Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIEEtudes libresONG féministes égyptiennes et rég...

SECONDE PARTIE
Etudes libres

ONG féministes égyptiennes et régime autoritaire d’Abdel Fattah al-Sissi

Collaborer avec l’État, une stratégie de survie comme les autres ?
Egyptian feminist NGOs and Abdel Fattah al-Sisi’s authoritarian regime. Is collaborating with the State a survival strategy like any other?
Leturmy Sarah

Résumés

En Égypte, les droits des femmes ne sont pas à l’abri de l’autoritarisme du régime d’Abdel Fattah al-Sissi. La loi de 2017 sur les associations prévoit de sévères moyens de répression, particulièrement contre les féministes. Comme c’était déjà le cas lors de sa création en 2000, le Conseil national de la femme (CNF) est un intermédiaire privilégié du régime car il lui permet de marginaliser les militantes féministes, s’approprier leur lutte, encourager les Égyptiennes à supporter al-Sissi et limiter les ONG au secteur social. Ce « féminisme d’État » est un sujet controversé au sein des membres de la société civile, tout comme la collaboration des ONG avec le CNF qui peut permettre de se soustraire à la répression. Mon enquête ne révèle pas l’existence d’un réseau d’entraide entre les différentes ONG égyptiennes ; au contraire, le régime autoritaire a réussi à créer un esprit de compétition interne aux organisations du pays, ayant pour conséquences la désunion et l’affaiblissement de la société civile.

Haut de page

Texte intégral

Les droits des femmes face aux régimes égyptiens

1Bien que le terme « féminisme » soit généralement rejeté par les activistes des droits des femmes nord-africaines et moyen-orientales, Leyla Dakhli et Stéphanie Latte Abdallah (2010 : 5) estiment que les mouvements de ces activistes « placent au centre de leur action la revendication ou la mise en jeu de rôles nouveaux pour les femmes dans la société ou la réalisation de soi. En cela ils agissent comme des mouvements féministes ». C’est donc par ce terme que les mouvements défenseurs des droits des femmes et, plus globalement, toute action ou discours visant à améliorer les conditions de vie des Égyptiennes et leurs droits, quel que soit le domaine, seront désignés dans cet article.

  • 1 Citons comme précurseurs du féminisme égyptien Rifa’a al Tahtawi (Le Guide honnête pour les filles (...)

2De nombreux travaux permettent de contextualiser les mouvements féministes en Égypte. À la fin du xixe siècle, des réformistes musulmans ont fait de ce pays le berceau du mouvement féministe arabe1. La révolution de 1919 contre l’occupation britannique a permis aux femmes d’affirmer leur rôle dans la société et d’investir l’espace public. Dans un premier temps, cette émancipation n’a bénéficié qu’aux classes sociales aisées, qui n’étaient aucunement soutenues par le gouvernement ; mais à partir des années 1940, les mouvements sont devenus plus populaires, visibles et exigeants (Botman, 1991 : 107-109). Un grand nombre d’ONG de défense des droits des femmes a vu le jour entre 1923 et 1952, apportant à ces dernières une certaine autonomie (Abu Amara, 2012 : 122).

3La révolution de 1952 a ensuite atténué les mobilisations sociales, jusqu’à la fin de la présidence de Gamal Abdel Nasser (juin 1956-septembre 1970) qui a accordé aux femmes les droits économiques et politiques qu’elles demandaient (Chatterji, 2014 : 15). Pourtant, les discours officiels de Nasser soutenaient toujours que leur principale fonction était domestique (Abd Elhameed, 2015 : 29-30).

4Au cours de la présidence suivante, Anouar el-Sadate (septembre 1970-octobre 1981) et son épouse Jihane ont particulièrement facilité la procédure de divorce pour les femmes. Mais ces avancées n’ont pas résisté à la forte progression des courants religieux des années 1980, qui a entraîné le déclin de la situation socio-économique des Égyptiennes (Abdelhakim, 2010 : 73).

5Ces courants islamistes sont restés très influents jusque sous la présidence de Hosni Moubarak (octobre 1981-février 2011) qui a pourtant permis plusieurs avancées dans le domaine du statut personnel des femmes – en particulier pour ce qui est du droit au divorce. Les islamistes critiquaient le président de manière récurrente pour la promulgation de lois favorables aux femmes et contraires à la loi religieuse (Farag, 2012 : 233-234). Ils ont par exemple poussé la Cour suprême constitutionnelle à juger inconstitutionnel le droit des femmes au divorce en cas de polygamie du mari. Ce droit a donc été abrogé en mai 1985 (Abu Amara, 2012 : 123). Malgré cela, les Égyptiennes de cette époque ont connu plusieurs avancées dans le domaine du statut personnel. La Première dame, Suzanne Moubarak, a notamment introduit le débat sur le divorce à l’Université d’al-Azhar et au Parlement en 1990. On retient également la remise en vigueur d’une loi condamnant les hommes à la prison dans le cas où ils ne verseraient pas de compensation financière à leur ex-femme après leur divorce. De plus, en 2003, le gouvernement a adopté une réforme portant sur la nomination des femmes juges. Elle a permis à une femme d’être nommée à ce poste pour la première fois en Égypte (Dawoud, 2012 : 161, 163). Pourtant, en mars 2010, l’Assemblée générale du Conseil d’État a très massivement refusé cette réforme, révélant ainsi le fossé entre les progrès législatifs favorables aux droits des femmes et la réalité de la reconnaissance du rôle de ces dernières (Abdelhakim, 2010 : 72-73).

