Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesJUNGEN Christine, SFEIR Jihane (d...

SECONDE PARTIE
Lectures

JUNGEN Christine, SFEIR Jihane (dir.), Archiver au Moyen-Orient. Fabriques documentaires contemporaines

IISMM – Karthala, 2019
François Ceccaldi
Référence(s) :

JUNGEN Christine, SFEIR Jihane (dir.), 2019, Archiver au Moyen-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, IISMM-Karthala, 300 p.

Texte intégral

1Aboutissement d’un programme de recherche débuté en 2007 dans le cadre de l’ANR « Archiver. Les pratiques historiographiques dans le Moyen-Orient contemporain », le livre dirigé par Christine Jungen et Jihane Sfeir réunit plusieurs contributions visant à restituer les pratiques d’archivages au Moyen-Orient à l’époque contemporaine. Celles-ci correspondent à un ensemble complexe et divers de rapport à l’archive et à l’archivage – ce que les auteures désignent par les « formats possibles » de l’archive - qui dépasse le cadre strict de l’archivistique et de sa mise en place dans le contexte spécifique des constructions étatiques. Les articles réunis par les deux auteures visent également à présenter les différents débats mémoriels et historiographiques que ces pratiques suscitent au Moyen-Orient et dans les pays ayant produit ou conservé ces archives.

2En faisant apparaître la diversité des initiatives personnelles et institutionnelles liées à la constitution et la préservation de fonds d’archives – ou plus simplement à la collecte de documents de toutes natures – les auteures interrogent également la notion même d’archives. C’est sans doute l’un des apports les plus stimulants de cette recherche qui souligne la diversité des supports et ce que cela induit dans le rapport à l’archive et à l’histoire. Les auteures retracent ainsi les grandes dynamiques historiques qui accompagnent les entreprises d’archivage depuis la chute de l’Empire ottoman et la manière dont la notion se construit progressivement et à mesure que s’affirme l’État. La faiblesse des structures étatiques, au moins au début de ce processus historique, empêche la constitution de fonds d’archives et favorise ce faisant l’établissement de collections privées. Il faut attendre la deuxième moitié du xxe siècle, en particulier dans le contexte de l’exil et la dépossession des Palestiniens en 1948, pour que le goût et l’intérêt de la collecte de documents s’imposent au Moyen-Orient face à la nécessité de « conserver » les récits et les mémoires. Avec la multiplication des supports destinés à combler le manque d’archive – dans son acception la plus restrictive –, se développe un « territoire archival » (p. 14) au Moyen-Orient qui comprend aussi bien des ressources documentaires, des photographies, des registres que des archives orales.

3La « fièvre d’archive » (p. 6), en référence aux travaux de Jacques Derrida, qui s’empare des Palestiniens et du Moyen-Orient plus généralement, s’accompagne d’un phénomène de patrimonialisation qui touche l’ensemble des pays de la région. Les contributions présentes dans ce livre soulignent notamment les entreprises de collecte de documents, de classification, de protection et de conservation qui accompagne la (re)découverte de fonds documentaires. Par ailleurs, la diversification des supports et la multiplication des initiatives d’archivage et de collecte révèlent en creux la précarité de l’historien, et des chercheurs en général, confrontés à la difficulté d’accès aux sources. Ces derniers doivent s’accommoder de la rareté – qui en soi est une information – ou recourir à des méthodes de recherches différentes. Cette absence apparente de sources ne dit en fait rien des ressources possibles mises à la disposition de l’historien mais interroge plutôt les pratiques de recherche. L’historien y trouvera ainsi des éléments épistémologiques utiles pour penser la recherche et le métier d’historien.

4Autour du questionnement sur l’archive, des enjeux identitaires et mémoriels se jouent et sont bien restitués par les auteures. La collection comme la collecte des mémoires apparaissent alors tour à tour comme l’un des instruments de la construction de l’État, dans le cas de l’État libanais par exemple (Candice Raymond) ou dans une preuve de la dépossession et de l’existence dans le cas palestinien (Jihane Sfeir). La question du pouvoir enfin, au cœur de la notion d’archive, doit se lire en creux et l’on regrette peut-être qu’elle n’ait pas été abordée beaucoup plus frontalement par les auteures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Ceccaldi, « JUNGEN Christine, SFEIR Jihane (dir.), Archiver au Moyen-Orient. Fabriques documentaires contemporaines »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18214

Haut de page

Auteur

François Ceccaldi

Collège de France, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search