Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEMatérialités : du texte à l'objetCopistes et lecteurs du Dalā’il a...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE
Matérialités : du texte à l'objet

Copistes et lecteurs du Dalā’il al-khayrāt dans le Maroc prémoderne (xviiie-xixe siècles)

Copyists and Readers of the Dalā’il al-khayrāt in Premodern Morocco (18th and 19th centuries)
التوصيف المادي: من النص إلى الشكل نساخ "دلائل الخيرات" وقراؤه في مغرب ما قبل الحداثة (القرنين الثامن عشر والتاسع عشر)
Hiba Abid
p. 83-108

Résumés

Au Maroc, la littérature dévotionnelle consacrée au Prophète a été très prolifique, particulièrement dans la première moitié du viiie/xive siècle, et préfigure le succès fulgurant dont fera l’objet le livre de prières sur le Prophète, Dalā’il al-khayrāt composé au siècle suivant par Muḥammad b. Sulaymān al-Jazūlī (m. 869/1465). Ce mystique marocain, fondateur de l’ordre soufi jazūlite, joua un rôle crucial dans la vie religieuse du Maroc en plaçant la prière sur le Prophète au cœur de la spiritualité. Cet article entend questionner les manifestations pratiques du soufisme marocain prémoderne au moyen d’une étude codicologique des manuscrits du Dalā’il produits au Maroc du xiie/xviiie à la fin du xiiie/xixe siècles. Comment le livre s’est-il fait le médiateur de la doctrine jazūlite, depuis sa circulation dans le strict cadre des zāwiya-s, à sa diffusion parmi les différentes couches de la société ? Par quels dispositifs graphiques et ornementaux les acteurs de cette transmission, soit les concepteurs des manuscrits, assurent-ils la lecture du texte, sa mémorisation et son interprétation par ses usagers ? Comment ceux-ci s’approprient-ils et personnalisent-ils le texte, par-delà la doctrine.

Haut de page

Texte intégral

1Paru dans la seconde moitié du viie/xve siècle, le Dalā’il al-khayrāt est un recueil de prières et d’invocations du Prophète Muḥammad composé par le mystique marocain, Muḥammad b. Sulaymān al-Jazūlī (m. 869/1465). Il est devenu un ouvrage majeur de la littérature dévotionnelle au Maroc, où il est encore imprimé, lu et récité de nos jours. Le texte met l’accent sur la taṣliya, ou l’appel de grâce sur le Prophète (ṣallā Allāhu ‘alayhi wa sallam), considérée comme l’élément essentiel du salut et de la dévotion populaires, dont l’importance est mentionnée dans plusieurs hadiths (Padwick, 1996 : 154).

  • 1 L’approche inédite choisie pour aborder la dévotion au Prophète au Maroc dans cet article, a été él (...)
  • 2 Les manuscrits choisis pour cette étude proviennent de la Bibliothèque royale al-Ḥasaniya et la Bib (...)

2Si la littérature scientifique s’est saisie de cet ouvrage en particulier et, plus largement, de la dévotion consacrée à Muḥammad au Maroc, elle s’est jusqu’à présent essentiellement penchée sur leurs aspects historiques et doctrinaux. Cet article entend apporter une dimension nouvelle aux travaux menés par les islamologues (Hamidoune, 2012 ; Vimercati Sanseverino, 2014), les historiens (Schimmel, 1975, 1985 ; Cornell, 1998 ; Meier, 1999 ; Katz, 2007 et Addas, 2015) et les anthropologues sur la vie religieuse au Maroc (Geertz, 1968 et Eickelman, 1976) en questionnant cette fois-ci les manifestations pratiques du soufisme marocain à la fin de l’époque prémoderne (xiiie/xviiie-xiiie/xixe siècles) par l’examen matériel des copies manuscrites du Dalā’il1. Sous cet angle, le livre manuscrit offre un point d’entrée inestimable pour sonder la manière dont les concepteurs du livre, principalement les copistes et enlumineurs, se font les garants de la transmission de ce texte fondamental de l’histoire religieuse du Maroc. Dans le cas précis du Dalā’il, les copies manuscrites laissent également apparaître les traces des usages et des manipulations du livre, révélant des pratiques de lecture savante, ou des adaptations à des usages individuels spécifiques dépassant la vocation initiale du texte. Les dix exemplaires du texte rassemblés pour cette étude ont été produits entre le xiie/xviiie et la fin du xiiie/xive siècles au Maroc, provenant essentiellement des collections manuscrites marocaines et de quelques bibliothèques européennes2. Appréhendés depuis l’angle privilégié de la codicologie, les manuscrits ont été soumis à l’examen des modalités de mise en page du texte, de la mise par écrit des prières et des formes des structures ornementales jointes au texte en même temps que leur topologie dans le livre. L’intervention des usagers des livres a également été examinée par le relevé et le déchiffrement des notes marginales et des données historiques contenues dans leurs colophons.

3En dernier lieu, il conviendra de se pencher sur les conséquences de l’émergence des progrès technologiques dès le xiie/xviiie siècle, soit la lithographie et l’imprimerie, sur la production du livre et sa réception dans le Maroc contemporain.

Un livre de prières à succès dans le Maroc de la première modernité

  • 3 Une copie de ce texte de la main d’Abū Zayd ‘Abd al-Raḥmān al-Maqūdī est aujourd’hui conservée à la (...)
  • 4 Al-Manūnī, 1979 : 271-278.
  • 5 L’auteur cite, par exemple, Tasmīṭ qaṣīdat al-Burda de Muḥammad b. Yaḥyā al-Ghassānīal-Miknāssī (82 (...)

4Le Dalā’il al-khayrāt appartient à un genre littéraire de dévotion consacré au Prophète Muḥammad déjà connu au Maroc. Selon Annemarie Schimmel (1985 : 188), l’Occident musulman a produit une littérature dévote très prolifique, constituée d’eulogies poétiques et de prières en l’honneur du Prophète, particulièrement dans le Maghrib al-Aqṣā où ces textes se sont déclinés dès la première moitié du viiie/xive siècle, à travers des genres très divers (al-Manūnī, 1979 : 271-8). C’est le cas notamment d’un recueil d’invocations, présentant des similitudes avec le Dalā’il, la Maqṣūra nabawiyya ‘alā madḥ khayr al-bariyya (« Le sanctuaire prophétique pour la prière sur le meilleur de l’humanité »), composé par Abū Zayd al-Maqūdī (m. 807/1404-5) vers la fin du viiie/xive siècle3. À la même période, la poésie dédiée au Prophète, louant ses qualités et les miracles qu’il a accomplis, se développe et est mise à l’honneur à l’occasion du Mawlid, célébration de sa naissance4. Dans la seconde moitié du viiie/xive siècle, les commentaires de l’illustre poème al-Burda, composé par le soufi égyptien Sharaf al-Dīn al-Buṣīrī (m. 697/1298)5, se multiplient au Maroc, particulièrement dans la région des Dukkāla, où nous savons qu’al-Jazūlī a séjourné. C’est dans ce contexte propice qu’émerge le texte du Dalā’il al-khayrāt près d’un siècle plus tard.

  • 6 C’est ainsi que nous le rapporte le juriste et biographe soudanais Aḥmad Bābā al-Sūdānī (963- (...)
  • 7 Le ribāṭ de Tīṭ-n-Fiṭr se trouve à quelques kilomètres au sud de la ville al-Jadīda dans la région (...)
  • 8 Cette version est appuyée par Muḥammad al-Mahdī al-Fāsī dans le Mumti’ al-‘Asmā‘ (trad. 1913 : 28 (...)
  • 9 Al-ṭā’ifa al-Ṣanhājiyya repose sur une doctrine considérée comme une version rurale de la Shādhiliy (...)

5Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sulaymān al-Jazūlī al-Simlālī est né dans les dernières années du viiie/xive siècle à Tānkarat, un village du Sūs, situé dans le sud-ouest marocain. Il quitte plus tard sa région natale pour mener ses études d’abord à Marrakech, ensuite à Fès, où il occupe l’une des cellules de la madrasa al-Saffārīn. Pendant son séjour, les sources dépeignent al-Jazūlī comme un véritable savant, s’adonnant à l’étude et à l’apprentissage par cœur des plus illustres ouvrages de la bibliothèque al-Qarawiyyīn, située à proximité de la madrasa6. Peu de temps avant l’année 841/1437, il séjourne au ribāṭ de Tīṭ-n-Fiṭr7 où il suit les enseignements de son maître Abū ‘Abdallāh Muḥammad Āmghār al-Ṣaghīr8, cheikh de l’ordre soufi al-Ṣanhājiyya9. Il est possible qu’al-Jazūlī ait ensuite participé au jihad contre les Portugais, à Tanger, en 841/1437, aux côtés des Banū Amghār, une puissante famille de saints connue pour son engagement guerrier contre l’envahisseur portugais (Cornell, 1998 : 173). À partir de 842/1438, la vie d’al-Jazūlī présente plusieurs zones d’ombre. Les sources rapportent son départ du ribāṭ à la mort de son maître vers 850/1446 et son voyage en Orient où il aurait passé près de sept années (Jallāb, 2008 : 21). À cette occasion, il effectue son pèlerinage à la Mecque et visite la tombe du Prophète située dans la mosquée de Médine (Ibn al-Muwaqqit, al-Sa’āda : 141). Selon les mêmes sources, le saint se rend chaque matin devant la chambre funéraire du Prophète (ḥujra) pour y lire des litanies, effectuer des invocations et réciter le Coran.

