Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEL’identification des réseaux d’oasis(…)

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

L’identification des réseaux d’oasis précoloniaux dans le Zab occidental (Algérie, Wilaya de Biskra) à travers le système d’irrigation traditionnel

Identification of precolonial oasis networks through a traditional system of irrigation in the Western Zab (Algeria, Wilaya of Biskra)
Samira Haoui
p. 213-236

Résumés

Les noyaux de peuplement du Zab occidental révèlent une forme d’habitat aggloméré et enveloppé par les aires productives oasiennes. L’analyse des sources textuelles successives a permis d’y discerner une organisation en réseaux qui semble être maintenue jusqu’au xive siècle. Néanmoins, des questionnements demeurent concernant l’identification des composantes de ces réseaux. Afin d’y répondre, l’étude de leurs modes d’irrigation et les procédés de partage de l’eau en tant que facteurs déterminants dans la distribution des peuplements demeure une approche dont l’efficience n’est plus à démontrer. Les documents relatifs aux savoirs de l’eau du début de la colonisation ont été exploités en complément des sources arabes médiévales. L’analyse des relevés topographiques militaires établis lors des premières incursions françaises dans les Ziban a permis de cartographier les réseaux des établissements, et d’en démontrer la hiérarchie en cités principales et agglomérations secondaires. La contribution propose ainsi une alternative aux démarches actuelles de « reconstruction » des aires culturelles rurales en Algérie, notamment celles de l’Atlas saharien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Zab occidental représente une sous-région appartenant à la Wilaya de Biskra qui se situe à la lisière nord-est du territoire saharien algérien. Il correspond à une étendue présaharienne séparée de la région du Tell par la chaine de l’Atlas saharien. Il encaisse, de ce fait, les eaux captées aux pieds des monts du Zab et parcourant les terres en pente douce en générant l’implantation d’oasis avec habitats et cultures. En aval, sur la rive gauche d’Oued Djedi, se dressent les zones verdoyantes renfermant des formes d’habitats oasiens, alors que sur sa rive droite, les vestiges du municipe de Gemellae attestent de l’ancienneté de cette occupation (Baradez, 1949). Par leur pérennité, ces richesses hydrographiques ont été les garantes de la permanence du phénomène d’occupation, de peuplement et d’urbanisation de ce territoire (Trousset, 1986a) (fig. 1).

Agrandir

ⓒ S. Haoui, 2020

Figure 1 : Localisation du Zab occidental et de ses principales agglomérations

  • 1 Le parc national de l’Atlas saharien compte la wilaya de Biskra parmi les quatre départements compo (...)

2Ce patrimoine paysager et culturel se trouve actuellement menacé de disparition malgré sa valeur tangible. Il incarne l’histoire longue et tourmentée du peuplement du Zab ; une région qui a toujours été frontalière, de l’antiquité jusqu’à l’époque moderne. À cheval entre les aires arides et méditerranéennes, ces structures traditionnelles, pleines d’enseignement sur le passé des sociétés, sont vidées de leurs habitants de façon massive et planifiée. Elles agonisent tout en ressuscitant plus loin sous forme de centres urbains secondaires, standardisés et semblables aux villes du nord. Le classement de ces sites en tant que patrimoine culturel protégé semble être l’unique issue pour garantir leur préservation et le maintien de leurs potentialités scientifiques et archéologiques. La consécration du Parc national culturel de l’Atlas saharien en 20081 est une ultime opportunité pour la connaissance et la reconnaissance du patrimoine rural zibanais en tant que production collective singulière. Se pose alors la question du procédé de recensement et d’inventaire de ce patrimoine fragilisé par les aléas du temps et les transformations coloniales et contemporaines.

  • 2 L’auteure tient à remercier le professeure S. Chergui, spécialiste en histoire de l’art et C. Aille (...)
  • 3 Les toponymes issus des sources arabes consultées sont translittérés et suivis, à leur première app (...)

3Nous proposons à travers cet article d’identifier et de répertorier les structures de peuplement en les considérants comme un ensemble unique lié par le système hydraulique traditionnel2. Loin d’être le fruit d’une juxtaposition, les établissements du Zab occidental entretenaient à l’époque précoloniale des liens basés sur l’usage et les savoirs de l’eau. Les petites agglomérations des oasis de Mlīlī (Mlili), Banṭyūs (Benthious) et Ṭūlga (Tolga)3 devront être appréhendées comme un tout où les aires productives et les habitats sont indissociables. Elles pourront ainsi entrer dans les listes de classement du patrimoine culturel et bénéficier de mesures de préservation et de mise en valeur cohérentes.

Contexte théorique et études antérieures sur le peuplement précolonial

4Globalement, l’étroite relation entre le système de division de l’eau et l’organisation des peuplements dans les sociétés rurales, particulièrement en occident musulman, est certifiée par de nombreux travaux antérieurs, notamment ceux relevant de l’archéologie hydraulique. Une approche dont les apports relatifs à l’identification des structures claniques et leurs implications socio-économiques en Andalus ont été mis en lumière par M. Barceló et H. Kirchner (1986-1996). Bien avant, P. Pascon (1970) avait également attiré l’attention sur les pratiques hydrauliques en tant qu’indicateurs des modes d’organisation, fonctionnement et évolution des sociétés rurales au Maroc. Il établit ainsi les fondements de la sociologie hydraulique. Contemporaines mais en perpétuelle évolution, les études et les contributions universitaires de P. Cressier (2006a et b) mettent en évidence les systèmes hydrauliques médiévaux au Maroc comme en Andalus et démontrent leur impact dans la genèse des organismes urbains et l’organisation des fractions tribales. L’auteur souligne ainsi l’importance de « la petite hydraulique » en tant que sciences paysannes dans la compréhension de la gestion et l’aménagement des territoires.

5Dans la même lignée, de récentes recherches universitaires expérimentent ces principes sur des terrains d’étude variés où les oasis du Maroc semblent connaître un regain d’intérêt. T. Madani (2006) met en avant le lien entre le peuplement et les procédés d’acheminement et de partage de l’eau dans l’oasis de Figuig organisant deux ensembles distincts en rapport avec les ratios des eaux destinées aux agglomérations. En Tunisie, les travaux collectifs de M. Hassen (1999) traitent des structures de peuplement de l’Ifriqiya en précisant l’état des recherches sur les savoirs de l’eau, notamment dans les espaces oasiens à travers la contribution de W.  Ismaïl (2007) sur Tozeur, ville jumelle de Biskra à l’époque hafside.

