Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUELa réponse d’al-Sijilmāsī (IXe/XVe s(…)

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

La réponse d’al-Sijilmāsī (IXe/XVe siècle) à l’appel d’al-Maghīlī au meurtre des juifs du Touat 

Prise de position d’un cadi saharien sur les relations avec les dhimmī-s
Al-Sijilmāsī's reply to al-Maghīlī's call for the murder of the Jews of the Touat : the position/opinion of a Saharan cadi on the nature of relations with the dhimmī-s (9th/15th century)
Elise Voguet
p. 195-212

Résumés

Ibn Hilāl al-Sijilmāsī, jurisconsulte du Tafilalt, et son contemporain al-Maghīlī du Touat sont des figures importantes de savants oasiens du IXe/XVe siècle. Le second est connu pour avoir initié une violente polémique au sujet des communautés juives du Sahara et appelé au meurtre des juifs du Touat. Al-Sijilmāsī, sollicité pour donner son avis à ce sujet, rédige une longue riposte aux positions d’al-Maghīlī, compilée dans son recueil de jurisprudences (Nawāzil). Je propose ici une étude de cette réponse en m’intéressant dans un premier temps aux profils des deux personnages, et à ce que cela nous apprend à la fois sur les contacts savants existants entre les oasis et les capitales maghrébines – notamment Tlemcen et Fès – et entre les lieux d’érudition au Sahara que sont le Touat et le Tafilalt. J’analyse ensuite les thèmes développés par al-Sijilmāsī dans sa réponse : défaillances du pouvoir, risques de discorde (fitna), question de l’impôt et ce que cela montre des relations entretenues, dans les oasis, avec les communautés juives sahariennes.

Haut de page

Texte intégral

1Abū Isḥāq Ibrāhīm b. Hilāl al-Sijilmāsī, jurisconsulte de Sijilmāsa dans le Tafilalt (sud-est du Maroc actuel), est une figure importante de savant oasien du IXe/XVe siècle. Peu d’autres personnages équivalents de cette époque nous sont connus par leurs propres textes à l’exception notable de son contemporain, le très célèbre al-Maghīlī (m. 909/1504) du Touat (sud-ouest de l’Algérie actuelle). Si le premier est originaire d’une région saharienne alors que le second, venu de Tlemcen, a choisi de s’établir dans une oasis, ils ont reçu une formation commune, acquise entre Fès et Tlemcen.

  • 1 Je remercie vivement Hadrien Collet (Université Paris I-IFAO) d’avoir attiré mon attention sur ce t (...)

2Leurs parcours divergent ensuite même s’ils restent des parcours sahariens : al-Sijilmāsī devient cadi et mufti de Sijilmāsa intégrant la destinée d’un ouléma intégré au système politico-juridique de l’époque, al-Maghīlī se distingue par une activité politique de virulent prédicateur dont l’un des combats est la présence et la situation des communautés juives dans les oasis sahariennes. La controverse qu’il a initiée à ce sujet nous est assez bien connue grâce au Mi‘yār, le célèbre recueil de fatwas d’al-Wansharīsī (m. 914/1509) (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 200-237) et a déjà été largement étudiée (Vajda (1962), Gwarzo (1972), Hunwick (1985, 2006)). Elle est à l’origine de l’élimination de la communauté juive de Tamanṭīṭ, l’une des oasis les plus importantes de la région du Touat. Le dossier rassemblé dans ce recueil n’évoque pas la prise de position d’al-Sijilmāsī, interpelé a posteriori pour intervenir sur l’appel au meurtre des juifs du Touat par al-Maghīlī. Sa réponse est compilée dans son propre recueil de jurisprudences (Nawāzil) récemment édité (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1050-1083) mais qui n’a été que très peu étudié jusque-là1.

3Je propose, dans cette contribution, une étude de cette réponse en m’intéressant dans un premier temps aux profils des deux personnages, al-Maghīlī et al-Sijilmāsī, et à ce qu’ils nous apprennent à la fois sur les contacts savants existants entre les oasis et les capitales maghrébines – notamment Tlemcen et Fès – et entre les lieux d’érudition au Sahara que sont le Touat et le Tafilalt. J’analyse ensuite la contribution d’al-Sijilmāsī à la polémique initiée par al-Maghīlī au sujet des juifs du Touat et ce qu’elle montre des relations entretenues, dans les oasis, avec les communautés juives sahariennes.

Fig.1 Carte Touat-Tafilalt

Agrandir

© fond de carte google Earth annoté par E. Voguet

Al-Sijilmāsī et al-Maghīlī : la rencontre de deux savants oasiens

Al-Sijilmāsī, un savant du cru

  • 2 Il faut signaler l’erreur d’Ibn al-Qāḍī qui situe l’enseignement de ce juriste à Tlemcen alors qu’i (...)
  • 3 Il signale ce maître dans sa Fahrasa [bibliographie] inédite. Réf. citée dans Al-Sijilmāsī, Nawāzil(...)

4Les biographies d’Ibrāhīm b. Hilāl al-Filālī al-Sijilmāsī (désormais Ibn Hilāl ou al-Sijilmāsī) n’apportent qu’assez peu de renseignements sur ce savant juriste saharien du IXe/XVe siècle. Originaire de Sijilmāsa dans le Tafilalt il serait né vers 817/1414 puisque, selon ses principaux biographes, Aḥmad Bābā al-Tinbuktī (m. 1036/1627) et Ibn al-Qāḍī (m. 1025/1616), il serait mort en 903/1498 à l’âge de 86 ans (Al-Tinbuktī, Nayl : 66 ; Ibn al-Qāḍī, Jadhwat al-iqtibās : 97). Ces recueils biographiques n’apportent aucune information ni sur son enfance, ni sur sa famille. On ne sait rien non plus de la formation initiale qu’il dût recevoir à Sijilmāsa. C’est l’enseignement qu’il a suivi par la suite qui retient l’attention des biographes, lesquels commencent en effet par évoquer deux maîtres d’Ibn Hilāl. Parti d’abord à Fès, il fut le disciple du muftī al-Qawrī (m. 872/1467-68), également maître d’al-Mawāsī, dont le nom apparaît dans le Mi‘yār car il a été sollicité dans le cadre de la polémique juridique sur les synagogues et la communauté juive du Touat (Ibn Maryem, El Bostan : 376). Les deux biographies mentionnent aussi qu’al-Sijilmāsī suivit l’enseignement d’Ibn Amlāl (m. 856/1452) et son nom apparait en écho parmi les étudiants de ce faqīh [juriste] (Al-Tinbuktī, Nayl : 532)2. Al-Sijilmāsī rapporte quelques-unes de ses nawāzil dans son recueil (voir par exemple Nawāzil : vol. 2, 673). Ibn Hilāl nous apprend par ailleurs, dans certains de ses textes, qu’il eut d’autres professeurs : à Tlemcen il étudia notamment auprès d’Ibn Marzūq al-Kafīf (m. 901/1496)3 dont al-Wansharīsī et al-‘Aṣnūnī, cadi du Touat, furent aussi les disciples. À l’image de nombreux savants de l’époque, Ibn Hilāl a donc fréquenté les deux grands centres de formation d’alors, Fès et Tlemcen (Voguet, 2017 : 129). Les quelques informations glanées sur ses maîtres permettent de mettre l’accent sur l’importance de la formation d’al-Sijilmāsī dans les contacts qu’il a pu entretenir par la suite avec les juristes de son temps notamment avec ceux qui intervinrent dans la polémique sur les juifs du Touat. Ces contacts permettent en effet aux juristes, après leurs études et durant leurs carrières sahariennes, de maintenir des liens avec les juristes du nord notamment par le biais de correspondances qui gardent vivante et active une réflexion juridique de haut niveau comme on le voit très bien dans le dossier du Mi‘yār.

