Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUELes textes et leurs voyagesPérégrinations du matn d’Ibn ‘Āsh...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE
Les textes et leurs voyages

Pérégrinations du matn d’Ibn ‘Āshir (xviisiècle) : renouveau et réappropriations concurrentielles du malikisme au sein de l’enseignement islamique francophone1

The Wanderings in Ibn ‘Āshir's matn (17th century): renewals and competing reappropriations of Malikism within French-speaking Islamic education
متن ابن عاشر عبر الأزمنة: التوظيف والترسيخ المذهبي للمالكية داخل منظومة التعليم الإسلامي باللغة الفرنسية
Younes Johan Van Praet
p. 63-82

Résumés

Le matn d’Ibn ‘Āshir (1582-1631) constitue probablement le texte de droit malikite qui symbolise le plus le malikisme marocain. Composé par un illustre savant de Fès au xviie siècle, il est mémorisé très tôt dans l’enseignement des actes cultuels destiné aux enfants au sein des madāris et figure au cœur du programme de l’institut Mohammed VI de Rabat chargé de la formation d’imams franco-marocains. Parallèlement à cela, le matn Ibn ‘Āshir figure parmi les récentes productions de l’édition francophone du patrimoine islamique qui connait un nouveau souffle. Dans ce contexte j’ai moi-même rencontré l’œuvre d’Ibn ‘Āshir lors d’une enquête de terrain ethnographique en France sur la transmission des savoirs islamiques. Je propose de décrire cette résurgence du matn en contexte francophone à travers les pratiques pédagogiques tout en rendant compte des tensions qui accompagnent celui-ci. Ensuite, je montrerai en quoi les pratiques de transmission autour de ce matn apparaissent comme centrales pour comprendre une part des enjeux contemporains qui transforment la scène islamique francophone.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette publication est le résultat d’une recherche effectuée dans le cadre du programme ANRILM« L’en (...)
  • 2 Le terme matn (littéralement : texte) désigne une épitre didactique pouvant être en vers ou en pros (...)
  • 3 Notion tirée du terme arabe « madhhab » désignant une école de pensée et plus particulièrement dans (...)
  • 4 Y. J. Van Praet, Transmettre et être en quête du « ‘ilm » : ethnographie des modalités de transmiss (...)

1Cet article vise à restituer la diffusion, les pratiques et débats autour de l’enseignement du matn2d’Ibn ‘Āshir (1582-1631) qui, selon notre hypothèse, illustre une part des enjeux actuels de l’islam contemporain. L’analyse des pratiques d’enseignement dont il est l’objet permet de décrire les dynamiques en cours au sein du renouveau du « madhhabisme3 » en tant que modalité traditionnelle de transmission du savoir islamique et sa diffusion à l’échelle internationale. Après avoir présenté l’auteur, son contexte et son œuvre, il s’agira de mettre en lumière la contemporanéité du matn via l’évolution des commentaires dont il fait encore l’objet. De fil en aiguille, je décrirai comment ce poème didactique et principalement juridique transite depuis le monde musulman, en évoquant le cas du Maroc, où il constitue une œuvre emblématique, vers la France à travers le processus de traduction en français du patrimoine malikite. Dans un second temps, je m’appuierai sur une enquête ethnographique réalisée entre 2012 et 2017 en France sur la transmission des savoirs islamiques dans une agglomération française4. Je décrirai l’apparition de pratiques différenciées d’enseignement de ce matn en évoquant la pluralité des acteurs en cause ainsi que sa progressive systématisation au sein de multiples structures et plus particulièrement dans le cadre du déploiement des formations e-learning en sciences islamiques. Au terme de cet article, j’expliciterai les points de tension qui traversent ces pratiques autour du matn d’Ibn ‘Āshir pour ainsi montrer comment, de façon plus structurelle, la constitution durable d’un socle madhhabique en matière d’enseignement islamique est le produit de réappropriations à la fois plurielles et concurrentielles.

Le matn d’Ibn ‘Āshir et son importance dans le patrimoine religieux des sociétés malikites

Un auteur prolifique inscrit dans la lignée andalouse des savants de Fès

  • 5 Ce constat est confirmé par de récents travaux, quant aux autres sources elles portent principaleme (...)

2Abū Muḥammad ‘Abd al-Wāḥid b. Aḥmad b. ‘Alī b. ‘Āshir (n.1582/990-m.1631/1040) est un savant malikite du xviie siècle. Une large part des éléments biographiques à son sujet ont été rapportés par son élève le plus illustre, Muhammad ibn Aḥmad Mayyāra5 (m.1662/1072), auteur du commentaire le plus riche ayant été produit sur le matn. Notre auteur est né en 990/1582 dans une de ces familles musulmanes andalouses contraintes de s’établir durablement à Fès suite à la reconquête de l’Espagne par les royaumes chrétiens. La famille Ibn ‘Āshir serait plus particulièrement originaire de Shamīna, une ville portuaire d’Andalousie qui faisait autrefois face à Tanger (Baṣīr, 2007).

3Son élève Mayyāra rapporte qu’il fut initié à un grand nombre de disciplines islamiques, parmi lesquelles la maîtrise des sept lectures coraniques, le naw (grammaire), le fiqh (droit islamique) et le adīth, par un grand nombre de savants de Fès, mais également auprès de nombreux autres qu’il rencontra en Orient lors de son pèlerinage, en 1600/1008. Par le biais d’al-Qaṣṣār (m.1604/1012) qui fut muftī de Fès et son maître, la généalogie de maître à disciple d’Ibn ‘Āshir le relie à al-Wansharīsī (m.1508/914) l’auteur du célèbre recueil de fatāwā appelé al-Mi‘yâr, ainsi qu’à al-Mawwāq (m.1492-897) le dernier grand savant et muftī de Grenade (Garcia-Arenal, 1990).

  • 6 Il s’agit de Khalīl Ibn Isḥāq al-Jundī, un savant malikite égyptien du viiie siècle hégirien connu (...)
  • 7 Sanûsî (m.1490) est un savant maghrébin qui s’est notamment distingué par diverses épîtres didactiq (...)

4Hormis le matn qui nous intéresse particulièrement, intitulé al-Murshid al-muʿīn ‘alā al-arūrī min ‘ulūm al-dīn (Le guide utile pour l’essentiel des sciences de la religion), Ibn ‘Āshir, rédigea d’autres œuvres dans le domaine du fiqh, dont un commentaire du Mukhtaṣar (Abrégé) de l’imam Khalīl6 (m.1365/767) et une glose d’un autre commentaire sur ce même Mukhtaṣar. On peut également mentionner une œuvre de référence dans la graphie coranique, ainsi qu’une épître de cent trente vers de poésie sur la ‘Aqīda al-kubrā (Le grand traité doctrinal) d’al-Sanūsī7 (m.1490/895). Il compta de nombreux élèves parmi lesquels ‘Abd al-Qādir al-Fāsī (m.1680/1091), auteur d’al-Fiqhiyya (Le concis juridique) encore enseigné à Fès de nos jours dans les cercles d’étude autour d’al-Qarawiyyīn.

5Ibn ‘Āshir est présenté par son disciple Mayyāra comme un savant pieu, versé dans l’ascèse mais également impliqué dans la vie politique. Le champ politico-religieux dans lequel naquit Ibn ‘Āshir accorde une grande importance aux oulémas de Fès qui avaient l’habitude d’exercer leur autorité au détriment des gouverneurs, « convaincus de leurs droits à déterminer la légitimité du sultan au point de le payer de leur vie » (Garcia-Arenal, 1990). Lorsque la dynastie saadienne connut d’importantes luttes intestines, Muḥammad al-Shaykh al-Ma’mūn (1604-1613) se tourna vers Philippe III d’Espagne et lui remit la ville de Laarache le 20 novembre 1610 (Grandin, 1970) ce qui suscita la colère du peuple. Pour restaurer sa légitimité, al-Ma’mūn demanda aux savants de Fès d’émettre un avis religieux attestant de la licéité de son initiative. Les savants de Fès se divisèrent en plusieurs tendances, Ibn ‘Āshir compta parmi ceux qui refusèrent de rendre licite cet acte politique et le désavouèrent fortement (Ibn Maamar, 2003). Par conséquent, il dut vivre à l’écart de la ville durant un temps afin d’éviter la répression qui le menaçait.

6Ibn ‘Āshir décéda à Fès en fin d’après-midi le jeudi 3 de Dhūl-Ḥijja de l’an 1040 de l’Hégire (1631), alors âgé de cinquante ans.

