Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesFAHMY Khaled, In Quest of Justice. I(…)

Lectures

FAHMY Khaled, In Quest of Justice. Islamic Law and Forensic Medicine in Modern Egypt

University of California Press, 2018
Matthieu Rey
Référence(s) :

Khaled Fahmy, In Quest of Justice. Islamic Law and Forensic Medicine in Modern Egypt, Berkeley, University of California Press, 2018, 408 p.

Texte intégral

1Croiser l’histoire de la médecine et celle de l’essor de l’Etat permet à l’historien Khaled Fahmy de nous proposer une nouvelle approche du XIXe siècle soulignant à partir d’une documentation foisonnante comment le prisme des sens permet de restituer les mutations lentes des lois et leurs incidences sur la population. Dans le prolongement de travaux antérieurs, l’auteur poursuit son enquête – avec un grand succès – sur l’histoire des égyptiens ordinaires telle qu’on puisse la saisir à travers les documents historiques. Pour cela, il se penche sur un matériau faiblement exploité jusque-là, les recueils des majālis al-siyāsa, qui reviennent sur les procès conduits devant ces cours. Il fournit d’emblée deux explications à l’absence d’étude approfondie autour de ces sources, leur inaccessibilité jusque récemment, et leur caractère moins noble que d’autres corpus. Grâce à ces fonds, il peut questionner la littérature sur les processus de sécularisation des lois égyptienne contestant l’idée d’une importation massive de modèles, pour au contraire, souligner comment les rapports au corps et la médecine constituent autant de prisme montrant l’hybridité, les relectures de sources locales, leurs adaptations à des contextes, participant globalement de l’invention d’une modernité autochtone et non calquée sur les standards européens.

2Khaled Fahmy confirmant sa parfaite maitrise de l’histoire sociale de l’Égypte au XIXe siècle, tente de déconstruire l’image forgée autour du règne de Muhammad Alī, s’attaquant par-là aux idées promues par les historiographies nationaliste ou d’inspiration arabiste, et islamiste. Toutes deux concluent de façon erronée à une révolution par le haut, étrangère au monde islamique avec le choix de faire venir d’« ailleurs » les solutions consolidant son pouvoir. L’auteur complexifie ce schéma en soulignant comment des acteurs optent pour une adaptation de ce qui existe – principalement le fiqh – mais aussi comment certaines approches voulues par les autorités répondent de l’opportunisme, de la publicité, comme la quarantaine. Tour de force – et non des moindres – l’auteur propose pour asseoir sa démonstration, une histoire sensorielle des mutations législatives, traquant autour de chacun des cinq sens, un ensemble de réformes. Ce dernier aspect définit le découpage du livre. Ouvrage sur le corps, il est façonné par la manière dont l’organisme humain se saisit du réel par ses sens. Outil heuristique et non objet historicisé, le « sens » confère aux corpus législatifs et pratiques les entourant, toute leur force.

3Le premier chapitre s’ouvre sur une dissection, nouvelle méthode d’enquête médicale. Bien vite, l’auteur montre la relation étroite entre ce mode opératoire et l’armée en constitution : les deux participent de la progression des « lumières » dans le pays. Ce jeu sur le symbole visuel répond à l’effort de propagande du souverain à destination de l’Europe tout en étant au cœur des mutations en cours dans sa nouvelle armée. Mais bien vite – et c’est là le cœur de la démonstration magistrale de Khaled Fahmy – l’outil médical et les conclusions portées par les savants aboutissent à des réactions contrastées, des contradictions entre ce que veut le dirigeant de l’Égypte et ses médecins. Ainsi, Khaled Fahmy souligne comment l’imposition de la quarantaine, pratique spectaculaire et proposée par les Français, est endossé par Muhammad Alī contre l’avis de ses nouveaux experts en médecine. Cette imposition répond à un nouveau souci : protéger la population globalement, devenue source de puissance comme potentielle recrue militaire. De l’autre, si la dissection occasionne des discussions contradictoires dans les milieux des oulémas, elle est rapidement adoptée par la population qui y trouve un mode de preuve à même de sceller des conflits personnels. La relation à l’anatomie conduit donc à des réactions diverses.

4Le second chapitre reprend le « missing chapter » (p.84) de l’histoire légale égyptienne, celles des Conseils judiciaires régaliens (majālis al-siyāsa). Leur principe se comprend par rapport au fiqh : le premier est une justice pour les ayant droit de la victime, et déclenché en leur nom. S’il n’y en a aucun, le représentant étatique peut se constituer comme plaintif. Le jugement sera déféré devant un tribunal de la charia pour trancher le litige. Dans le cas des conseils judiciaires, elles relèvent de l’initiative et enquête des autorités informées d’un délit ou crime. Aussi le mode d’administration de la preuve diffère. Au premier, le soin de distinguer des témoins clairement identifiés pouvant attester du forfait, au second, la requête du témoignage, basé sur la reconnaissance de son lieu d’habitation, supposant donc une première identification des habitants ordinaires au moyen de tadhkara (carte d’itinérance). Les pratiques des courts de la siyāsa forcent donc l’identification et le traçage des habitants. Enfin l’administration de la preuve change. Dans les premiers cas, accusés et accusateurs se confrontent devant le qadi arbitre, ce qui donne un privilège à l’oral. Dans le second, les rapports d’enquête priment, les témoins sont questionnés non simplement écoutés, etc. L’ouïe de la justice n’est plus la même. Aussi, l’intérêt pour les secondes courts permet de restituer ce pan évolutif du droit et de la relation des autorités judiciaires aux populations se saisissant des affaires, orchestrant de nouvelles manières de connaitre les faits, bref administrant différemment par les moyens de police, le regard de l’Etat sur sa population. Ne relevant ni du conformisme au modèle islamique anhistorique, ni des importations législatives, ce domaine du droit montre comment des adaptations s’opèrent progressivement dans le droit égyptien.