  • 10 Il émet ces remarques à propos de la région de Hāhā et des villes de la côte atlantique, particuliè (...)
  • 11 Cornell, 1998 : 166.

6C’est à son retour au Maroc en 857/1453 qu’il compose le Dalā’il al-khayrāt. Dans les années qui ont suivi et jusqu’à sa mort en 869/1465, le saint répand la doctrine jazūlite dans l’ensemble du royaume, essentiellement dans le Sud marocain et gagne rapidement en popularité, tandis que des milliers d’adeptes s’affilient à sa Voie. Al-Jazūlī assoit en effet sa légitimité et son autorité autour de deux concepts : d’une part, sa sainteté, à travers sa descendance prophétique, et, d’autre part, sa chaîne spirituelle (silsila), la suite des maîtres qui l’ont initié à la mystique, eux-mêmes descendants du Prophète (Cornell, 1992 : 203 ; Beck, 1989 : 213). Inquiet de la perte des valeurs traditionnelles islamiques, conséquences de l’occupation portugaise des villes côtières marocaines10 et du laxisme des oulémas proches du gouvernement11, al-Jazūlī place le Prophète au centre de la spiritualité et de la pratique des musulmans. Le texte du Dalā’il al-khayrāt s’inscrit donc au cœur de ce projet par l’importance qu’il accorde à la taṣliya, la prière sur le Prophète.

  • 12 Cette thèse est également celle du soufi jazūlite Aḥmad b. Abī’l Qāsim aṣ-Ṣumā‘ī qui situe la rédac (...)

7Plusieurs récits relatent les circonstances de la rédaction du Dalā’il al-khayrāt sans toutefois s’accorder sur la date précise de sa copie. L’hagiographe d’al-Jazūlī, Muḥammad al-‘Arabī al-Fāsī (m. 1052/1642) suppose que l’auteur aurait rédigé son texte à Fès, avant son départ pour l’Orient (Al-Fāsī, Mumti‘ : 20)12. Al-Fāsīrapporte alors le récit de la rencontre mystérieuse du saint avec une fillette qui lui expliqua ses actes miraculeux par la fréquence des prières qu’elle récitait continuellement sur le Prophète. Le saint jure dès lors qu’il rédigerait un livre sur les vertus de la prière sur le Prophète (al-Fāsī, Mumti‘ : 20-1).

  • 13 Cette version est évoquée dans le Mir’āt al-maḥāsin min akhbār al-shaykh Abī al-Maḥāsin, rapportée (...)
  • 14 La copie conservée à la bibliothèque Ben Yūsuf de Marrakech porte la cote 377/1. Selon l’explicit d (...)

8Si Muḥammad al-Fāsī situe la rédaction du livre dans les années qui précèdent le séjour d’al-Jazūlī à Tīṭ-n-Fiṭr, Vincent J. Cornell est plutôt d’avis qu’un texte aussi influent que le Dalā’il n’a pu être composé qu’après l’initiation du saint à la Ṣanhājiyya13. Selon lui, celui-ci aurait entamé la compilation des prières du Dalā’il à son retour d’Orient en 857/1453. Il aurait ensuite relu et corrigé son texte tout au long des années pendant lesquelles il formait l’ordre jazūlite avant d’en remettre une version définitive à son disciple, Muḥammad al-Ṣughayyir al-Sahlī (m. 917/1511-12) (Cornell, 1998 : 177). Si Vincent J. Cornell avance la date de 862/1457-8 en s’appuyant sur l’explicit du facsimilé non daté de la copie autographe, le manuscrit 377/1 conservé à la bibliothèque Ben Yūsuf à Marrakech (Cornell, 1998 : 177), la consultation de cette copie ne nous permet pas de confirmer son affirmation (fig. 1)14.

Fig. 1 : Ms 377/1 ; 25 x 19 cm, copie dite autographe « al-nuskha al-sahliyya », copiée vers la deuxième moitié du xiiie/xixe siècle.

Fig. 1 : Ms 377/1 ; 25 x 19 cm, copie dite autographe « al-nuskha al-sahliyya », copiée vers la deuxième moitié du xiiie/xixe siècle.

© Maroc, Marrakech, Bibliothèque Bin Yūsuf.

  • 15 Comme nous l’apprend Vincent J. Cornell, le soufi yéménite Muḥammad al-Murtaḍā al-Zābidī (m. 1209/1 (...)
  • 16 Cornell, 1998 : 175-6.

9La possibilité selon laquelle la rédaction du bréviaire ait été postérieure au voyage en Orient est confortée par des sources historiques selon lesquelles al-Jazūlī se serait inspiré de textes orientaux lus pendant son séjour15. Aussi, l’une des prières de la litanie du mercredi du Dalā’il présente des similitudes manifestes avec des invocations émanant du milieu soufi oriental qādirī, avec lesquelles le saint marocain aurait été au contact pendant son séjour cairote, à la « mosquée des saints Qādirī ». Cette prière reprend en effet mot à mot la Ṣalāt al-ṣughrā (la Petite prière) consacrée au Prophète, composée par ‘Abd al-Qādir al-Jilānī (m. 563/1166)16.

  • 17 Dans ce passage, al-Jazūlī désigne la chambre funéraire de Médine par le terme « al-rawḍa » (lit. (...)
  • 18 ‘Urwah ibn Zubayr (23/643-93/711 ou 94/712) traditionniste originaire de Médine, est l’un des Sept (...)
  • 19 Pour un exposé détaillé sur les circonstances de l’apparition de l’image de la tombe du Prophète da (...)
  • 20 Cette copie, aujourd’hui perdue, est communément appelée al-nuskha al-Sahliyya en référence au disc (...)

10Le bréviaire commence par une prière d’introduction dans laquelle l’auteur explique l’importance de la taṣliya, moyen par excellence assurant une relation privilégiée avec le Prophète et l’accès à la présence divine dont Muḥammad se fait l’intermédiaire. L’introduction est suivie du chapitre « Bienfaits de la prière sur le Prophète » (Faṣl fī faḍl al-ṣalat ‘alā al-Nabī), après quoi sont énoncés les deux cent un noms du Prophète (asmā’ sayyidina wa mawlāna Muḥammad). Cette section laisse immédiatement place à la description de la chambre funéraire du Prophète dans la mosquée de Médine (Ṣifat al-rawḍa al-mubāraka)17 selon le hadith du traditioniste ‘Urwah b. Zubayr18. Le passage est à l’origine de l’insertion d’un dessin schématique illustrant le tombeau du Prophète et de ses Compagnons, les califes Abū Bakr et ‘Umar19. Le troisième chapitre des « Modalités de la prière sur le Prophète » (Kayfiyyat al-Ṣalāt ‘alā al-Nabī) est le corps central du texte formé des 437 prières divisées en quarts (rub‘-s), en tiers (thulth-s) et en deux moitiés (niṣf-s). Établie dans la copie autographe20 pour faciliter la mémorisation du bréviaire par le lecteur (Jallāb, 2008 : 79), cette forme de division est systématiquement en usage dans les manuscrits marocains du Dalā’il. Toutefois, plusieurs ouvrages font également apparaître, parallèlement à la précédente, une deuxième forme de division en huit aḥzāb (pl. ḥizb), destinés à être lus chaque jour de la semaine et deux fois le lundi. Enfin, une courte prière (Du‘ā al-khitām) vient clore le texte.

11Peu de temps après la disparition d’al-Jazūlī, ses disciples commencent à organiser l’ordre jazūli en diffusant la ṭarīqa à travers le royaume, par l’enseignement et l’établissement de zāwiya-s (al-Fāsī, Mumti‘ : 18). Ils parcourent les villes côtières du Maroc jusqu’à Tlemcen, à l’est, et s’installent principalement en milieu rural où ils participent à la sédentarisation, l’éducation et l’endoctrinement religieux des tribus arabes nomades (Cornell, 1992 : 207-8).

  • 21 Il est par ailleurs l’un des sept patrons (sab‘atu rijāl) de la ville de Marrakech.

