Navigation – Plan du site

AccueilActualités et ressourcesAppels à contributionDe la porte de l’école à la salle de(…)

De la porte de l’école à la salle de classe : vivre l’école dans les mondes arabes et musulmans

From the School Door to the Classroom: School Life in the Arab and Muslim Worlds

« L’expérience de l’école » et de ses acteurs dans les mondes arabes et musulmans n’a guère suscité de travaux à ce jour, comme le souligne Chantal Verdeil (2017 :35). En effet, les analyses existantes proposent souvent un regard porté depuis l’extérieur des établissements scolaires dans une perspective globale. Rares sont celles qui entrent à l’intérieur de ces enceintes closes et relativement peu accessibles au monde extérieur. Pourtant, ces « boîtes noires », leurs fonctionnements et leurs logiques internes au quotidien sont centraux dans la perpétuation des sociétés puisqu’elles sont en charge d’en former les futurs citoyens (Durkheim 1922, Bernstein 2000[1996], Forquin 2008). Aussi peuvent-elles s’avérer être un excellent analyseur de la société globale.

Un grand nombre d’études historiques, politiques et sociologiques s’intéressent à l’école comme appareil d’Etat et mécanisme étatique de contrôle social pour renforcer les prérogatives des élites régnantes en vue de consolider leur pouvoir et leur légitimité et de maîtriser l’accès au savoir et au marché de l’emploi qualifié. Elles examinent également, dans les différents contextes nationaux, l’évolution, les transformations et la coexistence des modalités de transmission des savoirs légitimes, entre les formes d’enseignement islamique traditionnel qui préexistaient aux périodes coloniales et les formes d’éducation scolaire modernes importées par les pouvoirs coloniaux sur le modèle desquelles les systèmes éducatifs nationaux ont été fondés lors des indépendances. Certaines traitent de la place de l’enseignement islamique à l’école et des tensions entre islamisation et sécularisation de l’éducation dans le processus d’institutionnalisation de ces systèmes éducatifs. C’est le cas des travaux récents dirigés par Verdeil (2017) sur l’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient et par Honvault & El-Rashoud (2019) dans la péninsule arabique, de ceux de Vermeren (2011) au Maghreb, ceux de Dia, Hugon & d’Aiglepierre (2016) en Afrique subsaharienne ou de Thobani (2007) dans les contextes musulmans en Asie. Des analyses portent aussi sur les enjeux des programmes et des contenus des manuels scolaires, surtout en éducation islamique (Doumato & Starrett 2007) et en histoire (Seri-Hersch 2017).

  • 1 Projet « L’Enseignement islamique au Maroc - XVIII-XIXème siècles » dirigé par Sabrina Mervin, http (...)

De leur côté, les anthropologues et les ethnologues ont surtout investi comme champ d’investigation l’enseignement islamique en menant leurs recherches dans des écoles coraniques et religieuses et en s’intéressant à la vie quotidienne de ces écoles, aux modalités de transmission du savoir religieux et aux relations entre le cheikh et ses disciples (voir, entre autres, Messick 1996 sur le Yémen, Starrett 1998 et Dupret & Lavergne 2008 sur l’Egypte, Fortier 2003 sur la Mauritanie, Hoechner 2018 sur le Nigéria). Hefner & Zaman (2007) et Daun & Arjmand (2018) traitent de ces questions dans l’ensemble des mondes musulmans dont l’Indonésie, le Pakistan ou le Tadjikistan. Eickelman (1978, 1985) s’intéresse aux parcours de formation des « hommes de savoir » (‘men of learning’) et à l’évolution des savoirs d’Islam au Maroc, de manière comparative avec l’Egypte. Récemment, le projet collectif Ilm au Maroc a notamment permis la réalisation de films ethnographiques dans des écoles coraniques1.

En revanche, peu de travaux s’intéressent directement à ce qui se joue au quotidien à l’intérieur des établissements scolaires, dans les salles de classe et les différents espaces de l’école dans les mondes arabes et musulmans. L’ouvrage collectif de Herrera & Torres (2006) propose des ethnographies dans des écoles en milieux urbain et rural en Egypte dans une perspective d’« ethnographie critique ». Benéï (2008) s’intéresse à la construction des identités nationales et minoritaires dans des écoles en Inde. Adely (2010) analyse les rituels patriotiques et nationalistes qui ponctuent le rythme scolaire au quotidien et les contenus de l’éducation morale dans un collège pour jeunes filles en Jordanie. Plusieurs études portent sur le Maroc. Boutieri (2016) infère une analyse sociologique des inégalités scolaires et sociales de ses observations de classe dans des lycées publics. En milieu rural marocain, Nait Belaid (2014) s’intéresse aux relations des élèves et des familles à l’école tandis que De Meyer (2019) a réalisé une ethnographie scolaire de longue durée pour sa thèse de doctorat sur l’école comme dispositif d’État. Pellegrini (2019, 2020) a mené sa recherche dans neuf établissements scolaires publics marocains, du primaire au lycée, et s’intéresse aux pratiques d’enseignement et aux modalités de construction des savoirs scolaires et des identités citoyennes dans les cours de langues.

