Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesCANEPARI Elenora et REGNARD Céline ((…)

Lectures

CANEPARI Elenora et REGNARD Céline (dir.), Les logements de la mobilité (XVIIe-XXIe siècle)

Karthala, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 2018
Myriam Ababsa
Référence(s) :

CANEPARI Elenora et REGNARD Céline (dir.), Les logements de la mobilité (XVIIe-XXIe siècle), 2018, Karthala, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 314 p

Texte intégral

1Comment migrants et marginaux habitent-ils les villes et les campagnes du bassin méditerranéen depuis la période moderne ? Quelles sont les formes et les modalités de la production de l’urbain par les « étrangers » ? Poursuivant les pistes dévoilées par l’historien Bernard Lepetit, Elenora Canepari et Céline Regnard consacrent un ouvrage foisonnant à la question du logement des migrants et des marginaux en France, en Italie, Croatie, Tunisie et Algérie sous le titre Les logements de la mobilité (XVIIe-XXIe siècle) aux éditions Karthala (2018). L’ouvrage pluridisciplinaire réunit seize historiens, sociologues, géographes français, italiens, croates et tunisiens dont les travaux couvrent une partie du bassin méditerranéen. Il montre que le logement des migrants, même temporaire, révèle les interactions entre populations enracinées et populations « de passage », tant en ville que dans les campagnes.

  • 1 Baily, Samuel L., 1999, Immigrants in the Lands of Promise. Italians in Buenos Aires and New York C (...)
  • 2 Rainhorn, J., 2005, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880 - années 1930, Paris, CNRS (...)
  • 3 Faure, A., Lévy-Vroelant C., 2007, Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis parisiens 1860 - (...)
  • 4 Farcy J.-C., Faure A., 2003, La mobilité d'une génération de Français. Recherche sur les migrations (...)

2L’ouvrage s’inscrit dans la suite des travaux de Samuel L. Baily, sur les Italiens à Buenos Aires et à New York1, de Judith Rainhorn sur les Italiens de Paris et de New York2, d’Alain Faure et Claire Lévy-Vroelant3, ainsi que Jean-Claude Farcy sur les déplacements vers et dans Paris à la fin du XIXe siècle4. Pour citer Elenora Canepari et Céline Regnard, « ces travaux ont montré qu’il existe de nombreuses interactions entre la ville et ses résidents temporaires. En premier lieu, on peut citer le marché du travail, qui dépend étroitement de la présence d’une main d’œuvre temporaire ou saisonnière. Sa présence crée un type d’économie spécifique, celle de l’hospitalité, reposant sur des arrangements locatifs et sur des réseaux qui lient les bailleurs, les hôteliers et les employeurs » (p. 13).

  • 5 Elias N., Scotson J. L., 1997, Logiques de l'exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes (...)

3Plusieurs hypothèses de travail sont posées en introduction. La première postule que la mobilité est liée à la sédentarité, les logeurs contribuant à la plasticité des formes urbaines. La deuxième est de s’attacher aux lieux et aux moments de l’échange inter-communautaires, et non pas aux espaces communautaires en eux-mêmes. Il s’agit de dépasser la dichotomie natifs/étrangers pour se concentrer sur les temporalités, appréhendées grâce aux notions d’enracinements et de passage. Les auteurs s’inscrivent dans l’évolution récente de la recherche en histoire des migrations, ouverte par Norbert Elias et John Scotson dans Established and outsiders, celle d’une approche « biographique, contextualisée et intégrée » de la circulation des individus en lien avec les territoires qu’ils façonnent, rapprochant l’histoire de la sociologie et de la géographie5. Les notions de transnationalisme, de champ migratoire et de circulation sont mobilisées dans les articles réunis, montrant tant les facteurs poussant les individus au départ que les recompositions sociales des sociétés d’installation.

4Plutôt que d’étudier des processus diasporiques, ou les politiques publiques d’encampement, de logement périphérique ou de quarantaine, l’ouvrage s’attache à montrer comment de larges pans de la société sont affectés par l’arrivée des migrants saisonniers, économiques ou réfugiés, des forains, des voyageurs en transit. Des processus de co-construction de la ville sont mis au jour, tant dans leurs formes permanentes (caravansérails, hôtels, garnis, auberges), qu’« éphémères » selon les termes de B. Lepetit, qui prennent ici les formes des squats, friches urbaines, caravanes, véhicules.