12Parmi ses successeurs les plus notables, le cheikh de la deuxième génération de la Jazūliyya Abū Fāris ‘Abd al-‘Azīz al-Ḥarrār, dit « al-Tabbā‘ » (m. 914/1508-9)21 fonde la première zāwiya jazūlite urbaine à Marrakech en 880/1475 vers laquelle affluent des disciples de tous les coins du royaume (« Aqbala al-nāsu ilayhi min kulli makānin ») (Al-Fāsī, Mumti‘ : 53). Al-Tabbā‘ enseigne ensuite la ṭarīqa à de nouveaux disciples à Fès, dans la madrasa al-‘Aṭṭārīn, et dirige des lectures collectives du Dalāil al-khayrāt (Cornell, 1992 : 210). C’est à cette période que s’instaure la lecture du Dalāil comme pratique inhérente à la Voie jazūlite, transmise de maître à disciple. D’après le Mir’āt al-Maḥāsin de Muḥammad al-‘Arabī b. Yūsuf al-Fāsī al-Fihrī (m. 1052/1642-3), le bréviaire devient un classique du répertoire des zāwiya-s jazūlites de Fès tout au long du xe/xvie siècle, récité collectivement à voix haute (al-Fāsī, Mir’āt : 178-207). L’affirmation progressive de la lecture du Dalā’il al-khayrāt dans la pratique dévotionnelle des zāwiya-s participe dès lors activement à la diffusion de ces textes en dehors du cadre strictement initiatique au sein du réseau jazūlite, implanté alors principalement à Fès et dans les zones rurales (Vimercati Sanseverino, 2014 : 291). C’est par ce biais que la vénération du Prophète et des pratiques qui lui sont liées imprègnent la vie religieuse marocaine.

  • 22 En ce qui a trait aux usages et aux formes de réception du Dalā’il sur la base notamment de l’exame (...)

13Notre étude des exemplaires marocains du livre des xie/xviiie et xiiie/xixe siècles pointe effectivement l’idée d’une diffusion massive du livre, aussi bien auprès des élites que des classes moins favorisées, dans les villes comme en milieu rural, à en juger par leur nombre incalculable et la diversification de leur facture22. Cependant, quelle que soit la qualité d’exécution des copies, elles ont toutes en commun des principes de copie et de décor auxquels les artisans du livre ne dérogent que rarement.

Tradition de copie du Dalā’il al-khayrāt aux xiie/xviiie et xiiie/xixe siècles

  • 23 Les exemplaires carrés du Dalā’il al-khayrāt, ainsi que leurs fonctions portatives et leurs usages (...)

14Parallèlement à l’intensification de la production des manuscrits du Dalā’il al-khayrāt dès la fin du xiie/xviiie siècle, celle-ci donne lieu à la mise en place d’une véritable tradition manuscrite spécifique au livre. C’est à cette période que se multiplient les exemplaires de format miniature carré, dont les dimensions oscillent entre 7 et 14 centimètres de côté (fig. 2, 7, 10). En produisant des ouvrages d’un format si singulier, les concepteurs des Dalā’il entendent faciliter le port du livre à son usager et sa lecture en toutes circonstances et à tout moment de la journée23.

Fig. 2 : Ms 8813 ; 13 x 13,5 cm, ff. 106b-107a ; début du xiie/xviiie siècle.

Fig. 2 : Ms 8813 ; 13 x 13,5 cm, ff. 106b-107a ; début du xiie/xviiie siècle.

© Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya

15Dans ces livres miniatures et de manière plus systématique dans les formats moyens et grands, les pages de texte laissent apparaître les dispositifs graphiques et ornementaux par lesquels copistes et enlumineurs optimisent l’expérience de lecture des prières. La mise en page claire et aérée, permise par les lignes d’écriture suffisamment espacées et le texte systématiquement vocalisé par des points-voyelles colorés, rend la lecture accessible à tout lecteur, quel que soit son niveau d’instruction (fig. 1, 2, 3, 6).

Fig. 3 : Ms 3653, 1125/1713-14 ; 26,5 x 19,5 cm, ff. 1b-2a

Fig. 3 : Ms 3653, 1125/1713-14 ; 26,5 x 19,5 cm, ff. 1b-2a

© Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.

Fig. 4 : Ms 3653, 1125/1713-14 ; 26,5 x 19,5 cm.

Fig. 4 : Ms 3653, 1125/1713-14 ; 26,5 x 19,5 cm.

© Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.

16Dans les lignes d’écriture, les passages importants du texte ou ceux sur lesquels les copistes suggèrent un renforcement de l’attention, sont mis en exergue au moyen d’une graphie distincte de celle du texte principal et à l’encre colorée ou à l’or. Ce sont les verbes et qualificatifs qui se rapportent à Dieu ou au Prophète, certaines prières courtes puisées des hadiths ou alors les mots opérant des articulations dans le texte (fig. 1, 2, 3, 4, 6, 7, 9). Par ces choix ornementaux, il convient de se demander dans quelle mesure les copistes et enlumineurs interviennent dans la transmission et l’interprétation du texte par le lecteur. En outre, la mise en valeur de ces passages au moyen d’écritures distinctives bien visibles, peut être destinée à faciliter l’utilisation du livre lorsque les circonstances de lecture ne sont pas optimales (lectures nocturnes individuelles ou collectives lors de célébrations nocturnes, lectures au cours de déplacements, etc.).

Fig. 5 : Ms 3427 ; 22,2 x 17,7 cm, (non folioté) copié en Rabī‘ al-Awwal 1215/juillet-août 1800.

Fig. 5 : Ms 3427 ; 22,2 x 17,7 cm, (non folioté) copié en Rabī‘ al-Awwal 1215/juillet-août 1800.

© Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.

17Malgré la faible diversité chromatique évoquée, l’utilisation originale de la couleur crée un rythme visuel tout au long des pages dont on peut imaginer qu’il saisit l’œil de l’orant, durant sa lecture vocalisée des litanies pour le Prophète (fig. 1, 2, 4, 6). Dans les manuscrits marocains du Dalā’il, le décor est omniprésent, quelle que soit la facture de l’objet, et s’intercale entre les pans de texte pour accueillir les titres de sections, participant dès lors à l’ordonnance visuelle du texte (fig. 3, 6, 7). Ils sont soit écrits au moyen d’une graphie de plus grand module, colorés ou dorés, soit insérés dans des bandeaux enluminés (‘unwān), dont la taille est hiérarchisée et dont la complexité du motif varie selon l’importance ou la longueur du chapitre signalé. La présence systématique d’un décor, notamment dans les copies de qualité moyenne, et sa hiérarchisation en fonction de l’importance des parties auxquelles il se rattache, témoigne de sa visée éminemment fonctionnelle. Dans la mesure où, par-delà son rôle ornemental, il sert aussi d’aide-mémoire au service de l’utilisateur du livre en le guidant dans la répartition des lectures au fil des jours de la semaine et, éventuellement, pour lui indiquer les mots sur lesquels il doit mettre un accent pendant la récitation vocalisée des prières.

18Enfin, outre les rôles fonctionnel et ornemental de l’enluminure, il ne faudrait pas négliger l’effet visuel de cet enchaînement de motifs et de couleurs qui vient renforcer l’expérience religieuse de l’orant.

Fig. 6 : Ms 5920, 18,5 x 14,5 cm, ff. 61b-62a., début du xiie/xviiie siècle.

Fig. 6 : Ms 5920, 18,5 x 14,5 cm, ff. 61b-62a., début du xiie/xviiie siècle.

© Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.

Fig. 7 : Ms 2136 ; 7,5 x 7 cm, ff. 60b-61a copié par ‘Abd al Raḥmān al-Mubzī’ (f. 104a) en 1284/1867.

Fig. 7 : Ms 2136 ; 7,5 x 7 cm, ff. 60b-61a copié par ‘Abd al Raḥmān al-Mubzī’ (f. 104a) en 1284/1867.

© Tunisie, Tunis, Bibliothèque nationale de Tunisie

  • 24 L’hagiographe d’al-Jazūlī lui-même, Muḥammad al-Mahdī al-Fāsī (m. 1109/1698), a signé plusieurs cop (...)
  • 25 Al-Kattānī, 2004 : 54.
  • 26 Une étude croisant l’islamologie et la codicologie a été consacrée à la vie et l’œuvre littéraire e (...)

