Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEIII Entre internationalisation, r...Cachez ce buveur que je ne saurai...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE
III Entre internationalisation, réislamisation et réinvention des normes (années 1980 - 2000)

Cachez ce buveur que je ne saurais voir !

Entre visibilité et invisibilité, la spatialisation du monde des bars à Meknès (Maroc)
خبئوا عني هذا الشرّيب فلا قِبل لي برؤيته ! بين المرئية واللامرئية، عالم الحانات في مكناس (المغرب)
Hide this drinker that I cannot see! Between visibility and invisibility, the spatialization of the world of Bars in Meknes (Morocco)
Philippe Chaudat
p. 199-216

Résumés

Au Maroc, l’alcool est interdit aux musulmans, et pourtant les bars et certains restaurants proposent cette marchandise à des consommateurs qui sont des musulmans. Pour pouvoir vendre de l’alcool, ces commerces organisent, selon des modalités qui leur sont propres, leur espace et leurs pratiques pour les rendre invisibles, tandis que les clients, de leur côté, masquent leurs usages de cette marchandise. L’espace des bars et des restaurants servant de l’alcool se distingue alors des autres espaces commerciaux tout en étant comparable aux espaces d’habitation. Il ne relève ni du privé, ni du public, mais constitue une des multiples sphères d’échanges présentes autour de l’alcool, qui réunies forment alors un « monde » à part, coexistant avec d’autres mondes. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ces espaces spécifiques s’en ajoutent d’autres qui ne le sont pas : le logement, l’intérieur de l (...)
  • 2 Au Maroc, l’alcool est une marchandise interdite aux musulmans. Les autorités politiques et les Mar (...)
  • 3 J’ai fréquenté régulièrement une vingtaine de bars (indépendants, bars d’hôtels, de restaurants ou (...)

1Au Maroc, comme dans toutes les sociétés, l’existence des individus est spatiale, et l’espace habité est une construction sociale et culturelle, au même titre que la façon de l’occuper. L’étudier révèle les modes d’organisation en société des Marocains et permet de différentier leur appréhension, leur conception et leur définition de l’espace de celles existant ailleurs. Dans ce pays, les bars, les boîtes de nuit, les épiceries et les restaurants vendant de l’alcool1 ne sont fréquentés que par une partie des membres de la société, car ils sont considérés comme transgressifs au regard de la loi ou de la religion2. Ces lieux sont organisés d’une façon spécifique afin de pouvoir les utiliser le plus discrètement possible, sans avoir à subir le regard des autres. La démarche ethnographique nécessitant de délimiter un terrain d’étude concis et pertinent, j’ai choisi de mener mes recherches à Meknès. Centre administratif, commercial, militaire et touristique qui rayonne sur toute la province agricole environnante, cette ville est composée d’une médina, d’une ville nouvelle, de quartiers périphériques modernes et de bidonvilles. Elle s’est fortement développée à l’époque coloniale et après l'indépendance du Maroc, passant de 140 000 habitants en 1952 à 517 376 en 2014. Mon choix s’est porté particulièrement sur cette ville, car elle se trouve au cœur du vignoble et comporte de nombreux bars – une trentaine3, héritage de son statut de ville de garnison pendant le Protectorat. Ainsi j’ai pu travailler à la fois sur la production, la circulation et la consommation des marchandises alcoolisées.

  • 4 Cette situation résulte de lois promulguées pendant le Protectorat : en interdisant l’implantation (...)
  • 5 Gillot (2014).
  • 6 Définie par M. Lussault comme « l’action spatiale des opérateurs sociaux » (2007 : 37).
  • 7 C. Pelligrini (2016 : 39), souligne qu’« au total, entre 1956 et 1963, le nombre de Français au Mar (...)

2À Meknès, les bars sont regroupés uniquement dans la ville nouvelle4 et sont un héritage du passé colonial. Ce sont en effet les Français qui, tout en reproduisant l’urbanisme des villes métropolitaines5, ont implanté les débits de boissons dont les colons avaient besoin. La colonisation s’est donc accompagnée de la mise en place d’une spatialité6 occidentale dans l’espace marocain. La ville nouvelle se caractérise par un urbanisme et une architecture importés par le colonisateur pour offrir aux colons un espace domestique correspondant au modèle occidental. Après l’Indépendance et le départ des colons7, les nouveaux habitants marocains de ces villes nouvelles ont hérité d’un habitat et de structures architecturales exogènes auxquels ils ont dû s’adapter ou qu’ils ont dû adapter. Les bars étant inclus dans l’ancienne ville coloniale, ils en conservaient les stigmates.

3Nous invitons donc ici le lecteur à observer à la fois comment certaines formes sociales se sont territorialisées aujourd’hui dans cet espace à part et comment celui-ci s’est socialisé d’une façon originale. Nous nous attacherons aussi bien aux caractères physiques de cet espace qu’aux modalités de ses usages par les acteurs locaux.

Les bars à Meknès : des commerces reconnaissables entre tous

  • 8 Essentiellement de la bière et des vins marocains.

4Quand on les compare à l’espace des cafés, des salons de thé, ou des restaurants sans alcool, les bars et les restaurants servant de l’alcool8 sont des espaces singuliers : ils sont clairement identifiés par leur aspect extérieur et on cherche tout à la fois à invisibiliser et à anonymiser leur intérieur. L’espace des bars nous parle de la société marocaine à travers la façon dont il est agencé. Pour analyser son organisation et la façon dont la société ordonne ce type d’espace, nous avons fait le choix d’en faire une description, mais également de la mettre en perspective avec celle d’autres catégories d’espaces : les espaces commerciaux sans alcool et les espaces domestiques.

Un espace intérieur masqué

  • 9 Par interfaces, nous entendons les zones de discontinuité, de contact ou de confrontation entre les (...)
  • 10 En cas de reconversion d’un bar en café, les filtres opacifiants sont retirés ou les fenêtres reste (...)
  • 11 Excepté les touristes étrangers.

