Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEMatérialités : du texte à l'objetLa bibliothèque de ʿAbd al-Ḥayy K...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE
Matérialités : du texte à l'objet

La bibliothèque de ʿAbd al-Ḥayy Kattānī

The ‘Abd al-Ḥayy Kattānī library
مكتبة عبد الحي الكتاني
Ilyass Amharar
p. 109-124

Résumés

‘Abd al-Ḥayy al-Kattānī est né en 1883 dans une famille de savants fassis proches du pouvoir. Chef de confrérie, il s’est également investi en politique ; son implication dans la tentative de déposition de Muḥammad V précipita son exil à Nice où il mourut en 1962, après confiscation de ses biens, parmi lesquels une impressionnante collection privée : la Maktaba kattāniyya. Fruit d’années d’efforts et de nombreuses pérégrinations du savant marocain au Maghreb, au Moyen-Orient mais aussi en Europe, les milliers de manuscrits rares qu’elle compte font de cette bibliothèque l’une des plus riches et précieuses de tout le monde arabe. Après une brève présentation du parcours de ‘Abd al-Ḥayy, cet article décrit précisément le contenu de la bibliothèque, son rayonnement dans le monde arabe, son rôle sous le protectorat et sa postérité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est ainsi que Kattānī signait certaines de ses lettres au Maréchal Lyautey, qui, à son tour, le d (...)
  • 2 Cette publication est le résultat d’une recherche effectuée dans le cadre du programme ANR ILM « L’ (...)

1La vie du cheikh ‘Abd al-Ḥayy al-Kattānī, savant marocain et chef confrérique qui fut un commandant du jihād contre l’occupation étrangère avant de devenir l’« ami de la France »1 et chevalier à la Légion d’honneur mérite une étude. En dépit de son parcours surprenant2, peu de recherches académiques ont été menées sur lui (Amharar, 2021) et encore moins sur sa bibliothèque (maktaba) située à Fès.

  • 3 Chercheur indépendant marocain, il fonde à cet effet Dār al-ḥadīth al-kattāniyya, une maison d’édit (...)
  • 4 Un dossier intitulé DN34 rassemble une quantité importante de lettres autographes de Kattānī et des (...)

2Le manque de travaux et la pauvreté des sources disponibles sur le sujet constituent des contraintes que nous avons tenté de contourner pour mener ce travail. Khalid Sibāʻī est sans doute celui qui s’est le plus intéressé à la figure du savant fassi et sa bibliothèque3. En 2015, ce chercheur indépendant a ainsi édité une biographie écrite par un proche parent et un disciple de ‘Abd al-Ḥayy, ‘Umar b. al-Ḥasan al-Kattānī, intitulée Maṭāli’ al-afrāḥ wa l-tahānī wa bulūgh al-āmāl wa l-amānī fī tarjamat ash-shaykh ‘Abd al-Ḥayy al-Kattānī. En 2017, Sibāʻī réalise une étude historique exhaustive sur la Maktaba qui rassemble des documents dont beaucoup étaient inaccessibles. Ces deux ouvrages pâtissent certes de leur aspect hagiographique, puisque leur auteur s’est fixé pour objectif de réhabiliter le « Chérif » comme figure de proue du milieu savant marocain (Sibāʻī, 2017, 7), ce qui apparente davantage ses affirmations à un panégyrique qu’à des analyses historiques. Néanmoins, comme nous l’avons dit, ces travaux présentent l’intérêt d’exploiter des sources difficilement disponibles ailleurs. La particularité des Maṭāli’ est en effet que son auteur a collectionné un nombre impressionnant de coupures d’articles de presse ayant mentionné ‘Abd al-Ḥayy afin de reconstituer ses différents déplacements à travers le monde. Vu la rareté des sources disponibles, nous nous référerons abondamment à Tārīkh al-maktaba al-kattāniyya et aux Maṭāli’, qui regorgent d’éléments factuels précieux. En outre, une grande partie de l’activité politique de Kattānī n’est pas traitée dans ces deux livres, notamment sa collaboration avec la France dont on trouve de précieux témoignages dans les archives du Protectorat conservées au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN)4. Leur consultation a complété cette étude en apportant des clés de lecture nécessaires, puisque certains documents mettent en lumière que la Maktaba a joué également un rôle politique dans le cadre de la propagande profrançaise que mena le cheikh.

Le parcours du fondateur

  • 5 Le père de ‘Abd al-Ḥayy, ‘Abd al-Kabīr, est le chef de la confrérie et de la zaouia éponyme (Kattān (...)
  • 6 Le sanad est la chaîne des transmetteurs entre le rapporteur et le prophète. Une chaîne courte sera (...)

3‘Abd al-Ḥayy naît en 1883 à Fès dans une famille respectée proche du pouvoir : les Kattānī. Celle-ci doit cette considération à son ascendance idrisside, mais également aux nombreux savants qui en font partie5. Le père de ‘Abd al-Ḥayy l’initie très tôt à la science du ḥadīth. Si l’on en croit son biographe, ‘Abd al-Ḥayy n’est pas encore pubère qu’il se met déjà à consulter les catalogues de transmissions (fahāris) dans le but de rassembler les chaînes (asānīd sing. sanad) les plus précieuses possible6. Pour cela, Kattānī part à la recherche des musnidīn les plus âgés afin d’obtenir un sanad plus court. Sa famille l’encourage dans cette démarche : tour à tour, son père, son frère et son oncle lui octroient une ijāza (autorisation de transmettre).

  • 7 Les marques de considération se succèdent : sur le chemin du retour, le cheikh apprend que son voya (...)
  • 8 Il s’agit de Muḥammad Ḥabīb Allāh Mayābā al-Shingīṭī, professeur à la Mecque. Quand il écrit au che (...)
  • 9 Il fut réédité en 1982 par Iḥsān ‘Abbās pour le compte de Dār al-Gharb al-Islāmī.
  • 10 Le journal marocain al-Sa’āda, puis la revue égyptienne al-Zahrā lui consacrent un article (Kattānī(...)

4Au terme de son premier pèlerinage, en 1905, au cours duquel il a pu accumuler un nombre impressionnant d’asānīd, ‘Abd al-Ḥayy devient, à tout juste 22 ans, une figure respectée chez les savants de l’époque7. À la demande de l’un d’eux8, ‘Abd al-Ḥayy réunit tous ses catalogues de transmissions en un seul livre : Fahras al-Fahāris, qu’il fait publier pour la première fois à Fès en 19279. Là encore, le succès est immédiat : des savants du monde arabe lui écrivent pour le féliciter.10

  • 11 Les savants résidents à Fès se distinguaient en enseignants et non-enseignants et chaque groupe éta (...)
  • 12 C’est avec son concours qu’Alfred Bel réalisa une version française de ce catalogue, édité en 1918 (...)

5Cela lui donne accès à plusieurs distinctions : en 1907, par un décret du sultan, il est promu enseignant de première classe11 à la Qarawiyyīn. En prenant en charge la gestion de la bibliothèque de ladite université, tâche qui consiste majoritairement en la récupération de manuscrits empruntés, la restauration des plus défectueux et l’établissement d’un inventaire précis12, il se découvre une passion pour la bibliophilie et les manuscrits rares.

