Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesKADRI Alice, MORENO Yolanda, ECHE...

SECONDE PARTIE
Lectures

KADRI Alice, MORENO Yolanda, ECHEVARRÍA Ana (eds.), Circulaciones mudéjares y moriscas. Redes de contacto y representaciones

Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Madrid, 2018
Jennifer Vanz
Référence(s) :

KADRI Alice, MORENO Yolanda, ECHEVARRÍA Ana (eds.), Circulaciones mudéjares y moriscas. Redes de contacto y representaciones, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Madrid, 2018.

Texte intégral

1Ce volume rassemble les contributions d’un colloque sur les circulations mudéjars et morisques, ayant réuni des spécialistes d’histoire sociale et des représentations littéraires, à la Casa de Velázquez à Madrid en 2014. Il participe du renouvellement des études sur les minorités dans l’espace méditerranéen qui ont permis de déconstruire la catégorie « minorité » et de remettre les minoré.es au cœur des dynamiques sociales. Les objectifs énoncés par les trois éditrices du volume, Alice Kadri, Yolanda Moreno et Ana Echevarría, s’inscrivent dans cette perspective : il s’agit, à travers une série d’études de cas, de déconstruire les catégories « mudéjar » et « morisque » qui ne constituent pas « un groupe homogène socialement et géographiquement » (p. 11). La problématique des circulations permet alors de documenter la diversité des trajectoires individuelles et/ou communautaires et la capacité de ces groupes religieux minoritaires à s’approprier, à jouer et à contester les normes qui contraignent leurs déplacements. Il apparaît alors que « la fixation des mudéjars et des morisques à la terre avant leur expulsion définitive, autrement dit la réduction de leur mobilité, est un mythe » (p. 12).

2Composé de trois parties regroupant 11 articles, l’ouvrage s’organise de manière à la fois thématique et chronologique, avec deux premières parties consacrées aux circulations des hommes respectivement à la période mudéjar (avec une première partie intitulée « Mudéjars en mouvement : fonctionnement de quelques réseaux actifs ») puis à la période morisque qui s’ouvre à partir de 1502 (« Mobilité morisque face aux pressions étatiques : adaptation et réaction »). La troisième partie, « Populations connectées : circulations d’informations et de savoirs », regroupe quant à elle, des articles au cadre chronologique varié consacrés aux circulations matérielles (des manuscrits, des lettres) et immatérielles (des informations, des savoirs). L’ensemble est accompagné d’une introduction et d’une conclusion.

3Dans l’introduction, les trois éditrices proposent une présentation rapide des différents articles du volume en insistant sur la contextualisation des mobilités (en contexte de guerre, en période de paix) afin de mieux appréhender leurs motifs ainsi que leur organisation.

4La première partie, qui regroupe trois contributions, est consacrée aux déplacements de moyenne et longue distance des mudéjars au sein de la péninsule Ibérique et dans le dār al-islām. Pablo Ortego Rico interroge la dimension identitaire des mobilités des mudéjars de Castille dans la seconde moitié du xive siècle à travers l’étude de divers fonds d’archives. Il documente ainsi l’existence de mobilités de moyenne distance vers les territoires de la Couronne d’Aragon, du Portugal et du royaume de Grenade qu’il interprète comme la volonté d’une part significative des mudéjars de privilégier la préservation de leur identité religieuse aux dépens de leur attachement aux territoires de leurs ancêtres. Cette lecture identitaire des circulations mudéjars est toutefois réductrice tant l’identité d’un individu ne peut se limiter à sa religion ou à un sentiment d’appartenance à une terre. À sa suite, Jean-Pierre Molénat s’intéresse aux relations entre les musulmans de Castille et du Portugal avec ceux du dār al-islām entre le xiie et le xve siècle à partir de l’étude de sauf-conduits. Il évoque ainsi les diverses raisons qui motivent les déplacements : l’immigration volontaire ou forcée, le commerce, les voyages « pour étude », le pèlerinage. La permanence des relations des mudéjars de Castille et du Portugal avec leurs coreligionnaires du dār al-islām explique, selon lui, « en partie la résistance à l’acculturation, manifestée par le maintien de la pratique de la langue, et de son maniement à l’écrit » (p. 87‑88). Xavier Casassas Canals analyse ensuite la manière dont trois récits de voyage mudéjars, composés entre la fin du xive siècle et le début du xvie siècle, décrivent le voyage jusqu’à La Mecque puis les différentes étapes qui scandent le parcours dans la ville sainte. Dans sa conclusion, l’auteur évoque l’intérêt qu’il y aurait à comparer ces trois riḥla-s mudéjars avec des riḥla-s écrites par des auteurs andalous, tel Ibn Jubayr. Un tel travail reste donc à mener pour tenter de préciser les éventuelles spécificités de ces riḥla-s mudéjars dont le contexte de production aurait mérité d’être finement analysé afin de mieux saisir les enjeux des discours qu’elles portent.

