Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesOUALDI M’hamed, A Slave between E...

SECONDE PARTIE
Lectures

OUALDI M’hamed, A Slave between Empires: A Transimperial History of North Africa

Columbia University Press, 2020
Inès Mrad Dali
Référence(s) :

OUALDI M’hamed, A Slave between Empires: A Transimperial History of North Africa, New York, Columbia University Press, 2020, 248 p.

Texte intégral

1M’hamed Oualdi, dont les nombreuses recherches ont déjà marqué la production historiographique relative à la région méditerranéenne et au Maghreb ottoman, parvient une fois de plus à captiver très agréablement toute l’attention de son lecteur. Mettant en exergue d’importantes nouvelles approches pour la recherche, cet ouvrage paru aux États-Unis aux éditions de l’Université de Columbia est divisé en 6 chapitres tout aussi denses et passionnants les uns que les autres. Relevant au premier abord d’une investigation très minutieuse autour de l’esclave Ḥusayn ibn ʿAbdallāh – plus communément connu en tant que « Général Husayn » –, cet ouvrage tout autant d’histoire politique, économique, sociale que culturelle, fonde, comme le souligne son titre, une nouvelle histoire « transimpériale » de l’Afrique du Nord au xixe siècle.

2Point d’ancrage et socle de sources considérables pour cette étude, le parcours de vie – et d’après vie – de cet esclave affranchi qui a bénéficié de la réforme éducative tout en y participant, devenant un grand fonctionnaire de l’État tunisien puis un opposant, est aussi exemplaire qu’atypique. Dès 1873, Ḥusayn a en effet été probablement le seul qui de ses congénères exilés (notamment du fait de la nouvelle emprise coloniale sur la Régence de Tunis), a fini sa vie dans un pays européen (l’Italie, 1887) en laissant un héritage aussi bien matériel qu’immatériel, fortement convoité.

3Dans le sillage de rares historiens – anglo-saxons – comme Julia Clancy-Smith ou James McDougall, Oualdi contribue à travers cet ouvrage à montrer combien il est primordial, pour saisir toute la réalité de l’histoire des régions nord-africaines, de s’appuyer sur d’autres archives que la documentation coloniale. La profusion des sources et écrits produits par les sociétés maghrébines et arabo-musulmanes est ici bien mise en exergue (chapitre 3 notamment). Réfutant ainsi ce qui a été longtemps véhiculé sur cette région par d’autres historiens, tels Bernard Lewis évoquant un « désert archivistique », cet ouvrage s’appuie lui-même sur un nombre remarquable de sources ottomanes, arabes, mais également françaises et italiennes. En soulignant de la sorte l’importance des sources locales, cet ouvrage a entre autres mérites d’apporter la preuve que l’histoire de ces pays ne relève pas simplement de fragments d’histoires coloniales européennes plus vastes.

4Un autre apport considérable de ce travail est de souligner l’ancrage puissant de la culture politique ottomane en Tunisie avant et encore pendant la période coloniale (chapitre 4). En mettant le doigt sur la nécessité d’un dépassement historiographique, cet ouvrage, dans le sillage du travail d’Andreas Tunger-Zanetti, redonne toute son importance – sans pour autant en faire l’apologie ni nier l’influence coloniale française – à la porosité des mondes ottomans, entre centre et périphérie (certainement dans le cadre d’une bilatéralité) et donc à une culture politique, sociale et économique ottomano-tunisienne. Celle-ci continue à servir de repère et de point d’attache fort pour des sujets tunisiens comme Ḥusayn durant le protectorat français, au moins jusqu’aux années 1920. Le livre montre que cette dimension ottomane ne doit pas être perdue de vue en faveur d’une lecture focalisée sur le monde européen/l’époque coloniale comme seul pôle du monde arabo-musulman aux xixe et xxe siècles. Pour comprendre cet attachement fort, Oualdi montre bien en parallèle, notamment dans le troisième chapitre qui rend compte de faits peu connus autour des affaires Ben Ayed et Schemama, le déploiement par des diplomates, banquiers et journalistes européens et particulièrement français, d’un nouveau discours moral visant à discréditer l’État tunisien et à le présenter comme inapte à s’autogérer. L’étude de ces affaires montre qu’elles ont non seulement contribué à provoquer très tôt chez Ḥusayn et ses compatriotes un besoin de refuge et d’alliance/appartenance à l’empire ottoman (alors très disposé à accueillir ces tendances), mais qu’elles ont également renforcé les liens juridiques et financiers entre la France, l’Italie et la Tunisie… déjà trois décennies avant la conquête de 1881.