  • 13 Épaulé par le cheikh, son grand frère Muḥammad ‘Abd al-Kabīr al-Kattānī prit la tête du mouvement d (...)
  • 14 Voir CADN, archive classée A.329 dans le dossier DN34.
  • 15 Il s’agit d’une académie rattachée à la Bibliothèque Ambrosienne à Milan.
  • 16 Les actes de colloque, qui eut lieu du 23 au 31 juillet 1948 furent publiés par la Société Asiatiqu (...)

6Après une rupture avec le pouvoir en 190913, le nouveau sultan Moulay Ḥafīẓ le fit emprisonner, et fit tuer son frère (‘Alamī Wālī, 2013 : 15), ce qui conduit ‘Abd al-Ḥayy à opérer un virage politique. Il devient alors l’allié des Français, ce qui accroit dans un premier temps son pouvoir et sa fortune. Lyautey, alors Résident Général, est particulièrement sensible à l’homme érudit qui met son influence au service du protectorat. Pour récompenser son aide, mais également pour rendre hommage au savant14 qui signe désormais ses lettres par « Kattānī l’ami de la France », le président de la République le nomme Grand Commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur. Kattānī profite de ces égards pour visiter l’Europe et faire la tournée des plus grandes bibliothèques. Il est nommé membre d’honneur de l’Académie Ambrosienne15, reçu par le Pape Pie XII et invité à donner une conférence à la Sorbonne lors du xxie Congrès International des Orientalistes16 et à visiter la Bibliothèque nationale de France en 1948.

  • 17 En 1928, la troupe des anciens élèves du collège Moulay Idriss de Fès donne une représentation de T (...)
  • 18 En 1927, son père Moulay Yūsuf décède. Les autorités françaises le choisissent alors comme sultan à (...)
  • 19 Voir le chapitre, dans Pierre Vermeren, 2002 : 20-31.
  • 20 Voir CADN, archive classée A.329 dans le dossier DN34.

7Le revers de la médaille de cette collaboration est, sans surprise, une impopularité de plus en plus vive au Maroc, surtout chez les nationalistes qui voient en lui les restes d’un Maroc d’autrefois, incompatible avec leurs idéaux de modernité. Chez une frange de la jeunesse instruite, le cheikh est assimilé à Tartuffe17, alors que pour d’autres il est un vivificateur de la science du ḥadīth et un chef confrérique élevé au rang de saint. Dans ce conflit générationnel opposant vieux soufis traditionnels à jeunes nationalistes réformateurs, Mohammed V, souverain fraichement nommé (Vermeren, 2010 : 20-31)18, est plus favorable au second camp qui le séduit avec ses idéaux indépendantistes19, ce qui ne manque pas d’agacer la Résidence, qui prend la décision de le destituer. Cherchant à légitimer l’éloignement du sultan du point de vue religieux et politique afin d’éviter des soulèvements du peuple, la Résidence trouve en la personne du cheikh et celle du pacha de Marrakech al-Madanī Glaoui les deux acteurs principaux d’un stratagème conduisant à la déposition du sultan Mohammed V, son arrestation puis son départ forcé pour Madagascar (Garan, 2009 : 59-60). Le retour de celui-ci enclenche le processus conduisant à l’indépendance du pays et le jugement de tous les artisans de ce complot. La France, reconnaissante des services rendus par le « Chérif Kattānī », lui offre l’exil à Paris, puis à Nice. Jugé au Maroc par contumace le 22 août 1958 (Amharar, 2020 : 18), Kattānī est déclaré coupable d’indignité nationale par la Commission d’enquête et condamné à ce titre à la dégradation nationale entraînant la privation de ses droits civiques et civils pour la durée maximum de 15 ans et la confiscation totale de ses biens. Dans la nuit du 27 au 28 septembre 1962, ʿAbd al-Ḥayy al-Kattānī décède à Juan-les-pins. Comme il n’a pas bénéficié d’un pardon royal, son corps n’a jamais été transféré au Maroc, malgré les demandes de sa famille20.

8Une des plus grandes pertes occasionnées par l’exil de Kattānī est très certainement la fermeture et le pillage de sa précieuse bibliothèque, pour laquelle il a investi une grande partie de sa vie et de ses moyens.

Au cœur de la Maktaba

  • 21 Une note du dossier d’archive (CADN), DNB24 signale que ‘Abd al-Ḥayy a visité la BNF, la bibliothèq (...)

9Le Maroc connaît, à la veille du Protectorat, un appauvrissement des bibliothèques. Les bibliothèques publiques, dite khazā’in (sing. khizāna), sont progressivement dépouillées, et leur contenu est redistribué à des oulémas (Godart, 1859 : 123). Certains rois auraient emprunté une partie des collections publiques. Mais c’est la pénétration étrangère au Maroc qui incita de nombreux Marocains à mettre leurs manuscrits à l’abri (Binebine, 2015 : 117). Pendant ce temps, les bibliothèques privées continuent à se développer et perpétuent la gloire de leur propriétaire ; par l’accès libre et le prêt facilité qu’elles proposent, les savants qui les consultent ne manquent pas de faire l’éloge de ces collections et de leurs détenteurs (Binebine, 86-87). C’est dans ce contexte que se forge le projet bibliophile du cheikh, dont la passion pour les livres rares et les manuscrits précieux naît, de son propre témoignage, très tôt, peu avant la puberté, parallèlement à son intérêt pour les sciences du ḥadīth ; c’est d’ailleurs en les étudiant qu’il prend goût à la recherche des manuscrits autographes (‘Umar Kattānī, Maṭāli’ : 117). Rappelons d’abord que le cheikh était depuis sa jeunesse un habitué de la bibliothèque de la Qarawiyyīn. Ensuite, les premiers voyages qu’il effectue à l’âge adulte lui permettent de visiter des bibliothèques célèbres à travers le monde arabe, telle la Dār al-kutub al-miṣriyya du Caire ou la Bibliothèque d’Alexandrie, mais également des collections privées. À chaque voyage, Kattānī visite les marchés aux livres et les antiquaires et alimente peu à peu sa collection. À un stade plus avancé de sa vie, il profite de ses relations avec la France pour faire la tournée des bibliothèques françaises et européennes21. Par télégraphe, Kattānī fait également acheminer depuis Téhéran ou Delhi de nombreuses acquisitions. Aucune discipline n’est délaissée : que ce soient des volumes du Coran, de traditions prophétiques, sur les pratiques rituelles, d’histoire, de philosophie ou même de médecine, sa bibliophilie est insatiable.

  • 22 Il fait par exemple l’acquisition de deux lettres de Napoléon III au sultan Muḥammad b. ‘Abd al-Raḥ (...)
  • 23 Son fils ‘Abd al-Raḥmān signale, dans un témoignage recueilli par Sibai, qu’il lui arrivait de débo (...)
  • 24 C’est du moins ce dont attestent certaines notes de renseignement du dossier d’archive (CADN) DNB24
  • 25 Le terme ziyāra est ambivalent : il peut désigner la visite d’une tombe ou la visite du chef de con (...)

