitue l’une des perspectives de recherche qui s’offrent à ceux s’intéressant au fait guerrier à la période médiévale5. À la suite d’Abbès Zouache6, Timothy May s’intéresse lui aussi à la question dans « The Mongol Body at War » (p. 129-138). L’auteur met en exergue l’impact de l’utilisation de l’arc composite, arme de prédilection des Mongols, sur le corps des archers. Les torsions et tirs à répétitions que réalisaient l’archer mongol tout au long de sa vie affectaient nécessairement les tendons, nerfs et doigts des mains. S’ils semblent ne pas avoir trouvé de solution pour remédier à ce problème physique, les Mongols mirent au point un moyen astucieux et efficace pour se protéger des tirs des archers ennemis : non pas l’idée répandue d’une robe en soie (p. 133) mais la confection d’armures à lamelles en cuir ou en métal superposées et reliées les unes aux autres par des fils de soie, permettant ainsi d’éviter, souvent, que la flèche ne pénètre l’armure (p. 133-134).

  • 7 Traduction proposée du titre de l’article écrit en arabe.
  • 8 Abbès Zouache, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques m (...)
  • 9 Mehdi Berriah, Les Mamelouks et la guerre : stratégies, tactiques et idéologie (1250-1375), thèse, (...)
  • 10 David Ayalon, « The Auxiliary Forces of the Mamluk Sultanate », Islam and the Abode of the War. Mil (...)

7La contribution de Umayma Ḥasan al-Mahdī, « Les caractéristiques militaires des Turcomans aux xie-xiie siècles7 », (p. 139-161) clôt cette première partie. Abbès Zouache s’était déjà penché sur la question8. La participation des Turcomans dans l’effort de guerre mamelouk bahrite a, elle aussi, été, récemment, analysée9. Ces travaux permettent de renouveler la question de l’importance et du rôle des Turcomans dans les armées musulmanes du Proche-Orient en apportant de nouvelles données depuis l’étude de David Ayalon10. En début d’article, Umayma Ḥasan al-Mahdī met assez bien en évidence la confusion qui règne au sujet de l’identification des Turcomans due aux diverses interprétations des sources. Les Turcomans ont été d’une aide précieuse dès les premiers combats des Seldjoukides en Asie centrale. Nomades, ils pratiquèrent, à l’instar des autres peuples de la steppe, un art de la guerre combinant, entre autres, archerie montée, mobilité, rapidité et son corollaire qu’est l’absence de train logistique. Ils eurent, en revanche, des compétences assez limitées dans la poliorcétique et la marine. Il semble que la question du traitement des prisonniers par les Turcomans trouve difficilement sa place dans l’article et que celle-ci n’aurait peut-être pas dû être abordée faute de données suffisantes dans les sources, ce que relève d’ailleurs l’auteure elle-même. (p. 156).

8La deuxième partie, « Des pouvoirs dans la guerre : organisation et représentations », comprend, elle aussi, six contributions. Guerre et paix sont indissociables et, pour parvenir à cette dernière, la diplomatie est l’outil premier. C’est donc à l’activité diplomatique byzantine que Nicolas Drocourt s’intéresse dans « L’activité diplomatique pendant les campagnes militaires de l’empereur byzantin, xe-xiie siècle » (p. 165-188). La diplomatie byzantine revêt divers aspects : le premier, et sans doute le plus important, est que l’empereur est le pôle de cette diplomatie et non son palais. Par conséquent, le centre diplomatique byzantin est mouvant selon l’endroit où l’empereur se trouve. Le second aspect est l’intense et incessante activité diplomatique pendant les campagnes militaires. Troisième et dernier aspect de la diplomatie et de la négociation byzantines, les modalités de procédure variant selon le contexte : exhibition du faste et de la puissance militaire de l’empereur lors de la réception des émissaires, pression psychologique en faisant attendre les messages ou encore avec le refus de don. Comme le souligne Nicolas Drocourt, les autorités byzantines ont toujours le souci, sauf exceptions rares, de protéger les émissaires. Comme le rappelle l’auteur, les objectifs de la diplomatie mis en avant dans les traités didactiques des stratèges byzantins, corroborées par les chroniqueurs, sont double : éviter la guerre et dissuader les ennemis d’attaquer l’Empire.

