Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesMÉNORET Pascal, Royaume d’asphalte. (…)

Lectures

MÉNORET Pascal, Royaume d’asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte

La Découverte/Wildproject Editions, 2016
Claire Beaugrand
Référence(s) :

Pascal Ménoret, Royaume d’asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte, Paris/ Marseille, La Découverte/Wildproject Editions, 2016, 288 p., ISBN : 978-2-918490-562

Texte intégral

  • 1 Pascal Ménoret, Joyriding in Riyadh. Oil, Urbanism, and Road Revolt, Cambridge : Cambridge Universi (...)

1Royaume d’asphalte est la traduction française d’un ouvrage largement célébré lors de sa parution en anglais sous le titre Joyriding in Riyadh. Oil, Urbanism, and Road Revolt en 2014 - élu livre de l’année par The Economist.1 D’emblée, il convient de noter que la traduction elle-même a fait l’objet d’une attention particulière de la part de l’auteur, qui, empruntant aussi bien aux sciences sociales anglo-saxonnes que de langue française, s’y est consacré « durant une résidence d’écrivain » à Marseille en mai-juin 2015, l’enrichissant d’expressions évocatrices et idiomatiques pour un lectorat francophone (p.281) et la rendant extrêmement plaisante à lire.

2L’écriture est donc précise et minutieuse. Le contenu est, quant à lui, précieux et rigoureux. Il se concentre sur une pratique méconnue bien qu’assez répandue dans les sociétés des pays du Golfe, le tafhit ou rodéo automobile qui consiste, pour les jeunes hommes, à « voler des voitures pour les faire déraper à toute allure sur les autoroutes de la ville […] sorte de haute voltige à l’octane » (p.9). Fruit d’une connaissance fine de terrain accumulée durant plusieurs années à Riyad depuis 2001, et plus particulièrement entre 2005 et 2007, l’ouvrage explore l’idée « simple et obscure à la fois », selon laquelle » la violence routière est une forme de violence politique », où la violence routière est définie à la fois comme « violence au volant et rodéos urbains, mais aussi [comme] la violence structurelle que les routes, les infrastructures et le système automobile en général infligent aux individus et aux territoires » (p.13). Ce sont les deux pistes que poursuivent l’ouvrage et, qui d’après l’auteur, forment deux parties pouvant être lues indépendamment l’une de l’autre (p.31).

  • 2 Qui pour certains deviendront biduns ou « laisssés pour compte de la nationalité ».

3Les chapitres 3 et 4 portent, tout d’abord, sur la violence structurelle qu’a constituée l’urbanisation de Riyad depuis les années 1960. S’appuyant sur les archives de Constantinos A. Dioxadis, l’architecte grec qui entre 1968 et 1972 s’employa au projet d’extension de Riyad, Pascal Ménoret montre comment « les Saoudiens [sont devenus] une nation au volant » (p. 15), et Riyad « une ville sur autoroute », « dessinée pour l’automobile et faite pour la vitesse » (p.90). Mais pas seulement. Il montre aussi comment cet urbanisme, en posant les bases de la prospérité et de l’économie de consommation, était conçu pour prévenir l’agitation urbaine, fragmenter et contrôler l’espace. Ce projet urbain a ainsi brutalement relégué les migrants ruraux ou Bédouins2 qui avaient érigé des bidonvilles sur des terres en proie à la spéculation foncière, aux marges de la ville, tout en permettant à d’autres, propriétaires quant à eux, d’acquérir des fortunes aussi colossales que subites dans la construction de vastes infrastructures et ensembles immobiliers.

4On comprend bien alors la valeur de cette notion intraduisible de tufush à laquelle l’auteur nous initie dans toute sa subtilité assez tôt dans la lecture de l’ouvrage, « cette prise de conscience de l’inadéquation sociale » (p.79) ou, en d’autres termes, « le sentiment d’impotence sociale qui submerge les Saoudiens ordinaires lorsqu’ils reconnaissent la distance incommensurable entre les opportunités économiques qu’offre Riyad et leur propre condition, marquée par le chômage ou les bas revenus, des familles brisées et des logements déficients » (p.78). Mélange d’impuissance, de mécontentement et de rage qui se mue aussi en « expérience libératoire », ce tufush résonne comme « le rire impitoyable de celui qui ne se soucie de rien ni de personne » (p.80), celui, on le comprend, des mfahhatin qui pratiquent le rodéo urbain, au péril de leur vie, à la barbe des patrouilles de police et au mépris des projets immobiliers spéculatifs qui s’étendent toujours plus loin en périphérie de Riyad et dont ils tournent les infrastructures routières en construction en piste de dérapage.

