Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesALLAL Amin, BAAMARA Layla, DAKHLI...

SECONDE PARTIE
Lectures

ALLAL Amin, BAAMARA Layla, DAKHLI Leyla, et al. (dir.), Cheminements révolutionnaires : Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020)

Cnrs édition, 2021
Jean-Baptiste Meyer
Référence(s) :

ALLAL Amin, BAAMARA Layla, DAKHLI Leyla, et al. (dir.), Cheminements révolutionnaires : Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020), Cnrs édition, 2021, 351p, ISBN : 978-2-271-13886-6

Texte intégral

1N’est-il pas trop tôt pour étudier avec recul le hirak algérien ? Ce livre démontre que tel n’est pas le cas et qu’il s’avère d’ores et déjà possible d’analyser en profondeur ce mouvement. Publié deux ans et demi après son démarrage, il surmonte les obstacles qui ont émaillé les tentatives précédentes d’explication à chaud. Divers ouvrages et numéros de revue scientifiques ou spécialisées ont, en effet, tenté d’éclairer ce phénomène inattendu et imprévisible, avec plus ou moins de succès. Le hirak a suscité une curiosité et un engouement bien naturels mais pas toujours propices à une compréhension aboutie. Ce livre réussit à décrire le mouvement avec finesse et originalité, en faisant un pas de côté pour le regarder sans en être emporté. Ses éditeurs et auteurs ont pourtant pris des risques : poser des éléments de fonds avant même qu’il ne s’achève… si tant est qu’il ait une fin chronologique, au moins dans ce qu’il a déclenché comme processus de transformations au sein de la société algérienne.

2L’ouvrage est organisé en deux parties équilibrées de cinq chapitres et autant d’autrices/auteurs. La première, intitulée « regards portés sur le hirak, un chemin à suivre ? » entre par le côté des acteurs. Les jeunes des quartiers y dévoilent les ambigüités des comportements et attitudes sous le regard de Laurence Dufresne Aubertin. Elle décape de prime abord le vernis plaqué sur la peinture médiatique du mouvement. Cette remise en question d’une image consensuelle, romantique et simpliste est partagée par plusieurs contributions au fil de l’ouvrage.

3Les harraga/harga (brûleurs de frontières) apparaissent ensuite. Ces migrants clandestins étaient censés avoir pour beaucoup renoncé à leur projet de départ de par l’espoir revenu avec la mobilisation populaire. Farida Souiah montre que les constats empiriques ne confirment pas cette vision optimiste. Ni les statistiques, ni les enquêtes qualitatives ne corroborent l’idée d’une transformation radicale des aspirations mobilitaires des jeunes algériens pour rester au pays insurgé.

4Le regard se tourne alors vers les militants associatifs, qui se sont investis dans le hirak à partir d’un engagement préexistant. Layla Baamara témoigne de leur enthousiasme et de leur participation active au mouvement, qu’ils contribuent à structurer sans pour autant le diriger ou le coordonner. On perçoit à travers ce chapitre la diversité, les convergences mais aussi les divisions de ce monde de la société civile, notamment entre organisations de gauche ou religieuses.

5Parmi ces acteurs, Siham Beddoubia focalise l’observation sur les syndicats autonomes, ceux qui défendent les intérêts des travailleurs en marge des confédérations officielles encadrées par le pouvoir. Leurs efforts de rapprochement avec l’opposition ne débouchent guère au-delà d’une tentative de conférence pourtant prometteuse.

6Enfin, c’est du côté des composants du régime que se porte l’analyse de Chérif Dris. On perçoit l’usure de cette rente économique, sécuritaire, religieuse devant l’érosion des ressources, l’évolution démographique, les querelles intestines. Les agencements politiques sont déstabilisés par les transformations socio-économiques que les responsables sont incapables de gérer.

7La deuxième partie de l’ouvrage prolonge ce questionnement historique et politique avec l’interrogation suivante : « au cœur du hirak : un monde en transformation ? ». Ce cœur n’est pas géographiquement localisé, puisqu’on y trouve notamment… la diaspora algérienne en France. Elle prend une consistance inattendue, par son implication et sa participation active, à distance certes mais aussi souvent en présence de ses membres traversant la méditerranée pour participer in situ. Giulia Fabbiano réinscrit dans l’histoire cet engagement politique et en soulève des réflexions théoriques profondes sur la citoyenneté transnationale. A tel point que la frontière se brouille entre les deux pays.

8Les protestataires aussi se réapproprient l’histoire confisquée par le régime et l’armée. Saphia Arezki les montre à l’œuvre dans le rapprochement qu’ils opèrent entre le mouvement contestataire présent et ceux du passé (indépendance mais aussi printemps berbère ou libéralisation de la fin des années quatre-vingt). Un développement substantiel signé de Leyla Dakhli vient en encadré examiner le cas particulier de femmes iconiques (telles que la ballerine du hirak et la reine nubienne de Khartoum) déterminantes dans la dynamique révolutionnaire et ses représentations.

9Mais l’absence de détermination et d’efficacité à changer les choses mérite aussi un regard critique, que porte ici judicieusement Nedjib Sid Moussa. Il anticipe déjà à ce moment, plusieurs mois avant les confinements liés à la pandémie et les répressions drastiques du régime, l’incapacité du mouvement à déboucher sur un renversement du rapport de force.

10L’un des dilemmes de ce rapport politique fondamental en Algérie est posé par les protestataires : « état civil, pas militaire ». Amar Mohand Amer en examine l’histoire et restitue le travail de mémoire, complexe, où le conflit passé (contre la colonisation) a forgé un sentiment de dignité populaire.

11Enfin, l’effritement de légitimité de l’Etat dans ses compromissions locales est soigneusement dépeint par Tarik Dahou. Il l’étudie dans ses marges socio-institutionnelles et ses bordures territoriales et montre comment les administrés contournent ses règles avec ses complicités. Ces accommodations permettent la vie au jour le jour mais n’empêchent pas par ailleurs le rejet de l’Etat de s’amplifier au fil du temps.

12Toutes ces contributions éclairent le questionnement posé en introduction par Amin Allal et ses co-autrices : des « révolutionnaires sans révolution ? ». L’importance accordée aux acteurs souligne leur investissement mais minimise leur résultat… Il est vrai que la notion de révolution possède une dimension intrinsèquement téléologique, à reconsidérer à l’aune des mouvements contemporains dans les suds (au Chili, en Colombie, en Irak, au Liban, au Sénégal, au Soudan, récemment). Mais l’absence de transformation politique induite par le hirak, comme par les « printemps » d’ailleurs, invite à repenser le sens, historique et politique, de l’action.

13Enfin, un tel ouvrage mérite une observation à la fois préoccupante et rassurante : seuls deux auteurs/autrices sur douze relèvent d’institutions locales de recherche en Algérie... Mais huit sur douze sont pourtant de nationalité ou d’origine algérienne. C’est dire l’importance de la diaspora dans le travail d’investigation en sciences sociales sur l’Algérie ! Mais si la réflexion endogène de haut niveau sur le destin du hirak est donc bien présente, son insémination sur le terrain est hypothéquée par la faiblesse de capacités de recherche locales. Comment y remédier ? Faire connaître de tels travaux en Algérie serait un premier pas. La coopération internationale devrait y participer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Meyer, « ALLAL Amin, BAAMARA Layla, DAKHLI Leyla, et al. (dir.), Cheminements révolutionnaires : Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18274

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Meyer

Ceped, Université de Paris ; jean-baptiste.meyer[at]ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search