9Dans sa contribution « Rendre la justice en temps de guerre. Les juges de l’armée aux trois premiers siècles de l’hégire » (p. 189-215), Mathieu Tillier défend l’idée que les armées musulmanes des viie-ixe siècle ne firent appel que de manière marginale à des cadis ordinaires. En croisant une étude approfondie des dictionnaires biographiques et la littérature dite des siyar, l’auteur montre que la tâche de rendre la justice dans l’armée incombait à des commandants et officiers (même si d’autres agents judiciaires ont pu être parfois impliqués). Le traitement de la justice semble aussi dépendre de la tradition juridique des responsables avec une lutte d’influence entre Syriens et Irakiens hanafites, avec également une tentation de recourir au calife comme seule autorité judicaire. Des luttes d’influences pour l’autorité judicaire sont ainsi perceptibles (p. 210-212). Le qāḍī al-ʿaskar a longtemps été perçu comme étant un « cadi ordinaire » puisque c’est cette image qui transparaît dans la littérature de la judicature ainsi que dans les sources biographiques. Cela étant, il est possible de penser, qu’à de rares exceptions, des cadis « civils » se sont vu, dans les premiers siècles, attribuer la tâche de rendre justice dans les armées.

10Contrairement aux idées reçues, la guerre ne fut pas toujours exclusivement une affaire d’hommes. Les femmes pouvaient aussi jouer un rôle important et prendre une part active dans les conflits. L’article de Delia Cortese, « A Patron of Men. Sitt al-Mulk and the Military at the Fatimid Court » (p. 217-234) confirme ce phénomène avec l’exemple de Sitt al-Mulk, fille du calife al-‘Azīz (m. 386/996) et demi-sœur du futur calife al-Ḥākim (m. 411/1021). L’auteure montre comment elle réussit à obtenir un pouvoir militaire via le soutien des chefs militaires orientaux et de leurs troupes et, de cette manière, peser et influencer les tractations relatives aux affaires de la succession de la dynastie.

11Dans « L’armée du jour ou l’armée de la nuit ? Guerre, mobilisation des ressources et société civile sous le règne d’al-Ẓāhir Barqūq » (p. 234-250), Julien Loiseau s’intéresse aux moyens mis en œuvre par Barqūq afin de financer l’effort de guerre du sultanat mamelouk contre la menace timouride qui se profilait déjà à l’horizon en 1387, avant de frapper durement la Syrie en 1394 sous le règne de son fils Farāj. Le train de vie fastueux de l’élite militaire et les dépenses de l’armée, en regard avec le déclin démographique provoqué par les épisodes de peste noire et ses corollaires que furent la baisse de l’impôt foncier et le recul de la mise en valeur des terres, ne firent qu’aggraver le déficit du sultanat (p. 238-239). Cette situation financière précaire poussa Barqūq, pour faire face au danger que représentait l’avancée de Tamerlan, à obtenir de nouveaux revenus par des moyens nouveaux comme la mise en place de mukūs (impôts non légiférés par la sharia) ce qui provoqua colère et indignation au sein de la population civile. D’autres mesures, exceptionnelles, comme l’emprunt de l’argent des orphelins ou la taxation des waqf-s suscitèrent l’opposition de certains oulémas à l’instar du shaykh Sirāj al-Dīn al-Bulqīnī (m. 805/1403).

12La guerre influence aussi l’architecture. C’est à ce point que sont consacrées les deux dernières contributions de cette seconde partie. Dans son article, « Maintien de la paix et protection du territoire. Le réseau fortifié des Ottomans en Égypte », Stéphane Pradines s’intéresse au réseau de forteresses ottoman d’Égypte. À partir de l’analyse d’une série de fortins (Rosette, la tour du Muqaṭṭam au Caire, ou encore en mer Rouge avec al-Quṣayr, al-Ṭūr et ʿAjrūd), il conclut que, paradoxalement, leur rôle premier ne fut pas militaire. De taille modeste, ces fortins étaient, plutôt, des points de contrôle et de surveillance des routes et des points d’eau. Ils servaient, d’une part, à maintenir la sécurité en limitant les risques d’attaques et, d’autre part, étaient le lieu où se réglaient les tensions et les litiges entre les populations locales. Enfin, c’est dans ces fortins que les tribus, qui servaient de troupes auxiliaires dans la sécurisation des routes, recevaient leurs soldes. On appréciera les différentes illustrations ainsi que les cartes et photographies réalisées dans le cadre du programme de recherche « Fortifications médiévales d’Égypte » (p. 273-287). L’article de Cyril Yovitchitch a pour objet l’architecture militaire ayyoubide. Si le contexte guerrier a eu indéniablement une influence sur la construction d’ouvrages défensifs et de tours, les Ayyoubides surent allier à la force et à la puissance de leurs ouvrages, confort, faste et décoration. Ainsi, les forteresses et leurs ouvrages défensifs représentaient le pouvoir ayyoubide par leurs décors et inscriptions monumentales. L’auteur a pris le soin de mettre en fin d’article des illustrations et des photographies d’ornements d’époque ayyoubide, présents sur plusieurs fortifications égyptiennes et syriennes (p. 313-327).