6En Algérie, ce domaine a progressé dans les années 80 avant de connaître, de nouveau, un repli. Le système d’irrigation des oasis du Sahara septentrional a été minutieusement décrit par l’étude de photo-interprétation appliquée à la région d’Ouargla et du Touat-Gourara (C. Nesson, 1973, 1978). L’œuvre de N. Marouf (1980) sur les oasis du Touat reste déterminante quant à la compréhension du contexte d’évolution des sociétés hydrauliques oasiennes. Par ailleurs, l’introduction de la catégorie de paysages culturels dans le patrimoine universel par l’Unesco, a mené P. Lauréano et son équipe (1987) à identifier les modes d’organisation des établissements humains sahariens à travers leurs caractéristiques géomorphologiques, et, par extension leurs modes d’irrigation. D’un autre côté, les oasis d’Algérie trouvent leur place dans les travaux de géographie ; M. Côte (2012) cristallise ses recherches et investigations sahariennes dans une œuvre globale catégorisant les oasis et leurs modes d’irrigation en faisant appel aux avantages des images satellitaires. Enfin, à propos des aspects hydrauliques dans les Ziban, l’étude de S. Aidaoui (1994) demeure une œuvre incontournable pour la compréhension de l’évolution du paysage hydraulique traditionnel et moderne dans le Zab.

7Concernant l’histoire des peuplements du Zab et sa région, les travaux semblent être moins étoffés. Tout en traitant les cités du Tell et de l’Ifriqiya entre les viie et xie siècles, P. L. Cambuzat (1970), se penche sur le contexte global dans lequel le Zab a évolué à travers son évolution territoriale et administrative. Cet aspect a été mis en lumière par la récente étude historique de R. Bedhiafi (2014) sur Bilād al-Zāb, qui s’appuie sur les sources écrites. Élargie au Zab dans sa plus grande extension, sa recherche l’a poussé à aborder tout particulièrement les principales villes médiévales relevant de la Hodna, au détriment des établissements présahariens. Par ailleurs, les récentes recherches sur l’ibadisme aux marges sahariennes présentent des avancées sur les implantations au Bas Sahara algérien. Dans la récente publication archéologique sur Sedrata, les auteurs qualifient de « polynucléaire » l’ancienne implantation dont les établissements, disposés en réseau, sont liés par les impératifs de l’irrigation (Aillet, Cressier et Gilotte, 2017 : 38-54), alors qu’A. Amara (2012) traite d’une éventuelle présence de groupes ibadites dans les oasis du Zab médiéval. Enfin, dans la continuité de ses recherches sur la Hodna et le Zab, M. Meouak (2017) publie une monographie de cinquante localités et sites appartenant aux Ziban et aux Aurès. Il reconstitue dans cet ouvrage l’évolution des structures de peuplement de l’espace oasien zibanais à travers les textes médiévaux et modernes.

Perspective et méthode

8La présente contribution s’insère dans une étude qui concerne la reconstitution de l’histoire du peuplement du Zab et la caractérisation de ses habitats dans une longue durée, depuis l’ère islamique jusqu’à l’époque coloniale (Haoui, 2020). Nous avons choisi d’étudier trois oasis situées sur le flanc ouest du Zab, appelé communément le Zab occidental. Désertifiés suite aux inondations de 1969, les habitats traditionnels sont en partie visibles. L’observation de ces implantations sur les images satellitaires dévoile une organisation bipolaire : en amont, au piémont des monts du Zab, se trouve le secteur septentrional (al-Zāb al-ẓahrāwī) qui abrite l’oasis de Ṭūlga, et en aval s’étale le secteur méridional (al-Zāb al-qiblī) où sont localisées les deux oasis de Banṭyūs et Mlīlī (fig. 2). L’identification des composantes anciennes de ces oasis s’appuie sur l’étude de leur réseau d’irrigation et, particulièrement, celle de leurs filiations hydrauliques. En plus des sources arabes médiévales, il est utile de se tourner vers les documents de l’époque coloniale, en particulier les récits d’exploration et les rapports de l’administration sur les questions de l’eau, complétés par l’usage de la cartographie militaire établie aux débuts des incursions dans les Ziban, et particulièrement après les soulèvements des Ziban en 1876.

Le milieu naturel et les ressources hydriques

  • 4 Deux appellations que nous privilégions vu leur ancrage dans la tradition orale zibanaise pour dési (...)

9La morphologie des Ziban est marquée par deux caractères contrastants : une partie montagneuse atlasique au nord et une dépression présaharienne au sud. L’Atlas saharien s’étend du sud-ouest vers le nord-est, séparant ainsi la partie nord (Dhahra, de l’arabe ẓahra) de la partie sud (Gabla, de l’arabe qibla)4. Tout en introduisant le Bas-Sahara, la plaine prédésertique du Zab occidental s’étend au sud des monts du Zab et se caractérise par une uniformité de pente orientée nord-ouest sud-est. De type alluvial, elle contient des dépôts riches en matières organiques permettant le développement de sols fertiles. Très souvent, la plaine présente une couche calcaro-gypseuse et friable appelée localement deb-deb, une fois cette couche rompue, les ressources en eau jaillissent sous la pression artésienne (Aidaoui, 1994 :14-26 ; Flamand, 1908 : 40).

  • 5 L’Oued Djedi prend sa source dans le Djebel Amour (Laghouat) et coule d’ouest vers l’est, en longea (...)

10Sur le plan hydrographique, le Zab occidental présente des eaux de ruissellement et des eaux géologiques. Ces dernières sont sous forme de sources artésiennes qui sourdent des griffons localisés aux pieds des monts du Zab. Réunies, elles forment des oueds permanents qui coulent du nord pour aller irriguer les oasis situées en aval et dont l’excédent est rattrapé par le lit d’oued Djedi5. Ce dernier collecte les eaux d’affluents du bassin versant du Zab occidental, tel que l’oued Mlīlī, avant de se déverser dans le chott Melghir (Camps, 1995 ; Ballais, 2010).

  • 6 Impropre à la culture, la largeur de cette cuvette varie entre 10 km et 5 km. La présence de points (...)

11Les oasis du Zab occidental occupent la zone la moins large du plateau du Zab circonscrite entre l’arc convexe des monts du Zab, à une côte moyenne de 160 m en amont, et celui du lit d’oued Djedi au sud, élevé à 85 m, en aval. Entre ces deux composantes naturelles, l’inclinaison du plateau permet un écoulement des eaux par gravité sur la distance la plus courte. Le résultat de ces trois éléments hydro-morphologiques se cristallise, à la faveur des travaux hydrauliques de captage et d’acheminement d’eau, en des implantations humaines sous forme de deux lignes d’oasis sensiblement parallèles et séparées par une dépression de chotts6 (fig. 2). Les oasis du Zab septentrional correspondent localement au Zab ẓahrāwī. Elles sont irriguées par les sources locales et les forages et s’étendent de Bouchagroun à l’est jusqu’à Foughala à l’ouest. Quant aux oasis du Zab méridional, elles coïncident avec la ligne d’oasis communément appelée le Zab qiblī. Un toponyme local qui reflète leur localisation au sud et leur position sur la route menant vers le Sahara. Les oasis du Zab méridional, reçoivent leurs eaux d’irrigation par des canaux (sāqiya-s) amenant les eaux des sources (‘uyūn) surgissant dans le Zab ẓahrāwī. Elles s’étendent, historiquement, de l’oasis de Mlīlī à l’est jusqu’à Līwa (Lioua) à l’ouest.

