Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151SECONDE PARTIEContrechampsL’énigme du rapport entre sociolo...

SECONDE PARTIE
Contrechamps

L’énigme du rapport entre sociologie et Méditerranée. Entretien avec Jean-Claude Santucci

Kamel Chachoua, Constance De Gourcy et Jean-Claude Santucci

Notes de la rédaction

La rubrique « Contrechamp » a pour vocation d’accueillir des textes sur le champ des études que couvre la Remmm, celui des sciences sociales portant sur les mondes arabes et musulmans.  « Contrechamp » car la prise de vues se voudrait réalisée non pas dans le sens des études que nous promouvons par ailleurs, mais dans celui d’un regard réflexif sur les travaux, les institutions, les acteurs à l’œuvre dans ce champ, ceci avec une certaine profondeur historique (lire la suite…).

Texte intégral

  • 1 Extrait d’une lettre (1978) de Georges Granai et adressée à Jean-Paul Trystram sollicité pour dirig (...)

« La sociologie est sans doute un projet scientifique, mais pour le sociologue elle est avant tout une manière de voir le monde – c’est-à-dire une poétique au sens étymologique du terme, c’est-à-dire au sens où Orphée fait le monde quand il l’énonce1 ».

Présentation

1Comment la sociologie compose-t-elle avec la Méditerranée ? Telle est la question qui s’est posée lors de l’organisation du soixantième anniversaire du département de sociologie d’Aix-Marseille (1959-2019). En effet, malgré des échanges serrés et continus entre la sociologie française et l’Afrique du Nord depuis plus de 60 ans, comme le montrent la bibliographie des travaux de la sociologie au et sur le Maghreb actuel et la circulation jamais interrompue des paradigmes théoriques des sociologues entre les deux rives de la Méditerranée, il ne s’est pas construit un espace pour la discipline sociologique en Méditerranée comme c’est le cas pour l’histoire, l’anthropologie ou l’archéologie et la préhistoire, grâce notamment à des figures mondialement connues comme Germaine Tillion (1907-2008), Fernand Braudel (1902-1985), Paul-Albert Février (1931-1991), Gabriel Camps (1927-2002). La sociologie en Égypte est directement issue du premier noyau de l’École durkheimienne (Roussillon, 2002), le département de sociologie de Téhéran a été fondé par Paul Vieille en 1959, l’Association Algérienne de Recherche en Démographie et Sciences Sociales (ARDESS) fut le premier laboratoire de la théorie et de la pratique sociologique de Pierre Bourdieu à Alger en 1958, les chantiers scientifiques de Paul Pascon (1932-1985) à l’Institut Hassan II ont été fondateurs des sciences sociales au Maroc et les enquêtes de Jean Duvignaud (1921-2007) ont été essentielles dans la constitution de la discipline sociologique en Tunisie (Mazzella, 2009). Comment se fait-il que toutes ces sociologies nationales qui réalisent dans leurs pays, isolément, des succès exemplaires, ne parviennent-elles pas à sortir de l’état de dispersion qui les caractérise et à constituer une unité intégrée, un tout ? Où est le fil qui aurait pu transformer ces perles en collier, suivant la métaphore de Flaubert ?

  • 2 Cet entretien s’inscrit plus largement dans un projet de recherche portant sur l’apport de la socio (...)

2C’est par le biais du témoignage – c’est-à-dire la forme la moins « disciplinée » des écrits académiques – que nous avons voulu nous saisir de cette question afin de mettre en perspective le jeu et les enjeux de la production intellectuelle des savoirs et des objets dans cette région du monde depuis plus d’un demi-siècle. Jean-Claude Santucci, politologue, apporte ainsi un éclairage particulièrement stimulant pour comprendre, à partir du prisme de sa discipline, les effets cognitifs liés à la création en 1962 de l’Annuaire de l’Afrique du Nord (AAN) sur le développement des sciences sociales du et au Maghreb. En montrant comment le paysage de la recherche se structure autour d’une Méditerranée qui n’apparaît ni comme aire culturelle ni comme objet d’investigation disciplinaire, son témoignage met en évidence l’importance prise par l’Islam comme catégorie d’analyse du « monde islamo-méditerranéen » selon l’expression de Paul Vieille (1922-2010). L’intérêt pour cet objet prendra progressivement le pas sur l’étude des phénomènes discrets des sociétés méditerranéennes. Se pose ainsi sous un angle renouvelé la question de la place de la sociologie dans son rapport à la Méditerranée2.

Entretien conduit par Kamel Chachoua et Constance De Gourcy en Juin 2019

Naissance d’une « transnationale scientifique » : l’Annuaire de l’Afrique du Nord

KC : Tu es né en Algérie et le Maroc est devenu le terrain privilégié de tes recherches. Pourrais-tu à la lumière de ton engagement professionnel sur ce terrain mettre en perspective ton parcours ?

Jean-Claude Santucci : Comme on se plaisait à me le dire dans mes missions au Maghreb, j’ai un parcours très méditerranéen. Je suis né en Algérie à Annaba. Par mes parents maternels mes origines sont à la fois des Baléares et de Catalogne et, par mes parents paternels, elles sont corses. Bien que né en Algérie, j’ai vécu en Tunisie où mon père et ma mère ont fait toutes leurs carrières d’enseignants. J’ai donc passé mon bac à Tunis avec un président de jury qui était André Mandouze (1916-2006), Professeur à l’Université d’Alger et très engagé dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie. Après, je suis venu à Aix-en-Provence faire mes études supérieures parce qu’il y avait une sorte de filière qui attirait sur cette ville une grande partie des lycéens d’Afrique du Nord. C’est au terme de mes études de droit et de sciences politiques que j’ai repris contact avec le terroir de mes origines, à l’occasion d’un cours dispensé par Maurice Flory sur les relations entre le pouvoir et la tradition islamique. Il défendait une conception critiquée notamment par Jean Leca (1935-) dans laquelle il essayait d’analyser les caractères spécifiques de l’organisation du pouvoir dans les pays arabo-musulmans à partir de principes de l’Islam, comme les notions de umma, de zaïm, de choura, qui donneraient naissance à un système politique distinct des démocraties occidentales. Cette lecture pouvait s’expliquer de par ses convictions religieuses de catholique, son ancrage humaniste dans la famille des démocrates-chrétiens, et ses attaches familiales, son grand-père le philosophe chrétien Maurice Blondel, notamment. Il a repris cette présentation dans un ouvrage Les régimes politiques des pays arabes (1968) en collaboration avec Robert Mantran. Ce cours m’avait terriblement intéressé, comme l’avait remarqué Maurice Flory (1925-2021) qui m’avait dit : « Écoutez, il y a des postes de collaborateurs au CNRS ». Jean-Louis Miège, qui était en train de mettre sur pied le Centre d’études nord-africaines m’a appelé et je l’ai rejoint comme collaborateur technique au sein du CENA. Et c’est à partir de là que j’ai commencé à vouloir acquérir une réelle connaissance de ce terrain et de ces sociétés auxquels je restais profondément attaché – de par mes origines familiales – et que j’avais simplement côtoyés durant ma vie d’enfant, d’adolescent et de lycéen, en ne portant qu’un regard affectif, assez peu attentif aux enjeux de sens de la situation coloniale. Je mesurais l’intérêt qu’il y avait à réfléchir sur le pourquoi et le comment des décolonisations, à la fois tunisienne et algérienne, sur la différence qu’il pouvait y avoir entre la décolonisation soft de la Tunisie comparée à celle de l’Algérie. Et je dois dire que la Tunisie m’avait offert au cours de mon parcours scolaire une expérience extraordinaire de melting pot dans lequel cohabitait en bonne intelligence une diversité d’appartenances (Malte, Sicile, France), de cultures et de religions (chrétienne, juive et musulmane).

Après quelques années comme collaborateur de Jean-Louis Miège au CENA, mon entrée dans la recherche s’est faite à l’occasion du premier programme sur les élites politiques maghrébines initié par Charles Debbasch et dirigé par René Duchac. Appelé à choisir un pays dans le partage géographique qu’imposait ce travail collectif de sociologie politique du personnel dirigeant des États maghrébins, je me décidais à investir le Maroc qui est devenu, à partir de ce moment, le terrain privilégié de mes recherches.