10Au-delà d’une simple « boulimie », la préoccupation principale que met en avant ‘Abd al-Ḥayy est l’urgence de préserver la mémoire nationale et, plus largement, l’héritage culturel islamique menacé de disparation ou d’expropriation par les puissances coloniales européennes (Sibāʻī, 2017 : 53). D’une certaine manière, cette bibliothèque est un acte de résistance contre ce qu’il considère comme une colonisation culturelle, ce qui peut paraître paradoxal vu son alliance politique avec la France. Le savant fassi déplorait d’une part la fuite d’une grande quantité de manuscrits vers les bibliothèques européennes et, d’autre part, l’absence d’implication de beaucoup de ses coreligionnaires et leur manque d’entrain à le suivre dans cette démarche de préservation du patrimoine (Kattānī, Tārīkh al-maktabāt, 285-286). Il se donna donc comme mission de parcourir le Maroc, puis le reste du monde arabe, à la recherche du moindre document présentant un intérêt historique : livres, cartes, mais également traités et documents politiques22 ou armes anciennes. Ambitieux, ‘Abd al-Ḥayy ne compte pas23. Pourtant, les manuscrits rares ont un prix, sans parler de l’édifice et de son entretien qui est également coûteux. Il accumule une fortune considérable24 par les ziyāra25 qu’il perçoit de ses adeptes, en tant que chef de confrérie, mais également par la rente que lui apporte sa collaboration avec le Protectorat, sans compter les nombreux manuscrits qu’il reçoit en cadeau (Tārīkh al-Maktaba, 412).

11Située dans un quartier de Fès appelé Sīdī Bū Jīda, ce vaste et somptueux riad qu’est la Maktaba constitue un bien de main-morte (waqf) que Kattānī fit construire en 1916, soit moins de dix ans après sa sortie de prison, une fois la réouverture de ses zaouïas décrétée par le sultan (Amharar, 2021 : 8). Autour de la salle abritant les collections à proprement parler, ‘Abd al-Ḥayy mit en place plusieurs annexes (Sibāʻī, 2017 : 354) :

  • une petite mosquée avec imam et muezzin attitrés pour les fidèles du quartier ;

    • 26 La bibliothèque était équipée d’un monte-charge permettant aux chercheurs de recevoir les livres da (...)

    une maison de la recherche avec chambres accueillant savants et chercheurs26 ;

  • un abri pour les nécessiteux et les femmes démunies ;

  • une école coranique gratuite pour les démunis et orphelins avec un enseignant salarié ;

  • un appartement pour un enseignant en face de la bibliothèque ;

  • une maison de retraite : certains appartements du complexe étaient réservés à l’accueil de savants fassis ex-domiciliés par leurs petits-enfants.

  • 27 Il s’agit d’un article dudit journal intitulé « al-Maktaba al-kattāniyya aw Dār al-ḥadīth bi Fās », (...)

12Quant à la bibliothèque à proprement parler, le journal al-Sa‘āda, basé à Tanger et subventionné par la Résidence Générale,consacra à sa description complète un article entier27 paru en 1924, reproduit tel quel dans les Maṭāli’ (‘Umar Kattānī : 462) dont nous restituons les grandes lignes. La bibliothèque se situait dans la salle la plus vaste du riad et abritait 21 armoires vitrées contenant 12 000 volumes environ, classés en une trentaine de catégories, réparties selon l’ordre traditionnel des disciplines islamiques.

13On retrouve d’abord les catégories classiques : 1 : exégèse (tafsīr) ; 2 : tradition prophétique (ḥadīth) ; 3 : biographie prophétique (sīra) ; 4 : théologie ; 5 : jurisprudence (fiqh) ; 6 : langue arabe (grammaire, morphologie et rhétorique) ; 7 : littérature arabe et lexique ; 8 : fondements de la jurisprudence (uṣūl al-fiqh) ; 9 : soufisme ; 10 : liturgies (da’awāt) ; 11 : médecine ; 12 : poésie ; 13 : histoire ; 14 : catalogue de savants du ḥadīth (fahāris) ; 15 : cahiers divers ; 16 : catalogue des manuscrits des bibliothèques européennes et du monde ; 17 : collection de photocopies de manuscrits ; et enfin 18 : pièces archéologiques.

14Les catégories 19 à 26, inexistantes dans les bibliothèques de l’époque, confèrent à la Maktaba une forme hybride entre cabinet de curiosité et musée.

  • 28 C’est en Italie du Nord à la fin du xve siècle qu’apparaissent, dans les demeures princières, les p (...)
  • 29 On peut citer en exemple le cabinet des Habsbourg à Vienne.

15Rappelons que les cabinets de curiosité remontent à la Renaissance italienne28, époque d’explorations et de découvertes, durant laquelle princes et savants29 prennent goût à la collecte d’objets curieux des nouveaux mondes (Rivallain, 2001 : 18). Il s’agit le plus souvent de pièces, ou parfois de meubles souvent vitrés, dans lesquelles étaient entreposés et exposés des objets rares et singuliers, rassemblés de façon hétéroclite mais le plus souvent répartis en quatre grandes catégories : 1°) naturalia, à savoir des objets de type minéral (pierres précieuses) ou encore du règne animal (peaux, bêtes empaillées etc) ou végétal (herbiers) ; 2°) artificalia, à savoir des inventions humaines, telles des armes ; 3°) scientifica, à savoir des instruments scientifiques, tels des astrolabes ; 4°) exotica, à savoir des objets jugés exotiques, appartenant à des civilisations éloignées de l’Europe.

16La fonction originelle du cabinet de curiosités était double : il s’agissait à la fois de faire découvrir le monde afin de mieux le comprendre, de proposer une « topographie synthétisée », tout en confirmant les visiteurs, chrétiens pour la plupart, dans leur croyance en une création divine sur laquelle ils sont invités à méditer (Schnapper, 1988 : 308). Les collections de reliques du monde ecclésiastique du Moyen-Âge seraient d’ailleurs à l’origine de ces cabinets.

17Dès le xviie siècle, les cabinets de curiosité deviennent une réalité européenne : des guides touristiques font l’inventaire des cabinets dans tout le continent (Davenne, 2004 : 172). Ces cabinets participent alors au développement d’une culture savante accessible à une élite aisée. Ayant joué un rôle important dans l’essor des sciences modernes, ces cabinets sont considérés comme les ancêtres des musées. Leur popularité ne diminue pas tout le long du xxviie siècle.

18Au xviiie siècle, le progrès de la science transforme cet intérêt pour les curiosités en une culture des savoirs expérimentaux telle la physique ; les cabinets laissent de plus en plus place aux galeries d’histoire naturelle et aux musées modernes, fussent-ils des institutions royales publiques ou des collections privées (Rivallain, 2001, 22-25).

  • 30 Comme celui de Grenoble qui date du xixe siècle.

19Les premiers musées sont construits à la gloire de la nature et du génie humain ; au-delà de simples expositions artistiques, ils se veulent le lieu de réunion des arts, des sciences et de l’histoire naturelle : on parle alors de « musées-bibliothèques »30, dont la fonction première est non pas de susciter l’émotion du visiteur mais de l’instruire.