5Ses biographes citent ensuite un certain nombre d’ouvrages de sa main, dont la plupart nous sont parvenus, notamment deux ouvrages de fiqh [droit]. Le premier, signalé sous le titre al-Manāsik (Manāsik al-ḥajj [les lieux saints du pèlerinage]), est conservé dans plusieurs copies marocaines mais reste pour l’instant inédit (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 1, 52). Le second est un commentaire du Mukhtaṣar de Khalīl dont aucune copie ne semble être arrivée jusqu’à nous.

  • 4 Voir la présentation des différents manuscrits consultés par al-Hilālī pour son édition (Al-Sijilmā (...)
  • 5 C’est par exemple le cas du manuscrit de la Ḥasaniya de Rabat n°12024 (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. (...)

6Aḥmad Bābā, Ibn al-Qāḍī ainsi qu’Ibn ‘Askar (m. 986/1578) (Ibn ‘Askar, Dawḥat al-nāshir : 90 ; trad. A. Graulle : 157) mentionnent enfin qu’il est l’auteur de nawāzil, ajwiba et/ou fatwas sans faire mention d’un recueil particulier. Les recueils de ses Nawāzil dont nous disposons ont en effet été assemblés post-mortem. Plusieurs compilations nous sont parvenues. Celle colligée par son étudiant Abū l-Qāsim b. Muḥammad/Aḥmad b. ‘Alī connu sous le nom de Aqbūr (m. 901/1497) et celle rassemblée par ‘Alī b. Aḥmad al-Jazūlī al-Jiyānī al-Tamanārtī (m. 1049/1639) un juriste de la région du Dra‘a qui dit, dans l’introduction de sa collection, avoir fait ce travail pour répondre à la demande pressante des étudiants de sa région (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 1, 134). Ces recueils ont laissé plusieurs témoins manuscrits4, certaines versions tentant même de concilier les deux traditions5. Il faut signaler que le manuscrit de base de l’édition de ‘Abd Allāh al-Hilālī – édition utilisée pour cette contribution – est une copie de la compilation d’al-Jazūlī (il s’agit du manuscrit de la khizāna [bibliothèque] d’Azārīf dans la région de Tiznit-Maroc), plusieurs manuscrits de la première version ont cependant été utilisés pour compléter ce travail.

  • 6 Ibn Hilāl al-Sijilmāsī, Al-Durr al-nathīr ‘alā ajwibat Abī l-Ḥasan al-Ṣaghir, éd. Aḥmad b. ‘Alī, 2  (...)

7Un autre ouvrage juridique important d’Ibn Hilāl nous est parvenu mais n’est pas mentionné par ses biographes, il s’agit du Durr al-nathīr ‘alā ajwibat Abī l-Ḥasan al-Ṣaghir6, recueil de fatwas de ‘Alī b. ‘Abd al-Ḥaqq al-Zarwīlī (m. 719/1319) connu sous le nom d’Abū l-Ḥasan al-Ṣaghīr. Ce savant, cadi de Tāzā au nord-est du Maghreb extrême, puis de Fès (Ibn al-Qāḍī, Jadhwat al-iqtibās : 472), était connu aussi bien au Maghreb central qu’au Maghreb extrême (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 4, 306) et a été consulté sur des cas survenus à Sijilmāsa (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 4, 91 ; Lagardère, 1995 : fatwa 196, 136). Est-ce pour cela qu’al-Sijilmāsī a prêté une attention particulière à ses fatwas ? Il a, quoiqu’il en soit, regroupé les réponses d’al-Ṣaghīr dans ce recueil qui contient également quelques nawāzil qu’il a lui-même rendues.

  • 7 Ces copies ont été numérisées dans le cadre du programme ANR TOUAT et sont consultables à la sectio (...)

8Ces deux derniers textes, les Nawāzil et le Durr al-nathīr, ont bien circulé semble-t-il, à la fois dans l’ouest maghrébin et dans les oasis sahariennes. Ils sont en tous cas connus au Touat : on en trouve encore aujourd’hui un certain nombre de copies notamment une copie de chacun d’eux dans la khizāna de Lemtarfa7. Les Nawāzil ont par ailleurs constitué une référence majeure pour les recueils de jurisprudence locaux (Warscheid, 2017 : 75).

9Il est par ailleurs l’auteur de notes (taqāyīd ou ta‘liqāt) sur l’ouvrage d’al-Maghīlī, intitulé Miṣbāḥ al-arwāḥ fī uṣūl al-falāḥ (Al-Maghīlī, 2001 (éd.) et Hunwick, 2006 traduction de morceaux choisis, p. 14-31). Nous reviendrons plus en détail sur ce texte.

10Nous n’avons que peu d’informations sur les éventuels disciples d’al-Sijilmāsī, même si certains sont mentionnés à l’occasion dans des textes autres que ses biographies. C’est le cas de ses deux fils, surtout ‘Abd al-‘Azīz, faqīh également formé à Tlemcen, dont nous conservons au moins un texte (Al-Ṭrībāq al-Yadrī, 2019 : 53). Pourquoi ses disciples sont-ils si peu nombreux ? Est-ce par ce qu’Ibn Hilāl ne s’est que peu ou pas occupé de la formation des savants de son époque, qui, comme on le voit pour son propre fils, partaient encore étudier dans le nord ? Est-ce parce qu’il s’est consacré à d’autres tâches, notamment celles de mufti et de cadi ? Bizarrement les biographies ne mentionnent pas cette fonction à la judicature de Sijilmāsa mais il est décrit comme tel notamment par son compilateur al-Jazūlī (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 1, 134).

11Al-Sijilmāsī est donc un faqīh filalien qui a suivi le parcours des oulémas sahariens de son temps notamment en recevant une formation traditionnelle à Fès et Tlemcen, les deux grands pôles d’élaboration juridique de l’époque. Ses Nawāzil témoignent de sa grande connaissance des productions juridiques du mālikisme qui sont amplement mobilisées dans son texte. Devenu cadi et mufti de Sijilmāsa, il a intégré le cadre politique et juridique islamique de l’époque.