6Après la révolution de 2011, le renversement de Moubarak et la prise de pouvoir par le Conseil suprême des forces armées (CSFA, février 2011-juin 2012), les élections présidentielles ont désigné Mohamed Morsi (juin 2012-juillet 2013) comme nouveau président et ont facilité l’instauration d’un régime affilié aux Frères musulmans. Les droits des femmes ne figuraient ni sur l’agenda des islamistes détenant les pouvoirs législatifs ni sur celui du CSFA détenteur du pouvoir exécutif pendant la période de transition postrévolutionnaire. Au contraire, les deux pouvoirs politiques ont remis en question les améliorations obtenues par les femmes durant les décennies précédentes (Sika et Khodary, 2012 : 98). La nouvelle Constitution de 2012 a d’ailleurs été considérée par les défenseurs des droits des femmes comme « la pire Constitution de l’histoire de l’Égypte ». À travers ce texte, le régime islamiste cherchait à abroger les droits acquis par les Égyptiennes au cours des présidences précédentes (Ahmed Zaki, 2015 : 5).

Abdel Fattah al-Sissi, ami ou ennemi des ONG féministes ?

  • 2 Les sources en langue étrangère ont été traduites par l’auteure de cet article.

7Al-Sissi, président depuis 2014, poursuit la conduite de ses prédécesseurs en tenant des discours apparemment émancipateurs au sujet des droits des femmes tout en s’appropriant la scène publique et en occultant toute voix indépendante et dissidente. Ainsi, Amr Hamzawy (2017 : 396) soutient que la législation d’al-Sissi a pour objectif « d’éliminer l’autonomie des [ONG] et les soumettre à un contrôle sécuritaire absolu » et que « ces efforts ont poussé la société civile en Égypte au bord de l’extinction2 ». Quant à Sarah Ben Néfissa (2018 : 1), elle estime que :

Jamais l’espace public égyptien de ces dernières décennies n’aura connu une telle clôture autoritaire et sécuritaire. […] L’ensemble des libertés publiques ont été remises en cause et certains parlent même de « disparition » de la société civile égyptienne, car cette dernière n’arrive plus à jouer un rôle de contrepoids face au tour de vis sécuritaire du nouveau régime.

8Pourtant, ma recherche montre que le discours de certaines enquêtées réfute l’existence d’une répression généralisée – qui peut pourtant aller jusqu’à des peines de détention, disparitions forcées, massacres de civils, torture et négligence médicale selon Hamzawy (2017 : 401). Au contraire, d’après plusieurs personnes avec lesquelles je me suis entretenue, certaines ONG féministes seraient en plein développement. Plus encore, le régime d’al-Sissi représenterait une véritable « ère de liberté » pour les femmes. D’après ces enquêtées, la répression viserait uniquement les militantes d’ONG qui exercent des activités d’opposition politique. L’article 13 de la loi 70/2017 encadrant le travail des associations de la société civile interdit en effet à celles-ci de mener toute activité de nature politique. De plus, dans l’affaire judiciaire n° 173 – qui concerne des financements reçus depuis l’étranger par plusieurs ONG sans autorisation préalable des autorités égyptiennes – les organisations accusées sont des ONG impliquées en politique et opposées au régime d’al-Sissi. Depuis son ouverture en mars 2016, le procès est continuellement reporté. Dans l’attente du verdict, les militantes des ONG accusées souffrent de multiples pressions : gel de leurs avoirs professionnels et personnels, interdiction de sortie du territoire, surveillance constante, etc.

9Mais peut-on raisonnablement penser de manière aussi dichotomique les interactions entre le régime et les organisations agissant dans l’intérêt des femmes ? Si l’on s’aventure au-delà des apparences, le sujet se révèle infiniment plus complexe.

Terrain d’enquête, présentation des entretiens et des enquêtées

10Cet article est tiré de mon mémoire de 2020 dont l’objectif était d’étudier les rapports entretenus par les ONG égyptiennes féministes avec le régime d’al-Sissi. Mes résultats consistaient en l’identification des différentes stratégies employées par ces organisations pour survivre en contexte autoritaire. Je présenterai ici la conclusion principale de mon enquête de terrain menée au Caire de janvier à mars 2020 : la collaboration des ONG avec l’État constitue une stratégie de survie à part entière qui s’inscrit dans un ensemble complexe de tentatives de maintien des activités féministes en contexte autoritaire.

  • 3 L’une des enquêtées a été interviewée à trois reprises.
  • 4 Les noms des enquêtées et des organisations ne seront pas mentionnés dans cet article.
  • 5 Distributions de nourriture, vêtements, couvertures, etc.

11Mes résultats se basent sur l’analyse de huit entretiens avec six Égyptiennes3 chacune impliquée au sein d’une ONG venant en aide aux femmes4. En me basant sur les travaux de Ben Néfissa (2004), j’ai identifié dans ce corpus : quatre ONG de plaidoyer engagées dans le domaine politique recourant au droit pour porter leurs revendications, militant pour changer les lois sur les droits des femmes et fournissant une assistance juridique ; une ONG de service organisant des actions socio-caritatives directement au contact des populations5 ; une ONG de recherche publiant des articles et ouvrages scientifiques historiques et littéraires sur des personnalités et mouvements féministes. Je recourrai au terme de « responsables » pour désigner les six enquêtées qui occupent des fonctions élevées dans la hiérarchie de leur organisation respective et y témoignent d’un engagement fort et durable. Le terme « membres » sera utilisé pour désigner les personnes se situant plutôt à la base de l’organigramme des ONG et dont je ne connais pas suffisamment la trajectoire biographique pour apprécier le niveau d’engagement.

12Malgré le climat de tension qui règne en Égypte dans le monde de la recherche scientifique – en particulier sur le féminisme – j’ai pu accéder facilement à mon terrain. La responsable de l’ONG de service, rencontrée lors d’un précédent séjour au Caire, m’a fourni les coordonnées des 5 autres responsables. Les négociations d’entretien se sont déroulées sans problème majeur ; je devais paraître digne de confiance à leurs yeux puisque je les contactais de la part d’une de leurs homologues. Seule la responsable de l’une des ONG de plaidoyer s’est montrée particulièrement méfiante et a répondu de façon très succincte à mes questions sur la répression du régime.