Agrandir

ⓒ S. Haoui, 2020

Figure 2 : Implantation et évolution topographique des oasis du Zab occidental.

Réseaux hydrauliques et peuplement dans les sources

  • 7 Sans préciser les frontières de cette province par rapport à l’Ifriqiya, le texte donne de précieus (...)
  • 8 Tout en changeant de sens selon les auteurs et les époques, le mot kūra correspond chez les géograp (...)

12Dans son Kitāb al-masālik wal-mamālik, datant de 1068, al-Bakrī nous restitue le premier caractère relatif à l’organisation en réseaux des cités (mudun) du Zab au xisiècle7. Le géographe andalou identifie, en effet, les composantes de la kūra8 de Biskra, notamment les trois agglomérations commanditaires des trois districts (aqālīm)situés du côté occidental de cette kūra. Il souligne leur caractère fortifié et décrit leurs composantes sociales et économiques. Par ailleurs, l’auteur atteste que l’irrigation de plusieurs de ces agglomérations se fait à partir d’une même source d’eau. Il cite ainsi trois cités (mudun) qui sont Mlīlī, Banṭyūs et Ṭūlga, en précisant qu’elles sont alimentées respectivement par trois sources d’eau différentes. Sans les nommer, l’auteur nous rapporte, également, que chacune des deux cités de Banṭyūs et Ṭūlga compte un réseau organisant trois agglomérations. Quant aux agglomérations affiliées à Mlīlī, l’auteur n’en précise pas le nombre (al-Bakrī, al- mughrib : 52,72) (fig. 3).

Agrandir

Figure 3 : Trois réseaux de cités du Zab occidental au xie s. d’après al- Bakrī, ⓒ S. Haoui, 2020

13Plusieurs hypothèses ont été alors engagées afin de les identifier. L. Piesse (1862 :  447) avance que les deux autres agglomérations de Banṭyūs devaient être Ūrlāl (Ourlal) et Mlīlī. P.L. Cambuzat (1970, Vol. II : 71, 380) propose à son tour les trois agglomérations susceptibles d’appartenir respectivement à Ṭūlga et à Banṭyūs. A. Amara (2016 : 14-15) en propose une troisième composante (tableau 1).

Agrandir

Tableau 1 : Hypothèses relatives à l’identification des agglomérations médiévales affiliées aux trois oasis du Zab occidental (Ṭūlga, Banṭyūs et Mlīlī), ⓒ S. Haoui, 2020

14Ces trois hypothèses dévoilent une divergence dans l’identification des agglomérations faisant partie du réseau historique des deux oasis de Ṭūlga et Banṭyūs et une absence de prise en considération de celles susceptibles d’appartenir à Mlīlī.

  • 9 Traduction de l’arabe (Qurā mutaʽaddida mutajāwira jamʽan jamʽan, yuʽrafu kull wāḥid minhā bi-l-Zāb(...)

15Ibn Khaldūn (Dīwān, t.6 : 47 ; De Slane, Histoire, vol. 1 :77) nous apporte une deuxième image structurée de l’espace urbanisé du Zab et des conditions de son peuplement par les tribus arabes. Elle montre un Zab composé de trois flancs : al-jānib al-gharbī, « flanc occidental », était soumis à l’autorité des Awlād Muḥammad et des Awlād Sbā‛, avec pour capitale Ṭūlga ; al-jānib al-wasaṭ « flanc central », était soumis à l’autorité des Awlād Muḥammad ayant Biskra comme ville de base ; enfin al-jānib al-sharqī, « flanc oriental », était soumis à l’autorité des Awlād Nābat et avait pour capitales Bādis et Tennūma. L’auteur décrit ensuite l’organisation territoriale du Zab sous les Banū Muznī, gouverneurs de Biskra au xivsiècle (Ibn Khaldūn, op. cit : 585-595 ; De Slane, op. cit., vol 3 : 124-141). Il l’assimile à un pays étendu (waṭan kabīr) qui avait pour limites Qaṣr al-Dawsan à l’occident, et quṣūr Hūla et Bādis à l’orient. L’historien souligne qu’à cette époque, waṭan al-Zāb renfermait de nombreux villages (qurā) proches les uns des autres. En abordant leur organisation, il donne, dans la version originale en arabe, un détail qui ne figure pas dans la traduction de De Slane. Il insiste sur le caractère groupé de ces villages, en affirmant que chaque groupe, et non village, était appelé Zāb : « de nombreux villages voisins [organisés] en plusieurs groupes, chacun [groupe] connu sous le nom de Zāb9 ». Il y énumère, d’Ouest en Est, les six groupes d’agglomérations ou « Zāb », dont chacun possédait un établissement chef-lieu dont il portait le nom. Ainsi, Trois Zāb-s sont localisés dans le flanc occidental : Zāb al-Dawsan, Zāb Ṭūlga et Zāb Mlīlī, avec chacun ses villages respectifs (Ibn Khaldūn, Dīwān, t.6 :585 ; De Slane, Histoire, vol. 3 :125). L’historien fait ressortir ainsi, simultanément, deux aspects fondamentaux dans l’organisation des agglomérations. Le premier est relatif à la division territoriale du Zab occidental en trois réseaux, dont Ṭūlga était la capitale, et le second correspond à une organisation hiérarchisée à l’échelle du réseau lui-même avec une agglomération chef-lieu et des agglomérations auxiliaires (fig. 4).

16Cette image structurée et hiérarchisée des centres de peuplement en agglomérations principales et secondaires, comporte une certaine complémentarité avec celle présentée par al-Bakrī au xie siècle. Le Zab « réseau de villages » d’Ibn Khaldūn semble reprendre les « réseaux de cités » d’al-Bakrī. Ibn Khaldūn met en avant le caractère de voisinage et de proximité des agglomérations formant le même réseau alors qu’al-Bakrī précise que ces dernières disposent des eaux d’une même source. Cependant, une dissemblance figure entre les textes des deux historiens géographes. En effet le réseau de Banṭyūs, cité au xie siècle, ne figure plus dans la source du xivsiècle. Un écart significatif qui pourrait être interprété par une éventuelle décroissance de cette oasis, intervenue entre les xie et xivsiècles.

17En 1352, la deuxième marche mérinide contre le Zab, sous le sultan Abū Inān, est renseignée par al-Numayrī (Fayḍ : 443-445) qui nous rapporte qu’afin d’accéder à Qaṣr Farfār (Farfar) situé dans le Zab septentrional, l’armée mérinide, installée entre ce dernier et Ṭūlga, était passée par des plantations agrémentées de palmiers dattiers, d’arbres fruitiers et de vignes, ainsi que des jardins étendus et bien ordonnés, arrosés par des cours d’eau (anhār) et des canaux de dérivations (madhānib). Ce paragraphe nous confirme les richesses agricoles et hydrauliques de Ṭūlga et Farfār et nous renseigne sur la proximité et l’interdépendance qui semble avoir existé entre les deux centres de peuplement. En effet, ces derniers ont subi le même châtiment de la part des Mérinides, par la destruction de leurs forteresses respectives : la qaṣaba de Ṭūlga, siège de son chef, al-shaykh ʽAbd al-Raḥmān al-Ṭūlgī, et ḥiṣn Farfār, propriété de Yaʻqūb b. ʻAlī.

