Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUETagāwuṣt à l’aube du XVIe siècle

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

Tagāwuṣt à l’aube du XVIe siècle

Commerce saharien et expansion ibérique d’après un document arabe inédit
Tagāwuṣt at the Dawn of the 16th century: Saharan commerce and Iberian expansion according to a previously unpublished Arab document
Yassir Benhima
p. 79-100

Résumés

Tagāwuṣt, la principale ville de l’Oued Noun au début du xvie siècle est le siège d’un pouvoir régional, constitué à travers l’alliance de Bū Ṭāṭā. Port caravanier actif, elle est devenue l’enjeu d’une rivalité intense entre Espagnols, nouvellement implantés aux Canaries, et Portugais qui contrôlent les réseaux du commerce atlantique reliant le Maroc et les côtes africaines. La lettre arabe inédite publiée dans cette étude, adressée par les maîtres de Tagāwuṣt au roi du Portugal Manuel Ier, offre un témoignage précieux sur la position des acteurs locaux face aux puissances ibériques. La connexion des réseaux transsahariens et atlantiques est particulièrement cruciale pour l’analyse des dynamiques des sociétés sahariennes à l’ère de la « première mondialisation ».

Haut de page

Texte intégral

1Au rebours d’un régime documentaire corseté par le filtre narratif de l’historiographie officielle, l’exploitation d’archives ouvre des perspectives insoupçonnées à l’étude de l’histoire du Maghreb médiéval. Dans une zone, comme l’Oued Noun, reléguée dans une marginalité politique chronique depuis le très haut Moyen âge jusqu’à nos jours, l’apport de documents épars s’avère précieux pour éclairer ponctuellement les dynamiques sociales, économiques et politiques. Le contexte particulier de l’expansion ibérique, portugaise principalement mais aussi espagnole par endroit, a été un relais inhabituel d’information sur les pouvoirs politiques locaux. La conservation fortuite de rares documents en arabe dans les fonds d’archives ibériques permet ainsi d’éclairer un pan d’une mémoire complètement oblitérée par les sources rédigées dans les sphères du pouvoir central.

2Le document inédit dont je propose ici l’édition et l’étude concerne la ville saharienne de Tagāwuṣt, située dans l’actuelle province de Guelmim au Maroc. Seul document arabe connu émanant des autorités locales au tournant des xve-xvie siècles, il vient compléter un dense tableau historiographique reposant exclusivement sur les sources ibériques (Rumeu de Armas 1956). Comprendre les enjeux et la portée de ce document nécessite un examen multiscalaire, tant au niveau temporel (du temps long aux soubresauts de l’événement) que spatial (de l’échelon local aux projections atlantiques et sahariennes de la ville). Ainsi, préalablement à l’édition du document, il importe d’expliciter les conditions de la genèse médiévale de Tagāwuṣt, avant de mettre en valeur, dans le commentaire historique du texte, ce que celui-ci apporte à la connaissance de la situation politique locale, des interactions diplomatiques avec les deux puissances ibériques, puis des connexions transsahariennes de ce port caravanier actif.

De Nūl à Tagāwuṣt : la genèse d’une ville tardo-médiévale

3La plus ancienne mention de Tagāwuṣt se trouve dans la géographie d’Ibn Sa‘īd (m. 1274), texte écrit vers 1260. C’est en décrivant la première partie du deuxième climat, selon la classification de la géographie astronomique ptoléméenne, que l’auteur mentionne Taghawust, qualifiée de chef-lieu (qā‘ida) des Berbères Gzūla. Il précise par ailleurs qu’elle est située à proximité de Nūl Lamṭa (qu’il place d’une manière erronée à l’ouest) et que le territoire des Gzūla s’étendait jusqu’au littoral atlantique (Ibn Sa‘īd, p. 113). La caractère vague de la description laisse néanmoins apparaître quelques constats : proche de Nūl, centre urbain précoce, Tagāwuṣt appartient comme sa voisine à une tribu berbère du groupe Ṣanhāja. L’auteur ne fait pas état de la présence, dans ce peuplement hétérogène, de nomades arabes alors qu’au moment où il écrit, plusieurs groupes issus des Ma‘qil avaient déjà atteint la plaine du Sūs.

4Marginale, cette zone du nord du Sahara tombe dans l’oubli pendant l’époque mérinide. La dynastie sultanienne, privilégiant une projection andalouse ou maghrébine, tourne le dos aux confins méridionaux du Maroc. Même le Sūs, ancien foyer de l’almohadisme, ne fut sous l’emprise mérinide que par intermittence. Cela explique en partie le mutisme de l’historiographie mérinide sur les dynamiques politiques et territoriales qui impliquent Tagāwuṣt. Seul Ibn Khaldūn, dans le tableau qu’il brosse des différentes tribus des Maṣmūda, réserve quelques lignes à la ville. Ainsi, il évoque au sud de l’Oued Nūl, le pays (balad) de Tagāwuṣt (orthographiée Tākāwuṣt), lieu où se rassemblent caravanes (rifāq) et marchandises (baḍā’i‘). Elle accueille un marché réputé fréquenté par des marchands venus de tous horizons qui se réunissent pendant un jour (probablement un jour par an). Ibn Khaldūn (‘Ibar 6 : 274) rappelle par ailleurs qu’à deux jours de marche de là se trouvait la ville d’Ifrī, au pied de la montagne de Nguīsa.

  • 1 Ces frappes portent respectivement les toponymes de Nūl pour les émissions les plus anciennes, puis (...)

5Les sources ne précisent pas dans quelles circonstances Tagāwuṣt vient supplanter, comme principal port caravanier dans la région, la ville alto-médiévale de Nūl. Pôle commercial important à l’époque almoravide, Nūl est un atelier monétaire très actif, avec notamment des frappes régulières de dīnār-s de 494/1100-1 501/1107-8 à 540/1145-6 (Medina Gómez, 1992 : 325-330 ; Eustache, 2017 : 173-183)1. En tant que débouché au nord du Sahara de l’axe occidental du commerce transsaharien contrôlé par les Almoravides, Nūl semble accuser à l’avènement des Almohades un déclin irrésistible. Ainsi, pouvons-nous constater un glissement dans l’usage du toponyme qui décrit désormais le plus souvent une région entière plutôt qu’un centre urbain unique. Nūl et sa région deviennent alors les marges d’un espace politique qui n’intègre plus, comme à l’époque almoravide, l’immensité désertique du Sahara. C’est donc surtout comme limite méridionale du Sūs, que Nūl est citée, comme ville (madīna) par les géographes de la deuxième moitié du xiie siècle (al-Idrīsī, t. 3 : 224, al-Zuhrī : 190 ; istibṣār : 213), puis comme territoire ou pays (bilād) délimitant les possessions almohades sous le calife al-Manṣūr (1184-1199) (Ibn Abī Zar‘ : 217 et 230) ou mérinides du règne d’Abū Yūsuf (1258-1286) (Dhakhīra : 90 et 119). Dans cet anonymat du pays de Nūl, une mention unique atteste l’émergence nouvelle d’un noyau de peuplement, Asrīr, dont le souvenir est perpétué par une notice dans le recueil hagiographique du Tashawwuf. La localité d’origine de Muḥammad b. ‘Umar al-Lamṭī est décrite par al-Tādilī comme appartenant au pays des Lamṭa, sans aucune autre précision (al-Tādilī : 344).

  • 2 À titre d’exemple, on peut renvoyer aux occurrences d’Asrīr dans les notices biographiques des ṭaba (...)

6À ce caractère évanescent du souvenir de Nūl à l’époque almohade, les recherches archéologiques de la mission Sous-Tekna apportent quelques éléments de compréhension. Les fouilles entreprises dans plusieurs zones de l’oasis d’Asrīr ont révélé l’existence de nombreuses séquences d’occupation qui suggèrent une configuration polycentrique de Nūl. Le secteur de Tuflit al-Ḥarrāṭīn a livré un matériel archéologique, dont des dénéraux de type fatimide et des céramiques, attestant une occupation très précoce, confirmée par la datation haute des échantillons C14, oscillant entre 690 et 980 (Bokbot 2013 : 51-52 et González Marrero 2011). La forteresse d’Agwīdir, présentant plusieurs niveaux de systèmes défensifs en terre, daterait plutôt du Moyen âge central, avec une fourchette chronologique englobant les périodes almoravide et almohade (Cressier 2013 et Bokbot 2013 : 33). L’occupation domestique dont les vestiges ont été repérés par plusieurs sondages, suggère quant à elle une datation plus tardive, du xiiie au xve siècle (Bokbot 2013 : 35-45) ; un dernier secteur prolonge l’occupation millénaire du site d’Asrīr au début de l’époque moderne, entre les xve et xviie siècles (Bokbot 2013 : 45-49). L’étendue de l’arc chronologique révélée par l’archéologie montre donc qu’à l’ancienne Nūl, prospérant du Haut Moyen âge à la chute des Almoravides, a succédé une phase d’occupation qui coïnciderait avec l’émergence d’Asrīr, site dont l’occupation et le rayonnement se sont poursuivis tardivement2.