5Salons de thé, cafés, restaurants et bars disposent toujours de vitrines donnant sur la rue. Celles-ci se présentent différemment selon la nature (alcoolisée ou non) des marchandises consommées à l’intérieur. Dans les cafés, les salons de thé ou les restaurants sans alcool, portes, vitrines et fenêtres restent ouvertes. Lorsqu’elles sont fermées, le soir par exemple, leur transparence permet de voir l’espace intérieur depuis la rue. Ces ouvertures sont donc des interfaces9 entre l’espace intérieur et extérieur. Ces espaces sont ouverts aux regards, ouverts sur l’extérieur contrairement à l’espace du bar, ou du restaurant vendant de l’alcool, qui reste clos, fermé aux regards extérieurs. Ce sont en effet des lieux que les propriétaires maintiennent masqués à l’aide de films occultants collés sur les ouvertures, qui permettent de voir de l’intérieur sans être vu de l’extérieur10. D’épais rideaux sont également souvent tirés à l’intérieur de ces établissements. Il est indispensable d’obstruer l’ouverture qui permettrait aux personnes extérieures de voir et de juger les pratiques et les comportements sociaux en cours à l’intérieur, ces derniers étant contraires aux normes sociales. D’emblée, ces divers aménagements extérieurs de l’espace distinguent ces bâtiments des autres, puisque leur présence est encore accentuée par leur singularité. Mais peu importe leur présence : ce que l’on doit masquer avant tout c’est ce qu’on y fait. Le fait de consommer de l’alcool doit demeurer hors du champ visuel ; dans la même logique, on ne voit jamais personne consommer de l’alcool en terrasse, à la vue de tous11. L’espace peut ainsi exister à condition de ne rien voir de ses usages. Ces aménagements participent d’une mise à distance des individus qui consomment de l’alcool de ceux qui n’en consomment pas. La question de la distance est donc centrale. Elle justifie les modalités d’agencement de ces espaces par les différents acteurs en présence et produit à la fois une matérialisation particulière de l’espace et la mobilisation de valeurs spatiales propres à cette société. Cette mise en scène de l’espace du bar montre le souci de rendre visibles et sensibles les limites du lieu, dans le but de lui conférer un statut. Le bar forme ainsi un ensemble isolable et distinct des autres espaces commerciaux ne vendant pas d’alcool. Ainsi, pourrions-nous conclure que ces espaces sont des espaces à part se démarquant fortement des autres espaces au Maroc. Or, il n’en est rien quand on les compare aux espaces d’habitation.

Bars/maisons : des interfaces similaires ?

  • 12 Monqid (2001 : 398)

6Alors que la comparaison entre les espaces externes des bars et des cafés permet de dégager des différences, la comparaison entre bars et logements permet de souligner des similitudes. Les modalités de fonctionnement des interfaces des deux espaces que sont les fenêtres et les portes sont en effet comparables. Concernant les fenêtres, bars et habitations présentent une architecture aveugle : dans la médina, la maison est ouverte vers l’intérieur, sur un patio. Aucune fenêtre n’est aménagée en rez-de-chaussée et rares sont celles qui donnent sur la rue ; quand il y en a, elles sont de petite taille, en hauteur et fermées. Comme dans les bars, même la nuit, on ne peut rien voir depuis la rue. L’organisation de l’espace de ces maisons traditionnelles permet également à ses occupants (notamment autrefois les femmes, qui étaient confinées à l’espace privé domestique12) de voir l’extérieur sans être vus à l’intérieur ; dans les bars, de la même façon, avec les films occultants, les hommes peuvent voir l’extérieur sans être vus à l’intérieur. Dans les deux cas, l’ouverture sert à protéger et non à isoler.

7Dans les rues de la médina, les portes sont en chicane ou se trouvent au fond d’impasses : depuis la rue, on doit passer par un passage clos muni de deux portes, une première donnant sur la rue et une seconde ouvrant sur le logement. Ainsi, cette entrée en chicane permet de ne pas distinguer l’intérieur de la maison depuis la rue, même si la porte est ouverte. On observe le même type d’aménagement d’espaces intermédiaires dans les bars et les restaurants vendant de l’alcool. Comme dans les maisons, des chicanes sont aménagées. Il s’agit parfois d’un couloir fermé à l’une de ses extrémités par une porte qui ouvre sur la rue. Une seconde porte, à l’autre extrémité, permet d’accéder à la salle du bar.

Plan schématique de l’entrée du bar Le Métropole

Plan schématique de l’entrée du bar Le Métropole

© Schéma Philippe Chaudat, 2021

8Dans un autre établissement, un petit hall est ouvert sur la rue et donne accès à deux salles grâce à des portes latérales.

Plan schématique de l’entrée du bar Le Novelty

© Schéma Philippe Chaudat, 2021

9D’autres fixent un panneau en bois d'environ deux mètres de hauteur, en biais à l'intérieur, devant la porte d'entrée, ce qui empêche de voir les tables qui sont derrière. Cela permet de laisser la porte d'entrée entrouverte pour laisser entrer l'air quand il fait chaud.

Plan schématique de l’entrée du bar Caravelle

Plan schématique de l’entrée du bar Caravelle

© Schéma Philippe Chaudat, 2021

10Parfois, une paroi en bois vitrée construite à l’intérieur du bar, devant la porte d’entrée, forme une chicane à l’entrée et permet également de ne pas voir les clients depuis la rue. Le consommateur est alors obligé d’emprunter ce couloir pour accéder à l’intérieur de l’établissement.

Plan schématique de l’entrée de la pizzeria-bar

Plan schématique de l’entrée de la pizzeria-bar

© Schéma Philippe Chaudat, 2021

11En l’absence de chicanes, on utilise un rideau fixé dans l’entrebâillement de la porte et qui descend jusqu’à sa mi-hauteur.

Un rideau masque l’intérieur du bar Trésor

Un rideau masque l’intérieur du bar Trésor

© Cliché Philippe Chaudat, 2021

12L’entrée du logement comme l’entrée du bar sont des marquages physiques et symboliques qui doivent pouvoir fonctionner comme un sas permettant de gérer comme on l’entend les relations entre l’intérieur et l’extérieur. Cette entrée présente une dualité ambivalente puisqu’elle sépare deux espaces en même temps qu’elle permet le passage de l’un vers l’autre. En masquant l’intérieur du bar et ses consommateurs, on les protège donc des regards extérieurs et on évite que ces derniers soient confrontés à ce qui se fait à l’intérieur.

13L’espace est organisé selon les mêmes principes dans les quartiers résidentiels plus récents, car les maisons, souvent construites à un niveau supérieur par rapport au trottoir (éloignant encore davantage les fenêtres du regard extérieur), sont entourées de haies touffues ou de murs. Parfois des bâches en plastique noir sont fixées là où la haie est clairsemée. Les portes d’entrée donnant accès à la cour sont toujours fermées. Quand elles sont ornées de ferronneries ajourées, ces dernières sont occultées par des plaques de plexiglass ou de verre opaque. Les fenêtres extérieures de la maison sont également obstruées par des rideaux et des volets.

14On observe une claustration comparable dans les immeubles de la ville nouvelle, où le rez-de-chaussée est occupé par les commerces et l’étage par les logements, à l’abri des regards. Dans ces appartements, d’épais rideaux sont souvent tirés devant les fenêtres le soir venu, pour s’isoler de l’extérieur.

  • 13 Enclos.