KC : Penses-tu que c’est aussi la trajectoire de la majorité des autres chercheurs fondateurs de cette première entreprise autour de l’Annuaire de l’Afrique du Nord (AAN) ?

JCS : J’avais cherché à savoir comment les personnels de l’IREMAM en étaient venus à s’engager comme chercheurs sur l’Afrique du Nord en sociologie, économie ou science politique. Bruno Etienne (1937-2009) avait dirigé un mémoire sur ce sujet avec beaucoup d’entretiens à la clef et on avait découvert que les raisons étaient surtout familiales et affectives. Familiales parce que la plupart d’entre nous venaient de cette région soit directement, soit par alliance. C’est le cas de Bruno Etienne dont l’épouse venait d’Algérie. Cela a donc créé des appels d’air et un certain élan partagé pour fabriquer du savoir sur ces sociétés et en mieux connaitre tous les enjeux. D’autres figures et non des moindres, comme ceux que l’on appelle les pères fondateurs de l’AAN, en font également partie dans la mesure où ils ont commencé leurs carrières là-bas. Donc, il y a cette espèce de relation de proximité avec cette partie de la Méditerranée que représente l’Afrique du Nord. Et c’est au moins cela qui a motivé, je pense, ces chercheurs qui ont eu le désir de continuer cet attachement à travers leur engagement professionnel, à l’image de certains de leurs « ainés » qui y avaient fait leur thèse ou une grande partie de leur enseignement : Roger Le Tourneau (1907-1971) sur Fez, André Adam (1911-1991) sur Casablanca, Jean-Louis Miège (1923-2018) sur l’histoire du Maroc, le géographe Hildebert Isnard (1904-1983) sur l’agriculture algérienne, puis ultra-marine. Donc cela a créé une sorte de familiarité et une proximité affective, familiale, culturelle qui s’est traduite, après par la création de ce centre de recherche aixois, qui a matérialisé en quelque sorte cette volonté de continuer à expliquer, à interpréter et à analyser ces sociétés.

CDG : Ce centre a été créé en quelle année ?

JCS : Le petit – parce que la fusée a plusieurs étages ! – a été créé en 1958. On était quelques-uns installés à l’étroit dans des locaux de l’IEP rue Gaston de Saporta [à Aix-en-Provence]. Jean-Paul Trystram avait été le coordonnateur de cette opération en liaison avec Sciences Po-Paris. Son objectif était de constituer une base documentaire quasi exhaustive et d’en analyser les documents avec des fiches établies sur le modèle de la CDU [Classification Décimale Universelle] utilisé par la FNSP [Fondation Nationale de Science Politique] de Paris. Ensuite Jean-Louis Miège est venu s’associer à l’opération. Il a dirigé ce Centre d’études Nord-Africaine (CENA), intitulé qui lui donnait une connotation un peu néocoloniale. C’est à ce professeur, en très grande partie, et grâce à son énergie et à son réseau de relations personnelles et professionnelles, que l’on doit le développement de cet outil documentaire qui a permis de constituer la base de toutes les recherches disciplinaires futures. C’est encore lui qui a créé en 1969 l’Institut de Recherche Méditerranéenne situé à l’avenue Pasteur, Institut qui a fédéré les laboratoires dont les travaux portaient sur le monde méditerranéen : le Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes (CESM), dirigé par Georges Duby ; le Centre de Recherches et d’études sur les Sociétés Méditerranéennes (CRESM), dirigé par Roger Le Tourneau ; l’Institut d’Histoire des Pays d’Outre-Mer (IHPOM), dirigé par Jean-Louis Miège ; le Laboratoire d’Archéologie Médiévale (LAM), dirigé par Gabrielle Demians d’Archimbaud, et enfin le Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale (LAPMO), dirigé par Gabriel Camps.

  • 3 L’année 1962 de l’AAN fut le premier volume édité par CNRS Éditions et publié en 1964. L’Annuaire e (...)

Un autre universitaire qui a beaucoup compté dans l’essor et le développement des recherches sur l’Afrique du Nord est Maurice Flory qui avait des attaches avec le Maroc. Lui aussi partageait ce même désir et a été le principal initiateur du projet éditorial du premier volume de l’AAN concernant l’année 19623, date de l’Indépendance de l’Algérie, qui a marqué le début de sa très longue trajectoire qui a couvert quatre décennies, avant de céder la place en 2003 à l’Année du Maghreb. On était plusieurs parmi ses promoteurs à penser qu’il devrait finir par être transféré et réapproprié par les chercheurs des pays étudiés, ce qui s’inscrivait dans le droit fil de l’évolution des politiques scientifiques locales, mais c’était faire fi des lacunes persistantes en matière de structures, de statuts, et de personnels de recherche, sans parler des débats idéologiques récurrents, des interdits pesant sur certaines disciplines comme la sociologie et des inévitables conflits sociopolitiques entre les différents États autour du leadership maghrébin. S’employant chaque année à agréger dans la série de ses Études thématiques des chercheurs des deux rives, l’AAN a couvert une certaine diversité de problématiques en passant du paradigme développementaliste aux enjeux culturels et identitaires. Certains ont pu regretter l’absence de véritable moteur scientifique des études maghrébines et arabes en sciences sociales et de convergences permettant d’échapper au conservatisme et aux effets de mode dans ce domaine, mais ce n’était pas sa vocation. Quoi qu’il en soit, c’est cet AAN qui a marqué ce rapport à la Méditerranée en s’érigeant au sortir de la guerre d’Algérie comme l’indispensable observatoire des nouveaux mondes qui émergeaient de la décolonisation et en constituant un lieu d’échanges des savoirs et un espace de libre expression et de confrontation des idées entre intellectuels des deux rives.

Ce rapport à la Méditerranée, on le retrouve d’ailleurs dans l’appellation de ses acronymes successifs qui est passée par plusieurs cycles : de Centre d’études Nord-Africaine qui est devenu le Centre de recherche sur l’Afrique méditerranéenne (CRAM) parce qu’il fallait éliminer le terme d’Afrique du Nord qui avait une connotation coloniale. C’est aussi l’idée de Le Tourneau qui fonde à Aix-en-Provence la ROMM : Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée en 1966. Sous la direction de ce savant, le CRAM comportait 2 sections : une consacrée à l’Antiquité, dirigée par Maurice Euzennat (1926-2004), qui correspondait au transfert sur Aix de son Centre d’études archéologiques précédemment basé au Maroc et condamné à geler ses recherches de terrain pour des raisons politiques ; et une section moderne et contemporaine dirigée par Jean-Louis Miège. Le CRAM était hébergé dans les combles de la faculté de droit. Dissous par le CNRS comme laboratoire propre, le centre reprend ses activités de recherche et de publications en tant que laboratoire associé et devient en 1970 le Centre de Recherche et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes (CRESM), avec l’objectif de couvrir les sciences politiques et juridiques, la géographie humaine, la sociologie, l’histoire contemporaine et l’économie des pays maghrébins.

CDG : Au départ l’objectif de connaissance à l’origine de l’Annuaire devait être assuré par qui : des doctorants… ?

  • 4 Actuellement UMR du Cnrs, l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, (...)

