Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesHANLEY Will, Identifying with Nat...

SECONDE PARTIE
Lectures

HANLEY Will, Identifying with Nationality: Europeans, Ottomans, and Egyptians in Alexandria

Columbia University Press, 2017
Fatma Ben Slimane
Référence(s) :

HANLEY Will, 2017, Identifying with Nationality: Europeans, Ottomans, and Egyptians in Alexandria, Columbia University Press, 412 p.

Texte intégral

1C’est sur un très beau cas d’étude que s’ouvre le livre de Will Hanley : celui de Théodore Java Johannides arrêté en 1914 dans un poste de police (égyptien) dans la banlieue d’Alexandrie. Après un long interrogatoire, Théodore se voit obligé, sous la menace de la torture, de signer un document en arabe dans lequel il est accusé de meurtre. Plus tard il dira que, lorsqu’il fut arrêté et soumis à un interrogatoire, il ne savait ni parler l’arabe ni l’écrire et qu’il ne connaissait d’autre langue que le grec. « La police avait menacé de me tuer parce que je suis un sujet local, j’étais sûr que j’allais être tué », dit-il, « si j’avais été d’une autre nationalité j’aurais eu un certain espoir, mais parce que je suis un sujet local il n’y avait pas d’espoir pour moi ». Au moment de l’arrestation de Théodore Java, la nationalité, commente Hanley, était devenue une question de vie ou de mort. C’est à partir de ce cas que l’auteur construit dans l’introduction la ligne d’un argumentaire qu’il développe par la suite tout au long du livre.

2Catégorie juridique, la nationalité exprime en premier lieu une affiliation à l’État. Aujourd’hui, le concept nous est devenu familier et universel. Mais avant son adoption, ou sa naturalisation par le droit public international, la catégorie de nationalité fut le produit d’un processus historique de construction local et global. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la nationalité n’était pas un statut acquis de manière permanente, mais un espace d'identité liminal, instable, précaire, toujours en formation et sans délimitation claire. Une catégorie aussi bien contingente que contestée.

  • 1 Évoqué par l’auteur lors d’un entretien autour de son livre dans : https://www.ottomanhistorypodcas (...)

3Ce livre se donne donc pour objectif de déconstruire cette catégorie en suivant le processus de sa formation et de son élaboration à travers l’expérience des gens ordinaires ayant vécu à Alexandrie entre 1880 et 1914. La ville égyptienne sert, dans ce contexte, de laboratoire en raison, non seulement de l’extrême diversité de sa population, qui d’ailleurs la rapproche des autres grandes cités méditerranéennes, mais surtout de l’importance du pluralisme des juridictions : près de « deux douzaines d’institutions nationales, communautaires, policières, judicaires » (p.17) opèrent dans la ville et une vingtaine d’États sont obligés de travailler ensemble. Ce pluralisme juridique « plus souvent évoqué que profondément étudié »1, explique l’importance et la variété des archives (anglaises, française, italiennes, ottomanes et égyptiennes) mises à contribution pour étudier le phénomène de la nationalité et permet à l’auteur de ne pas limiter son enquête au seul cadre de l’empire britannique. La focalisation de l’ouvrage sur Alexandrie n’empêche pas son auteur de recourir à d’autres expériences dans d’autres parties du monde, dépassant ainsi le cadre égyptien.

4Un large éventail de documents légués par les tribunaux consulaires, de conflits et de faits ordinaires, fait l’objet d’un intensif travail d’enquête sur les pratiques de catégorisations sociales utilisées aussi bien par les juridictions que par les gens ordinaires d’Alexandrie. Ces archives sont des enregistrements portant sur des expériences et des interactions survenues entre des milliers de personnes reflétant le cosmopolitisme d’Alexandrie. Un cosmopolitisme que l’auteur qualifie de banal, d’ordinaire, un « vulgar cosmopolitanism », dont les expériences sont partagées par les riches comme par les pauvres. Il s’écarte ainsi de l’historiographie du cosmopolitisme classique et nostalgique (Hanley, 2008) qui a longtemps privilégié l’histoire des élites et marginalisé les classes populaires, soit au bas mot, 80 % des habitants d’Alexandrie.