15On retrouve ces mêmes mécanismes de protection de la vie intime dans les bidonvilles. Colette Pétonnet (1972) souligne ainsi que dans le bidonville de Douar Doum à Rabat, « des ruelles qui s’étirent entre les tôles aveugles ou les roseaux étanches, on ne devine aucun intérieur. Les portes, en chicane, ferment les zriba[13]. La hauteur de la palissade est prévue pour empêcher de voir et d’être vu. » Les différents types d’habitat au Maroc décrits par Paul Pascon (1968) montrent également ce souci de protéger l’intimité aussi bien dans le friq, alignement de tentes qui sont toutes entourées par une zriba qui protège l’intimité de chaque famille, que dans le deher, village fédératif de lignées agnatiques dans lequel toutes les maisons sont collées dos à dos pour éviter que les portes soient face à face, que dans le qsar, village fortifié où les rues et les portes sont en chicane, sans vis-à-vis. À travers ces différents exemples, on observe le même souci de protection de l’intimité, que le voisin soit un membre de la famille ou non.

  • 14 Même si la famille n’est pas présente physiquement dans le bar, elle peut être impliquée par la pré (...)
  • 15 L’invisibilisation des bars renvoie à celle des bouteilles d’alcool circulant dans l’espace collect (...)
  • 16 Pour les questions de prohibition vis-à-vis de l’alcool, cf. Chaudat (2018 et 2020) et Znaien (2015 (...)

16L’espace domestique et l’espace du bar fonctionnent ainsi de manière comparable. Dans les deux cas, les occupants prennent soin de toujours bien protéger ce qui est strictement personnel et qui doit être préservé des curiosités indiscrètes. Dans le premier, il s’agit de la famille, dans le second, il s’agit d’un groupe constitué non par la parenté mais par l’usage de la même marchandise, l’alcool. Dans un cas comme dans l’autre, ce sont les mêmes regards extérieurs qui dérangent et qui nécessitent la mise en place de stratégies de dissimulation et d’invisibilisation de l’espace intérieur, pour protéger l’intimité, c’est-à-dire ce qui est intérieur et secret, ce qui laisserait transparaître la nature essentielle de quelqu’un et qui dépasserait les simples apparences. La maison comme le bar sont en fait une image de soi et de sa famille14 ; elles reflètent un être social. En organisant de cette manière l’espace du bar, on cherche à masquer cette part intime de l’être social comme on le fait dans l’espace de la maison. La consommation d’alcool relève ainsi de l’intimité puisqu’elle mobilise les mêmes mécanismes mis en œuvre dans le cadre de l’espace domestique. Il ne s’agit pas de cacher la matérialité du bar dont on connaît l’existence, mais de cacher cette intimité qui ne doit pas transparaître. Ainsi, dans le bar comme dans la maison, plus on approche de l’individu, moins la visibilité est importante. Cette situation résulte des ambiguïtés de la société marocaine vis-à-vis de l’alcool, qui l’interdit aux musulmans tout en fermant les yeux sur leurs pratiques à condition qu’elles restent cachées. Dans ce contexte, la consommation d’alcool n’est donc possible que dans un cadre intime c’est-à-dire dans un cadre spatial masqué15. Ces mécanismes d’occultation révèlent en tout état de cause la sévère prohibition que la société impose à l’expression libre et publique des désirs individuels liés à l’alcool16.

17Les mécanismes d’exclusion genrée dans le cas des bars ressemblent fortement à ceux observés dans les maisons d’habitation, mais ils en sont la figure inversée. Les espaces d’habitation de la médina sont en effet des espaces féminins, fermés aux hommes, et les espaces extérieurs, notamment de consommation d’alcool sont masculins, fermés aux femmes. De la même façon, Pierre Bourdieu (1980 : 449) associe l’intérieur de la maison Kabyle à la femme et souligne que l’homme est suspect et ridicule s’il reste à la maison. Il doit se confronter au regard des autres hommes à l’extérieur, les relations sociales entre hommes se nouant au-dehors.

  • 17 À Meknès, les femmes présentes sont toujours des prostituées. Concernant, la question de la prostit (...)

18On observe l’inverse concernant les bars : on peut associer l’intérieur du bar à l’homme, et la femme s’en exclut par peur du déshonneur (être associée aux prostituées)17. Les relations entre les hommes se nouent donc à la fois au dehors de la maison d’habitation et au-dedans d’un autre espace intime, celui du bar. Cet espace intérieur est comme on le verra, un cadre de sociabilité, d’ostentation, et d’affrontement entre les hommes. Pour ces derniers, le bar constitue en quelque sorte le monde inversé de la maison d’habitation : l’espace qui leur est réservé est l’intérieur et non l’extérieur, avec une fermeture totale de l’intérieur aux femmes (excepté les prostituées dans certains bars) et de l’extérieur aux hommes quand ils sont en train de boire de l’alcool. Le bar est ainsi la figure sociale inversée de la maison d’habitation quand on observe les acteurs genrés qui l’occupent, mais il fonctionne de la même manière quand on observe les rapports à l’espace extérieur et le rapport à l’intimité. Seules la culture matérielle et les relations sociales propres à cet espace en font un lieu de sociabilité spécifique.

Les bars à Meknès : des espaces de sociabilité originaux

  • 18 E.-T. Hall indique en effet que « la structure de la demeure arabe est celle d’une unique coquille (...)
  • 19 Les bars ainsi fréquentés ne sont pas le fruit du hasard. Les clients les choisissent pour leur amb (...)

19Le bar constitue une coquille protectrice par son aspect fermé, à l’image de celui du logement18. Il réunit un ensemble d’individus non en raison de leurs liens de parenté mais en raison d’une pratique commune (la consommation d’alcool) et d’une conception partagée d’une façon de vivre en société, de pratiquer leur religion ou de ne pas la pratiquer, etc19. Au-delà des personnes présentes et des liens qui les unissent, ce qui caractérise l’espace du bar et celui du logement, c’est une intimité commune à préserver et un rapport particulier à l’extérieur. L’un comme l’autre participe d’un vivre ensemble à l’intérieur d’espaces communs et d’un environnement matériel partagé. Ils sont en cela comparables à d’autres espaces, tels que les cafés, les salons de thé, les restaurants ou les mosquées. Mais ils s’en démarquent par une organisation matérielle de l’espace intérieur et des comportements qui leur sont propres et qui relèvent de l’intime.

Une culture matérielle spécifique

  • 20 Ces ambiances différentes s’expliquent par des niveaux d’investissement différents dans les deux ty (...)
  • 21 Dans les cafés, les clients ne consomment pas au comptoir, ce dernier sert uniquement à poser les b (...)