  • 6 J’ai été formée au dialecte égyptien au Département d’enseignement d’arabe contemporain (DEAC) du C (...)

13Les entrevues se sont déroulées en arabe6 ou en anglais. J’ai moi-même procédé aux transcriptions et traductions à partir des enregistrements audios avec l’aide ponctuelle d’une Égyptienne étudiante en langue française pour certains extraits des conversations en arabe.

14Mes guides d’entretien n’étaient pas significativement différents d’une ONG à l’autre. Dans l’ensemble, ils abordaient tout d’abord les déterminants sociaux de base de l’enquêtée (lieu et année de naissance, métier des parents…) ainsi que son parcours académique et professionnel. L’âge moyen des femmes rencontrées est de 40 ans environ. Par ailleurs, l’analyse de leurs trajectoires biographiques montre une nette tendance à suivre une formation universitaire juridique : sur les six militantes interviewées, cinq sont diplômées des droits de l’Homme et trois sont avocates. Toutefois, il est intéressant de noter que ce type de parcours universitaire n’oriente pas nécessairement les activistes vers des ONG de plaidoyer. Par exemple, l’objectif de la responsable de l’ONG de service, pourtant diplômée des droits de l’Homme, n’est pas d’exercer une pression sur les gouvernants pour modifier les lois et contester la politique du régime.

  • 7 Les activités et budgets des organisations étudiées sont extrêmement limités et contrôlés par le ré (...)

15Dans un second temps, mes questions portaient sur la présentation des organisations et des missions de leurs membres, afin de me donner une idée plus précise des activités menées, de l’origine des fonds perçus, des conditions de la tenue d’éventuels évènements7, etc.

16Enfin, mes grilles d’entretien incluaient une partie conséquente sur les relations entre les ONG et le gouvernement ainsi que sur les difficultés posées par le contrôle strict des fonds et activités. J’ai interrogé les enquêtées sur les possibilités de collaboration avec l’État et leur avis personnel sur le Conseil national de la femme (CNF) – institution présentée ci-dessous.

17Cet article a donc pour but de discuter de la désunion du monde associatif et de la société civile en Égypte face au régime autoritaire d’al-Sissi ainsi que des controverses autour de la collaboration avec le gouvernement, qui se révèle pourtant être une stratégie efficace – voire nécessaire – pour que les ONG puissent continuer à exercer. Pour cela, je commencerai par présenter le CNF mentionné précédemment puisqu’il joue un rôle prépondérant dans les relations des ONG avec le gouvernement. J’aborderai ensuite les motifs de désaccords entre les militantes interrogées puis finirai par expliquer en quoi la question de la collaboration avec le CNF fracture en profondeur la société civile féministe égyptienne.

Le CNF, outil privilégié du féminisme d’État

18Le CNF est l’institution gouvernementale chargée de la question des femmes en Égypte. Créé en 2000 par un décret présidentiel de Moubarak, il a été affilié au président de la République. À sa création, la Première dame de l’époque en a été nommée présidente et en a obtenu le contrôle quasi total. Au sein du CNF, le Comité législatif a pour but d’examiner les lois et décrets relatifs aux femmes et d’assurer le principe d’égalité de genre stipulé dans la Constitution égyptienne. Organisme étatique, le CNF a été chargé de la promotion des femmes sur les plans éducatif, économique et politique, en parallèle des ONG qui s’occupent de la prévention des violences de genre dont l’excision, les violences familiales et le harcèlement sexuel. Toutefois, le Conseil est rapidement entré en compétition avec les associations de femmes. Il cherchait en effet à s’approprier à la fois l’espace accordé au militantisme et le travail des activistes de la société civile, tout en s’attribuant la fonction de porte-parole de toutes les Égyptiennes. Les membres du CNF étaient représentés de façon disproportionnée dans les médias et les forums locaux, régionaux et internationaux (Elsadda et Dayan-Herzbrun, 2012 : 310).

19D’après mon enquête, le gouvernement actuel semble lui aussi se servir du CNF pour entretenir une façade de discours favorables aux femmes, tandis que le régime réprime les voix féminines indépendantes. Je qualifierai cette ambivalence de « féminisme d’État », qui désigne les « programmes d’un État qui introduisent d’importants changements dans les rôles productifs et reproductifs des femmes » sans pour autant résoudre les problèmes de « discrimination et subordination » et qui contribue à « l’image progressiste de l’État » (Hatem, 1992 : 231-232).

20Par exemple, après qu’al-Sissi a décrété que 2017 serait l’« année de la femme », Maya Morsy, actuelle présidente du CNF, a lancé la Stratégie nationale pour l’émancipation des femmes égyptiennes (SNEFE ou Stratégie des femmes 2030). La SNEFE est destinée à aboutir à l’émancipation, la protection et au leadership des femmes dans les domaines politique, économique et social. L’accent a été mis sur la nécessité de changer la culture et les normes sociales qui limitent la pleine participation des femmes en plus de renforcer l’accès de ces dernières à leurs droits. Bien qu’apparemment favorables à la cause féministe, de telles initiatives semblent avoir pour objectif principal de servir le féminisme d’État. À ce sujet, la responsable de l’ONG de recherche affirme :

Je ne crois pas au féminisme d’État. C’est comme le CNF, c’est bien que l’État soutienne les femmes, mais il faut aussi faire très attention au fait qu’il essaie de paraître moderne et sensible à la question du genre. Le CNF aide seulement certaines femmes à avancer dans les structures de l’État. Depuis l’époque de Moubarak, il les aide à obtenir une carte d’identité. Comme ça, les femmes peuvent recevoir une assistance, des traitements médicaux, aller en justice et voter pour [les représentants du régime] aux élections. […] moi, je pense aussi à chaque femme égyptienne vivant dans un village où il y a un bureau du Conseil. Le CNF a des bureaux dans tout le pays. Cela aurait été bien mieux si on avait eu plus d’espace pour que les ONG soient partout. Mais, si cela n’est pas disponible, alors au moins, qui est disponible ? Le CNF.