19En dehors de la zone réservée au texte et au décor, les marges forment également un espace servant la transmission du texte. Des annotations y prennent place pour venir éclairer le texte principal, expliquer certains mots ou passages ou confirmer leur exactitude par l’abréviation « ṣ ḥ » (ṣaḥīḥ : vrai, authentique). Elles apportent des corrections, des ajouts de mots omis, dans ce cas, introduits par la lettre « nūn », abréviation de « nisyān » (oubli) ; ou signalent des variantes par la lettre « khā » de « khilāf » (variante) (fig. 3). D’autres notes sont introduites par la formule suivante : Hākadha huwwa fi-l-nuskha al-sahliyya wa ghayriha min nusakh [C’est ainsi qu’il est dit dans la copie d’al-Sahlī et dans plusieurs autres copies que celle-ci]. Dans tous les cas, ces commentaires se réfèrent au texte de la copie autographe, la version finale du Dalā’il présentée par al-Jazūlī à Muḥammad al-Ṣughayyir al-Sahlī. Ces références systématiques au modèle ancien témoignent de l’importance accordée par les copistes à la transmission fidèle et authentique du texte du Dalā’il al-khayrāt au Maroc, tel qu’il se présente dans la copie autographe. À l’évidence, leurs auteurs disposent d’une maîtrise approfondie du texte : il peut s’agir d’un relecteur aguerri, chargé de corriger le texte avant la remise du manuscrit à son commanditaire, sinon du copiste lui-même. L’examen des colophons de plusieurs manuscrits du Dalā’il montre effectivement l’implication des copistes affiliés à la voie jazūlite ou proche des milieux shādhilites dans la diffusion du livre dès le début du xie/xviie siècle et jusqu’à la fin du xiiie/xixe siècle24. Ils étaient alors particulièrement attentifs à la diffusion d’un texte conforme à la copie d’al-Sahlī. C’est le cas du célèbre calligraphe de Fès, Muḥammad b. al-Qāsim al-Qandūsī (m. 1278/1862), un discret malāmatī affilié aux ordres de la Qādiriyya et de la Nāṣiriyya, exerçant officiellement le métier d’herboriste25. Il consacrait surtout l’essentiel de son temps à la compilation d’ouvrages de soufisme et à la copie d’exemplaires du Dalā’il al-khayrāt finement calligraphiés26. Dans l’exemplaire 399K de la BNRM, achevé en 1244/1829, il se réfère de manière récurrente à la nuskha al-sahliyya dans les marges (fig. 8). À la suite du colophon, il rédige quelques lignes dans lesquelles il confirme l’exactitude de son texte en relation avec celui de la copie autographe après avoir confronté sa copie à vingt-deux autres versions reconnues et luxueuses du livre de prières.

Fig. 8 : Ms 399K, f. 25 b, copié le 14 Ramaḍān 1244/20 mars 1829 par Muḥammad b. al-Qāsim al-Qandūsī (m. 1278/1862)

Fig. 8 : Ms 399K, f. 25 b, copié le 14 Ramaḍān 1244/20 mars 1829 par Muḥammad b. al-Qāsim al-Qandūsī (m. 1278/1862)

© Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.

  • 27 Outre ces deux copies, il faut aussi signaler la présence d’une attestation similaire du calligraph (...)

20Si l’on en croit quelques copies portant sa signature, le copiste semble avoir fait office de muḥaqqaq légitime, un réviseur attitré du texte d’al-Jazūlī dans le Fès du xiiie/xixe siècle27. Dans le manuscrit 5920 de la Bibliothèque royale al-Ḥasaniya, exécuté par un autre copiste en 1200/1786, l’explicit est suivi d’un texte signé par al-Qandūsī (f. 178 b) dans lequel il affirme avoir attesté de la conformité (taḥqīq, taṣdīq) du texte avec celui de la copie autographe qui est celle qui fait autorité (taḥqīq sindihi), et assure au lecteur avoir effectué une lecture experte et attentive du texte.

Des pratiques singulières de lecture

21Les marges des manuscrits du Dalā’il sont aussi le lieu où il est possible de sonder les traces des pratiques singulières de lecture par le propriétaire du livre et de ses possibles personnalisations du texte. Dans la plupart des exemplaires que nous avons examinés, l’espace marginal se charge effectivement d’annotations ajoutées par leurs lecteurs, à en juger par leur style graphique grossier, par l’usage d’une encre autre que celle du texte courant, mais surtout, par leur contenu.

  • 28 Un phénomène similaire se présente dans la tradition manuscrite occidentale de la période médiévale (...)

22Il arrive que le lecteur du Dalā’il intervienne dans les marges du texte au moyen de notes renforçant et concrétisant l’appropriation de son livre. Certains consignent par exemple leur nom ou ceux de leurs enfants sur la page de garde ou à la fin du livre, un phénomène que l’on observe par ailleurs dans la tradition manuscrite occidentale et qui s’explique par une volonté de marquer l’appartenance du livre à son possesseur et sa transmission aux membres des générations successives d’une même famille28. Dans d’autres manuscrits, cette appropriation est bien plus éloquente encore. Dans la copie Arabe 6983 du Dalā’il al-khayrāt, conservée à la Bibliothèque nationale de France, la page de garde (f. 2a) contient des inscriptions rajoutées par le commanditaire du livre, un certain Abū Zayd al-Sayyid ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ra’īs Abī ‘Abdallāh Muḥammad b. al-Ashqar. Dans ces deux blocs de texte, il rapporte la naissance de ses deux fils dont il précise les prénoms et les dates de leur arrivée au monde. Pour son deuxième fils, « Muhammad b. ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ashqar », le père ajoute une description de l’état du ciel au moment de la naissance le lundi 19 Jumādā I de l’an 1123/5 juillet 1711, soit lorsque « la lune était en Poisson et l’ascendant en Lion » (wa-l-qamar ḥaythu l-ḥūt wa-l-ṭāli‘ al-’asad). Les naissances n’étaient pas les seuls événements consignés en marge du texte. Au feuillet 111 b du Dalāil Arabe 4578 conservé à la Bibliothèque nationale de France, un personnage note le décès de son père (tawafiyya wālidī), « Muḥammad b. Aḥmad Sāwis », la nuit du jeudi 18 Rabi‘ I 1285/5 juillet 1868 tout en implorant pour lui la miséricorde divine (raḥmat Allāh ‘alayh).

23Ce phénomène n’est pas inhabituel dans l’histoire du livre islamique où, dès le iiie/ixe siècle, les pages de garde de quelques corans ont accueilli des notes relatives à des décès ou des naissances et d’autres signalant des phénomènes naturels exceptionnels (Déroche, 2000 : 355). Dans le cas de nos manuscrits, il est possible d’interpréter ces données comme une manière de diffuser, par un système de renvoi, la force auratique des bénédictions et des bienfaits émanant des prières et des invocations du Prophète aux personnes concernées par ces événements (nouveau-nés, défunts).

24Dans d’autres cas, les attentes thaumaturgiques associées à ces ouvrages par leurs concepteurs ou leurs utilisateurs sont plus clairement exprimées par la présence d’écrits ou de dessins à caractère apotropaïque, ajoutés sans aucun doute après la copie de l’ouvrage, sur les marges du texte ou bien les premiers et derniers feuillets du livre. Ce sont par exemple des indications sur les vertus de certaines prières ou alors des recettes de guérison pour différents types de maux ou de maladies. Le dernier feuillet du manuscrit 3226 de la Bibliothèque al-Qarawiyīn de Fès, contient des indications pour la préparation d’un « ḥirz » destiné à toute femme enceinte (fig. 9). Il est recommandé de mélanger des « clous de girofle, des hyacinthes, de la cannelle, des roses et des poivrons, de les renfermer dans une étoffe à placer à proximité de la nuque ».

Fig. 9 : Ms 3226 ; 13,3 x 13, 8 cm, f. 1 b, xiiie/xixe siècle.

Fig. 9 : Ms 3226 ; 13,3 x 13, 8 cm, f. 1 b, xiiie/xixe siècle.

© Maroc, Fès, Bibliothèque al-Qarawiyīn.

Fig. 10 : Ms 1193 ; 18 x 12,5 cm, f. 12a, copié en Rabī‘ II 1146/février-mars 1733 par Muḥammad b. al-Sanūsī b. Ma‘āsharā (f. 55 b).

Fig. 10 : Ms 1193 ; 18 x 12,5 cm, f. 12a, copié en Rabī‘ II 1146/février-mars 1733 par Muḥammad b. al-Sanūsī b. Ma‘āsharā (f. 55 b).

© gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits arabes.

25La présence de nombreuses fautes d’orthographe et de termes appartenant au registre vernaculaire (dārija) dans cette catégorie de notes, nous conduit à penser qu’elles sont le fait de l’un des possesseurs du manuscrit ou, peut-être, d’un praticien chargé de la confection de recettes magico-thérapeutiques. C’est par ailleurs le cas des dessins et des schémas de nature apotropaïque qui se trouvent sur les pages de quelques exemplaires de notre corpus.

26Bien que leurs occurrences soient relativement rares, quelques manuscrits comportent sur leurs pages finales des dessins à caractère prophylactique. Il arrive également que ces dessins soient disposés sur des feuilles isolées constituées d’un papier différent, pliées plusieurs fois et intercalées entre les pages du livre. Parmi ces schémas, nous rencontrons le khātim ou le jadwal, c’est-à-dire une figure carrée ou polygonale dont les côtés ou les segments sont obtenus par le tracé des noms de personnages auxquels sont attribués des bienfaits. Sur le feuillet 12a du manuscrit 1193 de la Bibliothèque nationale de France, comporte un khātim invoquant l’« ouverture des portes du Paradis » (fig. 10). Il est formé à partir des noms des deux archanges fréquemment utilisés dans les jadāwil, « Mikha’īl » et « Jibrīl » écrits en lettres extrêmement étirées. À proximité, un texte recommande au détenteur du manuscrit de lire la Sourate al-Qadr et d’effectuer une manipulation avec du sel pour bénéficier des bienfaits de la figure.