20L’intérieur des bars se démarque de celui des espaces de consommation sans alcool par des éléments matériels singuliers. De nombreux bars ont maintenu inchangée la décoration des murs et des plafonds depuis le Protectorat. D’autres, plus récents, se démarquent des espaces de consommation sans alcool par plusieurs éléments matériels. L’éclairage intérieur est ainsi différent de celui des cafés. Ces derniers utilisent la lumière naturelle le jour, et plutôt des lumières blanches la nuit, alors que les bars ou les restaurants vendant de l’alcool utilisent des éclairages artificiels toute la journée et créent plutôt des ambiances qui leur sont propres, avec, pour certains, des éclairages indirects et feutrés, alors que d’autres utilisent des spots ou des néons de couleurs. Ces ambiances varient souvent selon l’origine sociale de la clientèle : éclairages crus et froids dans les bars populaires, et plus feutrés dans les bars destinés à la bourgeoisie20. Les murs, quant à eux, sont souvent ornés de publicités pour des marques d’alcool. L’espace des bars se caractérise également par la présence de bouteilles, de canettes de bière, de verres et de cendriers, supports publicitaires pour des alcools, posés sur les tables, sur le comptoir ou derrière ce dernier, sur des présentoirs fixés au mur. Les tables sont parfois remplacées par des tonneaux dont le sommet est recouvert d’une plaque de verre. Quand ils sont installés au comptoir, les clients utilisent également des tabourets de bar qui n’existent pas dans les cafés où les consommateurs boivent toujours assis à une table21.

  • 22 Quelle que soit sa catégorie, populaire ou plus sélective.

21Parfois, la salle du bar22 donne accès à une seconde pièce, le plus souvent en sous-sol, qui fonctionne comme un night-club : elle accueille des musiciens ou des disc-jockeys, permet aux clients de danser et sert de l’alcool à un comptoir qui lui est propre. Cet espace se caractérise enfin par un niveau sonore élevé, par l’omniprésence des odeurs d’alcool et surtout de la fumée de cigarette (résultant de la claustration de l’espace).

  • 23 Tous les commerces doivent accrocher ce portrait, quelle que soit la marchandise vendue. Il permet (...)

22L’ensemble de ces éléments caractérise une véritable culture matérielle du bar. Le seul élément matériel commun à l’ensemble des espaces commerciaux est le portrait du roi accroché près du comptoir23. L’utilisation de cet espace renvoie ainsi à une ambiance à part, qui lui est propre. Cette ambiance à laquelle il contribue est co-construite par les acteurs en présence et participe à la fabrique de l’espace dans lequel ils se trouvent.

Des comportements spécifiques

23Le bar permet des comportements sociaux qui ne peuvent avoir lieu dans un espace d’une autre nature. Ce sont les comportements intérieurs (le premier d’entre eux étant le fait de boire de l’alcool) qui participent à la définition du statut de l’établissement et à son organisation spatiale.

  • 24 Il n’y a que les alcooliques qui se permettent de boire dans la rue ou d’apparaître en état d’ébrié (...)

24À l’intérieur de l’espace clos et réservé du bar, les consommateurs ne se cachent pas les uns aux autres. On consomme seul ou en groupe, au comptoir ou à une table, les différentes tablées se côtoyant. L’intérieur du bar est le seul espace (avec le restaurant et la boîte de nuit) où l’on peut faire usage de l’alcool devant des personnes que l’on ne connaît pas, alors qu’il est impossible de le faire à l’extérieur : même au domicile, pour pouvoir boire de l’alcool, certains doivent se cacher des personnes présentes dans leur chambre à coucher quand il s’agit de leurs ascendants ou de leurs frères et sœurs ; d’autres boivent devant les autres uniquement quand il s’agit de leur épouse et de leurs enfants, c’est-à-dire quand il existe une relation d’autorité entre celui qui boit de l’alcool et ceux qui peuvent le voir24.

25L’intérieur du bar est également un espace où l’on peut se montrer : les consommateurs d’alcool sont parfois des acteurs en représentation, qui se mettent en scène. Nous avons ainsi observé des hommes dansant sur les tables, tapant dans leurs mains au rythme de la musique, riant et chantant sans retenue, faisant de larges gestes, parfois mal maîtrisés. Certains hommes s’embrassent, se touchent ou ont des comportements vis-à-vis des prostituées qui seraient inacceptables à l’extérieur (poser la main sur leur poitrine ou sur leur sexe par exemple). On rencontre ces attitudes surtout au comptoir, où l’on est à la vue de tous, où l’on se montre et s’expose.

  • 25 Les bars ne délivrant pas de tickets de caisse, laisser ainsi les consommations sur la table permet (...)

26La façon de consommer répond également à des logiques d’ostentation et de compétition. Certains consommateurs veulent montrer qu’ils sont capables de boire davantage que les autres. La façon de facturer les consommations participe à l’ostentation, puisque tant que le client n’a pas payé, le serveur laisse sur la table les bouteilles et les canettes qu’il a consommées25, qui peuvent parfois se compter par dizaines. En accumulant leurs trophées et en les exposant, les clients montrent leur résistance et leur force, la consommation d’alcool participant à l’affirmation de leur virilité et de leur puissance. D’autres se valorisent également par le prix des bouteilles achetées ou par leur générosité quand ils offrent des tournées à leurs amis. C’est donc grâce à l’observation de ces pratiques spécifiques que l’on saisit également ce qui différencie les espaces à alcool des espaces qui en sont dépourvus.

27Entrer dans un bar s’accompagne de postures corporelles particulières (consommer debout ou sur des tabourets au comptoir par exemple), en utilisant des objets ou des équipements propres à ces espaces (comptoirs, verres à vin, cendriers publicitaires pour des alcools, barriques en guise de tables…), de gestes à part (toucher le corps des femmes en public, trinquer, partager le même verre) ou encore des modulations de la voix (parler fort, chanter ou encore rire à gorge déployée). Ces attitudes ne sont pas systématiques mais sont toutefois permises dans les limites de cet espace. Ces comportements sont ainsi spatialement marqués. On note une nécessaire adéquation entre la nature de l’espace, les activités qui s’y déroulent et la visibilité ou l’invisibilité de celui-ci. L’espace des bars concentre ainsi des pratiques sociales qui lui sont propres et qui participent à la constitution de sphères d’échanges et de mondes singuliers, que l’on ne peut qualifier ni de public ni de privé.

Sphères d’échanges et mondes sociaux

28La dichotomie entre espace public et espace privé a certes permis à l’observateur occidental d’interpréter, dans les termes de sa culture, la relation de l’homme à son environnement, les deux catégories visant à organiser le monde entre l’individuel et le collectif et étant présentées comme exclusives et discontinues. Mais en utilisant ces catégories, les interprétations ont tendance à être préformées. Il est donc préférable de proposer une catégorisation des espaces à partir des acteurs qui participent collectivement à leur construction par leurs pratiques et leurs interactions, en utilisant d’autres notions plus inductives.