7Parallèlement aux mutations de l’occupation de Nūl, les récentes investigations archéologiques menées sur le site de Kṣābī, formellement identifié comme l’emplacement de l’ancienne Tagāwuṣt, confirment la trame chronologique suggérée par les sources. Les sondages réalisés ont mis au jour une zone d’habitat et les vestiges d’un rempart délimitant probablement l’emprise urbaine de la ville. Les séquences stratigraphiques attestent une occupation longue, pouvant remonter au xiie siècle et se prolongeant dans certains secteurs jusqu’au xixe siècle (Onrubia 2015).

  • 3 Les planches de l’Atlas Catalan sont consultables en ligne sur le site de gallica.bnf.fr

8La disparition de Nūl et l’émergence à Tagāwuṣt d’un nouveau pôle régional suscitent une autre interrogation importante. S’agit-il de la conséquence d’un renversement du rapport de force entre les Lamṭa et leurs voisins Gzūla, principaux occupants de Tagāwuṣt selon Ibn Sa‘īd ? Il faut remarquer à ce propos que la définition des territoires propres à chacun de ces deux ensembles tribaux est malaisée. Ainsi, en remontant à l’époque d’al-Bakrī, on voit les deux tribus occuper conjointement les territoires situés dans le sud du Sūs (Bakrī : 161). La prééminence des Lamṭa à l’époque almoravide, justifiant notamment l’association explicite du groupe tribal à Nūl dans les frappes almoravides, pourrait traduire un rapport de force défavorable aux Gzūla. Un renversement de la situation serait-il à l’œuvre depuis ? Il est incontestable que les Gzūla vont occuper à la fin du Moyen âge un espace étendu dans la zone présaharienne jusqu’à constituer un soutien capital pour le futur mouvement saadien. La représentation dans l’Atlas Catalan de 1375 de la lisière du Sahara au sud de l’Anti Atlas, en figurant en grand le nom des Gozola, constitue un indice indirect de cette évolution3.

9Dans cette histoire de Tagāwuṣt qui nous échappe presque totalement, le surgissement des acteurs européens éclaire au passage des pans inconnus de l’histoire locale. Mais l’optique des documents ibériques, castillans ou portugais, reste manifestement eurocentrée. Le document présenté ici, à défaut de pouvoir rééquilibrer un récit historique inégal, reflète directement le point de vue des acteurs politiques locaux.

Lettre de deux dignitaires de Tagāwuṣt au roi Manuel Ier : édition et traduction

Reproduction de la lettre (texte en arabe)

10Source : Archives nationales de de la Torre do Tombo à Lisbonne : [CCI/Mç 113 Doc 26 (Mf 3236)].

11الحمد لله وحده و لا قوة الا به 1

122 الكتب الى السلطن الكبير في قومه العادل في رعيته الوافي في

133 عهده الصادق في قوله دون ملوان (كذا) سلطن برتقال الكتب اليك

144 من الشاب المكرم اخو الشيخ دالك سعيد بن ميمون و صاحبه

155 الطالب عبد الله اما بعد قال لك انا الدي مشيت الى مجلس سلطان الفو

166 نشي فرناندوا و السلطانة دونيا جبيل و كرمونا و عملو معنا

177 خير اكثير و رسل معنا النص دوليكو اقايد تينريف و اتينا معه

188 الى مرصا اساكا و اشتغل برايه و خرج عن امر السلطان و السلطانة

199 واخده الله و غدر المسلمين و هرب الى تجاوصت و كرمناه بعد نقضه

2010 العهد و عملنا معه خيرا كثيرا في حق السلطان و السلطانة و رجع

2111 الى داره سالما و ماتت من اهل تجاوصت على سببه اثنا عشر رجلا و خسرنا

2212 في سببه نحو الف مثقال و لا نرضوا ننقضو عليه عهد واخده الله

2313 فالى هذا وقت عملك السلطان ابوك سلطان الفونشي في عوضه فمرحبا

2414 بك البلاد بلادك و لا يكون فيها الا ما تحب و تريد و يسلم سعيد على السلطا

2515 نة دون مري و قال لك بالمارة يوما كان ابوك السلطان و امك (...) في مرج غرنا

2616 طة و ركب الفقيه عبد الله على الجمل و رغا و نفرت البغلة بالسلطانة و دهش

2717 جميع من هناك غير السلطان قبض بلجام البغلة فان كان ما قلت حقا فاعلم

2818 ان جميع ما كتبت لكم حقا و خدمتنا لأبيك و امك الى الان ما ننقض عهدنا و عهد

2919 هم و مشينا العام الفايت الى دار لنصو دي لك و جينا معه و كذبت له العرب

3020 و عمل باخبارهم و لا وفق الله له معهم حجة فالى الان جميع ما كنا فيه من خدمنا

3121 لابيك فنحن لك فيها بغاية جهدنا و النصيحة و نحن الذي نسافروا لبلاد

3222 السحراء الى بلاد السودان من جناوت الى زارا الى تينبكتوا و بلادنا هذه

3323 هي مرصا بلاد السحراء و السودان بينها و بين وادان عشرين يوما و بينها

3424 و بين تينبكتو ثلاثين يوما و بيننا و بين زارا اربعين يوما و لنا انا و صاحبي

3525 نحو اربعين طريقا في هذا الذي ذكرنا لك و بيننا و بين تغاز خمسة عشر يوما

3626 و بينها و بين تينبكتو خمسة عشر يوما في المامون و جميع من في هذه البلاد

37Verso

381 يطلبو سلعت بلادكم و جميع ما يحتاج اليه عرب الصحراء بدارك جزيرة

392 ءاركين هو ببلادنا و هذا الكتب عوضا عن اقدامنا اليوم و ادا وعد

403 الله و جيئناك نردو عليك اكثر من هذا بالسننا و السلام على من اتبع

414 الهدى و كتبنا لك يوم تمانية عشر يوما من ينيه سد سعيد

42بن ميمون

43الطالب عبد الله

44ابن ابو بكر

45Pli – (verso)

46يتولى حله

47السلطن

48دون ملوان (كلمة غير مقروءة)

Traduction de la lettre

49Cette proposition de traduction opte volontairement pour une transposition en français, au plus près de la lettre et des formulations du texte arabe, loin de toute tentative d’amélioration stylistique ou littéraire, et en respectant ainsi un niveau de langue très éloigné des standards de la chancellerie classique. Tout titre ou terme à caractère institutionnel est conservé (en translittération ou, si elle existe, dans une forme francisée) ; les noms propres identifiés, sont rendus dans la langue d’origine (arabe, castillan ou portugais), selon les usages orthographiques attestés dans les documents contemporains.

50Recto

511 Louange à Allāh Seul et nulle force si ce n’est par Lui, et après

522 Cette lettre s’adresse au Sultan, grand parmi les siens, juste envers ses sujets, fidèle dans

533 sa promesse, véridique dans sa parole, Don Manuel (Malwān sic), le sultan du Portugal. Cette lettre vous est adressée

544 par le Shābb (Jeune) honoré, le frère du Shaykh, ton serviteur, Sa‘īd b. Maymūn et son compagnon

  • 4 Le nom al-Funshī est utilisé ici comme nom générique des rois de Castille, le nom d’Alfonso étant t (...)

555 al-Ṭālib ‘Abd Allāh ; et après, il t’informe : je m’étais rendu auprès du sultan castillan (al-fūnshī)4

566 Fernando (Firnāndū) et la sultane Doña Isabel (Dūnyā Jabīl) ; ils nous reçurent avec générosité et nous prodiguèrent

577 beaucoup de bien et ils ont envoyé avec nous Alonso de Lugo (Alunṣū dī Līgū) le caïd de Tenerife (Tīnīrīf). Nous sommes venus avec lui

588 jusqu’au port d’Asākā ; alors il se comporta à sa guise en s’écartant de l’ordre du Sultan et de la Sultane

599 qu’Allāh le blâme. Il a trahi les musulmans et s’est réfugié à Tagāwuṣt ; nous l’avons honoré même s’il a rompu

6010 le pacte et nous l’avons traité avec beaucoup de bien en l’honneur du Sultan et de la Sultane, puis il retourna

6111 chez lui sain et sauf. À cause de lui, douze hommes de Tagāwuṣt sont morts et nous avons perdu

6212 environ mille mithqāl-s ; malgré cela, nous ne souhaitons pas rompre le pacte qui nous lie ; qu’Allāh le blâme !