Succès et pérennité du matn d’Ibn ‘Āshir à travers l’enseignement et le commentaire de texte jusqu’à nos jours

  • 8 Figure majeure du soufisme classique (ixe-xe/iiie siècle) à Bagdad.
  • 9 Courant de théologie scholastique fondé par Abū-l-Ḥasan al-Ash‘arî (873-935).

7Al-Murshid al-Muīn est un poème didactique de trois cent quatorze vers composés dans une mesure prosodique appelée rajaz qui rend particulièrement aisée sa mémorisation. Selon Ibn Ḥamdūn – auteur d’une ḥāshiya (glose) sur le shar (commentaire) de Mayyāra – c’est à l’occasion de son pèlerinage qu’Ibn ‘Āshir composa ces vers, après avoir constaté les nombreuses erreurs qui entachaient les pratiques rituelles des pèlerins. De retour à Fès, ses étudiants lui demandèrent d’ajouter aux vers relatifs au pèlerinage d’autres vers jusqu’à ce que le poème englobe finalement les six chapitres classiques du fiqh al-‘ibādāt (jurisprudence des actes cultuels) que sont la ahāra (purification rituelle), la alāt (prière rituelle), la zakāt (aumône légale) le jeûne et le pèlerinage. L’œuvre comptera parmi les productions juridiques les plus notoires de la dynastie saadienne jusqu’à nos jours (Al-Ḥajjī, 1976). On lui attribue également un autre poème peu connu qui traite des règles du mariage et du divorce en trois cent cinquante-quatre vers, mais celui-ci fait l’objet d’un usage pédagogique clairement distinct et moins fréquent. Selon une tradition longtemps maintenue, ce type de texte ne se limitait pas au fiqh et englobait les autres disciplines des sciences religieuses, c’est ce qu’annonce d’ailleurs Ibn ‘Āshir en introduction lorsqu’il dit : « selon la croyance d’al-Ash‘arī, le fiqh de Mālik et la voie d’al-Junayd8 le cheminant ». Ainsi, l’auteur a divisé son matn en trois grandes parties : trente-cinq vers consacrés à l’évocation des attributs nécessaires, possibles et impossibles vis-à-vis de Dieu et des prophètes conformément à la méthode d’exposition ash‘arite9, deux cent trente-quatre vers aux cinq chapitres de fiqh des actes cultuels susmentionnés, vingt-six vers pour les principes du taawwuf (soufisme). Le matn a toutefois quelques particularités contribuant à la richesse de son contenu. L’auteur y a inséré plusieurs introductions à la science de la logique (maniq) et aux fondements de la jurisprudence (uūl al-fiqh), servant respectivement de prolégomènes au chapitre sur les croyances et à celui consacré au fiqh, chacune d’un peu plus de dix vers.

  • 10 Souvenirs d’enfance d’un tunisien autour de l’apprentissage de ce matn : Muhammad al-Ḥabīb al-Salā (...)
  • 11 Il s’agit de ‘Abdal-Raḥmān al-Akhḍarī, un savant malikite du xvie/xe siècle originaire de la régio (...)
  • 12 L’auteur est ‘Abd al-Bārī al-‘Ashmāwī, un savant malikite égyptien du xvie/xe siècle originaire du (...)
  • 13 L’auteur est Abū al- al-Ḥassān al-Shādhilī, un savant malikite égyptien du xvie/ixe siècle, discip (...)
  • 14 L’auteur est Yaḥyā al-Qurṭūbī (m.1172/567), un savant malikite andalou du xiie/vie siècle, à ne pa (...)

8L’enseignement du fiqh malikite au Maghreb s’appuie sur un socle scripturaire et didactique homogène (Fortier, 2003) dont al-Murshid al-mu‘īn constitue généralement la première étape pour les débutants en sciences religieuses. Mémorisé très jeune au sein des écoles traditionnelles (madāris), l’apprenant inscrit quelques vers sur sa tablette en bois (lawḥ)10 en marge des versets coraniques qu’il doit mémoriser. Dans l’enseignement traditionnel, chaque discipline possède sa propre échelle d’apprentissage (tadarruj) composée de plusieurs mutūn que l’apprenant est censé étudier. Des nuances existent toutefois puisqu’au Maroc le cursus traditionnel s’ouvre généralement par l’étude du matn d’Ibn ‘Āshir tandis qu’en Algérie ou en Mauritanie on étudie préalablement le Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī11 (m.1575/983). Au Machreq, dans les régions où le fiqh malikite est également enseigné, la prose est privilégiée et on étudie plutôt al-‘Ashmāwiyyah12 et al-Muqaddima al-‘izziyyah13. Le matn d’Ibn ‘Āshir vint supplanter un autre poème du même registre nommé al-Qurūbiyya14 composé de cent vingt-six vers qui s’était imposé comme la référence didactique en Andalousie et au Maghreb du viie au xie siècle. Le succès du matn d’Ibn ‘Āshir peut s’expliquer par différents facteurs : sa conformité aux positions juridiques énoncées dans le Mukhtaṣar de Khalīl, la proximité des formulations adoptées avec les énoncés des œuvres d’al-Sanūsī, l’exhaustivité des approches disciplinaires (logique, fondements du fiqh, tawīd, fiqh, taawwuf) et, probablement, l’aspect made in Fès symbolisant ainsi le rayonnement des oulémas d’al-Qarawiyyīn à travers les contrées musulmanes. On peut également ajouter le fait que ce matn a fait l’objet de près d’une centaine de commentaires par les savants malikites, jusqu’à nos jours.

9Son élève Mayyāra a contribué par son volumineux commentaire à faire connaître l’œuvre d’Ibn ‘Āshir. En plus d’expliciter les vers du matn, de traiter les questions juridiques qu’ils contiennent, il n’hésite pas à élargir son propos en ajoutant de nombreuses tanbīhāt, de longues remarques qui en font un ouvrage bien plus détaillé que ce qu’offre le poème initial. Son volume fut jugé trop imposant à son époque pour un texte relatif aux actes cultuels, c’est pourquoi Mayyāra composa lui-même une version abrégée plus adaptée à son enseignement. On appela le premier al-Kubrā (la prolixe) et le second al-Sughrā (la succincte). Une large part des autres commentaires produits par la suite n’en sont que des explicitations, comme la āshiya d’Ibn Ḥamdūn ibn al-Hāj (m.1817), ou des résumés : al-Ḥabl al-matīn d’al-Marrākushī (m.1949), al-Nūr al-mubīn d’al-Kāfī (m.1960), etc. La version la plus condensée est celle produite par l’égyptien Aḥmad Muṣṭafā Qāsim al-Ṭahṭāwī en moins de 100 pages (2009).

10Certains commentaires servent des objectifs didactiques plus singuliers comme d’expliciter le sens des vers lorsque les exigences de la métrique l’ont rendu opaque (Būsinna, Tawī, 1961). D’autres visent à relier les positions juridiques soulevées par l’auteur aux textes fondateurs de l’école (al-Adūzī, ‘Umda, 1806). D’autres encore ne traitent qu’une partie du matn comme celle consacrée au taawwuf (al-Sūsī, Sabīl, 2015).

  • 15 Dans d’autres contextes, comme le monde turc ḥanafite, la production d’ouvrage explicitant les argu (...)
  • 16  Principe selon lequel tout musulman « est obligé d’examiner la preuve des opinions juridiques dans (...)
  • 17 Préfacé notamment par le savant d’al-Qarawiyyīn Muḥammad al-Tāwīl (m.2015).
  • 18 Préfacé par le mauritanien Muḥammad al-Ḥasan Ould Dedew (Van Praet, 2018) ainsi que le saoudien ac (...)
  • 19 On peut également ajouter un troisième commentaire peu connu relevant de ce type, celui de Muḥammad (...)