De l’exogène à l’endogène, du public à l’intime

29Pour appréhender cette catégorisation de l’espace des bars, il est tout d’abord nécessaire de comprendre la façon dont elle a évolué depuis le Protectorat. Notons tout d’abord qu’à cette époque, les bars fonctionnaient à l’occidentale, comme des espaces publics ouverts, au même titre que les cafés ou les salons de thé, comme le montrent les photographies suivantes :

Carte postale : La Brasserie du Marché à Meknès avant-guerre

Carte postale : La Brasserie du Marché à Meknès avant-guerre

Carte postale, Coll. personnelle Ph. Chaudat, [sd].

30L’espace est ouvert et on aperçoit, par l’entrée principale, les bouteilles alignées derrière le comptoir.

Carte postale : le café-brasserie Les deux cafés réunis, Fès, 1923

Carte postale : le café-brasserie Les deux cafés réunis, Fès, 1923

Photothèque du Centre de la Culture Judéo-Marocaine, Bruxelles : http://www.judaisme-marocain.org/​phototheque

  • 26 Social et spatial étaient alors encastrés.

31Les personnes qui les fréquentaient étaient des Occidentaux. Ces établissements se caractérisaient par un espace ouvert aux regards extérieurs : les vitrines et les portes laissaient en effet voir l’intérieur des bars depuis la rue. Pendant la colonisation, cette catégorisation de l’espace fonctionnait avec des références occidentales, dans un cadre spatial occidental. Elle correspondait à un modèle culturel qui permettait le fonctionnement en harmonie du social et du spatial26 et permettait ainsi de qualifier clairement cet espace comme un espace public dans ce cadre culturel. Cette architecture occidentale représentait une reformulation exogène de l’espace traditionnel marocain d’autant plus violente qu’elle inversait l’axe montré-caché existant traditionnellement dans la société marocaine.

  • 27 Aussi bien en termes de propriété qu’en termes de fréquentation.
  • 28 Chaque individu naît musulman à partir du moment où il naît sur le sol marocain. Concernant la ques (...)
  • 29 Le social se trouvait ainsi désencastré du spatial.

32Avec le départ des Français et la réappropriation de ces espaces (à la fois de la ville nouvelle et des bars) par les Marocains27, ce modèle culturel s’est heurté aux valeurs et à la spatialité propres à la société marocaine. Au regard de cette dernière, la consommation d’alcool devenait une transgression ; les clients, musulmans28, par leur appartenance culturelle, devenaient aussi des transgresseurs. L’organisation de l’espace et le système de référence des clients marocains se retrouvaient ainsi perturbés et ne pouvaient pas conserver leur mode de fonctionnement initial29. Il était nécessaire de redonner de nouvelles qualités à ces espaces pour pouvoir les situer socialement et culturellement : ils ne pouvaient plus être publics comme sous le Protectorat, puisque ceux qui les utilisaient ne pouvaient plus exposer leurs pratiques à tous les membres de la société. Pour faire perdurer ces pratiques et les établissements qui les accueillaient, il était nécessaire de relier le social au spatial, de les réencastrer et de leur permettre de continuer à fonctionner en harmonie, à l’aide d’un outil propre à la société marocaine, qui est le fondement du fonctionnement de l’habitat traditionnel et de l’intime qu’il encadre, à savoir l’invisibilité. Il fallait faire fonctionner ces espaces publics comme des espaces intimes.

  • 30 Il ne s’agit pas ici d’enfermer une société dans un espace absolument figé mais de souligner qu’à c (...)

33L’invisibilisation a permis à cet espace de continuer à fonctionner dans un environnement autre, de protéger du regard extérieur collectif un groupe social, un monde devenu à part, comme elle permettait de protéger le groupe familial dans le cadre de la maison. Une spatialité propre à la société française a laissé place à une spatialité propre à la société marocaine30. Pour répondre à cette nouvelle logique endogène de l’espace, on a donc procédé à une sorte d’hybridation des espaces aboutissant à une marocanisation de l’espace urbain. Avec la décolonisation, l’espace de la ville nouvelle est passé d’une logique exogène de ségrégation (qui renvoyait à des mécanismes de répartition spatiale des individus selon leur origine) à une logique endogène de séparation (qui consistait en une séparation fonctionnelle entre des espaces, générant des sphères distinctes pour une même population). S’en est suivie une séparation spatiale des réalités sociales qui n’existait pas autrefois sous cette forme dans la société marocaine.

34L’opacification des ouvertures des bars et la mise en place de chicanes ont modifié la nature et le statut de ces espaces. L’espace du bar comme l’espace domestique sont ainsi l’un comme l’autre soustraits à l’emprise du groupe social, hors du champ du public, « c’est-à-dire de ce que chacun accepte de mettre en partage et d’exposer au regard d’autrui dans l’expérience sociale de l’espace » (Lussault, 2007 : 106). Dans son rapport aux espaces intérieurs et extérieurs, le groupe des consommateurs d’alcool a peu à peu fonctionné comme un groupe familial et la société l’a fait fonctionner comme tel, appréhendant les pratiques dans le bar comme elle appréhende les pratiques intimes dans l’espace de la maison. Ce qui apparaît à l’Occidental comme de l’ordre du public et du privé n’est donc pas transposable au Maroc : dans le bar, les clients ont des pratiques qui, pour le regard occidental, relèveraient du privé (puisque la consommation d’alcool est cachée au public et renvoie avant tout à l’individu) dans un cadre, qui lui, est public (puisque tout le monde peut y entrer). Les frontières entre public et privé dans l’espace sont donc floues et surtout mouvantes. Comment qualifier cet espace dont l’accès est potentiellement ouvert à tous et dans lequel on fait des choses qui devraient se faire dans un cadre privé, sans public ? L’espace intérieur du bar rend ainsi visible des pratiques sociales alors que l’espace extérieur les invisibilise et inversement, ces phénomènes sociaux rendent visible l’espace par son nécessaire aménagement matériel. Ce sont ces pratiques sociales singulières et leur expression dans le cadre d’espaces précis qui nous permettent de circonscrire des sphères d’échanges et des mondes sociaux.

Des sphères d’échanges à l’origine du monde de l’alcool

  • 31 Ces personnes peuvent être issues de milieux sociaux variés ; cf. Chaudat (2021).

35Cette spatialité des pratiques sociales permet de circonscrire des sphères d’expression de ces pratiques. À la pluralité de situations sociales répond une pluralité d’expressions des pratiques sociales et des espaces. Chacun doit ainsi élaborer une catégorisation de ce qui peut être dit/fait ou non dans tel ou tel espace. Ne pouvant partager des éléments étrangers aux autres sphères, les consommateurs d’alcool n’ont donc pas d’autres choix que de garder pour eux ces éléments, de ne pas les diffuser et d’exprimer ainsi le respect des normes et des valeurs. On accepte la sphère de l’intime et le comportement au sein de cette sphère, mais on refuse leur mise en public. L’individu pour être libre de ses actes doit rester dans la sphère qui leur est réservée. Les rapports sociaux, les interactions, l’expression individuelle ne sont possibles qu’au sein d’une même sphère correspondant à une marchandise : l’alcool. Les comportements individuels peuvent être partagés, uniquement s’ils appartiennent à la même catégorie. À ces sphères d’échanges correspondent ainsi des groupes sociaux particuliers qui coexistent. Ces derniers comptent parfois des membres en commun puisque des personnes peuvent appartenir à la fois à un groupe de consommateurs d’alcool et à un groupe de musulmans pratiquants qui respectent le ramadan et qui boivent de l’alcool après avoir fait les cinq prières journalières par exemple ; ils partagent alors les mêmes cadres de références et s’expriment toujours en respectant ces derniers, dans ces espaces réservés31.

