Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150SECONDE PARTIELecturesZDAFEE Keren, Cartooning for a Mo...

SECONDE PARTIE
Lectures

ZDAFEE Keren, Cartooning for a Modern Egypt

Brill (« Arts and Archaeology of the Islamic World » 13), 2020
Nicolas Michel
Référence(s) :

ZDAFEE Keren, Cartooning for a Modern Egypt, Leiden, Boston, Brill (« Arts and Archaeology of the Islamic World » 13), 2020, XV-246 p. ISBN 978-90-04-41037-4

Texte intégral

1Durant l’entre-deux-guerres l’Égypte a connu une remarquable floraison de la presse, alimentant le débat politique et moral non seulement par les articles signés de plumes renommées, mais aussi grâce à un art fraîchement acclimaté, la caricature. Quelques-uns des dessinateurs de ce temps, tel Juan Sintes (nom que l’auteure orthographie Santes, peut-être en se fondant sur la transcription arabe de son nom), ont été et sont toujours appréciés des collectionneurs en Égypte même ; cependant leur renommée modeste n’a pas encore franchi les frontières du pays. Le livre de Keren Zdafee, issu de la thèse de doctorat qu’elle a soutenue à l’université de Tel Aviv, se propose de faire connaître au public savant ces dessinateurs, à travers une étude qui tient en partie de l’histoire de l’art — d’où la collection dans laquelle il est publié chez Brill, — et surtout de l’histoire culturelle. Son livre traite des caricatures parues dans la presse du Caire en arabe (qu’elle a consultée dans plusieurs bibliothèques israéliennes et américaines), et se concentre sur la période 1919-1939. Il y avait aussi une presse illustrée alexandrine, et bien des lecteurs parcouraient aussi les titres en français, anglais, grec, italien, arménien, etc. ; du reste, la presse égyptienne faisait souvent référence aux grands titres étrangers, reproduisait leurs photographies ou s’inspirait de leurs dessins. Le choix de se restreindre au Caire et à la presse en arabe est justifié ainsi, p. 32 : « modern Egyptian culture was, as Gershoni notes, in many respects a Cairene project, constructed in a Cairene surrounding, and for a Cairene audience. » Cette limitation posée d’emblée tend à enfermer la démonstration de l’auteure dans un raisonnement circulaire.

2Le livre de KZ peut se lire à plusieurs niveaux. Il est d’abord fait pour être regardé, et se feuillette avec plaisir, du fait des 80 illustrations qui l’accompagnent, dont beaucoup en couleurs, et du format généreux accordé à beaucoup d’entre elles. Elles permettent au premier coup d’œil de remarquer la qualité esthétique très inégale de cette production, de distinguer les signatures appréciées à l’époque (Sintes, 19 illustrations ; Saruhan et Ḫulūṣī, 5 chacun ; Birnād, etc.), la mise en couleurs plus ou moins soignée. Alors que Ḫulūṣī (né en 1898), dans son graphisme élaboré mais parfois un peu raide et ses mises en page sommaires, rappelle les caricatures qui avaient fleuri à Istanbul à la suite de la révolution de 1908, Sintes s’inspire surtout des grands caricaturistes de la presse française à la Belle Époque (ex. p. 113-115, 178, 192-195) ; Birnād, quant à lui, se révèle sensible à la stylisation et à l’humour purement graphique des bandes dessinées et dessins animés contemporains (voir notamment fig. 7.17, p. 211).

3Le second niveau du livre relève de l’histoire de l’art. L’essor de la presse en arabe, des magazines abondamment illustrés tels que al-Kaškūl al-muṣawwar (27 ill.) ou Rūz al-Yūsuf (21 ill.), et celui concomitant du dessin de presse sont traités dans les chap. 3 « Journals, Images, Counter-Images, and Readers » et 4 « Caricature as Product : On Publishing, Publishers, and Readers ». De solides passages informatifs nous renseignent sur les titres, les conditions de publication, la place des images en particulier publicitaires (p. 31-37), la distribution (p. 80-85), les principaux dessinateurs, Sintes et Saruhan (p. 15-16, 50-55), la censure (p. 65-69 ; KZ ne relève cependant pas, p. 232, que la presse satirique ne pouvait attaquer ni la religion, ni le roi). En revanche les aspects proprement artistiques, qui auront dès l’abord frappé le lecteur attiré par les reproductions, sont relégués au second plan et mentionnés seulement pour intégrer cette production au thème plus général du cosmopolitisme, dont je reparlerai plus bas. KZ affirme en effet, p. 62, que les dessins de presse n’étaient pas commercialisés comme des œuvres d’art indépendantes. Cela ne justifie cependant pas de ne les aborder que sur le plan de leur contenu ou de leur efficacité discursive ; en outre, elle ignore que les œuvres des principaux dessinateurs, notamment les portraits-charge, ont dès cette époque alimenté un marché de l’art graphique discret mais bien réel. On aurait aimé, par ailleurs, que la presse en langue arabe soit replacée de manière systématique dans le contexte culturel et en particulier visuel de l’ensemble des imprimés qui étaient diffusés au Caire ou à Alexandrie. Les remarques pertinentes sur l’image publique des femmes politiques les plus célèbres du temps, p. 166-173, montrent tout l’intérêt d’une telle démarche.