5Cette approche permet à l’auteur de prendre aussi ses distances, d’une part avec l’historiographie nationaliste largement imprégnée par le rôle prépondérant de l’État-nation dans la formation de la nationalité (les archives montrent que la nationalité, comme statut, n’est pas déterminée exclusivement par l’État moderne), d’autre part avec l'histoire juridique coloniale qui attribue à l’Occident (Europe et Amérique du Nord) un rôle de premier plan dans la formation de la nationalité, occultant ainsi l’apport du reste de la planète dans ce processus global.

6D’un point de vue conceptuel, l’auteur commence par distinguer la nationalité de deux autres concepts qui en brouillent le sens : nationalisme et citoyenneté. Alors que le nationalisme a rapport, écrit l’auteur, avec les sentiments et les idées, la nationalité est une affaire personnelle, de l’ordre de la pratique, « elle ne peut émerger en collectivité et dans des moments révolutionnaires et ne peut être mobilisée » (p.6). Souvent confondue avec la citoyenneté, la nationalité est un statut juridique qui dépasse la sphère intérieure. La nationalité entérine l’affiliation la nation (et non à la ville, la tribu, etc., d'autres espaces d'afiliation qui coexistaient), à laquelle Hanley donne une définition plus concrète et plus pragmatique qui la détache de sa conception imaginée ou affective (mourir pour la nation). Phénomène inédit, la nationalité fait son apparition au milieu du xixe siècle, et de statut d’affiliation parmi d’autres, elle triomphera progressivement de toutes les autres formes d’appartenance. Les différents types de protections qui étaient en vigueur en Égypte et dans l’Est méditerranéen en général, disparaitront progressivement au profit de la catégorie uniformisante de la nationalité.

7Identifiging with nationality montre les conditions particulières de l’émergence de la nationalité à Alexandrie et offre une vue localisée d’un processus global. En effet les lois sur la nationalité font partie d’un phénomène général marqué par les politiques centralisatrices des États, la désintégration des systèmes d’affiliation existants et l’intensification des migrations.

8Pour autant le cas alexandrin permet d’enrichir l’analyse du processus en raison du contexte particulier – colonial – dans lequel émerge la nationalité. Celle-ci, née dans le contexte colonial, porte les stigmates du gouvernement de la « distinction coloniale » : outil de discrimination, elle signifie différence plutôt qu’égalité, privilèges octroyés aux Européens, aux riches et aux hommes, au détriment des pauvres, des femmes et des migrants. Comme telle, elle reflète « l’anxiété coloniale » (Stoler, 2008) : elle se développe à l’âge de la machine à vapeur, des transports modernes et du souci de contrôler les migrants, la liberté de circulation, les frontières.

9Dans ces conditions, comment les gens identifiaient et s’identifiaient à Alexandrie ? Comment la standardisation des statuts d’affiliation se produisit et pourquoi la nationalité survécut alors que les autres statuts se désintégrèrent ? Telles sont les interrogations auxquelles Identifiging with nationality tente de répondre.

10La première partie, « Settings », porte sur le lieu de l’enquête : Alexandrie, ses rues grouillantes, ses quartiers névralgiques et son cosmopolitanisme ordinaire. Cette partie explore la signification d’une douzaine de termes utilisés pour exprimer la nationalité et la citoyenneté. Dans cette ville de migrants où la protection constituait le principal signe de distinction sociale, identifier avait pour objectif de déterminer l’autorité qui protégeait ou contrôlait les individus. Les plus puissants protecteurs (ici les Britanniques) étaient capables d’imposer leur propre hiérarchie de pouvoir et de savoir.