  • 32 Concernant la distribution des alcools, cf. Chaudat (2018 et 2020).

36Les différentes sphères fonctionnent d’une manière similaire, selon les mêmes principes d’invisibilité autour des opérations de production, de consommation et de distribution des alcools32. Elles constituent alors un « monde »(Becker, 1988) propre à cette marchandise, construit par les interactions des différents acteurs concernés par l’alcool. On observe en effet les interactions et la coopération d’un ensemble d’acteurs qui partagent certaines conventions et qui interviennent collectivement et de façon coordonnée et qui finalement, produisent un monde particulier qui est propre à leurs pratiques. Le bar est tout à la fois l’espace de l’individualité et celui d’une communauté restreinte, minoritaire, celle des buveurs d’alcool, dont les pratiques restent néanmoins étrangères à leur culture d’appartenance, mais qui sont identifiées et justifiées par la nature de la marchandise consommée en commun (ce qui explique pourquoi on peut alors montrer son ivresse dans ce lieu, alors qu’il est impossible de le faire dans un cadre extérieur à cette communauté).

37Le bar est ainsi un espace flottant : à la fois ouvert (public dirait un Occidental) puisque tout un chacun y a accès, et intime, puisqu’il laisse transparaître la nature de chacun et dépasse les simples apparences. Le caractère intime de cet espace résulte également de la pression des mondes extérieurs, sans alcool, puisque les comportements et les pratiques alcooliques sont admises uniquement dans cet espace, dans cet entre-soi, au sein d’une communauté temporaire. Dans la société marocaine, les individus vivent ainsi dans des mondes différents et peuvent passer d’un monde à l’autre selon leurs pratiques du moment. Comme pour les sphères, les mondes doivent être les plus hermétiques possibles, les paroles et les comportements échangés devant également être de même nature au sein de chaque monde. Les comportements individuels et les rapports sociaux peuvent être partagés et visibles, uniquement s’ils appartiennent à la même catégorie. Du fait de la coexistence de différents mondes, on observe une concomitance du respect des principes généraux de la société (valeurs, morale, conventions, règle de comportement en public…) et des pratiques transgressives. Le consommateur d’alcool enfreint les lois dans un monde tout en adhérant à la conception globale de l’ordre social qui doit régner dans la société, tel qu’il est produit par la majorité des membres de celle-ci. Chacun admet ainsi qu’une personne fasse ses cinq prières quotidiennes, respecte le ramadan et boive de l’alcool, tant que cette dernière pratique n’est pas mise en public, c’est-à-dire tant qu’elle n’apparaît pas dans le monde des individus abstinents.

38Ces conduites ne sont donc contradictoires qu’en apparence : grâce à la coprésence des mondes, la personne peut à la fois violer une norme de conduite en consommant de l’alcool, dans les limites de son monde, et partager les principes religieux des individus qui la respectent scrupuleusement, dans le cadre du leur. Elle peut enfreindre des règles dont elle reconnaît la légitimité, à condition de le faire dans le monde adéquat. À chaque monde correspondent un ordre normatif et un modèle comportemental. La société repose alors non pas sur des valeurs et des normes qui seraient partagées collectivement, mais sur une pluralité d’ordres normatifs propres à différents mondes qui, comme les sphères, cohabitent hermétiquement, qui partagent néanmoins un certain nombre de valeurs morales fédératrices qui permettraient à chacun de vivre en société tout en se référant à son ou ses mondes d’appartenance. Ces systèmes normatifs différents sont effectifs dans chacun des différents mondes par lesquels passe le consommateur d’alcool. Ce dernier présente donc un caractère fragmenté, sans être pour autant contradictoire ou incohérent. Cet acteur est en effet pluriel, il agit dans une pluralité de mondes et adapte ses usages, ses attitudes et la visibilité de son comportement en fonction du monde dans lequel il se trouve. Cela explique pourquoi ce qui est souvent exposé et vécu comme une contradiction voire une schizophrénie, dans le décalage et les contradictions apparents entre l’interdit, la norme et les pratiques, n’en est pas une, mais participe d’un mécanisme de fonctionnement social dans le cadre de mondes fonctionnant selon des logiques propres.

  • 33 D’autres mondes sont construits autour d’autres marchandises, ou renvoient à des acteurs et à des p (...)

39L’espace se construit par l’action de réseaux d’acteurs qui permettent la visibilité de pratiques sociales qui leur sont propres, à l’intérieur de mondes qui participent d’ailleurs aussi à sa construction. Il intègre un certain nombre de mondes, dont celui de l’alcool33. Appréhender les espaces en termes de mondes permet de dépasser ce dualisme ethnocentrique « privé/public » et de replacer chaque espace dans des logiques d’interaction entre des acteurs et de construction culturelle qui leur est propre. Il est nécessaire d’observer comment s’élaborent des mondes propres à différentes pratiques et à différentes marchandises, comment ces mondes fonctionnent, comment s’effectuent les connexions entre ceux-ci et ce qu’elles produisent. C’est l’espace qui permet donc de repérer et de matérialiser les limites et l’étendue de ces mondes. Les dynamiques sociales quant à elles se manifestent à travers les rapports d’opposition et d’interpénétration entre ces mondes différents.

Conclusion : Pour une anthropologie des usages de l’espace en situation de déviance

  • 34 Cf. Castelain (1989), Dufour (1989), Rosso (2004).
  • 35 Cf. Ferrié (1995) et Kerrou (2002).

40Quand on l’observe pour elle-même et quand on la compare aux espaces de consommation d’alcool tels qu’on les rencontre en France34, l’organisation de l’espace des bars au Maroc est donc d’une grande originalité. Par contre, elle n’a rien d’original quand on la compare à l’organisation des autres espaces de l’intime au Maroc35, car elle s’insère dans une logique qui est propre à tous les espaces de l’intime, notamment au logement, qu’il se trouve dans la ville nouvelle, dans la médina, dans les maisons des quartiers périphériques récents, ou dans les bidonvilles qui répondent aux mêmes logiques d’organisation.

  • 36 Cf. Chaudat (2018).
  • 37 Article 99 de la loi n° 87-588 du 30 juillet 1987, modifié par la loi n° 92-1336 du 16 décembre 199 (...)