20Il semble que le cheikh, dans sa quête d’accumulation du savoir, se soit inscrit dans cette démarche de valorisation du patrimoine scientifique, au croisement entre cabinet de curiosité et musée-bibliothèque. On peut supposer que c’est au gré de ses voyages en Europe qu’il décide de conférer cette dimension à sa Maktaba, qui n’est plus une simple bibliothèque privée comme on pouvait en voir au Maroc à cette époque. On retrouve dans la Maktaba de Kattānī la fonction d’instruire le visiteur tout en éveillant sa curiosité, puisqu’elle est pensée comme une mémoire vive de la civilisation arabo-musulmane et de son patrimoine, dont la défense constitue pour le cheikh une priorité (Kattānī, Tārīkh al-Maktabāt, 285-286), à l’heure des luttes pour l’indépendance. Cela ne l’empêche pas cependant d’alimenter sa bibliothèque de trouvailles insolites qu’il acquiert au gré de ses voyages.

21La Maktaba est également l’image que le cheikh veut se donner de lui-même : celle d’un savant connaisseur de son passé et témoin actif de son présent, doté d’une vaste culture, aussi sensible aux savoirs religieux que profanes, à la culture arabe et européenne, aux humanités tout comme aux sciences expérimentales, s’intéressant autant aux pièces de monnaie anciennes ou aux animaux exotiques qu’aux instruments astronomiques.

  • 31 Ces informations sont disponibles sur le site de la SFM : <www.stefm.fr>.

22Ainsi, la catégorie 19 de la bibliothèque est consacrée à la numismatique : des pièces de monnaie grecque, romaine, pharaonique, perse, abbasside, idriside omeyade, ayyoubide, mérinide, sa’dide, almohade, seldjoukide, ou fatimide sont exposées. On peut signaler par exemple la présence d’un dinar d’or portant le nom ‘Abd al-Malik b. Marwān et daté à environ 70/692 de l’hégire. Cette pièce est particulièrement précieuse puisque ces dinars représenteraient la première monnaie frappée en pays islamique. On trouve une pièce semblable au musée de la Bibliothèque d’Alexandrie. Les rares exemplaires originaux parvenus jusqu’à nous sont d’une grande valeur : d’après la Société Française des Monnaies (SFM), en 1989, l’un d’entre eux fut échangé plus de 500 000 francs suisses (soit 516 929 dollars américains)31.

  • 32 Unité de volume islamique, le ṣā’ équivaut à quatre mudd, le mudd représentant le plein de deux mai (...)
  • 33 Un étalon semblable se trouve aujourd’hui au Musée d’Histoire Ancienne et des Civilisations de Raba (...)

23La catégorie 20 est consacrée aux étalons de volumes et unités de mesure islamiques (akyāl islāmiyya shar‘īyya), dont la nécessité ne se démontre pas pour la collecte de l’aumône (zakāt). On retiendra la présence d’un ṣā’32 étalon de Abu l-Ḥasan al-Marīnī avec une chaîne de transmission ininterrompue jusqu’au célèbre compagnon Zayd b. Thābit33.

24La catégorie 21 renferme des machines et autres objets insolites. On y trouve également des appareils astronomiques tels que des astrolabes ou un microscope.

25La catégorie 22 abrite des machines de guerre et des armes, tels des épées et des fusils. On retiendra la présence d’un pistolet offert par le roi espagnol Carlos III à Moulay Sulaymān.

26La catégorie 23 contient des pierres précieuses et la catégorie 24 des peaux d’animaux : lions, tigres, léopards, rhinocéros, ou encore serpents, qui ne manquaient certainement pas d’attiser la fascination des visiteurs, déjà attirés par les livres rares que contenait la bibliothèque.

27La catégorie 25 est une collection de manuscrits du Coran. On retiendra la présence d’un extrait du Coran écrit en or, en calligraphie coufique, qui daterait du troisième siècle hégirien.

28Enfin, la catégorie 26 rassemble les périodiques : magazines, revues mensuelles et journaux quotidiens, marocains et arabes. Kattānī était abonné à la plupart des revues connues de l’époque, y compris des revues françaises interdites au Maroc, comme l’Observateur, et se tenait informé de l’actualité mondiale.

29Si ces acquisitions, pour la plupart dignes des galeries d’art, sont très précieuses, ce sont surtout ses manuscrits rares qui font la réputation de la bibliothèque, au point d’attirer des visiteurs du monde entier, faisant d’elle « l’une des plus prestigieuses collections privées du monde » (‘Alī Bāshā, 1925 : 46). Parmi les pièces les plus précieuses, nous pouvons citer :

  • la copie d’un autographe de Dāraquṭnī, érudit spécialiste du ḥadīth irakien mort en 385/995 ;

  • une copie du Tafsīr Jalālayn. Il s’agit d’un des livres d’exégèse les plus populaires dans le monde musulman aujourd’hui en raison de son petit volume et sa simplicité. L’un ouvrage est écrit par deux auteurs, tous deux s’appelant Jalāl al-Dīn : Maḥallī (911/1505) l’a commencé et Suyūṭī (865/1460) l’a achevé. Cette copie est particulièrement précieuse puisqu’elle présente une licence de transmission (ijāza) écrite de la main de Suyūṭī lui-même ;

  • le deuxième volume des Aḥkām al-Qur’ān du cadi malikite Ibn al-’Arabī (543/1148), célèbre savant ayant eu un rôle central dans la transmission en Andalus de la pensée de Ġazālī. Les Aḥkām est un livre en plusieurs volumes dans lequel l’auteur écume les nombreux statuts légaux contenus dans le Coran. La copie de la Maktaba date de 579/1184, soit seulement trente-six ans après la mort du cadi ;

  • le commentaire autographe d’al-Zurqānī (1122/1710) sur la Muwaṭṭa’, recueil de ḥadīth et de de fatwas compilées par Mālik b. Anas, considéré comme le fondateur du droit malékite ;

  • le premier volume de Fatḥ al-Bārī’, qui est le plus célèbre commentaire du Ṣaḥīḥ de Bukhārī, écrit par Ibn Ḥajar ‘Asqalānī savant égyptien du viiie siècle/xive siècle. L’intérêt de cette copie est qu’elle présente des passages corrigés de la main de l’auteur ;

  • le commentaire autographe écrit par al-‘Irāqī de sa fameuse Alfiyya, un manuel de mille vers dans la science du ḥadīth, copié en 799/1397 ;

  • un volume des Futūḥāt du célèbre mystique Muḥyi d-Dīn Ibn ‘Arabī incluant une ijāza de sa main ;

  • une copie du même volume écrit à partir de l’autographe ;

  • une copie de la version latine du Qānūn d’Avicenne, imprimée au Vatican et offerte au Chérif par le Pape.

30De telles raretés provoquent évidemment l’affluence des visiteurs qui peuvent consulter, voire emprunter des livres inaccessibles ailleurs. Le livre d’or de la Maktaba rend compte de la diversité de son public (Sibāʻī, 384). Certains sont réguliers, à l’image des savants d’al-Qarawiyyīn, qui ont même leur créneau hebdomadaire réservé, à savoir le vendredi après-midi. D’autres visiteurs, plus ponctuels mais très nombreux, sont des personnalités célèbres venues d’Europe. Sibāʻī les cite pêle-mêle, mais on peut les classer en plusieurs catégories.

  • 34 Il se serait rendu à la bibliothèque dans le cadre de ses recherches sur la version d’Ibn Tūmart de (...)
  • 35 Il aurait visité la bibliothèque pour ses recherches sur Ibn Taymiya.
  • 36 C’est à partir des manuscrits de la bibliothèque que Lévi-Provencal édite le troisième tome d’al-Ba (...)