5L’ouvrage comprend trois parties : les logeurs et les logés, du logement aux territoires, et les structures plurielles des logements de la mobilité.

6Dans la première partie, quatre articles montrent la manière dont des groupes sociaux d’origine géographique différente mais de même catégorie socioprofessionnelle sont amenés un temps à dépendre les uns des autres dans une relation contractuelle, un bail, qui peut aussi prendre une dimension d’hospitalité. Jean-Baptiste Xambo s’appuie sur des registres de police des garnis des Grands Carmes à Marseille entre 1756 et 1768 pour montrer les itinéraires résidentiels des porteurs (rabeirols), maçons, qui y bénéficient d’un accès au travail en ville et à la charité. Beaucoup de ces migrants logent dans ces garnis du fait de leur misère. Le statut de ces migrants a donné lieu à une controverse académique en 1970 entre Abel Chatelain pour lesquels ils ne s’agissaient que de migrants saisonniers, propres au XVIIIe siècle, tandis que Michel Vovelle, reprit par l’auteur, voyait en eux un « lumpen prolétariat ».

7L’article d’Anna Badino sur la cohabitation dans les quartiers de migrants ruraux à Turin dans les années 1960, nous éclaire sur les réseaux de solidarité par village, mais aussi sur le poids des tâches domestiques sur les sœurs et les jeunes épouses, qui les poussent à chercher du travail. À l’inverse de la thèse du retour au foyer des femmes, de la « ménagérisation » concomitante de l’amélioration des revenus de leurs maris au cours des années 1960, cette période voit au contraire l’essor du travail salarié des femmes qui préfèrent échapper ainsi au poids des contraintes domestiques pour une famille élargie, dont des proches sont un temps hébergé en ville au sein du ménage.

8Dans son article sur le bidonville de la Digue des Français à Nice dans les années 1970, Riadh Ben Khalifa dépeint la violence et les réseaux de prostitution dirigés par des caïds locaux. Le travail s’appuie sur des enregistrements réalisés en 2009 avec d’anciens occupants du bidonville, « déguerpi » en 1976 pour des enjeux fonciers plus que sanitaires. Mille personnes, essentiellement des Maghrébins, vivent dans ce bidonville, les hôtels et garnis refusant de les héberger. Des abattoirs clandestins y sont installés, qui fournissent de la viande halal à des restaurateurs niçois et aux nombreuses « cantines », qui servent aussi lieux de passe.

9Le travail de Béatrice Mésini sur les Roms à Gardanne porte sur l’accueil de seize familles venues de Roumanie par des militants associatifs et un policier municipal. Les Roms travaillent comme ferrailleurs et sont un maillon de l’économie locale du recyclage. Pourtant, la population locale leur est hostile et colporte des accusations centenaires contre les gitans. Les associations locales organisent des réunions publiques pour favoriser l’interconnaissance. Une charte est signée par les familles et la commune de Gardanne qui précise les obligations de respect des lois françaises, de scolarisation des enfants, de nettoyage du terrain et des installations. Elle fixe aussi des interdits : « l’hébergement d’autres personnes, la combustion de produits autres que le bois, la consommation d’alcool et la pratique de la mendicité sur la commune ». La mise à disposition de logements permet la « transition résidentielle dans la société locale et régionale ».