41Ces questions de présentation au regard et plus largement de visibilité sont un processus clé dans le fonctionnement des sociétés et dépassent le cas marocain. On les retrouve également dans les sociétés occidentales, qu’il s’agisse de l’alcool aux États-Unis (obligation de masquer les bouteilles dans des sacs en papier et interdiction de consommer de l’alcool dans l’espace public) ou des pratiques sexuelles en France (les devantures de bars gays sont opacifiées dans le quartier du Marais à Paris (Blidon, 2004) et de la même façon, l’entrée des sex-shops en France (Coulmont, 2007) est équipée de chicanes permettant de ne pas voir l’intérieur depuis la rue, ces commerces opacifiant également leurs vitrines dans un souci de moralité et de « lutte contre la débauche »). Il s’agit de rendre invisible ce qui se passe à l’intérieur et de ne pas choquer les passants, tout en laissant les usagers de ces espaces libres d’y consommer comme ils l’entendent. Il est d’ailleurs interdit d’installer un bar au Maroc36 ou un sex shop en France37 à proximité, d’une école, d’un édifice religieux, ou d’une caserne par exemple. Comme aux États-Unis et en France, où la morale conduit à la dissimulation de l’alcool dans l’espace public et à l’opacification des devantures de sex-shops ou de bars gays ; au Maroc, la morale conduit au camouflage des bars et des restaurants servant de l’alcool. Dans tous les cas, cela renvoie à la dimension morale du regard et positionne l’invisibilisation comme instrument de conciliation entre les tenants de la morale et ceux qui la transgressent. Une étude comparative reste donc à faire pour développer une analyse anthropologique des usages de l’espace en situation de déviance.

Haut de page

Bibliographie

BECKER Howard-S., 1988, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion

BLIDON Marianne, 2004, « Entre visibilité et invisibilité, les formes spatiales gays dans la ville », Actes du colloque La forme en géographie, Géopoint 2004, Avignon juin 2004, ISBN 2-902909-15-7, p. 59-63. URL :<https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00118542>. Consulté le 2 février 2021.

BOURDIEU Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

CASTELAIN Jean-Pierre, 1989, Manières de vivre, manières de boire. Alcool et sociabilité sur le port, Paris, Imago.

CHAUDAT Philippe, 2018, « Monstration, perception et transgression(s) : l’exemple de l’alcool à Meknès (Maroc) », Chaudat Philippe et Lachheb Monia (dir.), Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, p. 97-111.

CHAUDAT Philippe, 2020, « Les usages de l’alcool à Meknès (Maroc) : entre interdits, censure et autocensure », L’année du Maghreb, 22 (1), p. 263-274.

CHAUDAT Philippe, 2021, “Alcohol and religious practices in Meknes (Morocco): between rejection and compromise” in Biçer-Deveci Elife, Bourmaud Philippe (dir), Alcohol in the Maghreb and the middle East since the Nineteenth Century : Disputes, policies and practices, London, Palgrave Macmillan, p. 95-113

CHEIKH Mériam, 2020, Les filles qui sortent. Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

COULMONT Baptiste, 2007, Sex-shops. Une histoire française, Paris, Ed. Dilecta.

DRIS Nassima, 2004, « Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville à Alger », Denèfle Sylvette (dir.), Femmes dans la ville, Tours, Presses universitaires François Rabelais, p. 249-264.

DUFOUR Annie-Hélène, 1989, « Café des hommes en Provence », Terrain, 13, p. 81-86.

FERRIÉ Jean-Noël, 1995, « Lieux intérieurs et culture publique au Maroc », Politix, 8 (31), p. 187-202.

GILLOT Gaëlle, 2014, « La ville nouvelle coloniale au Maroc : moderne, salubre, verte, vaste », Leimdorfer François (dir.), Dire les villes nouvelles, Paris, Edition de la Maison des sciences de l’homme, p. 71-96.

HALL Edward.-T., 1971, La dimension cachée, Paris, éd. du Seuil.

KERROU Mohamed, 2002, Public et privé en Islam, Paris, Maisonneuve et Larose.

LUSSAULT Michel, 2007, L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

MONQID Safaa, 2001, « Les femmes marocaines entre privé et public », Villes en Parallèle, La ville aujourd'hui entre public et privé, 32-34, p. 398-405.

MONQID, Safaa 2014, Femmes dans la ville : Rabat : de la tradition à la modernité urbaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

PASCON Paul, 1968, « Types d’habitat et problèmes d’aménagement au Maroc », Revue de géographie du Maroc, 13, p. 85-101.

PELLIGRINI Chloé, 2016, « Profil démographique et historique de la présence française au Maroc », Therrien Catherine (dir), La migration des Français au Maroc : entre proximité et ambivalence, Casablanca, La Croisée des Chemins, p. 37-62.

PÉTONNET Colette, 1972, « Espace, distance et dimension dans une société musulmane », L’Homme, 12 (2), p. 47-84.

ROSSO Thierry, 2004, « Manières de boire. L’apprentissage de la dégustation dans les “bars à vins” », Socio-anthropologie, Boire, 15, p. 83-97.

ZNAIEN Nessim, 2015, « Les territoires de l’alcool à Tunis et à Casablanca sous la période des Protectorats (1912-1956) : Des destins parallèles ? », L’Année du Maghreb, 12, p. 197-210.

Haut de page

Notes

1 À ces espaces spécifiques s’en ajoutent d’autres qui ne le sont pas : le logement, l’intérieur de la voiture, le jardin public et la campagne environnante.

2 Au Maroc, l’alcool est une marchandise interdite aux musulmans. Les autorités politiques et les Marocains favorables à une prohibition de l’alcool s’appuient sur le Coran (alors que l’interdiction de l’alcool n’y figure pas, cette boisson y est en effet uniquement déconseillée) et sur les hadiths pour justifier leur opposition aux usages de l’alcool, ainsi que sur plusieurs lois qui ont été promulguées depuis le Protectorat et qui ne relèvent pas de logiques religieuses (cf. Chaudat, 2018).

3 J’ai fréquenté régulièrement une vingtaine de bars (indépendants, bars d’hôtels, de restaurants ou de boîtes de nuit), les uns accueillant surtout des consommateurs issus des classes populaires (paysans, ouvriers, petits fonctionnaires…), les autres ayant une clientèle plus bourgeoise (enseignants, journalistes, magistrats…).

4 Cette situation résulte de lois promulguées pendant le Protectorat : en interdisant l’implantation des bars à proximité des mosquées, l’arrêté du 27 janvier 1913 excluait de fait ces établissements des quartiers musulmans qui disposaient de nombreux lieux de culte. Il cantonnait les débits de boissons dans le seul périmètre des villes nouvelles, alors dépourvues de mosquées et peuplées de chrétiens, et dans les mellahs, qui se voyaient ainsi confier les activités et les espaces ayant rapport à l’alcool, excluant de facto les musulmans.