11Le principe d’une taxinomie variée nous est devenu aujourd’hui étranger en raison de la normativité que la nationalité a acquise dans le droit. Centre et périphérie par exemple n’avaient pas les mêmes significations dans les différents registres. Comme le montrent les archives d’Alexandrie, les rues étaient plutôt des lieux d’incompréhension et non de reconnaissance, où les classifications des occupants coexistaient avec celles des locaux sans qu’elles ne convergent. Les appellations des rues, par exemple, différaient selon qu’on se référerait aux cartes anglaises ou que l’on considérait les désignations locales. La géographie prise en compte par les locaux était plutôt relationnelle et la désignation des rues référait à des lieux et à leurs usages plutôt qu’à une nomenclature formelle. Mais pour le système judiciaire européen qui exigeait un espace extérieurement lisible, la diversité des catégorisations devait converger, se standardiser : c’est ainsi que se mit en place « la vision homogénéisante de l’État-nation moderne à la fois de l’espace et de la société qui organise la diversité dans le langage commun » (p.43). Le champ lexical de la nationalité de la fin du xixe siècle renferme plusieurs termes dérivant du droit international ainsi que des écrits des juristes ottomans et égyptiens. La catégorie « national », par exemple, réfère à la protection octroyée à un individu qui se voit attribuer un service étatique ou consulaire à l’étranger. C’est en ce sens que les sujets coloniaux étaient à égalité avec les citoyens.

12La deuxième partie, « Means », traite des moyens ou outils qui participent de la construction et de la diffusion de la nationalité : papiers d’identification, recensements, argent et mariage. La nationalité nous explique Hanley, crée une trace écrite. Sept types de papiers d’identification étaient en circulation à Alexandrie à la fin du xixe siècle : les certificats de protection, les documents de voyage, les passeports, les enregistrements de personnes, auxquels s’ajoutaient les documents produits par les autorités locales. Outre sa fonction identificatrice, le document lui-même avait son propre pouvoir. Par son aspect physique, il pouvait protéger, enhardir son détenteur et intimider ceux qui ne pouvaient lire son contenu. Les documents remplaçaient la protection personnelle, les relations locales, les connaissances, conditions inaccessibles à l’étranger et aux migrants. C’est l’État qui devait progressivement se substituer aux cercles de relation en rendant l’identification « durable, transportable, individuelle et impersonnelle » (p.69). Vu l’importance des papiers d’identité, les autorités veillaient à leur authenticité, condamnant les actes de falsification et de fabrication de faux documents.

13Le recensement, comme le document, était aussi un outil administratif qui était également producteur de nationalité. Deux types de recensements étaient menés en cette période : recensements partiels à l’initiative des consulats pour contrôler leur population et limiter la propagation de la nationalité ; recensements effectués par le gouvernement égyptien inscrits dans le projet de construction de l’État.

14Les transferts et échanges monétaires et matrimoniaux étaient des sphères de construction, de définition et de revendication de la nationalité. La multitude de monnaies de nationalités différentes en circulation à Alexandrie et la facilité avec laquelle les gens ordinaires les utilisaient constituaient, selon Hanley, une marque supplémentaire du cosmopolitisme ordinaire. La monnaie, comme les papiers d’identité, avait un rapport direct avec la nationalité. Les autorités consulaires veillaient au maintien de l’authenticité de leurs monnaies qui constituaient d’autres moyens d’exprimer la nationalité. La lourdeur des peines prononcées à l’encontre des faux-monnayeurs (ils perdaient leur protection et leur personnalité juridique) traduisait l’anxiété des autorités coloniales par rapport à la contrefaçon de la monnaie. En effet, la contrefaçon était un marqueur de la catégorie stigmatisante de « mauvais sujets », dont la pratique porte atteinte au monopole étatique de fabrication et de mise en circulation des monnaies.

15Dans ce même registre, les successions étaient aussi génératrices de nationalité lorsqu’elles étaient objet de litiges entre les héritiers potentiels. Elles étaient sources de confrontation entre législations diverses, européennes et non européennes. C’est le cas d’Antun Yusuf ‘Abd al-Massih, qui décéda au Caire en 1885 en léguant par testament son immense fortune à sa femme. Mais la succession déclencha un conflit en justice entre la veuve et les sœurs du défunt : sujet ottoman, né à Bagdad, Antun s’était fait enregistrer comme protégé britannique en Égypte. Les sœurs contestèrent sa nationalité britannique en faisant prévaloir son appartenance ottomane et demandèrent que sa succession soit administrée par le droit hanafite selon lequel le testateur ne pouvait octroyer à un étranger (ici la veuve) plus du tiers de l’héritage sans le consentement de ses héritiers légitimes (la famille). L’affaire débuta à la cour consulaire d’Alexandrie, puis remonta à la cour suprême britannique d’Istanbul, puis fut portée auprès d’un conseil privé à Londres en 1886, qui se prononça en faveur de la nationalité ottomane du défunt. Mais les avocats de la veuve plaidèrent pour que la justice suive le statut personnel, affilié à l’Église chaldéenne, susceptible de valider le testament, sauf qu’en Égypte, l’Église chaldéenne, contrairement à celle de Bagdad, n’attribuait que 5 % de la succession au testamentaire. L’arbitrage final donna l’avantage aux deux sœurs. Cette affaire montre qu’en contexte impérial, les systèmes judiciaires européens (ici la cour britannique) pouvaient parfois renforcer les lois non-européennes. Elle révèle aussi les multiples incertitudes dans le système émergeant de la nationalité. D’autre part, jusqu’à la fin du xixe siècle, le principe selon lequel un seul État détenait le pouvoir sur un individu n’était pas encore acquis.

