Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesFENWICK Corisande, Early Islamic ...

SECONDE PARTIE
Lectures

FENWICK Corisande, Early Islamic North Africa: A New Perspective

Bloomsbury Academic, 2020
Clément Salah
Référence(s) :

Corisande Fenwick, Early Islamic North Africa: A New Perspective. Londres - New York - Oxford - New Delhi - Sydney, Bloomsbury Academic, 2020, 202 p. ISBN 978-1-350-07518-4

Texte intégral

1 L’ouvrage Early Islamic North Africa: A New Perspective constitue une version revue et augmentée du dernier chapitre de la thèse de Corisande Fenwick (CF) soutenue à l’Université de Standford en 2013. CF fait naître sa réflexion d’un double constat : l’histoire de l’Afrique du Nord – compris comme les territoires des actuels Maroc, Algérie, Tunisie, Libye – aux premiers siècles de l’Hégire est largement dépendante de sources historiques postérieures et largement orientées d’une part ; d’autre part, un certain nombre de travaux restent empreints de l’idée, découlant de l’historiographie coloniale, que les conquêtes islamiques ont provoqué des changements négatifs précipitant la fin de la civilisation urbaine de l’Antiquité. CF propose ainsi de mobiliser l’archéologie et les données matérielles pour faire l’histoire de la période tant fondatrice qu’obscure que représentent les ier-iiie/viie-ixe siècles. L’ouvrage, qui se caractérise tant par sa concision que sa clarté, propose six chapitres offrant autant d’échelles que de perspectives pour étudier l’histoire de ce territoire.

  • 1 Alors que qu’aucun corpus en latin, grec ou berbère nous soit parvenu pour l’Afrique du Nord, les t (...)

2 Dans son premier chapitre (Foundations. Evidence and Interpretation, p. 7-29), CF souligne les problèmes spécifiques des données textuelles et archéologiques nord-africaines. À la différence des territoires orientaux comme l’Égypte, la Syrie ou l’Irak, aucune source contemporaine à la conquête, qu’elles soient composées par les conquérants arabes, les populations autochtones ou les États européens rivaux, ne nous est parvenue1. Les quelques ouvrages historiques et géographiques qui émergent à partir du iiie/ixe siècle, en particulier ceux du Yéménite al-Hamdānī (m. 336/945) ou du Hiérosolymitain al-Muqaddasī (m. 380/990), témoignent d’un certain tropisme oriental et doivent nécessairement être lus avec circonspection. C’est pourquoi les données archéologiques et la culture matérielle offrent aux historiens la possibilité d’apporter de nouvelles données et d’envisager ce territoire selon une New Perspective.

3 CF entreprend alors, dans son deuxième chapitre (From Conquest to Muslim Rule, p. 31-51), de revenir sur la période de conquête, depuis les premières incursions arabes jusqu’à l’établissement de la domination musulmane. Si les données archéologiques de certaines villes, à l’instar de Carthage, viennent confirmer la tradition historiographique dépeignant la conquête comme une entreprise de destruction (p. 40-41), force est de constater qu’il ne s’agit là que d’exceptions. La plupart des cités antiques ne semblent pas avoir été détruites ; au contraire, CF remarque que certains sites, à l’instar de ceux de Tocra en Cyrénaïque ou Rougga en Ifrīqiya, témoignent du réinvestissement arabe de lieux qui redynamisèrent ces régions. Si Kairouan semble être la seule cité garnison (miṣr) formée ex-nihilo, les gouverneurs omeyyades puis abbassides et, enfin, leurs successeurs aghlabides, appuyèrent leur administration sur les anciens centres urbains byzantins tels que Beja (Vaga), Sousse (Hadrumetum), Gafsa (Capsa), Tobna (Thubunae) ou encore Tanger (Tinngis) plus à l’ouest (p. 46). La présence de garnisons dynamisa par ailleurs les différentes cités qui connurent un accroissement urbain comme en témoigne l’exemple de Belalis Maoir (Henchir el-Faouar) (p. 49-50).