5La mise en lumière d’objets historiques assez occultés dans l’historiographie du Maghreb, comme la culture matérielle provinciale ottomane (chapitre 2), contribue tout aussi fortement à la richesse de cet ouvrage. À la différence de la plupart des travaux publiés jusque-là, dont l’approche consistait à commencer par aborder les transformations de l’État (le global) pour voir ensuite leur impact sur les individus (le particulier), Oualdi a au contraire choisi ici, notamment pour rendre compte de cette culture provinciale ottomane, de s’appuyer sur le cas de Ḥusayn, examinant ses affaires et ses préoccupations de son vivant puis après son trépas (périodes qui constituent les deux grandes parties de l’ouvrage). En partant de ce parcours de vie particulier, l’auteur transcende ce qui peut paraître être une approche micro – notamment l’étude des nombreux conflits autour de son héritage (chapitre 5) – en parvenant avec brio à rendre compte d’une dimension transimpériale et globale de l’histoire à la fois nord-africaine, méditerranéenne, ottomane et européenne.

6Tout en dépassant constamment la dichotomie entre périodes coloniale et précoloniale, cette approche permet de souligner combien l’histoire moderne et contemporaine de la Tunisie est finalement le résultat de vastes histoires et échanges (conflictuels ou consensuels) transimpériaux impliquant des individus de différentes origines sociales, « nationales » et religieuses – mais également de genre – liés entre eux par des relations de filiation et/ou d’interdépendance fortes (par exemple entre juifs et musulmans) (chapitre 3) et dotés de formes d’agency méconnues ou sous-étudiées (chapitres 5 et 6). Les acteurs locaux et européens y prennent en effet une toute autre dimension que celle à laquelle nous a habitué l’historiographie la plus répandue. Grâce aux recherches approfondies de Oualdi sur chacun d’entre eux, les premiers apparaissant désormais comme les protagonistes de leur propre histoire (et non des êtres dominés, passifs et sans convictions), menant des actions marquées par des formes sous-estimées de libre arbitre et tentant en dépit d’une asymétrie des pouvoirs de s’imposer face à des forces politiques qui y sont révélées plus conciliantes que ne laisseraient paraître leurs convictions ou valeurs prônées, parfois aussi vulnérables que féroces, notamment avec les individus qui font le choix de se rallier à elles.

7L’approche adoptée permet également de mettre la lumière sur l’impératif, pour les historiens, de revoir désormais les implications et raisons d’être relatives à différents faits historiques majeurs. Par exemple, l’abolition de l’esclavage de 1846 ne peut plus être considérée comme le seul fait ou résultat d’interventions étrangères ; Oualdi montre notamment la contribution décisive de l’esclave Ḥusayn à cette abolition. Il éclaire aussi sa capacité à déployer des stratégies pour déshériter (sauf de ses dettes) son patron/maître, le bey de Tunis (à travers l’établissement d’une descendance féminine fictive et la conversion en awqāf d’une partie de ses biens fonciers, créant au final et post mortem, une household influente). Tout cela est mis en exergue parallèlement à l’aspect arrangeant pour la France coloniale et républicaine de ce qui découle en droit musulman de l’institution de l’esclavage (à savoir le droit d’héritage par le maître-patron des biens de son esclave même affranchi), et qui va (contrairement à ses principes affichés) soutenir et faire appliquer la légitimité de cet héritage lié au droit de walāʾ de l’ancien maître. Il en est de même du début de la mainmise européenne sur les affaires politiques et économiques de la Tunisie, qui commence de manière assez effective dès la fin des années 1860. Ou encore, enfin, en ce qui concerne les réformes foncières et leurs implications pour les populations en termes de « dépossession ». Comme le montre le deuxième chapitre, les dépossessions débutent dès les années 1850 du fait des réformes, pour être accentuées à la suite de la banqueroute de l’État tunisien en 1867, et non après 1881. Ainsi, cet ouvrage élargit indéniablement le champ historique.

  • 1 Jacob M. Landau, The Politics of Pan-Islam: Ideology and Organization, Oxford, Clarendon Press, 199 (...)