Ce développement récent de recherches menées dans des établissements scolaires mérite de gagner en visibilité dans la mesure où de tels travaux permettent d’investiguer l’expérience éducative dans sa globalité sur le terrain et auprès des acteurs de l’école, qu’ils soient enseignants confirmés ou en formation, élèves, personnels de direction ou administratifs, parents, etc. Des sociologues de l’éducation comme Becker (1983) aux Etats-Unis et Payet (2016) en Europe soulignent l’importance de ce type de recherches pour analyser les interactions éducatives, les pratiques d’enseignement, les formes et les postures de savoirs qui sont construites, valorisées et légitimées par l’école. De même, il est important de s’intéresser aux formes d’identité nationale, citoyenne, sociale, linguistique, religieuse et ethnique que l’école transmet et véhicule (Lorcerie 2003), tant dans les contenus scolaires que dans les pratiques d’enseignement et les interactions (Adely & Starrett 2011, Pellegrini 2020).

Ce dossier s’inscrit dans le prolongement de ces recherches et ambitionne d’y apporter une dimension comparative. Il vise à rassembler des contributions explorant les dynamiques sociales, pédagogiques et cognitives à l’intérieur d’établissements scolaires dans les sociétés contemporaines des mondes arabes et musulmans, tant dans la vie quotidienne et les fonctionnements internes de l’école que dans les situations d’enseignement et d’apprentissage.

Le dossier privilégie des études relevant de l’ensemble des sciences sociales concernant des écoles primaires ou secondaires publiques et/ou privées (à l’exclusion des écoles étrangères), basées préférablement sur une méthodologie de recherche qualitative : entretiens avec les acteurs, recueils de récits ou de mémoires d’élèves ou d’enseignants, méthodes ethnographiques, observations participantes à l’intérieur des établissements, voire dans des centres de formation d’enseignants. La proposition est ouverte à des contributions sous forme de documents audiovisuels. Les perspectives comparatistes sont bienvenues. Les thématiques présentées dans les quatre axes suivants ne sont pas exclusives.

Axe 1 : Matérialités et sensorialités dans l’école

Cet axe vise à explorer les espaces, les rituels et les objets scolaires dans leur matérialité et leur sensorialité. Il s’intéresse aux navigations des acteurs dans les espaces tels que cours de récréation, préaux, couloirs, salles de classe, salles des professeurs, bureau du directeur, bâtiments administratifs ; à l’organisation et aux rythmes de la journée scolaire, ainsi qu’aux rituels qui la fractionnent : sonneries, lever de drapeau, hymnes et chants, actes symboliques d’ouverture et de fermeture de la journée. Il s’intéresse également aux relations sensorielles et affectives de l’enseignant et des élèves à la salle de classe et à ses objets : sa disposition matérielle (bureau de l’enseignant, tables d’écoliers, décorations, symboles de rétribution du travail scolaire, etc.), ainsi que les objets d’apprentissage (tableau, craies, cartables, blouses, ardoises, stylos, etc.).

Axe 2 : Pratiques d’enseignement et construction des savoirs scolaires dans la classe

Il s’agit ici d’explorer les pratiques des enseignants et/ou leurs discours sur leurs pratiques dans les salles de classe dans des disciplines spécifiques, quelles qu’elles soient, voire comparativement entre plusieurs disciplines. Comment mènent-ils leurs leçons ? Comment sont mises en scène la parole et l’action du maître ou de l’enseignant ? Celles des élèves ? L’autorité et la discipline ? Quelles relations pédagogiques sont imposées, inventées et négociées ? Quels savoirs et performances scolaires sont valorisés ? Quelles normes explicites et implicites définissent ce que sont un « bon / mauvais » enseignant et un « bon / mauvais » élève ? Quels rôles sont réservés au collectif de la classe et à l’individu-élève ? Dans quelle mesure ces pratiques et ces conceptions du savoir scolaire sont-elles inspirées (ou non) de celles de l’enseignement islamique ou d’autres héritages culturels et religieux de rapport au savoir dans la région ? Dans quelle mesure ces pratiques et conceptions sont-elles imprégnées des normes scolaires internationales érigées en doxa universelle telles que l’approche par compétences par exemple ?

