Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152SECONDE PARTIELecturesOUNAINA Hamdi (dir.), Écrire l’hi...

SECONDE PARTIE
Lectures

OUNAINA Hamdi (dir.), Écrire l’histoire sociale de la sociologie en Tunisie

Med Ali Edition, 2021
François Siino
Référence(s) :

OUNAINA Hamdi (dir.), Écrire l’histoire sociale de la sociologie en Tunisie, Sfax, Med Ali Edition, 2021, 318 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’inscrit dans la continuité de réflexions sur l’histoire de la sociologie – et plus largement des sciences sociales – en Tunisie, dont l’éditeur scientifique de l’ouvrage rappelle qu’elles ont plutôt relevé jusqu’ici d’efforts individuels de réflexivité tentés au fil des décennies par certain·e·s chercheur·e·s que d’un véritable programme de recherche collectif, qui à ce jour n’a pas encore été lancé. L’originalité de l’entreprise pilotée par Hamdi Ounaina est d’avoir proposé aux participants à une série de conférences-débats tenues à Tunis en 2019 de traiter de cette histoire des sciences sociales à partir de leur itinéraire personnel, de « leurs expériences de recherche, de production et de transmission de leurs savoirs » (p.11).

2Le coordinateur a lui-même tenté de répondre à cette consigne puisque l’état des lieux programmatique qu’il livre dans son article introductif repose en partie sur son expérience personnelle d’enseignant-chercheur appartenant à une génération intermédiaire entre les pionniers de la sociologie tunisienne (postindépendance) et celle des étudiants d’aujourd’hui, mais aussi sur ses souvenirs de jeune chercheur en formation dans les années 1990. Le constat est celui de l’absence d’une entreprise collective d’histoire intellectuelle des sciences sociales tunisiennes. Cette appréciation est néanmoins nuancée par l’existence d’une quinzaine de textes publiés entre 1976 et 2020, fort utilement rappelés dans un tableau (p.25-26). On y trouve quelques jalons importants comme ceux posés entre autres par Lilia Ben Salem, Adel Selmi, Dora Mahfoudh, Mohamed Kerrou ou Imed Melliti… Mais ces quelques textes n’ont pas réussi, semble-t-il, à donner le coup d’envoi d’une réflexion plus systématique sur l’histoire des sciences sociales en Tunisie. Celle-ci n’est donc pas enseignée à des étudiants par ailleurs majoritairement orientés, au fil des réformes de l’enseignement supérieur, vers une science sociale appliquée, davantage soucieuse d’expertise et de recommandations destinées à l’intervention politique sectorielle. Ainsi, les étudiants tunisiens connaissent-ils mieux les traditions sociologiques occidentales que les recherches menées depuis une soixantaine d’années dans leur propre pays. Et bien qu’ils travaillent quasiment tous sur des terrains tunisiens – ne serait-ce qu’en raison de leur facilité d’accès –, ils n’ont que rarement connaissance des travaux antérieurs menés par leurs devanciers sur ces mêmes terrains qu’ils pensent être du coup les premiers à défricher.

3Cette ignorance des étudiants d’aujourd’hui renvoie pour partie – selon H.Ounaina – à une certaine forme de suffisance des premiers sociologues tunisiens dont certains jugeaient leurs travaux personnels indépassables et donc peu susceptibles d’être croisés, mis en regard voire confrontés à ceux des autres. Si le jugement peut sembler sévère, il rejoint en tout cas d’autres analyses faites auparavant (notamment par L. Ben Salem, D. Mahfoudh, I. Melliti) sur le caractère individuel et solitaire des projets, conférant à la recherche sociologique tunisienne une dimension « éclatée » présente depuis les origines.

  • 1 L’auteur signale que parmi la quinzaine de textes sur l’histoire de la sociologie en Tunisie, plusi (...)

4De cette absence de connaissance de l’histoire des sciences sociales et de mise en perspective réflexive, il résulte une « accumulation sans capitalisation » (p.15). Et encore, l’accumulation n’est-elle même pas garantie du fait d’un archivage parfois défaillant des travaux qui entraîne souvent leur invisibilité, lorsqu’ils ne sont pas tout simplement détruits1. L’histoire qu’il convient donc de mettre en œuvre est indissociablement celle des idées et des œuvres, des acteurs et des institutions. C’est à ce dernier volet que le présent ouvrage entendait apporter la plus importante contribution en recourant à la mémoire des acteurs et au récit de leur parcours personnel. La plus ou moins grande propension des participants-contributeurs à répondre à la demande confère à l’ensemble une certaine hétérogénéité.