  • 5 Le nom al-Funshī désigne ici Afonso V (1438-1481), roi du Portugal.

6313 Depuis le temps que ton père le roi Afonso (al-Fūnshī)5 t’a nommé pour sa succession tu es le bienvenu ;

6414 ce pays est le tien et tu peux y faire ce que tu désires et que tu veux. Sa‘īd salue la Sultane

  • 6 Littéralement, le texte arabe parle de marj, prairie.

6515 Dona María (Dūna Mariya) et lui dit : la preuve {que nous nous connaissons}, le jour où {nous étions avec} ton père le Sultan et ta mère (lacune), dans la campagne de Grenade6 ;

6616 quand le faqīh ‘Abd Allāh est monté sur le chameau, ce dernier a blatéré. Prise de peur, la mule s’est enfuie avec la Sultane, étonnant

6717 toute l’assistance, sauf le Sultan, qui a saisi le mors de la mule. Si ce que je raconte est véridique, sache

6818 que tout ce que j’écris l’est aussi et que nous sommes au service de ton père et de ta mère, nous ne trahissons pas notre engagement et le

6919 leur. Nous sommes allés l’an passé chez Alonso de Lugo puis nous sommes revenus avec lui ; les Arabes lui ont menti

7020 et il les a crus, puisse Allāh faire qu’aucun de leurs desseins ne réussisse. Jusqu’à maintenant, ce que nous faisions au service

7121 de ton père nous le faisons pour toi, en déployant tous nos efforts et conseils. C’est nous qui voyageons

7222 au Sahara puis au pays des Sūdān, de Guinée (Janāwat) à Zārā et à Tombouctou (Tīnbuktū). Notre pays est

7323 le port du Sahara et du pays des Sūdān : d’ici à Wādān vingt jours et à

7424 Tombouctou trente jours ; entre nous et Zārā quarante jours et nous avons, mon compagnon et moi

7525 environ quarante routes dans {la direction} indiquée. Entre notre pays et Taghāza quinze jours

7626 et de cette dernière à Tombouctou quinze jours dans des conditions sûres. Tous ceux qui habitent dans ces pays

77Verso

781 demandent les marchandises de votre pays et tout ce dont ont besoin les Arabes du Sahara de ta demeure dans l’île

792 d’Arguīn nous l’avons dans notre pays. Ce message nous dispense de venir aujourd’hui te voir mais si Allāh

803 réalise cette promesse, nous viendrions te voir et nous te répondrons plus amplement de vive voix. La paix soit sur ceux qui suivent

814 la guidance. Nous t’écrivons le jour du dix-huit juin. Sīdī Sa‘īd

825 b. Maymūn

836 al-Ṭālib ‘Abd Allāh

847 ibn Abū Bakr

85Plus bas, dans la pliure du document :

86Se charge de l’ouvrir

87Le Sultan

88Don Manuel (Malwān) (mot illisible ?)

89Ce document est écrit dans un niveau « commun » de langue, qu’il est malaisé d’identifier avec précision. Très loin des standards de la fuṣḥā, telle qu’elle peut apparaître chez les prosateurs qui officiaient dans les grandes chancelleries du Maghreb et al-Andalus, le texte relèverait plutôt de la catégorie du moyen-arabe (Lentin 2008). Nous sommes en effet devant un texte rédigé en toute vraisemblance par un lettré du cru, probablement un berbérophone dont la connaissance de l’arabe repose sur une érudition limitée. Les usages orthographiques dénotent par exemple une absence systématique de la hamza (sauf pour la notation d’Arguīn), l’absence quasi-générale des interdentales (sauf pour mithqāl) ou encore l’interversion des emphatiques et des consonnes proches (marṣā pour marsā ; al-saḥrā’ pour al-ṣaḥrā’). Au niveau morphologique, on peut observer que l’adjectif relatif, al-ladhī, est utilisé d’une manière invariable sans tenir compte du nombre. La conjugaison de la première personne du pluriel en n~ū (nusāfirū ; naruddū) est un trait du dialectal marocain dont la présence est familière dans des textes de cette période, comme ceux émanant de la région de Safi.

90Daté du 18 juin, sans aucune indication de l’année, ce texte isolé par le hasard de la conservation documentaire semble s’insérer dans une séquence d’échanges épistolaires continus, justifiant ainsi l’omission de l’année. C’est une pratique fréquente dans les lettres arabes conservées à Lisbonne et émises par des pouvoirs ou des chefs locaux ne disposant pas de chancelleries organisées et codifiées.

Le pouvoir politique à Tagāwuṣt et les Bū Ṭāṭā

91Nos informations sur l’histoire politique de Tagāwuṣt au tournant des xve-xvie siècles sont très parcellaires. Du côté des sources narratives, seul Léon l’Africain, de passage dans la ville en 1513, fournit quelques indications sommaires : la population serait partagée en trois « partis », le plus souvent en conflit ; au gré des alliances, les Arabes des alentours peuvent apporter leur soutien à l’un ou l’autre protagoniste (Léon l’Africain : 93). Ce paysage politique fragmenté, décrit grossièrement, est caractéristique de la moitié sud du Maroc à cette époque. L’absence de l’emprise d’un pouvoir central, qu’il s’agisse des Waṭṭāsides de Fès ou des Hintāta de Marrakech, est propice à l’émergence d’acteurs politiques divers, souvent antagonistes, se disputant localement la mainmise sur une ville et son territoire. Ce scénario est bien connu ailleurs, comme à Safi, où s’affrontent deux leff-s (alliances de groupes tribaux) opposés.

92L’état décrit par Léon l’Africain est difficile à corréler avec les données des sources documentaires, globalement antérieures d’une décennie. Le document édité ici est émis au nom de deux dignitaires de Tagāwuṣt. Le premier, Sa‘īd b. Maymūn, se présente comme le frère du Shaykh, titre désignant vraisemblablement Muḥammad b. Maymūn, « señor de Tagaos » selon le texte castillan des capitulations de 1499 (Rumeu de Armas 1957 : 73). Le second, ‘Abd Allāh b. Abī Bakr, est associé dans le document au titre de ṭālib (deux fois) et de faqīh (une fois). Les deux termes sont visiblement interchangeables : si celui de faqīh n’appelle aucun commentaire particulier, on peut rappeler que le mot ṭālib est un reliquat de la terminologie almohade qui a continué à qualifier les lettrés dans le sud du Maroc jusqu’à une époque très récente.

93Adressée au nom de Tagāwuṣt, la lettre ne fait pas état de l’alliance politique qui lie la ville à d’autres localités de la région. Cette alliance nous est connue grâce au texte de la soumission signée en 1499 avec les Castillans, qui englobe Tagāwuṣt et les autres signataires sous le nom générique de Vutata. Ce nom, restitué par les historiens modernes par la forme Buṭāṭā, substitue probablement l’arabe Bū au berbère Ū, auquel le mot Ṭāṭā est habituellement annexé.

94Cet exemple est le plus ancien cas connu d’un type d’alliance observé, dans l’état actuel de la recherche, uniquement dans des contextes ethnographiques. Forgé à partir de la racine tḍ ou dḍ qui donne le verbe tted ou ddeḍ (téter), le terme taḍa (prononcé aussi taṭa en fonction des caractéristiques phonologiques des différents groupes berbères) signifierait allaitement (Belghazi 2008 : 16-17) ou allaitement collectif (Marcy 1936 : 1-2). Selon les études qui ont porté principalement sur le Moyen Atlas, le pacte de taḍa pouvait être contracté à plusieurs niveaux du corps social, du simple hameau ou village à la tribu entière en passant par le grade intermédiaire de l’unité clanique. Généralement tirés au sort, les membres des groupes alliés fraternisent avec leurs nouveaux alliés, dans une cérémonie autour d’un repas collectif. Or, il semble que les formes anciennes de ce rituel impliquaient également la consommation effective du lait maternel de femmes appartenant aux groupes alliés. La fraternisation par colactation entraîne ainsi une solidarité étroite entre groupes, au niveau politique et militaire ou pour la gestion des ressources naturelles, mais tisse aussi de nouveaux liens de parenté sanctionnés notamment par des interdits matrimoniaux comparables à ceux qui frappent, dans la norme musulmane, les frères et sœurs de lait (Marcy 1936 ; Bruno et Bousquet 1946 : 365-368 et Belghazi 2008).