27D’une manière générale, il est intéressant d’observer dans le cas de ces ouvrages, à partir d’une lecture attentive d’inscriptions souvent ignorées par l’historien du livre arabe, dans quelle mesure le manuscrit peut voir ses fonctions augmentées, voire contournées, par rapport aux exigences liées à l’orthopraxie ordinaire et la manière dont il devient tour à tour, un objet talismanique, un mémento personnel, un registre de naissances, de décès et de remèdes.

28En parcourant la transmission du Dalā’il al-khayrāt au Maroc à la période prémoderne, nous avons pu mettre en évidence un ensemble de moyens graphiques et esthétiques par lesquels les copistes et enlumineurs orientent les pratiques de lecture des prières sur le Prophète et participent à la diffusion d’un livre devenu incontournable dans la littérature dévotionnelle marocaine. L’examen codicologique des exemplaires a en outre fourni de précieuses indications sur les formes de lecture et d’interprétation du texte par ses usagers jusqu’à l’extrême fin du xiiie/xixe siècle. Il convient alors de s’interroger sur les répercussions de la généralisation de l’imprimerie et de la lithographie sur la diffusion du livre et la réception du livre du Dalā’il à l’aune de ces progrès technologiques au Maroc.

Formes et usages du Dalā’il à l’aune des nouvelles techniques de production du livre

29Au xiiie/xixe siècle, de nouvelles techniques de fabrication du livre se développent dans le monde musulman : l’imprimerie, qui y fut introduite en 1727 et la lithographie, inventée en 1798, permettant de conserver l’esthétique du manuscrit (Vernoit, 2006 : 20-1).

  • 29 Une liste exhaustive des principales éditions lithographiées du bréviaire est dressée dans le dicti (...)
  • 30 Sur l’histoire de l’introduction de la lithographie au Maroc, se rapporter à al-Manūnī, 1985 : 261- (...)

30La technique de la lithographie est favorablement accueillie pour la reproduction du Dalā’il al-khayrāt, répondant idéalement à une demande toujours forte du livre de prières. C’est du Moyen-Orient et essentiellement du Caire que nous parviennent les premières éditions lithographiées du bréviaire29. Le texte du Dalā’il est alors le plus souvent accompagné d’autres oraisons et de poèmes mystiques. La première lithographie connue a été réalisée en 1256/1840 dans la capitale égyptienne (Akerraz, Amahan, Amandry, 1990 : 288). En Europe, une lithographie du Dalā’il a été réalisée en 1842 à Saint-Pétersbourg (Ben Cheneb, EI2 : 527) et une autre vraisemblablement en Italie, exécutée en 1277/1860 (Sarkīs, 199 ? : n. 697). Les éditions lithographiées au Maghreb sont parues plus tard, puisque le procédé s’implante dans la Régence de Tunis seulement sous le règne de Aḥmad Bey (1837-1855) (Demeerseman, 1953 : 369) et il se développe au Maroc à partir de 1281/186430. La ville de Fès joue alors un rôle de premier plan, permettant au Maghreb de se défaire de la dépendance qui le liait aux imprimeries européennes et orientales. Parmi les éditions les plus connues du Dalā’il al-khayrāt, existe une lithographie fassie non datée portant le nom de l’imprimeur « al-Makkī b. Idrīs » et une deuxième, imprimée en octobre 1871, provenant de l’imprimerie de Aḥmad al-Ṭayyib al-Azraq (al-Mannūnī, 1985 : 11). Ce dernier est également connu pour avoir édité à plusieurs reprises le livre de prières et d’invocations sur le Prophète intitulé al-Ḥiṣn al-Ḥaṣīn d’Ibn al-Jazarī (‘Abd al-Razzāq, 1989 : 14).

  • 31 À titre d’exemple, nous retrouvons ce type de texte dans une édition lithographiée produite entre 1 (...)
  • 32 Par ses dimensions de 19 cm sur 8 cm, l’édition fassie de 1289/1872 s’écarte sensiblement du format (...)

31Certaines copies lithographiées débutent par un texte délivrant quelques recommandations préalables au lecteur. Il est par exemple suggéré de réciter quelques passages du Coran, de prononcer les salutations à Dieu un certain nombre de fois et de réciter les noms de Dieu. Après cela, des conseils sont prodigués sur la manière de répartir les lectures du Dalā’il et sur les passages coraniques par lesquels il est possible de conclure le livre31. La lithographie offre l’avantage de maintenir l’essentiel des spécificités esthétiques liées à la production manuscrite, telles que la graphie ou les décors. Toutefois, dans le cas du Dalā’il, elle ne semble pas reproduire les dimensions réduites ni le format proche du carré qui rendent le livre immédiatement reconnaissable au Maroc32. Nous pouvons donc nous interroger sur les incidences de ces choix matériels sur les utilisations du livre.

  • 33 Sur la généralisation de l’imprimerie au Maroc et ses conséquences sur la transmission du savoir, v (...)

32L’introduction de l’imprimerie au Maroc dès 1860 aura permis quant à elle de diffuser de manière massive le livre, produit encore jusqu’à ce jour33. Dans les villes de Fès, Rabat ou Marrakech où nous avons pu mener des enquêtes entre 2012 et 2020, les éditions imprimées du Dalā’il sont aujourd’hui accessibles à très bas prix dans les librairies marocaines spécialisées dans la littérature religieuse, situées dans le centre-ville ou dans les ruelles de la vieille ville. Elles sont disposées aux côtés des exemplaires d’autres livres de dévotion consacrés au Prophète, à l’instar du Shifā’ ou d’exemplaires miniatures du Ḥiṣn al-Ḥaṣīn. Le livre se décline alors sous plusieurs gabarits : le format miniature (115 x 80 mm), le format moyen (145 x 10 mm) ou le grand format. La reproduction des formes matérielles du manuscrit à travers l’imprimerie indique là sans doute un maintien des usages des manuscrits du Dalā’il à la période moderne. Les ouvrages de petit format sont donc sans doute utilisés pour les lectures quotidiennes des croyants, notamment au cours de leurs déplacements, tout comme cela se pratiquait aux siècles antérieurs avec les manuscrits miniatures carrés.

  • 34 Nous n’avons pas rencontré de copies écrites en maghribī dans les échoppes maghrébines. Toutefois, (...)

33Une deuxième particularité manuscrite est maintenue dans les éditions imprimées et concerne ici l’écriture. Le texte, écrit cette fois-ci dans une graphie orientale34, continue d’être intégralement vocalisé. Ce trait témoigne d’un souci toujours déterminant de la lisibilité du texte et de son accessibilité à tout lecteur à l’époque contemporaine.

34Toutefois, la charge esthétique du livre est considérablement réduite puisque l’emploi de la couleur n’est pas systématique. Si quelques éditions attribuent la couleur rouge aux seuls noms d’« Allāh » et « Muḥammad », à la basmala et aux titres de sections, beaucoup d’entre elles optent pour un texte intégralement imprimé à l’encre noire. La signalisation des chapitres du livre reprend certains traits de la tradition manuscrite à l’instar de la hiérarchisation du décor – aussi modeste soit-il – en relation avec le type de section auquel il est associé. Les indications des aḥzāb sont centrées dans la page de texte et flanquées de chaque côté d’une discrète composition florale. Les titres des grandes sections sont inscrits dans un cartouche ovale inséré à son tour dans un panneau rectangulaire, flanqués de quatre écoinçons occasionnellement ornés d’éléments végétaux.

35Outre les lieux habituels d’acquisition des éditions imprimées du Dalā’il, ces dernières sont également disponibles dans les zāwiya-s où elles sont distribuées aux visiteurs à l’occasion des lectures collectives hebdomadaires ou de certaines célébrations annuelles. C’est par exemple le cas du mausolée d’al-Jazūlī à Marrakech où les récitations collectives du texte se tiennent chaque jeudi après-midi, après la prière rituelle de l’après-midi (ṣalāt al-‘aṣr). À cette occasion, les rijāl al-dalīl (« les hommes du Dalā’il »), une assemblée de disciples chargés de mener les lectures collectives du Dalā’il, se rassemblent dans la salle à coupole, à proximité du tombeau d’al-Jazūlī, ou, en cas de forte affluence, dans la cour. Ils mènent les lectures du livre de prières, suivis en chœur par les fidèles. Chaque fois que l’un d’eux entre dans la salle pendant la cérémonie, il se place debout face au muqaddam de la zāwiya afin que ce dernier lui adresse le tabarruk, une transmission de bénédictions (baraka), accompagnée d’un geste de la main. Les lectures collectives du Dalā’il continuent aujourd’hui d’être conduites au Maroc mais se concentrent essentiellement dans les zāwiya-s jazūlites, shādhilites et qādirites, où les séances se tiennent toujours le jeudi entre la prière de l’après-midi et celle du crépuscule. C’est toutefois dans ces lieux que se maintient la lecture assidue et régulière des litanies du Dalā’il.