Les liens d’al-Maghīlī avec Ibn Hilāl

  • 8 Lacroix, N. et La Martinière, H. M. P (de), 1894, Documents pour servir à l’étude du Nord-Ouest afr (...)
  • 9 Abu Ras, M. A. Arnaud (trad.), 1885, Voyages extraordinaires et nouvelles agréables par Muhammed Ab (...)

12Le parcours de son contemporain al-Maghīlī est beaucoup mieux connu et il n’est pas question de reprendre ici l’ensemble des informations que nous fournissent ses biographes mais plutôt de mettre en avant ce qui, dans cette biographie, peut éclairer les liens existants entre les deux savants. Les deux juristes se sont-ils rencontrés ? À Fès ou Tlemcen ? À Sijilmāsa ? Selon plusieurs études, al-Maghīlī aurait en effet commencé sa propagande dans cette cité du désert avant de rejoindre le Gourara et de s’installer au Touat. C’est peut-être Alfred Georges Paul Martin, interprète militaire, auteur d’une histoire du Touat (Martin, 1908 : 126), qui avance le premier cette idée. Renvoyant à l’ouvrage de La Martinière et Lacroix8 et à la traduction d’Abū Rās par M. A. Arnaud9, il dit : « après avoir persécuté les juifs à Sidjilmassa El-Meghili vint au Touat » et cette assertion est ensuite régulièrement reprise. C’est notamment le cas dans la thèse inédite d’Hassan Ibrahim Gwarzo qui précise toutefois que l’information n’est rapportée que par une seule source. Pourtant, le texte d’Abū Rās est imprécis sur ce sujet et aucune autre source biographique ne vient confirmer cette information. Au contraire on ne trouve pas la moindre mention d’un quelconque passage d’Al-Maghīlī dans la cité filalienne. Il y est peut-être passé à un moment ou à un autre, lors de ses périples vers le Touat même si a priori la route passant par Figuig, oasis saharienne située sur la route Tlemcen-Touat, était alors plus directe que celle passant par Sijilmāsa. Si c’est le cas, il aura sans doute rencontré Ibn Hilāl car il était courant que les savants de passage soient reçus par ceux du cru. Quoi qu’il en soit ils se connaissaient, même s’ils ne se sont peut-être jamais physiquement croisés. Gwarzo fait des échanges qu’ils ont eus à propos de l’ouvrage d’al-Maghīlī intitulé Miṣbāḥ al-Arwāḥ fī uṣūl al-falāḥ, la preuve d’un respect mutuel, voire d’une amitié entre les deux savants. Al-Sijilmāsī aurait ainsi reçu une copie du Miṣbāḥ pour donner son avis (Gwarzo : 246). Il confirme en effet, dans ses Nawāzil, avoir été consulté à propos « de l’appel d’al-Maghīlī au meurtre des juifs de sa région [le Touat] et à la saisie de leurs richesses » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1050). L’appel au meurtre n’était pas le sujet initial de la polémique qui aboutit à l’élimination des juifs de Tamanṭīṭ. La controverse partit en effet d’une question que posa al-Fijījī, faqīh originaire de Figuig, au cadi du Touat, al-‘Aṣnūnī, au sujet des synagogues (kanā’is al-yahūd) du Touat et plus généralement des synagogues des qṣūr sahariens et de la nécessité – ou non – de les détruire (Voguet, 2013 : 304). Mais c’est al-Maghīlī qui est le véritable instigateur de la polémique comme al-‘Aṣnūnī l’écrit lui-même dans le texte qu’il adresse aux juristes de Tlemcen et de Fès : « cette question a suscité une virulente opposition d’al-Maghīlī et de son fils ‘Abd al-Jabbār à mon encontre, opposition qui a presque dégénéré en guerre civile (fitna) » (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 200 ; Amar, 1908 : 244). Cette situation tendue pousse al-‘Aṣnūnī à chercher des appuis. C’est sa question, ainsi que les différents avis qui ont été rendus, qui sont compilés dans le Mi‘yār d’al-Wansharīsī (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 200-237 ; Amar, 1908 : 244-265).

13Nous connaissons la suite de l’histoire par d’autres sources, notamment par al-Sijilmāsī, justement consulté a posteriori sur les conséquences de cette affaire à savoir le meurtre des juifs du Touat. Cela explique que sa prise de position ne soit pas compilée dans le recueil d’al-Wansharīsī qui rapporte les avis des juristes directement sollicités dans l’affaire ; et il s’agit par ailleurs presqu’exclusivement d’autorités juridiques des capitales du nord même si certains noms sahariens y sont cités notamment celui d’al-Fijījī. Cette absence de la prise de position d’Ibn Hilāl dans le Mi‘yār est peut-être également due au fait qu’al-Wansharīsī ne connaissait pas ce juriste dont il ne rapporte par ailleurs aucune fatwa dans son recueil. Réciproquement, al-Sijilmāsī ne semble pas avoir eu connaissance du dossier rassemblé par al-Wansharīsī : à aucun moment il ne mentionne la polémique initiée au sujet des synagogues et ne mentionne pas non plus, dans sa réponse, les juristes ayant pris part à cette affaire. Sa fatwa dépasse d’ailleurs largement la seule question des synagogues. Al-Sijilmāsī signale cependant qu’il a répondu, par écrit, à la question précise de la légitimité du meurtre des juifs du Touat et de la saisie de leurs biens, et ce à la demande d’al-Maghīlī (Al-Sijilmāsī, Nawāzil, vol. 2, 1075). Sa réponse témoigne ainsi d’une correspondance entre les deux juristes sahariens. Mais il ne donne malheureusement que peu d’informations sur les biais par lesquels il s’est par ailleurs informé sur l’affaire, si ce n’est en citant les dires d’al-Maghīlī lui-même.

La réponse d’al-Sijilmāsī au sujet des juifs du Touat et des oasis sahariennes

14Il s’agit à présent d’analyser les propos d’al-Sijilmāsī sur l’appel au meurtre des juifs du Touat. Il répond à cette question dans plusieurs textes : dans ses « notes » (taqāyīd ou ta‘liqāt) sur l’ouvrage d’al-Maghīlī intitulé le Miṣbāḥ al-arwāḥ fī uṣūl al-falāḥ (Al-Maghīlī, 2001 (éd.) et Hunwick, 2006 traduction de morceaux choisis, p. 14-31) ; puis dans la fatwa compilée dans son recueil de Nawāzil. D’après Gwarzo, le Miṣbāḥ ne serait pas parvenu jusqu’à nous. Plusieurs éditions de ce texte existent cependant mais seraient, selon lui, le résultat d’une erreur d’identification (Gwarzo, 1972 : 303-304). Lui-même propose l’édition et la traduction d’un texte intitulé Ta’līf fīmā yajib ‘alā l-muslimīn min ijtināb al-kuffār (pp. 97-123 et 124-160). Ce même texte est édité sous le titre Miṣbāḥ al-arwāḥ (Al-Maghīlī, Miṣbāḥ, éd. 2001) et sous le titre Kitāb aḥkām al-dhimma (Fenton, 2011 : 552-564). C’est également sous le titre Aḥkām ahl al-dhimma que ce traité est étudié par Vajda (Vajda, 1962). Quoiqu’il en soit, dans ses notes, comme dans sa nāzila, al-Sijilmāsī se montre opposé aux arguments d’al-Maghīlī à l’encontre des juifs (Hunwick, 1985 : 177), sa position rejoignant ainsi celle d’al-‘Aṣnūnī et de cinq des huit juristes que ce dernier avait sollicités et dont les propos sont rapportés dans le Mi‘yār (Powers, 2003 : 384 ; Voguet, 2013 : 303-305).

