Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesBRACHET Julien & SCHEELE Judith, ...

SECONDE PARTIE
Lectures

BRACHET Julien & SCHEELE Judith, The Value of Disorder. Autonomy, Prosperity, and Plunder in the Chadian Sahara

Cambridge University Press, 2019
Sébastien Boulay
Référence(s) :

BRACHET Julien, SCHEELE Judith, The Value of Disorder. Autonomy, Prosperity, and Plunder in the Chadian Sahara, Cambridge, Cambridge University Press, 2019, 372 p.

Texte intégral

1C’est une fascinante plongée dans l’univers des Toubous du Nord Tchad à laquelle Julien Brachet et Judith Scheele nous convient dans leur ouvrage au titre aussi énigmatique « The Value of Disorder » que l’aventure scientifique dans laquelle ils nous entraînent. Les deux auteurs partent du constat d’une carence de données scientifiques sur cette région et sa population – peu fréquentés par les chercheurs depuis les travaux de Charles et Marguerite Le Coeur et Jean Chapelle, à l’exception notable de Catherine Baroin dont les recherches plus récentes sont régulièrement évoquées dans l’ouvrage – mais aussi de stéréotypes négatifs dont seraient régulièrement affublés les Toubous par les observateurs extérieurs. Ceux-ci décrivent une population aux contours flous qui échapperait aux catégories, sans histoire, encline au désordre et à la violence, à la marge de la civilisation islamique. C’est cette énigme de l’« unknowability » des Toubous que les auteurs tentent de résoudre par la mise au jour des valeurs qui imprègnent leur vie sociale, économique et politique aujourd’hui. Ils le font, d’une part, à partir d’un terrain d’enquête de 12 mois (2011 et 2012) à Faya, capitale de la région du BET (Borkou-Ennedi-Tibesti), dont l’histoire tumultueuse ne peut être pleinement comprise selon eux qu’élargie aux échelles nationale et transnationale, d’autre part, en mettant en commun leurs compétences respectives de géographe et d’anthropologue et leur familiarité avec le terrain saharien.

2La réflexion, clairement structurée en six chapitres, débute par une analyse historique de la formation de cette ville jusqu’à l’indépendance en 1960. Localité longtemps considérée comme isolée car en marge des principales routes sahariennes, la région du Borkou et sa capitale Faya sont pourtant sensibles – et même vulnérables selon les auteurs – aux interventions extérieures. En 1909 s’y installe la confrérie Sansiyya, qui encourage les habitants à l’agriculture (et à la valorisation du foncier) dont les produits sont destinés aux populations du Sud Libyen, et qui favorisera l’installation des commerçants libyens à Faya. Puis, l’arrivée de l’armée française (1913) à Faya provoque le départ de la Sanûsiyya, mais joue à son tour un rôle moteur dans le développement de la ville, qui devient une garnison importante pour cette colonie, demeurée néanmoins à la marge de l’Afrique équatoriale française (p. 69). La présence de l’armée française entraîne un afflux important d’étrangers, créant un marché local et stimulant la production agricole et la valorisation du foncier, largement aux mains des commerçants libyens, qui construisent les premières maisons et introduisent l’horticulture (64-66). L’histoire de Faya devient ainsi « une histoire des diverses entreprises impérialistes qui ont laissé des traces physiques derrière elles » : une histoire de ruines, qui suscitent peu d’intérêt chez les habitants actuels de la ville (p.86).

3Le second chapitre poursuit cette enquête historique très documentée sur Faya dans la période post-indépendance cette fois, marquée par plus de 20 ans de guerre civile (1966-1987), et qui va mettre de nouveau en relief la dépendance et la connectivité mutuelles entre le nord du Tchad et les villes du sud de la Libye où les Toubous constituent des minorités importantes. Le départ de l’armée française en 1965, la création du Frolinat (Front de libération nationale du Tchad) en 1966, l’exil du derdé des Toubous du Tibesti en Libye la même année, rejoint en 1968 par son fils Goukouni Oueddei, les luttes de pouvoir entre ce dernier et Hissène Habré, originaire de Faya et qui s’imposera finalement à la tête du pays en 1982 jusqu’à son renversement en 1990 par Idriss Déby – qui a passé lui aussi une partie de sa jeunesse à Faya et y entretient des liens familiaux –, tous ces événements placent la ville et son économie aux mains des militaires tchadiens dont une proportion importante est originaire du Nord. En 1980, le Frolinat annonce l’expropriation des commerçants libyens de leurs maisons, jardins et magasins (qui constituaient une grande partie du centre-ville de Faya) à son propre profit (p. 102), biens qui leur seront officiellement rétrocédés en 1992 dans le cadre d’un rapprochement diplomatique avec la Libye, mais qui seront en fait immédiatement revendus aux officiers influents de l’armée tchadienne (p. 128). De fait, les hommes armés mettent définitivement la main sur les ressources économiques locales.