11Un nouveau genre de commentaire est récemment apparu, significatif de l’évolution du contexte religieux contemporain et de l’influence du salafisme, à l’échelle internationale, depuis trente ans, dans les milieux des oulémas traditionnels (Pierret, 2015). Ce type de commentaires est dédié à l’évocation des arguments scripturaires (Coran et adīth) et logiques qui sous-tendent les prescriptions juridiques contenues dans tel ou tel livre. En effet, dans l’enseignement traditionnel du fiqh malikite au Maghreb15, l’étudiant est dans un premier temps invité à assimiler les avis juridiques notoires, puis les avis divergents au sein de l’école, et seulement au terme de cet apprentissage l’initie-t-on aux argumentations juridiques dans le cadre de l’étude des uūl al-fiqh (fondements de la jurisprudence) et notamment à travers l’ouvrage d’Ibn Rushd al-ḥafīd (m.1198), Bidāyat al-mujtahid wa nihāyat al-muqtaid. L’insistance du salafisme contemporain sur ce qu’on peut appeler la théorie de la preuve – ou « dalīl theory »16 (Vogel, 1993) – entre ainsi en opposition avec la méthodologie traditionnelle sunnite qui s’appuie sur le principe de stricte imitation (taqlīd) des règles légales produites par une des quatre écoles. Afin de faire face à cette remise en cause du fiqh malikite, des érudits ont travaillé à indiquer les arguments détaillés pour chacune des questions juridiques traitées par Ibn ‘Āshir dans son matn. À titre d’exemple, al-Mubīn (2006) du marocain Amuḥammad al-‘Amrawī17, et al-‘Arf al-Nāshir (2002) de l’algérien ‘Abd al-Mu’min al-Jazā’irī al-Shanqīṭī18. Le second commentaire se distingue du premier dans la mesure où il n’hésite pas à adopter les positions en vigueur au sein des autres écoles de jurisprudence19. Le salafisme est parvenu à influencer l’islam contemporain même au sein des milieux traditionnels les plus réfractaires à sa diffusion (Pierret, 2015). Ainsi l’évolution récente des commentaires ainsi que des diverses pratiques pédagogiques dont ils font l’objet maintiennent le matn d’Ibn ‘Āshir qui date de plus de 500 ans dans la contemporanéité.

Un matn emblème de la politique religieuse marocaine

  • 20 Le site officiel du ministère communique de façon détaillée les objectifs de cet effort de rééditio (...)
  • 21 Également sur le site officiel du ministère :« Idār al-fiqh min manẓūma ibn ‘Āchir bi-charḥ Mayyār (...)
  • 22 Celui-ci a soutenu en 2015 une thèse à l’EPHE sous la direction de Pierre Lory sur la confrérie dar (...)

12Sans nul doute, c’est au Maroc que le plus grand soin a été accordé au matn d’Ibn ‘Āshir. L’enseignement traditionnel marocain (al-ta‘līm al-‘atīq) a été marginalisé à partir des années 1930 (Eickelman, 2007) par le contrôle colonial et la création d’institutions concurrentes. Mais en 2004, la monarchie marocaine fonde « la direction de l’Enseignement traditionnel au sein du ministère des Habous et des Affaires islamiques [qui] vise à étendre le contrôle de l’État au réseau des lieux archaïques de l’apprentissage du savoir religieux traditionnel encore présents dans la campagne marocaine » (Ayadi, 2004). Dans le cadre de cet intérêt renouvelé, le matn d’Ibn ‘Āshir a fait l’objet d’un travail de réédition par le ministère des al-Awqāf et des Ḥabous sous forme de manuel au cours de l’année 2018. Cela s’inscrit dans une initiative plus générale d’édition visant à convertir les mutūn traditionnels en matériel pédagogique afin de faciliter leur transmission20. Aujourd’hui, la nouvelle édition s’adresse aux élèves de l’enseignement primaire (ibtidā’ī)21.On peut également mentionner parmi ce qui témoigne de l’intérêt accordé au matn par le ministère la publication en 2007 d’un travail universitaire sur la figure d’Ibn ‘Āshir par le chercheur marocain ‘Abd al-Mughīth Baṣīr22, Le juriste ‘Abd al-Wāḥid ibn ‘Āshir, sa vie et ses œuvres en jurisprudence préfacé par l’actuel ministre Aḥmad Tawfīq.

  • 23 Propos recueillis lors de l’observation de la première session de recrutement qui s’est tenue en fé (...)
  • 24 Information rapportée par des étudiants lors de plusieurs entretiens réalisés en 2016, 2017 et 2020

13De façon plus emblématique, le matn d’Ibn ‘Āshir constitue une référence centrale au sein de l’institut Mohammad VI de la formation des imams mourchidines et mourchidates. Lorsqu’en 2015 s’organise la première session de recrutement d’étudiants et futurs imams franco-marocains à Paris, le président de l’Union des Mosquées de France, Mohammad Moussaoui, synthétisa les orientations de cette formation inédite au Maroc en citant le vers introductif du matn déjà évoqué comportant les trois axes suivants : ash‘arisme, malikisme et soufisme23. Ce triptyque est, selon lui, la garantie d’une vision équilibrée de l’islam dans un contexte marqué par le radicalisme. Moussaoui s’inscrit pleinement dans la stratégie menée depuis quelques années dans le cadre de la politique religieuse marocaine qui tend à réaffirmer une identité religieuse nationale fondée sur la « wasaiyya » ou « juste-milieu » (Wainscott, 2017). C’est donc sans surprise que les étudiants formés à l’imamat au sein du récent institut de Rabat sont amenés à étudier et à mémoriser les vers du matn d’Ibn ‘Āshir, œuvre centrale du cursus en matière de fiqh. Mieux, chaque matinée est introduite par la récitation collective du poème24.

14L’enjeu autour de la formation des imams franco-marocains par le biais de ce matn pose la question de son éventuelle diffusion en contexte français ainsi que des pratiques pédagogiques dont il fait actuellement l’objet. C’est pourquoi il importe de le resituer dans le cadre de l’édition du patrimoine islamique traditionnel en langue française.

Essor de l’édition des mutūn malikites en français

  • 25 Léon Bercher a également traduit partiellement le matn d’uṣûl al-fiqh d’al-Juwayni intitulé Al-Wara (...)

15La circulation des mutūn malikites en contexte francophone n’est pas un phénomène nouveau. Plusieurs classiques ont fait l’objet de traduction pouvant remonter au début du siècle dernier (El Alaoui, 2006). C’est le cas du Mukhtaar d’al-Akhḍarī (m.1575) édité aux Éditions africaines et de la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Qayrawānī (m.996) qui a connu des traductions partielles en français (Vincent, 1842 ; Soualah, 1906) avant que Fagnan (1914) n’en propose une intégrale, suivi par celle de Léon Bercher25 (1889-1955), publiée en 1945. De même le fameux Mukhtaṣar de Khalīl (m.1365), dont les premières traductions désormais introuvables remontent à 1848, a fait l’objet de plusieurs retraductions comme celle réalisée par Georges-Henri Bousquet en 1962 et, plus récemment, l’édition libanaise de Dar el Fikr en 1995. Ces traductions découlent principalement de l’intérêt de l’administration coloniale, d’orientalistes et de professeurs de droit arabisants pour le droit musulman malikite en Tunisie et en Algérie.

  • 26 Maison d’édition française créée en 1984 spécialisée dans l’édition, la vente et la distribution de (...)
  • 27 Institut de formation à l’islam créé en 2013 par Abdallah Serge Althaparro dans la région parisienn (...)
  • 28 Il s’agit d’un savant malikite du xxe siècle grégorien qui a produit des commentaires particulièrem (...)
  • 29 Sur environ 500 pages, on peut évaluer à près de 170 le nombre de pages ne concernant pas l’étude d (...)
  • 30 Voir :https://www.doctrine-malikite.fr/

16C’est aujourd’hui un souffle totalement différent qui caractérise l’édition des mutūn malikites en français. Ces dix dernières années, l’édition française du livre islamique a réactualisé ce patrimoine à travers de nouvelles rééditions et traductions et ce phénomène ne cesse de s’intensifier. En 2009, la Maison d’Ennour26 publie sa propre édition bilingue du Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī, tandis que la même année le cheikh converti Abdallah Serge Althaparro al-firansī (n.1966), connu pour son parcours de formation traditionnelle en Mauritanie, propose également une réécriture bilingue de ce matn à laquelle il ajoute son propre commentaire. Il fera de même pour la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Qayrawānī sous sa propre édition al-Foulk27. En 2018, la Maison d’Ennour publie une traduction intégrale d’un commentaire du Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī intitulé Le Guide du Dévot qui chemine sur la Voie (2018) de ‘Abd al-Samī‘ al-Ābī al-Azharī28 (m.1917/1335). C’est durant la même période qu’est traduit pour la première fois le matn d’Ibn ‘Āshir. L’absence de traductions antérieures s’explique par le fait qu’il s’agisse d’un poème tandis que les autres mutūn ayant fait l’objet d’une traduction sont en prose. C’est le marocain Tarik Bengarai, imam et enseignant en sciences islamiques en France formé à la Rabita Mohammadia des Oulémas au Maroc, qui publie en 2010 aux éditions Iqra un ouvrage contenant une traduction et un commentaire des vers d’Ibn ‘Āshir sous le titre L’essentiel de la religion musulmane. Celui-ci est pensé comme un manuel que l’auteur imposera au programme de son Institut d’Enseignement des Sciences Islamiques de Paris (IESIP) créé en 2018 en région parisienne. L’ouvrage est largement augmenté par une multitude de chapitres introductifs aux sciences islamiques et autres annexes ayant vocation à présenter les « sectes égarées », l’« histoire du wahhabisme », ou encore à traiter des chapitres juridiques absents du matn (finance, mariage, sacrifice, etc.). Finalement, le propos du livre dépasse significativement la stricte étude du poème et des questions qu’il contient29 et vise à endiguer la diffusion du salafisme au sein de l’islam en France. L’ouvrage est soutenu et valorisé par le site internet Doctrine malikite30, initié par Tarik Bengaraï lui-même, qui offre un large accès à ses chapitres et vise à l’ériger en manuel de référence pour le malikisme en français sur la toile.