18Au début du xvie siècle, Ḥasan al-Wazzān traite le Zab en tant que province du royaume de Bijāya. Il décrit trois cités du Zab occidental : Ṭūlga, al-Burj (el-Bordj) et al-Dawsan. Concernant le procédé de partage des eaux, l’auteur nous informe de l’usage du volume horaire dans l’agglomération « civile » d’al-Burj et des litiges qui éclataient entre les agriculteurs (l’Africain, Description : 253).

19Datant de la période ottomane, les récits des deux rihla-s d’al-‛Ayyāshī et Mūlāy Aḥmad en 1661 et en 1710 (Berbrugger, 1846 : 302-303), se sont étendus sur les contours paysagers du parcours de leurs caravanes dans le Zab. Les deux auteurs notent la richesse des cultures et l’abondance des eaux de sources générant des rivières jalonnées de moulins, norias, des réservoirs et des bassins. En fin, T. Shaw (1743 :166) liste les villages du Zab occidental en deux groupes, ceux du nord « al-‘Amri, al-Burj, Ṭūlga, Farfār, Za‘ātsha (Zaatcha), Lishāna (Lichana), Boushagrūn (Bouchagroun) » et ceux implantés au sud « Līwa (Lioua), Ṣahīra (Sahira), Mkhādma (Mekhadma), jarbānya (Djerbania), Banṭyūs, Ūrlāl, al-Mnāhla (Menahla), Bīgū (Bigou), Mlīlī ». À travers ces renseignements, on se rend compte de la permanence des richesses hydriques dans les Ziban, ainsi qu’une augmentation numérique des villages, sans pour autant une mise en évidence d’une quelconque organisation en réseau.

L’apport de la documentation coloniale

20La période coloniale a consacré l’emploi du mot Ziban, jusque-là attesté uniquement au singulier. Les auteurs de cette période reprennent ainsi la division géographique d’Ibn Khaldūn en présentant les Ziban en trois Zab, oriental, central et occidental.

Récits et études hydrauliques

21Les premières explorations se sont attelées, dès la prise des Ziban en 1844, à décrire le territoire conquis, et à en déceler ses richesses hydrographiques et ses potentialités agricoles. J. L. G. Guyon (1852 : 170-198) renseigne, dès 1847, les aspects morphologiques et archéologiques des villages ainsi que leurs modes d’irrigation ; il y observe la présence de canaux qu’il date de l’époque romaine. En 1909, le rapport sur les différents systèmes d’irrigation publié par l’institut international de colonisation traite des richesses du Zab et confirme l’irrigation commune des palmeraies de Mlīlī, de Bīgū et d’Ūrlāl qui se partagent les eaux, abondantes et permanentes, de la source éloignée de ʻAyn Mlīlī. De la même façon, Banṭyūs et Mkhādma se partagent les eaux de ʻAyn Kelbī (Barry et al., 1909 : 269-270).

  • 10 D’après J. Brunhes ce système de mesurage est analogue à celui utilisé dans les territoires et oasi (...)

22Tout particulièrement, les travaux d’E. Feliu (1896) décrivent, en détail, le régime des eaux dans le Zab occidental et les procédés de sa répartition. L’auteur, interprète judiciaire à Biskra dès 1886, publia les résultats de ses enquêtes relatives aux unités de mesure de l’eau reconnues localement. Le partage des eaux obéit à deux modes adoptés de manière simultanée : la répartition par fractions et par volumes horaires. Le mesurage par fraction est réalisé au moyen d’un répartiteur en bois de palmier ou en métal, placé perpendiculairement au courant d’eau et creusé d’entailles selon la division que l’on veut obtenir. Ce système fait appel à des unités de mesure proportionnelles dont les valeurs sont admises pour chaque oasis. La lukza est l’unité de base et correspond à un petit regard d’une largeur égale au poing fermé sans le pouce. La largeur d’une ṣbūʻa est celle d’un doigt10. La nuṣ, la rebūʻa, le themen, la kharūba, et la tūnsiya représentent respectivement la moitié, le quart, le huitième, le seizième et le trente-deuxième de la lukza (E. Feliu, 1896 : p. 20). Ce premier mode de partage est continuellement secondé par une répartition en volume horaire, notamment quand le débit d’eau devient relativement faible. Ce procédé se base sur un temps d’usage appelé dawr, « le tour », qui désigne généralement une durée convenue de base. La wajeba ou semāsha et la nūba correspondent respectivement à un volume horaire égal à la moitié et au quart du dawr. Son usage, parfois sources de conflits entre les ayants droits, est signalé au xvie siècle à al-Burj par L. l’Africain (Description : 253).

23La mesure du temps conventionnelle, qui ne semble plus en usage actuellement, adopte un dispositif traditionnel basé sur la mashkūda, une clepsydre fonctionnant par immersion. Ce récipient en métal, et dont les caractéristiques sont fixées par la communauté d’une même oasis, possède un fond percé d’un trou. Disposée dans un contenant d’eau plus grand, la mashkūda se remplit d’eau. La durée de submersion donne l’unité temporelle de base, aussi le même procédé est renouvelé en tant de fois pour couvrir la durée convenue (Brunhes, 1902). P. Trousset (1986b), atteste que ce système de mesure de « temps d’eau » était d’usage en Afrique du nord depuis l’antiquité, quand bien même les outils utilisés diffèrent d’une région à une autre. De même, A. Humbert (2006 : 316) et B. Remini (2019 : 43) renseignent l’usage du même procédé, respectivement au Maroc et dans les oasis du sud-Ouest algérien.

Régime des eaux et organisation administrative des Ziban

  • 11 Le sénatus-consulte de 1863 est un texte de loi relatif à l’administration foncière en Algérie. cf. (...)

24La prise en première ligne de compte des régimes des eaux dans la réorganisation administrative des Ziban est mise en évidence dans les différents rapports relatifs à l’exécution du Sénatus-consulte du 22 avril 186311. J. Maguelonne (1910 : 295) en présente une synthèse montrant la tribu de Biskra divisée en sept douars, rassemblant chacun les oasis soumises au même régime des eaux (fig. 5). Cette division territoriale perpétue, à hauteur importante, l’organisation précoloniale, voire médiévale, précédemment signalée par Ibn Khaldūn. Les caïdat-s des Ziban sont composés du Zab ẓahrāwī (Dhahraoui) et Zab qiblī (Guebli) à l’ouest de Biskra, le Zab central, ainsi que les Ahl ‘Amour.

Agrandir

Figure 5 : Organisation administrative du Caïdat des Ziban suite à l’application du Sénatus-consulte – ⓒ S. Haoui, 2020

L’apport de la cartographie topographique des oasis du xixe siècle

  • 12 Plan de l’attaque de Zaatcha (archives BNF ; cf. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb407691727).

