Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesD’Ottone Rambach Arianna, Hirschler (…)

Lectures

D’Ottone Rambach Arianna, Hirschler Konrad et Vollandt Ronny (éd.), The Damascus Fragments. Towards a History of the Qubbat al-khazna Corpus of Manuscripts and Documents

Orient-Institut Beirut, Ergon Verlag in Kommission 2020
Brigitte Marino
Référence(s) :

D’Ottone Rambach Arianna, Hirschler Konrad et Vollandt Ronny (éd.), The Damascus Fragments. Towards a History of the Qubbat al-khazna Corpus of Manuscripts and Documents, Beyrouth, Orient-Institut Beirut, Ergon Verlag in Kommission, 2020, 544 p.

Texte intégral

  • 1 S. Aljoumani, B. Liebrenz, F. Ioppolo, C. Bandt et A. Rattmann, C. Markschies, C. Erbay et K. Hirsc (...)
  • 2 R. Vollandt, G. Bohak, M. Lindgren Hjälm, G. Kessel, F. D’Aiuto et D. Bucca, S. Ammirati, G. Gianni (...)

1Au centre de cet ouvrage se trouve un petit bâtiment octogonal surélevé sur huit piliers, situé dans la cour de la mosquée des Omeyyades, à Damas. Initialement destiné à abriter le trésor de la mosquée, il fut ensuite utilisé, à partir de l’époque ayyoubide, pour stocker des manuscrits et documents dont les destinées furent diverses. Issu d’un colloque auquel ont participé, en 2018 à Berlin, des chercheurs venus de divers horizons scientifiques, l’ouvrage comprend seize articles qui, à la suite d’une longue introduction, s’organisent autour de deux axes : six contributions sur l’histoire de la Qubba1 et dix études sur des corpus rédigés en diverses langues et écritures (arabe, hébreu, syriaque, grec, latin, ancien français, arménien)2.

  • 3 D’abord S. Ory, puis F. Déroche et, plus récemment, J.-M. Mouton.

2Dans l’historiographie française, les documents arabes issus de la mosquée des Omeyyades sont connus grâce aux travaux de D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine qui, en 1963, les ont repérés au Musée des arts turcs et islamiques d’Istanbul. Tout au long de leur carrière, ils ont étudié, ainsi que certains de leurs disciples3, de nombreux documents de ce fonds. Identifiés par le personnel du musée comme étant les « papiers de Damas », ces documents (plus de 200 000) auraient été apportés à Istanbul par les autorités ottomanes à la suite de l’incendie de la mosquée en 1893. Les enquêtes menées ici sur la Qubba apportent un éclairage nouveau sur la trajectoire de ces manuscrits de Damas à Istanbul mais aussi, pour d’autres, moins nombreux et rédigés dans d’autres langues, de Damas à Berlin.

3Marquée par la tournée en Orient de l’Empereur Guillaume II, l’année 1898 constitue une date importante dans les relations entre l’Allemagne et l’Empire ottoman. Au cours de son voyage, l’empereur visite Damas, de même que le théologien berlinois spécialiste du Nouveau Testament, Hermann Freiherr von Soden (1852-1914), parti en quête de manuscrits. Ayant ouï dire que la Qubba renfermerait de précieux documents, von Soden adresse en 1899 un rapport à ce sujet au German Federal Foreign Office afin que des démarches soient entreprises auprès des autorités ottomanes pour solliciter l’ouverture du bâtiment. Suite à l’accord du sultan Abdul Hamid II, la Qubba est ouverte le 16 juin 1900 en présence des autorités ottomanes, des personnalités religieuses locales et de Bruno Violet (1871-1945), un jeune théologien allemand arrivé à Damas quelques jours plus tôt pour cette occasion. En 1900-1901, Bruno Violet peut consulter les documents « non-musulmans », qui lui sont apportés dans une pièce de la mosquée. Assisté d’un photographe local, Sulaymân Hakîm, il prend 214 clichés qui sont aujourd’hui consultables sur internet4.

4L’accès des savants allemands à ces documents ne s’arrête toutefois pas là : après avoir autorisé leur consultation sur place, le sultan consent en effet à les envoyer à Berlin sous forme de prêt. En 1901, 1 558 documents sont ainsi mis en caisses, transportés à Beyrouth et acheminés par voie maritime à Istanbul où ils sont photographiés par Ali Sami Bey, photographe officiel du sultan Abdul Hamid. Ils sont ensuite envoyés à Berlin où ils sont d’abord déposés au Musée royal, puis à la Bibliothèque royale. Le prêt des documents, initialement consenti pour une année, sera en fait prolongé jusqu’en 1909, date à laquelle, après avoir été partiellement photographiés (147 documents)5, ils sont renvoyés à Istanbul, puis, selon des modalités encore inconnues, à Damas.