5Parmi ceux qui ont effectivement joué le jeu de la reconstruction mémorielle, le texte de Pierre-Robert Baduel est à la fois le plus long et le plus détaillé. Jeune étudiant français dans les années 1960, il illustre le cas de ces nombreux chercheurs étrangers dont la carrière s’est trouvée indissolublement liée à la recherche en sciences sociales menée au Maghreb et sur le Maghreb. Parti en Tunisie en 1969 dans le cadre de la coopération franco-tunisienne pour échapper au service militaire, il est affecté pour deux ans à Gabès en tant qu’enseignant de philosophie. Il y restera en réalité une décennie, se transformant » sur le tas » en chercheur en sociologie, spécialiste de l’impact des flux migratoires vers l’Europe sur les sociétés d’origine. Son premier séjour dans le Sud tunisien (1969-1979) chevauche chronologiquement les deux premières décennies des débuts d’une sociologie tunisienne fortement imprégnée par le modèle français. Mais c’est aussi le moment où les sciences sociales françaises elles-mêmes s’émancipent progressivement des approches orientalistes des sociétés musulmanes encore récemment colonisées pour s’affirmer – difficilement pour la sociologie – en tant que disciplines distinctes, tandis que les cursus commencent à mettre en place une formation pratique à l’enquête. Comme pour la plupart de ses pairs coopérants (en Tunisie, et plus largement au Maghreb) mais aussi pour les premières générations de jeunes chercheurs tunisiens, sa formation académique et le début de sa pratique professionnelle de chercheur s’inscrivent sur l’arrière-plan du paradigme développementaliste dominant à l’époque. Comme l’écrit P-R Baduel, la jeune sociologie tunisienne fut dès l’origine une science « engagée », dans le sens où elle devait avant tout répondre à une demande publique et mise au service du développement, de la construction nationale et étatique et du changement social dans tous les domaines (p.167). À l’occasion de projets menés dans le Sud tunisien contre la désertification, il expérimentera la dimension parfois autoritaire que pouvait prendre le projet développementaliste, lorsque la logique de l’État traduite dans la rationalité des experts et des ingénieurs s’imposait de façon quasi militaire à des sociétés pastorales considérées comme « archaïques » et à des paysans identifiés comme des « freins au progrès ».

6On retrouve cette problématique des rapports entre science et engagement dans les deux textes d’Abdellatif Hermassi et de Laroussi Amri. Comme le souligne H.Ounaina, leurs deux parcours présentent des points communs : une implication sociale et un engagement politique à gauche sanctionnés par la répression et l’emprisonnement, un accès au champ académique et à l’enseignement dans les années 1990 et une démarche sociohistorique critique ouverte au dialogue des disciplines. Pour le premier (A. Hermassi, dont le texte est publié en arabe), c’est à partir de 1983, après avoir connu l’épreuve de la prison et l’éloignement des études qu’il retourne à l’université et entreprend d’étudier le mouvement islamiste qui commence à faire parler de lui depuis les années 1970. Au fil de son expérience de recherche et d’enseignement, il réalise que l’un des obstacles à l’exploration de ce nouvel objet réside dans la prégnance d’une vision idéologique partagée à l’époque par la gauche et par l’appareil d’État. Cette vision tend à confondre trois dimensions de l’islam : celle de patrimoine culturel et composante de l’identité tunisienne, celle de religion majoritaire, celle enfin de courant idéologique et de projet politique. Cette absence de distinction qui fait de l’islam une « essence immuable » empêche de l’étudier comme un phénomène sociohistorique (p.132). Son approche sociologique implique donc de se déprendre, non pas tant de l’engagement politique lui-même, que du langage dans lequel il s’exprime majoritairement à l’époque, celui d’une vulgate marxiste (« la religion comme opium du peuple ») à laquelle l’auteur avait lui-même adhéré dans les années 1970.

7Pour Laroussi Amri, la question se pose de façon différente. Comme beaucoup de jeunes intellectuels de cette génération, sa formation a lieu dans une société tunisienne en proie à des changements très rapides de normes et de valeurs. Il expérimente les contradictions entre une socialisation familiale « traditionnelle » et une socialisation politique (à la fin des années 1960) baignée par l’enthousiasme collectif prodestourien et la propagande bourguibienne qui promet une « modernité » identifiée à une « anti-tradition » (p.89). Son inexorable désenchantement est aussi celui d’une bonne partie de sa génération (abandon du projet socialiste et des régions marginalisées du pays, compromissions dans la lutte anti-impérialiste, répression des oppositions…). Mais loin de s’éloigner de l’engagement, notamment syndical, il en vient progressivement à considérer ce dernier comme l’une des conditions de l’apprentissage concret de la dynamique des groupes, de la force manipulatoire des discours et d’une véritable compréhension du social. Selon lui, « on ne peut faire de la science que si l’on est engagé » (p.85). Et le véritable engagement implique le corps (du sociologue) ; il lui permet de ressentir et saisir tout à la fois les logiques sociales dont il est lui-même observateur et acteur. Cette idée d’un « engagement par le corps » – qui peut mener aux expériences extrêmes de la mise en danger, de la prison, etc. – et pas seulement par la raison est intéressante car elle a sans doute marqué plusieurs générations d’intellectuels tunisiens aux prises avec l’autoritarisme politique.