13La troisième partie, « La guerre et la ville : population et espace urbain », s’ouvre avec la contribution de Vanessa Van Renterghem, « La ville en guerre et la guerre dans la ville. Bagdad et les Bagdadiens entre sièges, combats et retours à la paix pendant la période seldjoukide » (p. 331-356). Les années 1055 à 1176 comprennent une période d’épisodes guerriers opposant les sultans seldjoukides et les califes abbassides autour de la ville Bagdad qui fut assiégée à de nombreuses reprises. À partir d’auteurs contemporains témoins des évènements, à l’instar du célèbre savant hanbalite Ibn al-Jawzī (m. 1201), Vanessa Van Renterghem réussit à faire ressortir l’impact de ces conflits aussi bien sur les civils (morts, blessés, destruction de biens matériels, déplacement forcé vers des zones moins exposées aux combats, inflation,) que sur l’espace urbain avec les dommages et les modifications qui en ont résulté. L’analyse de ces conflits met aussi en lumière l’existence d’une certaine unité et d’une cohésion autour du calife chez les Bagdadiens de toutes origines sociales (même de ceux perçus comme fauteurs de troubles en temps normal) et de confessions, phénomène qui dépassait les traditionnelles tensions religieuses sunnites-chiites qui émaillèrent, de temps à autres, l’histoire de la capitale abbasside.

  • 11 Traduction du titre de l’article écrit en arabe.

14Dans son article, « Le texte de ʿImād al-Dīn al-Kātib al-Iṣfahānī au sujet de la muraille de Saladin autour du Caire et de Fusṭāṭ. Étude analytique11 » (p. 357-370), Usāma Ṭalaʿat ʿAbd al-Naʿīm nous propose une étude philologique de la description du projet de construction d’une muraille tout autour du Caire et de Fusṭāṭ par Saladin pendant la période de son vizirat en Égypte. Ce récit, que l’on trouve dans diverses chroniques d’auteurs tardifs (Ibn al-Athīr, al-Maqrīzī, Ibn Taghrībirdī), tire en réalité son origine du livre al-Barq al-Shāmī de ʿImād al-Dīn al-Iṣfahānī (m. 1201) que l’auteur a méticuleusement reconstitué et soigneusement corrigé à partir des récits de différentes chroniques.

15Outre des raisons économiques, la guerre et ses destructions peuvent elles aussi être la cause du déclin d’une ville à l’instar de la celle de Tinnīs comme l’étude d’Alison L. Gascoigne et John P. Cooper, « Tinkers, Tailors, Soldiers and Sailors. The City of Tinnīs in the 11th-13th Centuries » (p. 371-379), le démontre. Cet ancien centre manufacturier important, situé sur les rives du lac de Manzala, sur la partie orientale du Delta, déclina et fut laissé à l’abandon par les Ayyoubides qui l’ont jugé trop vulnérable face à la pression exercée par les fréquentes attaques maritimes des croisés sur la côté nord égyptienne au cours du xiie siècle.