5Dès le début du xxe siècle, cette opération, qui marque un grand tournant dans la vie de la Qubba, a des retombées scientifiques en Occident grâce aux diverses publications de von Soden et de Violet. Comme le montrent plusieurs légendes figurant sur des plans, des dessins ou des photographies, elle ne s’apparente cependant pas à une véritable découverte. Bien avant les négociations officielles entre Allemands et Ottomans, de nombreux acteurs – consuls, savants, voyageurs – s’étaient en effet mis en quête des documents de la Qubba ; sous la plume des divers contributeurs qui les ont rencontrés dans un large panorama de sources, ils entrent successivement en scène dans cet ouvrage.

6Johann Gottfried Wetzstein (1815-1905), consul de prusse (1848-1862), est bien connu pour avoir acquis, au cours de son séjour à Damas, une importante bibliothèque, la Rifâ‘iyya, qui se trouve aujourd’hui à Leipzig (Liebrenz, 2016). Dans une lettre qu’il adresse le 10 mars 1853 à Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888), professeur à Leipzig, Wetzstein indique que l’un de ses hôtes, Julius Heinrich Petermann (1801-1876), a acquis quatre splendides corans coufiques provenant d’une « khazîna ancienne et sacrée ». À cette époque, Wetzstein savait donc que la Qubba contenait de précieux documents.

7En 1861, un an avant le départ de Wetzstein, Edward Thomas Rogers, consul britannique, arrive à Damas ; il semble avoir pénétré dans la Qubba où il se serait procuré quelques documents. L’année suivante, il propose d’ailleurs au British Museum d’acquérir des antiquités et des manuscrits. Sa sœur, Mary Eliza Rogers, semble aussi, à travers ses publications, intéressée par les manuscrits orientaux dont elle possède d’ailleurs quelques spécimens. Le successeur de Rogers, Richard Francis Burton (1821-1890), ne semble pas vraiment intéressé par les manuscrits, mais il a pu, au cours de sa courte mission à Damas (1869-1871), jouer un rôle dans l’acquisition de documents provenant de la Qubba. Le 11 juillet 1870, il reçoit en effet la visite d’Edward Henry Palmer (1840-1882) et de Charles F. Tyrwhitt Drake (1846-1874) qui, eux, manifestent un intérêt pour les manuscrits. Les récits de voyage des trois hommes ne font aucune allusion à la Qubba mais Isabel Burton, épouse du consul, sait que le bâtiment renferme des « livres sacrés et mystérieux ». Nous ignorons s’ils ont pu pénétrer dans le bâtiment mais nous savons toutefois que la bibliothèque de l’université de Cambridge détient un fragment d’un manuscrit originaire de la Qubba, le célèbre Coran d’Amâjûr, gouverneur abbasside de Damas (256-264/870-878), dont on trouve un grand nombre de folios à Istanbul, mais aussi quelques fragments au Caire, en Arabie saoudite, à Berlin (dans la succession de Wetzstein) et à Damas, au Musée de la calligraphie arabe. Le fragment de Cambridge était autrefois détenu par Palmer qui l’a probablement acquis au cours de son séjour à Damas. Quant au fragment qui se trouve à la bibliothèque khédiviale du Caire, aurait-il été apporté, quelques années plus tard, par Bernhard Moritz, directeur de cette bibliothèque qui était venu examiner des documents de la Qubba avec Bruno Violet ?

8Dans l’ombre des acteurs anglais et allemands, se dessine la silhouette lointaine de Charles Schefer (1820-1898) qui, avant de devenir directeur de l’École des langues orientales, à Paris, profita de son séjour dans l’Empire ottoman en tant que drogman pour collecter un grand nombre de manuscrits actuellement conservés à la Bibliothèque nationale de France. Parmi eux figure un fragment de Coran qui, selon l’expertise de F. Déroche, provient de la Qubba. La présence de ce manuscrit dans le fonds de Scheffer montre, là encore, que des documents sont sortis de la Qubba bien avant l’ouverture officielle du bâtiment.