Axe 3 : Pratiques langagières dans l’école

De nombreuses études portent sur les attitudes et les représentations des jeunes dans le monde arabe sur les langues, notamment concernant la diglossie arabe et la place des langues locales et étrangères (Taine-Cheikh 2000, Haeri 2003, Benítez, Miller, De Ruiter & Tamer 2013). Les politiques linguistiques éducatives sont particulièrement sensibles et complexes dans les pays arabes, comme dans les pays musulmans non-arabophones (Kirkpatrick & Liddicoat 2017). Il est donc important de donner ici une place aux pratiques langagières des enseignants et des élèves en classe et dans les différents espaces scolaires. Comment les langues sont-elles enseignées ? Quelles langues sont valorisées et quelles langues sont dénigrées dans les discours tenus par les adultes et les enfants ? Comment sont traitées leurs langues maternelles comparées aux langues d’enseignement et/ou aux langues enseignées ? Quelles conséquences ces traitements ont-ils sur les représentations identitaires de soi, de sa famille et de ses proches pour ces élèves et ces adultes ? Quelles conséquences ont-ils sur leur sécurité linguistique, leur confiance en soi et leur sentiment d’appartenance culturelle et sociale ?

Axe 4 : Education citoyenne et religieuse à l’école

Cet axe s’intéresse aux modalités des enseignements religieux dans les salles de classe, ainsi qu’aux modalités d’enseignement de ce qui relève de l’éducation à la morale et à la citoyenneté, qu’elles fassent l’objet d’horaires spécifiquement dédiés ou soient intégrées dans les enseignements d’autres disciplines. Il s’intéresse également aux discours et pratiques patriotiques, religieux et identitaires des adultes et/ou des élèves dans les différents espaces scolaires. Quelles relations développent-ils avec les contenus de ces enseignements ? Dans quelle mesure se les approprient-ils ? Ces discours et ces pratiques suivent-ils les positionnements officiels des Etats dont ces établissements dépendent ? Dans quelle mesure les négocient-ils et réinterprètent-ils ?

Calendrier

Les propositions d’article (4000 signes maximum), accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer avant l5 septembre 2021 à Chloé Pellegrini (chloepellegrini.maroc@gmail.com). Les auteurs seront contactés avant la fin du mois suivant.

Les articles, rédigés en français ou en anglais, et d’un volume maximal de 45000 signes, devront être soumis au plus tard le 30 Avril 2022. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici : https://journals.openedition.org/remmm/3004

From the School Door to the Classroom: School Life in the Arab and Muslim Worlds

Everyday life within schools in the Arab and Muslim worlds has been rarely documented as a research topic, as Chantal Verdeil stresses (2017). Existing studies often focus on education and schooling from the outside in a global perspective. Few researchers enter into these relatively inaccessible “black boxes”, though their everyday functioning and internal logics have a central role in the reproduction of a society whose future citizens they are in charge of educating (Durkheim 1922, Bernstein 2000[1996], Forquin 2008). Hence, they constitute a meaningful entry point to social analysis.

A great number of historical, political and sociological works study school as a state apparatus of social control aimed at reinforcing the power of ruling elites and at ensuring their control over knowledge and qualified positions on the job market. They also analyse, in different national contexts, how legitimate knowledge transmission practices have developed, transformed and coexisted between precolonial forms of Islamic teaching and schooling forms imported by colonial powers and used as the model for the creation of national education systems after independence. Some focus on the role of Islamic education in schools and on tensions between islamisation and secularisation processes in institutionalised educational settings. On these topics, recent works can be consulted such as Verdeil (2017) on the contemporary history of education in the Middle East, Honvault & Rashoud (2019) on the Arabic peninsula, Vermeren (2011) on the Maghreb, Dia, Hugon & d’Aiglepierre (2016) on Sub-Saharan Africa, or Thobani (2007) on Muslim contexts in Asia. Other studies focus on curricula and textbooks of Islamic education (Doumato & Starrett 2007) and history (Seri-Hersch 2017).