95Le document de 1499, conservé uniquement dans sa version castillane, est la source majeure pour comprendre la situation politique dans la région (Rumeu de Armas 1957 : 73-79). En faire une exégèse détaillée dépasse les limites imparties à cet article ; il est néanmoins nécessaire de rappeler les contours territoriaux qu’il assigne aux Bū Ṭāṭā. D’abord, le texte décrit cette entité comme un « reyno », terme dont l’ambivalence autorise d’y voir un domaine ou un territoire plutôt qu’un véritable royaume, même si un passage du document évoque le précédent « rey de la Vutata ». Cet ensemble territorial est d’une étendue large, car il englobe plusieurs parties. D’abord la ville de Tagāwuṣt, décrite comme la capitale des Bū Ṭāṭā (cabeça que es del reyno de la Vutata), est associée avec deux localités voisines, Agaos et Tisigunan). La ville d’Ufrān (ou Ifrān), commandant 38 localités, était dirigée par un qāyid (caïd, terme transcrit dans le document alcayre et traduit par capitán). Le château d’Ifnī (Yfini dans le texte), décrit également comme port, forme avec le groupe tribal (vando) de Awlād ‘Ammār, un troisième ensemble, représenté par le shaykh (exeque) de ces derniers. La ville de Tmanārt, à la tête de plusieurs localités fortifiées (villas çercadas) situées sur les rives de l’Oued Tmanārt, avait à sa tête le qāyid Sulaymān b. Dāwūd. Enfin, le cinquième ensemble, organisé autour de Tagamart, probablement l’oasis de Tighmart, près d’Asrīr, est dirigé par le neveu de l’ancien chef des Bū Ṭāṭā.

  • 7 Très riches en éléments issus de textes écrits ou de récits oraux, mais desservis par une expressio (...)

96Derrière les limites du territoire des Bū Ṭāṭā que brosse le document de 1499, se profile donc une alliance politique d’ampleur, centrée principalement autour de grands sites urbains ou ruraux fortifiés. À l’exception des Awlād ‘Ammār, l’on peut souligner l’absence de toute autre occurrence de tribus ; ce constat permet d’interroger la pertinence d’une lecture exclusivement « tribale » de l’histoire régionale (Naïmi 2004)7. Il convient également de noter que dans cet état, il est difficile d’établir avec certitude des éléments préfigurant la naissance de la confédération des Takna qui structure la société locale à l’époque précoloniale (Monteil 1948 ; Lydon 2009).

Tagāwuṣt et les puissances ibériques

97La lettre éditée ici est un vestige rare d’une activité diplomatique continue du pouvoir de Tagāwuṣt, et plus globalement de l’alliance des Bū Ṭāṭā. Située dans la sphère d’influence espagnole, entrant même dans la vassalité des Rois Catholiques en 1499, Tagāwuṣt entretient également des liens moins connus avec la couronne portugaise. À la rivalité séculaire entre les deux puissances, particulièrement exacerbée par le tournant global de leurs expansionnismes respectifs, l’alliance matrimoniale scellant la paix entre les deux couronnes ajoute une source supplémentaire de complexité. Dans leur action diplomatique, les maîtres de Tagāwuṣt ont dû ainsi composer avec ces différents paramètres.

98L’auteur de la lettre qualifie le roi Manuel de fils de son prédécesseur, Afonso (alfunshī en arabe). Il s’agit visiblement d’une double méprise, liée aux circonstances particulières de la dévolution du pouvoir dans la dynastie régnante au Portugal. D’abord, Manuel Ier succéda à João II (1481-1495) et non pas à Afonso V (1438-1481) : cette erreur traduit-elle seulement une simple méconnaissance factuelle ou serait-elle le reflet de relations plus anciennes entre Tagāwuṣt et les Portugais pendant le long règne d’Afonso ? D’une manière erronée, l’auteur de la lettre fait ensuite de Manuel Ier le descendant de son prédécesseur, ignorant vraisemblablement les circonstances particulières de cette succession. En effet, l’unique fils et l’héritier présomptif du roi João II, Dom Afonso, mourut accidentellement le 25 juillet 1491, laissant poindre un grave problème de succession. Tenté un temps de nommer son fils illégitime Jorge, João II se résigna à reconnaître Dom Manuel comme successeur légitime peu avant sa mort le 26 octobre 1495. Frère de la reine Leonor, il était en effet le premier dans l’ordre de succession dans la descendance du roi Duarte (1433-1438), après l’extinction de la lignée du roi Afonso V (Aubin 2000, p. 49-82 ; Oliveira e Costa 2011, p. 98-104).

99L’auteur de la lettre interpelle aussi María, fille d’Isabel et de Ferdinand, alors récemment mariée à Manuel Ier. Née à Cordoue en 1482, María est la quatrième des cinq filles du couple royal espagnol. Sa sœur aînée Isabel, née en 1470, avait épousé en secondes noces le roi Manuel Ier, mais elle meurt prématurément en 1498, quelques mois après avoir rejoint le Portugal. Afin de continuer à sceller par le mariage l’alliance avec la couronne portugaise, ses parents décident le mariage du jeune veuf avec la sœur cadette de la défunte. Le mariage est célébré à Grenade le 24 août 1500. Reine de Portugal, elle meurt en 1517 après avoir donné naissance à dix enfants, dont le futur roi João III (1521-1557) (Ávila Seoane 2016). La mention de la reine María dans la lettre, et l’insistance de l’auteur à rappeler l’anecdote sur la présence d’al-Ṭālib ‘Abd Allāh en compagnie de la famille royale dans les environs de Grenade, témoigne de l’intelligibilité par les maîtres de Tagāwuṣt des subtilités du jeu politique entre les deux puissances ibériques. S’inscrivant dans la nébuleuse diplomatie matrimoniale des Rois Catholiques, le mariage de Manuel et de María complexifie les rapports, notamment concurrentiels, entre les deux couronnes. La nouvelle reine du Portugal, réputée très attachée à son père Fernando, continuait à servir les intérêts de ce dernier, notamment en s’entourant d’un personnel castillan, à l’image de son conseiller Ochoa de Isasaga (Aubin, 2006, p. 24-30). Le ton cordial de la lettre, dont les termes accablent les agissements d’Alonso de Lugo sans remettre en cause la loyauté envers les Rois Catholiques, témoigne justement de la prise en compte du caractère délicat des rapports entre les Portugal et Espagne.

100L’approche des dignitaires de Tagāwuṣt à destination de Manuel Ier, intervient aussi dans un contexte diplomatique marqué par l’indécision juridique qui pèse sur le statut du sud du Maroc dans le « partage du monde » entre les Ibériques, qu’avait sanctionné le traité de Tordesillas. Conformément à un usage enraciné dans la pratique expansionniste des pouvoirs ibériques médiévaux, ce dernier traité, conclu le 7 juin 1494, entérine la reconnaissance par João II des « droits de conquête » en faveur de l’Espagne des Rois Catholiques, d’abord à l’Est de Ceuta puis dans la zone côtière faisant face aux Canaries, entre Massa et le Cap Bojador. La limite septentrionale de cette zone faisait encore l’objet de tractations, et une commission des confins marocains, expédiée aux calendes grecques, devait théoriquement trancher la question et déterminer avec exactitude les limites du royaume de Fès. Cantonnés au littoral de la Petite Mer (Mar Pequeña), les Espagnols n’ont pas pour autant renoncé à toute velléité d’expansion, tant au nord qu’au sud de la zone qui leur a été assignée par le traité de Tordesillas (Aubin 2006 : 154-164). Dans cette rivalité, les Canaries constituaient un relais capital pour les ambitions de la Castille qui ne disposaient pas de toute la trame réticulaire tissée par les Portugais au prix de plusieurs décennies d’investissement, tant politico-diplomatique qu’économique, sur la côte marocaine. Ainsi, en 1496, Alonso Fajardo, gouverneur castillan de l’île de Gran Canaria, organise une expédition pour construire la tour de Santa Cruz del Mar Pequeña, où il installa une petite garnison. Les directives des Rois Catholiques, exprimées dans plusieurs lettres entre 1497 et 1499, découragent la poursuite de razzias canariennes contre les côtes marocaines et favorisent les initiatives pour obtenir le ralliement pacifique des notabilités locales (Gambín Garcia 2016). C’est dans ce cadre qu’intervient l’ambassade de Lope Sanchez de Valenzuela, successeur de Fajardo à la tête de Gran Canaria, qui aboutit à la conclusion des capitulations du pouvoir de Bū Ṭāṭā.