5Les chapitres 5 et 6 nous plongent, ensuite dans l’univers nocturne du tafhit, violence au volant, nous introduisant à ses codes, ses rituels, ses héros et ses drames – univers dont l’accès est particulièrement malaisé comme l’auteur le souligne d’emblée dans l’incipit, présentant sans complaisance ses propres hésitations et faux pas dans le milieu. La pratique apparaît tout à la fois comme une forme de subversion de l’espace investi par les promoteurs, « une panne dans le système de mobilité » (p.207), un dévoiement de la consommation poussée à son extrême logique, la voiture privée de sa valeur d’image étant réduite à sa valeur d’usage. Comme des saturnales, elle est « l’image macabre et inversée de la société saoudienne dans son ensemble » (p.191) quand les laissés pour compte sont révérés comme des princes par leurs fans ; elle produit une contre-culture qui joue avec les normes sociales patriarcales oppressantes pour les femmes mais aussi les hommes jeunes, faite de masculinité exhibée, de « virilité agressive » (p.224) et d’homosexualité. Face à l’ordre familial et étatique oppressif Ménoret, humanisant cette frange de la société saoudienne, nous donne à voir et entendre des réactions et trajectoires complexes comme, par exemple, les parcours sinueux de repentis du tafhit, loin des clichés sur l’attrait de l’islam radical pour les saoudiens en révolte. Enfin, il interroge, sur la base d’études et de sources saoudiennes en arabe, la façon dont le tafhit est politisé, « transformé par les sociologues, criminologues et prêcheurs [du Royaume] en un problème public » (p.234) et dépeint comme dépravation ou déviance individuelle ou collective, cible de répression policière et objet de redressement moral. A cette représentation officielle, répond la vision des mfahhatin qui perçoivent leurs pratiques automobiles comme « une réponse à la répression », une révolte contre « la surveillance générale de l’Etat » mais aussi comme une critique active « de la production de l’espace de Riyad » (p.234-35), « la délinquance routière –ou le mauvais usage des routes et des voitures – fais[an]t écho à la délinquance en col blanc des investisseurs et des promoteurs » et, ajouterait-on, des princes (p.273).

6Dans un Royaume où la participation politique est impensable, les contours du politique difficiles à cerner, la contribution majeure de cet ouvrage réside dans les résultats fins d’une enquête ethnographique riche qui signalent une société vivante : au rebours des théories simplistes de l’État rentier évacuant à bon compte sa puissance d’agir et sa conscience politique, cette société s’arc-boute et se cabre face aux inégalités flagrantes, aux promesses d’un Etat riche mais qui distribue privilèges et opportunités inégalement quand il ne les rend pas tout bonnement insaisissables à certains.

7Tout comme le tafhit est « un défi ouvert au monopole proclamé de l’État sur la représentation de la société saoudienne » (p. 229), l’ouvrage de Pascal Ménoret est un défi à la production de savoir sur l’Arabie saoudite. Illustré de photos imprenables, il est le fruit d’exigences rigoureuses aussi bien linguistiquement que dans la variété des sources (dans au moins trois langues) et des points de vue saoudiens qui reflètent excellence mais aussi humilité dans l’approche de l’auteur conscient de sa positionnalité et qui révèle sans fard les errances et latences du terrain, mais aussi ses frayeurs face à l’appareil de surveillance et de répression saoudien que l’on sent omniprésent (chapitre 2). L’ouvrage interpelle sur la façon dont on fait de la recherche dans et sur Royaume, une recherche en Occident trop souvent dominée par des théories et tropes basés sur la vision des puissants, de ceux à qui parlent la diplomatie et la collaboration économique, militaire et sécuritaire. Il invite aussi à déconstruire la notion de « jeunesse saoudienne », diverse et évolutive, objet de tant de spéculations sous un nouveau Prince héritier qui se prévaut de son soutien.

  • 3 Ménoret, Pascal Graveyard of Clerics: Everyday Activism in Saudi Arabia, Stanford : Stanford Univer (...)

8Royaume d’asphalte n’est qu’une partie des résultats du travail de terrain minutieux et méticuleux et des recherches de l’auteur qui a donné lieu à un second ouvrage, Graveyard of Clerics : Everyday Activism in Saudi Arabia,3 où l’auteur, poursuivant sa réflexion sur le lien entre urbanisme et action politique, étudie le militantisme religieux qui se déploie dans le quotidien des périphéries résidentielles de Riyad. Le travail de Pascal Ménoret sur l’Arabie est incontournable.

Haut de page

Notes

1 Pascal Ménoret, Joyriding in Riyadh. Oil, Urbanism, and Road Revolt, Cambridge : Cambridge University Press, 2014.

2 Qui pour certains deviendront biduns ou « laisssés pour compte de la nationalité ».

3 Ménoret, Pascal Graveyard of Clerics: Everyday Activism in Saudi Arabia, Stanford : Stanford University Press, 2020.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Beaugrand, « MÉNORET Pascal, Royaume d’asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | décembre 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15518

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search