36En étudiant les techniques de fabrication du livre, les outils d’analyse de la codicologie permettent en premier lieu de restituer les modalités de production des manuscrits du Dalā’il et les moyens par lesquels les copistes assurent la transmission du texte jusqu’à l’extrême fin du xiiie/xixe siècle. Ce sont des processus aussi divers que la clarté de la mise en page, les variations des modules d’écriture ou encore l’attention portée aux structures ornementales, permettant dès lors d’optimiser la lecture du texte et de la faciliter à tous les lecteurs, quel que soit leur degré d’instruction. Si les concepteurs du livre attachent un tel intérêt à la reproduction identique des formes matérielles du livre aux derniers siècles de sa production manuscrite, c’est parce que leur préoccupation première est la transmission strictement authentique du texte, comme en témoignent les commentaires marginaux se référant à la copie autographe d’al-Jazūlī.

  • 35 À ce sujet, l’article « S’unir au Prophète : approches codicologique et anthropologique de l’expéri (...)
  • 36 Guesdon et Toufiq, 2003 : 1-35.

37Le prolongement des possibilités offertes par la codicologie a également permis d’examiner les traces des manipulations du livre par leurs utilisateurs qui échappent habituellement à l’attention et à l’intérêt des spécialistes du livre arabe. Ici, nous avons vu de quelle manière la lecture apparaît comme une pratique créatrice et productrice (Chartier, 1993), soit un acte à travers lequel le lecteur reconfigure, au gré de ses utilisations et de ses interprétations aléatoires, l’apparence du livre et le sens voulu par son auteur, al-Jazūlī. En ce sens, il est possible de renseigner des pratiques et des croyances individuelles rarement documentées par les sources et ne parvenant, dès lors, que difficilement à l’historien. D’autre part, le contenu des notes marginales nous autorise à penser que la circulation éminemment fluide du Dalā’il al-khayrāt, jusqu’à la fin du xiiie/xixe siècle aura bravé les cloisonnements socioculturels. Le livre s’est certes fait le médiateur de la doctrine jazūlite au Maroc depuis sa circulation dans le strict cadre des zāwiya-s mais il s’est aussi largement diffusé parmi les différentes couches de la société. Si nous notons un recul de l’usage du livre de prières dans le Maroc contemporain en relation avec les siècles précédents, il continue d’être dressé comme un héritage fondamental de la littérature dévotionnelle marocaine à travers des initiatives institutionnelles35. À titre d’exemple, un facsimilé d’une copie luxueuse du Dalā’il du xiiie/xixe siècle, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc sous la cote G. 35636, a été produit en 2003 à l’initiative du Ministère des Habous et des Affaires religieuses du Maroc.

Haut de page

Bibliographie

Sources

al-FĀSĪ AL-FIHRĪ Abū Ḥāmid Muḥammad al-‘Arabī b. Yūsuf, Ḥ. al-KATTĀNĪ (éd.), 2008, Mir’āt al-maḥāsin min akhbār al-shaykh Abī al- Maḥāsin, Beyrouth, Dār Ibn Ḥazm.

al-FĀSĪ AL-FIHRĪ Muḥammad al-Mahdī b. Aḥmad, ‘Abd al-Ḥayy AL-‘AMRAWĪ, ‘Abd al-Karīm MURĀD (éd.), 1994, Mumti‘ al-asmāfī dhikr al-Jazūlī wa at-Tabbāwa man lahumā min al- atbā‘, sans éd., s.l.. Graulle (trad.), 1913, « Mumti‘ al-Asmâ’ », Archives Marocaines, XIX, p. 243-253.

al-FĀSĪ Muḥammad al-Mahdī, 2005, Maṭāli‘ al-Masarāt bi-jalāl Dalā’il al-Khayrāt. Al-Maktabah al-‘Aṣriyya, Beyrouth, Dār al-Kutub al-‘Ilmiyya.

IBN ‘ASKAR Muḥammad al-Shafshāwanī, Mohammed HAJJI (éd.), 2003 [1976, 1ere éd], Dawḥat al-nāshir al-maḥāsin man kāna bi-l Maghrib min mashāyikh al-qarn al-‘āshir, Casablanca, Manshūrāt Markaz al-Turāth al-Thaqāfī al-Maghribī. Graulle (trad.), 1913, Archives marocaines XIX.

IBN AL-MUWAQQIT Muḥammad b. Muḥammad b. ‘Abd Allah, 2011, Al-Sa‘āda al- abadiyya fi’l-ta‘rīf bi-mashāhīr al-ḥaḍāra al-Marrākushiyya, Marrakech, Afaq.

al-KATTĀNĪ Muḥammad b. Ja‘far , ‘Abdallāh al-Kāmil al-KATTĀNĪ, Ḥamza b. Muḥammad al-ṬAYYIB, al-KATTĀNĪ, Muḥammad Ḥamza (éd.), 2004, Salwat al-anfās wa muḥādathat al-akiās bi-man ’uqbira min al-‘ulamā’ wa al-ṣulaḥā’ bi-Fās, vol. 2, Casablanca, Dār al-Thaqāfa.

SARKIS Yūsuf Aliān, 199 ?, Mu‘jam al-maṭbū‘āt al-‘arabiyya wa’l-mu‘arraba, wa huwa shāmil li- asmā’ al-kutub al-maṭbū‘a fī al-aqtār al-sharqiyya wa’l-gharbiyya, 2 vol. , Le Caire, Maṭba‘at Sarkīs bi-Miṣr.

Etudes

ABD AL-RAZZĀQ Fawzī, 1989, Al-Maṭbū‘āt al-Ḥajariyya fī l-Maghrib, Fihris ma‘a muqaddima tārikhiyya, Rabat, Dār al Ma‘rifa.

1990, The Kingdom of the book: the history of printing as an agency of change in Morocco between 1865 and 1912, thèse sous la dir. de Mme Gendzier, 1 vol., Boston, Université de Boston.

ABID Hiba, 2017a, Les Dalā'il al-Khayrāt d’al-Jazūlī (m. 869/1465) : la tradition manuscrite d’un livre de prières soufi au Maghreb du Xe/XVIe au XIIIe/XIXe siècles, Thèse de doctorat, Paris, Ecole Pratique des Hautes Etudes.

ABID Hiba, 2017b, « Un concurrent du Coran en Occident musulman du Xe/XVIe à l’aube du XIIe/XVIIIe siècle : les Dalāʾil al-khayrāt d’al-Jazūlī », Journal of Qur'anic Studies 19/3, p. 45-73.

ABID Hiba, 2021, “Material Images and Mental Ziyāra: Depicting the Prophet’s Grave in North African Devotional Books (Dalā’il al-Khayrāt)”, Journal of Material Cultures in the Muslim World 1, Leyde, Brill, p. 331-54.

ABID Hiba, CHIABOTTI Francesco, 2021, “The World of al-Qandūsī (d. 1861): Calligraphy and Prophetology in 19th-century Fes”, dans The Presence of the Prophet: Knowledge and Culture/Présence du Prophète : Savoirs et culture, Leyde, Brill.

ADDAS Claude, 2015, La Maison muhammadienne, Aperçus de la dévotion au Prophète en mystique musulmane, Paris, Gallimard.

AKERRAZ Aomar, AMAHAN Ali, AMANDRY Michel et al., 1990, De l’Empire romain aux Villes impériales : 6000 ans d’art au Maroc, Paris, Musée du Petit Palais.

BECK Herman L., 1989, L’image d’Idrīs II, ses descendants de Fās et la politique sharīfienne des sultans marīnides (659-869/1258-1465), Leyde, Brill.

BEN CHENEB Mohamed, 1965, « al-Djazūlī », Encyclopédie de l’Islam, Deuxième édition, Leyde, Brill.

BENJELLOUN-LAROUI Latifa, 1990, Les Bibliothèques au Maroc, Paris, Maisonneuve et Larose.

BLAIR Sheila S., 2008, Islamic calligraphy, Edinburgh, Edinburgh University Press.

BLOOM Jonathan, 2001, Paper before print. The history of paper in the Islamic World, Londres, Yale University Press.

CHARTIER Roger, 1993, Pratiques de la lecture, Paris, Payot.

CHARTIER Roger, 1987, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, L’Univers historique, Paris, Le Seuil.

COHEN Anouk, 2016, Fabriquer le livre au Maroc, Paris, Karthala.

2010, « Le livre du Coran à Rabat et Casablanca », Archives de sciences sociales des religions 150, Paris, Editions de l’EHESS, pp. 175-195.

CORNELL Vincent J., 1988, “Ribāṭ Tīṭ-n-Fiṭr and the Origins of Moroccan Maraboutism”, Islamic Studies 27/1, Islamabad, Islamic Research Institute, p. 26-36.

CORNELL Vincent J., 1992, “Mystical Doctrine and Political Action in Moroccan Sufism: The Role of the Exemplar in the Ṭarīqa al-Jazūliyya”, Al Qantara 13/1, Madrid, p. 201-31.

CORNELL Vincent J., 1998, Realm of the Saint, Power and Authority in Moroccan Sufism, Austin, University of Texas Press.