15Avant de se pencher sur cette réponse, il faut souligner qu’à l’exception de cette longue nāzila, la question des juifs n’apparait que très occasionnellement et brièvement dans le recueil d’Ibn Hilāl. Questionné à propos de la pureté, il qualifie les juifs de Sijilmāsa d’impurs (najas) car kāfir-s (infidèles) notamment car ils consomment du vin (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 1, 247). Dans une autre fatwa, il cite l’avis d’Ibn al-Qāsim pour affirmer que les juifs doivent prêter serment le jour du shabbat si leur adversaire le leur enjoint. Il se refuse à prendre en compte l’avis contraire d’Ibn Yūnis, selon lequel ils n’y sont pas obligés, car, dit-il, ce dernier s’appuie sur la situation d’une cité corrompue où les juifs ne sont pas soumis à la dhimma (pacte de protection contre rétribution accordé aux non-musulmans) et ne s’acquittent pas de l’impôt de capitation, la jizya (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 683).

16La nāzila dont il est question ici se déploie quant à elle sur trente-trois pages éditées. La longueur de cette intervention est peut-être due au fait qu’al-Maghīlī, dans son texte, condamne les filaliens – et donc les habitants de Sijilmāsa – des mêmes maux que ceux qu’il dénonce au Touat. Al-Sijilmāsī, cadi de Sijilmāsa aura, comme al-‘Aṣnūnī, celui du Touat, souhaité défendre les communautés juives sahariennes. Cette longue réponse est en effet introduite par la question posée à al-Sijilmāsī et suivie d’une réponse générale qui donne la teneur de sa position sur ce dossier :

17Il a été questionné [al-Sijilmāsī] – que Dieu ait pitié de lui ! – à propos de l'appel d’al-Maghīlī au meurtre des juifs (qatl al-yahūd) de sa région [le Touat] et à la saisie de leurs richesses (ḥilya amwālihim).

18[Al-Sijilmāsī] – que Dieu ait pitié de lui ! – a répondu : Al-Maghīlī se trompe dans ses propos sur le meurtre des juifs de cette région et sur la saisie de leurs richesses, en effet leur meurtre et la saisie de leurs richesses est illégal sans aucun doute (qatluhum wa-akhdh amwālihim ḥarām bilā shakk). (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1050).

19Après avoir souligné le fait que les juifs n’agissent pas en ennemis (muḥāribīn), il précise que s’ils ne paient pas la jizya c’est qu’il n’y a pas, dans ces contrées, de gouverneur (wālī) pour les y contraindre (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1050-51). En découle un paragraphe sur la question de la rupture du pacte de dhimma et de la responsabilité de l’Imam, illustrée d’un paragraphe sur la révolution de Fès de 869/1465 (p. 1051-1054). Al-Sijilmāsī cite ensuite le dit « pacte » de ‘Umar sur les obligations faites aux dhimmī-s (bénéficiaires du pacte de la dhimma, non-musulmans chrétiens et juifs) notamment en matière vestimentaire pour se distinguer des musulmans mais aussi leur engagement à rester discret dans l’exercice de leur religion et à ne pas porter les armes (p. 1055-1057). Revenant à al-Maghīlī, il mentionne la question de la construction des synagogues qui est à l’origine de la polémique et du massacre des juifs. Il dit avoir écrit pour rectifier ses dires et la position de ceux qui l’on suivit (p. 1057). Al-Sijilmāsī continue ensuite à énumérer les prescriptions de ‘Umar et de Mālik : les dhimmī-s ne seront pas bouchers ou agents de change, ils ne vendront pas, sur les marchés des musulmans, des produits de leur fabrication… son propos est alors circonstancié par ce qu’il a entendu dire (sami‘tu) sur les juifs du Touat, notamment qu’ils sont, dans cette région, responsables de la vente et des échanges de marchandises (p. 1058). Il reprend ensuite ses arguments sur les conditions de rupture du pacte pour introduire une longue réflexion sur le devoir ou non, pour les oulémas, d’intervenir pour régler une injustice : s’ils ne peuvent rien faire sans se saisir des armes, ce n’est pas de leur ressort ; seul le pouvoir sultanien est alors habilité à intervenir (pp. 1058-1060). En ce qui concerne la rupture du pacte il s’appuie sur les dires d’Ibn Shās (m. 616/1219), d’Ibn Yūnis, d’Ibn Ḥabīb ou encore d’al-Lakhmī ou d’al-Qarāfī et d’Ibn Rushd (p. 1060-1067). Il réfute par la suite l’interprétation du verset 53 de la sourate al-mā’ida « Vous qui croyez ne prenez pas les juifs et les chrétiens pour des alliés […] celui qui le fait est un des leurs » faite par al-Maghīlī pour justifier le jihād qui devrait être mené à l’encontre des juifs. Il avance quant à lui, à la suite d’al-Maqqarī et d’al-Qarāfī, la nécessité d’une cohabitation distante mais pacifique dans le respect du pacte de dhimma (p. 1067-1070). L’une des conditions de cette cohabitation est l’injonction faite aux dhimmī-s de se tenir dans un état de subordination (al-ṣighār) et d’humilité (al-dhilla) mais rien n’empêche, s’ils respectent cet état, d’entretenir de cordiales relations avec eux qu’ils soient des voisins, des commerçants ou des salariés (p. 1071-1075). Al-Sijilmāsī accuse al-Maghīlī de faire surgir division et violence et introduit ainsi une réflexion sur la fitna [discorde] et ceux qui la provoque. Personne, à l’exception d’un dépositaire du Pouvoir (sulṭān), ne peut enjoindre au bien et interdire le mal, si une telle initiative provoque la discorde entre les musulmans et les effusions de sang (p. 1076-1082). C’est le sulṭān « ombre de Dieu sur la terre », qui « ordonne la religion et le monde » (p. 1083).

20Ibn Hilāl argumente ainsi sa position en développant principalement quatre grandes thématiques qui sont examinées successivement ci-dessous : la faiblesse du pouvoir sultanien dans ces régions sahariennes du Touat, le risque de la discorde (fitna), les conditions de rupture du pacte de dhimma et le paiement de la jizya.

