Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesPÉNICAUD Manoël, Louis Massignon,...

SECONDE PARTIE
Lectures

PÉNICAUD Manoël, Louis Massignon, le « catholique musulman »

Bayard, 2020
Chantal Verdeil
Référence(s) :

PÉNICAUD Manoël, Louis Massignon, le « catholique musulman », Paris, Bayard, 2020, 432 p.

Texte intégral

1Auteur d’une thèse sur le pèlerinage des Sept Dormants en Bretagne, commissaire de l’exposition internationale « lieux saints partagés », Manoël Pénicaud offre à travers ce livre une nouvelle biographie d’une figure qui lui est devenue familière au fil de ses recherches, Louis Massignon. Affichant en sous-titre une citation du Pape Pie XI, « Le catholique musulman » (p.16), l’ouvrage est fondé sur des sources nouvelles, les archives de Louis Massignon, versées à la Bibliothèque Nationale de France en 2012. Savant et mystique à la production foisonnante, auteur de notes griffonnées sur ses états d’âme, de journaux quotidiens, de lettres, de conférences, d’articles ou d’ouvrages scientifiques, Louis Massignon a laissé une quantité considérable de documents écrits que vient compléter une volumineuse collection de photographies, elles aussi exploitées par Manoël Pénicaud. Dans la lignée de ses travaux précédents, son approche se veut attentive à la matérialité des sources, ce qui donne de belles pages notamment sur le bureau de Louis Massignon (p.210 et suivantes). Plus que d’illustrations, les nombreuses photographies servent de sources, systématiquement commentées et insérées dans la démonstration. Cet ouvrage entend aussi se départir de toute tentation hagiographique, aborder des sujets souvent restés tabous (l’homosexualité de Louis Massignon) afin de retracer la « courbe de vie » que Louis Massignon définissait comme « une courbe personnelle reliant les diverses étapes [d’une ] vie, afin d’en définir l’unité finale, accès à leur propre personnalité idéale, définitive » (p.22).

2Les premiers chapitres de l’ouvrage suivent un plan chronologique. Ils évoquent d’abord les premières années de Louis Massignon, né en 1883 au sein d’une famille de la bourgeoisie cossue fréquentant les milieux artistiques. Son père, héritier de la pharmacie familiale embrasse une carrière d’artiste plasticien. Libre penseur proche des francs-maçons sans en être, il introduit son fils dans les milieux intellectuels de son temps, lui faisant rencontrer l’écrivain Karl Huysmans, son seul ami catholique. Élevé par une mère fervente catholique, Louis Massignon abandonne la foi à l’aube de ses 20 ans. Lors de ses premiers voyages en Orient (Le Caire, puis Bagdad) en 1906-1907, Louis Massignon rencontre Luis de Cuadra, marquis de Guadalmina, homosexuel et converti à l’Islam. Louis Massignon découvre son homosexualité et mène une vie « dissolue et dissociée » (p. 62), entretenant différentes liaisons (dont une avec Luis), tout en menant d’intenses études scientifiques mues par une soif de connaissance de l’islam. En 1908, alors qu’il est en Irak pour une mission archéologique, il se reconvertit au catholicisme au terme d’un épisode minutieusement décrit, qui mêle décompensation psychique, crise de paludisme et expérience mystique sur fond de rivalités diplomatiques (archéologue, Massigon est considéré comme un espion) et de tensions politiques dans l’Empire ottoman où se prépare la révolution jeune-turque. De retour en France, il se lie avec Charles de Foucauld, Paul Claudel ou encore Jacques Maritain, et fréquente le milieu des catholiques convertis. Il renonce à la vie religieuse et se marie (1914).

3L’ouvrage suit ensuite un plan thématique, mettant en lumière différents aspects de la vie de Louis Massignon. « Le militaire et l’expert diplomate » évoque son rôle au Levant pendant la Première Guerre mondiale. Conseiller de François George-Picot, Louis Massignon peut apparaître  comme le Lawrence français, même si les sources ne démontrent pas une claire activité d’espion, « un rôle qu’il n’aurait jamais accepté d’endosser en fidélité à son axiome de la parole donnée » selon Manoël Pénicaud (p.159). « Le savant et l’homme de science » revient sur la carrière académique de Louis Massignon. Diplômé de l’école des langues orientales (1906), il achève en 1914 une thèse sur Hallâj, mystique musulman qu’il a découvert en 1907 lors de son premier séjour en Égypte. Soutenue le 24 mai 1922, elle est publiée aussitôt mais sans cesse retravaillée : une rééditon augmentée et achevée par ses enfants Geneviève et Daniel parait en 1975. Suppléant au Collège de France depuis 1919 d’une « érudition aussi vertigineuse que déroutante » (p.172), Louis Massignon mène une riche carrière de scientifique, spécialiste du soufisme dont l’étude devient une part de l’islamologie. Son approche, adoptée pour comprendre Al Hallâj, est fondée sur le « décentrement méthodologique », consistant à approcher « l’autre » au plus près, en se mettant « dans l’axe de sa naissance » (Louis Massignon, cité p.194), par l’empathie et l’observation participante. Grand voyageur, allant de colloques en conférences, Louis Massignon est un professeur généreux et fascinant à la production scientifique « océanique » (p.227). C’est aussi un « mystique » catholique et un « homme de Dieu » (chapitre 6), marqué par une religiosité et une dévotion doloristes, longtemps en quête du martyre, dont la spiritualité est fondée sur l’hospitalité et la « substitution » : en 1934, il institue une « sodalité (association religieuse) de prières » avec son amie Marie Kahîl (rencontrée au Caire en 1913). Il s’agit de prier pour le salut des musulmans dans la logique de « substitution mystique » qui lui est chère, où il s’agit moins de « souffrir avec » que de « souffrir à la place de » ou « pour le salut » d’un tel (p.265). D’abord destinée aux chrétiens du Proche-Orient, cette « union de prière secrète » s’ouvre rapidement aux catholiques romains (latins), dont le futur pape Paul VI, avant de se disloquer après la mort de Louis Massignon. Islamologue, héritier de Charles de Foucauld (dont il sera l’exécuteur testamentaire), Louis Massignon contribue aussi à la réflexion de l’Église catholique sur les relations islamo-chrétiennes. En 1950, il est ordonné prêtre dans le rite grec-catholique qui autorise l’ordination des hommes mariés. Intellectuel catholique engagé, il est d’abord proche du parti colonial, favorable à l’assimilation en Algérie tout en condamnant fermement la politique répressive menée par l’État colonial, surtout après 1945. À travers le comité chrétien d’entente France Islam, il soutient les indépendantistes marocains, tunisiens, malgaches ou algériens, mobilisant ses relations pour intervenir en leur faveur, usant de son statut d’homme public pour les défendre, participant enfin à de nombreuses manifestations. Concernant ses rapports avec le judaïsme, Manoël Pénicaud livre une analyse fine et nuancée. Il souligne à la fois ses rapports ambigus avec cette religion, qu’il partage avec d’autres intellectuels catholiques, même si Massignon s’est toujours défendu d’être antisémite. Proche des sionistes avant 1948, persuadé que les juifs ont un rôle à jouer dans le projet divin, il condamne fermement l’État d’Israël dans lequel il voit un avatar du nationalisme colonial, et récuse l’exil forcé des Palestiniens au nom du devoir d’hospitalité. Louis Massignon est enfin un infatigable pèlerin et le fondateur du pèlerinage islamo-chrétien des Sept Dormants en Bretagne.