21L’une des responsables des ONG de plaidoyer ajoute à cela que :

Malheureusement, l’impact du CNF est très, très limité et il travaille à présent comme les ONG. Mais c’est le CNF, il devrait s’efforcer de changer les politiques, pas faire le même travail que les ONG.

22Comme à l’époque de Moubarak, la disponibilité accrue du CNF semble être une stratégie du régime d’al-Sissi pour conserver le monopole sur les mesures dites féministes. En réduisant l’espace accordé aux ONG par la promulgation de lois restrictives, le gouvernement rend le CNF indispensable. L’objectif serait de faire de ce Conseil la seule institution légalement autorisée à aider les femmes afin que celles-ci ne se tournent pas vers les organismes indépendants. Les dispositifs d’aide aux Égyptiennes sont donc volontairement restreints et orientés par le gouvernement.

  • 8 Avant d’être nommée présidente du CNF, Maya Morsy a longtemps travaillé dans le domaine des droits (...)

23La révolution du 25 janvier 2011 avait encouragé certaines ONG de mon corpus à rejoindre la Coalition des organisations féministes égyptiennes qui exigeait la dissolution du CNF en raison de son étroite collaboration avec le régime déchu de Moubarak. Or, plusieurs enquêtées affirment que l’arrivée de Maya Morsy au poste de présidente du Conseil en février 2016 a radicalement changé la politique du CNF. Sa carrière professionnelle et l’aide qu’elle apportait aux ONG de droits des femmes lorsqu’elle travaillait à ONU Femmes8 ont incité certaines ONG membres de la Coalition de 2011 à finalement travailler avec le CNF. L’image rassurante et attirante de la nouvelle présidente, qualifiée d’« amie » par la responsable de l’ONG de service, a contribué à améliorer l’opinion que les militantes se faisaient du CNF et les a encouragées à collaborer avec celui-ci et, par extension, avec le gouvernement d’al-Sissi.

24Ces propos peuvent paraître étonnants ; malgré la nomination de Maya Morsy, les trente membres du CNF nommés par le président de la République sont toujours constitués en grande partie de personnalités politiques appliquant les pratiques répressives du régime. Par exemple, de 2014 à 2019, Ghada Waly était à la fois membre du CNF et ministre de la Solidarité sociale ayant ordonné la fermeture de centaines d’ONG depuis 2013. De plus, depuis cette même année, le gouvernement se sert du CNF pour diffuser ses idées de lutte antiterroriste auprès de la population féminine. Dans un document intitulé Les femmes et le terrorisme, le CNF explique aux Égyptiennes comment elles peuvent, en tant que mères et épouses, jouer un rôle dans la lutte contre l’extrémisme (Abdel Rahim et Fracolli, 2016). Apparemment peu scrupuleux à l’idée de maintenir les femmes dans le rôle de « mères et épouses » auquel elles sont traditionnellement limitées, le CNF représente ici un moyen pour le régime de renforcer le rejet populaire des Frères musulmans en rappelant aux femmes à quel point ces derniers ont restreint leurs droits sous la présidence de Morsi. Le Conseil dépasse donc sa fonction d’institution chargée de la question des femmes dans le pays – voire il la contredit – et se comporte comme un relais de la politique antiterroriste du régime auprès du public féminin, fidélisé au fil des ans par l’omniprésence du CNF et sa présidente charismatique.

Collaboration avec le CNF : identification d’un profond désaccord entre les ONG

25À l’époque de Moubarak, la création du CNF et sa collaboration avec les différentes organisations féministes civiles affirmaient le soutien du régime au développement du rôle des femmes dans la sphère publique. Toutefois, les réformes initiées par le Conseil faisaient l’objet de débats en raison de leur proximité avec la politique controversée du régime. Aujourd’hui, ces débats ne se sont pas atténués : alors que la militante de l’ONG de service est la seule des six enquêtées à avoir clairement exprimé son soutien au CNF, la moitié d’entre elles se sont montrées mitigées en formulant des critiques à la fois positives (assistance apportée aux femmes) et négatives (dépendance vis-à-vis du régime). Enfin, deux des responsables d’ONG de plaidoyer ont révélé leur opposition absolue au Conseil.

  • 9 Les Government-organized non-governmental organization sont des organisations ayant le statut d’ONG (...)

26Contrairement aux ONG qui demandaient la dissolution du CNF en 2011 et qui ont finalement décidé de travailler avec lui lorsque la présidente a été remplacée, l’une des deux enquêtées qui rejettent le CNF a récemment pris la décision de mettre un terme à sa coopération avec le Conseil. Selon elle, un tel partenariat implique qu’une organisation puisse être qualifiée de « GONGO »9, terme accompagné d’un rire moqueur. Elle en identifie une en particulier, qui figure dans mon corpus d’ONG de plaidoyer :

Par le passé, on a beaucoup travaillé avec le CNF. Plus maintenant. Il n’est pas indépendant, il travaille dans le but de soutenir al-Sissi. Il fait maintenant partie de ce gouvernement, de ce système. […] Les organisations comme [X] disent qu’elles sont indépendantes, mais elles travaillent en fait avec le CNF. C’est ce qu’on appelle du féminisme d’État, elles travaillent en suivant les directives de l’État à travers le CNF.