8Au-delà de la dimension de récit très agréable à lire et d’un style d’écriture parfois romancé, permettant notamment de rapprocher son lecteur d’une époque relativement lointaine, ce livre, adoptant à la fois une approche transimpériale et postcoloniale, s’impose donc comme incontournable pour les spécialistes de l’histoire du Maghreb moderne et contemporain, ainsi que pour les Ottomanistes et bien évidemment pour les historiens des empires européens – en particulier l’empire français. Cet ouvrage nous paraît aussi incontournable pour enrichir un autre champ sous-étudié de l’historiographie du monde musulman, à savoir le mouvement – également transimpérial – amorcé dès les années 1860 pour contrer la mise en coupe réglée de l’empire ottoman par les puissances européennes. Ce pan de l’histoire relatif au mouvement panislamiste1, qui a marqué les sociétés musulmanes sous l’impulsion d’Abdülhamid II, est crucial pour comprendre tout autant le début du moment colonial que l’histoire du début du xxe siècle, du point de vue des acteurs arabo-musulmans. Reste qu’il est à peine étudié sous l’angle des actions effectives menées par ceux qui portèrent ces convictions. Or, en focalisant l’attention à la fois sur le basculement identitaire de Ḥusayn (redéfinition de soi en tant que musulman), sur le caractère et le contenu de ses écrits (1878), et sur son non moindre soutien financier à la revue Al-ʿUrwa al-Wuthqā, l’on pourrait reconnaître en lui l’un de ses plus fervents penseurs, ambassadeurs et agents. Or, de ce point de vue, Ḥusayn, en dépit – ou peut-être plus encore du fait – de cette étude minutieuse sur son parcours de vie, reste une personnalité énigmatique. Bien que ces trois aspects soient justement mis en lumière dans le premier chapitre, cet ouvrage reste par la suite assez évasif sur le sujet (certainement pour mieux souligner d’autres dimensions relatives à ses biens matériels et aux enjeux juridiques), tout en le révélant subtilement au lecteur.

9Approfondir cette dimension permettrait pourtant, semble-t-il, de mieux comprendre encore ce dont rend compte cet ouvrage dès sa seconde partie (chapitre 4), à savoir l’acharnement extrême (politique, diplomatique, juridique et financier) dont ses papiers et documents font l’objet dès son décès. Soulignés dans la trame historique de l’ouvrage comme éléments aussi centraux que cruciaux, les écrits qui étaient en sa possession, ont en effet jusqu’après sa mort fait l’objet de convoitises et de volonté de mainmise par les plus hautes autorités coloniales, qui déploient pour ce faire différents moyens (pour leur obtention ainsi que le maintien d’un certain silence – ou retrait – de ceux qui en héritèrent, en contrepartie d’importantes sommes d’argent). C’est qu’en dépit des explications judiciaires (affaire Scemmama) et matérielles apportées, le lecteur reste tout de même songeur sur leurs réelles ou autres motivations. Parallèlement, alors que comme le souligne Oualdi, les autorités ottomanes refusaient de reconnaître la protection française aux sujets tunisiens en général ou même d’accepter que la nationalité tunisienne ait pu se distinguer de celle de l’empire ottoman, il semblerait que l’on gagnerait plus encore à lire à travers les traitements de faveur et hommages qui sont témoignés et accordés à Ḥusayn par les Ottomans (chapitre 4) – dont le sultan Abdülhamid II en personne qui ordonna en novembre 1887 le rapatriement de sa dépouille à Constantinople pour l’enterrer dans son propre mausolée –, d’autres dimensions de sa vie et de sa personne. Que Ḥusayn ait été sanctifié comme « héros de l’islam », dans l’oraison écrite par Bayram V qui précisait qu’il « glorifiait sa passion et son zèle pour défendre le monde musulman et aider les martyrs de l’islam de tout ‘son corps et ses biens’ » (p. 102), est un point essentiel qui reste à creuser. En clair, il semblerait que l’on gagnerait à voir dans les positionnements et actes de Ḥusayn, qualifiés dans le livre de « morales », des actions de lutte (infra)politiques. C’est que comme conclut Oualdi lui-même, il importe de souligner les multiples significations des actions des sujets coloniaux, qui sont allées au-delà de la simple résistance ou collaboration.

Haut de page

Notes

1 Jacob M. Landau, The Politics of Pan-Islam: Ideology and Organization, Oxford, Clarendon Press, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inès Mrad Dali, « OUALDI M’hamed, A Slave between Empires: A Transimperial History of North Africa  »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18224

Haut de page

Auteur

Inès Mrad Dali

Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités La Manouba, Tunis, Tunisie ; mraddali_ins[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search