25Biskra, capitale du Zab, fut prise en 1844 : date à laquelle une expédition française fut décidée dans le Sahara et durant laquelle le Duc d’Aumale installa une garnison dans la Casbah ottomane (Chaib, 2012 : 109). Commença alors une période de conquête des oasis par la colonne des Ziban. L’année 1849 fut particulièrement marquée par la révolte des Za‛ātsha dans le Zab ẓahrāwī ; leur qaṣr fut assiégé par le général Herbillon du 7 octobre au 27 novembre 1849. Il subit une destruction totale dont l’assaut a été illustré par des plans dessinés en 184912 (E. Herbillon, 1863). Deux autres révoltes se sont succédées en 1871 et 1876 donnant lieu à plusieurs assauts massifs dans les Ziban (Maguelonne, 1910 : 279-280 ; Brunhes, 1902 : 264). Durant cette période, entre avril et octobre 1876, une deuxième série de relevés topographiques des oasis des Ziban a été réalisée. Ils serviront à planifier les attaques contre les établissements ceinturés par leurs aires de cultures : l’abattage d’un nombre impressionnant de palmiers fut programmé afin de mettre à nu le terrain et créer des avenues pour les assauts des colonnes militaires (fig. 6). Le dépouillement minutieux de ces archives cartographiques s’est soldé par la sélection de documents susceptibles d’apporter des éclairages nouveaux relatifs au peuplement des oasis du Zab occidental.

Agrandir

Figure 6 : Levé topographique de l’Oasis de Benthious, 1876
ⓒ Archives SHD, Vincennes, Dossier 1375

26L’analyse attentive de ces archives atteste qu’à l’époque précoloniale les deux oasis de Mlīlī et Bantyūs bénéficiaient respectivement d’une irrigation gravitaire, à partir des deux sources abondantes de ʻAyn Mlīlī et ʻAyn Kelbī formant respectivement les deux oueds homonymes. La répartition des eaux se fait au premier point de partage, situé au nord du Zab méridional, dès la sortie de la zone des chotts. L’analyse des légendes descriptives accompagnant certaines cartes révèle un système de distribution d’eau ramifié en éventail ainsi que les ratios dont bénéficient chaque agglomération et sa palmeraie en 1876. Ces renseignements reflètent, jusqu’à un certain degré, l’importance de chaque agglomération et de son espace productif à l’époque précoloniale (fig. 7). En plus de l’irrigation, les deux cours d’eau servaient au fonctionnement des moulins hydrauliques installés en fin de réseau à Mlīlī et en amont sur l’oued Kelbī.

Agrandir

Figure 7 : Partage des eaux dans le Zab occidental méridional en 1876
(oued Mlīlī et oued Kelbī) – ⓒ S. Haoui, 2020

27Il apparaît clairement que les agglomérations de Mlīlī et de Banṭyūs bénéficiaient, chacune au sein de sa propre oasis, des fractions les plus élevées (3/5 des eaux pour Mlīlī et 2/3 des eaux pour Banṭyūs). Ce constat atteste leur importance et confirme leur statut d’agglomération chefs-lieu dans le Zab méridional, en conformité avec les témoignages médiévaux. Quant à la composante de chaque oasis, la filiation hydraulique, se développant d’abord en éventail à la sortie du premier répartiteur et en arborescence au franchissement d’une même et unique palmeraie, dévoile les agglomérations et leurs palmeraies respectives.

  • 13 Situées à proximité des portes, les sources remplissaient le fossé entourant partiellement la cité (...)

28Les plans d’oasis du Zab septentrional sont édités sur des supports indépendants qui semblent renvoyer, au-delà des préoccupations d’échelles dues à l’étendue de ce secteur, à l’autonomie hydraulique de chaque agglomération. La palmeraie de Ṭūlga était irriguée par deux principales sources localisées à l’est et à l’ouest de l’établissement13. Farfār était irriguée par une source unique alors que la palmeraie d’al-Burj renfermait plusieurs puits artésiens et sources dont la principale se localisait à l’entrée nord-est de l’établissement. Son chenal permettait le fonctionnement d’un moulin signalé au nord de la palmeraie. Lishāna était irriguée essentiellement par deux sources se trouvant au nord de la palmeraie et était pourvue de plusieurs moulins (tableau 2).

Agrandir

Tableau 2 : Principales sources d’irrigation des agglomérations du Zab septentrional en 1876, ⓒ S. Haoui, 2020

L’identification des réseaux d’agglomérations dans le Zab occidental

Le réseau de l’oasis de Banṭyūs : textes convergents et hypothèses divergentes

  • 14 S. Gsell évoque le site sous la formule : « Ksar Djerbania » et A. Delattre parle de « Ksar-Gerbani (...)

29Dans le texte d’al-Bakrī (al-Mughrib : 72), les deux agglomérations auxiliaires de Banṭyūs se distinguent par deux principales caractéristiques : le partage d’une même source d’irrigation localisée au nord-ouest (jawf) de Banṭyūs, et le caractère de proximité géographique. Ces deux spécificités sont retenues comme paramètres de vérification de l’affiliation des deux structures de peuplement appartenant au territoire oasien de Banṭyūs. Sur le plan hydraulique, les deux agglomérations de Mkhādma et de Banṭyūs sont irriguées par la même source d’eau, oued Kelbī, et bénéficiaient respectivement du tiers et des deux tiers de ses eaux (fig. 7). L’établissement de Mkhādma serait ainsi affilié au territoire de Banṭyūs tel que l’a suggéré A. Amara. Cependant, l’affiliation de la localité d’Ūrlāl à Banṭyūs ne remplit pas le critère hydraulique car cette dernière agglomération et sa palmeraie étaient irriguées par oued Mlīlī. En termes de proximité, Ūrlāl est plus proche de Mlīlī (2 500 m) que de de Banṭyūs (3 860 m). Selon les deux paramètres puisés dans la description d’al-Bakrī, Ūrlāl se rattacherait à Mlīlī et non à Banṭyūs. La troisième agglomération affiliée à Banṭyūs serait, sans aucun doute, jarbānya, comme P. L. Cambuzat l’a proposé. Cette agglomération est localisée entre les deux palmeraies de Banṭyūs et de Mkhādma, et plus précisément au sud-est du point de partage des eaux d’oued Kelbī, un caractère signalé par al Bakrī et induit par la topographie du terrain. Jarbānya ne pouvait donc être alimentée que par la même source que celle de Mkhādma et de Banṭyūs. Le critère de proximité topographique, quant à lui, est aussi vérifié, puisque l’établissement est situé à 911 m de Banṭyūs. Quant à son ancienneté, l’origine antique de jarbānya ne laisse aucun doute ; les recherches archéologiques démontrent qu’elle a pour origine la réoccupation d’une forteresse datant de l’époque romaine (S. Gsell, 1911, f° 48, N° 41)14. De son côté, J. Baradez (1949, p. 330) affirme que la voie impériale et rectiligne reliant Ṭūlga à Gemellae passait par les deux villages de jarbānya et de Banṭyūs. Ce continuum archéologique se manifeste également dans les configurations, autant spatiales que constructives de cet établissement (Haoui, 2015).