101Entérinée par un acte notarié, la soumission des membres de l’alliance de Bū Ṭāṭā a fait l’objet de longues négociations, menées par de Valenzuela pendant plus d’un mois, depuis son arrivée à Aṣākā le 14 février 1499 et jusqu’à son départ d’Ifnī le 24 mars. Le rôle d’intermédiaire de Muḥammad b. Maymūn, shaykh de Tagāwuṣt, paraît capital dans l’obtention de la soumission des différents chefs de l’alliance. L’entrée dans la vassalité des Rois Catholiques est ainsi notifiée successivement pour Ifrān, Ifnī, Tmanārt, Tīghmart, Tagāwuṣt et enfin chez les Awlād ‘Ammār. Le texte des capitulations précise par ailleurs que lesdits chefs mandatent des émissaires pour confirmer la soumission des Bū Ṭāṭā dans la cour espagnole (Rumeu de Armas 1956 : 275-304 et id. 1957 : 73-79).

  • 8 Le jugement de résidence (juecio de residencia) est une procédure de contrôle des gouverneurs espag (...)

102Sa‘īd b. Mymūn, frère du maître de Tagāwuṣt et un certain Çide Mome (Sīdī Mūmin ?) des A. ‘Ammār sont les deux ambassadeurs en question. Le premier, cosignataire du document, a semble-t-il été accompagné de son acolyte ‘Abd Allāh, comme l’atteste l’anecdote du chameau et de la mule évoquée dans la lettre (r. l. 16-17). Une quatrième personne, non identifiée, fut également du voyage (Rumeu de Armas 1956 : 305). L’ambassade, après une longue escale à Las Palmas, se dirige vers l’Espagne, vraisemblablement Grenade, où la cour des Rois Catholiques a pris ses quartiers d’été en juillet 1499. La soumission des représentants des Bū Ṭāṭā est ainsi ratifiée le 2 octobre 1499. Cela coïncide aussi avec la nomination à vie, comme capitaine et gouverneur d’Afrique, d’Alonso de Lugo, capitaine de La Palma et de Tenerife, îles dont il fut le conquérant respectivement en 1493 et 1494-96 (Rumeu de Armas 1956 : 308-312). Militaire expérimenté, ce « conquistador » avant la lettre ne tarda pas à s’illustrer par ses méthodes brutales, contrevenant aux recommandations royales d’un traitement pacifique de leurs nouveaux vassaux. Les exactions de Lugo au Maroc sont d’ailleurs explicitement soulignées dans le jugement de résidence auquel il a dû se soumettre en 1508 (Gambín Garcia 2002)8.

103C’est dans ce contexte qu’intervient la mention explicite dans le document du port d’Asākā permettant alors de situer, sans équivoque possible, le cadre chronologique précis des événements relatés. À environ 26 km de Tagāwuṣt, l’embouchure de l’oued d’Asākā surplombée par un petit promontoire rocheux, offre un site propice à un usage portuaire. Cette configuration topographique correspond à l’étymologie du berbère asākā (ou aṣākā), signifiant gué ou accès à un cours d’eau, terme par ailleurs assez fréquent dans la toponymie marocaine depuis le Moyen âge (Laoust 1940 : 66 et al-Tādilī : 309).

104Au lendemain de la ratification à Grenade de la soumission du pouvoir de Bū Ṭāṭā, l’action d’Alonso de Lugo se cristallise autour du contrôle d’Asākā, notamment pour y édifier une tour conformément au texte de 1499. Le capitaine organise ainsi en 1500 une expédition pour procéder à la construction, mais ambitionne d’implanter d’autres tours pour accroître la domination castillane dans la zone. La date de l’expédition se situe entre fin août et le 19 décembre 1500, dates où sa présence est assurément attestée dans les Canaries. Le chroniqueur aragonais Zurita nous informe que selon un mode opératoire familier des Ibériques, tant Portugais que Castillans, une fortification provisoire en bois fut élevée sur le site avant que ne soient érigées, dans l’urgence, des structures en matériaux plus durables (Zurita : 368). Ses vestiges, découverts par une récente mission archéologique, corroborent les données textuelles. Plusieurs sondages ont ainsi mis au jour des restes d’habitation, avec des murs en adobe ou en pisé élevés sur des solins de pierre. Une enceinte en terre d’un mètre d’épaisseur, délimite le site ; sa construction fut précédée du creusement d’un fossé artificiel. La faible accumulation du matériel archéologique et l’existence d’un seul niveau d’occupation attestent clairement la brève durée de vie de l’établissement (Onrubia et al. 2016 et Onrubia et del cristo 2018).

105L’édification de la tour d’Asākā, San Miguel de Saca pour les sources espagnoles, intervient au cours d’un épisode crucial de la présence castillane dans la région de l’Oued Noun. Les A. ‘Ammār, pressentant les ambitions hostiles de Lugo, réunissent des troupes nombreuses et à l’aide de tribus alliées, assiègent la nouvelle tour. La bataille de « Las Torres », qui se solde par une débâcle espagnole, scelle rapidement le sort de l’éphémère établissement. Alonso de Lugo, blessé et donné pour mort fut sauvé par les combattants de Tagāwuṣt, encore loyaux ; il demeura dans la qaṣaba de Tagāwuṣt jusqu’à son rétablissement et son retour à la mi-décembre 1500, à Tenerife (Rumeu de Armas 1956 : 337-367). Cette chronologie permet ainsi de statuer clairement sur l’année du document édité ici : il s’agit indubitablement du 18 juin 1501, quelques mois après les faits.

  • 9 Le terme portugais feitor, traduit généralement par facteur, désigne un agent chargé de la gestion, (...)

106Ces événements, auxquels le document fait allusion, sont pour l’essentiel connus du point de vue espagnol. La lettre des chefs de Tagāwuṣt établit une autre version, n’hésitant pas à parler de la trahison de Lugo ; ses choix inopportuns ont eu un coût, humain et économique pour la ville qui lui a offert malgré tout l’asile. Dans ce conflit, le rôle d’autres protagonistes demeure obscur : quand les maîtres de Tagāwuṣt pointent d’un ton accusateur des Arabes, vraisemblablement les A. ‘Ammār (r., l. 19-20), des sources espagnoles évoquent l’entremise de leurs rivaux portugais. Un feitor (facteur) du roi du Portugal, présent dans la région, aurait fomenté des troubles qui auraient mis en échec les projets d’Alonso de Lugo (Rumeu de Armas 1956 : 352-353)9. La lettre de 1501 éditée ici, corroborerait cette éventualité, présentant une preuve tangible de contacts au plus haut niveau entre Tagāwuṣt et Lisbonne. L’identité du facteur en question ne peut être tranchée faute d’indications explicites, mais l’hypothèse de João Lopes de Sequeira paraît plausible : le futur fondateur, en 1505, de Santa Cruz du Cap de Gué (future Agadir) était déjà en 1502 facteur du roi Manuel Ier à Māssa (Figanier 1945 : 28). Les velléités portugaises sont confirmées enfin par le chroniqueur Damião de Góis, qui précise que le monarque portugais avait l’espoir d’édifier une forteresse dans le port de Sacam (Aṣākā) dans le territoire de Tagāwuṣt (De Góis : 236).

Les connexions transsahariennes de Tagāwuṣt

  • 10 L’identification des types et des provenances des vêtements et des tissus qui circulent entre les p (...)

107La vocation marchande de Tagāwuṣt est consubstantielle à l’existence de la ville depuis les premières mentions qui lui sont consacrées. Les sources narratives des xve-xvie siècles soulignent sommairement son rôle dans les réseaux du commerce transsaharien qui alimentent les marchés du sud marocain, notamment en connexion avec l’animation maritime imputée à l’intensification du commerce atlantique. Zurara, dans sa Chronique de Guinée achevée en 1453, se contente de mentionner Tagāwuṣt comme limite septentrionale du désert qui s’étend jusqu’au pays des Noirs (Zurara : 206 et trad : 216). Dans l’Esmeraldo de Situ Orbis, Duarte Pacheco Pereira fournit des indications précieuses sur le commerce de l’agglomération de Tagāwuṣt. En la qualifiant de grand marché d’or, il précise qu’elle était l’escale de Wādān (Audem dans la graphie portugaise) ; les textiles y semblent particulièrement recherchés, à l’instar des draps (aksiya), les bordateis ou encore des étoffes de fabrication anglaise (Ricard 1927 : 257)10. Léon l’Africain, qui a séjourné dans la ville en 1513 afin d’y acheter des esclaves, évoque l’exportation d’étoffes de laine de fabrication locale vers les marchés de Wallāta et de Tombouctou (Léon l’Africain : 93).

