Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151SECONDE PARTIELecturesTHOMPSON Elizabeth, How the West ...

SECONDE PARTIE
Lectures

THOMPSON Elizabeth, How the West Stole Democracy from the Arabs. The Syrian Arab Congress of 1920 and the Destruction of its Liberal-Islamic Alliance

London, Grove Press UK, 2020
Julie Andurain (d’)
Référence(s) :

THOMPSON Elizabeth, How the West Stole Democracy from the Arabs. The Syrian Arab Congress of 1920 and the Destruction of its Liberal-Islamic Alliance, London, Grove Press UK, 2020, 466 pages

Texte intégral

1Le dernier ouvrage d’Elizabeth Thompson, professeure d’histoire à la Middle East and Mohamed S. Farsi Chair of Islamic Peace à l’University’s School of International Service, est une somme importante sur le fond comme sur la forme. En près de 450 pages, E. Thompson fait le récit de la tentative avortée de construction d’un État arabe indépendant en Syrie dans les années 1920 sous l’égide de Fayçal ibn Hussein. Si la thématique n’est pas neuve en soi, l’intérêt du travail d’Elizabeth Thompson réside dans l’apport de nouvelles sources arabes (celles de Rustum Haïdar notamment, celles des proches de Fayçal par ailleurs) qui donnent d’une part à connaître pour la première fois le texte de la Constitution syrienne du 19 juillet 1920, d’autre part obligent à réévaluer le rôle singulier de Rachid Rida (1865-1935) musulman sunnite né à Tripoli au Liban et rédacteur en chef d’Al Manar. Cet auteur apparaît non seulement comme l’un des mentors influents de Fayçal, fils de Hussein de La Mecque, mais également comme un partisan très actif de l’union des musulmans et des chrétiens de Syrie au sein d’une République islamique, dans la plus pure tradition de la « renaissance arabe », la Nahḍa.

2Forte de la découverte de cette Constitution syrienne du 19 juillet 1920 en douze articles qui forme en soi un document important, E. Thompson affirme avec conviction que les « Arabes » de Syrie avaient l’intention de créer un véritable régime politique moderne : le royaume de Syrie, dont la capitale aurait été Damas, et qui aurait adopté la religion de son roi : l’islam. Le royaume aurait été composé de provinces indivisibles de façon à forger une « Grande-Syrie » ; sa langue officielle aurait été l’arabe. Héréditaire et transmise par primogéniture, la nouvelle royauté mise en place aurait consacré le pouvoir des Hachémites sur la Syrie. Chef des armées, le roi aurait dû partager son pouvoir avec un congrès. Après avoir rappelé que les droits individuels et collectifs reposaient sur la charia, les articles suivants posaient le cadre institutionnel de la monarchie constitutionnelle où la réalité du pouvoir se trouvait dans les mains du Congrès.

3La thèse défendue est que, quoique fondé sur les principes de l’islam, le régime de monarchie constitutionnelle pensé par Rida correspondait aux attentes des Occidentaux, raison pour laquelle il était soutenu par Woodrow Wilson, le président des États-Unis. Mais, ce projet politique s’est trouvé combattu par les volontés impérialistes des puissances européennes. Dès lors, tout en reconnaissant volontiers que les Européens n’ont été en possession de la Constitution syrienne qu’en août 1920 (soit après Khan Meyssaloun), elle en conclut que les Arabes se sont fait « voler » leur démocratie par les Occidentaux. Si le titre sonne un peu comme un film à grand spectacle, avec d’ailleurs une présentation liminaire des principaux acteurs comme dans un générique de film (p. XXV et XXVI), l’ouvrage est pourtant réalisé très sérieusement.

4Il progresse avec beaucoup d’arguments à valeur de preuve. Construit sur la base de sources variées - arabe, américaine, anglaise, française, suisse - il apporte des éléments nouveaux sur la manière dont Fayçal, fils d’Hussein de La Mecque, s’est fait conseiller constamment par Rachid Rida, sur la façon dont l’entourage de Fayçal a joué un rôle déterminant dans la marche à la guerre. La structure du livre est principalement chronologique. Après avoir présenté la façon dont le projet de construction d’un État arabe en Syrie s’est structuré autour d’une victoire militaire (entrée de Fayçal à Damas en 1919) et d’un projet politique principalement pensé par le publiciste arabe Rachid Rida très attentif aux positions de Woodrow Wilson, l’auteur montre comment les discussions se sont poursuivies, mais de façon difficile, à la Conférence de la paix à Paris. La déclaration d’indépendance de la Syrie soutenue par la commission américaine (King-Crane) a donné naissance à une véritable insurrection démocratique à Damas. Pour lutter contre les effets néfastes d’une colonisation redoutée et à venir, les Arabes décident de mettre en place une constitution, véritable outil de lutte contre les colonisateurs.

5Elizabeth Thompson montre que cette construction politique de la Syrie se structure autour des discussions entre Fayçal – actif et dynamique mais dominé par les négociations internationales d’une part, son clan de l’autre – et Rachid Rida, beaucoup plus libre intellectuellement, mais non reconnu par les Puissances. Avec lui, se profile la construction d’un État islamique présenté par l’auteur comme particulièrement novateur, car ouvert aux différentes sensibilités y compris celles des femmes. Elizabeth Thompson voit dans ce programme une constitution démocratique favorable à l’union des chrétiens et des musulmans. S’il y a fort à parier que cet aspect pourrait être largement discuté par des politistes ou des historiens (souvenons-nous de la radicalisation progressive de la pensée de Rida), il faut reconnaître que ce livre est très intéressant en ce qu’il apporte comme épaisseur politico-religieuse à l’épopée des « Cent jours » de Fayçal en Syrie.

6Écrit en anglais dans une langue fluide, complété par des cartes et de très nombreuses photographies, conforté par un très bel appareil scientifique qui comprend la liste des membres du Congrès syrien de 1920, la déclaration d’indépendance du 8 mars 1920, la Constitution du 19 juillet 1920, l’ouvrage est en outre doté de notes nombreuses et variées et d’un très précieux index des noms propres et des noms de lieux. En résumé, c’est un excellent travail fondé sur le point de vue des Arabes lors de la négociation des accords de sortie de guerre en 1920. Au titre des remarques critiques, on notera qu’Elizabeth Thompson a pris fait et cause pour Fayçal en ne prenant que trop rarement en considération le point de vue des politiques et des militaires (français ou britanniques), et plus encore leurs usages et pratiques, lesquels expliquent pourtant bien des situations. Les rejeter simplement comme des « dominateurs » sans qu’il ne soit clairement affirmé qu’en 1920 les décisions se prennent de fait à Paris et à Londres, ne permet pas de comprendre à quel point le projet de Fayçal était tout aussi rêvé que celui de Woodrow Wilson, et, par là, en partie irréaliste. À Khan Meyssaloun, ce n’est pas seulement la force des armes qui s’exprime : c’est une realpolitik inscrite dans les usages du xixe siècle qui vient contrebattre un idéalisme annonciateur des transformations du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Andurain (d’), « THOMPSON Elizabeth, How the West Stole Democracy from the Arabs. The Syrian Arab Congress of 1920 and the Destruction of its Liberal-Islamic Alliance »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 151 | 2022, mis en ligne le 05 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16774

Haut de page

Auteur

Julie Andurain (d’)

Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search