JCS : Non, il n’y avait pas encore de 3e cycle à proprement parler sinon les DES propres aux différentes disciplines. C’est plus tard qu’a été instauré un Diplôme d’Études Approfondies (DEA) sur le monde arabe et musulman, (dirigé par Bruno Etienne) suivi par la création d’un Master de Science politique comparative – dirigé par Yves Schemeil (1947-) – qui comportait une option Monde arabe et musulman. Les thèses ou les doctorats se faisaient selon les disciplines classiques et académiques de droit, de sociologie et autres. L’avantage de l’AAN c’est qu’il fédérait en même temps plusieurs disciplines, plusieurs regards. Et surtout, et cela est important, il a dès le début associé non seulement des chercheurs extérieurs établis sur la rive Sud, maghrébine ou méditerranéenne (Paul Pascon, Abdelkébir Khatibi, Habib El Malki, Fathallah Oualalou, Fanny Colonna, Abdelkader Zghal…) mais aussi des chercheurs de l’étranger, américains (William Zartman, Clement Moore, John Waterbury, John Pierre Entelis), allemands, (Werner Ruf), anglais (Ernest Gellner), israéliens (Pessah Shinar) qui ont fait le renom des sciences sociales au Maghreb. En se posant comme un espace de rencontre et d’échange au service d’une communauté de chercheurs appartenant à divers pays et plusieurs horizons, l’AAN n’était pas seulement un support éditorial mais aussi une tribune scientifique totalement libre et dégagée des tutelles politiques des États maghrébins. Les intellectuels maghrébins relevant de disciplines très domestiquées comme la sociologie au Maroc par exemple, appréciaient d’être associés à la confection de l’AAN, certains de manière régulière comme collaborateurs, chroniqueurs, et d’autres parfois comme coresponsable éditorial (A. Zghal, P. Pascon, S.Chikh, H. El Malki, K. Basfao, A. Sid Ahmed,…) des Études thématiques et coordinateur scientifique des colloques ou tables rondes qui les accompagnaient. Les sujets les plus divers et les politiques publiques chargées d’enjeux très sensibles tels que les réformes agraires, l’emploi-formation, l’urbanisation, l’émigration, les stratégies de développement économique, les rapports entre le pouvoir et l’administration, les relations entre le droit et la politique y ont été traités sans la moindre autocensure ni aucune concession au conformisme du moment. À côté de ces Études thématiques, l’AAN a pendant longtemps fondé son label de qualité et de notoriété scientifique sur des rubriques récurrentes telles que les Chronologies, Chroniques, Bibliographies, celles-là mêmes qui nécessitaient les tâches les plus ingrates, les plus anonymes et les moins gratifiantes, mais dont la valeur ajoutée ne cessait de se mesurer au fil des ans. C’est ce noyau dur qui en a fait pendant les premières décennies un outil de travail et de référence incontournable, une sorte de passeport pour accéder aux territoires de l’information avérée, de l’actualité la plus diversifiée et de la documentation la plus exhaustive. L’AAN, pendant longtemps, était en quelque sorte les « pages jaunes » de tous ceux, étudiants, chercheurs et enseignants qui souhaitaient se munir des matériaux de base indispensables à leurs travaux et suivre l’évolution des idées et des débats qui accompagnait la production du savoir en sciences sociales sur le Maghreb. Avant que se développe l’informatique documentaire, la référence à cette boîte à outils était devenue une sorte d’automatisme au sein de la communauté scientifique, tant il était perçu comme le passage obligé des chercheurs sur le Maghreb contemporain, apprentis ou confirmés. Lorsqu’on a pensé à mettre fin à ces rubriques au moment où je disais que l’AAN est appelé à disparaitre, et où on s’est décidé à sonder les chercheurs de ces pays, la plupart, notamment Paul Pascon (1932-1985) et beaucoup d’autres, s’y sont opposés en nous disant : « Surtout pas ! Ne supprimez pas ces rubriques tant que nous ne disposons pas de l’équivalent en matière d’instruments documentaires, pour nous, c’est la seule référence, notre seul outil de travail ». Les pères fondateurs comme Jean-Paul Trystram et Jean-Louis Miège avaient bien compris et mesuré cet intérêt qu’allait représenter pour la recherche l’accumulation de cette masse documentaire qui a fait la gloire du CRESM, puis de l’IREMAM4 avant d’être intégrée aux fonds de la Médiathèque de la MMSH.

Avant que l’outil informatique ne se développe, le CRESM était ouvert tout l’été. On recevait les chercheurs maghrébins, américains qui venaient y travailler parce qu’ils avaient ici la seule possibilité de trouver la documentation en sciences sociales la plus exhaustive, en plusieurs langues y compris en arabe, les journaux, les revues, les ouvrages, des fonds d’archives, de photos, des collections d’anciens journaux de la période coloniale auxquels les chercheurs nationaux ne pouvaient avoir accès dans leur pays. Avec l’informatisation et le développement de la consultation en ligne, l’attractivité de l’Institut s’est estompée en même temps que de l’autre côté de la Méditerranée plusieurs centres prenaient le relais, et notamment la fondation Abdul Aziz Al Saoud installée à Casablanca et dotée de très importants moyens financiers tirés d’un accord entre le Palais Royal et la Monarchie saoudienne. Mais cette Fondation n’a pas la même visibilité que l’IREMAM et, paradoxalement, les doctorants marocains n’en avaient pas connaissance pas plus que ceux du Maghreb, comme j’ai pu le vérifier lors de missions sur le terrain, même après mon départ à la retraite. Quant à l’évolution du champ disciplinaire, je dirai que l’AAN n’a pas totalement négligé la sociologie dans ses études thématiques et que l’IREMAM a compté quelques sociologues parmi ses collaborateurs et ses chercheurs.

CDG : Georges Granai (1923-1981) par exemple, qui venait de Tunis.

JCS : Oui, il avait fondé un centre ou un institut, je crois, et fait partie des membres des premiers comités de rédaction de l’AAN. Il a assuré la chronique sociale et culturelle de la Tunisie les trois premières années. René Duchac aussi a été un collaborateur très présent dans la vie scientifique de l’AAN : membre dès 1962 du comité de rédaction, il a assuré la direction du premier programme de recherches sur « la formation des élites maghrébines » et coordonné deux programmes collectifs sur les politiques publiques d’urbanisation au Maghreb et leurs interférences culturelles avec les modèles occidentaux. Il a également contribué à rendre compte régulièrement de l’état de la production sociologique au Maghreb et sur le Maghreb. On a couvert quelques thèmes dans l’AAN qui pouvaient en partie relever de la sociologie : « Le mouvement ouvrier maghrébin » « Maghrébins en France, émigrés ou immigrés ? » avec Abdelmalek Sayad, « Être marginal au Maghreb » avec Fanny Colonna et Zakya Daoud. Mais la palme est revenue surtout à la sociologie politique qui a inspiré les nombreux travaux sur les élites, les processus institutionnels et électoraux, les enjeux sociopolitiques, les mobilisations collectives et les stratégies d’acteurs, bref tout ce qui pouvait éclairer l’analyse des mécanismes de fonctionnement, de légitimation ou de délégitimation des régimes politiques.

La Méditerranée scientifique et l’Islam : une absence omniprésente

JCS : L’importance de la sociologie politique, venait je crois en grande partie de la prédominance du pôle universitaire de droit et de science politique auquel était rattaché le CRESM et des liens privilégiés de cette institution avec les sections de droit et de science politique où se faisait l’essentiel des recrutements de chercheurs. Le CRESM de par son statut, sa masse critique et sa renommée de laboratoire d’excellence a été longtemps l’objet d’une lutte d’influence entre les universités d’Aix-Marseille I et III dont il dépendait pour l’essentiel. Cela a conduit à un déséquilibre disciplinaire qui a touché notamment la sociologie et qui s’est atténué à partir de 1986 et de la fondation par André Raymond de l’IREMAM, regroupant le CRESM, avec un laboratoire de sociologie du Moyen-Orient, le CEROAC, et une équipe d’historiens, dont Robert Mantran, André Raymond, Jean-Claude Garcin et de littéraires et de linguistes dont Claude Audebert, Gilbert Delanoue et Charles Vial. Les recrutements successifs et les affectations à l’IREMAM ont introduit l’islamologie et l’anthropologie. L’IREMAM a ensuite rejoint la MMSH et des partenariats sont nés avec des laboratoires de sociologie (le LAMES), d’anthropologie (l’IDEMEC) et d’archéologie (le LAMM).

Pour illustrer ce tropisme disciplinaire en faveur de la science politique je citerai la création des troisièmes cycles, en liaison avec l’IEP, le premier dirigé par Bruno Etienne le DEA « Monde arabe et musulman » perçu et conçu comme un diplôme d’aire culturelle et le second, dirigé par Yves Schemeil, affiché comme Master de science politique comparative avec plusieurs options recoupant des aires culturelles et notamment l’option Monde arabe et musulman. Avec la sociologie, l’économie a fait figure de parent pauvre parmi les disciplines fédérées par le CRESM et l’IREMAM.

