Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUELa presse (en) arabe publiée hors...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

La presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone : effets de contexte

introduction au dossier thématique
Franck Mermier
p. 9-24
Traduction(s) :
The Arab Press Published Outside the Arabic-Speaking Areas: Contextual Effects [en]

Texte intégral

  • 1 Cette publication tire son origine du séminaire sur la presse arabophone organisé par Diana Cooper- (...)

1L’intitulé de ce recueil d’articles et d’entretiens nécessite quelques éclaircissements1. Cette presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone, dont il est question dans le titre, regroupe l’ensemble des publications (quotidiens et périodiques) éditées et publiées en langue arabe au sein de pays où cette langue n’est pas une langue dominante. Si l’expression « la presse (en) arabe » est au singulier, cette dernière ne constitue pas pour autant un ensemble homogène. Sa pluralité résulte de l’hétérogénéité des contextes historiques et politiques de sa naissance, de ses contenus, des trajectoires de ses instigateurs et de leurs motivations. Cette diversité est aussi liée aux publics visés et aux rapports qu’ils entretiennent avec les différents espaces arabes dont ils sont originaires.

  • 2 Avec notamment la création de la revue académique Arab Media and Society, fondée en 1998 sous le no (...)

2De nombreuses études ont abordé le thème des médias liés aux migrations et en relation avec le phénomène des télévisions satellitaires ainsi que les pratiques de réception parmi les immigrés installés en Europe (Mattelart, 2014). Avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication au tournant des années 1990, particulièrement l’apparition d’Internet et des chaînes satellitaires, le thème de la sphère publique arabe, de son existence, de ses constituants et de ses transformations a suscité de nombreuses recherches (Alterman, 1998 ; Mermier, 2003 ; Gonzalez-Quijano et Guaaybess, 2009 ; Mohsen-Finan, 2009). De même, la question du contrôle économique et politique de ces nouvelles configurations médiatiques, dans un contexte de privatisation plus ou moins effective, a aussi été particulièrement scrutée (Sakr, 2007 ; Della Ratta, Sakr et Skovgaard-Petersen, 2015). De fait, la multiplication des espaces et des formes d’expression, à travers les nouveaux supports technologiques, particulièrement les émissions de débat et de téléréalité, donnait l’impression d’un pluralisme inédit qui paraissait desserrer quelque peu les entraves à la liberté d’expression imposées par les régimes autoritaires (Lynch, 2006 ; Seib, 2007 ; Heinemann, Lamloum et Weber, 2009 ; Kraidy, 2010). Une conjonction entre recherches aréales et sous-champ disciplinaire s’est ainsi opérée avec l’étude des médias arabes (Arab media studies)2 dont le versant anglo-saxon a déjà donné lieu à des postures critiques, notamment de la part de Noha Mellor qui propose d’étudier, en s’inspirant de Pierre Bourdieu, le journalisme arabe comme « un champ autonome avec ses propres règles et capital » (Mellor, 2007 : 43).

3Au sein de l’espace arabe, défini comme un espace de diffusion et de réception pouvant donc s’étendre hors de l’aire arabe, la presse, définie comme l’« ensemble des journaux et périodiques » (Larousse), a fortement subi les contrecoups des événements politiques et des transformations technologiques. Le passage au numérique de nombreux journaux, pour ceux qui n’ont pas disparu, a bouleversé le paysage de la presse dans la plupart des pays. Les soulèvements de 2011, puis les guerres qui ont ravagé plusieurs pays arabes, avec leur lot de dispersion et de migrations forcées, ont aussi eu des conséquences profondes, mais différenciées selon les contextes, sur la reconfiguration des espaces médiatiques. La répression et des situations de violence extrêmes ont ainsi provoqué la recherche de nouveaux espaces de diffusion à partir des territoires de l’exil. Cela a entraîné des recompositions de la presse arabe sur la base de nouvelles centralités et circulations transnationales, suivant en cela des courants migratoires forcés liés à cette conjoncture récente.

4Si l’on porte un regard rétrospectif sur le développement de cette presse arabe créée hors des pays majoritairement arabophones, on ne peut que constater qu’elle est en grande partie la conséquence de situations de migrations.