27Ainsi, les organisations proches du CNF – donc du gouvernement, voire du régime – peuvent véhiculer une image négative au sein de la société civile. Sans surprise, la militante de l’ONG en question conçoit les choses autrement :

Nous sommes une ONG de plaidoyer. On travaille de manière totalement indépendante. Il y a une coopération, d’une manière ou d’une autre. Lorsqu’on plaide pour une loi, on doit coopérer avec toutes les organisations de femmes, y compris le CNF.

28Ici, l’enquêtée n’oppose pas indépendance et coopération. Pourtant, il semblerait qu’elle cherche à se justifier ; on remarque une certaine insistance sur son obligation à travailler avec le gouvernement (« on doit coopérer », « on doit avoir des partenaires, même gouvernementaux »). Elle présente la collaboration comme nécessaire pour mettre toutes les chances de son côté et réaliser son objectif, et rejoint sur ce point les propos de trois autres enquêtées qui affirment que toute stratégie est à envisager si cela permet de faire avancer la lutte pour les droits des femmes. Par ailleurs, j’ai observé au cours de cet entretien que le discours de la responsable à propos de sa coopération avec le CNF était entrecoupé de nombreux et longs silences ainsi que d’hésitations, ce qui pourrait être la manifestation d’un certain malaise.

  • 10 Notons la différence entre « organisation gouvernementale » et « GONGO » : tandis que la première e (...)

29L’enquêtée engagée au sein de l’ONG de service, qui s’est déclarée totalement favorable au CNF, défend la position des organisations en collaboration avec le Conseil. Bien que sa propre ONG ne soit pas particulièrement proche de cette institution, elle soutient avec ferveur le CNF et sa présidente. Pour elle, l’organisation qui a été identifiée comme une « GONGO » est une « organisation gouvernementale »10. Toutefois, elle n’emploie pas cette expression de manière négative :

Si je te dis que tu travailles avec le gouvernement, ça veut dire que tu es du gouvernement, tu ne fais pas partie de la société civile. C’est une mauvaise chose. Si je te dis que tu as un agenda occidental, ça veut dire que tu es contre l’islam et contre le pays. C’est une accusation. Quand quelqu’un n’est pas d’accord avec certaines idées, il est avec le gouvernement. Il y a toujours l’idée que le gouvernement, c’est l’ennemi. Et si tu travailles avec lui, tu es avec l’ennemi. Moi, je ne suis pas d’accord avec ça. Beaucoup de membres de la société civile travaillent avec le gouvernement ! La militante de [X] que tu as rencontrée, elle est féministe et engagée dans une organisation gouvernementale importante. Et son mari aussi fait partie d’un centre de recherche pour les droits de l’Homme qui appartient à l’État. Et elle, elle travaille de manière habituelle avec le gouvernement. (Faussement outrée) Oh, elle travaille avec l’État ! Oui, elle travaille avec l’État et alors ? Ce n’est pas une honte. Ce n’est pas une mauvaise chose. Par exemple, moi, je soutiens le président al-Sissi. Mais ça ne veut pas dire que je suis contre la société civile.

30L’avis des féministes sur la coopération ONG-CNF dépend donc majoritairement de leur opinion sur le régime d’al-Sissi : la militante de l’ONG de service, qui adhère ouvertement au régime, ne perçoit pas négativement le fait que certaines organisations s’associent au CNF ; dans le cas inverse, si le régime est perçu comme indésirable, il existe deux possibilités. Premièrement, le Conseil est lui aussi rejeté (deux enquêtées sur six) ; autrement, une certaine utilité lui est tout de même reconnue (une enquêtée sur six) car il permet aux féministes d’adresser directement leurs revendications à une autorité officielle de l’État dans « un système patriarcal » où les femmes ne sont traditionnellement pas écoutées. Enfin, un troisième cas de figure s’est manifesté lors des entretiens : deux des enquêtées n’ont pas exprimé – que ce soit clairement ou de manière sous-entendue – leur opinion quant au régime d’al-Sissi. Ces deux femmes, dont l’une est la militante de l’ONG de recherche et l’autre d’une des ONG de plaidoyer, se sont montrées mitigées sur le travail du CNF : d’un côté, il assiste les femmes sur tout le territoire égyptien et contribue à changer certaines lois ; de l’autre, il ne prend pas en compte l’ensemble des difficultés rencontrées par les Égyptiennes et sert à la pratique du féminisme d’État.

Le CNF, un allié pour survivre en contexte autoritaire ?

31Sur les six ONG étudiées dans cette enquête, trois ne subissent pas, aux dires des militantes, la répression des autorités ; les trois organisations restantes connaissent (ou ont connu) la répression étatique. Parmi les quatre ONG de plaidoyer de mon corpus, la seule ne subissant pas de répression de la part du régime est celle identifiée par deux des enquêtées comme une « GONGO » et « organisation gouvernementale ».

32Collaborer avec le CNF est un sujet de débats au sein de la société civile car il s’agit d’une stratégie présentant à la fois des inconvénients et des avantages : d’un côté, elle implique la dépendance de l’organisation vis-à-vis du gouvernement et la réputation d’être une « GONGO » ; de l’autre, elle permet à ceux ou celles qui la pratiquent de continuer à exercer leurs activités sans craindre la répression du régime ou en diminuant les risques d’exposition aux menaces. La militante de l’ONG de service, qui a utilisé l’expression d’« organisation gouvernementale », déclare à ce propos :

La militante de [X] travaille avec l’État qui approuve son organisation. Donc il ne créera pas de problème avec elle.