Besides, anthropologists have mostly investigated traditional Islamic teaching by conducting research in Qur’anic and religious schools and focussing on their everyday life, on religious knowledge transmission methods and on relations between the sheikh and his disciples (see, among others, Messick 1996 on Yemen, Starrett 1998 and Dupret & Lavergne 2008 on Egypt, Fortier 2003 on Mauritania, Hoechner 2018 on Nigeria). Hefner & Zaman (2007) and Daun & Arjmand (2018) gather studies conducted worldwide in Muslim countries, among which Indonesia, Pakistan and Tajikistan. Eickelman (1978, 1985) studies the training of “men of learning” and the development of Islamic knowledge in Morocco compared to Egypt.

However, few works focus on everyday life inside primary and secondary schools, in classrooms and in the different school spaces in the Arab and Muslim worlds. The collective work edited by Herrera & Torres (2006) gathers school ethnographies in urban and rural areas in Egypt in a “critical ethnography” perspective. Benéï (2008) investigates processes of national identity construction among minority pupils in Western Indian schools. Adely (2010) analyses nationalist and patriotic rituals that structure the school day and moral education contents in a high school for girls in Jordan. Recent works have been conducted in Morocco. Boutieri (2016) draws on class observations in state high schools as a set-up for her sociological analysis on social inequalities. In rural areas, Nait Belaid (2014) researched pupils and families’ relations with school while De Meyer (2019) conducted a long-time school ethnography on school as an emanation of the state. Pellegrini (2019, 2020) conducted her research in nine Moroccan primary and secondary schools and focussed on teaching practices and knowledge and identity construction in language classes.

This recent development of research within schools deserves to gain more visibility as they investigate the educational experience as a whole in all school spaces, among school actors, be they experienced or junior teachers, pupils, board and admin staff, parents, etc. Sociologists of education such as Becker (1983) in the United States and Payet (2016) in Europe have highlighted how important these researches are to analyse which educational interactions, teaching practices, forms of knowledge and relationships with knowledge are constructed, valued and legitimised in schools. Moreover, it is worth exploring which forms of national identity are conveyed in schools in relation to citizenship, religion, language or ethnicity (Lorcerie 2003), in curricula and learning materials as well as in teaching practices and interactions (Adely & Starrett 2011, Pellegrini 2020).

This special issue seeks to contribute to the development of this field of investigation and to provide a comparative dimension. It aims at gathering papers from all social science disciplines that explore social, pedagogical and cognitive dynamics within primary or secondary schools, be they state or private schools (but not foreign schools), in contemporary societies in the Arab and Muslim worlds. Qualitative research methodologies will be appreciated such as ethnographic methods, including participant observations in schools or in teacher-training centres, interviews and collections of in-depth narratives with school actors, etc. The special issue is also open to audio-visual materials as well as comparative perspectives. The four topics below are not exclusive.

Topic 1: School materialities and sensorialities

In this topic, school spaces, rituals and objects are studied in their materiality and their sensoriality. Papers could focus on how actors navigate and appropriate spaces like playgrounds, courtyards, corridors, classrooms, teachers’ rooms, the headmaster office, administration areas. They could explore how the school day is organised and which rituals punctuate it such as bell rings, flag-raisings, anthems and songs, symbolical acts of opening and closing of the day. They could also focus on teachers’ and pupils’ sensory and affective relationships with the classroom and its objects: its physical organisation (the teacher’s desk, pupils’ tables, decorations, objects of rewards and sanctions, etc.), as well as teaching and learning materials (the blackboard, chalk sticks, school bags, uniforms or gowns, slates, pens, etc.).

Topic 2: Teaching practices and knowledge construction in the classroom

Papers could explore teachers’ practices and/or discourses on their practices in classrooms in specific disciplines, whatever they are, or in different disciplines comparatively. How do teachers conduct their courses? How do they embody their role as teachers? How do children embody their role as pupils? How are discipline and authority enacted and constructed? Which pedagogical relationships are imposed, created and negotiated? Which knowledge and skills are valued? Which explicit and implicit norms are used to define what it means to be a “good/bad” teacher and a “good/bad” pupil? Which roles are allocated to the class as a group and to the pupil as an individual? To what extent are these practices and knowledge conceptions inspired (or not) by those of traditional Islamic teaching and/or by other cultural and religious traditions of knowledge in the region? Similarly, to what extent are they inspired by international educational standards like the skills-based approach?

