Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesBONTEMPS Véronique et al., 2020, Pen(…)

Lectures

BONTEMPS Véronique et al., 2020, Penser la Palestine en réseaux,

Diacritiques Éditions, Presses de l’Ifpo, 2020
Romain Damien
Référence(s) :

BONTEMPS Véronique et al., 2020, Penser la Palestine en réseaux, Beyrouth, Diacritiques Éditions, Presses de l’Ifpo

Texte intégral

1Penser la Palestine en réseaux n’est pas une idée neuve en soi car tous les chercheurs qui se sont intéressés à cette région ont été probablement amenés à mobiliser au moins une fois ce concept tant il peut s’appliquer à de nombreuses situations : des réseaux diasporiques aux réseaux locaux des Territoires palestiniens occupés (TPO) en passant par les réfugiés ou encore les réseaux de solidarité transnationaux. Pourtant cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage collectif dirigé par Véronique Bontemps, Nicolas Dot-Pouillard, Jalal al-Husseini et Abaher el-Sakka dont le concept est au centre même des réflexions proposées par les différentes contributions mais dont l’usage est double : « penser la question palestinienne à partir de réseaux, penser le concept de réseau à travers la question palestinienne » (p. 9). Pour cela, les auteurs ne se limitent pas à son seul usage transnationaliste mais articulent différentes échelles, du local au global, et l’appliquent à une variété de situations mettant ainsi en exergue des pratiques de contournement des nombreuses contraintes propres au contexte palestinien sans pour autant en faire un cas isolé. C’est sur ce point que réside, selon moi, l’une des principales forces de cet ouvrage. Il contribue aux côtés d’autres travaux à « déspécifier » cette région et à montrer que les Palestiniens, malgré la situation d’occupation, continuent de mobiliser divers répertoires d’action pour agir sur plusieurs échelles, tout en échappant aux approches politico-centrées qui ont longtemps dominé ce champ d’étude.

  • 1 Il faut également souligner la participation de Xavier Guignard à l’écriture de l’introduction de l (...)

2Les réflexions qui ont conduit à la publication de cet ouvrage sont issues d’un séminaire franco-palestinien organisé conjointement par les antennes de l’Institut français du Proche-Orient et l’université de Birzeit entre 2011 et 2015 axé sur cette thématique. Ce dernier a fait intervenir aussi bien des chercheurs que des doctorants (depuis devenus docteurs pour la plupart) qui eux-mêmes ont été acteurs de certains réseaux pour faire leur terrain. Les huit contributions1 que rassemble l’ouvrage sont divisées en deux temps. Les quatre premières se concentrent sur les répertoires de mobilisations à travers les réseaux militants tandis que les dernières reviennent sur la pluralité des modes d’affirmation d’une identité palestinienne.

3L’entrée par les réseaux militants permet de mieux saisir les dispositifs de contournement des contraintes d’engagement et de mobilisations dans et hors les Territoires palestiniens occupés. En ce sens, le texte d’Elsa Grugeon s’inscrit parfaitement dans cette logique à travers l’étude de la mobilisation par les Palestiniens des nouveaux médias et des réseaux sociaux pour se réapproprier un lieu aussi symbolique que la Mosquée d’Al-Aqsa malgré les contraintes imposées par l’occupation de Jérusalem qui limitent fortement les possibilités de déplacements des habitants vers ce lieu saint. Les Palestiniens ne sont cependant pas les seuls qui doivent subir ce type de contrainte d’engagement comme le souligne l’exemple des « internationaux », c’est-à-dire des résidents étrangers travaillant et militant en Israël/Palestine. Clio Chaveneau analyse ainsi les carrières militantes de ces acteurs et la difficile adaptation de leur engagement face à la réalité du terrain et les restrictions politiques israéliennes. De son côté, Minas Ouchaklian ne s’intéresse pas tant aux contraintes imposées par Israël que par l’Autorité palestinienne (AP) sur les mobilisations dans le camp de réfugiés de Balata situé aux abords de Naplouse. Cette situation a l’originalité de montrer comment les shababs (jeunes) du camp doivent s’inscrire aussi bien dans des réseaux internes au Fatah que dans des réseaux liés à des activités informelles et criminelles ; cela afin d’affirmer à la fois leur identité militante, leur pouvoir mais aussi leur opposition à la politique de l’AP pourtant contrôlée en grande partie par des fatahouis. Enfin, la contribution de Nicolas Dot-Pouillard retrace l’histoire des réseaux transnationaux de solidarité, principalement de gauche, franco-palestiniens ; réseaux, qu’il a lui-même fréquentés en tant que militant de la cause palestinienne. En résulte un récit basé sur des sources diverses mais aussi un témoignage direct qui éclaire les logiques d’internationalisation de la question palestinienne, leurs succès mais aussi leurs limites en termes de mobilisation.

4La seconde partie de l’ouvrage sur le rôle des réseaux dans l’affirmation d’une identité palestinienne permet là aussi d’articuler différentes échelles en commençant par le local avec la contribution de Mariangela Gasparotto sur la ville de Ramallah devenue depuis plusieurs années un centre de migrations et d’attraction important pour les habitants des TPO. Son usage du concept de réseau permet ici de mettre en lumière les hiérarchies internes au sein de la ville entre ses différents habitants ainsi que la pluralité des dynamiques des migrants en fonction de leurs rapports avec leur milieu d’origine. Se situant dans une perspective plus internationaliste, le texte de Jalal al-Husseini questionne le rapport à la fois historique et à venir des réseaux diasporiques face à une identité palestinienne qui tend à se nationaliser et à se territorialiser depuis les accords d’Oslo de 1993. Enfin, les deux dernières contributions de cet ouvrage collectif reviennent sur des réseaux propres au milieu de l’art. Si Najla Nakhlé-Cerutti se concentre plus sur le théâtre palestinien, Marion Slitine s’ouvre aux arts visuels en général. Les deux auteures mettent en avant le rôle des réseaux artistiques dans la promotion d’une identité palestinienne du local au global. L’exemple des Monologues de Gaza permet ainsi d’illustrer comment les habitants de Gaza peuvent témoigner à l’international de leurs quotidiens malgré le blocus imposé par Israël par le biais du théâtre. Pourtant l’inscription des arts contemporains palestiniens dans des réseaux transnationaux n’est pas un phénomène nouveau en soi comme le rappelle Marion Slitine ; mais l’internationalisation progressive des artistes palestiniens les détache de leur adhésion au mouvement national palestinien. En ce sens, ils se font à la fois témoins des actions israéliennes et critiques de la politique palestinienne.

5En conclusion, il me semble que le pari posé par cet ouvrage collectif est largement remporté. Les différentes contributions montrent ainsi une diversité de situations intéressantes et originales, que cela soit en termes de mobilisations, de contournements des contraintes ou encore d’expressions, sans pour autant avoir un recours homogène au concept de réseau. En résulte un ouvrage qui s’adresse aussi bien aux « passionnés » de la Palestine qu’aux chercheurs intéressés par une analyse comparative mobilisant le concept de réseau.

Haut de page

Notes

1 Il faut également souligner la participation de Xavier Guignard à l’écriture de l’introduction de l’ouvrage.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Damien, « BONTEMPS Véronique et al., 2020, Penser la Palestine en réseaux,  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | décembre 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15458

Haut de page

Auteur

Romain Damien

Mesopolhis, Sciences Po Aix, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search