5La deuxième partie de l’ouvrage porte sur la période morisque qui se caractérise par un renforcement des contraintes qui pèsent sur les circulations des nouveaux convertis. Les quatre articles qui la composent, abordent ainsi les pratiques mises en œuvre pour s’y adapter et y faire face. À partir de l’étude d’actes notariés et de procès du xvie siècle, Serafín de Tapia Sánchez offre une analyse intéressante des mobilités de deux communautés morisques d’Ávila et d’Arévalo, en Castille, dont les membres sont nombreux à avoir investi le secteur des muletiers, des aubergistes et des marchands. Il parvient ainsi à appréhender la diversité des stratégies déployées par les membres de ces communautés : alors que la mobilité professionnelle de certains s’explique d’abord par leur volonté de s’enrichir, d’autres font le choix de l’exil dès 1502, quand d’autres encore ne se décident à quitter la Castille que lorsque l’Inquisition accentue sa pression. Puis à partir de 1558, alors que l’Inquisition se relâche dans la région, il semble que ce soient des causes de nature économique qui poussent les morisques à partir. L’étude de deux procès permet à Luis Araus Ballesteros de reconstituer le réseau social d’une famille morisque, les Hernández de Palacios installée à Valladolid et Cuellar. Il met alors en exergue les liens personnels unissant les membres de cette famille avec de nouveaux chrétiens mais aussi avec de vieux chrétiens ainsi que la mobilité constante des membres de cette famille, et plus généralement des morisques, entre ces deux villes. Trevor J. Dadson étudie quant à lui les mobilités des morisques du Campo de Calatrava entre 1502, au moment de la conversion, et 1609, lorsque débutent les expulsions. Cette communauté morisque, dont la présence est, selon lui, continue depuis la période médiévale, a mené des négociations constantes avec les autorités pour pouvoir circuler librement et s’est engagée dans des processus judiciaires pour défendre ses droits et récupérer ses biens après les expulsions des années 1611-1613. Dans l’article suivant, Alice Carette-Ismaïl se penche sur l’évolution des contraintes à la circulation des morisques avant et durant la guerre des Alpujarras (1567-68/1571) à travers trois récits d’auteurs chrétiens (Pérez de Hita, Hurtado de Mendoza et Luis del Mármol de Carvajal). Ainsi jusqu’en 1567, les tentatives de contrôle de certaines formes de circulations (en particulier celle des « monfies », ces morisques délinquants organisés en bandes) se révèlent un échec qui débouche sur la guerre des Alpujarras. Les différentes formes de circulations utilisées par les morisques sont au cœur de l’organisation de leur révolte. Leur défaite s’accompagne de leur expulsion ce qui révèle à quel point les déplacements sont un enjeu majeur de contrôle de l’ordre social.

6La troisième et dernière partie laisse de côté les déplacements des hommes pour s’intéresser aux circulations de manuscrits mais aussi des représentations de la mobilité présentes dans les sources en aljamia. María Jesús Viguera Molins dresse un tableau de la circulation des manuscrits mudéjars et morisques qu’elle qualifie de dynamique et qui se poursuit, malgré la clandestinité, à la période morisque, grâce à une adaptation linguistique et graphique permettant d’en élargir la diffusion. Hossain Bouzineb examine ensuite l’importance de l’utilisation de l’aljamiado (à travers les échanges épistolaires ou la tenue un cahier de dettes) et son rôle dans la diffusion des informations au xvie siècle, révélant l’existence de contacts écrits de longue distance et de normes partagées. Nuria de Castilla s’attèle, quant à elle, à l’étude de cinq manuscrits en aljamia et en arabe, copiés entre le milieu du xvie et le milieu du xviie siècle. Pour chacun d’entre eux, elle retrace son histoire, donne une description codicologique, précise son contenu avant d’établir d’éventuelles relations avec d’autres manuscrits. Cette présentation ouvre de nombreuses pistes de réflexion en raison de la multiplicité des origines géographiques et des localisations de ces manuscrits, suggérant l’existence d’importantes circulations que ce soit lors de la production de ces textes ou lors de leur transmission. L’article d’Alice Kadri clôt cette partie avec une analyse des sources en aljamia afin de documenter les représentations des circulations qu’elles véhiculent. Alors que les documents notariés en aljamia permettent d’appréhender des déplacements plutôt triviaux réalisés dans un cercle géographique restreint (liés à la pratique de la prière, aux mariages), les œuvres en aljamia, comme le manuscrit mudéjar d’Agreda, témoignent de circulations sur plusieurs centaines de kilomètres.

7Dans l’article conclusif, Stéphane Boissellier revient sur les apports et les limites de la rencontre dont l’ouvrage est issu. Il rappelle ainsi qu’elle a permis de déconstruire un certain nombre de « figures historiographiques et conceptuelles » au rang desquelles l’expression problématique de « culture mudéjar et morisque » ou encore le concept de réseau dont le fonctionnement s’apparente plutôt, dans les cas étudiés, à « des nébuleuses faiblement territorialisées et transcendant les entités politiques qui les abritent » (p. 394). Il exprime enfin plusieurs mises en garde, invitant à ne pas exagérer la dimension identitaire dans l’analyse des circulations des mudéjars et des morisques, à ne pas minorer les phénomènes d’inclusion et à ne pas forcément interpréter des pratiques telles que le pèlerinage, les contacts entre cadis ou les voyages au Maghreb comme des actes de « résistance » d’une culture minoritaire contre une culture dominante.

8Cet ouvrage vient utilement nourrir les réflexions sur les « minorités » dans la Méditerranée médiévale et moderne en documentant des mobilités variées tant dans leurs motifs que dans les mécanismes qui président à leur structuration. Il démontre ainsi l’hétérogénéité très forte des groupes mudéjars et morisques qu’il convient toutefois de ne pas réduire à leur seule identité religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Vanz, « KADRI Alice, MORENO Yolanda, ECHEVARRÍA Ana (eds.), Circulaciones mudéjares y moriscas. Redes de contacto y representaciones »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 21 novembre 2021, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16309

Haut de page

Auteur

Jennifer Vanz

Université Paris-Est Créteil (INSPE – CHREC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search