Absence de pouvoir et crainte de la fitna

21Dans son traité al-Maghīlī déclare à propos des juifs du Touat :

Saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez, confisquez leurs propriétés, capturez leurs femmes et leurs enfants jusqu’à ce que ces malfaisants se soumettent totalement aux lois de la charia, paient la jizya et soient humiliés. (Gwarzo, 1972 : 121 et 156 ; Al-Maghīlī, Aḥkām dans Fenton, 2011 : 563 ; Yadgar, 2016 : 111).

22Le premier paragraphe de la réponse d’al-Sijilmāsī affiche d’emblée sa position face à cette injonction d’al-Maghīlī : pour lui, tuer les juifs du Touat et les spolier de leurs biens est une action totalement illicite. La première raison avancée pour étayer cet avis est que les juifs du Touat n’agissent pas en ennemis (muḥāribīn) ; ils sont au contraire, selon al-Sijilmāsī, sous l’autorité (al-qabḍa « la poigne ») des musulmans.

23On ne sait ni quelles sont ses connaissances exactes sur le Touat et sur la communauté juive de la région, ni comment il les a acquises mais il est probable que les marchands sillonnant les routes sahariennes en soient à l’origine. C’est en tous cas ce que suggère al-‘Aṣnūnī dans le Mi‘yār en précisant que les commerçants qui arrivent au Touat connaissent très bien la situation des juifs : à Tamanṭīṭ, ils vivent dans un quartier réservé au milieu duquel se trouve leur synagogue ; ils sont plutôt affaiblis et présentés comme victimes d’injustices. Cette position de soumission rejoint celle développée par al-Sijilmāsī.

  • 10 Sur cet événement voir M. Garcia Arenal, 1978, « The revolution of Fâs in 869/1465 and the death of (...)

24Ce dernier semble par ailleurs au fait de la situation administrative de ces villages sahariens qui, dit-il, ne sont sous la coupe d’aucun gouverneur (wālī) qui puisse les contraindre à l’obéissance (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1050). Absence de représentants du pouvoir central donc, qu’Ibn Hilāl dénonce encore un peu plus loin dans sa réponse, faisant porter la responsabilité de cette situation aux oasiens eux-mêmes. Les juifs n’ont pas à pâtir de cette déficience d’autorité : s’ils ne remplissent pas les obligations qui relèvent normalement du pacte de dhimma, ce n’est pas par insoumission ou résistance, c’est à cause de la négligence des pouvoirs politiques locaux. Le Touat est ainsi désigné comme une région corrompue (fasād al-bilād) où les cheikhs des qṣūr et les chefs de villages (ru’asā’ al-qurā) « n’ont pas le pouvoir du plus faible des représentants du gouverneur (‘ummāl al-wālī) » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1050). Et si l’autorité politique est inexistante ou faible il ne faut pas, selon Ibn Hilāl, l’imputer aux dhimmī-s (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1054) même s’ils ne paient pas la capitation ou s’ils occupent des positions socio-politiques qu’ils ne devraient pas occuper. Al-Sijilmāsī, pour illustrer son propos, prend l’exemple de la révolution de Fès (869/1465) et de l’injustice du saccage du Mellah et du massacre des juifs qui en résulta10 : c’est la faiblesse du pouvoir du dernier sultan mérinide, ‘Abd al-Ḥaqq al-Marīnī, qui a conduit à son renversement par un imam autoproclamé. Soutenu par un large parti, le Sharīf al-‘Imrānī, a appelé à la sédition et à la guerre civile. Ibn Hilāl n’évoque même pas le nom du vizir juif, Hārūn Ibn Baṭash, dont la nomination aurait fait le terreau de cette rébellion. Ce ne sont, pour lui, en aucun cas les juifs de Fès qui sont responsables de cette situation mais bien le pouvoir corrompu d’un usurpateur. Celui-ci se rend ainsi coupable des effusions de sang (irāqat al-dimā’) et de la turpitude des foules (fasād al-dahmā’). Ibn Hilāl fait le parallèle entre le destin de l’usurpateur du trône de Fès et celui de l’imam al-Maghīlī : au Touat, c’est également la vacance d’un pouvoir politique fort qui a permis à un érudit zélé de prendre les rênes et de s’ériger en autorité écoutée. Les gens du Touat, nous dit al-Sijilmāsī, « se sont rassemblés, comme un seul homme, derrière al-Maghīlī et l’ont déclaré imam » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1052). Al-Sijilmāsī ne conteste aucunement que ce dernier possède les aptitudes nécessaires pour occuper une telle fonction et reconnait même qu’il a toutes les qualités requises : savoir, justice, suffisance, courage, force d’âme, solidité d’opinion. Mais ces qualités auraient dû le conduire à être tolérant à l’égard des juifs du Touat qui ne sont tels qu’ils sont que parce que la région n’est soumise à l’autorité d’aucun gouverneur. Or pour al-Sijilmāsī, seul le pouvoir sultanien est garant de la paix sociale ; c’est même l’une de ses prérogatives (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1060). S’il est absent, la place est libre pour l’action d’ardents personnages, lesquels sont à l’origine de la pire des situations, la fitna entre les musulmans.

25Ibn Hilāl enjoint ainsi vivement à ne pas suivre « al-Maghīlī et ceux de son espèce parmi ceux qui conduisent les masses, car se battre à ses côtés et le suivre dans le meurtre, conduit à faire surgir les divisions (fitan) et les effusions de sang sans raison » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1076). Éviter à tout prix la discorde (fitna) est le deuxième argument de poids développé par al-Sijilmāsī. On le trouve également dans les réponses des juristes intervenus en faveur d’al-‘Aṣnūnī, le cadi du Touat, à l’encontre de la destruction des synagogues prônée par al-Maghīlī. Cet argument s’appuie sur le principe de la ḥisba d’injonction au bien et d’interdiction du mal (al-amr bi-l-ma‘rūf wa l-nahī ‘an al-munkar). Ibn Zakrī (m. 900/1491), mufti de Tlemcen, dit ainsi qu’« il faut considérer si, en voulant faire cesser ce qui est répréhensible, on ne se trouve pas amené à faire quelque chose de plus blâmable encore », ici la possibilité de provoquer la meurtre et le combat (al-qatl wa l-qitāl) entre les musulmans (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 210 ; Amar, 1908 : 252). Il est repris par Ibn Abī l-Barakāt (m. 910/1504), grand cadi de Tlemcen, qui déclare :

Lorsque pour faire cesser un mal, on doit tomber dans un mal plus grand ; en ce cas on doit s’abstenir, y eut-il accord unanime sur le caractère répréhensible de la chose. Or, quels plus grands dégâts peut-on concevoir que la démolition qui peut déchaîner la guerre civile (fitna), celle-ci entrainant à son tour le meurtre des personnes, le pillage des biens, allumant le feu de la guerre entre les créatures d’Allah dans tous les pays ? (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 215 ; Amar, 1908 : 257).

