Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesFRÉMEAUX Jacques, Algérie 1914-19...

SECONDE PARTIE
Lectures

FRÉMEAUX Jacques, Algérie 1914-1962. De la Grande guerre à l’indépendance

Éditions du Rocher, 2021, 305 p. ISBN 978-2-268-10585-7
Claire Fredj
Référence(s) :

FRÉMEAUX Jacques, Algérie 1914-1962. De la Grande guerre à l’indépendance, Monaco, Éditions du Rocher, 2021, 305 p. ISBN 978-2-268-10585-7

Texte intégral

  • 1 Jacques Frémeaux, Algérie 1830-1914. Naissance et destin d’une colonie, Paris, Desclée de Brouwer, (...)

1Dans la continuité de son précédent ouvrage portant sur la période 1830-19141, Jacques Frémeaux propose une histoire de l’Algérie colonisée depuis 1914 jusqu’à l’indépendance de 1962. Professeur émérite à l’Université Paris Sorbonne, l’auteur a beaucoup travaillé sur l’histoire coloniale de la France et particulièrement sur l’Algérie. Il souhaite « rappeler une histoire trop peu connue ou oubliée » (p. 9), ce qui est quand même de moins en moins le cas tant elle occupe, de manière différemment informée, les médias, français comme algériens ; elle alimente également une très riche production historienne : essentiellement francophone et anglophone, ses apports couvrent des aspects toujours plus nombreux de l’histoire sociale, culturelle et politique de l’Algérie colonisée.

2Aider les personnes de bonne volonté « à regarder les temps écoulés ensemble » (p. 273), c’est le but de l’ouvrage, précisé dans une conclusion au ton très personnel répondant à une introduction donnant la direction des dix chapitres composant cette utile synthèse : comprendre ce que Jacques Frémeaux appelle la catastrophe « qui mit fin à 130 ans de présence française outre-mer », résultat d’une « suite d’erreurs d’appréciation ou de négligences » (p. 9), d’illusions aussi.

3Les quatre premiers chapitres s’intéressent à la période qui court du premier conflit mondial au début de la guerre d’indépendance en 1954. Politique et société s’entremêlent et un aspect fondamental de l’histoire sociale de l’Algérie est mis en avant, la démographie, qu’il s’agisse de la croissance démographique des Algériens musulmans, de la « décolonisation » des campagnes accélérée au cours de l’entre-deux-guerres (les Européens, très majoritairement urbains, représentent 5% de la population rurale), du rachat des terres par les Algériens mais aussi de l’exode rural qui commence pour toute une population en voie de clochardisation, pour reprendre le terme forgé par l’ethnologue Germaine Tillion. Jacques Frémeaux met bien en avant les moments de tensions, la difficulté de faire passer des réformes, l’inégalité structurelle d’un budget consacré à 75% aux « Européens », encore dans l’entre-deux-guerres, et l’aveuglement des autorités françaises, qui n’est pas que rétrospectif puisque le gouverneur général Maurice Viollette en faisait l’amer constat dès 1931. Jacques Frémeaux souligne enfin la manière dont s’articulent les problèmes économiques, sociaux et politiques après 1945, la timidité, finalement des réponses, au temps d’un colonialisme qui, pourtant, cherche à encadrer autrement des populations désormais officiellement citoyennes.

4Les six derniers chapitres sont consacrés à la guerre qui aboutit, début juillet 1962, à l’indépendance de l’Algérie. L’écriture clarifie utilement le déroulé d’événements militaires et politiques enchevêtrés. Certaines aspects du conflit auraient cependant pu être davantage replacés dans une perspective large : il est bien sûr question de l’internationalisation du conflit mais la connexion de l’Algérie avec d’autres espaces – le Moyen-Orient par exemple – , sa place dans les conflits de la décolonisation, voire dans la politique extérieure de la France auraient peut-être mérité d’être traités de façon plus approfondie. Dans la perspective de l’auteur, qui est celle d’associer société et politique, on peut surtout s’étonner de ne pas voir la métropole davantage considérée comme un autre terrain de la guerre d’indépendance, alors que la population algérienne – que les pouvoirs publics cherchent à encadrer mais aussi à « séduire » pour mieux l’éloigner de la lutte indépendantiste – y est travaillée par les différents courants nationalistes. De même, la vie dans les maquis ou les effets de la guerre sur les sociétés algériennes ne sont finalement que peu évoqués : réfugiés des camps de la Croix-Rouge par milliers, déplacés des villages de regroupements dont le nombre est évalué à deux millions, il est peu question de ces hommes et de ces femmes, dans une lecture de la guerre qui reste très politique et relativement peu sociale alors que plusieurs ouvrages commencent à être disponibles sur ces aspects. Cela serait d’autant plus à considérer que Jacques Frémeaux fait de la déstructuration des sociétés, notamment rurales, l’une des dynamiques du drame qu’il reconstitue. Une autre de ces dynamiques est la fonction de l’islam, notamment dans sa version réformée portée par l’Association des oulémas musulmans d’Algérie, dont la position dans le champ politique et les liens avec les différents mouvements – ouvertement nationalistes ou pas – qui se multiplient dès la fin des années 1920 permettent d’envisager les diverses nuances de revendications sociales et politiques.

5Selon Jacques Frémeaux, la France a finalement échoué devant le problème de « gouverner une population en augmentation exponentielle en lui fournissant un niveau de vie décent, en l’absence d’une croissance économique suffisante » (p. 271). Plus qu’un manque de ressources, conclut-il, c’est « la légitimité politique » qui a manqué, dont a réussi à s’emparer le Front de Libération Nationale, après plusieurs années de luttes internes, « au nom de la nation et de l’islam » (ibid.) – une question à replacer dans une histoire des décolonisations également plus vaste. On attend maintenant une histoire de l’Algérie indépendante dans les premières décennies de son existence sur lesquelles les historiens commencent à se pencher, laissant espérer une prochaine synthèse dont la nécessité ne fait aucun doute.

Haut de page

Notes

1 Jacques Frémeaux, Algérie 1830-1914. Naissance et destin d’une colonie, Paris, Desclée de Brouwer, 2019, 272 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Fredj, « FRÉMEAUX Jacques, Algérie 1914-1962. De la Grande guerre à l’indépendance  »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 26 octobre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18322

Haut de page

Auteur

Claire Fredj

Université Paris Nanterre ; claire.fredj[at]parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search