31On distingue par exemple des personnalités politiques : Kattānī reçoit en effet à la bibliothèque le roi de Libye Idriss Sanoussi, le Pacha de Marrakech Thami Glawi, ou encore le prince héritier égyptien et khédive Mohammad Ali Pacha. La bibliothèque est également fréquentée par des orientalistes : citons par exemple Joseph Schacht34, Henri Laoust35, ou encore l’un des amis intimes du cheikh, Lévi-Provençal.36 Des savants du monde arabe affluent également, à l’image du célèbre historien syrien Khayr al-Dīn Ziriklī, qui trouva dans la Maktaba des matériaux nécessaires à l’élaboration de son ouvrage prosopographique al-A‘lām. Enfin, Kattānī reçoit des institutions scientifiques : la Dār al-kutub al-miṣriyya envoie ainsi une délégation chargée de photocopier le livre d’histoire d’al-Dhahabī Tārīkh al-islām.

32Ces personnalités ne manquent pas à leur tour de relater leur visite à leur retour dans leur pays d’origine, ce qui contribue à étendre la popularité de cette bibliothèque. Ainsi, dans son récit de voyage en Afrique du Nord, le prince égyptien Muḥammad ‘Alī Bāshā, qui relate son passage à Fès, consacre un paragraphe à sa visite de la fameuse bibliothèque :

  • 37 Muḥammad ‘Alī Bāshā, 1925, Riḥlat Sumuww al-Amīr : 47-48.

[...] j’ai beaucoup entendu parler de l’importance de la bibliothèque de ce savant, ce qui me donna encore plus l’envie de la visiter en raison de mon intérêt pour les livres anciens [...]. Il [Kattānī] m’a fait voir sa bibliothèque qui contient environ trois mille livres dont plusieurs, vieux de mille ans, sont néanmoins en parfait état[...]. Elle compte certes parmi les plus précieuses bibliothèques en ce qu’elle contient des livres rares sur l’histoire des Arabes et de l’Islam [...]. (Muḥammad ‘Alī Bāshā, 1925 : 46-48)37

  • 38 Pour en consulter quelques extraits, voir Maṭāli‘ : 362-373.
  • 39 Déjà cité en note 24.
  • 40 ‘Umar Kattānī (Maṭāli‘ : 194) cite parmi ces revues Paris Soir. Nous n’avons pu accéder au dit numé (...)

33La Maktaba fait également l’objet d’articles dans des revues locales et internationales. La revue al-Sa’āda consacre de nombreuses parutions38 à la figure du cheikh et sa bibliothèque39, de même que la revue algérienne al-Najāḥ ou encore le magazine égyptien al-Islām. Cette réputation dépasse la Méditerranée. Quand Kattānī est invité à Paris en 1948 à l’occasion du xxie Congrès sur l’orientalisme, l’évènement, d’après ‘Umār Kattānī, est en une dans certains journaux français, qui consacrent plusieurs pages à la Maktaba (‘Umar Kattānī, 2015 : 194)40.

  • 41 Le moussem est un festival annuel organisé en l’honneur d’un saint, réunissant les adeptes de sa co (...)

34La plus grande salle de la Maktaba abrite également des manifestations spirituelles et politiques à rayonnement national ou international. Ainsi, pendant 22 ans, y est annuellement organisé un moussem41 en l’hommage du père de ‘Abd al-Ḥayy. Des centaines d’adeptes de la confrérie affluent de tout le Maroc et se réunissent pour réciter collectivement le Coran ainsi que des litanies diverses. Ce moussem est considéré comme une des festivités confrériques annuelles que connaît Fès et que la presse locale ne manque pas de couvrir (Sebaï, 2017 : 387).

35En avril 1953, la Maktaba abrite durant plusieurs jours l’unique édition du Congrès des confréries soufies, accueillant les représentants de 200 zaouïas et 20 confréries à travers l’Afrique du Nord. À cette occasion ʿAbd al-Ḥayy donna une conférence inaugurale intitulée « Comment est né le soufisme en islam » (Kayf nashaʾa al-taṣawwuf fi l-islām) (Barkānī, 2017).

Heurs et malheurs de la Maktaba

  • 42 La lettre envoyée à Kattānī par Thomas Fegras se trouve dans le dossier (CADN) DN34.

36« Ami de la France », ‘Abd al-Ḥayy manifesta sa loyauté plus d’une fois en mettant sa précieuse bibliothèque au service du protectorat. Lorsque la Résidence, dans le cadre de la politique de Lyautey visant à promouvoir le respect des traditions du pays et à valoriser son patrimoine historique, organise une exposition sur l’art arabo-andalou à Tétouan, en avril 1951, le délégué à l’éducation et à la culture de l’époque, Thomas Fegras sollicite « le Chérif » afin qu’il mette sa précieuse collection de manuscrits rares à la disposition du gouvernement42.

  • 43 Dans un article du 9 avril 1953 de L’Observateur qui fustige le cheikh, celui-ci y est qualifié « d (...)

37Vitrine culturelle, la Maktaba est également le lieu d’une propagande profrançaise et anti-sultan beaucoup plus frontale. En effet, plusieurs manifestations que le savant y organisait n’étaient que des tribunes qu’il occupait par des discours à l’encontre de Mohammed V (Amharar, 2020 : 12), à l’image du Congrès des Confréries soufies, tenu en 1952, qui était en principe un rassemblement spirituel, mais dont la dimension politique était évidente : l’un de ses objectifs était de préparer le processus de déposition conduit par le Glaoui43. Mille trois cents délégués des confréries du Maroc, d’Algérie et de Tunisie ont ainsi été amenés à signer un texte présenté par le cheikh dans lequel il critiquait violemment le sultan, qu’il accusait d’erreurs modernistes et suggérait qu’il devait être déchu (Kattānī, Fatwā li-‘Abd al-Ḥayy Kattānī,35).

38Au lendemain du retour d’exil du Sultan, l’heure est à la sanction des dissidents de la veille. Le cheikh fut reconnu coupable d’indignité nationale et tous ses biens furent confisqués. La question épineuse de l’avenir de la Maktaba se posa, notamment sur la possibilité d’en faire une vitrine culturelle dont le rayonnement rejaillirait sur tout le Maroc. Pour beaucoup de nationalistes, cette bibliothèque, qui aurait pu en effet être le reflet d’une mémoire collective, était avant tout le symbole d’une gloire personnelle, celle qu’avait acquise un homme en complotant contre son propre souverain pour le compte d’une puissance étrangère. Cette bibliothèque rappelait au pouvoir en place une période que beaucoup voulaient oublier, alors qu’elle représentait pour le cheikh le symbole d’une mémoire collective sauvée.

  • 44 Une partie du mobilier avait également disparu. Tārīkh, p332 et p. 335.