30Les localités de Banṭyūs, Mkhādma et jarbānya formeraient ainsi les trois agglomérations du réseau médiéval de Banṭyūs. En s’organisant en forme de grappe, elles se partageaient les eaux d’un même cours d’eau et formaient, grâce à leur caractère de voisinage et de proximité, une même oasis (fig. 8). Ceci corrobore, d’une part, les éléments indicateurs établis par al-Bakrī au xie siècle tout en renvoyant, d’autre part, à l’image des villages groupés et hiérarchisés décrits par Ibn Khaldūn.

Agrandir

Figure 8 : Plan de l’oasis de Banṭyūs et son réseau d’agglomérations – ⓒ S. Haoui, 2020

Le réseau d’agglomérations de l’oasis de Mlīlī

31Les plans d’archives de l’oasis de Mlīlī attestent de la présence de six établissements qui formaient les trois secteurs de Mlīlī, Bīgū et Ūrlāl. On y constate une organisation particulière des agglomérations autour d’une même source d’eau, l’oued Mlīlī. Les noyaux d’habitats, enveloppés par leurs palmeraies respectives, sont répartis géographiquement de manière à pouvoir recevoir les eaux par gravité à partir du premier répartiteur installé sur le canal d’amenée d’oued Mlīlī. Le partage des eaux s’y faisait selon des proportions concertées produisant des ramifications en éventail. Au franchissement de chaque palmeraie, l’eau est distribuée entre les parcelles agricoles par un réseau de canalisations évoluant en arborescence en faisant appel simultanément au partage par fraction et par volume horaire. L’agglomération de Mlīlī et sa palmeraie en possédait une part supérieure. En se basant sur les paramètres d’irrigation et de proximité géographique, Mlīlī, Bīgū et Ūrlāl formeraient les trois agglomérations historiques relevant du réseau oasien de la cité-mère de Mlīlī (fig. 9).

Agrandir

Figure 9 : Plan de l’oasis de Mlīlī et de son réseau d’agglomérations – ⓒ S. Haoui, 2020

Le réseau de l’oasis de Ṭūlga

32Selon les sources textuelles médiévales, Ṭūlga était la cité principale du Zab septentrional (Zāb Ṭūlga), et celle du Zab occidental entier. Les deux agglomérations du réseau historique de Ṭūlga, estimées à trois par al-Bakrī, font aussi partie des questions restées en suspens. Vu que l’irrigation dans les palmeraies du Zab septentrional était basée sur des sources localisées et autonomes, le paramètre hydraulique ne pouvait être maintenu comme indicateur des deux agglomérations affiliées à Ṭūlga, et qui sont supposées parmi les localités de Farfār, al-Burj et Lishāna. La cartographie résultante de l’assemblage des plans de 1876 – après un travail de numérisation et vectorisation – présente la cité de Ṭūlga dans un emplacement aligné et contigu aux agglomérations de Farfār, al-Burj et Lishāna, avec, également, une position mitoyenne entre les deux palmeraies de Farfār à l’est et d’al-Burj à l’ouest. En se retournant vers les textes, la relation d’al-Numayrī concernant l’offensive mérinide dans le Zab de Ṭūlga, atteste que Farfār a subi le même sort destructif que la qaṣaba de Ṭūlga. Ce dernier fait historique indiquerait, probablement, une certaine alliance entre les deux établissements et leurs chefs respectifs. De même, Léon l’Africain décrit al-Burj, au début du xvie siècle, comme une agglomération florissante. En se basant sur le signalement de Farfār et al-Burj dans ces deux textes relativement anciens, et en les admettant en tant qu’agglomérations affiliées à Ṭūlga, cette dernière aurait une position médiane entre ces deux localités ; ce qui, éventuellement, lui aurait consacré une meilleure protection et un contrôle d’accessibilité plus affirmé (fig. 10). Toutefois, l’insuffisance d’arguments et de témoignages pousse à relancer ce débat. Seuls de nouveaux apports textuels ou archéologiques pourraient dénouer cette problématique.

Agrandir

Figure 10 : Cartographie de l’oasis de Ṭūlga et de son réseau d’agglomérations précolonial – ⓒ S. Haoui, 2020

Conclusion

33À l’heure du bilan, les résultats obtenus mettent en évidence l’organisation précoloniale des peuplements du Zab occidental en réseaux tout en confirmant son étroite relation au régime de l’eau comme cela est démontré, sur d’autres aires géographiques, par les études antérieures. Dans les limites des objectifs et méthodes arrêtés, cette image structurée des noyaux de peuplements est loin d’être définitive. Elle tend, cependant, à cerner une réalité ancienne par approximations successives en faisant usage des outils mobilisés.

34Dans le Zab méridional, le système hydraulique fondé sur le partage des eaux de sources par écoulement gravitaire est prépondérant dans la configuration des oasis en réseaux et l’organisation des noyaux d’habitats en grappes en contrebas d’une même source. Il imposait un caractère de voisinage entre les agglomérations mais sans continuité entre leurs aires de production. Ces résultats corroborent l’organisation groupée et hiérarchisée attestée par le signalement des deux réseaux de Banṭyūs et de Mlīlī par al-Bakrī et les villages -qurā- du Zab de Mlīlī par Ibn Khaldūn. Dans le Zab septentrional, le critère hydraulique ne peut être expérimenté pour l’identification du réseau d’agglomérations de l’oasis de Ṭūlga. Malgré l’appel aux sources textuelles, la composante urbaine médiévale de cette oasis demeure à l’état d’hypothèse. Soulignons cependant que, tout en étant dominant, le partage des eaux n’est pas le seul fondement de cette organisation groupée et hiérarchisée des noyaux de peuplement ; elle découlerait, également, de la filiation tribale ou d’appartenance doctrinale. Quant au système de distribution d’eau, basée successivement sur des ramifications en éventail puis en arborescence, il permettait une évolution des groupes et une croissance des aires de cultures tout en pérennisant la cohérence socio-spatiale préétablie.

35Par ailleurs, la primauté des trois cités-mères de Ṭūlga, Mlīlī et Banṭyūs dans le texte d’al-Bakrī et leur pérennité dans celui d’Ibn Khaldūn nous permet de conclure que l’organisation du Zab en sous-ensembles avec leurs établissements chefs-lieux et secondaires confirme le modèle de division territoriale médiévale véhiculé par les sources. En effet, un seul toponyme, celui de la cité principale, désigne plusieurs agglomérations relevant de son territoire et placées sous sa juridiction (Chabane, 2003 : 202-203). D’ailleurs, les précisions de Yāqūt (Muʽ jam al-buldān : 35-37) à propos des aspects et fondements toponymiques se confirment dans le cas de l’oasis de Mlīlī, dont le toponyme fait référence à l’oued homonyme. Il en est de même à Banṭyūs et à Ṭūlga, dont les noms, à racines latines, renvoient aux citadelles antiques réoccupées ultérieurement comme habitats (Amara 2016 : 14-15). Aussi, ce résultat imbriquerait-il, de fait, le local zibanais dans la logique globale des divisions territoriales spécifiques au monde musulman médiéval (tableau 3).