26C’est la position d’imam d’al-Maghīlī et sa légitimité qui retiennent en définitive l’attention d’Ibn Hilāl. S’il lui reconnait, on l’a vu, les qualités nécessaires à cette fonction, son attitude ne fait pas de lui un imam légitime. Un tel imam doit être équitable (‘adl) et il ne peut l’être que s’il prévient la fitna, pas s’il la provoque. Al-Maghīlī appartient, selon Ibn Hilāl, à cette catégorie d’individus uniquement portés par leurs intérêts propres, et qui, en provoquant le soulèvement des masses, fait surgir la discorde (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1076). Il cite les Aḥkām al-Qur’ān du cadi andalou Abū Bakr b. al-‘Arabī (m. 543/1148) : « inciter à la fitna conduit à la corruption, pas à ordonner le bien et interdire le mal » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1059), faisant lui aussi le lien entre l’injonction du principe de la ḥisba et le mal qu’il y a à provoquer la dissension.

Question de la rupture du pacte de dhimma et paiement de la jizya

  • 11 Ibn Shās, 2003, ‘Iqd al-jawāhir al-thamīna fī madhhab ‘ālim al-Madīna, Dār al-gharb al-islāmī, Beyr (...)

27La suite de la démonstration s’attarde essentiellement sur le pacte de dhimma et les conditions aboutissant à une rupture de ce pacte. Cette thématique apparaît également dans le dossier rassemblé par al-Wansharīsī. Citant le Jawāhir d’Ibn Shās (m. 616/1219)11, Ibn Zakrī rappelle que les dhimmī-s jouissent de la protection musulmane en vertu d’un pacte (‘aqd al-dhimma) avec les musulmans, pacte qui engage les deux parties : il est fait obligation aux musulmans de laisser les tributaires en paix et de garantir leur vie et leurs biens (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 209 ; Amar, 1908 : 252). La question est donc de savoir quels sont les motifs découlant de la responsabilité des dhimmī-s, susceptibles de rompre ce pacte (naqḍ al-‘ahd). Pour y répondre Al-Sijilmāsī, citant lui aussi les dires d’Ibn Shās, énumère cinq raisons (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1061) :

  • S’ils appellent au combat

  • S’ils ne payent pas la jizya

  • S’ils se rebellent contre l’autorité musulmane

  • S’ils forcent une musulmane à commettre l’adultère

  • S’ils insultent le prophète de l’islam ou les autres prophètes

28À ces différents éléments se superpose la question de l’état de soumission, d’humilité (al-dhilla) et d’abaissement, de subordination (al-ṣighār) que les dhimmī-s sont enjoints à respecter au nom du pacte. Dans le dossier du Mi‘yār, cette même question entraîne une série de réponses très circonstanciées concernant le comportement des juifs du Touat : pour les partisans de la destruction des synagogues de la région, ils auraient, par leur attitude, brisé le pacte de la dhimma (nāqiḍīn lil-‘ahd) (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 203 ; Amar, 1908 : 248) ; pour les autres, ils se tiennent dans cet état de soumission. L’idée principale qu’al-Maghīlī développe par ailleurs dans son traité est justement celle que les juifs de son temps sont sortis de leur état d’humiliation. Il déclare ainsi qu’ils violent le pacte et qu’il ne fait donc « aucun doute que les juifs du Touat, du Gourara, du Tafilalt, du Dra‘a et de nombreux autres endroits en Ifriqiya et à Tlemcen, leur sang, leurs enfants, leurs richesses et leurs femmes ne bénéficient plus de la protection (lā dhimma lahum) » (Gwarzo, 1972 : 116 et 150 ; Al-Maghīlī, Aḥkām dans Fenton, 2011 : 560 ; Al-Maghīlī, Miṣbāḥ al-arwāḥ : 40 et dans Hunwick, 2006 : 28).

29Chez al-Sijilmāsī, cette question appelle toute une série de remarques sur les relations qu’entretiennent juifs et musulmans. Il répond en cela aux arguments avancés par al-Maghīlī dans le premier chapitre de son traité. Si al-Sijilmāsī ne précise pas qu’il prend pour exemple les juifs du Touat ou de Sijilmāsa, son raisonnement semble pourtant le suggérer. Il évolue en effet dans une société où ces relations du quotidien existent nécessairement entre les deux communautés. Il aborde notamment la question de la participation des musulmans à des cérémonies organisées par des juifs. Mariages, circoncisions, ont-ils le droit d’y assister ? Sont-ils autorisés à présenter leurs condoléances ? Ces questions émanent vraisemblablement des pratiques en vigueur : travaillant ensemble, entretenant des relations de voisinage et d’amitié, les habitants des qṣūr, quelle que soit leur religion, partagent les principaux évènements de leur existence. Si al-Sijilmāsī souligne la nécessité du respect de l’état d’humilité et de subordination des juifs comme le recommandent les traités fondamentaux du mālikisme (al-Ummahāt), il défend une autre interprétation des relations que les musulmans peuvent entretenir avec les juifs. « Il n’y a rien - dit-il - dans la volonté de Dieu, ni dans la Sunna de Son messager qui interdise à un musulman d’assister à un banquet [de mariage ou de circoncision] organisé par des juifs et d’y manger » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1072). Il est intéressant de souligner qu’al-Sijilmāsī n’intervient que très peu à titre personnel dans l’ensemble de sa réponse ; or, l’une des seules occurrences où il affirme clairement sa position (qultu « j’ai dit ») concerne ce sujet. Il déclare ainsi qu’il relève de la bonne conduite à avoir à l’égard des juifs de faire preuve de gentillesse face à leur faiblesse, de les nourrir s’ils ont faim et d’interdire le mal qu’on peut leur faire (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1073). Cette assertion, qu’il appuie sur les dires d’al-Qarāfī, vient contredire la condamnation prononcée par al-Maghīlī qui fait de quiconque prend la défense d’un juif, un incrédule, condamnation à laquelle al-Sijilmāsī répond également très précisément dans son commentaire du traité (Gwarzo, 1970 : 170-171).

30Dernier point essentiel de l’opposition de vue entre al-Sijilmāsī et al-Maghīlī, la question du paiement de la jizya. Al-Maghīlī rappelle dans son traité que « la protection prescrite par la charia oblige [les dhimmī-s] au paiement de la taxe (i‘ṭā’ al-jizya) » (Gwarzo, 1972 : 116 et 150 ; Al-Maghīlī, Aḥkām dans Fenton, 2011 : 560). Il n’est en aucun cas contredit par al-Sijilmāsī sur ce point, ni d’ailleurs par les savants intervenus dans le dossier du Mi‘yār. Comme le souligne Ibn Zakrī :

Il n’y a jamais eu de dissidence, en aucun temps et en aucun pays, sur le caractère de prescription légale reconnu à l’imposition de la djizya. (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār, vol. 2 : 214; Amar, 1908 : 256).

31Or, selon al-Maghīlī, les juifs du Touat ne s’en acquittent pas. Al-‘Aṣnūnī rétorque qu’en ce qui concerne la jizya :

Ils ont des habitudes (‘awā’id) depuis longtemps avec les cheikhs, contribuant [à l’organisation] des fêtes ou [au financement] d’autres occasions malheureuses comme les guerres ou en donnant l’hospitalité aux bédouins. (Al-Wansharīsī, Al-Mi‘yār : vol. 2, 203 ; Amar, 1908 : 248).