8C’est un autre type d’engagement que donne à voir le parcours de Moncer Rouissi (décédé en 2021). Formé en France en sociologie et démographie, il fait l’expérience après son retour en Tunisie en 1966 des débuts paradoxaux de l’institutionnalisation des sciences sociales, notamment à travers le destin du Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales (CERES). Créé en 1962 par les autorités pour venir en renfort à la politique développementaliste de l’époque, ce centre est rapidement considéré par les autorités comme un foyer de contestation et, malgré la qualité de ses chercheurs et de sa production, vidé de sa substance au fil des années. Par la suite M. Rouissi s’éloigne de la recherche pour endosser le rôle d’expert (auprès des organisations internationales) et, en rejoignant l’équipe de la nouvelle présidence Ben Ali dès 1988, il entame une carrière politique qui durera de façon ininterrompue jusqu’à la révolution tunisienne de 2011. Il y a là aussi sans doute une certaine forme d’exemplarité, celle des circulations qui ont commencé très tôt entre le champ académique et le champ politique. Au départ, peut-être du fait de l’exiguïté de ce dernier, mais aussi par la suite, du fait de la légitimité que pouvait conférer à un pouvoir autoritaire la présence dans ses rangs de personnalités scientifiques et universitaires reconnues, y compris au-delà des frontières.

  • 2 Rebaptisé Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine en 2014.

9Seule historienne du panel d’auteurs rassemblés, Kmar Bendana retrace brièvement un parcours étroitement associé à un Programme National de Recherche (PNR) lancé à la fin des années 1970 et consacré à l’Histoire du mouvement national. L’opération avait une dimension éminemment politique puisqu’il s’agissait alors de récupérer les sources de l’histoire tunisienne conservées en France pour les mettre à la disposition des chercheurs en Tunisie. Elle donne lieu à une véritable entreprise scientifique de conservation, classement et valorisation de cette impressionnante masse d’archives, puis se transforme en un institut pérenne, l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN)2. Le contact et l’usage permanent de ces archives aiguisent chez K. Bendana une attention critique aux sources dont la matérialité même (folios manuscrits, copies dactylographiées…) est parfois à la source de nouvelles pistes de réflexion. De ce poste, elle est bien placée pour observer plusieurs moments « d’alliage productif » (p.56) entre l’histoire contemporaine et d’autres disciplines des sciences sociales dans les premières décennies de l’université tunisienne : entre autres les travaux de Paul Sebag ou de Béchir Tlili qui croisent histoire et sociologie, ou ceux de Carmel Camilleri qui ouvrent la voie à l’anthropologie historique. Ces croisements entre disciplines deviennent plus rares avec le temps, ce que K. Bendana met en lien – à titre d’hypothèse – avec l’institutionnalisation accrue et la mise en place d’une « gestion technocratique des lieux de savoir » (p.68).

10L’intention de départ de l’ouvrage se perd avec les trois derniers textes de Ridha Boukraa, Hassane Mouri et Neziha Mesbah qui portent respectivement sur les mouvements populistes et la démocratie, la sociologie de l’environnement et celle du numérique. Aucun des trois articles ne donne à voir les parcours de leurs auteurs ni l’ébauche d’une lecture réflexive de leur inscription dans le champ de la sociologie tunisienne. Sans doute témoignent-ils d’une ouverture du champ tunisien de la recherche en sciences sociales vers des thématiques nouvelles qui concernent la Tunisie et qui s’inscrivent aussi dans des champs d’études transnationaux. Mais il est du coup d’autant plus dommage qu’aucune allusion ne soit faite aux parcours personnels et intellectuels qui les ont conduits vers ces objets de recherche.

Haut de page

Notes

1 L’auteur signale que parmi la quinzaine de textes sur l’histoire de la sociologie en Tunisie, plusieurs ne sont pas consultables. Un mémoire d’Adel Selmi consacré en 1991 à la « production sociologique en Tunisie » a par exemple été détruit par la bibliothèque qui en avait reçu le dépôt (note 1, p.25).

2 Rebaptisé Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine en 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Siino, « OUNAINA Hamdi (dir.), Écrire l’histoire sociale de la sociologie en Tunisie »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 26 octobre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18369

Haut de page

Auteur

François Siino

Aix Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search