16Le mariage, également, notamment celui des femmes, était source d’anxiété pour les autorités coloniales. Hanley, suivant en cela Ann Laura Stoler, nous apprend que paradoxalement, « dans les sociétés coloniales, aussi bien pour les gouvernements impériaux que les mouvements nationaux, les femmes étaient des signifiants vides. Mais au même moment elles étaient au centre de l’anxiété administrative » (p.138). En effet, les consuls essayaient de contrôler les mariages pour plusieurs raisons, entre autres pour contrer les projets de mariages mixtes, sources de métissage entre Européens et locaux.

17Dans les cas de divorce, des exemples montrent que les époux entrant dans les procédures de séparation faisaient des choix de nationalité, et que la nationalité était un outil leur permettant d’organiser la rupture selon les lois de leurs choix. La nationalité était une ressource pour la capacité d’action des femmes. Par exemple, certaines veuves cherchaient à garder la nationalité de leur mari décédé, même lorsqu’elles se remariaient avec un autochtone. La veuve Nefissa Hanim, protégée française, d’origine algérienne, quitta son second époux qui, pour la faire revenir au domicile conjugal, n’hésita pas à faire appel aux autorités religieuses, à la police locale et au consulat français qui entérina la décision du tribunal du shar‘a. Mais Nefissa s’opposa aux décisions du tribunal français, niant être un « sujet français » mais plutôt « ressortissante ». Le cas de Nefissa montre que malgré le consensus entre différentes autorités autour de l’assujettissement des femmes, elle a pu tenter d’exploiter des lacunes de l’appareil juridique à son profit : « Elle s’oppose ainsi aux régimes de la nationalité et du genre, provoque la colère des hommes qui administrent ces régimes » (p.151). Ce cas rappelle celui de Amîne Hanım, fille de Husayn Dey d’Alger étudiée par Noureddine Amara (Amara, 2015).

18La troisième partie revient sur les autres statuts, effacés par la nationalité après le tournant du xxe siècle. Le droit de la nationalité créa une nouvelle hiérarchie dans la société coloniale d’Égypte. Les « soldats de l’armée d’occupation, les administrateurs et civils anglais, ainsi que les sujets maltais de la couronne britannique, partageaient la même nationalité ; de la même manière, les citoyens français, les juifs algériens naturalisés et les sujets musulmans tunisiens » (p.174). Il y avait aussi ceux qui jouissaient des capitulations, comme les Italiens, les Grecs… En dehors de ce paysage des nationalités, se trouvaient les sujets locaux dont le statut juridique ne leur permettait pas d’occuper même le plus bas de l’échelle.

19Les Européens qui occupaient le sommet de la hiérarchie formaient une minorité à Alexandrie et des distinctions existaient au sein de cette catégorie : les riches avaient plus de droits et d’égards que les pauvres, mais jouissaient d’une plus grande considération que les sujets d’empire (algériens, tunisiens, maltais), en somme tous ces étrangers non-Européens, dont le nombre dépassait celui des Européens. Cette catégorie devait englober les protégés du système capitulaire dont le nombre ne cessa de régresser. Les étrangers occupaient un espace d’entre-deux : ils avaient moins de droits qu’un Européen mais plus qu’un autochtone. C’est par un accident juridique, nous dit Hanley, que ces gens se sont retrouvés du même côté de la frontière que les Européens. Mieux intégrés socialement à la population locale, ils jouissaient à Alexandrie de plusieurs droits (exonérations fiscales, dispense de la conscription et de la justice locale) qui leur auraient été inaccessibles dans leurs pays d’origines ou dans les métropoles. La nationalité était, pour eux, une ressource avantageuse.