108Ces différentes indications, en dépit de leur concision, suggèrent un trafic transsaharien prospère, fondé sur la traite des esclaves et le commerce de l’or en contrepartie de produits manufacturés (dont les textiles) acheminés depuis le nord du Sahara. L’action diplomatique des chefs de Tagāwuṣt à l’égard de la couronne portugaise mobilise explicitement cet atout commercial en faisant miroiter un accès privilégié aux marchandises transitant par les routes sahariennes. L’on insiste ainsi dans le document sur le statut de port saharien (marsā bilād al-Ṣaḥrā’) qu’incarne Tagāwuṣt, point d’aboutissement d’une quarantaine d’itinéraires différents la reliant avec Bilād al-Sūdān (r, l. 25). Derrière cette dénomination générique l’auteur liste trois régions distinctes : Janāwat, la Guinée des Portugais, Zārā/Diâra issue de la décomposition du Mālī et Tombouctou au centre de l’ascension irrésistible du Songhay. Il livre en outre des indications précieuses sur quelques-uns de ces itinéraires, en notant la durée de la traversée : 20 jours de Tagāwuṣt à Wādān, 30 jours de Tagāwuṣt à Tombouctou, 40 jours de Tagāwuṣt à Zārā, 15 jours de Tagāwuṣt à Taghāza. L’énumération de ces destinations correspond à deux axes majeurs du commerce transsaharien à l’aube du xvie siècle, par ailleurs très inégalement connus : l’un transitant par Wādān pour atteindre Zārā ; l’autre, rejoignant Tombouctou par l’intermédiaire de Tāghāza.

  • 11 Mauny (1961 : 68-69) expose avec circonspection les récits, très discutables, de la fondation de Wā (...)

109Le site de Wādān mentionné dans la lettre constitue un cas de figure intéressant dans l’étude des mutations des routes transsahariennes. La ville se trouve dans l’Adrār, région située sur l’axe occidental du commerce saharien qui structurait autrefois l’espace almoravide. Comme Nūl au nord, l’Adrār était dominé alors par des tribus Ṣanhāja, dont principalement les Lamṭa (Idrīsī, t. 3 : 224-225 et Cressier 2013) ; le pouvoir almoravide, notamment sous Abū Bakr b. ‘Umar, y siégeait dans la ville d’Azūguī, qui a fait l’objet de quelques rares travaux archéologiques (Ould Mohamed 2004). L’extrême indigence des sources ne permet pas de cerner précisément la dynamique de l’occupation de l’Adrār après les Almoravides, ni même de s’assurer que la mention d’Azūguī par Ibn Sa‘īd, reflète une situation qui lui est contemporaine ou se fonde uniquement sur des autorités plus anciennes (Ibn Sa‘īd : 112). À la fin du Moyen âge, le centre de gravité de l’Adrār semble se déplacer à l’Est, vers Wādān, dont la genèse reste énigmatique11. Ainsi, l’incertitude demeure sur l’identification de Wādān dans un passage des ‘Ibar d’Ibn Khaldūn relatif au Dra, qui se jette dans le désert entre Nūn et Wādān (‘Ibar 6 : 67). S’agit-il de la localité de l’Adrār (ce qui me semble plausible) ou de sa lointaine homonyme libyenne, plus fréquemment citée par les textes arabes ? Nonobstant cette mention incertaine, il faut attendre les récits de plusieurs voyageurs européens du xve siècle pour voir le site surgir de l’ombre : dans la même décennie, trois auteurs citent Wādān. Malfante, en 1447, parle d’Oden dans une liste de toponymes sahariens et soudanais accessibles depuis le Touat (De La Roncière : 29). Zurara, plaçant Wādān (Oadem) dans le pays des Noirs, en fait la seule localité de la région ceinte de murailles (Zurara : 204 et trad. : 214). Le récit plus dense du Vénitien Ca’ da Mosto, tiré de renseignements qu’il a recueillis lors de ces deux voyages maritimes le long des côtes sahariennes en compagnie des Portugais en 1455 et 56, décrit Wādān comme une ville non-fortifiée, point d’étape dans les réseaux du commerce reliant le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. Contrôlée par des Arabes nomades, elle se situe dans une zone aride, où le pastoralisme domine une économie vivrière connaissant une faible pratique de l’agriculture. L’auteur vénitien, au fait des évolutions récentes dans la région, est le premier à expliciter le rôle primordial de Wādān dans l’approvisionnement de l’établissement portugais d’Arguīn (Ca’ da Mosto : 40-51). Un demi-siècle plus tard, les descriptions de l’Adrār par Duarte Pacheco Pereira (1505-08) et Valentim Fernandes (1506-07) se font plus précises : le premier signale que Wādān est peuplée par des Ṣanhāja (et non par des Arabes comme le soutenait Ca’ da Mosto) ; la ville constituait un point nodal du commerce de l’or de Guinée, alimentant notamment Arguīn. Duarte Pacheco évoque par ailleurs la fondation, sous le règne de João II, d’une factorerie portugaise qui n’a pas survécu à l’hostilité des tribus locales (Ricard 1930 : 110). Valentim Fernandes, s’il ne souffle mot de la factorerie portugaise, est plus disert sur le réseau urbain de l’Adrār, ou encore sur les connexions de Wādān avec les autres centres majeurs du commerce saharien, comme Wallāta, Taghāza ou Tombouctou (Valentim Fernandes : 79-83). Léon l’Africain, n’évoque enfin aucun rôle commercial de la ville, se contentant de quelques détails sur les conditions misérables de la vie de la population locale (Léon l’Africain : 421).

110La brève tentative portugaise d’installer une factorerie à Wādān en 1487 vient surtout souligner son rôle capital dans l’approvisionnement d’Arguīn, seul point permanent de présence portugaise sur les côtes de l’Ouest Saharien. Les chefs de Tagāwuṣt ne manquent pas d’ailleurs de proposer à Manuel Ier, dans la lettre de 1501, leurs services pour procurer aux Portugais les marchandises dont ils avaient besoin à Arguīn (fol. 2, l. 1-2). L’installation dès les années 1445 de la factorerie d’Arguīn marque un tournant précoce dans la politique portugaise, d’une action intensément prédatrice d’hommes, destinée à la capture d’esclaves berbères ou arabes lors de raids sur les zones côtières, à une captation plus durable d’une partie des flux d’échanges (traite d’esclaves africains, commerce de l’or et d’autres produits) circulant par les axes sahariens (Russel 2001 : 195-224). Depuis le milieu du xve siècle jusqu’à l’évacuation de plusieurs places portugaises dans le sud du Maroc (Santa Cruz, Safi et Azemmour en 1541), Arguīn est demeurée la principale pourvoyeuse du Portugal en esclaves (Almeida Mendes 2005). C’est vraisemblablement en écho à cette réalité, à un moment où les Portugais n’avaient aucun point d’occupation durable au sud du Maroc, que l’auteur de la lettre évoque la factorerie d’Arguīn. D’ailleurs, les chefs de Tagāwuṣt ne sont pas les seuls à vouloir bénéficier de ce commerce : quelques années plus tôt, le caïd de Safi avait obtenu une autorisation royale pour expédier des navires à Arguīn, privilège retiré en 1500 (Rosenberger 2002 : 75).

111Le rôle de Wādān comme pivot du commerce de Tagāwuṣt est confirmé par la mention dans le document de Zārā, qui revêt un intérêt particulier. Il est probable qu’il s’agisse dans l’état actuel de nos connaissances, de la plus ancienne mention de ce toponyme dans un texte arabe, avant le Tārīkh al-fattāsh de Ka‘ti, principale source sur son histoire (Ka‘ti : 39-42). Le mot Zārā, utilisé ici est l’une des transpositions possibles de Dyāra (ou Diāra), qui peut être rendue également par Jāra (ou Jaara). La disparité entre ces formes différentes du même nom provient de la spécificité phonétique de l’azer, une des langues soninké, où les sons z et di/d’ sont interchangeables (Lewicki 1971 : 517). Située dans le haut bassin du fleuve Sénégal, près de la localité malienne de Nioro du Sahel (Mauny 1961 : 125), l’ancienne Diāra/Zāra aurait succédé au pouvoir énigmatique de Diāfūnū (le Zāfūn des sources arabes : Lewicki 1971). Selon Tārīkh al-fattāsh, deux dynasties soninké, les Niakhate et les Diawāra, s’y seraient succédé, sous la vassalité de l’empire voisin du Mālī. L’affaiblissement de ce dernier au cours du xve siècle ouvrit la voie à l’émancipation de Zārā, qui semble profiter d’une conjoncture propice. D’un côté, le pouvoir du Mālī perd le contrôle sur plusieurs zones sahéliennes, dont la région de Tombouctou, tombée d’abord aux mains des Touaregs vers 1433-4 avant d’être soumise par le Songhay une quarantaine d’années plus tard. Face à un Mālī désormais recentré autour de ses zones méridionales, le pouvoir de Zārā devient alors un intermédiaire important avec le monde saharien. D’un autre côté, l’animation commerciale générée par l’arrivée des marins européens sur les côtes sahariennes favorise la réactivation de la voie occidentale (jadis majeure sous les Almoravides et jusqu’à la chute du royaume du Ghāna) et qui profite également à Wādān (Mauny 1961 : 125 ; Levtzion 1973 : 47-50 et Levtzion 1977). Au-delà des considérations territoriales, l’articulation entre Wādān (l’Adrār en général) et Zārā reposerait aussi sur un lien ethnique que représentent les groupes Azer, fondateurs de Zārā et actifs également en Mauritanie. En l’absence de sources écrites médiévales, ce sont plutôt des récits oraux ou des écrits sahariens tardifs qui appuieraient ces présomptions (Ould Cheikh 1999 et Meillassoux 1983).