9Outre les savants et les diplomates européens, les autorités ottomanes sont, elles aussi, intéressées par les documents de la Qubba. Le gouverneur Nazim Pacha, qui accompagne Bruno Violet à la « bibliothèque publique » (Maktaba Ẓâhiriyya) pour y voir quelques fragments, montre aussi des documents de la Qubba à un patriarche, expert en langues anciennes. Il donne par ailleurs quelques photographies de manuscrits à Gertrude Bell, présente à Damas en 1905. Quelques décennies plus tôt, le gouverneur Şirvanizade Mehmed Rüşdü Pacha avait fait ouvrir le bâtiment au milieu des années 1860. Les archives de l’administration centrale ottomane à Istanbul montrent que les Ottomans sont très impliqués dans la récupération de ces documents. Ainsi, au mois de janvier 1917, se sentant menacées au Proche-Orient par l’avancée des Alliés et des troupes hachémites, les autorités ottomanes envoient au gouverneur de Syrie un télégramme ordonnant de transférer à Istanbul tous les fragments se trouvant dans la Qubba ; quelques semaines plus tard, un nouveau télégramme précise que cette opération, qui se déroulera en plusieurs fois, sera supervisée par l’armée.

10Si l’histoire de la Qubba peut-être prolongée jusque dans la deuxième décennie du xxe siècle, la trace de ses documents peut être suivie, en amont, jusqu’à l’époque médiévale grâce à la réutilisation de fragments de parchemins destinés à protéger des recueils composites. Couramment observée dans diverses sociétés, cette pratique fut sans doute facilitée, à Damas, par la proximité des libraires et des relieurs. Elle montre que la Qubba n’était ni un bâtiment définitivement clos, ni un espace isolé de la société damascène ; elle était, au contraire, étroitement intégrée à la fabrique du livre à Damas. Ainsi, les différentes contributions de cette enquête montrent que de nombreux documents se sont frayé un chemin hors de la Qubba depuis l’époque médiévale jusqu’à son ouverture officielle en 1900, non seulement à travers les efforts déployés durant plusieurs décennies par les savants et les diplomates européens mais aussi par l’activité quotidienne des Damascènes impliqués dans la fabrication des livres.

11Le grand mérite de cet ouvrage est, avant tout, d’avoir réuni autour de la Qubba des chercheurs venus d’horizons scientifiques divers, agissant jusqu’à présent au sein de leur propre champ linguistique. Un domaine de recherche nouveau, celui des Qubba Studies, est désormais mis en place autour d’un bâtiment dont l’importance a été mise en évidence. Ouverte quelques années après la découverte de la Geniza de Ben Ezra, au Caire, la Qubba de Damas est qualifiée par Bruno Violet de « Damascener Moschee-Genisah » ; comme cela est indiqué dans l’introduction, elle peut aussi être comparée, dans une certaine mesure, aux espaces où étaient déposés, dans les mosquées de Kairouan et de Sanaa, des manuscrits sacrés.

12Les minutieuses enquêtes retraçant les trajectoires des documents de la Qubba, non seulement jusqu’à Istanbul ou Berlin, mais aussi dans de nombreuses institutions situées de par le monde, se heurtent à l’absence d’une couverture photographique complète. Disposant seulement de deux semaines pour prendre des photos à une époque où le matériel nécessaire faisait défaut à Damas, Bruno Violet n’a pu réaliser que 214 clichés. Par ailleurs, seule une petite partie des documents envoyés à Berlin, où ils sont pourtant restés plusieurs années, ont été photographiés. Les photos prises à Istanbul n’ont, quant à elles, jamais été retrouvées. Quant aux documents qui étaient présents au Musée national de Damas jusqu’à une date relativement récente, quel a pu être leur sort au cours de plusieurs années de guerre ?

13De l’aveu même des éditeurs scientifiques, deux aspects de la Qubba devront être approfondis dans de futures recherches : il faut en effet la situer non seulement dans le cadre de l’expansion coloniale européenne au Moyen-Orient mais aussi dans le cadre de la société damascène et du monde des livres. Même si, grâce à un remarquable travail codicologique, on peut imaginer l’activité des artisans impliqués dans la fabrication des livres, les acteurs locaux demeurent en effet très discrets dans cette enquête ; seuls quelques individus sont identifiés dans l’entourage de Bruno Violet et d’autres dans les documents de l’administration centrale.

  • 6 Sur les documents conservés dans la citadelle du Caire au début du xvie siècle, au moment de la tra (...)
  • 7 La liste de ces registres – Dimaşk (Şam) sicilleri (evamir-i sultaniye) – est consultable à l’adres (...)