20Elle était aussi un outil aux mains des autorités européennes pour contrôler et exclure les vagabonds, les errants, ou ceux désignés par la catégorie des « mauvais sujets » qui, combinant pauvreté, mauvaise conduite et absence de protection étaient une source d’inquiétude étatique pour les États soucieux d’assigner aux individus une origine et un lieu de résidence. Jusqu’à la fin du xixe siècle, le vocabulaire de la nationalité identifiait aux termes de sujets, de protection (imāya ou ri‘āya) et d’affiliation (tāba‘yya). Ce langage montre que disposer d’une nationalité, telle que pratiquée alors « c’était être le sujet d’une certaine autorité protectrice et non le citoyen d’un État-nation » (p.220).

21À côté de ces catégories nationales existait à Alexandrie le statut d’ottoman. Les archives permettent à l’auteur de montrer une réalité des appartenances et des rapports entre l’Égypte et l’Empire ottoman différente de celle véhiculée par l’historiographie nationaliste, mais aussi par les études sur la citoyenneté. La nationalité ottomane demeurait effective en Égypte malgré le processus indépendantiste enclenché depuis Muhammad Ali et les Anglais durant leur occupation. Les archives rendant compte de l’activité d’une institution comme celle du haut-commissaire ottoman instauré depuis 1885, montrent à quel point les liens étaient forts entre l’Empire et sa province égyptienne. La distinction entre Égyptiens et Ottomans se fit lentement. Il est intéressant de mentionner que le premier passeport égyptien qui vit le jour en 1889 n’était pas imprimé en arabe mais en ottoman et en français. Jusqu’en décembre 1914, les Égyptiens étaient considérés comme des sujets ottomans. L’auteur montre que la nationalité ottomane était une nationalité par défaut pour ceux qui aspiraient hiérarchiquement à un statut plus haut que celui de local. Si l’Égyptien, miri, est significatif dans le discours nationaliste, il demeure pauvre dans le registre juridique. Personne dans les rues d’Alexandrie ne s’identifiait comme Égyptien. Ceux qui avaient besoin d’un identifiant collectif utilisaient d’autres mots comme ahli, waani, maalli, un langage nous dit l’auteur, s’appuyant sur ses archives, qui n’avait rien à voir avec l’État ou la nation. Le travail de vérifications des statuts des consulats et des autorités locales a ouvert la voie à la l’émergence d’un statut local, comme synonyme d’accès à certains droits.

22À l’intersection de plusieurs champs de recherche, l’ouvrage de Will Hanley, à travers une analyse fine et approfondie de la genèse d’une catégorie juridique d’appartenance, la nationalité, remet en cause une certaine représentation essentialiste des appartenances du passé, partagée aussi bien par le discours nationaliste arabe que par les historiographies post-coloniales, de même qu’il s’oppose à une tendance européocentrique de s’approprier l’invention de la catégorie nationalité. Pour l’ensemble de ces apports aussi bien méthodologiques qu’historiographiques, le livre constitue une référence incontournable pour toute réflexion sur les catégories d’appartenance au sein des empires et au-delà.

Haut de page

Bibliographie

AMARA Noureddine, 2015, « Les nationalités d’Amîne Hanım, une pétition d’hérédité à la France (1896-1930) », REMMM, n° 137, p. 49-72. URL: https://journals.openedition.org/remmm/9017

HANLEY Will, 2008, “Grieving cosmopolitanism in Middle East Studies”, History Compass (6/5).

STOLER Ann Lora, 2009, Along the Archival Grain: Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Évoqué par l’auteur lors d’un entretien autour de son livre dans : https://www.ottomanhistorypodcast.com/2018/02/alexandria.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatma Ben Slimane, « HANLEY Will, Identifying with Nationality: Europeans, Ottomans, and Egyptians in Alexandria »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18203

Haut de page

Auteur

Fatma Ben Slimane

Laboratoire des Économies et des Sociétés Méditerranéennes (HESMED), Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Tunisie

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search