33Enfin, dans deux cas précis, mon enquête révèle la mise à l’écart volontaire de toute activité politique. Nous avons vu en introduction que le régime d’al-Sissi tente d’écarter les ONG de toute forme d’action politique. Cependant, cet apolitisme peut également être un choix délibéré de la part des organisations ; s’éloigner de la sphère politique semble être une technique efficace pour échapper à la répression. C’est le cas des deux organisations de recherche et de service qui n’expriment pas de revendications politiques ou juridiques et ne cherchent pas à s’adresser directement au gouvernement. Les deux militantes en question sont d’ailleurs les seules à avoir nié l’existence d’une répression généralisée à l’ensemble des ONG féministes égyptiennes. Au cours de leurs entretiens, elles m’ont donné l’impression de se situer à part des quatre autres organisations étudiées, extérieures aux questions politiques et épargnées des pressions subies par les autres féministes. La militante de l’ONG de recherche explique clairement le principe de l’apolitisme :

La répression dépend de si les membres [d’une ONG] font un travail d’activisme politique antigouvernemental ou s’ils font un travail féministe. Ça dépend de si tu as suivi la loi ou si tu as décidé de trouver une échappatoire. Dans ce cas-là, les autorités te bloquent.

34D’après les travaux de Ben Néfissa, « la protestation sociale et politique […] a perdu le soutien d’une partie importante des organisations de la société civile » à la suite du coup d’État du CSFA le 3 juillet 2013 contre Morsi, notamment en raison du « démantèlement complet de la part des forces de sécurité et du Ministère des Affaires sociales [… qui] concerne les ONG de plaidoyer qui visent la mobilisation et non pas l’assistance » (2018 : 3). Ce retrait de la sphère politique et ce refus d’une opposition frontale au gouvernement peuvent s’expliquer par le fait que « la société civile n’a pas les moyens de s’imposer en tant que telle au [sic] gouvernants » car les ONG dépendent de l’État pour exister et recevoir des financements (Ferrié, 2003 : 7).

35Les quatre autres organisations du corpus ont conservé leur statut d’ONG de plaidoyer sous le régime d’al-Sissi ; toutes se retrouvent à présent victimes de la répression, sauf celle identifiée comme une « GONGO » ou « organisation gouvernementale » par deux des enquêtées. A priori donc, une voix d’opposition ne peut en aucun cas se faire entendre sans craindre la menace des autorités et il semble n’y avoir que deux solutions pour échapper à la répression : se retirer du champ politique ou appliquer la politique du régime.

Esprit de compétition au sein de la société civile

36La stratégie de la collaboration avec l’État ne fait pas l’unanimité parmi les militantes. Ces désaccords peuvent aller jusqu’à créer des conflits internes déstabilisant la société civile et provoquant une désunion du mouvement féministe. Lors de mes entretiens, j’ai relevé de nombreuses critiques ouvertement formulées ou sous-jacentes des enquêtées les unes envers les autres. Tout d’abord, chaque militante a revendiqué l’unicité de son organisation. Lorsqu’elles m’ont expliqué les raisons pour lesquelles elles avaient rejoint leur ONG respective et non une autre, toutes ont justifié leur choix par l’originalité, le caractère unique et innovateur de leur organisation et le fait que les activités des autres groupes les laissaient insatisfaites. La responsable de l’ONG de service est allée jusqu’à affirmer que son organisation était un groupe précurseur et que plusieurs de ses ateliers servent à présent de modèle et d’inspiration aux autres ONG.

37Concentrons-nous à présent sur les deux militantes qui remettent en cause la manière de travailler des autres organisations ; les enquêtées engagées au sein des ONG de service et de recherche. La première s’est montrée particulièrement négative envers les conférences traitant de sujets tels que les femmes vivant dans les bidonvilles. Elle estime que ces évènements sont trop éloignés de la réalité. Le luxe dans lequel travaillent les autres militants lui paraît indécent en comparaison des conditions de vie des populations concernées :

On se réunit dans un hôtel cinq étoiles, on mange de très bons plats dans des buffets à volonté. […] Beaucoup d’argent est dépensé pour les conférences, 100 000 ou 200 000 livres égyptiennes [5 000 ou 10 000 euros]. Où sont les enfants des rues, pendant ce temps ? Dans la rue. Où sont les femmes des bidonvilles ? Dans les bidonvilles.

38En plus de cela, elle établit une classification dichotomique entre son ONG œuvrant sur le terrain au plus proche des femmes et des enfants, et le reste de la société civile menant des recherches scientifiques « inutiles ». Elle cible notamment les organisations de plaidoyer qui ne travaillent pas suffisamment au contact des populations, à l’image de :

nombreux think tanks et ONG administrés et dirigés par des élites professionnelles souvent non représentatives des communautés au nom desquelles elles parlent […] et desquelles elles sont largement déconnectées (Stone, 2000 : 172).

  • 11 Elle a été victime après la révolution d’une agression par les Frères musulmans en raison de ses id (...)

39Enfin, elle m’a paru se positionner vers le sommet d’une sorte d’« échelle de prestige interne, générant l’émotion positive de fierté chez [les militants] qui s’exposent le plus au danger » (Nikolski, 2013 : 22). Cette enquêtée semble estimer que le coût de son engagement (agression, séquelles, autofinancement, fatigue due à ses déplacements11) est plus important que celui des autres féministes. Pourtant, la majorité de ces dernières mène une vie militante qui n’est pas non plus de tout repos (arrestations, gel de leurs avoirs professionnels et personnels, interdiction de voyager, décrédibilisation publique, détérioration de leur image dans les médias). Il semble donc qu’une sorte de compétition se soit installée au sein de la société civile entre les féministes des différentes ONG pour savoir laquelle donnera le plus de sa personne.