  • 31 Maison d’édition française spécialisée dans les livres en lien avec l’islam. Voir :https://albayyin (...)
  • 32 Institut exclusivement en ligne fondé en 2014 par Abdallah Penot, un des représentants du confréris (...)

17En 2016, les éditions al-Bayyinah31 publient à leur tour un premier recueil de quatre mutūn intitulé Série d’épîtres du fiqh malikite dans lequel figurent des traductions du Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī, du matn d’Ibn ‘Āshir, d’al-‘Ashmāwiyya et de la Muqaddima al-‘izziyyah. Toutefois, l’éditeur informe en introduction qu’il a été décidé « suite à des recommandations de savants malikites contemporains (…) de ne pas évoquer certains passages liés aux sujets du dogme et de la croyance, notamment l’introduction du Matn d’Ibn ‘Āshir par exemple » (2016, p.15). En effet, cette maison d’édition édite principalement des ouvrages d’auteurs de référence au sein du salafisme contemporain tels qu’Ibn ‘Abd al-Wahhāb (m.1792), al-Albānī (m.1999), ou al-Fawzān (1933-), ce qui explique cette traduction sélective du matn puisque l’auteur Ibn ‘Āshir s’inscrit au sein d’un référentiel concurrent qu’est le dogme ash‘arite. En effet, le salafisme, en tant que mouvement de prédication contemporain, s’est diffusé en rupture avec le madhhabisme et plus particulièrement vis-à-vis de l’ash‘arisme et du soufisme confrérique. Cette initiative de la part d’une telle maison d’édition révèle les logiques de réappropriation du matn en contexte francophone et notamment le profil des acteurs de sa diffusion. Il faudra attendre 2021 pour que paraisse la première traduction en français d’un commentaire de ce matn – al-Ḥabl al-matīn d’al-Marrākushī (m.1949) – traduit par le corps enseignant de l’Institut Asharite32. C’est donc dans le cadre de la dynamique globale actuelle de réactualisation du patrimoine malikite au sein de l’édition du livre islamique en France qu’apparaît pour la première fois le matn d’Ibn ‘Āshir sur la scène francophone. Ainsi, entrer par les pratiques d’éditions permet d’ores et déjà d’entrevoir les réappropriations différenciées concurrentes qui caractérisent les pratiques pédagogiques autour de ce matn.

Ethnographie de la transmission du matn d’Ibn ‘Āshir en contexte francophone

Apparition du matn en contexte francophone et expériences d’apprenants

  • 33 Y. J. Van Praet, Transmettre et être en quête du « ‘ilm » : ethnographie des modalités de transmiss (...)
  • 34 L’enquête ethnographie désigne une pratique de recueil de données impliquant l’insertion durable su (...)
  • 35 L’Association des Projets de Bienfaisance Islamiques en France (APBIF) est une structure française (...)
  • 36 Confrérie soufie créée au xiiie siècle qui connut un important essor au xxe siècle au Soudan, en Ég (...)
  • 37 Cours sur Ibn ‘Āshir de T. Bengaraï : voir YouTube https://www.youtube.com/watch ?v =JAFDAKfE6Oo

18C’est dans le cadre d’une enquête ethnographique sur les pratiques de transmission du savoir musulman à Rouen33 que j’ai rencontré le matn d’Ibn ‘Āshir. J’ai observé assidument de 2012 à 2017 les divers enseignements dispensés pour les adultes34. En 2014, une enseignante affiliée à l’APBIF35 initie pour la première fois l’étude du matn au sein de l’agglomération. Quelques mois plus tard, un imam égyptien, formé au Caire aux sciences islamiques et affilié à la confrérie burhāniyya36, adopte à son tour l’enseignement du matn. D’obédience shāfi‘ite, il est cependant convaincu que c’est l’enseignement malikite qui doit être dispensé en France en vertu de l’origine maghrébine de la majeure partie des musulmans vivant dans l’hexagone. L’imam égyptien agit en concertation avec Tarik Bengaraï, premier traducteur d’Ibn ‘Āshir en langue française, qui organise jusqu’en 2018 des cursus itinérants dans toute la France d’étude du matn d’Ibn ‘Āshir dont on trouve quelques extraits sur Youtube37.

  • 38 De multiples réformes depuis le début du xxe siècle en Égypte et au Maghreb et même après les indép (...)
  • 39 Propos recueilli auprès d’un primomigrant marocain dans une des mosquées de l’agglomération rouenna (...)

19L’observation ethnographique de ces enseignements a permis d’accéder à l’expérience phénoménologique de l’apprentissage de ce matn. J’ai été confronté à la découverte d’une modalité et d’un format spécifique de transmission comprenant la compréhension des termes du poème mais également la mémorisation des vers. Ce style didactique reste largement méconnu des musulmans nés en France lorsqu’il n’est pas déprécié parce que paraissant archaïque, et cela même de l’avis de certains primo-migrants38 qui n’hésitent pas à commenter : « Oh là là, laisse-ça dans les montagnes »39. Si la mémorisation est une activité largement investie par les publics francophones dès le plus jeune âge pour ce qui est du Coran, le matn versifié d’Ibn ‘Āshir ne correspond pas aux mêmes règles de lecture ni à la même rythmique. Ainsi l’apprenant francophone doit passer par une phase d’acculturation et procéder à une nouvelle socialisation à travers des pratiques de mémorisation qui lui sont inédites. Pour cela, il est désormais possible de s’appuyer sur un vaste choix d’enregistrements audio téléchargeables ou consultables sur YouTube qui proposent de multiples récitations du matn d’Ibn ‘Āshir. Cependant, dans l’ensemble des enseignements observés, rares sont les apprenants qui s’engagent à mémoriser les vers des mutūn, et plus rares encore sont ceux qui y parviennent. Créés pour faciliter la mémorisation et l’apprentissage au plus grand nombre, les mutūn semblent paradoxalement être l’affaire d’une élite. Conscient de cela, un jeune franco-tunisien étudiant à l’Université de Médine a entrepris une traduction du poème d’Ibn ‘Āshir en français et en alexandrin dont il a posté sur Facebook quelques vers le 9 février 2019. Voici les vers n° 10 et 11 portants sur la première obligation qui incombe à tout individu croyant responsable devant la Loi religieuse (mukallaf) selon l’école ash‘arite :

10 :« Le premier des devoirs imposé à tout être | Responsable pouvant réfléchir est connaître

11 :Allāh, Ses messagers, avec leurs attributs | Pour lesquels il a mis des preuves retenues. »

20Ou encore les vers n° 244 à 250 décrivant le rite du awāf lors du pèlerinage à la Mecque :

244 :« Approchant des maisons autour de la Kaaba | Stoppe la talbiya et tout acte et puis va

245 :Vers Al-Bayt, en rentrant par la porte « Salam » | Salue la pierre, dit « Allāh est grand », entame

246 :Sept tours autour d’Al-Bayt le laissant à ta gauche | Disant Allāh est grand, et embrassant la roche

247 :À chaque tour ainsi que l’angle yéménite | Mais juste avec la main s’obtiendra son mérite

248 :Si tu ne peux baiser la pierre touche-la | Mets ta main sur ta bouche et « takbir » tu diras

249 :Trotte les trois premiers tours et marche le reste | Puis prie à la station deux unités, sois leste

250 :Fais les vœux que tu veux au Multazam béni | Puis salue la pierre après que tu aies fini »

Phénomènes de transition doctrinale

21Les premiers enseignements du matn rencontrés dans cette agglomération de Normandie sont l’œuvre d’acteurs et d’actrices issus des courants soufis. Si une certaine coordination et des liens entre l’imam égyptien et Tarik Bengaraï peuvent être soulignés, les initiatives observées, tout en contribuant à la tendance globale du renouveau du madhhabisme en France, constituent des actions individuelles et spontanées. J’en tiens pour preuve l’enseignement d’un troisième acteur très étranger aux mouvances d’orientation soufie.