Topic 3: Language practices at school

Numerous studies focus on youth attitudes and representations on languages in the Arab world, especially in relation to Arabic diglossia and the social and cultural roles of local and foreign languages (Taine-Cheikh 2000, Haeri 2003, Benítez, Miller, De Ruiter & Tamer 2013). Educational language policies are highly sensitive and complex in the Arab countries, as well as in non-Arabic-speaking Muslim countries (Kirkpatrick & Liddicoat 2017). Hence, teachers and pupils’ language practices in classrooms and in the different school spaces are an interesting topic of research. How do teachers teach languages? Which languages are valued and which are dismissed in the discourses of adults and children? How are mother languages treated compared to taught languages and languages of instruction? Which consequences do these practices and discourses have on teachers and pupils’ representations of the self, of one’s language, of one’s family and relatives? What are the consequences for their language security, their self-confidence and their sense of cultural and social belonging?

Topic 4: Religious and civic education at school

In this topic, the focus is on contents and practices of religious and/or civic and moral education in classrooms, be they treated as school curricula as such or integrated into other disciplines. Papers could also study adults and children’s patriotic and religious discourses and practices in the different school spaces. What relationships do they develop with these teachings and their contents? To what extent do they appropriate, transform and negotiate them? Do their discourses and practices follow the official guidelines and positions of the state?

Submission schedule

Please send your article proposal (4000 characters maximum, including spaces), together with a short biographical note, to Chloé Pellegrini ( chloepellegrini.maroc@gmail.com ) before 15 September 2021.

Authors will be notified by the end of the following month. Articles may be written in French or English and should not exceed 45,000 characters, including spaces. The final version will be due on 30 April 2022. For more information concerning the style guidelines and the editorial process, please click here : https://journals.openedition.org/remmm/3004

Bibliographie

Références bibliographiques

Adely Fida, 2010, “Performing Patriotism: Rituals and Moral Authority in a Jordanian High School”. In Education in the Arab World: Local/Global Resonances and Dynamics. André E. Mazawi and Ronald G. Sultana, eds. Pp. 132–144. World Yearbook of Education 2010. London, Routledge.

Adely Fida & Starrett Gregory, 2011, « Schools, skills and morals in the contemporary Middle East », in Bradley Levinson & Mica Polloc (dir.), A companion to the anthropology of education, Chichester, Wiley-Blackwell, pp. 349-67.

Becker Howard S., 1983, « Studying Urban Schools », Anthropology and Education Quaterly 14: 2, 1983, p. 99-108

Benéï Véronique, 2008, Schooling passions: nation, history and language in contemporary Western India, Stanford University Press, USA, ISBN: 9780804759069

Benítez Fernandez Montserrat, Miller Catherine, De Ruiter Jan J., Tamer Youssef (dir.), 2013, Evolution des pratiques et représentations langagières dans le Maroc du XXIème siècle, Volumes 1 et 2, L’Harmattan, Collection « Espaces Discursifs », Paris

Bernstein, B. (2000 [1996]). Pedagogy, symbolic control and identity: theory, research, critique. Maryland: Rowman & Littlefield.

Boutieri, Charis, 2016, Learning in Morocco: language politics and the abandoned educational dream, Indiana University Press, Bloomington (Indiana) USA

Daun Holger & Arjmand Reza, 2018, Handbook of Islamic education, Springer Cham, Switzerland (IHRE volume 7), https://doi.org/10.1007/978-3-319-64683-1

De Meyer Mathias, 2019, « Tachraft, Ecritures et ordres d’Etat dans une école de village au Maroc » ; thèse de doctorat soutenue en mars 2019, Université Libre de Belgique (ULB), Bruxelles, Belgique

Dia Hamidou, Hugon Clothilde & d’Aiglepierre Rohan, 2016, « États réformateurs et éducation arabo-islamique en Afrique : Vers un compromis historique ? Introduction thématique », in Afrique contemporaine, 1(1), 11-23. https://doi.org/10.3917/afco.257.0011

Doumato Eleanor & Starrett Gregory (eds.), 2007, Teaching Islam: Textbooks and Religion in the Middle East. Boulder, CO: Lynne Rienner.