DEMEERSEMAN André, 1953, « Une parente méconnue de l’imprimerie arabe et tunisienne : la lithographie », IBLA 64, Tunis, p. 347-89.

DEROCHE François, 2000, Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris, Bibliothèque nationale de France.

DEROCHE François, 2004, Le Livre manuscrit arabe. Préludes à une histoire, Paris, Bibliothèque nationale de France.

EICKELMANN Dale F., 1976, Moroccan Islam : tradition and society in a pilgrimage center, Austin, University of Texas Press.

GEERTZ Clifford, 1968, Islam Observed : religious development in Morocco and Indonesia, Chicago, University of Chicago Press.

GEOFFROY Eric, 1996, Les Voies d’Allah : les ordres mystiques dans l’Islam des origines à nos jours, Paris, Fayard.

GUESDON Marie-Geneviève et TOUFIQ Ahmed, 2003, Dalāil al-Khayrāt wā Shawāriq al-Anwār fī aṣ-Ṣalāt ‘lā an-Nabiyy al-Mukhtār et autres textes panégyriques et d’invocation. Facsimilé du manuscrit n° G 356 de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (ancienne Bibliothèque Générale et Archives), Introduction et commentaire, Rabat, Royaume du Maroc, Ministère des Habous et des Affaires Islamiques.

HAMIDOUNE Amine, 2012, La pratique de la « prière sur le Prophète » en Islam. Analyse philologique et implications doctrinales, Thèse de doctorat sous la dir. de Denis Gril, Aix-en- Provence, Aix-Marseille Université (exemplaire dactylographié).

JALLĀB Ḥassān, 2008, « Al-imām al-Jazūlī », Marrakech, Al-maṭba‘a wa-l-wirāqah al-waṭaniyyah.

KATZ Marion Holmes, 2007, The birth of the Prophet Muhammad : devotional piety in Sunni Islam, Londres, Routledge.

LANDAU-TASSERON Ella, 1989, « The “Cyclical Reform”: A Study of the Mujaddid Tradition », Studia Islamica 70, Paris, Maisonneuve-Larose, p. 79-118.

al-MANŪNĪ Muḥammad, 1979, « Al-Mawlid al-nabawī al-sharīf fī al-Maghrib al-Marīnī », Wiraqāt ‘an al-ḥaḍāra al-Maghribiyya fī ‘aṣr Banī Marīn, Rabat, Kulliyyat al-ādāb wa’l ‘ulūm al-insāniyya bi’l Ribāṭ, p. 271-278.

al-MANŪNĪ Muḥammad, 1985, Maẓāhir yaqẓat al-Maghrib al-ḥadīṯ, vol. 1, Casablanca, Sharika al-nashr wa’l-tawzī‘.

MEIER Fritz, 1999, Essays on islamic piety and mysticism, Leyde, Brill.

PADWICK Constance Evelyn, 1996, Muslim Devotion: A Study of prayer-manuals in use, Oneworld, Oxford.

PEARSON Rev. John B., 1907, Guide to Happiness, A manual of Prayer, Translated from the Arabic of al-Jazūlī by the rev. John B. Pearson with a life of al-Jazûlî and directions for using the book, Oxford, Horace Hart.

RUDY Kathryn M., 2016, Piety in Pieces: How medieval readers customized their manuscripts, Cambridge, OpenBook Publishers.

SCHIMMEL Annemarie, 1975, The Mystical Dimensions of Islam, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

SCHIMMEL Annemarie, 1985, And Muhammad is His Messenger. The Veneration of the Prophet in Islamic Piety, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

SCHOELER Gregor, 2002, « ‘Urwah b. al-Zubayr », Encyclopédie de l’Islam, Deuxième édition, Leyde, Brill.

VERNOIT Stephen et RABY Julian, 1997, Occidentalism: Islamic Art in the 19th century, vol. 23, Londres, Nour Foundation in association with Azimuths Editions and Oxford University Press.

VERNOIT Stephen, 2006, « The visual arts in nineteenth-century Muslim thought », dans BEHRENS-ABOUSEIF Doris, VERNOIT Stephen, Islamic art in the 19th century. Tradition, innovation, and eclectism, Leyde, Brill.

VIMERCATI SANSEVERINO Ruggero, 2014, Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912) : Hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique dans la ville de Mawlāy Idrīs, Rabat, Centre Jacques Berque.

WENSINCK Arent Jan, 1927, Handbook of Early Muhammadan Tradition, Leyde, Brill.

WITKAM Jan Just, 2002, Vroomheid en activisme in een islamitisch gebedenboek, De Geschiedenis van de Dalā-il al-Khayrāt van al-Ğazūlī, Leyde, Kleine publicaties van de Leidse Universiteitsbiblioteek.

WITKAM Jan Just, 2007, “The battle of the images. Mekka vs. Medina in the iconography of the manuscripts of al- Jazuli’s Dala’il al-Khayrat”, in PFEIFFER Judith et KROPP Manfred (dir.), Technical approaches to the Transmission and Edition of Oriental Manuscripts= Beiruter Texte und Studien, no111, Würzburg, Ergon Verlag, 2007, p. 67-82 (texte), 295-300 (illustrations).

Haut de page

Notes

1 L’approche inédite choisie pour aborder la dévotion au Prophète au Maroc dans cet article, a été élaborée lors de mes participations aux activités scientifiques organisées dans le cadre du programme ANR ILM L’enseignement de l’islam au Maroc (XVIIIe-XXIe siècles. Islamologie et sciences sociales) (ANR-16-CE27-0015).

2 Les manuscrits choisis pour cette étude proviennent de la Bibliothèque royale al-Ḥasaniya et la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc à Rabat, la bibliothèque al-Qarawiyīn à Fès et la Bibliothèque Bin Yūsuf à Marrakech.

3 Une copie de ce texte de la main d’Abū Zayd ‘Abd al-Raḥmān al-Maqūdī est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale de Madrid, sous la cote 4956/3. Cornell, 1998 : 212 et 345 (note 66).

4 Al-Manūnī, 1979 : 271-278.

5 L’auteur cite, par exemple, Tasmīṭ qaṣīdat al-Burda de Muḥammad b. Yaḥyā al-Ghassānīal-Miknāssī (827/1423-4) ou encore Uns al-waḥda fī sharḥ al-Burda, un commentaire d’al-Burda composé au viiie/xive siècle par Abū’l Qāsim al-Māgirī, conservé à la Bibliothèque royale du Maroc à Rabat (ms. 321). Ce dernier, populaire dans les Dukkāla, a pu avoir été lu par al-Jazūlī pendant son séjour au ribat de Ṭīṭ-n-Fiṭr. Dans al-Manūnī, 1979 : 277-8.

6 C’est ainsi que nous le rapporte le juriste et biographe soudanais Aḥmad Bābā al-Sūdānī (963-1036/1556-1627), dans son ouvrage Nayl al-Ibtihāj bi-Taṭrīz al-Dībāj (1005/1596). Dans Ibn ‘Askar, trad. Graulle, A., 1913 : 280.

7 Le ribāṭ de Tīṭ-n-Fiṭr se trouve à quelques kilomètres au sud de la ville al-Jadīda dans la région des Dukkāla. Fondé vers la fin du ive/xe siècle par les Banū Amghār, descendants du Prophète, le lieu, consacré à la retraite spirituelle, s’est vu également lié à des activités de jihad. Cornell, 1988 : 26.

8 Cette version est appuyée par Muḥammad al-Mahdī al-Fāsī dans le Mumti’ al-‘Asmā‘ (trad. 1913 : 289) et par Abī ‘Abd Allāh b. Ja‘far b. Idrīs al-Kattānī dans Al-Kattānī, Salwat, 2004 : 246-247.

9 Al-ṭā’ifa al-Ṣanhājiyya repose sur une doctrine considérée comme une version rurale de la Shādhiliyya. Fondée par Abū ‘Abd al-Khāliq (m. 614/1217), un murābit du ribat de Ṭīṭ-n-Fiṭr, la voie a vite acquis une véritable reconnaissance et influence pendant la période almoravide et almohade. Les membres de la voie ont également entretenu des liens avec des figures religieuses de premier plan, à l’instar du Qāḍī ‘Iyāḍ. Cornell, 1998 : 40-49.

10 Il émet ces remarques à propos de la région de Hāhā et des villes de la côte atlantique, particulièrement touchées par les invasions portugaises.

11 Cornell, 1998 : 166.

12 Cette thèse est également celle du soufi jazūlite Aḥmad b. Abī’l Qāsim aṣ-Ṣumā‘ī qui situe la rédaction du livre peu après la participation d’al-Jazūlī au jihad contre les Portugais à Tanger en 841/1437. Cornell, 1998 : 170.

13 Cette version est évoquée dans le Mir’āt al-maḥāsin min akhbār al-shaykh Abī al-Maḥāsin, rapportée par Vincent J. Cornell dans Cornell, 1998 : 173.