KC : Quels étaient les liens du CRESM avec le Centre d’études sur la Méditerranée créé par André Nouschi (1922-2017) à Nice en 1971 et les liens ou l’absence de liens avec la revue Peuples méditerranéens fondée par Paul Vieille en 1977 ? Quels étaient les périmètres et le partage entre la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée (aujourd’hui REMMM) et l’AAN.

JCS : Il n’y avait pas de lien institutionnalisé entre le CRESM et le Centre d’études sur la Méditerranée d’André Nouschi, pas plus qu’avec la revue de Paul Vieille Peuples méditerranéens. Le choix du sigle CRESM n’avait pas d’autre finalité que de vouloir effacer toute trace d’inspiration néocoloniale plus ou moins accolée aux sigles précédents comme le CENA ou le CRAM, tout en laissant une porte ouverte à une extension résolument méditerranéenne de son champ d’études. Au demeurant, il y a eu des collaborations individuelles et réciproques des chercheurs relevant de ces trois institutions par exemple celles de François Burgat et Jean-Robert Henry à Peuples méditerranéens ou bien de Robert Escallier (1938-) et d’André Nouschi à l’AAN ou à la ROMM. André Nouschi était un contemporain de Jean-Louis Miège et son homologue pour l’Algérie dont il était originaire, en tant qu’historien de la colonisation. Il avait tenu, une fois rattaché à l’université de Nice, à mettre fin à la tutelle aixoise et à créer un centre puis une revue, les Cahiers de la Méditerranée, qui instaure et développe une recherche en phase avec la vision de Fernand Braudel (1902-1985) et mobilise plusieurs disciplines comme l’anthropologie, l’histoire, la sociologie et l’ethnologie.

Quant aux périmètres et à leur partage entre la ROMM (devenue la REMMM, l’« Orient musulman » devenant « le monde musulman » suite à l’arrivée, dans les années 70 de collègues spécialistes du Mashrek : Mantran, Raymond, puis Garcin) et l’AAN, il faut faire un peu d’histoire pour savoir comment ils ont été dessinés, par qui et avec quels objectifs. Ainsi, c’est en 1964 qu’a été créée l’Association pour les études en sciences humaines et sociales sur l’Afrique du Nord et les mondes musulmans (AESHAN) à Aix-en-Provence, à l’initiative d’universitaires aixois, essentiellement historiens, comme Paul Boyer (1918-2008) Lucien Golvin (1908-2002) Roger Le Tourneau (1907-1971), Robert Mantran (1917-1999), réunis autour du CRAM Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne. Loin de vouloir continuer purement et simplement la Revue de la Méditerranée créée à Alger pendant la Deuxième Guerre mondiale et qu’ont dirigée successivement Jean Alazard (1887-1960) et Lionel Balout (1907-1992), ces universitaires, qui s’étaient déjà engagés et investis à travers l’AAN dans les études sur l’Afrique du Nord, ont tenu à fonder en 1966 une revue consacrée aux sciences humaines et qui couvre les limites plus larges de l’Occident musulman, intégrant ainsi l’Espagne musulmane et incluant aussi ses racines culturelles qui s’étendent à l’Orient méditerranéen. La Revue de l’Occident musulman (ROMM) a adhéré à la pluridisciplinarité ainsi qu’à une collaboration soutenue avec les chercheurs maghrébins ; elle a, de fait, accordé pendant plusieurs décennies une place prépondérante à l’histoire et à l’anthropologie en privilégiant le Maghreb et l’Andalousie médiévale. En 1988, avec l’arrivée à Aix de collègues historiens travaillant sur le Mashrek, cette revue a décidé de s’ouvrir au Proche-Orient et de couvrir l’ensemble du monde musulman, elle a été confiée à Pierre-Robert Baduel, chercheur au CNRS, est devenue la Revue du monde musulman et de la Méditerranée. Puis, l’idée a été de mettre en exergue la diversité de ce monde, toujours avec les sociétés musulmanes comme dénominateur commun, ce qui a conduit encore à un léger changement de son titre qui est devenu à partir de 1995, la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée. Une revue qui, avec ses deux séries : « Histoire » et « Mondes contemporains » proposait désormais deux numéros thématiques par an, offrant ainsi un outil d’analyse et de réflexion du monde arabe et musulman, dans sa profondeur historique, tout à fait complémentaire de l’AAN.

KC : Peux-tu évoquer le sentiment collectif et l’ambiance dans le milieu de l’annuaire et du CRESM en général au moment de la révolution islamique iranienne en 1979 qui a fait que l’Islam a surgi subitement et transformé profondément l’orientation épistémique et politique des travaux sur l’Afrique du Nord et la Méditerranée et ouvert, je dirais, la conversion du CRESM en IREMAM ?

JCS : Pour répondre à cette question je dois revenir aux années 1970 de l’histoire du CRESM car ce n’est pas « subitement et en liaison avec la révolution islamique iranienne » que l’islam a pris un intérêt majeur dans le champ scientifique et éditorial du laboratoire. En effet, dès 1977 l’équipe du CRESM avait décidé de faire de l’islam une de ses directions de recherche et de bâtir sur plusieurs années un programme diversifié. Celui-ci a été lancé en 1978-79 à l’initiative de Jean-Claude Vatin et a été placé sous la direction du Professeur Ernest Gellner (1925-1995), donnant lieu à un séminaire annuel, suivi d’un colloque à Aix-en-Provence en juin 1979 sur « L’Islam au Maghreb aujourd’hui ». Trois ouvrages publiés par ou avec le soutien du CNRS en sont issus :

  • Le n° 29 de la ROMM, consacré au thème « Islam religion et politique5 »,

  • Islam, communauté et société : anthropologie du Maghreb, édité par Cnrs Éditions en 1981 et,

  • Islam et politique au Maghreb, édité par Cnrs Éditions en 1981.

Publications auxquels se sont ajoutés les ouvrages de Jean Robert Henry et François Balique (1979) et celui de Shinar Pessah (1981).

Dans le sillage de ces ouvrages et pour faire écho à leurs analyses, l’idée a très vite germé au sein du laboratoire que soit consacré à l’islam l’un des thèmes de la série Études de l’AAN. Cette idée est revenue au Professeur Maurice Flory (1925-2021), alors directeur du CRESM, qui en a confié la responsabilité scientifique et éditoriale à Christiane Souriau (1929-1984), chercheure arabisante distinguée, recrutée pour ses compétences linguistiques au moment où le laboratoire décidait de constituer un pôle documentaire en arabe, et fascinée par la langue et la culture des pays arabes qu’elle avait eu le plaisir de découvrir à l’occasion de la nomination de son mari comme Professeur de sciences physiques à l’Institut des sciences de Tunis. C’est ainsi qu’est né un nouveau programme de recherche sur l’islam que Christiane Souriau a focalisé sur un thème en l’intitulant « le Maghreb musulman en 1979 ».

Les courants idéologiques internes à l’Islam ou en relation avec les idéologies exogènes, les tendances de la pensée islamique en cours dans les pays maghrébins, les figures représentatives de l’orthodoxie musulmane, ainsi que les incarnations des valeurs communautaires traditionnelles ou modernistes, les positions de l’Islam par rapport aux problèmes sociaux juridiques et politiques auxquels sont confrontés les sociétés et les États maghrébins dans leur environnement à la fois interne et international sont autant de thématiques que Christiane Souriau a tenu à mettre en débat au cours d’une Table ronde réunissant pendant trois journées d’études 25 enseignants-chercheurs, pour la plupart appartenant aux universités des 5 pays du Maghreb et souscrivant à la perspective interdisciplinaire qu’elle avait tenu à privilégier. L’ouvrage, qui sera publié en 1981 sous le titre Le Maghreb musulman en 1979, a pu ainsi enregistrer, à côté des contributions des chercheurs locaux : Bruno Etienne, Jean-Claude Vatin et Henri Sanson, des signatures de renom comme celles de Yadh Ben Achour, Nadia Tabet, Abdelkader Zghal, Fanny Colonna, Mohammed Arkoun et Mohammed Tozy.