40La seconde militante ne rejette pas le travail scientifique des chercheurs – au contraire, puisqu’elle est elle-même enseignante-chercheuse. Toutefois, elle oppose catégoriquement les publications des ONG de plaidoyer (sondages et enquêtes présentés sous la forme de rapports partiaux s’apparentant à des réquisitoires) aux recherches scientifiques « sérieuses » menées par son organisation (articles et ouvrages neutres rédigés selon les normes académiques). Par ailleurs, elle affirme que certaines militantes se servent de la lutte pour les droits des femmes comme d’un prétexte pour former une opposition politique sans réellement se soucier des femmes elles-mêmes. D’après elle, à l’image de l’État qui instrumentalise la lutte pour les droits des femmes, certaines activistes voient le mouvement féministe comme une opportunité de contester le régime. Elle critique les « féministes radicales » qui refusent de coopérer avec les institutions gouvernementales telles que le CNF pourtant susceptible d’apporter son aide.

Coopérer avec l’État, une stratégie controversée fracturant profondément la société civile

41Héritière d’une longue histoire de pratiques répressives envers les défenseurs des droits humains et organisations indépendantes de l’État, la présidence d’al-Sissi se révèle être une des périodes les plus incertaines quant à la possibilité pour les ONG de droits des femmes de continuer à exercer leurs activités. Les lois régissant les organisations de la société civile ne cessent de se durcir, poussant la plupart des activistes à mettre en place des stratégies d’adaptation au contexte coercitif.

42En outre, par le biais de ses discours apparemment émancipateurs au sujet des droits des femmes, le régime actuel imite la conduite de ses prédécesseurs en s’appropriant la scène publique et en occultant toute voix indépendante et dissidente. Les réformes favorables à la condition des femmes, notamment celles initiées par le CNF, semblent avoir pour objectif de servir le féminisme d’État.

43Face à l’autoritarisme croissant du régime, les ONG égyptiennes féministes doivent mettre en œuvre différentes stratégies pour continuer leur travail. Pourtant, certaines militantes réfutent l’idée d’une généralisation de la répression – cette dernière ne s’appliquant selon elles qu’aux individus contestant la politique du régime et refusant de se soumettre à la loi sur les associations. Mon étude a en effet montré que les militantes non engagées dans des luttes à caractère politique (ONG de service et de recherche) ne sont pas victimes de l’acharnement des autorités contrairement aux ONG de plaidoyer. Cela explique que certaines fassent le choix délibéré de l’apolitisme ; en s’éloignant du système politique, elles se protègent de la répression. Enfin, collaborer avec l’État par l’intermédiaire d’une coopération avec le CNF peut représenter une solution pour échapper à la répression, bien que ce choix fasse l’objet d’une forte controverse parmi les membres de la société civile et vale à certaines le titre de « GONGO ».

44Sur ce dernier point, mes entretiens ont révélé que les militantes féministes sont catégorisées quel que soit leur choix : si elles entretiennent des liens avec des organisations étrangères et bénéficient de financements en provenance de l’Occident, l’État les accuse d’avoir un agenda étranger, d’être des espionnes et donc les ennemies de l’Égypte ; si elles choisissent de travailler avec le CNF et reçoivent des financements de l’État, les autres organisations reprochent leur manque d’indépendance et les accusent d’être les ennemies de la société civile ; si elles rejettent les institutions gouvernementales susceptibles de faire progresser les droits des femmes comme le CNF, certaines militantes leur reprochent de ne pas saisir toutes les opportunités pour aider la cause des femmes.

45L’autoritarisme du régime d’al-Sissi impacte donc les rapports qu’entretiennent les ONG entre elles et favorise l’émergence d’un esprit de compétition interne à la société civile. Cette compétition peut être interprétée non seulement comme une stratégie de survie des organisations qui peuvent tenter de se hisser au-dessus des autres voire de les rabaisser, mais également comme une tactique du régime pour désunir les militantes. Chacune des organisations étudiées, à l’origine créées pour aider les Égyptiennes et faire avancer la lutte pour leurs droits, se retrouve étouffée au cœur de tensions à la fois avec les autres ONG – devenues davantage des concurrentes que des alliées – et avec le gouvernement. En entrant dans ce jeu de concurrence, les ONG répondent à la volonté du régime de désorganiser la société civile pour affaiblir le mouvement de défense des droits des femmes.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES

Entretien avec une responsable d’ONG de service, Le Caire, 26 janvier 2020.

Entretien avec une responsable d’ONG de service, Le Caire, 1er février 2020.

Entretien avec une responsable d’ONG de plaidoyer, Le Caire, 2 février 2020.

Entretien avec une responsable et un membre d’ONG de plaidoyer, Le Caire, 19 février 2020.

Entretien avec une responsable d’ONG de plaidoyer, Le Caire, 23 février 2020.

Entretien avec une responsable d’ONG de plaidoyer, Le Caire, 26 février 2020.

Entretien avec une responsable d’ONG de recherche, Le Caire, 27 février 2020.

Entretien avec une responsable d’ONG de service, Le Caire, 7 mars 2020.

ÉTUDES

ABD ELHAMEED Dalia, 2015, « How Can the Domestication of Women Facilitate Understanding of their Plight in Egypt? », Égypte/Monde arabe, 13, p. 27-38. https://doi.org/10.4000/ema.3495

ABDELHAKIM Tahani, 2010, « Condition de la femme : comment va la société égyptienne ? », Confluences Méditerranée, 4/75, p. 65-76. DOI : 10.3917/come.075.0065

ABDEL RAHIM Sara et FRACOLLI Erin, 2016, « Egypt’s National Council for Women: A Substitute for Civil Society? », The Tahrir Institute for Middle East Policy.

ABU AMARA Nisrin, 2012, « Le débat sur le harcèlement sexuel en Égypte : une violence sociale et politique », Égypte/Monde arabe, 9, p. 119-135. https://doi.org/10.4000/ema.3012

AGRIKOLIANSKY Éric, 2010, « Les usages protestataires du droit », Agrikoliansky, Éric et al. (dir), Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte.