4Ces évolutions sont, dans le chapitre (3) suivant, subtilement analysées à l’échelon local des rapports sociaux de production qui font apparaître certaines tensions dans l’accès aux ressources et leur exploitation, notamment les terres cultivées. L’opposition classique entre nomades « dominants » – Anakazza – et sédentaires « dépendants » – Kamaya – est ainsi réinterrogée par les auteurs en une opposition entre « ceux qui partent » (les Anakazza) et qui délaissent leurs terres et « ceux qui restent » (les Kamaya), qui les mettent en valeur et en réclament désormais la propriété (p.135). Longtemps absents de Faya, exerçant ailleurs une activité rentable, les Anakazza ont laissé les Kamaya replanter des palmiers ou créer de nouveaux jardins sur leurs terres. Mais « lorsqu’ils ont perdu une importante source de revenus avec l’éviction du gouvernement d’Hissène Habré, la production de dattes est redevenue intéressante et les droits fonciers à Faya sont devenus une source de conflit » (p.166). Enfin, du point de vue local, ces conflits cachent aussi des enjeux de genre puisque « ceux qui restent » à Faya pour cultiver la terre – travail très peu considéré – sont en fait des femmes, pauvres, qui travaillent pour des femmes propriétaires de palmiers et de jardins. Ce sont donc en réalité les femmes qui gardent le pouvoir dans la gestion quotidienne de ces ressources. On peut d’ailleurs regretter ici que cette économie du quotidien ne soit pas davantage incarnée par des voix féminines et/ou des observations ethnographiques.

5Le chapitre suivant s’ouvre sur un autre constat paradoxal : bien qu’étant aujourd’hui à un carrefour de routes commerciales – du fait notamment de la relative proximité de la frontière libyenne – Faya ne compte pas en son sein de grandes familles multigénérationnelles de commerçants comme ailleurs au Sahara, le commerce restant donc aux mains d’étrangers, « le plus souvent libyens, originaires du Waddaï, voire soudanais » (p.174) sauf exceptions. Et c’est justement à ces exceptions de réussites locales que, remarquent J. Brachet et J. Scheele, les habitants de Faya accordent une place prépondérante. Ces réussites, commerciales et politiques, sont héroïsées et survalorisées, occultant les échanges économiques plus communs et réguliers pour partie aux mains des femmes. Il en va de même du commerce illégal transfrontalier (voitures, armes à feu, alcool, essence) qui permet des réussites masculines devenues légendaires. « En conséquence, concluent les auteurs, dans les récits dominants (racontés par des hommes et des femmes), Faya n’est pas un monde de réciprocité […], mais un monde de gloire, d’infamie spectaculaire, couplée à une générosité tout aussi spectaculaire, produisant des héros éphémères, où l’autonomie personnelle compte plus que l’accroissement de la richesse » (p. 216).

6Dès lors Faya apparaît tel « un demi-monde, dont la dépendance réelle à l’égard des richesses extérieures est localement masquée par une rhétorique de la razzia, des gloires de l’obtention de choses pour rien, et de leur cession pour moins encore » (p.220). À Faya, ce n’est pas la réciprocité qui est valorisée dans les échanges mais bien l’acquisition unilatérale et la redistribution. La richesse y est perçue comme instable mais récurrente dans une économie qui n’est pas vue comme une économie de rareté mais d’abondance. De même, le pillage des ressources d’autrui est vu positivement, autant que le mariage est vu par les femmes comme « une occasion de s’emparer d’autant de richesses que possible » (p.237).

  • 1 L’ouvrage a été publié avant le décès du président tchadien le 21 avril 2021.

7Tout aussi originale est l’analyse développée dans le sixième et dernier chapitre de l’ouvrage à propos de la légendaire propension au désordre et à la violence chez les habitants de Faya et les populations du Nord Tchad, au point qu’elle serait une menace permanente sur l’autorité de l’État, des dires mêmes du Président Idriss Déby1. À Faya, cette réputation fait plutôt l’objet d’une fierté et la violence a une valeur en soi. Quand la violence féminine peut s’exercer relativement à la propriété de la terre ou à la question du statut social, la violence masculine est pour sa part synonyme de politique et donc de la « capacité [pour un individu] de revendiquer une influence au niveau local et d’exiger durablement des ressources de l’État » (p. 260). De fait, la violence et le conflit sont considérés comme nécessaires aux relations sociales et à la construction de soi. Par ailleurs, les auteurs notent que les habitants y entretiennent une relation particulière avec l’État, en partie du fait du rôle qu’ils ont joué dans son développement : la forte présence, civile et militaire, à Faya ne freine en rien l’anarchie qui y règne comme si « les institutions et les représentants de l’État [avaient] été absorbés par les logiques politiques locales, et les ressources qu’ils représentent contribu[ai]ent directement à leur maintien » (p.291).

8Au final, Judith Scheele et Julien Brachet nous offrent, à travers ce terrain situé et extrêmement bien documenté, mais abordé sous différents angles et à différentes échelles, une œuvre à la fois puissante conceptuellement et stimulante méthodologiquement, recentrant l’enquête sur les mouvements, les interactions, les négociations, et sur ce qui fait sens dans une société à un moment de son histoire, refermant leur recherche par cette jolie formule « Les Toubous restent insaisissables (unknowable) car c’est justement ce qui fait d’eux des Toubous » !

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage a été publié avant le décès du président tchadien le 21 avril 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Boulay, « BRACHET Julien & SCHEELE Judith, The Value of Disorder. Autonomy, Prosperity, and Plunder in the Chadian Sahara »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 26 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18284

Haut de page

Auteur

Sébastien Boulay

Université Paris Cité ; en délégation à l’Institut des mondes africains (IMAF, UMR CNRS 8171 et IRD 243)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search