Image 10000000000001D50000025981A971CD51CCA4CB.jpg

Tableau 3 : Réseaux d’oasis précoloniaux dans le Zab occidental et leur système hiérarchique – ⓒ S. Haoui, 2020

36Dans le Zab occidental, le captage, l’acheminement et le partage des eaux ont des racines très anciennes et représentent le fondement et le garant de son peuplement ; ils forment, de ce fait, un héritage ancestral à valoriser et une matière pleine d’enseignements à discerner. La construction « future » du corpus patrimonial culturel de l’Atlas saharien, à travers le processus de reconnaissance et d’identification des noyaux de peuplement du Zab, ne peut se réaliser en les considérant comme des objets isolés ; ils doivent être appréhendés en tant que réseaux dont le peuplement fut généré, essentiellement, par les exigences hydrauliques. C’est une approche à adopter, voire qui s’impose, lors des délimitations des secteurs à sauvegarder dans une région désormais en pleine mutation.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES

al-BAKRĪ, W. Mac G. De Slane (éd.), 1857, Kitāb al-mughrib fî dhikr bilād Ifrīqiya wa-l-Maghrib wa-huwa juz’ min ajzā’ Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, [Livre du Maghreb, une section du Livre des routes et des royaumes], Alger.

al-BAKRĪ, W. Mac G. De Slane (trad.), 1859, Description de l’Afrique septentrionale par El-Bekri, Paris.

BERBRUGGER, A. (trad.), 1846, « Voyages dans le sud de l’Algérie et des états barbaresques de l’ouest et de l’est par al-ʿAyāshī et Mūlāy Aḥmed », in Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840-1842, Paris.

HERBILLON Émile, 1863, Insurrection survenue dans le sud de la province de Constantine en 1849 : relation du siège de Zaatcha, Paris.

IBN KHALDŪN, W. Mac G. De Slane (trad.), 1852- 1856, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, 4 vol., Alger.

IBN KHALDŪN, Kh. Chaḥāda et S. Zakār (éd.), 2000, Diwān al-mubtadaʼ wa-l-khabar fī tārīkh al-ʻarab wa-l-barbar wa man ‘āsharahum min dhawī al-chaʼn al-akbar [Le Livre des exemples sur l’histoire des Arabes et des Berbères], 6 vol., Beyrouth, Dār al-fikr.

LÉON L’AFRICAIN, Ch. Schefer (trad.), 1898, Description de l’Afrique : tierce partie du monde, vol. 3, Paris, E. Leroux.

al-NUMAYRĪ, M. Ibn Chaqrūn (éd.), 1990, Fayḍ -l-ʻubāb wa-ifāḍat qidāḥ al-ādāb fī l-ḥaraka al-saʻīda ilā qasantīna wa-l-Zāb [La marche victorieuse du souverain Abu ʻInān sur Constantine et le Zāb], Beyrouth, Dār al-gharb al-islamī.

SHD (Service historique de la défense), Vincennes, plans d’oasis, Dossiers 1374 et 1375.

SHAW Thomas, J. Neaulme (trad.), 1743, Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant, vol. 1, La Haye.

YĀQŪT, Mu‛jam al-buldān [Dictionnaire des pays], [éd. s.n.], 1977, vol. 1, Beyrouth, Dār Ṣādir.

INSTRUMENTS DE TRAVAIL

CAMPS Gabriel, 1995, « Djedi », Encyclopédie berbère, 16, URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2179

CHAIB Karim, 2012, Atlas Historique de l’Algérie, Dalimen, Alger.

GSELL Stéphane, 1911, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger, Paris, F° 48-Biskra.

ÉTUDES

AIDAOUI Salah, 1994, Ressource en eau et aménagement hydro-agricole dans la région de Biskra « Ziban », Thèse en Géographie physique, Nancy II.

AILLET Cyrille et al., 2017, Sedrata, histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite Van Berchem, Madrid, Casa de Velázquez.

AMARA Allaoua, 2012, « Entre le massif de l’Aurès et les oasis : apparition, évolution et disparition des communautés ibadites du Zāb (VIIIe-XIVe siècle », Remmm 132, p. 115-135.

AMARA Allaoua 2016, « al-taḥawulāt al-majāliya wa-l-ṭubūnīmiya li bilād al-Zāb» [Les transformations spatiales et toponymiques du pays du Zab de la conquête islamique à la fin du viiie siècle de l’hégire/xive siècle J.C.], Tourāth al-Zibān 1, Biskra, p. 12-21.

BALLAIS Jean-Louis, 2010, « Des oueds mythiques aux rivières artificielles : l’hydrographie du Bas Sahara algérien », Physio-Géo 4, p. 107-127.

BARADEZ Jean, 1949, Fossatum Africae, recherches aériennes sur l’organisation des confins sahariens à l’époque romaine, Paris.

BARCELÓ Miquel et al., 1996, El agua que no duerme: fundamentos de la arqueología hidráulica andalusí, El Legado andalusí, Granada, 123 p.

BARCELÓ Miquel et al., 1986, Les aigües cercades. Els qanat(s) de l’illa de Mallorc, Palma de Mallorca, Institut d’estudis balearics.

BARRY et al., 1909, « Rapport sur la question des eaux dans le Sahara en général », les différents systèmes d’irrigation en Algérie et en Tunisie, 7e série, T. 6, Bruxelles, p. 255-295.

BEDHIAFI Ramzi, 2014, Bilād al-Zāb à l’époque médiévale : étude historique et archéologique, thèse en Histoire, EPHE, Paris.

BRUNHES Jean, 1902, L’irrigation, ses conditions géographiques, ses modes et son organisation dans la péninsule ibérique et dans l’Afrique du nord, thèse en Géographie, Faculté des lettres, Paris.

CAMBUZAT Paul-Louis, 1970, L’évolution des cités du Tell en Ifriqiya du VIIe au XIe siècle, thèse en Histoire, Paris.

CHABANE Djamel, 2003, La théorie du ‘Umrān chez Ibn Khaldūn, Alger.

COTE Marc, 2012, Signatures sahariennes, Terroirs et territoires vus du ciel, Aix‑en-Provence, PUP.

CRESSIER Patrice (dir.), 2006a, La maîtrise de l’eau en al-Andalus : paysages, pratiques et techniques, Casa de Velázquez

CRESSIER Patrice (dir.), 2006b, « Géométrie des réseaux et marqueurs des territoires », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2, p. 39-59.

FELIU E., 1896, Le régime des eaux dans le Sahara constantinois, Blida.