112L’existence d’un axe Tagāwuṣt-Wādān-Zārā que révèle le document de 1501 vient s’ajouter à un axe plus oriental, rejoignant après l’Adrār les mines de sel de Taghāza avant de partir pour Tombouctou. Cette dernière portion est beaucoup mieux connue, ce qui nous dispense d’y consacrer plus de développements (Mauny 1960 : 116-117 et 328-332 ; Mezzine 1996). Les assertions de l’auteur de la lettre montrent néanmoins que les réseaux issus de l’Ouest saharien fréquentaient les voies situées plus à l’est ; les circuits effectifs de l’échange devaient être bien plus complexes que les restitutions schématiques des axes que permet une documentation très parcellaire.

113Examiner une épave documentaire, seul vestige connu pour l’instant de la production écrite d’un important pouvoir régional, peut s’avérer fécond pour réécrire l’histoire de l’une des marges sahariennes du Maroc. Grâce à l’apport d’une longue tradition philologique portant sur les archives ibériques, la lettre de 1501 trouve sa place dans une trame événementielle complexe. À l’heure d’une profonde remise en question du récit européocentré des « Grandes découvertes », l’exploitation de la lettre de Tagāwuṣt permet de restituer un pan de l’agentivité (agency) des acteurs politiques locaux dans les grandes transformations qui accompagnent l’expansion ibérique des xve-xvie siècles. Les riches données sur les projections transsahariennes des marchands de Tagāwuṣt confirment l’interdépendance des dynamiques des réseaux atlantiques et sahariens : il s’agit résolument d’une histoire connectée au pied de la lettre !

Haut de page

Bibliographie

SOURCES ARABES

Anonyme, 1972, Al-Dhakhīra al-saniyya fī tārīkh al-dawla al-marīniyya, Rabat, Dār al-Manṣūr.

Anonyme, 1985, Al-Istibṣār fī ‘ajā’ib al-amṣār, Casablanca,.

al-BAKRĪ, De Slane (éd.), 1965, Al-Masālik wa al-mamālik, Paris.

al-ḤUḌAYGUĪ, 2006, Ṭabaqāt, éd. Aḥmad Būmazgū, Casablanca.

IBN ABĪ ZAR, 1972, Al-Anīs al-muṭrib bi-rawḍ al-qirṭās fī tārīkh al-Maghrib wa akhbār binā’ madīnat Fās, Rabat, Dār al-Manṣūr.

IBN KHALDŪN, 1970, Kitāb al-‘Ibar, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya.

IBN SAĪD, 1970, Ismā‘īl al-‘Arabī (éd.), Kitāb al-ğuġrāfiyā, Beyrouth.

IBN AL-ZAYYĀT AL-TĀDILĪ, Aḥmad al-Tawfīq (éd.), 1984, Al-Tashawwuf ilā rijāl al-taṣawwuf, Rabat.

al-IDRĪSĪ, 1972, Nuzhat al-mushtāq fi ikhtirāq al-āfāq, Rome-Naples.

MAḤMŪD KATI, , 1913, O. Houdas et M. Delafosse (éd.), Tārīkh al-fattāsh fī akhbār al-buldān wa al-juyūsh wa akābir al-nās, Paris.

al-ZUHRĪ, Kitāb al-ja‘rāfiyya, M. Hadj-sadok (éd.), 1968, Bulletin d’études orientales, 21, p. 1-309.

SOURCES EUROPEENNES

CA’DA MOSTO Alvisse, Frédérique Verrier (trad.), 2003, Voyages en Afrique noire (1455 et 1456), Paris, Chandeigne.

DE CÉNIVAL Pierre (éd.), 1934, Les Sources Inédites de l’Histoire du Maroc, archives et bibliothèques du Portugal, t.1, Paris. (cité : SIHM 1)

FERNANDES Valentim, Pierre De Cénival et Théodore monod (éd. et trad.), 1938, Description de la côte d’Afrique de Ceuta au Sénégal (1506-1507),Paris.

DE GOIS Damião, Robert Ricard (éd. et trad.), 1937, Les Portugais au Maroc de 1495 à 1521. Extraits de la chronique du roi D. Manuel de Portugal, Rabat.

LÉON L’AFRICAIN, A. Épaulard (trad.), 1956 Description de l’Afrique, Paris.

DE LA RONCIÈRE Charles, 1918, « Découverte d’une relation de voyage datée du Touat et décrivant en 1447 le bassin du Niger », Extrait du Bulletin de la section de géographie, Paris, p. 1-32.

SIHM 1 : voir DE CÉNIVAL.

ZURARA Gomes Eanes de, Léon Bourdon (trad.), 1960, Crónica do Descobrimento e conquista da Guiné, Lisbonne, 1989 ;: Chronique de Guinée, Dakar, IFAN.

ZURITA Jerónimo, 1999, Historia del rey Don Fernando el Católico. De las empresas, y ligas de Italia, Saragosse.

ÉTUDES

(DE) ALMEIDA MENDES António, 2005, « Traites ibériques entre Méditerranée et Atlantique : le Noir au cœur des empires modernes et de la première mondialisation (ca. 1435-1550) », Anais de História de Além-Mar, 6, p. 351-387.

AUBIN Jean, 2000, Le latin et l’astrolabe II. Recherches sur le Portugal de la Renaissance, son expansion en Asie et les relations internationales, Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian.

AUBIN Jean, 2006, Le latin et l’astrolabe III. Études inédites sur le règne de D. Manuel 1495-1521, Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian.

ÁVILA SEOANE Nicolás, 2016, « Documentos de las hijas de los Reyes Católicos : María (primera parte) », De Medio Aevo, 9/1, p. 139-198.

AZNAR VALLEJO Eduardo, 1992, La integración de las islas Canarias en la Corona de Castilla (1478-1526), Las Palmas (2e éd.).

BELGHAZI Hammou, 2008, Taḍa chez les Zemmour. Instances, puissance, évanescence, Rabat, IRCAM.

BOKBOT Youssef, CÁCERES GUTIÉRREZ Yasmina, CRESSIER Patrice, GONZÁLEZ MARRERO María Del Cristo, IZQUIERDO BENITO Ricardo, DE JUAN ARES Jorge et al., 2013, « La ville natale de Sîdî Waggag : Nûl-Lamta et l’archéologie de l’oasis d’Asrir », in M. NAÏMI (dir.), Sidi Waggag b. Zalluw al-Lamtî, aux origines du malékisme étatique nord-ouest africain, Rabat, EESP, p. 21-60.

BRUNO Henri et BOUSUQUET Georges-Henri, 1946, « Contribution à l’étude des pactes de protection et d’alliance chez les Berbères du Maroc central », Hespéris, XXXIII, p. 353-371.

CRESSIER Patrice, 2013, « La forteresse d’Agwīdīr d’Asrīr (Guelmim, Maroc) et la question de Nūl Lamṭa », I. C. Ferreira Fernandes (éd.), Fortificações e território na Península Ibérica e no Magreb (Séculos VI a XVI), Lisbonne, p. 255-267.

EUSTACHE Daniel, 2017, Corpus des monnaies almoravides. Collection de Bank al-Maghrib et autres collections mondiales, publiques et privées, Rabat.

FIGANIER Joaquim, 1945, História de Santa Cruz do Cabo de Gué (Agadir) 1505-1541, Lisbonne.

GAMBÍN GARCIA Mariano, 2002, « El juicio de residencia de Lope de Sosa a Alonso de Lugo en 1508. Una visión de conjunto », Revista de Historia Canaria, 184, p. 71-120.

GAMBÍN GARCIA Mariano, 2016, « La Torre de Santa Cruz de la Mar Pequeña. La huella más antigua de Canarias y Castilla en Africa (1496-1526 », Hespéris-Tamuda, LI-1, p. 105-136.