14 La copie conservée à la bibliothèque Ben Yūsuf de Marrakech porte la cote 377/1. Selon l’explicit du manuscrit, il serait une copie du facsimilé qui fut entreposé à la zāwiya Fāsiyya de Fès, lui-même étant une reproduction de la vraie nuskha al-Sahliyya.

15 Comme nous l’apprend Vincent J. Cornell, le soufi yéménite Muḥammad al-Murtaḍā al-Zābidī (m. 1209/1791) affirme que le saint marocain se serait largement inspiré d’un recueil de prières iranien, écrit au ixe/xve siècle par un soufi de Chiraz ; (Cornell, 1998 : 174).

16 Cornell, 1998 : 175-6.

17 Dans ce passage, al-Jazūlī désigne la chambre funéraire de Médine par le terme « al-rawḍa » (lit. « le jardin »). Il décrit la position des tombeaux du Prophète et de ses Compagnons, les califes Abū Bakr et ‘Umar. Toutefois, il convient de préciser que la conception la plus communément acceptée de la Rawḍa est l’aire qui s’étend de la galerie sud de la mosquée de Médine, depuis la Porte de la Paix (Bāb al-Salām) à l’ouest jusqu’à la tombe du Prophète à l’est, soit l’espace situé entre la tombe et le minbar du Prophète. Cette définition, puisant dans les hadiths, distingue donc la chambre mortuaire du Prophète, « al-ḥujra », de la Rawḍa, soit l’espace considéré sacré, se situant entre sa tombe et son minbar.

18 ‘Urwah ibn Zubayr (23/643-93/711 ou 94/712) traditionniste originaire de Médine, est l’un des Sept Juristes de la ville. Petit-fils du calife Abū Bakr, il a composé une multitude d’écrits sur la vie du Prophète ; (Schoeler, 2002).

19 Pour un exposé détaillé sur les circonstances de l’apparition de l’image de la tombe du Prophète dans le Dalā’il al-khayrāt, voir Abid, 2017a : 218-23 et Abid, 2021.

20 Cette copie, aujourd’hui perdue, est communément appelée al-nuskha al-Sahliyya en référence au disciple du saint, Muḥammad al-Ṣughayyir al-Sahlī.

21 Il est par ailleurs l’un des sept patrons (sab‘atu rijāl) de la ville de Marrakech.

22 En ce qui a trait aux usages et aux formes de réception du Dalā’il sur la base notamment de l’examen codicologique des manuscrits, voir Abid, 2017a : 301-5.

23 Les exemplaires carrés du Dalā’il al-khayrāt, ainsi que leurs fonctions portatives et leurs usages talismaniques ont fait l’objet de quelques études. Voir Abid, 2017a et 2017b.

24 L’hagiographe d’al-Jazūlī lui-même, Muḥammad al-Mahdī al-Fāsī (m. 1109/1698), a signé plusieurs copies du Dalā’il de sa main, notamment la copie 303 de la Ḥasaniya. D’autres copistes mystiques du xie/xviie siècle, proches du milieu jazūlite sont signalés dans les textes hagiographiques du xiie/xviiie siècle, et leur activité est décrite dans Abid, 2017 : 303-306.

25 Al-Kattānī, 2004 : 54.

26 Une étude croisant l’islamologie et la codicologie a été consacrée à la vie et l’œuvre littéraire et artistique de Muḥammad b. al-Qāsim al-Qandūsī (m. 1278/1862) dans Abid et Chiabotti, 2021.

27 Outre ces deux copies, il faut aussi signaler la présence d’une attestation similaire du calligraphe dans le manuscrit 7959 de la Bibliothèque royale al-Ḥasaniya à Rabat.

28 Un phénomène similaire se présente dans la tradition manuscrite occidentale de la période médiévale comme le montre Kathryn Rudy dans Rudy, 2011 : 328.

29 Une liste exhaustive des principales éditions lithographiées du bréviaire est dressée dans le dictionnaire des livres arabes imprimés de Yūsuf Aliān Sarkīs. Toutefois, il y évoque une lithographie datée de 1189/1775 provenant de l’imprimerie d’« Abī Zayd », ce qui paraît tout à fait invraisemblable. La même imprimerie a été à l’origine de plusieurs autres tirages datés de 1296/1878, 1299/1881, 1302/1884, 1304/1886 et 1305/1887. Deux autres éditions cairotes sont mentionnées par l’auteur, réalisées en 1294/1876 et 1297/1879. Enfin, il mentionne de nombreuses lithographies (1264/1847, 1273/1856 et 1275/1857) provenant de la capitale actuelle du Kazakhstan, Astana. Dans Sarkīs, 199 ? : n. 697.

30 Sur l’histoire de l’introduction de la lithographie au Maroc, se rapporter à al-Manūnī, 1985 : 261-6. Voir également Déroche, 2001 : 96 et ‘Abd al-Razzāq, 1989 : 8-9.

31 À titre d’exemple, nous retrouvons ce type de texte dans une édition lithographiée produite entre 1880 et 1900, aujourd'hui conservée à la Bibliothèque nationale de Berlin sous la cote Hs. Or. 14310 et dans une lithographie cairote datée de 1281/1864. Il est notamment proposé de lire des passages des Sourates 1, 2 et 112. Cette donnée est mentionnée par le Révérend John B. Pearson dans l’appendice de sa traduction anglaise du Dalā’il al-khayrāt. Voir Pearson, 1907 : Appendice II, p. 75, et également Abid, 2017a : 360.

32 Par ses dimensions de 19 cm sur 8 cm, l’édition fassie de 1289/1872 s’écarte sensiblement du format jusqu’alors privilégié au Maroc.

33 Sur la généralisation de l’imprimerie au Maroc et ses conséquences sur la transmission du savoir, voir Abdulrazak, 1990.

34 Nous n’avons pas rencontré de copies écrites en maghribī dans les échoppes maghrébines. Toutefois, il est certain que plusieurs maisons d’édition, surtout au Maroc, aient opté pour la graphie locale. Nous connaissons un exemplaire marocain imprimé en 1995 par la Dār al-Fikr, entièrement écrit en maghribī, dans Witkam, 2002 : 163 et 176 (cat. n. 4).

35 À ce sujet, l’article « S’unir au Prophète : approches codicologique et anthropologique de l’expérience matérielle et esthétique du recueil du Dalā’il al-khayrāt » est en cours d’écriture avec Anouk Cohen. Il traite des initiatives de patrimonialisation du texte du Dalā’il dans le Maroc contemporain.

36 Guesdon et Toufiq, 2003 : 1-35.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Ms 377/1 ; 25 x 19 cm, copie dite autographe « al-nuskha al-sahliyya », copiée vers la deuxième moitié du xiiie/xixe siècle.
Crédits © Maroc, Marrakech, Bibliothèque Bin Yūsuf.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 2 : Ms 8813 ; 13 x 13,5 cm, ff. 106b-107a ; début du xiie/xviiie siècle.
Crédits © Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 3 : Ms 3653, 1125/1713-14 ; 26,5 x 19,5 cm, ff. 1b-2a
Crédits © Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 4 : Ms 3653, 1125/1713-14 ; 26,5 x 19,5 cm.
Crédits © Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 5 : Ms 3427 ; 22,2 x 17,7 cm, (non folioté) copié en Rabī‘ al-Awwal 1215/juillet-août 1800.
Crédits © Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 : Ms 5920, 18,5 x 14,5 cm, ff. 61b-62a., début du xiie/xviiie siècle.
Crédits © Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 7 : Ms 2136 ; 7,5 x 7 cm, ff. 60b-61a copié par ‘Abd al Raḥmān al-Mubzī’ (f. 104a) en 1284/1867.
Crédits © Tunisie, Tunis, Bibliothèque nationale de Tunisie
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 8 : Ms 399K, f. 25 b, copié le 14 Ramaḍān 1244/20 mars 1829 par Muḥammad b. al-Qāsim al-Qandūsī (m. 1278/1862)
Crédits © Maroc, Rabat, Bibliothèque royale al-Ḥasaniya.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 837k
Titre Fig. 9 : Ms 3226 ; 13,3 x 13, 8 cm, f. 1 b, xiiie/xixe siècle.
Crédits © Maroc, Fès, Bibliothèque al-Qarawiyīn.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 10 : Ms 1193 ; 18 x 12,5 cm, f. 12a, copié en Rabī‘ II 1146/février-mars 1733 par Muḥammad b. al-Sanūsī b. Ma‘āsharā (f. 55 b).
Crédits © gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits arabes.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/17003/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hiba Abid, « Copistes et lecteurs du Dalā’il al-khayrāt dans le Maroc prémoderne (xviiie-xixe siècles) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 150 | 2021, 83-108.

Référence électronique

Hiba Abid, « Copistes et lecteurs du Dalā’il al-khayrāt dans le Maroc prémoderne (xviiie-xixe siècles) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/17003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.17003

Haut de page

Auteur

Hiba Abid

CéSor-EHESS, Paris, France (2020); Silsila Center for Material Histories, New York University (08/2021-08/2023); abid.hiba[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search