39La bibliothèque fut pillée à deux reprises. La première fois eut lieu lors de l’arrestation du Chérif par Moulay Ḥafīẓ en 1908. Celui-ci décida de fermer l’ensemble des zaouias affiliées à Kattānī ainsi que la bibliothèque. En 1909, lorsque ‘Abd al-Ḥayy fut libéré et en obtint la réouverture, il remarqua que plusieurs volumes avaient disparu. Kattānī accusa Moulay Ḥafīẓ, lui aussi fin collectionneur, de les lui avoir subtilisés44. Si Kattānī parvint à obtenir de Moulay Yūsuf d’ordonner par décret la restitution des livres confisqués, il déplora qu’une partie de ces précieux volumes manquaient toujours à l’appel. D’après lui, Moulay Ḥafīẓ les aurait emportés avec lui en France lors de son exil (Kattānī, Maẓāhir : f°344-345).

40Elle fut dévalisée une seconde fois après le retour d’exil de Mohammed V. ‘Abd al-Ḥayy étant l’un des instigateurs de cette tentative de destitution, il est condamné et ses biens confisqués. Comme nous l’avons déjà dit, l’état marocain le déclare « coupable d’indignité nationale par la commission d’enquête et condamné à ce titre à la dégradation nationale entraînant la privation de ses droits civiques et civils pour la durée maximum de 15 ans et la confiscation totale de ses biens. » (Bulletin officiel, 22 août 1958). ‘Abd al-Raḥmān, l’un des fils du cheikh resté à Fès, témoigna avoir reconnu des gens issus du courant nationaliste faire irruption dans la bibliothèque et la dévaliser, s’emparant des anciennes pièces de monnaie (Sibāʻī, 2017, 336).

  • 45 D’après l’estimation de Sibā’ī, quatre mille manuscrits seraient conservés à Rabat, contre mille à (...)
  • 46 Sibāʻī, 2017, Tārīkh, I, p. 339.

41En 1959, la bibliothèque est officiellement fermée (Ibid, 337). Décision est prise, par décret, de transférer son contenu à Rabat. Une fois de plus, lors de son transport, beaucoup de manuscrits et de pièces rares sont perdus. Les collections de pièces de monnaie et de pièces précieuses ont totalement disparu. Sur les douze mille volumes que contenait originellement la Maktaba, l’état marocain réussit à en sauver environ cinq mille45. Son contenu, du moins ce qu’il en reste, se partage entre deux bibliothèques nationales46 : la Bibliothèque nationale de Rabat et la Bibliothèque nationale de Marrakech.

  • 47 L’Institut égyptien de Madrid a racheté à ses héritiers une partie de sa bibliothèque. Nous n’avons (...)

42Où se trouve le reste de la Maktaba ? Une partie est toujours en circulation sur le marché clandestin : Sibāʻī, qui est par ailleurs collectionneur, déclare avoir récupéré de vendeurs privés plusieurs manuscrits portant le tampon « Bibliothèque de ‘Abd al-Ḥayy Kattānī » (Ibid, 337). Une autre, sans doute infime, représente les livres empruntés au cheikh et qui ne lui ont jamais été restitués, à l’image de celui prêté à Lévi-Provencal (Ibid, 343)47.

  • 48 Construit à fin du xixe siècle à Fès par le sultan Hassan 1er qui en fait sa résidence estivale, le (...)

43Le fils du cheikh, ‘Abd al-Raḥmān, déclare avoir reconnu certaines pièces de la Maktaba au Musée de Baṭḥā’ de Fès48. ‘Abd al-Ḥayy emporta avec lui une partie de ses livres précieux qui ne le quittaient jamais (Sibāʻī, 2017, 343). Kattānī aurait enfin offert une autre partie ; durant la période de froid avec le sultan, le cheikh aurait essayé à plusieurs reprises de rouvrir le dialogue et, dans un but de rédemption et de rapprochement avec le trône alaouite, aurait offert de précieux livres à Mohammed V, puis, une fois exilé, à son successeur au trône, Hassan II (Ibid, 342). Enfin, une autre partie a été offerte au roi par les héritiers du cheikh. Lucides, ceux-ci savaient pertinemment qu’ils ne pouvaient rouvrir une bibliothèque qu’ils n’avaient de toute façon aucun moyen d’entretenir, et qui de plus était associée à un homme condamné à l’indignité nationale (Ibid, 343).

44Peu de temps après sa fermeture, dans des conditions qui demeurent obscures, le bâtiment de la Maktaba, vétuste et laissé à l’abandon, a fait office d’internat pour une délégation d’étudiants sénégalais. Aujourd’hui, c’est un bâtiment délabré qui abrite les descendants de ces étudiants.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES

Archives : Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN).

BĀSHĀ Muḥammad ‘Alī, 1925, Riḥlat Sumuww al-Amīr Muḥammad ‘Alī Bāshā fī Shamāl Ifrīqyā, Le Caire, Maṭbaʿat al-Iʿtimād.

DĀWŪD Muḥammad, 2006, Tārīḫ Tiṭwān, Maṭbaʿat al-Ḫalīǧ al-ʿArabī.

KATTĀNĪ ‘Umar, K. SIBĀ’Ī (éd.), 2015, Maṭāliʿ al-afrāḥ wa l-tahānī wa bulūgh al-āmāl wa l-amānī fī tarǧamat ash-shayḫ ʿAbd al-Ḥayy al-Kattānī, Tanger, Dār al-Ḥadīṯ al-Kattāniyya.

KATTĀNĪ ‘Abd al-Ḥayy, al-Maẓāhir al-Sāmiya fī n-nisba al-sharīfa al-Kattāniyya, manuscrit 024 conservé à la Bibliothèque Al Saud de Casablanca.

KATTĀNĪ ‘Abd al-Ḥayy, Al-‘ALAMĪ WĀLĪ (éd.), 2013, Mufākahat ḏawi n-nubli wa l-ijāda ḥadrat mudīr jarīdat al-Saʿāda, Rabat, Dār Abī Raqrāq.

KATTĀNĪ ‘Abd al-Ḥayy, BARKĀNĪ (éd.), 2017, Kayfa nasha’a al-taṣawwuf fi l-islām, Tanger, Dār al-ḥadīth al-kattāniyya.

OUAZZANI Muḥammad Ḥassan, 1985, Muḏakkirāt, ḥayāt, wa jihād, Casablanca.

ETUDES

AMHARAR Ilyass, « De la gloire à l’exil : le parcours tragique de ‘Abd al-Ḥayy al-Kattānī », in Savants musulmans du Maroc, Sabrina Mervin et Augustin Jomier (dir.), ouvrage à paraître fin 2021.

BAZZAZ Sahar, 2010, Forgotten Saints, History, Power, and Politics in the Making of Modern Morocco, Londres, Harvard University Press.

BINEBINE Ahmed-Chouqui, 2015, Histoire des bibliothèques au Maroc, Éditions et Impressions Bouregreg.

CHALMETA Pedro, 1968, « Le Barnāmaj d’Ibn Abī Rabī’ » Arabica, n° 15.

DAVENNE Christine, 2004, Modernité du cabinet de curiosités, Éditions L’Harmattan.

GARAN Frédéric, 2009, « Un sultan à Madagascar : l’exil de Mohammed V à Antsirabe », Expressions, La Réunion, p. 59–117.

GODARD Léon, 1859, Le Maroc, notes d'un voyageur, Alger.

LAROUI ‘Abd Allāh, 2009, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain (1830-1912), Casablanca, Centre Culturel Arabe.