10La deuxième partie du livre porte sur l’inscription territoriale des logements de la mobilité, sur les espaces périurbains et les camps de transit. Céline Regnard étudie l’impact économique sur la ville de Marseille du passage des migrants syriens, en majorité chrétiens et Arméniens, en route pour l’Amérique du Sud à la fin du XIXe siècle, tant des agences d’émigration que des hôtels meublés. L’habitat temporaire des travailleurs agricoles dans la basse vallée de la Medjerda est décrit par Beya Abidi-Belhadj. Tentes et gourbis sont présentés comme autant d’étapes à la sédentarisation. Les migrations de travail se transformant en migrations de peuplement, ce qui pousse à l’urbanisation de la plaine. Luca Salmieri et Filipo Orsini montrent comment un village de vacances à l’abandon après destruction de sa plage, sur le littoral au nord de Naples est occupé par des migrants africains, qui y développent tout un quartier informel. L’attention aux détails des cloisons, aux interactions entre migrants et locaux en fait un travail remarquable sur la « post urbanisation » d’espaces déclassés. Massimiliano Crisci et Silvia Lucciarini étudient l’échec de la politique de logement social au sein de « résidences », des immeubles isolés de la banlieue romaine, où les plus démunis, en particulier des mères célibataires de 45-60 ans, sont logés. Ils montrent la spirale de paupérisation associée à l’isolement social et spatial de ces résidences, dont les habitants n’ont aucun espace de socialisation. Enfin, Morgane Dujmovic étudie l’impact du camp de transit d’Opatovac pour des réfugiés slavons et syriens sur le marché du travail et des fournitures dans le village croate de Tovarnik, situé à la frontière serbe. Des transgressions des codes de l’hospitalité ont lieu au sein d’un « territoire humaniste ».

11La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux structures de l’accueil : caravansérails (foundouks – littéralement l’hôtel en arabe) du XVIIe siècle à Alger, qui permettaient aux commerçants et aux voyageurs de faire halte et protéger leurs biens (article d'architecture d’Assia Touarigt Belkhodja. L'article de Dhaker Sila sur les foundouks de Tunis décrit leur fonctionnement, les revenus qu'il génère pour les institutions religieuses (ils ont le statut de biens de main morte, waqf), mais aussi ottomanes. Ils donnent les orientations de l'extension de la ville de Tunis. Certains remplacent les anciens bagnes pour les captifs occidentaux pris lors des guerres de course. Les auberges rurales de la campagne romaine du XVIIIe siècle étudiées par Eleonora Canepari, sont des lieux de rencontre de membres de différents milieux, riches aristocrates partis pour des loisirs champêtres, officiers, salariés agricoles qui peuvent y être soignés, travailleurs des vignes, artisans. Ce sont de premiers nodules d'urbanisation des espaces ruraux, en dehors des casali (unités de production agricole de la campagne romaine). Les bains-douches du XXe siècle ont été construits avec les programmes de logement social des années 1920, ils sont progressivement utilisés par les sans domicile fixe, les réfugiés, les "mobiles". Claire Lévy-Vroelant montre que ces "aménités solidaires" servent désormais aux populations précaires afin de mieux s’intégrer à la société, par l’hygiène et le soin de soi. Enfin, le dernier article de Julie Chapon porte sur les bâtiments de chantiers et l’habitat en camion, caravane, bivouac, habités seuls ou de manière conviviale, à certains moments de l’existence des routiers et des ouvriers du bâtiment.

12L’ouvrage met l’accent sur l’intime, le corps, la sphère familiale et le quartier. Le rôle de l’Etat dans le contrôle des migrants y apparaît à la marge. Alliant précision conceptuelle, rigueur méthodologique, originalité des sujets ce livre est une exploration remarquable de l’hospitalité en Méditerranée.

Haut de page

Notes

1 Baily, Samuel L., 1999, Immigrants in the Lands of Promise. Italians in Buenos Aires and New York City 1870 - 1914, Ithaca, Cornell University Press.

2 Rainhorn, J., 2005, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880 - années 1930, Paris, CNRS Éditions.

3 Faure, A., Lévy-Vroelant C., 2007, Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis parisiens 1860 - 1990, Paris, Editions Créaphis.

4 Farcy J.-C., Faure A., 2003, La mobilité d'une génération de Français. Recherche sur les migrations vers et dans Paris à la fin du 19e siècle, Paris, INED.

5 Elias N., Scotson J. L., 1997, Logiques de l'exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d'une communauté, Paris, Fayard (1ère édition en anglais, 1965).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Ababsa, « CANEPARI Elenora et REGNARD Céline (dir.), Les logements de la mobilité (XVIIe-XXIe siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | décembre 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15463

Haut de page

Auteur

Myriam Ababsa

Géographe associée à l’Ifpo Amman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search