5Le troisième chapitre revient sur la dichotomie olfactive et normative introduite par les réformateurs égyptiens entre Caire moderne et islamique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Reprenant les différents plans, l’auteur met à jour comment un discours se construit en relation aux miasmes dès 1844. En rétablissant la chronologie sensorielle des aménagements, la figure haussmannienne devient seconde dans les opérations du Caire. En cela, le nouveau centre-ville n’est pas simplement une copie d’un modèle extérieur. Aussi l’essor de la capitale participe de la réinvention d’une ville, au nom d’un ethos médical. Ce dernier impose dans l’aménagement la notion d’hygiène publique qui pourchasse à l’époque les mauvaises odeurs, comme autant de sources possibles de soucis sanitaires. Il passe par le déplacement des activités nuisibles (p.147) puis par des réflexions sur l’urbanisme. Ces transformations participent de l’invention d’un nouveau vocabulaire autour de la ‘umariyya tout à la fois développement, essor de la productivité et aménagement urbain. Ce sont bien des ajustements autour des idées médicales partagées, qui imposent les développements urbains. Au passage, l’auteur questionne si ces nouveaux codes médicaux peuvent s’entendre sous certain aspect comme des formes coloniales sur les populations, nuançant les lectures indiennes de la relation entre savoir médical et pouvoir social.

6Pour le quatrième chapitre, l’auteur nous transporte sur les marchés et discute de la figure controversée du muhtasib et de sa disparition. Pour cela, le gout sert de fil conducteur. Une relecture historiographique souligne comment la hisba (ce que pratique le muthasib) participe de la définition du bien et du mal selon le Coran, devenant un principe cardinal pour les réformistes islamiques du bon renouveau des Etats musulmans. Cette lecture est nuancée à l’aune d’une étude des textes discutant de la charia au cours des siècles précédents. Les guides autour de la hisba en font un précepteur des marchés, vérifiant la conformité des marchés aux canons musulmans. Le muhtasib évalue donc les litiges et les sanctions auxquelles ils doivent conduire.

7Il peut donc infliger des peines. À l’orée du XIXe siècle, il se retrouve en charge de peines à l’encontre de musulmans ne s’abstenant pas de l’alcool. Or, dans le monde médical au même se développe un autre discours sur le consommateur d’alcool. L’hygiénisme invite le médecin à demander aux représentants de police d’éloigner certains produits, sans référence aux codes musulmans. Cette transformation s’appuie sur la traduction de traités médicaux, qui donne l’occasion de nouvelles introductions dans lesquelles les médecins égyptiens ajustent les nouveaux discours à des normes ambiantes. Plus encore la légitimé fondée sur la chimie s’impose. Avec l’essor de ces pratiques, de nouveaux bureaux font leur apparition, comme le bureau de la santé publique. Ces derniers en viennent à supplanter les modes d’appréhension mis en œuvre par le muhtasib, au nom de normes scientifiques du gout et des formes.

8Le dernier chapitre revient sur l’émergence du commissaire de police du Caire en charge de l’instruction à partir de 1850. En son sein, une condamnation progressive des châtiments corporel s’opère, auxquels sont substitués des temps d’emprisonnement. L’auteur propose de lire cette mutation en relation aux nouvelles pratiques économiques, avec la disparition du monopole d’Etat (et donc du besoin de châtier la main d’œuvre rétive). Mais surtout, cette mutation répond à une répudiation progressive des actes punitifs physiques entamés dès 1820 (p. 237). Les autorités voulant uniformiser les peines, se retrouvent dans le cas du fouet par exemple, devant le défi de mesurer équitablement les coups, leur nombre et intensité. À partir des années 1850, la construction de lieux de détention répond à la recherche d’autres modes de condamnation. Enfin la montée de l’expertise médicale dans les cours chariatiques ou de la siyāsa, défait progressivement l’intérêt des peines comme moyen d’obtenir des preuves. La médicalisation de l’Etat et de la société oblitère le besoin de toucher violemment les corps.

9Ce livre constitue déjà un jalon de l’historiographie égyptienne par l’originalité de sa démarche et le tableau impressionniste d’une société en pleine mutation, dessiné à partir d’une collection documentaire impressionnante. Une critique pourrait être l’absence relative de protocole dans le traitement de ces fonds. Il faut au contraire souligner une tâche première de l’historien : donner accès, fournir une idée réaliste de l’apport possible d’un très vaste fond, qui sans cela, n’est nullement appréhendé. Cette technique impressionniste permet de donner à penser avant que des armées de chercheurs ne puissent mettre en série, de telles collections. Un autre point mérite d’être souligné : l’historiographie d’autres terres ottomanes et en voie de colonisation- – hormis un bref excursus sur la situation indienne –est faiblement présente. Espérons que les prochains travaux entrent en dialogue avec l’ouvrage de Khaled Fahmy pour ajuster l’exceptionnalité de l’Égypte au XIXe siècle. Nous sommes au final en présence d’une étude d’une très grande richesse pour qui s’intéresse à la construction de l’État et des rapports autorités / populations en terres non-européennes

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Rey, « FAHMY Khaled, In Quest of Justice. Islamic Law and Forensic Medicine in Modern Egypt », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | décembre 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15489

Haut de page

Auteur

Matthieu Rey

IFAS, Johannesburg, Afrique du Sud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search