Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesPÉREZ Amín, Combattre en sociolog...

SECONDE PARTIE
Lectures

PÉREZ Amín, Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964)

Éditions Agone, 2022
Mathilde Pette
Référence(s) :

Amín Pérez, Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964), Éditions Agone, 2022, collection l’ordre des choses.

Texte intégral

1La rencontre se déroule à l’université d’Alger en 1958, Pierre Bourdieu a alors 28 ans et Abdelmalek Sayak 25 ans. Le premier y enseigne la philosophie et la sociologie, le second y étudie la psychologie tout en étant instituteur dans la banlieue d’Alger. Ces deux destins singuliers, faits notamment de déclassement social et de mépris social et culturel, vont se lier de sociologie et d’amitié. Comment Bourdieu et Sayad ont-ils traverser, ensemble, la guerre de libération ? Comment ont-ils, à l’épreuve du temps colonial et de la guerre, façonner leur pratique et leur vision de la sociologie ?

2C’est à ces questions qu’Amín Pérez, sociologue à l’Université du Québec, se propose de répondre dans cet ouvrage publié aux éditions Agone avec le soutien du Musée national de l’histoire de l’immigration. Il s’appuie pour cela sur un important travail d’archives mené des deux côtés de la méditerranée : en France, à l’École pratique des hautes études, à la médiathèque Abdelmalek Sayad et aux archives nationales de Peyrefitte ; en Algérie auprès de l’Association culturelle A. Sayad. L’auteur déploie à la fois un récit chronologique (sur la genèse de leurs parcours et la période algérienne de 1958 à 1964) et une réflexion sur la sociologie et sa mise en pratiques. La première partie du manuscrit est consacrée à l’articulation de la sociologie comme émancipation en temps colonial et en temps de guerre. La seconde partie montre dans quelle mesure la pratique de la sociologie et la production de connaissances peuvent participer à la libération des dominés. L’écriture donne à voir des échanges épistolaires entre les deux protagonistes ainsi que des photographies d’archives réunies en fin d’ouvrage.

3L’ouvrage retrace d’abord une rencontre individuelle – celle entre Bourdieu et Sayad – qui se traduit aussi dans des collectifs – Bourdieu et Sayad ne se rencontrent pas seuls et ne travaillent pas seuls, ils le font au contact de groupes politiques et militants – les libéraux algériens – et de groupes professionnels (chapitres 1 et 2). Cette rencontre est aussi résolument collective entre la France coloniale et les territoires algériens colonisés à la fois dans et au-delà de la guerre. Au fil de leurs échanges et de leurs allers-et-retours entre la France métropolitaine et les territoires occupés, ils participent à une déconstruction des catégories du « eux » et du « nous », et dessinent de ce fait les contours d’une fraternité anticolonialiste et d’un universalisme en pratiques et en théories à l’épreuve du colonialisme et de la guerre. C’est ainsi la question de l’altérité qui est posée par la rencontre entre Bourdieu et Sayad qu’ils confrontent au quotidien. À travers ces rencontres, c’est une critique de l’ethnocentrisme en actes, en amitiés et en profession que l’on découvre entre les deux sociologues en devenir. Les éléments biographiques et les échanges épistolaires entre les deux protagonistes sont à ce sujet très révélateurs. En retraçant les premières années de leur relation, le livre interroge ainsi le rôle de l’amitié à la fois dans la décolonisation en pratiques (alors que le régime colonial rend rare les espaces de cohabitation) ainsi que dans les trajectoires individuelles et leurs bifurcations.

4Au fil de la rencontre entre Bourdieu et Sayad, Amín Pérez met aussi en exergue les formes du travail sociologique qu’ils réalisent ensemble (chapitre 3). Les contours de leur version de la sociologie se dessinent petit à petit. On les voit devenir sociologues, collecter des données, définir des objets de recherche : les artisans, les paysans, la consommation, l’habitat, l’emploi, le travail, l’économie, le capitalisme, les inégalités sociales, etc. À travers ces objets de recherche, ils plongent au cœur des sociétés étudiées au plus proche des enquêtés et s’insèrent dans le champ académique. De ce fait, leur rencontre opère aussi dans et par la recherche. Bourdieu et Sayad mettent en place un dispositif d’enquête – des duos d’enquêteurs – et une production scientifique conjointe des deux univers, du colon et du colonisé. Ils proposent de penser ensemble les milieux ruraux du Béarn et de la Kabylie en prenant en compte les spécificités de chaque espace, interrogeant ainsi la distinction entre sociétés dites « modernes » et sociétés dites « primitives ». En entrant sur des terrains qui sont familiers à l’un et à l’autre, c’est là aussi l’universalisme qui opère – une communauté par la recherche – contre l’ethnocentrisme, contre l’exotisme et en rupture avec l’étrangeté supposée des « autres ».

5Le titre de l’ouvrage Combattre en sociologues traduit enfin l’importance pour les deux sociologues de l’imbrication entre sciences sociales et politique. Au cours de leurs trajectoires, militantisme et sociologie s’entremêlent successivement : ils s’engagent, se socialisent politiquement, font de la sociologie et parfois tout cela à la fois. Et ceci pendant la guerre de libération (notamment auprès des libéraux) et après la guerre (plus tard, Sayad joue dans la constitution du Front des forces socialistes). Ils s’engagent et prennent position dans l’espace politique par la sociologie et par la production de connaissances sur la société algérienne et sur la guerre. Bourdieu et Sayad envisagent ainsi de faire de la sociologie pour faire de la politique. Dit autrement, il s’agit de faire de la politique avec de la science (chapitres 4, 5 et 6).

6Le contexte historique est ici central pour situer leur démarche : c’est dans et contre la colonisation qu’ils se font sociologues et qu’ils forgent leur pratique de la sociologie. En proposant de décloisonner les champs académiques et politiques, l’ouvrage contribue ainsi à une réflexion sur l’utilité des sciences sociales et sa contribution à la démocratisation de la société. La sociologie doit être selon eux un contre-pouvoir et doit fournir aux colonisés des armes symboliques. Par leur pratique de la sociologie, ils se forgent en intermédiaires – en passeurs – entre les populations, les colonisés et l’administration, ainsi qu’entre les temporalités : ils conçoivent la sociologie comme un outil de compréhension du temps présent utile pour plus tard - pour l’Algérie d’après la guerre de libération.

7La sociologie, en tant que production de savoirs, est pensée comme un outil d’émancipation par le biais de la connaissance et de la conscientisation politique. En restituant les résultats des enquêtes aux enquêtés, et notamment en leur permettant de prendre conscience du sens de leurs actes, le sociologue favoriserait la lutte des castes au sein de l’empire colonial. C’est ainsi une science engagée et un métier militant qui se dessinent tout au long de leurs trajectoires et du livre. Au fil de la lecture, c’est à la construction progressive de la figure de l’intellectuel engagé que le lecteur assiste.

8L’imbrication entre sociologie, politique et engagement se mesure dès les débuts des trajectoires de Bourdieu et Sayad. La recherche menée par Amín Pérez participe à mettre en lumière le travail intellectuel et la production scientifique de Bourdieu et Sayad au cours de cette période algérienne moins connue. Combattre en sociologues est à la fois un livre d’histoire de la guerre de libération, un livre d’histoire de la sociologie et un livre de sociologie sur elle-même et sur deux sociologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Pette, « PÉREZ Amín, Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18253

Haut de page

Auteur

Mathilde Pette

Institut Convergences Migrations, ART-Dev, Univ Perpignan Via Domitia, Univ Montpellier, CIRAD, CNRS, Univ Paul Valéry Montpellier 3, Montpellier, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search