22Au printemps 2016, un imam et conférencier marocain, investi depuis le début des années 2000 au sein de l’agglomération rouennaise, initie à son tour l’étude du matn d’Ibn ‘Āshir à destination d’un groupe d’apprenants dans le cadre de son institut nouvellement créé. L’imam est venu en France pour étudier dans les années 1980 et s’est imposé comme un prédicateur incontournable à l’échelle locale grâce au déploiement d’un discours s’inscrivant dans le référentiel réformiste d’expression marocaine lié au mouvement al-Tawḥīd wa al-iṣlāḥ40. Ses positions ont toutefois évolué ces dernières années puisqu’il a entrepris une remise en cause de ses opinions religieuses notamment autour de la question de l’appartenance à une école juridique. Cette démarche de réaffiliation juridique l’a conduit à réconcilier malikisme et marocanité, désormais envisagés comme inextricablement liés. Cela doit être compris à la lumière de la politique religieuse marocaine et de l’émergence de nouveaux acteurs religieux malikites plus à même de répondre aux défis de l’ère communicationnelle (Van Praet, 2018). Pour enseigner le matn d’Ibn ‘Āshir, l’imam s’appuie sur une série de cours dispensés par le cheikh marocain al-Bashīr ‘Iṣām al-Marrākushī qui est intégralement disponible sur YouTube41, ainsi que sur le commentaire contemporain al-‘Arf al-nāshir d’orientation salafie, déjà évoqué.

23Ainsi, ces références didactiques constituent des ressources permettant une transition doctrinale soit totale, vers le madhhabisme à travers sa composante ash‘arite et soufie, soit de façon à maintenir une double appartenance jusque-là méconnue dans l’islam hexagonal. En effet, être salafi et malikite est désormais devenu une équation acceptable au prix d’une dissociation de plus en plus systématique entre le madhhabisme et l’ash‘arisme. C’est d’ailleurs une voie que plusieurs prédicateurs francophones ont suivie depuis 2018, désavouant leur appartenance au salafisme et affirmant leur adhésion au malikisme dans plusieurs entretiens filmés de mise au point42. Certains ont même changé de « nom de scène » comme l’a fait le prédicateur et imam de Brest Rachid Abou Houdhayfa devenu Rachid El Jay. Abondamment suivies sur les réseaux sociaux, leurs annonces risquent de susciter de nombreux parcours similaires. C’est donc bien au-delà des courants musulmans traditionnels soufis que le matn d’Ibn ‘Āshir trouve un contexte favorable à sa diffusion en France.

24Les trois enseignements évoqués se sont toutefois révélés éphémères pour de nombreuses raisons parmi lesquelles le manque d’assiduité des apprenants ou une maîtrise insuffisante de l’enseignant qui se réappropriait de façon autodidacte le texte et ses commentaires. Bien qu’incomplets, ces enseignements du matn d’Ibn ‘Āshir auront permis d’introduire et d’initier plusieurs groupes d’apprenants à un autre mode de transmission du savoir religieux et, par la même occasion, de susciter une attache ferme à l’école malikite. Marqués par cette réorientation pédagogique, les apprenants cherchent alors d’autres ressources pour entreprendre de façon plus aboutie l’apprentissage auquel ils ont été initiés. Face à l’insuffisance de l’offre d’enseignement islamique pouvant répondre à leurs nouvelles attentes à l’échelle locale, ils se tournent vers les instituts islamiques en ligne avec lesquels il faut désormais compter.

Émergence et systématisation de son enseignement au sein des structures francophones [2014-2020]

25En France, la naissance des structures de formation en sciences islamiques sous la forme d’instituts remonte à la période 1986-1993, avec la Madrassah fondée par le converti Ayyoub Lesueur en 1986, l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) créé en 1992, affilié à l’UOIF, ou encore l’Université Islamique de Paris et l’Institut al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris en 1993. C’est la phase des instituts pionniers principalement concentrés en région parisienne. La seconde phase est celle du développement des instituts-antennes dans les grandes métropoles de province : Lyon, Strasbourg et Lille. On observe, dès 2001, le déploiement de réseaux découlant principalement de l’IESH. La troisième phase estcelle du déploiement du e-learning. Cette voie a été initiée en 2004 par l’Institut Musulman d’Enseignement à Distance (IMED) mais le développement des instituts en ligne ne survient réellement qu’à partir de 2014. Depuis, de nombreux instituts en ligne ouvrent régulièrement leurs portes. Ces nouveaux acteurs s’inscrivent dans un socle didactique fondé sur un islam « madhhabique » et notamment malikite, constituant ainsi un terrain fertile pour l’enseignement du matn d’Ibn ‘Āshir. Dans ce contexte, on peut identifier trois cadres pédagogiques : les structures en e-learning, les structures en présentiel, et enfin les initiatives individuelles sur les réseaux sociaux.

  • 43 Confrérie qui s’est développée au xive siècle depuis le Maghreb avec pour imam éponyme Abū-l-Ḥassā (...)

26Pour le e-learning figure l’Institut Asharite créé en 2014 par Abdallah Dominique Penot, converti dans les années 1970 en Syrie et représentant de la confrérie shādhilite43 en France. À travers cette figure traditionnelle, l’Institut jouit d’une importante légitimité auprès du public musulman francophone attentif à l’authenticité de la chaîne initiatique (sanad) de maître à disciple. Située entre l’étude du Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī, et celle de la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Qayrawānī, le matn d’Ibn ‘Āshir est enseigné via son commentaire al-Ḥabl al-matīn (Le lien solide). L’enseignant pour cette matière est un converti âgé de 30 ans au parcours hybride, réalisé exclusivement en ligne. Il s’est formé en e-learning à l’IESH de Château-Chinon, à l’IMED et auprès d’Abdallah Serge Althaparro, fondateur de l’institut Al-Foulk en région parisienne, avant de s’orienter vers un enseignement à distance auprès des savants mourides de Touba au Sénégal et de tijanis de Nubbaghiyah en Mauritanie. Le matn d’Ibn ‘Āshir est également enseigné au sein de l’institut Imām al-Māzirī en ligne, créé en 2016, spécialisé dans un premier temps dans l’enseignement du fiqh et des usūl al-fiqh malikites. Son étude est proposée après celle du Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī, et est suivie par la Muqaddima al-‘izziyya. L’enseignant est un franco-tunisien d’une trentaine d’années, diplômé de l’Université de Riyad en uṣūl al-fiqh hanbalites. Son cursus universitaire est complété par un parcours de formation informel auprès des savants mauritaniens vivant à Riyad ainsi que d’autres savants malikites de la région d’al-Aḥsā’ dans l’est du royaume. Ces deux cas révèlent que des acteurs appartenant à une jeune génération d’enseignants émergeants se sont désormais approprié le matn d’Ibn ‘Āshir.

27En présentiel, on peut évoquer l’Institut Addani créé en 2017 en région parisienne dirigé par son fondateur Farid Ouyalize, un franco-marocain formé à l’IESH ayant mémorisé les dix lectures coraniques. Depuis son ouverture, l’institut propose un cursus en sciences islamiques comprenant un enseignement du fiqh selon le madhhab malikite au programme duquel on trouve le triptyque des mutūn de référence de l’école : le Mukhtaṣar d’al-Akhḍarī, le matn d’Ibn ‘Āshir et la Risāla d’al-Qayrawānī. L’enseignant chargé de dispenser cette matière a été formé au sein de l’association La Madrassah qui met son corps enseignant à la disposition des autres structures. Autre événement notable, Tarik Bengaraï a créé en 2018 l’Institut d’Enseignement Supérieur islamique de Paris44, une structure désormais installée sur trois sites : deux en région parisienne (Sevran et Paris-centre) et un à Dijon. L’enseignement du matn d’Ibn ‘Āshir constitue le support pédagogique central du cursus. Quant à l’agglomération rouennaise, le matn y est désormais dispensé depuis 2019 dans l’Institut Ihsan45 par de jeunes enseignants formés au sein des instituts en ligne Asharite et Imām al-Māzirī, ce qui révèle par ailleurs la capacité de ces nouvelles structures à former et à nourrir des dynamiques locales.