LUCCIONI Joseph, 1972, « L’avènement de Sidi Mohammed Ben Youssef au trône du Maroc (1927) », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, Association pour l’étude des sciences humaines en Afrique du Nord, no 12.

MAURIES Patrick, 2011, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard.

RIVALLAIN Julien, 2001, « Cabinets de curiosité, aux origines des musées », Outre-mers, p. 17-35.

ROSENTHAL Franz, 1968, A History of Muslim Historiography, 2e éd., Leyde, Brill.

SCHNAPPER Antoine, Le géant, la licorne, la tulipe. Collections françaises dans la France du XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988.

SIBĀʻĪ Khālid, 2017, Tārīkh al-Maktaba al-kattāniyya, Tanger, Dār al-ḥadīth al-kattāniyya.

VERMEREN Pierre, 2010, Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, coll. » Repères/Histoire » (no 346), (1re éd. 2002),

VIMERCATTI SANSEVERINO Ruggero, 2014, Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912) : Hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique dans la ville de Mawlāy Idrīs, Rabat, Publications du Centre Jacques Berque.

Haut de page

Notes

1 C’est ainsi que Kattānī signait certaines de ses lettres au Maréchal Lyautey, qui, à son tour, le désignait par « le Chérif » (titre attribué à un descendant du Prophète).

2 Cette publication est le résultat d’une recherche effectuée dans le cadre du programme ANR ILM « L’enseignement de l’islam au Maroc (XVIIIe-XXIe siècles) » (ANR-16-CE27-0015). Je remercie Sabrina Mervin pour son aide précieuse et ses remarques qui m’ont accompagné tout au long du processus d’écriture. Je remercie également Farid El Asri et mes deux relecteurs anonymes pour leurs commentaires constructifs.

3 Chercheur indépendant marocain, il fonde à cet effet Dār al-ḥadīth al-kattāniyya, une maison d’édition consacrée à l’œuvre scientifique du cheikh.

4 Un dossier intitulé DN34 rassemble une quantité importante de lettres autographes de Kattānī et des notes de renseignements. Voir également notre biographie de Kattānī dans : Amharar, I, « De la gloire à l’exil : le parcours tragique de ‘Abd al-Ḥayy al-Kattānī », Savants musulmans du Maroc (dir. Sabrina Mervin et Augustin Jomier), à paraître en 2021.

5 Le père de ‘Abd al-Ḥayy, ‘Abd al-Kabīr, est le chef de la confrérie et de la zaouia éponyme (Kattānī, Maẓāhir : f° 4) ; son frère aîné Muḥammad est un savant respecté et un activiste politique écouté dans les tribus berbères (Bazzāz, 2010) ; son oncle maternel Ja’far est le conseiller du sultan Hassan 1er (Laroui, 2009 : 195) et a dirigé plusieurs assises de lectures de ḥadīth dans le palais ; son cousin maternel Muḥammad b. Ja’far est un savant respecté de la Qarawiyyīn et un auteur très connu pour son dictionnaire hagiographique répertoriant la biographie des savants et saints de Fès : Salwat al-Anfās (Sanseverino, 2014 : 53).

6 Le sanad est la chaîne des transmetteurs entre le rapporteur et le prophète. Une chaîne courte sera dite « élevée » (sanad ‘āl) et sera préférée à une chaîne longue (sanad nāzil). Un savant détenteur d’une chaîne ininterrompue est appelé musnid. On appelle fahras (pl. fahāris), barnāmaj ou encore mashyakha le catalogue qu’établit le savant lui-même rendant compte de son propre cursus : l’énumération de ses maîtres, les différents livres qu’ils lui ont transmis, et ses chaînes de transmission ininterrompues le liant au Prophète quand il s’agit du ḥadīth, ou sinon, à l’auteur du livre en question. Véritable curriculum-vitae, il contient également des informations personnelles : date et lieu de naissance, voyages, métier exercé en parallèle de l’apprentissage, mariage, famille... Le fahras n’est donc pas qu’un simple document technique mais il constitue un témoignage précieux sur l’activité scientifique, culturelle, ou même politique d’une zone donnée en une époque donnée. Voir : P. Chalmeta, 1968 et l’article « Idjāza » dans EI2. Voir également F. Rosenthal, 1968, p. 451-453.

7 Les marques de considération se succèdent : sur le chemin du retour, le cheikh apprend que son voyage sera pris en charge par le Sultan. Arrivé au Maroc, par le port de Tanger, il est accueilli à Kasr el Seghir par un cortège de savants et de notables membres de sa confrérie.

8 Il s’agit de Muḥammad Ḥabīb Allāh Mayābā al-Shingīṭī, professeur à la Mecque. Quand il écrit au cheikh, en 1923, sa requête est claire : recevoir une jjāza écrite de sa part l’autorisant à transmettre le ḥadīth et les autres sciences. Mais al-Shingīṭī veut pouvoir prouver la continuité de ses nouvelles chaînes de transmission : il demande donc à Kattānī de préciser pour chacun des fahāris la succession de maîtres auxquels elle le lie.

9 Il fut réédité en 1982 par Iḥsān ‘Abbās pour le compte de Dār al-Gharb al-Islāmī.

10 Le journal marocain al-Sa’āda, puis la revue égyptienne al-Zahrā lui consacrent un article (Kattānī, Maṭāli’, p. 432).

11 Les savants résidents à Fès se distinguaient en enseignants et non-enseignants et chaque groupe était réparti en quatre classes, le passage d’une classe à une autre se faisant par cooptation. Le salaire annuel du savant, bien souvent en nature dépendait du groupe (un enseignant avait le double du salaire d’un non-enseignant) et de la classe (de 200 kg de blé pour un savant de quatrième classe à 1 200 kg pour un savant de première classe) ; (Laroui, 2009, p. 100).

12 C’est avec son concours qu’Alfred Bel réalisa une version française de ce catalogue, édité en 1918 à Fès par l’Imprimerie municipale.

13 Épaulé par le cheikh, son grand frère Muḥammad ‘Abd al-Kabīr al-Kattānī prit la tête du mouvement de contestation qui aboutit à la déposition de Moulay ‘Abd al-’Azīz et à l’investiture de son frère Moulay Ḥafīẓ. Une fois ce dernier au trône, Muḥammad, déçu par sa politique, se serait retiré auprès de tribus berbères, ce que Moulay Ḥafīẓ aurait pris pour une tentative de former une armée en vue d’un putsch. Muḥammad fut emprisonné et flagellé à mort. Sur cet épisode et ses conséquences, voir : Kattānī, Mufākahat, p. 15. Sur le rôle de Muḥammad dans l’allégeance Ḥafīẓienne, voir : Dāwūd, Tārīkh Tiṭwān, p. 190.

14 Voir CADN, archive classée A.329 dans le dossier DN34.

15 Il s’agit d’une académie rattachée à la Bibliothèque Ambrosienne à Milan.

16 Les actes de colloque, qui eut lieu du 23 au 31 juillet 1948 furent publiés par la Société Asiatique en 1949.

17 En 1928, la troupe des anciens élèves du collège Moulay Idriss de Fès donne une représentation de Tartuffe de Molière traduite en arabe. On y voit un Tartuffe, archétype du faux-dévot, sous les traits d’un personnage ressemblant fortement à Kattānī. Très vexé, celui-ci obtiendra du Résident français l’interdiction de la pièce. Voir : Ouazzani, Mudhakkirāt, ḥayāt, p. 389.

