Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesHOUDAÏFA Hicham (dir.), Migration...

SECONDE PARTIE
Lectures

HOUDAÏFA Hicham (dir.), Migrations au Maroc : l’impasse ? 

Casablanca, En toutes lettres (coll. « Enquêtes »), 2019
Jean-Pierre Cassarino
Référence(s) :

HOUDAÏFA Hicham (dir.), Migrations au Maroc : l’impasse ? ; Casablanca, En toutes lettres (coll. « Enquêtes »), 2019, 166 p.

Texte intégral

1Migrations au Maroc : l’impasse ? émane d’une « expérience d’écriture collective » entre professionnels du journalisme marocain et des jeunes journalistes en formation. La transmission du savoir et des outils d’investigation, la formation à l’éthique du métier, constituent le point nodal de cette initiative inédite dans le paysage médiatique marocain. Plusieurs auteurs appartiennent au Réseau Marocain des Journalistes des Migrations (RMJM), une organisation non-gouvernementale regroupant des journalistes engagés, mus par le projet d’offrir au public et aux décideurs, au Maroc comme ailleurs, une autre couverture médiatique de la migration au Maroc, débarrassée des poncifs et des images caricaturales qui alimentent les préjugés, la désinformation, voire la division. Ce sens de la responsabilité professionnelle acquiert toute son importance lorsque l’on réalise le travail d’éveil que cet ouvrage tente de proposer au lecteur. Ce dernier se trouve confronté à une autre narration des migrations, précisément pour ne pas tomber dans le piège de l’instrumentalisation politique, contrairement à ce qui s’est déjà produit en Europe ou ailleurs dans le monde.

  • 1 Expression consacrée pour parler de l’axe côtier Tanger-Agadir, plus dynamique économiquement que l (...)

2Rien n’est blanc ou noir. On y trouve des récits très nuancés, des zones grises où la complexité des réalités sociales, politiques, institutionnelles et politiques, aux échelles locale, régionale et nationale, défient toute approche manichéenne. La lecture des différents chapitres invite à comprendre que les conditions des migrants au Maroc sont, en définitive, indissociables des conditions sociales et économiques auxquelles les Marocains eux-mêmes (plus particulièrement ceux vivant en dehors du soi-disant « Maroc utile »1) sont confrontés.

  • 2 Migration irrégulière, souvent en référence aux migrants marocains.

3Le travail d’investigation de chaque auteur se transforme peu à peu en un appel adressé au public. L’ouvrage ne parle pas seulement des migrants, mais d’une condition fondamentalement sociale et politique que l’on ne peut pas occulter, si l’on est en phase avec sa propre éthique professionnelle. Aussi serait-il plus approprié de parler d’un ouvrage sur la migration et la société marocaine car un véritable effet de miroir transparait nettement à mesure que les pages se tournent. Sans cet effet de miroir entre les migrants présents au Maroc et les citoyens marocains, on ne saurait comprendre le hrig2, le vivre-ensemble, l’exil (ghorba), l’évolution en dents de scie de la Stratégique Nationale d’Immigration et d’Asile (SNIA), lancée en 2014, les contraintes du marché de l’emploi au Maroc, l’accès difficile aux soins, au logement et à l’éducation, le racisme déclaré chez certains et la solidarité qui se manifeste chez d’autres, la marginalisation sociale (tahmish) insupportable vécue par plusieurs migrants, plus particulièrement ceux originaires de pays sub-sahariens, et les formes de mobilisation collective auxquelles d’autres migrants ont, en revanche, pu prendre part, au-delà de tout clivage.

4Quels facteurs ont contribué à ces développements et, enfin, comment surmonter l’impasse ? L’ouvrage ne répond pas à cette question. Toutefois, les témoignages et les récits contenus dans ce travail collectif ont le mérite de placer le lecteur devant des faits suscitant une réflexion appliquée aux politiques d’accueil des étrangers et à leurs enjeux sociétaux au Maroc, non pas en reproduisant un vocabulaire et une grille d’analyse calqués sur une « modèle européen », mais en tentant de dévoiler les mécanismes complexes qui sous-tendent leurs contradictions, au moyen d’une « expérience d’écriture collective » réussie.

Haut de page

Notes

1 Expression consacrée pour parler de l’axe côtier Tanger-Agadir, plus dynamique économiquement que les régions de l’Atlas et du Rif.

2 Migration irrégulière, souvent en référence aux migrants marocains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cassarino, « HOUDAÏFA Hicham (dir.), Migrations au Maroc : l’impasse ?  »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 29 novembre 2021, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16270

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cassarino

Collège d’Europe (Campus de Varsovie)

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search