28Enfin, des initiatives individuelles apparaissent au cours de l’année 2019 en proposant l’enseignement du matn d’Ibn ‘Āshir gratuitement en ligne sur les réseaux sociaux. C’est le cas de la page Facebook de Nomad Muslim46 créée par Abdelmalik Léo Sinet, un converti à l’islam devenu tijani, et qui a étudié en Mauritanie. C’est également le cas de Muhammad Nadhir avec sa plateforme Dinulqayyimah47 diffusée via YouTube et Telegram. Ou encore, en 2020, d’un certain Walid qui propose, via la plateforme Au Service de l’islam, d’enseigner le commentaire de Mayyāra48. Ainsi, la diffusion de l’œuvre devient extrêmement accessible et totalement gratuite.

29Ainsi, depuis 2013, un réel engouement pour l’enseignement madhhabique se manifeste et dépasse le cas du malikisme puisque d’autres structures de e-learning ont émergé et offrent un enseignement spécialisé dans l’école hanafite, shāfi‘ite ou hanbalite49. On observe donc une mutation d’ensemble des approches didactiques au sein des formations francophones à l’islam. Ce développement s’appuie sur l’essor de l’édition en matière de traduction des mutūn puisque dans certains cas les enseignants publient eux-mêmes leur propre traduction après l’avoir enseignée. Le e-learning constitue ainsi une ressource bien plus importante, par sa portée, que les instituts proposant uniquement une offre en présentiel. Si le matn d’Ibn ‘Āshir s’impose progressivement dans l’enseignement islamique francophone, il fait toutefois l’objet de pratiques pédagogiques différenciées pouvant se traduire par une réelle conflictualité sur les réseaux sociaux.

Réappropriations concurrentielles d’un même socle madhhabique

30L’orientation ash‘arite des mutūn malikites n’est pas toujours explicite, mais Ibn ‘Āshir l’annonce dès l’introduction de son matn et on retrouve l’exposition ash‘arite classique des treize attributs divins rationnellement nécessaires et les argumentations permettant de les fonder en logique. Cet ancrage va dès lors impliquer des pratiques didactiques révélant une diversité de postures au sein du renouveau madhhabique.

  • 50 Le groupe Selon l’école malikite est l’un des trois groupes Facebook qui incarne le plus l’émergenc (...)
  • 51 Le post en question datant du 4 mars 2017 est désormais introuvable.
  • 52 Posture théologique que l’on pourrait appelée « textualiste » (Candiard, 2017) visant à accorder la (...)

31Une polémique a éclaté en mars 2017 dans le cadre d’un groupe Facebook nommé Selon l’école malikite50 qui traite des connaissances et informations relatives à cette école de jurisprudence. Lors d’un post dans lequel figurait un lien de téléchargement vers le matn d’Ibn ‘Āshir, un membre du groupe fit mention de l’existence d’une version dite « corrigée » par des érudits marocains, dont le cheikh al-Bashīr ‘Iṣām al-Marrākushī51. Dans cette version, certains vers avaient été modifiés afin de « suivre la croyance atharī52 » correspondant à une attitude littéraliste vis-à-vis des textes. Une partie des discutants au sein du groupe jugeaient l’initiative profitable :

« (…) Pour éviter d’apprendre des vers considérés comme erreur [qui s’inscrivent] dans le dogme ash‘arite alors qu’on préconise une ‘aqīda contraire. » Abd. B.

« (…) au moins les non-ash‘arites peuvent apprendre le matn sans toucher à leur ‘aqīda » Wah. W.

32À l’inverse, d’autres membres et parmi eux certains enseignants de l’institut al-Māzirī ne voyaient pas cela du même œil et réprouvaient ce qu’ils considéraient comme une falsification :

« Ceci n’est pas quelque chose à faire » M. Abd.

« On ne modifie pas un matn, on le commente. (…) Par respect pour l’auteur on laisse ses paroles comme elles sont et si on a un commentaire à faire on le fait » Moh. N.

« Il suffit juste de dire que l’auteur du matn est ash‘arite et qu’on ne commentera pas la partie ‘aqīda, fin. Pourquoi se prendre la tête à modifier le texte » B. C.

« Selon cette logique autant ne pas suivre ce madhhab » Rah. Al.

33On observe donc deux attitudes distinctes vis-à-vis de la façon d’aborder le matn. D’un côté, une attitude de rejet de l’ash‘arisme, prête à réadapter les textes malikites afin de se les approprier pleinement ; de l’autre, une attitude conciliatrice qui, malgré une certaine réserve, maintient le texte tel quel avec son identité ash‘arite au nom du respect dû à l’auteur, voire d’une forme de sacralisation du patrimoine. Celle-ci est toutefois également critiquée par les tenants d’une troisième posture qui, elle, affiche pleinement son ash‘arisme. Le dernier commentaire mentionné illustre bien cette troisième posture : « Selon cette logique, autant ne pas suivre ce madhhab ». Celui-ci suppose un rapport indissociable entre le malikisme et l’ash‘arisme, ce qui met à mal les autres orientations dogmatiques se réclamant du malikisme. Cette troisième posture s’exprime sur les réseaux sociaux via un autre groupe Facebook nommé Lesmalikites.fr (officiel)53 dont plusieurs administrateurs sont des étudiants de l’institut al-Ghazalī affilié à la Grande Mosquée de Paris. Les administrateurs de ce groupe jugeant « douteuse » la position doctrinale de ceux qui adoptent une posture « conciliatrice », ils n’hésitent pas à les décrire comme « un poison mortel indécelable au goût », « pas clair au niveau de leur croyance »54.

34Dans un autre groupe Facebook dédié à l’école shāfiʿite, le fondateur et enseignant de l’institut al-Māzirī explique qu’il est à même d’enseigner selon les deux orientations dogmatiques (ash‘arite et atharite) tout comme il se dit capable d’enseigner à la fois les fiqh malikite et hanbalite en respectant et en défendant les positions adoptées dans chacune des écoles. Malgré cela, les frontières intra-doctrinales sont réaffirmées par divers acteurs sur la toile nourrissant un climat de méfiance les uns envers les autres.

Conclusion

35Malgré les tensions internes, un socle commun madhhabique semble s’être constitué. Bien que pluriel, il est constitué des mêmes références et d’un rapport commun aux modalités de la transmission du savoir islamique. Des productions éditoriales aux pratiques pédagogiques, le socle madhhabique francophone est à l’image du matn d’Ibn ‘Āshir. Après avoir traversé les siècles, la Méditerranée et les frontières de la langue, après avoir essuyé la disqualification sociale de l’enseignement traditionnel, son statut d’emblème du malikisme se voit restaurer et son rôle dans la transmission, au prix il est vrai de tensions, fruits d’une pluralité de réappropriations permanentes, qui font du Murshid al-mu‘īn d’Ibn ‘Āshir un matn d’une vivacité étonnante. Le fait que cette pluralité d’acteurs autrefois totalement opposés partage et participe à construire un même socle madhhabique constitue un indice quant à sa pérennité et conduit à le considérer non pas comme un effet de mode éphémère, mais comme un phénomène non-négligeable pour la recherche sur l’islam contemporain. Ainsi il est réducteur de ne voir qu’une simple et pure stratégie d’évitement par des acteurs salafistes en proie à une mise au ban à la fois sociétale et intracommunautaire de leur doctrine. Les multiples mécanismes sous-jacents à l’élaboration d’un socle madhhabique francophone, exposés plus haut, invitent à nuancer ce discours réducteur. La francophonisation du patrimoine traditionnel à laquelle ce matn n’a pas échappé constitue un indice supplémentaire. Ainsi les apprenants pourront désormais mémoriser Ibn ‘Āshir en alexandrin alors que d’autres pourront se procurer des traductions commentées en français de mutūn notoires publiées par le cheikh Abdallah Althaparro. Doit-on y voir l’affirmation d’une dépendance voire d’une sacralisation vis-à-vis du patrimoine classique ? Ou bien est-ce là une étape nécessaire vers une production madhhabique francophone de première main à même d’assumer certains apports sur le plan didactique et doctrinal ? À ce titre, un autre acteur ayant étudié en Mauritanie a annoncé sur les réseaux sociaux avoir rédigé un matn de fiqh malikite directement en langue française qu’il projette d’enseigner en 2021 à la zāwiya tijanie d’Orsay en région parisienne. Une ambition qu’il n’est pas le seul à porter parmi cette génération d’enseignants émergeants.