Dupret Baudouin & Lavergne (de) Nicolas, 2008, « Pratiques de véridiction. Inculcation, contrôle et discipline dans une école coranique de Haute-Egypte », Revue d'anthropologie des connaissances 2008/2 (Vol. 2, n° 2), p. 311-343. DOI 10.3917/rac.004.0311

Durkheim Emile, 1922, Sociologie et éducation, Presses Universitaires de France, Paris

Eickelman Dale F., 1978, “The art of memory: Islamic Education and its Social Reproduction”, Comparative Studies in Society and History, Vol. 20, No. 4 (Oct., 1978), pp. 485-516 Published by Cambridge University, https://www.jstor.org/stable/178560

Eickelman Dale F., 1985, Knowledge and Power in Morocco: the Education of a Twentieth-Century Notable, Princeton University Press, USA

Forquin Jean-Claude, 2008, Sociologie du curriculum, Presses Universitaires de Rennes, Rennes

Fortier Corinne, 2003, « « Une pédagogie coranique » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 169-170 | 2003, URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/198 ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.198

Haeri Niloofar, 2003, Sacred language, Ordinary People: dilemmas of culture and politics in Egypt, Palgrave McMillan, New York, USA

Hefner Robert & Zaman Muhammad Qasim (ed.), 2007, Schooling Islam: The Culture and Politics of Modern Muslim Education. Princeton NJ: Princeton University Press.

Herrera Linda & Torres Carlos Alberto (Eds.), 2006, Cultures of Arab Schooling: Critical Ethnographies from Egypt. New York: SUNY Press.

Hoechner Hannah, 2018, Quranic Schools in Northern Nigeria: Everyday Experiences of Youth, Faith, and Poverty (The International African Library). Cambridge: Cambridge University Press. doi:10.1017/9781108348270

Honvault Juliette & Al-Rashoud Talal (dir.), 2019, « L'éducation dans la péninsule Arabique durant la première moitié du XXe siècle », Arabian Humanities 12, https://journals.openedition.org/cy/4842, https://doi.org/10.4000/cy.4842

Kirkpatrick Andy & Liddicoat Anthony, 2017, “Language education policy and practice in East and Southeast Asia”,  Language Teaching, 50(2), 155-188, doi:10.1017/S0261444817000027

Lorcerie Françoise (dir.), 2003, L’école et le défi ethnique. Éducation et intégration, Paris, ESF et INRP

Messick Brinkley, 1996, The calligraphic state: textual domination and history in a Muslim society, University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London, USA

Nait Belaid Youssef, 2014, École et familles en milieu rural : les enjeux de scolarisation et de déscolarisation, Editions AFAQ, Marrakech, Maroc

Payet Jean-Paul (dir.), 2016, Ethnographie de l'école. Les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact sociologie », 2016, 223 p., Rennes, France

Pellegrini Chloé, 2020, “Arabic teaching in state schools in Morocco: ‘identity literacy’ and the endeavour to construct a unified national and religious identity among pupils” in Gardelle L. & Jacob C. (dir.), Schools and national identities in French-speaking Africa: political choices, means of transmission, and appropriation, Routledge Book, Grande Bretagne

Pellegrini Chloé, 2019, L’enseignement des langues à l’école publique au Maroc : construction des savoirs, identités et citoyenneté, thèse de doctorat soutenue en novembre 2019, CNRS-LAMES, Aix-Marseille Université (AMU), France

Seri-Hersch Iris, 2017, « Et si la rupture didactique précédait l’indépendance politique ? Revisiter la chronologie du Soudan contemporain au prisme de l’histoire enseignée à ses écoliers (1900-1970) », in Verdeil C. (dir.), Histoire de l’éducation [En ligne], 148 | 2017 http://journals.openedition.org/histoire-education/3597

Starrett Gregory, 1998, Putting Islam to work. Education, politics and religious transformation in Egypt, Berkeley, University of California Press.

Taine-Cheikh Catherine, 2000, « Langues, savoirs et pouvoirs en milieu maure » In Bonte, P., & Claudot-Hawad, H. (Eds.), Élites du monde nomade touareg et maure. Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans. doi :10.4000/books.iremam.2671

Thobani Shiraz, 2007, “The Dilemma of Islam as School Knowledge in Muslim Education”, in Asia Pacific Journal of Education, 27:1, 11-25, DOI: 10.1080/02188790601145382

Verdeil Chantal, 2017, « Histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient (XIXe-XXe siècle). Essai de synthèse historiographique », Histoire de l’éducation [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, http://journals.openedition.org/histoire-education/3361

Vermeren Pierre, 2011, Maghreb : les origines de la révolution démocratique, Fayard, coll. Pluriel, Paris

Haut de page

Notes

1 Projet « L’Enseignement islamique au Maroc - XVIII-XIXème siècles » dirigé par Sabrina Mervin, https://anrilm.cnrs.fr/presentation_anr_ilm/

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search