On peut donc dire que c’est Christiane Souriau qui a ouvert la voie à cette efflorescence thématique de l’islam qui va perdurer, en se focalisant par la suite sur les études des registres essentiellement politiques et juridiques, largement initiées par Bruno Etienne, et qui vont connaître un réel essor à la fin des années 1980 et à partir de la création en 1986 de l’IREMAM. C’est en effet à Bruno Etienne (1937-2009) que l’on doit cette polarisation des très nombreux travaux de recherches du laboratoire sur l’islam comme phénomène religieux et comme fait politique. À son retour du Maroc où il avait enseigné comme agrégé de science politique à l’université de Casablanca de 1977 à 1979, il rejoint le CRESM dont il assure la direction par intérim en 1984/1985. Il prend ensuite la direction du CRESM jusqu’en 1985 puis intègre l’IEP où il va diriger le DEA Monde arabe et musulman avant de créer l’Observatoire du religieux afin de fédérer recherches en sciences politiques, sociologie et anthropologie sur le phénomène religieux. C’est durant ces années qu’il va imprimer et diffuser autour de lui son intérêt scientifique pour l’Islam, selon une dimension délibérément pluridisciplinaire, n’hésitant pas à croiser les approches du sociologue, de l’anthropologue et du politologue sur un terrain réservé jusque-là aux orientalistes, arabisants, spécialistes de la langue et de la culture arabe. C’est lui qui ouvre la voie à deux champs de recherche qui donneront lieu à deux ouvrages majeurs, L’islamisme radical [Hachette, 1987] et La France et l’Islam [Hachette, 1989], qui feront école dans les pays arabes comme en France et en Europe. Pressentant avant l’heure l’importance de l’Islam comme marqueur d’identité mais aussi comme variable d’ajustement ou de bouleversement de l’ordre politique établi, il crée autour de lui une sorte d’école aixoise qui produira des émules reconnus tels Mohamed Tozy, Gilles Kepel, Jocelyne Cesari et Frank Fregosi dont il dirigera les thèses, et enfin François Burgat qui va prendre le relais en explorant essentiellement et dans sa profondeur historique et géographique le terrain exclusif de l’islamisme qu’il voit fondamentalement moins comme un courant religieux qu’un courant politique et qu’il perçoit même comme un mouvement social de nature identitaire. Même si ses thèses, ont pu paraitre sujettes à débat, il a su cependant, par ses travaux, ses publications et ses interventions dans les cénacles scientifiques, entrainer dans son sillage et inciter, du temps de l’IREMAM, de nombreux doctorants à commencer des recherches sur l’islamisme, dans le droit fil de sa thèse et dans sa confrontation avec les questions contemporaines relatives à la radicalisation ou encore au terrorisme. Cela dit, il ne faudrait pas croire, et les titres des publications collectives du CRESM comme de l’IREMAM en attestent, que la thématique de l’islam ait monopolisé durant les dernières décennies les intérêts scientifiques aussi bien individuels que collectifs du laboratoire, dont les domaines de compétence allaient se diversifier et s’ouvrir, au-delà de la science politique, à des disciplines comme la linguistique, l’histoire, la littérature, l’ethnologie et le droit international.

KC : Quel était le rapport du pôle aixois des études sur le monde arabe et musulman avec une « multinationale scientifique » comme Jacques Berque ?

JCS : Jacques Berque (1910-1995) est venu une fois. Il a été invité à faire une conférence sur le tard. Je pense qu’il y avait des problèmes d’inimitié personnelle et de divergence idéologique quant à l’avenir du Maghreb, ce qui peut expliquer qu’il n’ait pas été associé aux travaux des Aixois. On a eu un tropisme, disons anglo-saxon assez fort, qui a marqué l’histoire de l’institution aixoise dès ses débuts. Beaucoup de chercheurs anglo-saxons ont été associés parce qu’ils faisaient partie de cette cohorte d’universitaires américains qui s’intéressaient à l’Afrique du Nord dans une optique que d’aucuns qualifiaient d’entreprise insidieuse de renseignement ; on voulait y voir la main cachée de la CIA, ce qui nous a valu un certain nombre d’inimitiés, alors que c’étaient des chercheurs de grande qualité qui ont apporté de réels éclairages sur l’évolution des sociétés maghrébines.

CDG : Quels rapports avaient-ils avec la Méditerranée et le Maghreb ?

Ils avaient soit des rapports familiaux parce que certains étaient mariés autant que je m’en souvienne avec des femmes d’origine maghrébines comme William Zartman qui a été étroitement associé aux travaux du CRESM et de l’IREMAM. Pour lui comme pour d’autres politologues, notamment John Waterbury, Clement H. Moore ou John Entelis, William Quandt, je crois que leurs rapports étaient mus par un intérêt essentiellement scientifique et un réel désir de mieux connaitre les ressorts idéologiques et les modes de fonctionnement des systèmes politiques de ces pays. Ils suivaient en cela les traces de leurs ainés anglo-saxons qui avaient déjà fréquenté et analysé ces sociétés, le Maroc en particulier, en tant qu’anthropologues, et produit une importante littérature reconnue (Clifford Geertz, Ernest Gellner, Edmund Burke III, David M. Hart). William Zartman avait voulu, créer un centre en Tunisie, moins important que ne l’a été l’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain), créé plus tard, qui se voulait un vrai centre d’analyse et une structure de liaison scientifique avec des chercheurs tunisiens, soucieuse de préserver une totale autonomie de recherche bien que l’essentiel de son financement et de son hébergement soit assuré par l’ambassade de France.

CDG : Je me souviens de la lecture d’articles de Jean Molino dans l’Annuaire sur la culture ou les migrations qui ne sont pas pris dans des catégories politiques.

JCS : Oui, c’est vrai, cela correspondait à la prise de distance par rapport au politique, des thématiques de l’AAN qui n’ont cessé de se diversifier durant les décennies 1990 et 2000, et particulièrement dans les numéros de l’Année du Maghreb. L’Islam dans ses multiples dimensions a entre autres occupé une bonne place dans les réflexions et les publications collectives du laboratoire, en lien avec l’évolution des sociétés maghrébines elles-mêmes touchées par la vague déferlante de la révolution iranienne. Mais notons tout de même que la question palestinienne, la crise du pétrole… ont au moins autant compté que la révolution islamique pour mettre les études sur le monde arabo-musulman sur le devant de la scène.

CDG : Pour en revenir à Maurice Flory, vous avez rappelé qu’il venait du Maroc, mais comment s’est faite sa socialisation à la Méditerranée ?

JCS : Le parcours de Maurice Flory est intéressant parce qu’il a été nommé Professeur à Rabat à l’Institut des Hautes Études Marocaines. Il a été précepteur du roi Hassan II. Les biographies sur Hassan II parlent de Maurice Flory et de ses déplacements à Rabat en scooter. Après son début de carrière au Maroc il fut nommé à la Faculté de droit d’Aix comme Professeur, spécialiste en droit international. Et c’est là qu’il s’est associé au projet de création du CENA avec les pères fondateurs, Jean-Louis Miège, Roger Le Tourneau et Jean-Paul Trystram. Il a écrit d’ailleurs avec les deux derniers en 1959 un état des travaux sur l’Afrique du Nord publié dans la Revue française de sciences politique. Il y rendait compte, avec ces deux auteurs, discipline par discipline, de tous les travaux qui avaient été faits jusqu’en 1958-59 avec une bibliographie où il citait Robert Montagne (1893-1954), Jacques Berque (1910-1995) et tous ceux qui ont marqué les études sur l’Afrique du Nord dans les différentes disciplines : histoire, droit, économie, sociologie, etc. Cela prouvait donc déjà que Maurice Flory était quelqu’un qui allait s’investir, au-delà de sa fondation, dans l’évolution et le développement du CENA et particulièrement dans la publication de l’AAN dont il a été un ardent défenseur aussi bien lorsqu’il était en poste à Aix que lorsqu’il a été conseiller culturel au Maroc. Après ce détour par la diplomatie, il est revenu sur Aix où il a pris la direction du CRESM jusqu’à l’insertion de ce centre au sein de l’IREMAM, créé sous l’impulsion d’André Raymond et finalement intégré dans la MMSH. Donc, il faut voir en lui un pionnier certes avec Miège, Le Tourneau, Trystram, Granai, Duchac, qui a beaucoup œuvré pour le développement des recherches sur le monde arabo-musulman et, d’une certaine manière, sur l’aire méditerranéenne. Il se montrait ouvert aux courants idéologiques qui meublaient le champ scientifique, sans manifester une volonté de domination ni la moindre aversion. Sans doute ses attaches catholiques le prédisposaient-il à afficher une attitude imprégnée de compréhension, de bienveillance et de tolérance dans ses rapports avec ses étudiants, ses doctorants, ses collègues et les chercheurs d’une manière générale. On disait de lui qu’il ne se comportait pas comme un mandarin.