16Les Mamelouks ne concédèrent qu’une importante défaite face aux Ilkhanides lors de la bataille de Wādī al-Khāzindār en décembre 1299. Son corollaire fut l’occupation temporaire d’une partie de la Syrie par les troupes de Ghazan et leurs alliés arméniens, occupation au cours de laquelle des combats eurent lieu notamment dans Damas et ses faubourgs. Dans « Damas 1300. Une ville dans la guerre à l’époque mamelouke » (p. 385-417), Mathieu Eychenne scrute la matérialité des combats et leurs effets destructeurs sur l’espace urbain. À partir de la confrontation des sources mameloukes, notamment celles de témoins oculaires, l’auteur reconstitue et replace dans l’espace et le temps, le déroulement des destructions et des pillages qu’ont connu Damas et ses faubourgs proches. L’étude montre que la guerre joue un rôle important dans la refondation de l’espace urbain. Cette étude vient s’ajouter à celle de Reuven Amitai, Denise Aigle et Yahya Michot, qui analysent l’évènement sous un autre angle, en faisant de l’occupation mongole de 1300 l’un des épisodes de la guerre ilkhano-mamelouke des plus étudiés et des mieux connus. En fin d’article, la cartographie retraçant avec précision les épisodes des pillages et destructions apporte une plus-value certaine et permet au lecteur de mieux se repérer dans l’espace et le temps (p. 410-417).

17La contribution d’Élodie Vigouroux, « La fitna d’al-Ẓāhir Barqūq à Damas (1389-1391). Troubles et conséquences » (p. 419-445), nous fait changer d’époque. À la fin du xive siècle, Damas connut également d’importantes destructions lors des combats opposant d’un côté le sultan Barqūq et de l’autre les émirs Minṭaš et Yalbughā al-Nāṣirī, période que les historiens mamelouks appellent fitna (sédition). Pour l’étude de cette période, l’ouvrage al-Durra al-muḍī’a fī al-dawla al-ẓāhiriyya du shaféite Muḥammad b. Ṣaṣrā offre des données nombreuses et précises, sans commune mesure avec les autres sources contemporaines. Il faut dire que l’auteur, témoin direct de l’évènement, entretenait, semble-t-il, des relations avec certains membres de l’élite militaire mamelouke. En s’appuyant principalement sur cet ouvrage, Élodie Vigouroux réussit à reconstituer avec précision la chronologie des combats, leur déroulement ainsi que leur localisation. La description de certains épisodes des combats et bon nombre d’informations relatives à la poliorcétique et à l’artillerie de l’époque sont à signaler (p. 423-425). En supplément, Élodie Vigouroux propose en fin d’article une cartographie des combats et des dommages qu’ils ont causés (p. 438-445). Pour l’auteure, l’analyse des données récoltées montre que les violents combats qui se sont déroulés à Damas, ont grandement endommagé la ville et ses faubourgs, lesquels garderont leurs stigmates jusqu’à l’arrivée des troupes de Tamerlan, moins d’une décennie plus tard, qui n’auront qu’à « parachever cette œuvre de destruction » (p. 434).

18La dernière partie, « Architecture de guerre : fortifications et techniques » (p. 448-574), comprend quatre contributions consacrées aux fortifications et à l’armement avec pour chacune d’elle, en annexe, une cartographie et des photographies. Les deux premiers articles ont pour objet l’étude des fortifications. Celle de Denys Pringle, « The Walls of Ascalon in the Byzantine, Early Islamic and Crusaders Periods. A Preliminary Report on Current Research », (p. 449-479), s’intéresse aux fortifications d’Ascalon qui connurent plusieurs épisodes de destruction et reconstruction tout au long de la période médiévale et ce jusqu’en 1832. Ce phénomène rend difficile la datation des vestiges encore existants. Par la confrontation des données archéologiques et des sources narratives arabes et latines, Denys Pringle propose une reconstitution de l’histoire de ces fortifications du ve-vie au xiiie siècle. Quant à Cristina Tonghini, elle nous offre dans « The Fortification Works of Nūr al-Dīn at the Citadel of Šayzar » (p. 481-501) une vue d’ensemble des travaux de fortifications réalisés sous le règne de Nūr al-Dīn (m. 1174), période cruciale pour mieux comprendre l’évolution de l’architecture militaire au Proche-Orient médiéval. La datation et l’analyse du programme de fortifications de Shayzar par Nūr al-Din montre que ce dernier s’inscrivait à la fois dans la continuité des précédentes traditions mais aussi dans l’innovation.

  • 12 Traduction du titre de l’article écrit en arabe.