32Al-Maghīlī considère ces contributions comme des pots de vins (rashwā) : pour être valable la jizya doit, selon lui, être perçue par une seule personne, détentrice de l’autorité (Al-Maghīlī, Aḥkām dans Fenton, 2011 : 558 ; Al-Maghīlī, Ta'līf dans Gwarzo, 1972 : 144 ; Al-Maghīlī, Miṣbāḥ al-arwāḥ : 36 et Hunwick, 2006 : 25). Al-‘Aṣnūnī rétorque que si les juifs de sa région évoluaient dans un environnement juste, ils paieraient à qui de droit et sans résistance ce qu’ils doivent. C’est également l’absence d’autorité publique qui est le point nodal de la position d’al-Sijilmāsī : c’est parce que les villages sahariens ne sont sous l’autorité d’aucun gouverneur que les juifs ne paient pas la capitation. Et en l’absence d’autorité centrale qui lèverait l’impôt, c’est aux chefs de villages qu’il échoit de le collecter : « il incombe aux chefs de vos villages (ru’asā’ qūrākum) qui ont des juifs sous leur autorité de les rassembler et de prélever la jizya » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1055).

33Il reprend ainsi l’idée affichée d’emblée dans les premières lignes de sa réponse : les juifs des oasis sont sous l’autorité des musulmans et ce sont ces derniers qui doivent être garants du respect des prescriptions légales ; on ne peut incriminer les juifs de ne pas respecter des règles qu’on ne leur impose pas. C’est la question de la responsabilité qui est donc le nœud du désaccord. Pour al-Maghīlī les juifs sont responsables de leur comportement qui est en inadéquation avec les obligations liées au pacte de dhimma, alors que pour al-Sijilmāsī ce sont les musulmans qui doivent imposer leurs lois. Ibn Hilāl cite encore à ce sujet les dires d’al-Qarāfī : « le dhimmī nous oblige à un ensemble de règles liées à son contrat de protection (‘aqd amānihi) » (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 2, 1064).

Conclusion

34Certes al-Sijilmāsī et al-Maghīlī ont des parcours qui se croisent même s’ils ne se sont a priori jamais rencontrés. Mais malgré une formation similaire, leurs positionnements divergent : le premier, originaire de Sijilmāsa s’inscrit dans un profil de savant oasien intégré au système politico-religieux ; le second, Tlemcenien immigré au Sahara, se démarque de la figure du faqīh en endossant le rôle de prédicateur zélé.

35La réponse d’al-Sijilmāsī à la question d’al-Maghīlī au sujet du meurtre des juifs du Touat et de la saisie de leurs richesses illustre cette différence de postures. Les développements d’Ibn Hilāl ne recoupent qu’assez peu les éléments au cœur du débat à propos des synagogues rassemblés dans le Mi‘yār d’al-Wansharīsī. Son point de vue est surtout une riposte aux positions qu’al-Maghīlī développe à l’encontre des juifs dans son célèbre traité. Le raisonnement d’Ibn Hilāl peut paraître assez décontextualisé et ressembler à un débat juridique théorique articulé autour du statut des dhimmī-s. Pourtant, à travers les thèmes qu’il explore – les défaillances du pouvoir, les risques de fitna, la question de l’impôt – on perçoit à quel point sa réponse est également politique. Elle sert la défense des communautés juives et le maintien d’une paix sociale indispensable au bon fonctionnement des oasis.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES

IBN ‘ASKAR, Muḥammad Ḥajjī (éd.), 1977, Dawḥat al-nāshir li-maḥāsin man kāna bi-Maghrib min mashā’īkh al-qarn al-‘āshir [Recueil biographique sur les cheikhs du Maghreb au dixième siècle]. Édité par. Rabat: Dār al-Maghrib.

IBN ‘ASKAR, A. Graulle (trad.), 1913, « La « Daouhat an-nâchir » de Ibn ‘Askar sur les vertus éminentes des Chaikhs du Maghrib au dixième siècle », Archives marocaines XIX, Paris, Ernest Leroux.

IBN AL-QĀḌĪ, Aḥmad Ibn al-Qāḍī al-Maknāsī (éd.), 1973, Jadhwat al-iqtibās fī dhikr man ḥalla min al-a‘lām madīnat Fās [Recueil biographique sur les savants de la ville de Fès], Rabat, Dār al-manṣūr.

IBN MARYEM, François Provenzali (trad.), 1910, El Bostan ou Jardin de biographies des saints et savants de Tlemcen, Alger, Imprimerie orientale Fontana frères et Cie.

al-MAGHĪLĪ, Paul Fenton (éd.), 2011, « A Maghribi Tract Against the Jews: Kitāb aḥkām al-dhimma by ‘Abd al-Karīm al-Maghīlī », Hiqre Ma‘arav u-Mizrah: Leshonot, sifruyot u-firke toladah mugashim le Yosef Shitrit, Jérusalem, Karmel, Haifa, Haifa University, p. 551‑564.

al-MAGHĪLĪ et IBN MARZŪQ, ‘Abd al-Majīd al-Khiyālī (éd.), 2001, Risālatān fī ahl al-dhimma. Al-risālat al-uwlā : Miṣbāḥ al-arwāḥ fī uṣūl al-falāḥ ; al-risālat al-thāniya : al-i‘lām bimā aghfalahu al-a‘wām [Deux traités sur les gens soumis à la dhimma], Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiya.

al-SIJILMĀSĪ IBN HILĀL, Aḥmad b. ‘Alī (éd.), 2011, Al-Durr al-nathīr ‘alā ajwiba Abī l-Ḥasan al-Ṣaghir [Recueil de jurisprudences d'Abī l-Ḥasan al-Saghir], 2 vol., Beyrouth, Dār Ibn Ḥazm.

al-SIJILMĀSĪ IBN HILĀL, ’Abd Allah Al-Hilālī (éd), 2016, Nawāzil bāz al-nawāzil [Recueil de jurisprudences], 2 vol., Beyrouth, Dār Ibn Ḥazm.

al-TINBUKTĪ AḤMAD BĀBĀ, 'Abd al-Ḥamīd b. 'Abd Allāh al-Ḥarāma (éd.), 1989, Nayl al-ibtihāj bi-taṭrīz al-dībāj [Recueil biographiques sur les savants d'al-Andalus, de l'Afrique du Nord et de l'Afrique de l'Ouest], Tripoli, Kulliyyat al-da'wāt al-Islāmiyya.

al-WANSHARĪSĪ, Émile Amar (trad.), 1908, « La Pierre de touche des “fétwas”, de Aḥmad al-Wanscharîsî. Choix de consultations juridiques des “faqîhs” du Maghreb » Archives marocaines XII, Paris, Ernest Leroux, p. 244‑65.

al-WANSHARĪSĪ, Muḥammad ‘Uthmān (éd.), 2012, Al-Mi‘yār al-mu‘rib wa-l-jāmi‘ al-mughrib ‘an fatāwā ahl Ifrīqiya wa-l-Maghrib [Recueil de jurisprudences des savants d'Ifrīqiya et du Maghreb], 8 vol., Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmīya.