KC : La thèse scientifique de Maurice Flory est très intéressante ; marginale sans doute pour l’époque mais prémonitoire. Elle pose la question de la place de l’islam dans les sciences sociales sur le Maghreb, la Méditerranée et le monde arabe et musulman en général. Une question qui a été longtemps évacuée des sciences sociales sur le Maghreb. Cet évitement de l’islam par les SHS est bien sûr lié à la place primitivisante et archaïsante de l’islam dans la production ethnologique coloniale, aggravé par le paradigme marxiste et matérialiste dominant dans les SHS des années 1960-70.

JCS : Il avait essayé de trouver, à partir de ce que l’on peut tirer de la religion, des clés de lecture du fonctionnement du régime politique comme l’acceptation du zaïm, la reconnaissance des ulémas, l’allusion à la umma pour expliquer la cohésion du peuple, la référence à la choura pour caractériser la fonction de consultation des assemblées. Bruno Etienne a été marqué aussi par Maurice Flory qui a dirigé sa thèse sur « les minorités européennes d’Afrique du Nord » et a plaidé en faveur de son recrutement au CENA, puis au CNRS comme chercheur sur l’Algérie.

KC : La singularité religieuse et politique du Maroc par rapport aux autres pays du Maghreb et quelques raisons autobiographiques expliquent sans doute cet affranchissement de Maurice Flory à l’égard de cet inconscient politique et scientifique anticlérical réimporté au Maghreb après les indépendances. Qu’en penses-tu ?

JCS : Je crois qu’il y a eu une influence certaine de la singularité religieuse et politique du Maroc sur l’approche adoptée par Maurice Flory par rapport à sa lecture des régimes politiques arabes à travers le prisme de l’Islam. N’oublions pas qu’il est à l’origine agrégé de droit public et spécialiste de droit international, plus intéressé à étudier des phénomènes comme la succession d’États, la notion de protectorat, ou encore le droit international du développement… Sa première nomination comme enseignant à l’IHEM de Rabat dans un pays qui a été son premier contact avec le monde arabo-musulman, puis ses fonctions de précepteur du prince héritier Hassan II, ont sans doute constitué des marqueurs déterminants dans cet affranchissement dont tu parles. À cela s’ajoute le regard qu’il a pu porter sur la singularité du régime politique du Maroc, qualifiée par ces formules de « changement immobile » ou de « juste milieu », que l’on doit à une gestion subtile des tensions sociales et à une mobilisation de la tradition au service d’une modernité assumée dans le respect de son identité. Son séjour au Maroc correspond en outre aux premières années de l’indépendance, sous Mohamed V qui renvoyait l’image d’une monarchie régnante, avec une gestion plutôt soft des rapports entre l’islam officiel et l’islam populaire et une relative neutralité dans le contrôle du champ religieux et de l’observation des pratiques religieuses (prières, ramadan). Au contact d’une société fortement imprégnée par la religion musulmane dans les relations interindividuelles, familiales et sociales, et par son influence omniprésente dans les représentations et l’exercice du pouvoir à l’échelon national comme au niveau local, je pense que Maurice Flory, de par ses attaches catholiques (il était le petit fils de Maurice Blondel le philosophe chrétien de l’action), a pu voir dans l’islam un déterminant du régime politique et soutenir l’idée, avec Robert Mantran, qu’il constituait une véritable matrice du « système politique arabo musulman », auquel seul le Liban échapperait. On sait que cette thèse, si séduisante soit-elle, n’a pu résister aux objections de nombreux auteurs dont celle de Jean Leca pour qui l’Islam recouvre une forme apparemment immuable des valeurs politiques qui peuvent être profondément différentes. Elle ne peut non plus résister à l’épreuve des simples réalités, car comment expliquer que la même masse arabo-musulmane vive du Maghreb au Machrek sous des régimes aussi différents que ceux de l’Algérie, de l’Irak, du Maroc et de l’Arabie Saoudite ?

Une énigme sociologique : la sociologie et la Méditerranée

KC : La discipline sociologique n’a pas toujours fait bon ménage avec l’aire culturelle et encore moins avec la religion et l’islam plus précisément ; la sociologie musulmane de Robert Montagne, la sociologie de l’Algérie de Pierre Bourdieu sont, tout compte fait très ethnologiques, non ?

JCS : La réponse à ta question nous renvoie au débat scientifique récurrent autour de l’alternative aire culturelle/spécialisation disciplinaire qui a agité toute l’histoire de notre institution, sans qu’on ait pu réellement trancher de manière nette. Et l’AAN a été le produit et le véhicule de ce débat avec ses atouts, ses faiblesses et ses difficultés à ne pas apparaître comme l’expression d’un champ scientifique dominant. L’AAN a connu des déboires dans sa diffusion au Maghreb, au Maroc notamment, où il a été saisi pendant quelque temps, pour avoir publié des articles trop engagés politiquement aux yeux du pouvoir et avoir abordé des sujets qui relevaient de disciplines jugées taboues. En Algérie l’AAN souffrait d’un certain discrédit du fait d’avoir été perçu pendant les premiers temps comme le produit d’une institution dépositaire des archives coloniales (le fonds algérien des AOM) que les autorités entendaient récupérer à tout prix. Au-delà de ce débat qui n’a pas été réellement tranché, il reste que le CRESM comme l’AAN ont été plutôt bien perçus par la communauté des chercheurs maghrébins qui ont su tirer le meilleur parti de leur spécificité. Ils ont pu profiter de la diversité des approches et des objets d’étude que pouvait leur offrir en toute liberté cet espace d’échange des savoirs, ce lieu d’expression, et de contestation que constituait l’AAN et répondre ainsi au nécessaire besoin d’interconnaissance entre les deux rives de la Méditerranée. Cette question du choix entre l’aire culturelle et la discipline n’a pas été nettement mieux tranchée dans un centre de sociologie appliqué à la Méditerranée comme le LAMES qui pourtant affiche une dominante disciplinaire (la sociologie) qu’à l’IREMAM où l’on retrouve, comme le décline son sigle, cette « vocation à étudier le monde arabe et musulman avec les outils de diverses disciplines ».

KC : Je pense que les autres disciplines, notamment le pôle d’histoire médiévale et ottomane autour d’André Raymond et Robert Mantran, puis de Daniel Panzac et Jean-Claude Garcin, celui de linguistique et d’ethnologie berbères autour de Gabriel Camps et Marceau Gast, mais aussi les sciences politiques autour de Bruno Etienne ont bien fonctionné alors que la sociologie, comme tu viens de le dire, n’a pas réussi à se distinguer.

  • 6 Le CHERPA (Croyances, Histoire, Espaces, Régulation Politique et Administration) était jusqu’en 202 (...)