19Dans « Siege Weapons, Firearms and the Development of Military Fortifications in the Mamluk Period12 », (p. 503-545), Tarek Galal Abdelhamid traite de l’influence et de l’impact des engins de siège, des armes à feu et celle des moyens incendiaires sur le développement de l’architecture militaire islamique à l’époque mamelouke. Pour discuter de la terminologie et de la description des armes, l’auteur s’appuie en grande partie sur le traité d’Ibn Urunbuġā al-Zaradkāsh datant du xve siècle, al-Anīq fī-l-manājanīq. Si ce dernier est riche en information, dont certaines sont uniques, il aurait été appréciable de les croiser avec celles des chroniques et d’autres traités didactiques (manuels de guerre et de furūsiyya), lesquels proposent une autre description et terminologie pour certaines armes. Indéniablement, l’artillerie lourde mamelouke eut un impact sur l’architecture, notamment sur le profil des tours des citadelles et des ouvertures pratiquées dans les murailles. Ces dernières durent être aménagées pour l’utilisation des nouvelles armes à feu (canons, arquebuses et pistolet). Parallèlement à ce phénomène, on observe que les mâchicoulis sont devenus un ouvrage défensif standard pour les murs et les tours comme les montrent les photographies à la fin de l’article.

20La contribution d’Ahmad al-Shoky, « Eastern Fortifications of Rosetta’s Mouth Since Mamluk Period until the End of Muḥammad ʿAlī Period » (p. 547-574), clôture l’ouvrage. L’étude porte sur les fortifications de Rosette, en particulier celle de Burj Mughayzil, construites par le sultan Qāytbāy (m. 1496) et tombées en ruine par la suite, si bien qu’il n’en reste plus aucune trace. L’analyse et le croisement de différentes cartes, notamment celles de l’expédition française en Égypte, et des chroniques, ont amené Ahmad Shoki à localiser les fondations du fort dans les environs de la vieille mosquée du village Mughayzil. Ces investigations se sont avérées productives puisqu’Ahmad Shoky et son équipe ont réussi à mettre au jour – pour la première fois – les traces d’aménagements et d’élargissements dont l’auteur attribue la paternité à Muḥammad ʿAlī Pacha (p. 555). L’autre importante découverte est celle d’une citerne construite sur la rive ouest, située en-dessous du niveau stratigraphique de la mosquée et qui, probablement, selon Ahmad Shoky, constitue une partie des ruines du Burj Mughayzil (p. 553, 557). Enthousiaste après ces précieuses et prometteuses découvertes, Ahmad Shoky propose comme perspectives de recherche, la fouille des fondations qui permettrait d’en savoir plus sur la nature et l’histoire de ces murs. L’histoire n’est donc pas encore finie et on attend avec impatience la suite.

21L’ouvrage comporte plusieurs points forts. Le premier est la thématique traitée de la guerre et de la paix, deux antonymes qui sont dans le même temps intrinsèquement liés et qui forment un couple indissociable. Ce volume dense confirme la dynamique, amorcée dans les années 2010, des études sur le fait guerrier, notamment en langue française. Celles-ci commencent à combler un vide historiographique qui reste, néanmoins, toujours important. Contrairement à la traditionnelle approche idéologique sous l’angle du seul jihad et de la seule croisade, le présent volume offre des contributions abordant la guerre dans ses multiples dimensions qu’elles soient économiques, politiques, culturelles et sociales. L’approche pluridisciplinaire avec l’association d’historiens et d’archéologues est l’autre grand point fort de l’ouvrage. En outre, l’ouvrage propose des articles en arabe, une tradition bien présente dans les éditions de l’IFAO et qui, on s’en réjouit, devient de plus en plus répandue. En effet, l’historiographie arabe de la guerre dans le Proche-Orient médiéval est riche mais souffre malheureusement d’une méconnaissance en Occident. On ne peut qu’encourager l’association et la confrontation de l’érudition occidentale et arabe qui permettront à leurs acteurs de mieux se connaître, d’échanger, de mieux le nourrir le débat scientifique et, in fine, de mieux faire avancer la recherche. Il est vrai qu’une approche plus « islamologique » couplée avec le dialogue histoire-archéologie aurait permis une approche plus globale du phénomène guerre et paix. Cette remarque n’enlève rien de la qualité de l’ouvrage. Au contraire, elle permet de donner de nouvelles perspectives de recherche pour l’étude de la guerre dans l’Islam médiéval comme celle relatives à la théorisation du jihad, à la codification de son droit et son évolution au fil des siècles. Novateur par la thématique et l’approche pluridisciplinaire, solide et très bien documenté, cet ouvrage, avec le précédent volume paru en 2015, font indéniablement date et s’imposent, naturellement, comme les références sur l’étude du fait guerrier dans le Proche-Orient médiéval.