FLAMAND Georges Barthélémy Médéric, 1908, « les sources des Ziban », Compte-Rendu de la Campagne 1907-1908, Service Géologique des territoires du sud de l’Algérie (éd.), Alger, p. 22-82.

GUYON Jean-Louis Geneviève, 1852, Voyage d’Alger au Ziban, l’ancienne Zebe en 1847, Alger.

HAOUI Samira, 2015, « The presaharian settlements of the Ziban: the persistence of roman elements in native Islamic dwelling », in Earthen Architecture: Past, Present and Future, London, Routledge, p. 181-186.

HAOUI Samira, 2020, L’habitat fortifié dans le Zab occidental : entre traçabilité antique et éléments structuraux médiévaux, Thèse en Architecture et Urbanisme, Epau, Alger.

HASSEN Mohamed, BEN OUEZDOU Hédi et MAMMOU Ahmed (dir.), 1999, Code des Eaux et aménagement hydraulique au sud de l’Ifriqiya au Moyen Âge, Tunis.

HUMBERT André, 2006, « Comment mesure-t-on l’eau d’irrigation dans les communautés traditionnelles du Maroc Méridional », in CRESSIER Patrice (dir.), La maîtrise de l’eau en al-Andalus : paysages, pratiques et techniques, Casa de Velázquez, p. 313-328.

ISMAIL Wassim, 2007, « al-saqāya al-taqlīdiya fī wāḥat tūzar [l’irrigation traditionnelle dans l’oasis de Tozeur)] », in HASSEN Mohamed (dir.), Eau et peuplement au Maghreb durant l’Antiquité et le Moyen Âge, Tunis, p. 37-70.

LAUREANO Pietro, 1987, « Les ksour du Sahara algérien : un exemple d’architecture globale », Icomos/information 3, p. 24-35.

MADANI Tariq, 2006, « Le partage de l’eau dans l’oasis de Figuig (Maroc oriental), approche historique et archéologique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36-2, p. 61-81.

MAGUELONNE Jean, 1910, « Monographie géographique et historique de la tribu des Ziban », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine, vol. 44, Constantine, p. 213-303.

MAROUF Nadir, 1980, Lecture de l’espace oasien, Sindbad, Paris.

MEOUAK Mohamed, 2017, Les Ziban entre Aurès et Sahara, Une géographie historique de Biskra et de ses oasis du Moyen Âge à la fin de l’époque moderne, Academia Scientiarum Fennica, Helsinki.

NESSON Claude et al., 1973, « Oasis du Sahara algérien », Études de photo-interprétation 6, IGN, Paris.

NESSON Claude et al., 1978, « L’évolution des ressources hydrauliques dans les oasis du Bas Sahara algérien », Recherche sur l’Algérie, CNRS, Paris, p. 7-100.

PASCON Paul, 1970. « Théorie générale de la distribution des eaux et de l’occupation des terres dans le Haouz de Marrakech ». Revue de Géographie du Maroc 18, p. 3-19.

PIESSE Louis, 1862, Itinéraire historique et descriptif de l’Algérie, comprenant le Tell et le Sahara, Paris.

REMINI Boualem, 2019, « les foggaras du Sahara : le partage de l’eau, l’œuvre du génie oasien », Larhyss Journal 39, 2019, p. 25-57.

TROUSSET Pol, 1986a, « De la montagne au désert. Limes et maîtrise de l’eau », Remmm 41-42, p. 90-115.

TROUSSET Pol, 1986b, « Les oasis présahariennes dans l’antiquité, partage de l’eau et division du temps », Antiquités africaines, t. 22, p. 163-193.

Haut de page

Notes

1 Le parc national de l’Atlas saharien compte la wilaya de Biskra parmi les quatre départements composant cette aire culturelle.

2 L’auteure tient à remercier le professeure S. Chergui, spécialiste en histoire de l’art et C. Aillet, professeur en archéologie de l’Islam pour les précieux échanges lors de la rédaction de cet article.

3 Les toponymes issus des sources arabes consultées sont translittérés et suivis, à leur première apparition et entre parenthèse, par leur transcription consacrée dans l’usage courant, notamment dans la cartographie moderne et archives de la période coloniale.

4 Deux appellations que nous privilégions vu leur ancrage dans la tradition orale zibanaise pour désigner les contrées situées au nord et au sud de l’Atlas tellien ainsi que les établissements implantés au nord et au sud du Zab occidental ; cf. A. Berbrugger, 1846, p. XLIII.

5 L’Oued Djedi prend sa source dans le Djebel Amour (Laghouat) et coule d’ouest vers l’est, en longeant, sur 480 km, la retombée saharienne.

6 Impropre à la culture, la largeur de cette cuvette varie entre 10 km et 5 km. La présence de points d’eau fait d’elle une zone de parcours et de pâturages.

7 Sans préciser les frontières de cette province par rapport à l’Ifriqiya, le texte donne de précieuses informations sur les centres de peuplements du Zab au xie siècle.

8 Tout en changeant de sens selon les auteurs et les époques, le mot kūra correspond chez les géographes médiévaux à une circonscription administrative à l’intérieur d’une province, il peut être aussi l’équivalent du terme iqlīm ; D. Sourdel, 2010, « Kūra. », Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, URL: http://referenceworks.brillonline.com/entries/encyclopedie-de-l-islam/kura-SIM_4528.

9 Traduction de l’arabe (Qurā mutaʽaddida mutajāwira jamʽan jamʽan, yuʽrafu kull wāḥid minhā bi-l-Zāb).

10 D’après J. Brunhes ce système de mesurage est analogue à celui utilisé dans les territoires et oasis espagnoles : Filas et Hilas ; 1902 : p. 261.

11 Le sénatus-consulte de 1863 est un texte de loi relatif à l’administration foncière en Algérie. cf. A. SAINTE‑MARIE, 1971, « La province d’Alger vers 1870 : l’établissement du douar- commune et la fixation de la nature de la propriété en territoire militaire dans le cadre du Sénatus-consulte du 22 avril 1863 » Remmm 9, p. 37-61.

12 Plan de l’attaque de Zaatcha (archives BNF ; cf. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb407691727).

13 Situées à proximité des portes, les sources remplissaient le fossé entourant partiellement la cité de Ṭūlga, au bas de ses murailles.

14 S. Gsell évoque le site sous la formule : « Ksar Djerbania » et A. Delattre parle de « Ksar-Gerbania ».

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Samira Haoui, « L’identification des réseaux d’oasis précoloniaux dans le Zab occidental (Algérie, Wilaya de Biskra) à travers le système d’irrigation traditionnel », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 149 | 2021, 213-236.

Référence électronique

Samira Haoui, « L’identification des réseaux d’oasis précoloniaux dans le Zab occidental (Algérie, Wilaya de Biskra) à travers le système d’irrigation traditionnel », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 149 | septembre 2021, mis en ligne le 03 septembre 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16049

Haut de page

Auteur

Samira Haoui

Université Blida 1, Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Blida, Algérie, haouisamira[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search