AHMED ZAKI Hind, 2015, « Les ‘femmes de Sissi’ ? Mutations des discours du genre et limites du féminisme d’État », Égypte/Monde arabe, 13, p. 1-14. https://doi.org/10.4000/ema.3510

BEN NÉFISSA Sarah, 2004, « Introduction. ONG et gouvernance dans le monde arabe : L’enjeu démocratique », Sarah, Ben Néfissa (dir), ONG et gouvernance dans le monde arabe, Le Caire et Paris, Karthala.

BEN NÉFISSA Sarah, 2018, « Égypte : clôture de l’espace politique et social », Thomas, Frédéric (dir), Moyen-Orient et Afrique du Nord : État des luttes, Paris, Syllepse.

BOTMAN Selma, 1991, Egypt from Independence to Revolution, 1919-1952, New York, Syracuse University Press.

CHATTERJI Rina, 2014, Fighting Back: Egypt’s Post-Revolution Women’s Movement, Paris, Université Américaine de Paris.

DAKHLI Leyla et LATTE ABDALLAH Stéphanie, 2010, « Un autre regard sur les espaces de l’engagement : Mouvements et figures féminines dans le Moyent-Orient [sic] contemporain », Mouvement social, 2/231, p. 3-7. DOI : 10.3917/lms.231.0003

DAWOUD Aliaa, 2012, « Why Women are Losing Rights in Post-Revolutionary Egypt », Journal of International Women’s Studies, 13/5, p. 160-169.

ELSADDA Hoda et DAYAN-HERZBRUN Sonia, 2012, « Droits des femmes en Égypte. L’ombre de la Première Dame », Tumultes 1/38-39, p. 299-311.

FARAG Mona, 2012, « The Muslim Sisters and the January 25th Revolution », Journal of International Women’s Studies, 13/5, p. 228-237.

FERRIÉ Jean-Noël, 2003, « ‘Société civile’, autoritarisme et globalisation des normes », Journal des anthropologues 94-95, p. 75-91.

GHARAIBEH Roa’a, 2013, De la subjectivation féministe aux mouvements culturels arabes : Égypte, Jordanie, Liban, Bordeaux, Université de Bordeaux.

HAMZAWY Amr, 2017, « Egypt after the 2013 Military Coup: Law-making in Service of the New Authoritarianism », Philosophy and Social Criticism 43/4-5, p. 392-405.

HATEM Mervat, 1992, « Economic and Political Liberation in Egypt and the Demise of State Feminism », International Journal of Middle East Studies 24/2, p. 231-251.

NAH Alice, 2020, « Navigating Mental and Emotional Wellbeing in Risky Forms of Human Rights Activism », Social Movement Studies 20/1, p. 20-35. https://doi.org/10.1080/14742837.2019.1709432

NIKOLSKI Véra, 2013, « Lorsque la répression est un plaisir : le militantisme au Parti National Bolchévique russe », Cultures & Conflits 89, p. 13-28. https://dx.doi.org/10.4000/conflits.18684

SIKA Nadine et Yasmin KHODARY, 2012, « One Step Forward, Two Steps Back? Egyptian Women within the Confines of Authoritarianism », Journal of International Women’s Studies 13/5, p. 91-100.

STONE Diane, 2000, « Think Tank Transnationalisation and Non-profit Analysis Advice and Advocacy », Global Society 14/2, p. 153-172.

Haut de page

Notes

1 Citons comme précurseurs du féminisme égyptien Rifa’a al Tahtawi (Le Guide honnête pour les filles et les garçons, 1873) et Qasim Amin (La Libération de la Femme, 1899 et La Nouvelle Femme, 1900).

2 Les sources en langue étrangère ont été traduites par l’auteure de cet article.

3 L’une des enquêtées a été interviewée à trois reprises.

4 Les noms des enquêtées et des organisations ne seront pas mentionnés dans cet article.

5 Distributions de nourriture, vêtements, couvertures, etc.

6 J’ai été formée au dialecte égyptien au Département d’enseignement d’arabe contemporain (DEAC) du Caire en 2018-2019.

7 Les activités et budgets des organisations étudiées sont extrêmement limités et contrôlés par le régime, voire déclarés en infraction vis-à-vis de la législation, ce qui induit pour certaines responsables des peines de prison, amendes, gels des avoirs personnels, interdictions de sortie du territoire, etc.

8 Avant d’être nommée présidente du CNF, Maya Morsy a longtemps travaillé dans le domaine des droits des femmes. De 1998 à 1999, elle était consultante pour le Projet d’Éducation et d’Autonomisation des Filles du Ministère égyptien de l’Éducation. De 1999 à 2000, elle a occupé la fonction de coordinatrice de projet pour le Fonds de Développement des Nations Unies pour la Femme (UNIFEM) puis, entre 2000 et 2013, elle a travaillé comme directrice du Bureau National égyptien de l’UNIFEM. Enfin, depuis 2013, elle occupe le poste de conseiller régional pour les politiques et programmes en matière de genre au Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD).

9 Les Government-organized non-governmental organization sont des organisations ayant le statut d’ONG mais sur lesquelles le gouvernement a la main mise.

10 Notons la différence entre « organisation gouvernementale » et « GONGO » : tandis que la première expression ne véhicule pas de connotation particulière et se montre plutôt neutre, la seconde consiste en des termes paradoxaux – voire ironiques – révélant un profond désaccord.

11 Elle a été victime après la révolution d’une agression par les Frères musulmans en raison de ses idées féministes. Par ailleurs, elle utilise régulièrement ses ressources personnelles afin de se rendre en Haute-Égypte pour organiser des ateliers sur les questions de genre avec de jeunes filles et garçons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leturmy Sarah, « ONG féministes égyptiennes et régime autoritaire d’Abdel Fattah al-Sissi »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 21 octobre 2022, consulté le 20 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18128

Haut de page

Auteur

Leturmy Sarah

Université Paris-Cité, Paris, France ; ltrm.sarah[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search