JCS : Je partage tout à fait cette réflexion qui traduit assez bien l’évolution des champs disciplinaires qui ont dominé le paysage scientifique et éditorial du laboratoire durant ses différentes séquences institutionnelles. Elle recoupe pour l’essentiel l’esprit et le contenu de cet entretien, et elle entérine le constat malheureusement avéré de la difficulté de la sociologie à se constituer comme pôle de recherche distinctif, même si elle n’a pas cessé d’exister tout au long de la vie du laboratoire, comme gisement important de questionnements et comme terrain fécond de collaborations extérieures, venant soit des centres de sociologie à la périphérie de l’IREMAM, soit des sociologues étrangers du Maghreb ou d’ailleurs. Si l’on excepte cette forme de présence interstitielle de cette discipline qui a pu au demeurant fournir en filigrane de nombreuses publications à tonalité sociologique, force est de reconnaitre, si l’on fait l’inventaire de l’ensemble des personnels chercheurs CNRS de l’institution, qu’il n’y a eu aucun recrutement de sociologue à part entière, en dehors de Michel Nancy dont la courte carrière fut tristement interrompue. Gageons que le projet de fusion envisagé entre le LAMES et le CHERPA6 puisse contribuer à réinstaller la sociologie au centre du dispositif aixois de recherches sur la Méditerranée.

Le Laboratoire Méditerranéen de Sociologie et le « M » de Méditerranée.

Sous l’impulsion de l’INSHS, le Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES), une des dix unités mixtes de recherche qui composent la MMSH, a fusionné avec le CHERPA, Centre de recherche de Sciences Po pour devenir depuis le 1er janvier 2021 le Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire (Mesopolhis, UMR7064). Si les axes « historiques » du LAMES ont été maintenus autour des questions de circulation des individus, des savoirs et des cultures, de nouveaux enjeux de connaissance sont apparus autour des questions religieuses. Désormais l’axe « Croyances et politique » prendra en charge l’étude des phénomènes religieux parmi lesquels figure l’islam contemporain. Cet axe de recherche s’annonce ainsi comme le nouvel espace de rencontre entre sociologie et sociologie politique autour des faits de croyance en Méditerranée.

CDG : Pour vous la Méditerranée, est-elle un objet ou un lieu d’étude ? Si c’est un objet comment le définir comme tel ?

JCS : Même si le terme « Méditerranée » est très vite apparu dans l’intitulé des sigles institutionnels tels que le CRAM puis le CRESM, rayant ainsi l’appellation « Nord-africaine » du CENA, il ne fait nul doute que notre rapport à la Méditerranée s’est défini plutôt comme un lieu d’étude, ou un espace de recherche que comme un objet. En outre ce rapport a épousé pour l’essentiel les limites territoriales de l’Afrique du Nord dessinées par la présence française et non par celles de la géographie qui s’étend, pour la rive sud, jusqu’aux confins de l’Égypte, comme l’entendent les Anglo-Saxons. Ce champ d’étude à forte connotation coloniale a fini par gêner paradoxalement davantage les chercheurs de la rive nord que ceux de la rive sud de la Méditerranée. Pour ces derniers, toute extension vers l’Égypte était mal vécue et son insertion dans l’AAN ne pouvait qu’être subsidiaire ou bien relever de la compétence d’un autre Centre. « Pour nous, l’Égypte, c’est autre chose, c’est un autre centre ». Le changement d’appellation de l’AAN devenu l’Année du Maghreb en 2004 ne marque pas seulement la volonté de se désengager de toute connotation prétendument néocoloniale ; il entend aussi vouloir inscrire l’étude de ce Maghreb décolonisé dans une aire géographique englobant tous les territoires qui bordent la rive sud de la Méditerranée et incluant les problèmes induits par la présence dans la longue durée des populations d’origine arabo-musulmane dans les pays européens de la rive Nord. Cette référence à la Méditerranée s’était déjà manifestée à deux reprises et sous l’impulsion de Jean-Louis Miège, avec la création en 1969 de l’Institut de Recherches Méditerranéennes (IRM), puis en 1976 du GIS interuniversitaire regroupant des laboratoires dont le CRESM ou des équipes dont les travaux en sciences sociales et humaines (histoire, science politique, sociologie, géographie, archéologie…) portaient sur le monde méditerranéen : hébergé par l’Université de Provence sur le site de l’avenue Pasteur baptisé « Maison de la Méditerranée » ; ce dispositif institutionnel de regroupement tombera en désuétude durant l’année 1986 au moment où va se dessiner une autre configuration, dessinée par André Raymond et aboutissant à la création d’un nouvel Institut fédératif, l’IREMAM, qui rassemblera d’autres composantes, le CEROAC et le GREPO, avant d’intégrer, au début des années 2000, la MMSH. La fondation de cette importante structure fondée par Robert Ilbert n’a pas échappé au débat sur l’alternative aire culturelle/discipline qui s’était introduit dans le choix du sigle : « Maison des Sciences de l’Homme sur la Méditerranée » ou « Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme » ?

  • 7 Comme l’ont développé Pierre-Robert Baduel et Sylvie Denoix dans l’éditorial actant le changement d (...)

Par-delà ce débat, je crois que le choix de termes érigés en label scientifique7 comme « Afrique du Nord », « Monde arabe et musulman », « Méditerranée », n’est pas totalement neutre ni détaché de l’évolution des enjeux de connaissance que sous-tendent les contextes politiques et géopolitiques du moment. Je crois que le regain d’intérêt porté et véhiculé par le concept de Méditerranée n’est pas totalement étranger au maintien des intérêts stratégiques et des équilibres géopolitiques qui préoccupent un État comme la France à l’heure où se construisent de nouvelles solidarités européennes en face de conflits territoriaux, ethniques, religieux et de crises de légitimité du pouvoir qui affectent durablement les pays du Sud.

À l’appui de cela je peux avancer que la définition de nos objets de recherche a, dans une certaine mesure, été liée à des considérations institutionnelles, financières et à des choix bien précis de la part de politiques publiques de recherche, en relation avec le suivi des enjeux géopolitiques du moment. À un moment donné, ça a été les équilibres politiques, puis le marché pétrolier, puis l’immigration, les tensions Nord Sud et enfin la montée en puissance de l’islam. Donc, on ne peut pas détacher notre histoire du laboratoire de l’évolution des enjeux géopolitiques implicitement introduits par le CNRS dans ses choix de politiques de recherche et ses arbitrages financiers. Quand il a fallu mettre l’accent sur l’étude en profondeur des pays et des sociétés, le CNRS a débloqué d’importants crédits de formation permanente pour financer l’arabophonie des personnels techniques et des chercheurs de notre laboratoire. C’est ainsi que j’ai pu suivre ces formations trois étés de suite, dans les années 1980, parce qu’on avait compris que la poursuite de l’expérience de recherche sur ces pays ne pouvait pas se faire si on ne connaissait pas la langue. Par la suite, c’est l’extension géographique vers le Moyen-Orient, imposée par l’évolution du conflit israélo-palestinien, qui a déplacé le curseur des recrutements de chercheurs sur cette zone, au détriment du Maghreb. Ensuite la poussée des flux migratoires en Espagne et en Italie, qui devenaient des pays d’immigration en même temps que les problèmes d’insertion économique et d’adaptation culturelle des générations successives de Français d’origine maghrébine, allaient créer un appel d’air pour faire des migrations un terrain privilégié pour un développement conséquent de programmes de recherche et une campagne importante pour le recrutement de chercheurs. Le concept de Méditerranée a dès lors pris place dans le champ scientifique, en réactivant les débats autour de cette mer « pont ou frontière », et des enjeux qu’elle représentait dans la redéfinition des relations entre la France et ses pays du Sud, la conduite des politiques méditerranéennes, les regroupements Nord/Sud comme le 5 plus 5, ou l’Union méditerranéenne initiés plus ou moins avec l’implication de l’UE. Ce tropisme méditerranéen a fortement imprégné la politique européenne de la France qui s’est engagée comme le porte-parole et le porte-drapeau des intérêts de ces pays, notamment maghrébins, qu’elle tenait, à la différence de l’Allemagne et d’autres nations, à conserver et à défendre en raison de ses liens historiques et de leur passé commun. Je crois que c’est à ce moment-là que s’est forgé ce courant de pensée et de réflexion en faveur de l’élargissement du spectre géographique de nos regards scientifiques et de nos travaux en sciences sociales sur la Méditerranée. On retrouve le projet de la MMSH, et même si Robert Ilbert, qui en a été le fondateur, ne partageait pas entièrement cette référence conceptuelle à la Méditerranée, c’est bien elle qui en a inspiré l’esprit et la finalité, en même temps que Marseille allait aussi retrouver cette dimension, plus tard, avec la création du MUCEM.