4Touffue et multiple, solidement documentée par des archives abondantes, la vie de Louis Massignon a déjà fait l’objet de nombreux ouvrages. Celui de Manoël Pénicaud fait de la notion d’hospitalité son fil conducteur. Pour Manoël Pénicaud, cette vertu guide les engagements politiques, nourrit la démarche scientifique et fonde la spiritualité de ce grand « mystique » et savant « fascinant » (p.17) que fut Louis Massignon. Pour comprendre l’autre, il faut « devenir son hôte » (selon une formule massignonienne citée p.26). Nul doute que Manoël Pénicaud a fait sienne cette idée pour écrire son ouvrage, qui permet d’embrasser la riche vie de Louis Massignon sans s’y égarer, en l’inscrivant dans la matérialité des lieux et des objets : les talents de pédagogue du commissaire d’expositions saluées par le public et la critique sont bien là. Plus à l’aise avec les questions religieuses que scientifiques, Manoël Pénicaud retrace une trajectoire religieuse, sociale et politique, plus que scientifique. S’il évoque ses disciples et ses héritiers (Youakim Moubarac, Vincent Monteil, Germaine Tillon, Denise Masson), son objectif n’est pas de situer les travaux de Louis Massignon dans le champ et les débats de l’islamologie ou des recherches islamo-chrétiennes. Il souligne pourtant son islamophilie et appelle, en s’appuyant sur elle, à « poursuivre cet effort de compréhension de l’altérité religieuse » (p.412).

5Il est tentant d’interroger cet ouvrage au prisme du genre et d’y voir une biographie très masculine : Louis Massignon est un homme, un professeur, un intellectuel engagé du xxe siècle. Sa sociabilité est très masculine et l’ouvrage ne fait guère de place aux « femmes » de sa vie, exceptée Marie Kahîl : sa mère qui lui a transmis la foi, sa femme, dont on comprend la jalousie envers Marie Kahîl (p.275), mentionnée quand elle enterra les archives du Foyer judéo-catholique afin qu’elles ne soient pas découvertes par la Gestapo (sans plus de détails), sa fille, Geneviève (1921-1966), qui découvrit en 1951 le pardon des Sept Saints dans les Côtes d’Armor dont il fit le pèlerinage aux Sept Dormants.

6Au-delà, c’est sa vie familiale qui est laissée dans l’ombre : cette biographie est celle d’un homme dont elle retrace à la fois la vie publique et la vie intérieure (mystique) sans s’intéresser à sa vie privée, même si Manoël Pénicaud reconnaît « combien [sa] vie personnelle a influencé [son] œuvre et vice versa ». Par « vie personnelle », il faut entendre ici « vie intérieure ». De vie privée, de sentiment ou d’affection, il n’est guère question. Quel mari et quel père fut Louis Massignon, homosexuel persuadé que l’homosexualité relève du péché, marié, père de trois enfants et finalement prêtre ? Peut-on séparer vie publique et vie familiale d’une figure comme Louis Massignon ? Que dire d’un mystique dont le maître mot était l’hospitalité, si l’on suit Manoël Pénicaud, mais qui semble bien moins parler de charité ou d’amour (pourtant autres vertus chrétiennes cardinales) ? Sur ce plan, la biographie écrite par Manoël Pénicaud se révèle d’une facture très classique pleine de pudeur et de discrétion.

7Conformément aux ambitions de son auteur, l’ouvrage retrace « la trajectoire d’un homme lancé dans une quête d’absolu comme de lui-même ». De la vie de Louis Massignon, si foisonnante et complexe, il réussit le tour de force de proposer une synthèse à la fois passionnante et claire, destinée à un public plus large que celui des stricts cercles académiques. Promesse tenue donc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Verdeil, « PÉNICAUD Manoël, Louis Massignon, le « catholique musulman » »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 26 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18302

Haut de page

Auteur

Chantal Verdeil

Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée, Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search