14Une des pistes ouvertes dans cet ouvrage au sujet des documents conservés à Damas, hors de la Qubba, nous conduit jusque dans la citadelle : dans les années 1830, un voyageur allemand, Hermann von Pückler-Muskau (1785-1871), y pénétra en effet dans des lieux remplis de documents abandonnés (Liebrenz, 2016). Signalons que l’existence de documents dans la citadelle est par ailleurs attestée dans un traité juridique composé au xviie siècle sur les registres sultaniens : selon ‘Alâ al-Dîn al-Ḥaṣkafî (m. 1677), ceux-ci y sont conservés dans des coffres scellés qui ne peuvent être ouverts qu’avec la permission du gouverneur ou de son secrétaire (Burak, 2016)6. Ces registres font sans doute partie des documents signalés par le voyageur allemand au xixe siècle. À l’époque d’al-Ḥaṣkafî, au xviie siècle, ces registres constituent toutefois des archives ; il ne s’agit pas, comme la Qubba, d’un dépôt. D’ailleurs, quelques actes juridiques consignés dans les registres des tribunaux de Damas au xviiie siècle font allusion aux registres conservés dans la khazîna, bâtiment qui, dans la citadelle, abrite les ressources financières et les correspondances officielles entre l’Empire et la Province ; lorsque la procédure l’exige, les justiciables peuvent se procurer des documents consignés dans les registres ottomans et les présenter aux autorités juridiques locales pour faire valoir leurs droits. L’abandon progressif de ces archives et leur éventuelle réutilisation, à l’instar des documents de la Qubba, mériteraient une attention particulière dans de futures recherches. Par ailleurs, douze registres d’ordres sultaniens (awâmir sulṭâniyya), établis pour la plupart au xixe siècle et dans la première décennie du xxe siècle, sont conservés à Damas (Markaz al-wathâ’iq al-târîkhiyya) et consultables, sous forme numérique, à Istanbul (İslam Araştırmaları Merkezi)7. Ne pourraient-ils pas contenir des éléments nouveaux dans le cadre de cette passionnante enquête sur la Qubba et compléter ainsi les informations fournies par les documents de l’administration centrale, à Istanbul ?

Haut de page

Bibliographie

BURAK Guy, 2016, « Evidentiary truth claims, imperial registers, and the Ottoman archive: contending legal views of archival and record-keeping practices in Ottoman Greater Syria (seventeenth-nineteenth centuries) », Bulletin of the School of Oriental and African Studies 79/2, p. 233-254.

LIEBRENZ Boris, 2016, Die Rifā‘īya aus Damaskus. Eine Privatbibliothek im osmanischen Syrien und ihr kulturelles Umfeld, Leyde, Brill.

MICHEL Nicolas, 2013, « Les Circassiens avaient brûlé les registres », in Lellouch Benjamin et Michel Nicolas (dir.), Conquête ottomane de l’Égypte (1517). Arrière-plan, impact, échos, Leyde, Brill, p. 225-268.

Haut de page

Notes

1 S. Aljoumani, B. Liebrenz, F. Ioppolo, C. Bandt et A. Rattmann, C. Markschies, C. Erbay et K. Hirschler.

2 R. Vollandt, G. Bohak, M. Lindgren Hjälm, G. Kessel, F. D’Aiuto et D. Bucca, S. Ammirati, G. Giannini et L. Minervini, L. Khachikyan et A. Matevosyan, A. D’Ottone Rambach et K. Hirschler.

3 D’abord S. Ory, puis F. Déroche et, plus récemment, J.-M. Mouton.

4 https://bibelexegese.bbaw.de/handschriften/damaszener-handschriften/

5 https://digitalstaatsbibliothek-berlin.de

6 Sur les documents conservés dans la citadelle du Caire au début du xvie siècle, au moment de la transition entre Mamlouks et Ottomans, voir Michel (2013).

7 La liste de ces registres – Dimaşk (Şam) sicilleri (evamir-i sultaniye) – est consultable à l’adresse suivante : http://ktp.isam.org.tr/?url=kaynaksicil

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « D’Ottone Rambach Arianna, Hirschler Konrad et Vollandt Ronny (éd.), The Damascus Fragments. Towards a History of the Qubbat al-khazna Corpus of Manuscripts and Documents », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | décembre 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15525

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France ; brigitte.marino[at]univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search