Haut de page

Bibliographie

AL-ḤAJJĪ Muḥammad, 1976, al-haraka al-fikrī bi-l-maghrib fī ‘ahd al-sa‘diyyīn, Dar al-Maghrib.

AL-ḤAJWĪ Muḥammad, 1977, al-fikr al-sāmī fî tārîkh al-fiqh al-islāmī, Dar Al-Kutub al-‘ilmiyya.

AL-MAYYĀRA AL-FĀSĪ, 1662, al-Durr al-thamīn wa al-mawrid al-mu’īn, Dar Ibn Hazm.

AYADI Mohamed, 2004, « Entre islam et islamisme », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 36 | septembre 2004, mis en ligne le 11 avril 2012. URL : http://journals.openedition.org/ries/1507.

BASĪR Abdelmughīth, 2007, Al-faqīh ‘Abd al-Wāḥid b. ‘Āchir : ḥayātuh wa āthāruh al-fiqhiyya, Edition Bouregreg.

BELAL Youssef, 2011, Le cheikh et le calife : Sociologie religieuse de l’islam politique au Maroc, Lyon, ENS Éditions.

BOWEN John, 2011, L’islam à la française, Steinkis.

BUSINNA, Tawdīḥ al-dīn ‘alā al-Murshid al-mu’īn, Dar ibn Hazm.

CANDIARD Adrien, 2016, Comprendre l’islam – ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien, Flammarion.

EICKELMAN Dale F., 2007, “Madrasas in Morocco: Their Vanishing Public Role”, Muhammad Qasim Zaman, Robert W. Hefner (dir.), Schooling Islam: The Culture and Politics of Modern Muslim Education, 131–148, Princeton: Princeton University Press.

EL ASRI F, 2015, « Les enjeux de la formation islamique en Europe francophone », Histoire, monde et cultures religieuses, 36 (4), p.79-105.

FORTIER Corinne, 2003, « “Une pédagogie coranique” : Modes de transmission des savoirs islamiques (Mauritanie) », Cahiers d’études africaines, 169-170(1), p.235-260.

GANDIN Jehanne-Marie, 1970, « La remise de Larache aux Espagnols en 1610 » Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 7, p. 71-92.

GARCIA-ARENAL Mercedes, 1990, « Sainteté et pouvoir dynastique au Maroc : la résistance de Fès aux Sa’diens », Annales. Economies, sociétés, civilisations, n°4, 45e année, p. 1019-1042.

IBN AHMAD AL-ADŪZĪ, 1789, ‘Umda al-Tālibīn, Al-Maktaba al-‘Asriyyah.

IBN MAAMAR Muhammad, 2003, « L’affaire de Laarache entre avidité politique et pressions des érudits (1610 ap. J-C.), Insaniyat, [En ligne], 19-20 | 2003, mis en ligne le 30 aout 2012. https://doi.org/10.4000/insaniyat.6070.

IBN ‘UMAR AL-SŪSĪ, 2015, Sabīl at-ta’affuf.

ID YASSINE Rachid, 2016, Religiosités musulmanes dans le monde francophone, Karthala.

MERVIN Sabrina, 2000, Histoire de l’islam : Fondements et doctrines, Flammarion.

PIERRET Thomas, 2015, Baas et Islam en Syrie ; la dynastie Assad face aux oulémas, PUF.

VAN PRAET Younes Johan, 2018, « L’émergence de l’islam « traditionnel » au sein du cyber espace francophone musulman. Processus de sélection, traduction et réception de deux savants malikites. », Revue RS&A, 49 (1), UCLouvain.

VOGEL Frank, 1993, “Islamic Law and Legal System: Studies of Saudi Arabia”, Thèse, Université de Harvard.

WAINSCOTT Ann Mary, 2017, Moroccan Islam in the Twenty-First Century, in Bureaucratizing Islam: Morocco and the War on Terror, Cambridge: Cambridge University Press, 2017, p. 70–96.

ZEGHAL Malika, 2006, « Les réformes de l’université d’al-Azhar en Égypte : une entreprise de sécularisation ? », in Pierre-Jean Luizard éd., Le choc colonial et l’islam, La Découverte, p.533-546.

Haut de page

Notes

1 Cette publication est le résultat d’une recherche effectuée dans le cadre du programme ANRILM« L’enseignement de l’islam au Maroc (xviiie-xxie siècles) » (ANR-16-CE27-0015).

2 Le terme matn (littéralement : texte) désigne une épitre didactique pouvant être en vers ou en prose et dont la densité implique généralement le recours à un commentaire (shar).

3 Notion tirée du terme arabe « madhhab » désignant une école de pensée et plus particulièrement dans ce contexte une des écoles de droit musulman. La notion de « madhhabisme » est empruntée à T. Pierret (2009) qui l’utilise comme désignant une typologie d’acteurs religieux de l’islam classique ou traditionnel d’orientation ash‘arite, soufie, affiliés à une école juridique. Pour ma part, je l’utilise dans une acception plus large qui renvoie davantage à une façon de concevoir la transmission (type de supports, chaîne de transmission, affiliation à une école juridique), indépendamment de l’orientation doctrinale ce qui suppose un rapport spécifique au patrimoine ainsi que des pratiques didactiques spécifiques.

4 Y. J. Van Praet, Transmettre et être en quête du « ‘ilm » : ethnographie des modalités de transmission des savoirs islamiques dans l’agglomération rouennaise, Thèse inédite, soutenue le 14 mars 2019 à Rouen.

5 Ce constat est confirmé par de récents travaux, quant aux autres sources elles portent principalement sur la dynastie saadienne (Baṣīr, 2007).

6 Il s’agit de Khalīl Ibn Isḥāq al-Jundī, un savant malikite égyptien du viiie siècle hégirien connu pour être l’auteur du Mukhtaṣar, dont la vocation est de mentionner l’avis officiel de l’école (mashhūr) sur l’ensemble des questions existantes. Avec ses commentaires, cela représente l’aboutissement de l’étude du fiqh malikite.

7 Sanûsî (m.1490) est un savant maghrébin qui s’est notamment distingué par diverses épîtres didactiques consacrées à la ‘aqīda ash‘arite allant jusqu’à proposer une grande variété de formats du plus succinct au plus prolixe.

8 Figure majeure du soufisme classique (ixe-xe/iiie siècle) à Bagdad.

9 Courant de théologie scholastique fondé par Abū-l-Ḥasan al-Ash‘arî (873-935).

10 Souvenirs d’enfance d’un tunisien autour de l’apprentissage de ce matn : Muhammad al-Ḥabīb al-Salāmī, (2002) « Ibn ‘Ashir un savant maghrébin qui a rapproché les tunisiens du fiqh de l’imam Mālik », Revue Da‘wat al-ḥaqq n° 366. Consultable ici : http://alantologia.com/blogs/17715/

11 Il s’agit de ‘Abdal-Raḥmān al-Akhḍarī, un savant malikite du xvie/xe siècle originaire de la région de Biskra dans l’actuelle Algérie. Il est également connu pour son œuvre al-Sullam en logique.

12 L’auteur est ‘Abd al-Bārī al-‘Ashmāwī, un savant malikite égyptien du xvie/xe siècle originaire du Caire.

13 L’auteur est Abū al- al-Ḥassān al-Shādhilī, un savant malikite égyptien du xvie/ixe siècle, disciple d’al-Suyūṭī, on lui doit plusieurs commentaires sur la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Qayrawānī (m.996/386) entre autres.

14 L’auteur est Yaḥyā al-Qurṭūbī (m.1172/567), un savant malikite andalou du xiie/vie siècle, à ne pas confondre avec l’exégète ou encore le commentateur du recueil de Muslim qui sont du viie siècle hégirien. Quant aux témoignages historiques attestant de son enseignement massif, lire l’introduction du commentaire d’Aḥmad Zarrūq, al-Jawhara al-maḍiyya ḥall al-alfāẓ al-qurṭūbiyya ed. Dār al-Imām Ibn ‘Arafa, édité en 2012.