Haut de page

Notes

1 Abbès Zouache et M. Eychenne (dir.), La guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe s.). État de la question, lieux communs, nouvelles approches, Ifao/Ifpo, Le Caire, 2015”, Bulletin Critique des Annales Islamologiques 30 (online : http://www.ifao.egnet.net/bcai/30/29/), 2016.

2 Abbès Zouache, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, Ifpo, Damas, 2008 ; id, « Corps en guerre au Proche-Orient (fin Ve /Xe - VIIe-XIIIe siècle). La mort – les cadavres », Annales islamologiques 48/1, 2014, p. 301-344 ; id, Croisade, mémoire, guerre : perspectives de recherche, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 168, 2011, p. 517-537 ; id, « L’armement entre Orient et Occident au VIe/XIIe siècle. Casques, masses d’armes et armures », Annales islamologiques 41, 2007, p. 277-326 ; id, « Têtes en guerre au Proche-Orient. Mutilations et décapitations, Ve-VIe/XIe/XIIe siècle », Annales islamologiques 43, 2009, p. 195-244 ; id, « Théorie militaire, stratégie, tactique et combat au Proche-Orient (Ve-VIIe/XIe-XIIIe siècle). Bilan et perspectives », Abbès Zouache et Mathieu Eychenne (dir.), La guerre dans le Proche-Orient médiéval. État de la question, lieux communs, nouvelles approches, Le Caire, Ifao/Ifpo, 2015, p. 59-88 ; id, « Une culture en partage : la furūsiyya à l’épreuve du temps », Médiévales 64, 2013, p. 57-75 ; id, « Western vs. Eastern Way of War in the Late Medieval Near East : An Unsuitable Paradigm : A Review Essay of David Nicolle’s Late Mamlūk Military Equipment », Mamluk Studies Review 18, 2014-2015, p. 301-325. Voir aussi les travaux de M. Berriah et A. Carayon.

3 Abbès Zouache, « Une culture en partage : la furūsiyya à l’épreuve du temps », Médiévales 64, 2013, p. 57-75 ; A. Carayon, La Furūsiyya des Mamlûks : une élite sociale à cheval (1250-1517), thèse, Université de Provence Aix-Marseille, Aix-en-Provence, 2012 ; M. Berriah, « Le cheval arabe chez les Mamelouks baḥriyya entre pragmatisme, symboles et représentations (XIIIe–XIVe siècles) », Arabian Humanities 8, 2017, en ligne depuis le 30 avril 2017. URL : http://journals.openedition.org/cy/3398 ; id, « Représentations, sunnanisation et sacralisation de la furūsiyya à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècle) », Bulletin d’études orientales 67, 2020, p. 229-246.

4 David Nicolle, Late Mamlūk Military Equipment, Presses de l’Ifpo, Damas, 2011.

5 Abbès Zouache, « Théorie militaire, stratégie, tactique et combat au Proche-Orient (Ve-VIIe/XIe-XIIIe siècle). Bilan et perspectives », Abbès Zouache et Mathieu Eychenne (dir.), La guerre dans le Proche-Orient médiéval. État de la question, lieux communs, nouvelles approches, Le Caire, Ifao/Ifpo, 2015, p. 81-83.

6 Abbès Zouache, « Têtes en guerre au Proche-Orient. Mutilations et décapitations, Ve-VIe/XIe/XIIe siècle », Annales islamologiques 43, 2009, p. 195-244.

7 Traduction proposée du titre de l’article écrit en arabe.

8 Abbès Zouache, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, Ifpo, Damas, 2008, p. 259-270.

9 Mehdi Berriah, Les Mamelouks et la guerre : stratégies, tactiques et idéologie (1250-1375), thèse, Paris Panthéon Sorbonne, Paris, 2019, vol. 2, p. 366-368.

10 David Ayalon, « The Auxiliary Forces of the Mamluk Sultanate », Islam and the Abode of the War. Military slaves and Islamic adversaries, Variorum, Londres, 1994, p. 13-37.

11 Traduction du titre de l’article écrit en arabe.

12 Traduction du titre de l’article écrit en arabe.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Mehdi Berriah, « EYCHENNE Mathieu, PRADINES Stéphane et ZOUACHE Abbès (dir.), Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (xe-xve siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | juin 2021, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15003

Haut de page

Auteur

Mehdi Berriah

Vrije Universiteit, Amsterdam, Pays-Bas.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search