ÉTUDES

GWARZO Hassan Ibrahim, 1972, The Life and Teachings of al-Maghîlî with particular reference to the Saharan Jewish Community , Thèse de doctorat, SOAS University of London.

HUNWICK John O, 1985, « Al-Mahîlî and the Jews of Tuwât: The Demise of a Community ». Studia Islamica 61, Leyde, Brill, p. 155‑183.

HUNWICK John O, 2006, Jews of a Saharan Oasis. Elimination of the Tamantit Community, Princeton, Markus Wiener Publishers.

LAGARDERE Vincent, 1995, Histoire et société en Occident musulman au Moyen âge. Analyse du Mi‘yār d’al-Wanšarīsī, Madrid, Casa de Velázquez.

MARTIN Alfred Georges Paul, 1908, Les oasis sahariennes (Gourara-Touat-Tidikelt), Alger, Edition de l'Imprimerie Algérienne.

POWERS David S, 2003, « Aḥmad al-Wansharīsī (D. 914/1509) », in ARABI, Oussama, POWERS, David S. and SPECTORSKY, Susan A (dir.), Islamic Legal Thought. A Compendium of Muslim Jurists, Leiden, Boston, Brill, p. 375‑399.

al-ṬRĪBĀQ AL-YADRĪ Muḥammad, 2019, « Ishām ‘Ulamā’ Sijilmāsa fī khidma al-madhhab al-mālikī : Anamūdhaj al-faqīh Abī l-‘Abbās Ibrāhīm b. Hilāl al-Sijilmāsī (903 h.) » [Contribution des oulémas de Sijilmāsa au travail de l'école juridique mālikite : l'exemple du juriste al-Sijilmāsī]. Majallat uṣūl al-dīn, al-jām‘a al-asmariya al-islāmiya 4, p. 50‑70.

VAJDA Georges, 1962 « Un traité maghrébin "adversus judaeos" : aḥkām ahl al-ḏimma du Šayḫ Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm al-Maġīlī », Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Levi-Provençal, Paris, Maisonneuve et Larose, vol. I, p. 805‑814.

VOGUET Élise, 2013, « Les communautés juives du Maghreb central à la lumière des fatwā-s malikites de la fin du Moyen Âge », in FIERRO, Maribel et TOLAN, John (dir.), The Legal Status of ḍimmī-s in the Islamic West (IIe/VIIIe-IXe/XVe s.), Turhout, Brepols, p. 295-306.

VOGUET Élise, 2017, « Tlemcen-Touat-Tombouctou : un réseau transsaharien de diffusion du mālikisme (fin VIII/XIVe-XI/XVIIe siècle) », Remmm, 141, p. 259-277

WARSCHEID Ismaïl, 2017, Droit musulman et société au Sahara prémoderne. La justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux xviie-xixe siècles, Leyde, Boston, Brill.

YADGAR Liran, 2016, "All the Kings of Arabia are seeking your counsel and advice": intellectual and cultural exchange between Jews and Muslims in the Later Middle Islamic Period, Dissertation for the degree of Doctor of Philosophy, University of Chicago.

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Hadrien Collet (Université Paris I-IFAO) d’avoir attiré mon attention sur ce texte. La seule étude identifiée est introuvable dans les bibliothèques françaises et je n’ai malheureusement pas pu la consulter : M. Al-Baraka, S. Binḥamāda, Al-fiqh wa-l-tārīkh bi-Sijilmāsa min khilāl fatāwā Ibn Hilāl al-Sijilmāsī, [Le fiqh et l’histoire à Sijilmassa à travers les fatwas d’Ibn Hilal al-Sijilmasi], Rabat, Azzaman, 2016. Il faut également mentionner un court article de Muḥammad al-Ṭrībāq al-Yadrī : Ishām ‘Ulamā’ Sijilmāsa [Contribution des savants de Sijilmasa].

2 Il faut signaler l’erreur d’Ibn al-Qāḍī qui situe l’enseignement de ce juriste à Tlemcen alors qu’il est de Fès.

3 Il signale ce maître dans sa Fahrasa [bibliographie] inédite. Réf. citée dans Al-Sijilmāsī, Nawāzil, vol. 1, 50, note 1.

4 Voir la présentation des différents manuscrits consultés par al-Hilālī pour son édition (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol.1, 98-117) De nombreuses copies sont également signalées dans l’article d’al-Ṭrībāq al-Yadrī (2019 : 57, notes 1 et 2).

5 C’est par exemple le cas du manuscrit de la Ḥasaniya de Rabat n°12024 (Al-Sijilmāsī, Nawāzil : vol. 1, 98).

6 Ibn Hilāl al-Sijilmāsī, Al-Durr al-nathīr ‘alā ajwibat Abī l-Ḥasan al-Ṣaghir, éd. Aḥmad b. ‘Alī, 2 vol., Beyrouth, Dār Ibn Ḥazm, 2011.

7 Ces copies ont été numérisées dans le cadre du programme ANR TOUAT et sont consultables à la section arabe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT/CNRS).

8 Lacroix, N. et La Martinière, H. M. P (de), 1894, Documents pour servir à l’étude du Nord-Ouest africain, tome IV Les oasis de l’extrême-sud algérien, Gouvernement général de l’Algérie. Service des affaires indigènes.

9 Abu Ras, M. A. Arnaud (trad.), 1885, Voyages extraordinaires et nouvelles agréables par Muhammed Abou Ras Ben Ahmed Ben Abd El-Kader En-Nasri. Récits historiques sur l’Afrique septentrionale, Alger, Adolphe Jourdan

10 Sur cet événement voir M. Garcia Arenal, 1978, « The revolution of Fâs in 869/1465 and the death of sultan ’Abd al-Haqq al-Marînî », BSOAS 47, no 1 (1978) : 43‑66.

11 Ibn Shās, 2003, ‘Iqd al-jawāhir al-thamīna fī madhhab ‘ālim al-Madīna, Dār al-gharb al-islāmī, Beyrouth.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Voguet, « La réponse d’al-Sijilmāsī (IXe/XVe siècle) à l’appel d’al-Maghīlī au meurtre des juifs du Touat  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 149 | 2021, 195-212.

Référence électronique

Elise Voguet, « La réponse d’al-Sijilmāsī (IXe/XVe siècle) à l’appel d’al-Maghīlī au meurtre des juifs du Touat  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | septembre 2021, mis en ligne le 03 septembre 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/15968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.15968

Haut de page

Auteur

Elise Voguet

CNRS, UPR 841 IRHT (Institut de Recherche et d'Histoire des Textes), Aubervilliers, France, elise.voguet[at]irht.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search