18 En 1927, son père Moulay Yūsuf décède. Les autorités françaises le choisissent alors comme sultan à la place de ses deux frères aînés. Sur les circonstances de cette accession au pouvoir, voir : Luccioni, 1972 : 123-130.

19 Voir le chapitre, dans Pierre Vermeren, 2002 : 20-31.

20 Voir CADN, archive classée A.329 dans le dossier DN34.

21 Une note du dossier d’archive (CADN), DNB24 signale que ‘Abd al-Ḥayy a visité la BNF, la bibliothèque de Marseille, et même la celle du Vatican. À chaque fois, il lui fut autorisé à photocopier ce qu’il demandait.

22 Il fait par exemple l’acquisition de deux lettres de Napoléon III au sultan Muḥammad b. ‘Abd al-Raḥmān.

23 Son fils ‘Abd al-Raḥmān signale, dans un témoignage recueilli par Sibai, qu’il lui arrivait de débourser une fortune pour l’achat d’un seul manuscrit. Nous n’avons pas pu avoir une idée du prix de ces livres ni de la valeur de la bibliothèque en général.

24 C’est du moins ce dont attestent certaines notes de renseignement du dossier d’archive (CADN) DNB24.

25 Le terme ziyāra est ambivalent : il peut désigner la visite d’une tombe ou la visite du chef de confrérie à ses disciples, tout comme il peut désigner le bien matériel que perçoit celui-ci de la part des adeptes, et a pour synonyme le terme futūḥ. Les ziyāra-s varient selon les moyens et l’origine sociale : ils peuvent être une part de la récolte de blé, quelques moutons, ou un somme considérable d’argent, voire des hectares de terre. Le cheikh réinvestit ces recettes dans l’entretien de la zaouïa et la rémunération de l’imam par exemple. Sur les ressources et modes de fonctionnement d’une zaouia, voir : Laroui, 1974 : 131-150.

26 La bibliothèque était équipée d’un monte-charge permettant aux chercheurs de recevoir les livres dans leur chambre sans avoir à y descendre !

27 Il s’agit d’un article dudit journal intitulé « al-Maktaba al-kattāniyya aw Dār al-ḥadīth bi Fās », paru dans le numéro 2657 et daté du 10 mai 1924. Nous l’avons consulté dans les Maṭāli’.

28 C’est en Italie du Nord à la fin du xve siècle qu’apparaissent, dans les demeures princières, les premiers cabinets d’étude et de curiosités. La première image connue représentant le cabinet d’un apothicaire napolitain, est une gravure en frontispice datant de 1599. Voir : Mauriès, 2011. Des enseignants-chercheurs de l’Université de Poitiers ainsi que l’Espace Mendes France ont initié un site sur ces cabinets : < https://curiositas.org/>.

29 On peut citer en exemple le cabinet des Habsbourg à Vienne.

30 Comme celui de Grenoble qui date du xixe siècle.

31 Ces informations sont disponibles sur le site de la SFM : <www.stefm.fr>.

32 Unité de volume islamique, le ṣā’ équivaut à quatre mudd, le mudd représentant le plein de deux mains jointes. L’aumône (zakāt) compte parmi les pratiques musulmanes connues : le fidèle peut ainsi être amené à donner aux pauvres un certain volume d’une nourriture de base : blé, riz etc. Ce volume se mesure en ṣā’. Dans un esprit de fidélité aux textes, avoir un étalon certifié avec sa chaîne de transmission signifie une garantie de ne pas donner moins que requis.

33 Un étalon semblable se trouve aujourd’hui au Musée d’Histoire Ancienne et des Civilisations de Rabat.

34 Il se serait rendu à la bibliothèque dans le cadre de ses recherches sur la version d’Ibn Tūmart de la Muwaṭṭa’ de Mālik.

35 Il aurait visité la bibliothèque pour ses recherches sur Ibn Taymiya.

36 C’est à partir des manuscrits de la bibliothèque que Lévi-Provencal édite le troisième tome d’al-Bayān al-mu’rib fī akhbār mulūk al-Andalus wa l-Maghrib d’Ibn ‘Udhārī, du Ṣilat al-Ṣila d’Ibn Zubayr 1937, et du cinquième tome de la version Ibn Sa’āda du Saḥīḥ d’al-Bukhārī, qu’il emprunta au Cheikh mais mourut avant de lui restituer. La bibliothèque de Lévi-Provencal, majoritairement rachetée à ses héritiers par l’Institut Égyptien des Études Islamiques de Madrid, pourrait contenir des pièces de la Maktaba kattāniyya.

37 Muḥammad ‘Alī Bāshā, 1925, Riḥlat Sumuww al-Amīr : 47-48.

38 Pour en consulter quelques extraits, voir Maṭāli‘ : 362-373.

39 Déjà cité en note 24.

40 ‘Umar Kattānī (Maṭāli‘ : 194) cite parmi ces revues Paris Soir. Nous n’avons pu accéder au dit numéro.

41 Le moussem est un festival annuel organisé en l’honneur d’un saint, réunissant les adeptes de sa confrérie auprès de son mausolée.

42 La lettre envoyée à Kattānī par Thomas Fegras se trouve dans le dossier (CADN) DN34.

43 Dans un article du 9 avril 1953 de L’Observateur qui fustige le cheikh, celui-ci y est qualifié « d’homme le plus méprisé du Maroc », « d’outil de vieille date de l’administration française »., et le Congrès des Confréries y est décrit comme « un élément de la folle manœuvre visant à déposer le Sultan ». La réaction du cheikh, qui est protégé par la France, ne se fait pas attendre. Le directeur de la revue est contacté par la Résidence : il est tenu, dans le numéro du 30 avril 1953, de publier la réponse du cheikh dans lequel il condamne « l’inspiration des partisans de l’Istiqlāl » et déplore une calomnie et un article méprisant. Voir le dossier (CADN) DN34.

44 Une partie du mobilier avait également disparu. Tārīkh, p332 et p. 335.

45 D’après l’estimation de Sibā’ī, quatre mille manuscrits seraient conservés à Rabat, contre mille à Marrakech.

46 Sibāʻī, 2017, Tārīkh, I, p. 339.

47 L’Institut égyptien de Madrid a racheté à ses héritiers une partie de sa bibliothèque. Nous n’avons malheureusement pu consulter le catalogue des acquisitions de l’institut.

48 Construit à fin du xixe siècle à Fès par le sultan Hassan 1er qui en fait sa résidence estivale, le palais devient un musée en 1915. La collection du musée est riche de 6500 objets dont des pièces d’exception : des manuscrits, des astrolabes mais également des instruments de musique. En 1924, il est classé comme monument du patrimoine national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilyass Amharar, « La bibliothèque de ʿAbd al-Ḥayy Kattānī »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 150 | 2021, 109-124.

Référence électronique

Ilyass Amharar, « La bibliothèque de ʿAbd al-Ḥayy Kattānī »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 19 mai 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/17073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.17073

Haut de page

Auteur

Ilyass Amharar

Aix-Marseille univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France ; ilyass.amharar[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search