15 Dans d’autres contextes, comme le monde turc ḥanafite, la production d’ouvrage explicitant les arguments détaillés sur lesquels s’appuie l’école hanafite dans ses avis juridiques est une habitude mieux ancrée.

16  Principe selon lequel tout musulman « est obligé d’examiner la preuve des opinions juridiques dans la mesure de ses capacités, et d’adopter cette opinion pour laquelle la preuve lui semble plus forte » (Vogel, 1993 : 170).

17 Préfacé notamment par le savant d’al-Qarawiyyīn Muḥammad al-Tāwīl (m.2015).

18 Préfacé par le mauritanien Muḥammad al-Ḥasan Ould Dedew (Van Praet, 2018) ainsi que le saoudien actuellement incarcéré Salman al-‘Awdah.

19 On peut également ajouter un troisième commentaire peu connu relevant de ce type, celui de Muḥammadhin al-Shanqītī (2017), Mawāhib al-‘aẓīm min adillat Ibn ‘Āchir, 175p. Téléchargeable : http://mohameden-oubeid.blogspot.com/2017/08/blog-post.html

20 Le site officiel du ministère communique de façon détaillée les objectifs de cet effort de réédition :« al-ta’līm al-madrasī al-‘atīq :idār thamāniya kutub madrasiyya mawād al-‘ulūm al-char’iyya ».Voir :http://www.habous.gov.ma.

21 Également sur le site officiel du ministère :« Idār al-fiqh min manẓūma ibn ‘Āchir bi-charḥ Mayyāra al-Fāsī li-l-sana al-khāmisa min ta’līm al-ibtidā’ī ». Voir : http://www.habous.gov.ma.

22 Celui-ci a soutenu en 2015 une thèse à l’EPHE sous la direction de Pierre Lory sur la confrérie darqawiya et notamment la branche marocaine baṣīriyya à laquelle il est affilié. Il a lui-même mémorisé les textes tel que celui d’Ibn ‘Āshir durant son enfance au sein de la Madrasa Sīdī Ibrāhīm Baṣīr au Maroc.

23 Propos recueillis lors de l’observation de la première session de recrutement qui s’est tenue en février 2015 à Paris

24 Information rapportée par des étudiants lors de plusieurs entretiens réalisés en 2016, 2017 et 2020.

25 Léon Bercher a également traduit partiellement le matn d’uṣûl al-fiqh d’al-Juwayni intitulé Al-Waraqāt avec son commentaire par al-Ḥaṭṭāb connu sous le titre de Qurra al-‘ayn.

26 Maison d’édition française créée en 1984 spécialisée dans l’édition, la vente et la distribution de livres en lien avec l’islam.

27 Institut de formation à l’islam créé en 2013 par Abdallah Serge Althaparro dans la région parisienne sur le modèle de la madrasa mauritanienne.

28 Il s’agit d’un savant malikite du xxe siècle grégorien qui a produit des commentaires particulièrement courts et accessibles sur de nombreux mutūn du fiqh malikite. Malgré son caractère tardif, on ne sait pratiquement rien à son sujet.

29 Sur environ 500 pages, on peut évaluer à près de 170 le nombre de pages ne concernant pas l’étude du matn.

30 Voir :https://www.doctrine-malikite.fr/

31 Maison d’édition française spécialisée dans les livres en lien avec l’islam. Voir :https://albayyinah.fr/

32 Institut exclusivement en ligne fondé en 2014 par Abdallah Penot, un des représentants du confrérisme soufien France.

33 Y. J. Van Praet, Transmettre et être en quête du « ‘ilm » : ethnographie des modalités de transmission des savoirs islamiques dans l’agglomération rouennaise, Thèse inédite, soutenue le 14 mars 2019 à Rouen.

34 L’enquête ethnographie désigne une pratique de recueil de données impliquant l’insertion durable sur le terrain de sorte que le chercheur puisse accéder aux situations ordinaires telles qu’elles sont vécues par les enquêtés (Céfaï, 2010).

35 L’Association des Projets de Bienfaisance Islamiques en France (APBIF) est une structure française de la mouvance Aḥbāch qui se caractérise par une orientation soufie et ash‘arite

36 Confrérie soufie créée au xiiie siècle qui connut un important essor au xxe siècle au Soudan, en Égypte, et enfin en Europe.

37 Cours sur Ibn ‘Āshir de T. Bengaraï : voir YouTube https://www.youtube.com/watch ?v =JAFDAKfE6Oo

38 De multiples réformes depuis le début du xxe siècle en Égypte et au Maghreb et même après les indépendances ont consisté en une refonte des supports de l’enseignement traditionnel visant à simplifier l’accès aux textes étudiés et conduisant par la même occasion à désacraliser les modalités de transmission(cf. M. Zeghal, 2006).

39 Propos recueilli auprès d’un primomigrant marocain dans une des mosquées de l’agglomération rouennaise.

40 Mouvement islamiste marocain initié par Abdelilah Benkirane dans les années 1980 (Belal, 2011).

41  Série de cours d’al-Marrākushī sur le matn d’Ibn ‘Āchir :https://www.youtube.com/playlist ?list =PLB1u8z2WoO6bCiCZAtkn_R79SGk4shBD0

42 À titre d’exemple, vidéo de Nader Abou Anas publiée le 7 juin 2018 sur YouTube :https://www.youtube.com/watch ?v =ajT0XcwCEOw&t =6s

43 Confrérie qui s’est développée au xive siècle depuis le Maghreb avec pour imam éponyme Abū-l-Ḥassān al-Shādhilî (1197-1258). En France, René Guénon en fut un adepte majeur au xxe siècle.

44 La page Facebook de l’IESIP :https://www.facebook.com/IESIP/.

45 Site de l’Institut Ihsan de Rouen :https://www.institut-ihsan.org/.

46 Site NomadMuslim : http://nomadmuslim.fr/qui-suis-je.

47 Série de cours sur ce matn diffusés sur la chaîne Youtube Dinulqayyimah :https://www.youtube.com/playlist ?list =PLYx_wnWzl_lhEsqUVTVh_eLJeKTpSYKTu.

48 Annonce du cours sur la page Au Service de l’Islam :https://auservicedelislam.com/2020/03/19/ouverture-de-cours-gratuits-sur-le-matn-dibn-ashir-commente-par-limam-mayyarah/.

49 L’institut Abu Hanifa, [http://institut-abuhanifa.fr/] créé en 2015 et qui a réalisé un partenariat avec l’institut Asharite, l’institut Maziri créé en 2016 [https://moodle.imam-maziri.com/], l’institut Shafi’i créé en 2017 [http://institut-shafii.com/].

Pour le fiqh hanbalite, on trouve également son enseignement via une chaîne Youtube gérée par un certain Deniz Ibn Orhan qui tenait également un blog sur le même thème, il semble toutefois avoir cessé ses activités depuis.

50 Le groupe Selon l’école malikite est l’un des trois groupes Facebook qui incarne le plus l’émergence d’une tendance malikite francophone. Celui-ci réunit plus de 1500 membres au 25 juin 2018. URL :https://www.facebook.com/groups/1145659402168998/ ?ref =group_header

51 Le post en question datant du 4 mars 2017 est désormais introuvable.

52 Posture théologique que l’on pourrait appelée « textualiste » (Candiard, 2017) visant à accorder la prévalence au sens apparent des textes, se distinguant par cela de l’approche scholastique notamment ash‘arite. Littéralement, « athar » signifie « trace » et est parfois synonyme de hadiths.

53 Lien vers le groupe Facebook Les Mālikites.fr :https://www.facebook.com/groups/lesmalikites.fr/

54 Lien vers le post polémique :https://www.facebook.com/groups/lesmalikites.fr/ ?multi_permalinks =1822555711328789&notif_t =group_highlights&notif_id =1485115590445995

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Younes Johan Van Praet, « Pérégrinations du matn d’Ibn ‘Āshir (xviisiècle) : renouveau et réappropriations concurrentielles du malikisme au sein de l’enseignement islamique francophone »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 150 | 2021, 63-82.

Référence électronique

Younes Johan Van Praet, « Pérégrinations du matn d’Ibn ‘Āshir (xviisiècle) : renouveau et réappropriations concurrentielles du malikisme au sein de l’enseignement islamique francophone »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/16938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.16938

Haut de page

Auteur

Younes Johan Van Praet

IRD, Aix-Marseille Univ, Marseille, France & CISMOC Université Catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search