4Le troisième niveau du livre est de loin le plus développé. Le chap. 2 « Cairo’s Colonial Cosmopolitanism » présente le contexte politique et culturel, puis les chap. 5 à 7 analysent le contenu des caricatures, en privilégiant quatre thèmes : les représentations de l’Égyptien, de la femme, de la Grande-Bretagne et du Soudan. Ces trois chapitres s’appuient sur la bibliographie consacrée ces trente dernières années à l’Égypte de la période 1882-1952 ; l’historiographie a beaucoup étudié la construction du nationalisme et de l’identité nationale, de même que la condition de la femme, mêlant même les deux thèmes dans l’ouvrage de Beth Baron, Egypt as a Woman : Nationalism, Gender and Politics, 2005. Un des mérites du livre de KZ est de s’appuyer sur les travaux publiés en hébreu, inaccessibles à la majorité des lecteurs.

5Le sujet choisi posait des défis méthodologiques dont KZ est consciente. Les dessinateurs, n’ayant pas laissé d’écrit autobiographique ou même programmatique, étant souvent mal connus, voire anonymes, leurs intentions ne peuvent être reconstruites qu’à partir de leur production (p. 231) ; encore faut-il distinguer la portée visuelle du dessin, des textes qui l’accompagnent le plus souvent, et tâcher de discerner la part personnelle de création et la demande de l’éditeur et à travers celui-ci, du public visé (p. 10-11). Le déroulé du livre ne répond cependant qu’en partie aux attentes initiales. La perspective adoptée par l’auteure, explicitement post-coloniale (« Reading caricatures from Egypt as neither Egyptian nor foreign, can be done through post-Orientalism theories » p. 10), s’accompagne de références plus que fréquentes à Bourdieu, Said, Albert Memmi, Itamar Even-Zohar, etc. ; sa compréhension du cosmopolitisme égyptien s’appuie sur les travaux de Will Hanley et Robert Mabro. Les citations des maîtres à penser ou des historiens récents envahissent à l’excès le propos, jusqu’à saturer la réflexion : on voyage plus souvent dans les références approuvées du temps présent que dans l’Égypte de l’entre-deux-guerres. Étudiant les représentations de l’Égyptien moyen, de la femme, puis de la Grande-Bretagne, KZ parvient difficilement à aller au-delà d’un catalogue des stéréotypes auxquels font allusion ces dessins, et peine à en comprendre les contradictions — alors qu’un dessin réussi cherche à jouer avec finesse sur les stéréotypes, non à les illustrer platement. De plus, dans ces matières délicates la presse devait composer avec une censure fort lourde : il était permis de critiquer les leaders des partis politiques mais non le roi, et, de manière seulement modérée, comme le montre le chap. 7, les représentants de la Grande-Bretagne ; quant à la question de la femme, elle butait nécessairement sur l’interdit religieux. Or très souvent KZ voit, ou plutôt lit, dans une caricature un message univoque, démarche dont elle se justifie p. 11-12.

6L’interprétation que défend KZ dans son livre est en effet unilinéaire. Le point cardinal, pour elle, est l’origine étrangère, ou « foreign-local », de la grande majorité des caricaturistes connus. Ainsi qu’elle s’en explique dans l’introduction (chap. 1), elle entend démontrer que ces dessinateurs « cosmopolites » ont participé à la création d’un espace culturel de l’entre-deux, qui de fait excluait la majorité non cosmopolite, c’est-à-dire égyptienne et musulmane. Son livre se veut une contribution à l’étude du « cosmopolitan gaze ». KZ, en rappelant constamment les origines et parfois, la religion, des dessinateurs, les enserre dans un carcan identitaire (musulman, non musulman, Arménien, étranger, Égyptien, etc.) lui-même articulé à une configuration binaire dominant/dominé. On perçoit nettement la conception essentialisée que KZ a de l’identité, de la nation, ainsi que ses jugements de valeur implicites ; qu’elle-même ne questionne jamais. Les œuvres analysées deviennent trop souvent de simples illustrations d’un propos très général, et la surinterprétation menace, comme lorsque l’auteure se montre choquée des caricatures qui moquent gentiment le comportement quotidien des Égyptiens (p. 210-211). Dans cette interprétation la créativité, la sensibilité, la subtilité et l’humour, propres à l’art qu’elle étudie, ne trouvent guère leur place.

7N’importe, le sujet est neuf, l’illustration généreuse, le questionnement ambitieux, les développements informatifs sont utiles, et le lecteur restera libre d’interpréter à sa guise ces dessins dont les plus percutants étaient justement destinés à susciter des réactions ambivalentes et divergentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Michel, « ZDAFEE Keren, Cartooning for a Modern Egypt »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 21 novembre 2021, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16344

Haut de page

Auteur

Nicolas Michel

Aix-Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search