GONZÁLEZ MARRERO María Del Cristo, CÁCERES GUTIÉRREZ Yasmina et DE JUAN ARES Jorge, 2011, « En busca de Nūl Lamṭa ; la aportación del estudio de la cerámica de Asrir (Guelmim, Marruecos) », in P. CRESSIER et E. FENTRESS, La céramique maghrébine du Haut Moyen âge (VIIIe-Xe siècle). État des recherches, problèmes et perspectives, EFR, Rome, p. 111-127.

LAOUST Émile, 1940, « Contribution à une étude de la toponymie du Haut Atlas (suite et fin) », Revue des études islamiques, p. 27-77.

LENTIN Jérôme, 2008, « Middle Arabic », Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics, vol. III, Leyde, Brill, p. 215-224.

LEVTZION Nehemia, 1973, Ancient Ghana and Mali, Londres-New York, Holmes & Meier.

LENTIN Jérôme, 1977, « The Western Maghrib and Sudan », Roland OLIVER (éd.), The Cambridge History of Africa t. 3 : 1050-1600, Cambridge, p. 331-462.

LEWICKI Tadeusz, 1971, « Un État soudanais médiéval inconnu : le royaume de Zāfūn(u) », Cahier d’études africaines, 11, p. 501-525.

LYDON Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails. Islamic Law, Trade Networks, and cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge.

MARCY Georges, 1936, « L’alliance par colactation (tâd’a) chez les Berbères du Maroc central », Deuxième congrès de la fédération des sociétés savantes de l’Afrique du Nord, Revue Africaine, 3e-4e trimestre, p. 1-17.

MAUNY Raymond, 1961, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, IFAN, Dakar.

MEDINA GÓMEZ Antonio, 1992, Monedas hispano-musulmanas. Manual de lectura y clasificación, Tolède.

MEILLASSOUX Claude, 1983, « À propos de deux groupes azers : les Giriganko-Tegdawst et les Maxan-Binnu (Mali) », Tegdaoust III. Recherches sur Aoudaghost. Campagnes 1960/65, enquêtes générales, Paris, p. 525-531.

MEZZINE Larbi, 1996, « Relation d’un voyage de Taġāzā à Siğilmāsa en 1096 H./1685 J.-C. », Arabica, XLIII, p. 211-233.

MONTEIL Vincent, 1948, Notes sur les Tekna, Paris, Larose.

NAÏMI Mustapha, 2004, La dynamique des alliances ouest-sahariennes. De l’espace géographique à l’espace social, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme.

OLIVEIRA E COSTA João Paulo, 2011, Dom Manuel I 1469-1521. Un príncipe do Renascimento, Lisbonne, Temas e Debates.

ONRUBIA PINTADO Jorge, BOKBOT Youssef, AMANI Fethi, CÁCERES GUTIÉRREZ Yasmina, GONZÁLEZ MARRERO María Del Cristo, IZQUIERDO BENITO Ricardo, DE JUAN ARES Jorge et al., 2015, « Investigaciones arqueológicas en la región de Sus-Tekna (Marruecos). Informe preliminar de los resultados de la campaña de 2014 », in Informes y trabajaos. Excavaciones en el exterior, 12, p. 315-344.

ONRUBIA PINTADO Jorge, BOKBOT Youssef, HERVÁS HERRERA Miguel Ángel, GARCÍA GARCÍA Luis Alejandro, MARCHANTE ORTEGA Ángel, CÁCERES GUTIÉRREZ Yasmina et al., 2016, « Arqueología de Fum Asaca (Sidi Ifni- Marruecos). De probable instalacíon purpuraria gétula a torre colonial Hispano-Canaria », Anuario de estudios atlánticos, 62, p. 1-25.

ONRUBIA PINTADO Jorge et GONZÁLEZ MARRERO María Del Cristo, 2018, « Las torres realengas castellanas de Gran Canaria e Berbería del Poniente (1478-1500) : arqueología de una frontera, fronteras de la Arqueología », Vegueta, 18, Las Palmas, p. 167-208.

OULD CHEIKH Abdel Wedoud, 1999, « La caravane et la caravelle. Les deux âges du commerce de l’Ouest saharien », L’Ouest saharien, II, 29-70.

OULD MOHAMED Naffé Baouba, 2004, « Le site archéologique d’Azougui (Adrar mauritanien). État des recherches », in André BAZZANA et Hamady BOCOUM (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives, Paris, p. 149-153.

RICARD Robert, 1927, « La côte atlantique du Maroc au début du XVIe siècle d’après des instructions nautiques portugaises », Hespéris, VII, p. 229-258.

RICARD Robert, 1930, « Les Portugais et le Sahara atlantique », Hespéris, XI, p. 97- 110.

ROSENBERGER Bernard 2002, « Aspects du commerce portugais avec le Maroc (XVe-XVIe siècles) », Luís Filipe THOMAZ (éd.), Aquém e Além da Taprobana. Estudos Luso-Orientais à memória de Jean Aubin e Denys Lombard, Lisbonne, p. 71-84.

RUMEU DE ARMAS Antonio, 1952, Alonso de Lugo en la corte de los reyes catolicos 1496-1497, Madrid, CSIC.

RUMEU DE ARMAS Antonio, 1956-7, España en el Africa Atlántica, Madrid, CSIC, t. I (1956), t. II Documentos (1957).

RUSSEL Peter, 2001, Prince Henry ‘the Navigator’. A Life, Yale University Press.

Haut de page

Notes

1 Ces frappes portent respectivement les toponymes de Nūl pour les émissions les plus anciennes, puis de Nūl Lamṭa à partir de 512/1118-19. Les raisons de cette évolution ne sont pas connues.

2 À titre d’exemple, on peut renvoyer aux occurrences d’Asrīr dans les notices biographiques des ṭabaqāt al-Ḥudayguī.

3 Les planches de l’Atlas Catalan sont consultables en ligne sur le site de gallica.bnf.fr

4 Le nom al-Funshī est utilisé ici comme nom générique des rois de Castille, le nom d’Alfonso étant très fréquent dans l’onomastique royale castillane. Cet usage est présent dans d’autres textes contemporains, par exemple dans la version arabe de la lettre de João II au caïd et aux notables de Safi en 1488 où l’expression al-salāṭīn al-funshiyyūn traduit le portugais reis de Castella (SIHM 1 : 29).

5 Le nom al-Funshī désigne ici Afonso V (1438-1481), roi du Portugal.

6 Littéralement, le texte arabe parle de marj, prairie.

7 Très riches en éléments issus de textes écrits ou de récits oraux, mais desservis par une expression absconse, les travaux de M. Naïmi sur l’histoire tribale de la région sont d’une utilisation difficile.

8 Le jugement de résidence (juecio de residencia) est une procédure de contrôle des gouverneurs espagnols, établie par le pouvoir des Rois Catholiques. Intervenant à la fin du mandat du gouverneur (parfois au cours du mandat quand le gouverneur est nommé à vie, comme ce fut le cas d’Alonso de Lugo) ce contrôle permet de diligenter une enquête auprès des sujets à propos de sa gestion des affaires ou de ses éventuelles exactions. Sur son application dans les Canaries, Aznar 1992 : 74-77.

9 Le terme portugais feitor, traduit généralement par facteur, désigne un agent chargé de la gestion, pour le compte du roi, du commerce dans un comptoir ou une place alliée ou soumise aux Portugais. Son action est adossée à la présence d’une factorerie, feitoria

10 L’identification des types et des provenances des vêtements et des tissus qui circulent entre les places portugaises au Maroc reste souvent problématique. Ainsi, les bordateis mentionnés ici doivent être rapprochés des bordates signalés à Safi par une quittance de la factorerie portugaise en 1499 ; il s’agirait d’une transposition de l’arabe burda, désignant un tissu de coton (SIHM 1 : 45). Très prisé localement, les facteurs portugais au Maroc en réclament des quantités importantes (Rosenberger 2002 : 79).

11 Mauny (1961 : 68-69) expose avec circonspection les récits, très discutables, de la fondation de Wādān, soit à la fin de l’époque almoravide, soit au début du xive siècle par des gens venant du Touat.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Yassir Benhima, « Tagāwuṣt à l’aube du XVIe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 149 | 2021, 79-100.

Référence électronique

Yassir Benhima, « Tagāwuṣt à l’aube du XVIe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | septembre 2021, mis en ligne le 03 septembre 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.15685

Haut de page

Auteur

Yassir Benhima

Université Sorbonne Nouvelle, France et CIHAM-UMR5648 Lyon, France ; Yassir.benhima[at]sorbonne-nouvelle.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search