Je crois qu’on peut reconnaitre que les enjeux de sens suivent parfois les enjeux sociopolitiques et que les intérêts scientifiques ne sont pas toujours détachés des intérêts politiques à un très haut niveau. On peut le voir à travers les contraintes étatiques qui s’exercent sur l’évolution des disciplines, l’habilitation des masters, la définition des sujets de thèses, les programmes prioritaires. On retrouve ces tendances dans les débats des commissions scientifiques (en sociologie, économie, science politique, notamment) où se décident les recrutements de chercheurs, et où se trament les querelles entre sous disciplines, etc.

KC : Toi qui a vu le passage de l’AAN en Année du Maghreb que peux-tu dire des générations nouvelles ? Comment s’est fait le renouvellement d’une génération de chercheur à la fin des années 1980 ?

JCS : Les évolutions des objets de recherche et le renouvellement des générations de chercheurs se sont faites sur la base d’un déplacement des intérêts géographiques. Les jeunes doctorants qui s’inscrivaient dans les DEA ou les masters étaient moins préoccupés par ce qui se passait au Maghreb que par ce qui se passait au Moyen-Orient. Une sorte de ligne de fracture s’est dessinée, qui a fini par éroder complétement l’intérêt pour le Maghreb et ses enjeux sociopolitiques comme objet, au profit des phénomènes de tensions et de crises qui agitaient la scène du Moyen-Orient. L’intérêt pour le Maghreb passait par des études franco-françaises, dès lors que le Maghreb et une bonne partie de ses populations étaient une composante de l’espace métropolitain. Donc, c’était plus l’immigration en France et les questions qu’allait poser l’immigration maghrébine à la France que ce qui se passait au Maghreb qui intéressait désormais les chercheurs. C’étaient soit ces questions-là, soit celles du conflit israélo-palestinien qui ont retenu l’attention des nouvelles générations, et ses retombées périphériques au Liban, Syrie, en Égypte et, dans une moindre mesure, en Libye, en raison des difficultés d’accès au terrain. En plus, s’ils ne l’étaient pas déjà, ils devaient s’arabiser ce qui était le passage obligé pour entamer des recherches sur cette zone. C’est ce déplacement des intérêts qui a marqué ces évolutions sur les objets. Sur la fin, l’AAN, a entamé cette ouverture sur la rive orientale, sans pour autant renoncer à sa spécificité maghrébine, mais en acceptant de considérer que le Maghreb n’était pas un isolat mais une partie de cette région arabo-musulmane ; il n’était en effet plus permis de l’ignorer.

CDG : Quelles seront les perspectives à venir ?

JCS : Je pense qu’au niveau des perspectives à venir, cette tendance a de bonnes chances de se conforter. La presse et les médias en général parlent beaucoup plus de ce qui se passe au Moyen-Orient que de ce qui se passe au Maghreb. Le Maghreb conservera certes un intérêt, mais en liaison avec sa présence en France et à partir de ce qu’il représente comme apport socio-économique, objet d’insertion, d’intégration et de cohabitation culturelle. Un autre enjeu à prendre en compte pour assumer ces changements de perspectives, c’est la maitrise de la langue arabe qui n’est pas sans poser quelques problèmes, pas seulement financiers. Au Maghreb les politiques d’arabisation n’ont pas permis tout les développements que l’on aurait souhaité des recherches disciplinaires dans ces pays. C’est beaucoup moins accentué en Tunisie et au Maroc où la tradition du bilinguisme a pu atténuer les méfaits, alors qu’en Algérie l’arabisation aurait contribué au déclin de certaines disciplines et à une certaine démobilisation de chercheurs qui ont choisi pour avoir une vraie vie de scientifique de s’expatrier en France, au Canada, aux États-Unis.

Haut de page

Bibliographie

BADUEL Pierre-Robert, DENOIX Sylvie, 1995, « Vers une Revue des mondes musulmans ou de la difficulté de nommer », Remmm, 77-78, p. 7-18.

BRESC Henri, VEAUVY Christiane (dirs), 2000, Mutations, identités en Méditerranée. Moyen Âge et époque contemporaine, Bouchène.

BURGAT François, 2016, Comprendre l’islam politique. Une trajectoire de recherche sur l’altérité islamiste, 1973-2016, Paris, La Découverte.

ETIENNE Bruno, 1987, L’islamisme radical, Paris, Hachette, 366 p.

ETIENNE Bruno, 2003, « L’islamisme comme idéologie et comme force politique », Cités/2, n° 14, p. 45-55.

HENRY Jean-Robert, BALIQUE François, 1979, La doctrine coloniale du droit musulman algérien. Bibliographie systématique et introduction critique, Paris, CNRS Éditions.

MAZZELLA Sylvie, BEN SALEM Lilia, 2009/2, « Propos sur la sociologie en Tunisie ». Entretien avec Sylvie Mazzella, Genèses, (n° 75), p. 125 à 142.

RAYMOND André, 1980, « Avant-propos », ROMM, 29, p. I-II.

ROUSSILLON Alain, 2002/2, « Sociologie et identité en Égypte et au Maroc : le travail de deuil de la colonisation » Revue d’Histoire des Sciences Humaines (no 7), p. 193-221.

SHINAR Pessah, 1983, Essai de bibliographie sélective et annotée sur l’Islam maghrébin contemporain : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye (1830-1978), Paris, CNRS Éditions.

SOURIAU Christiane, PASCON Paul, 1981, Le Maghreb musulman en 1979, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Notes

1 Extrait d’une lettre (1978) de Georges Granai et adressée à Jean-Paul Trystram sollicité pour diriger sa thèse d’État sur la « théorie sociologique du phénomène urbain ». Référence : Pierre Lassave (2019), « Georges Granai (1922-1981) », Bulletin d’histoire de la sociologie, n° 9, en ligne <https://afs-socio.fr/wp-content/uploads/2019/11/RT_49_-_BHS_9.pdf>

2 Cet entretien s’inscrit plus largement dans un projet de recherche portant sur l’apport de la sociologie à la connaissance des sociétés du pourtour méditerranéen. Il est à resituer par rapport à la création du fonds d’archives de Fanny Colonna, de Bruno Etienne, de Christian Bromberger, disponibles à la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, France) et celui en cours de Georges Granai.

3 L’année 1962 de l’AAN fut le premier volume édité par CNRS Éditions et publié en 1964. L’Annuaire est au départ centré sur l’Algérie, le Maroc et la Tunisie ; puis en 1964 intégrera la Libye et en 1975 la Mauritanie. Sources : site de l’IREMAM.

4 Actuellement UMR du Cnrs, l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, fondé en 1986 par André Raymond, est l’héritier de plusieurs centres plus anciens qui, dès 1958, ancrent à Aix-en-Provence un pôle pluridisciplinaire de recherche sur les rives sud et est de la Méditerranée. Sa création entérine l’élargissement à l’ensemble du monde musulman méditerranéen de travaux initialement centrés sur l’Afrique du Nord et la place croissante prise par les disciplines des sciences sociales ainsi que de l’histoire dans la connaissance de cette aire.

5 En ligne : https://journals.openedition.org/remmm/persee-178970

6 Le CHERPA (Croyances, Histoire, Espaces, Régulation Politique et Administration) était jusqu’en 2021 le centre de recherches de l’IEP d’Aix-en-Provence.

7 Comme l’ont développé Pierre-Robert Baduel et Sylvie Denoix dans l’éditorial actant le changement de titre vers un pluriel : « Vers une Revue des mondes musulmans ou de la difficulté de nommer », Remmm 77-78, 1995, pp. 7-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Chachoua, Constance De Gourcy et Jean-Claude Santucci, « L’énigme du rapport entre sociologie et Méditerranée. Entretien avec Jean-Claude Santucci »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 151 | 2022, mis en ligne le 06 décembre 2021, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16437 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16437

Haut de page

Auteurs

Kamel Chachoua

Aix-Marseille Univ., Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Constance De Gourcy

Aix-Marseille Univ., Cnrs, Mesopolhis, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Jean-Claude Santucci

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search