4 Dans son troisième chapitre (Cities, p. 53-80), CF entend ainsi déconstruire l’image traditionnelle d’un territoire qui se caractériserait à l’époque islamique par une dissolution du tissu urbain et une fragmentation du territoire. S’il est attesté que de nombreuses petites villes disparurent en Ifrīqiya entre le ier/viie et le iiie/ixe siècle, CF refuse d’imputer cet état de fait à une prétendue conquête violente. Il correspond plutôt à la poursuite d’un processus plus ancien de disparition de petites villes au profit de plus grandes cités : ce fut déjà le cas au Ve siècle avec le port d’Utique et encore au vie siècle avec les villes de Meninx et Cherchel (p. 57). Ce phénomène, extrêmement présent en Ifrīqiya, semble davantage le résultat du développement et de l’urbanisation d’autres localités qui bénéficiaient de la présence de l’armée, de l’administration et d’un certain dynamisme économique. La situation est bien différente au Maghreb central et extrême : la période des conquêtes et d’établissement des populations arabes consiste en une expansion urbaine qui se traduit par la fondation de nouvelles villes aux iie/viiie et iiie/ixe siècles dans les plaines fertiles du Maroc et dans les Oasis sahariennes, ainsi que par l’établissement des garnisons arabes dans les anciennes cités telles Tanger (Tanja), Tlemcen (Pomaria) et Sebta (Ceuta) (p. 57).

5 Les chapitres 4 (The Countryside, p. 81-103) et 5 (Economic Life, p. 105-128) prennent à contre-pied les lieux communs formulés sur le recul de l’économie nord-africaine au lendemain des conquêtes. CF montre exactement l’inverse : l’agriculture se caractérise par une période de prospérité (p. 95-99), la production artisanale en ville témoigne d’innovations techniques (p. 106-114) et, de manière générale, l’Afrique du Nord apparaît comme largement intégrée aux réseaux commerciaux méditerranéens et transsahariens (p. 114-127).

6 Dans son dernier chapitre (Social Life, p. 129-151), CF se propose d’interroger l’impact de la diffusion de l’Islam en Afrique du Nord sur la vie quotidienne. Rappelant que l’archéologie n’a joué aucun rôle dans les débats historiographiques portant sur la diffusion de l’Islam au Maghreb (p. 129-132), CF apporte de nouveaux éléments. De façon générale, elle constate que si l’islam a pu se propager rapidement dans certaines régions du Maghreb dès le IIe/VIIIe siècle, la conversation des populations reste superficielle à d’autres endroits. L’évolution des rites funéraires, de l’alimentation et des pratiques culinaires — comme en témoigne l’absence d’ossement de porc dans les assemblages médiévaux, qui contrastent nettement avec les assemblages romains et byzantins, p. 150 — et des nouvelles formes de vie privée — comme le développement de la maison arabe d’Orient, p. 146-147 — reflète cependant, partir du iiie/ixe et plus encore au ive/xe siècle, la diffusion de nouvelles habitudes et d’un nouveau mode de vie associée à l’Islam.

7 En somme, CF propose un ouvrage extrêmement riche et stimulant alliant esprit de synthèse à une impeccable clarté. Le lecteur, étudiant ou chercheur, pourra bénéficier des nombreux schémas et cartes illustrant les observations de CF. Si le choix de conserver les noms de villes tels qu’en usage aujourd’hui s’étend parfaitement, on regrettera cependant de ne pas voir une transcription rigoureuse et scientifique des autres noms propres ainsi que l’usage de la double datation années hégiriennes/ère commune. En dehors de ces quelques remarques formelles, CF montre que la convocation de l’archéologie et de la culture matérielle sur des questions historiographiques aussi centrales dans le champ des études nord-africaines médiévales que la réflexion sur les conséquences sociales, urbaines et économiques de la conquête islamique apparaît très prometteuse. Early Islamic North Africa: A New Perspective apparaît, en conséquence, comme une importante contribution à l’histoire de l’Afrique du Nord des ier-iiie/viie-ixe siècles.

Haut de page

Notes

1 Alors que qu’aucun corpus en latin, grec ou berbère nous soit parvenu pour l’Afrique du Nord, les territoires orientaux profitent d’une plus importante documentation avec, entre autre, un ensemble de manuscrits et lettres des populations coptes, araméennes, syriaques, juives et zoroastrienne ; voir à ce sujet : HOYLAND Robert G., Seeing Islam as Others Saw It: A Survey and Evalutation of Christian, Jewish, and Zoroastrian Writings on Early Islam, Princeton, Darwin Press, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Salah, « FENWICK Corisande, Early Islamic North Africa: A New Perspective »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18239 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18239

Haut de page

Auteur

Clément Salah

Sorbonne-Université / Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search