5 Gillot (2014).

6 Définie par M. Lussault comme « l’action spatiale des opérateurs sociaux » (2007 : 37).

7 C. Pelligrini (2016 : 39), souligne qu’« au total, entre 1956 et 1963, le nombre de Français au Maroc chute de 54 %. Malgré le manque de données entre 1964 et 1984, il est notable que le nombre de Français baisse de 82 % en vingt ans de sorte que les effectifs de 1985 (27 834) représentent à peine plus de la moitié de ceux de 1921 (51 500). »

8 Essentiellement de la bière et des vins marocains.

9 Par interfaces, nous entendons les zones de discontinuité, de contact ou de confrontation entre les espaces extérieurs et intérieurs aux bâtiments, des zones de passage qui engendrent des dynamiques d’échange entre ces deux systèmes territoriaux distincts.

10 En cas de reconversion d’un bar en café, les filtres opacifiants sont retirés ou les fenêtres restent ouvertes, et laissent voir, depuis la rue, les clients qui consomment à l’intérieur.

11 Excepté les touristes étrangers.

12 Monqid (2001 : 398)

13 Enclos.

14 Même si la famille n’est pas présente physiquement dans le bar, elle peut être impliquée par la présence d’un de ses membres et peut ainsi subir une mauvaise réputation. La présence de l’individu et son image implique donc celles de sa famille.

15 L’invisibilisation des bars renvoie à celle des bouteilles d’alcool circulant dans l’espace collectif, entourées de papier journal, dans des sacs occultants (cf. Chaudat, 2018 et 2020) : dans un cas comme dans l’autre on masque l’usage de l’alcool, en sachant que personne n’est dupe et que chacun sait très bien ce qui se cache derrière ces « voiles ».

16 Pour les questions de prohibition vis-à-vis de l’alcool, cf. Chaudat (2018 et 2020) et Znaien (2015).

17 À Meknès, les femmes présentes sont toujours des prostituées. Concernant, la question de la prostitution et du genre au Maroc, cf. Cheikh (2020), Dris (2004), et Monqid (2014).

18 E.-T. Hall indique en effet que « la structure de la demeure arabe est celle d’une unique coquille protectrice destinée à réunir l’ensemble de la famille dont les membres sont intimement liés » (1966 : 195).

19 Les bars ainsi fréquentés ne sont pas le fruit du hasard. Les clients les choisissent pour leur ambiance, pour leur prix ou pour la clientèle présente. Il n’y a pas forcément de lien entre le bar et le lieu d’habitation : on peut ainsi fréquenter le bar de son quartier ou choisir d’aller ailleurs, pour éviter de rencontrer et d’être vu par un parent, un voisin, ou des étudiants quand on enseigne à l’université par exemple. Parfois, des clients occupant des postes à responsabilité dans la police ou dans la justice, changent carrément de ville pour se rendre dans un bar (ils vont par exemple à Meknès quand ils exercent à Fès et inversement).

20 Ces ambiances différentes s’expliquent par des niveaux d’investissement différents dans les deux types de bars, les premiers se contentant d’équipements basiques (néons, simples ampoules), les seconds optant pour des éclairages plus coûteux. Le prix des consommations est par ailleurs moins élevé dans les bars populaires.

21 Dans les cafés, les clients ne consomment pas au comptoir, ce dernier sert uniquement à poser les boissons avant de les servir.

22 Quelle que soit sa catégorie, populaire ou plus sélective.

23 Tous les commerces doivent accrocher ce portrait, quelle que soit la marchandise vendue. Il permet d’affirmer la puissance royale et participe à la représentation du pouvoir politique dans les espaces publics.

24 Il n’y a que les alcooliques qui se permettent de boire dans la rue ou d’apparaître en état d’ébriété, c’est-à-dire des individus considérés comme étant déjà à la marge de la société. Exhiber de l’alcool renvoie ainsi à la marge, s’exposer signifie s’identifier et être identifié à cette marge, c’est-à-dire se placer hors de la société.

25 Les bars ne délivrant pas de tickets de caisse, laisser ainsi les consommations sur la table permet de faire l’addition sans contestation possible.

26 Social et spatial étaient alors encastrés.

27 Aussi bien en termes de propriété qu’en termes de fréquentation.

28 Chaque individu naît musulman à partir du moment où il naît sur le sol marocain. Concernant la question du rapport du religieux à l’alcool, cf. Chaudat (2018).

29 Le social se trouvait ainsi désencastré du spatial.

30 Il ne s’agit pas ici d’enfermer une société dans un espace absolument figé mais de souligner qu’à chaque société correspond un espace dominant qui la caractérise.

31 Ces personnes peuvent être issues de milieux sociaux variés ; cf. Chaudat (2021).

32 Concernant la distribution des alcools, cf. Chaudat (2018 et 2020).

33 D’autres mondes sont construits autour d’autres marchandises, ou renvoient à des acteurs et à des pratiques sociales dans des espaces réservés comme les maisons closes, le domicile ou la mosquée.

34 Cf. Castelain (1989), Dufour (1989), Rosso (2004).

35 Cf. Ferrié (1995) et Kerrou (2002).

36 Cf. Chaudat (2018).

37 Article 99 de la loi n° 87-588 du 30 juillet 1987, modifié par la loi n° 92-1336 du 16 décembre 1992 art 284.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan schématique de l’entrée du bar Le Métropole
Crédits © Schéma Philippe Chaudat, 2021
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-1.png
Fichier image/png, 21k
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Plan schématique de l’entrée du bar Caravelle
Crédits © Schéma Philippe Chaudat, 2021
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Titre Plan schématique de l’entrée de la pizzeria-bar
Crédits © Schéma Philippe Chaudat, 2021
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Un rideau masque l’intérieur du bar Trésor
Crédits © Cliché Philippe Chaudat, 2021
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Carte postale : La Brasserie du Marché à Meknès avant-guerre
Crédits Carte postale, Coll. personnelle Ph. Chaudat, [sd].
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte postale : le café-brasserie Les deux cafés réunis, Fès, 1923
Crédits Photothèque du Centre de la Culture Judéo-Marocaine, Bruxelles : http://www.judaisme-marocain.org/​phototheque
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18048/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chaudat, « Cachez ce buveur que je ne saurais voir ! »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 151 | 2022, 199-216.

Référence électronique

Philippe Chaudat, « Cachez ce buveur que je ne saurais voir ! »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 151 | 2022, mis en ligne le 22 septembre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18048

Haut de page

Auteur

Philippe Chaudat

Université de Paris, Centre Population et Développement-CEPED, UMR196 (UPD-IRD), Paris, France ; philippe.chaudat[at]parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search