Des dénominations plurielles

5La dénomination académique de cette presse est variée et rappelle les contextes historiques qui l’ont vu naître ou se développer. L’érudit libanais Philippe de Tarrazi, auteur de la première histoire de la presse arabe, n’établit pas de distinction entre les titres ayant été créés dans les pays majoritairement arabophones et ceux fondés à l’extérieur, sauf lorsqu’il s’agit de classer les villes et les pays par ordre d’importance des journaux et périodiques publiés entre 1800 et 1929, poussant même le souci du détail jusqu’à déterminer la religion de leurs propriétaires (de Tarrazi, 2020 : 739-758).

6Cette étude de grande ampleur restitue, en filigrane, une carte des migrations arabes qui possèdent, selon leurs points de départ et de destination, leurs propres caractéristiques historiques, politiques et culturelles. L’une des premières synthèses, spécifiquement consacrée à « la presse arabe émigrée », traite à la fois de la migration de la presse entre les pays arabes et en dehors de ceux-ci (Abū Zayd, 1985). Pour son auteur, l’Égyptien Fārūq Abū Zayd, il s’agissait d’une même presse que diverses circonstances ont obligé à s’installer ailleurs que dans le pays d’origine de ses fondateurs. William A. Rugh (2004 : 167-180), quant à lui, isole une catégorie à part, celle de l’« Offshore Pan-Arab Print Media », soit la presse panarabe extraterritoriale installée à l’étranger. On retrouve cependant, parmi les raisons ayant motivé une délocalisation de la presse hors du monde arabe, la recherche d’une plus grande liberté d’expression même si, pour le cas de la presse à diffusion panarabe installée à Londres étudiée par Rugh, sa relation avec les pouvoirs en place, particulièrement en Arabie saoudite, était étroite.

7De Tarrazi soulignait déjà que l’une des causes majeures de la création de nombreux titres de la presse arabe en Europe et aux Amériques à l’époque ottomane était l’évitement de la censure :

It is plain from the producing tables that some of the far cities in Europe and America, where the inhabitants do not speak Arabic, have surpassed in the number of journals and magazines several capitals and famous cities right in the heart of Arabic speaking countries. This is due to the immigration of a large number of journalists and writers in the day of the Ottoman government to which they were subject. This government oppressed and persecuted the thinking and learned men of her country. She was afraid of their writings… (de Tarrazi, 2020 : 745)

La traversée de l’Atlantique

  • 3 Al-Rābiṭa al-qalamiyya, La ligue de la plume, est une société littéraire créée d’abord en 1915 ou 1 (...)

8Au-delà de ces considérations sur les effets, certes réels, de la censure dans la délocalisation de la presse arabe, ce sont aussi les courants migratoires des pays du Levant (Syrie, Liban, Palestine) vers le Nouveau Monde qui ont suscité la création de nombreux journaux en arabe. Le Brésil surpassa tous les autres pays des Amériques en nombre de titres, 82 journaux et 13 revues, si l’on se réfère au recensement de De Tarrazi en 1929 et c’est aussi dans ce pays que fut créé, en 1894, le premier journal en arabe en Amérique latine (Bruckmayr, 2014 : 245). Il est suivi des États-Unis (52 journaux et 27 revues) puis de l’Argentine (41 journaux et 17 revues) et du Mexique (15 journaux et 2 revues) (de Tarrazi, 2020 : 737). Déjà en 1910, il y avait plus d’une quinzaine de journaux arabes aux États-Unis (Cardinot, 2013) dont Kawkab America [Planète Amérique] paru en 1888 à New York (Abu Laban, 1981). Plusieurs de ces titres avaient un lien étroit avec des communautés confessionnelles et représentaient, pour Michael W. Suleiman (1999 : 4), « des instances de socialisation véhiculant les messages de leurs autorités confessionnelles. Parce que les orthodoxes avaient déjà leur Kawkab America, Al-Hoda fut créé pour être le journal des maronites. Plus tard, Al-Bayan proclama qu’il était celui des druzes ». Ainsi que le souligne Philipp Bruckmayr, la presse arabe en Amérique latine, pourtant numériquement supérieure, a fait l’objet de beaucoup moins d’études que la presse du Mahjar aux États-Unis avec ses auteurs phares, Khalil Gibran et les écrivains de la Rābiṭa al-qalamiyya (Bruckmayr, 2014 : 245-247)3. Cet auteur s’appuie sur des données postérieures à celles utilisées par de Tarrazi et montre la vitalité de cette presse dans différents centres urbains dont Rio de Janeiro qui, « avant 1950, vit l’émergence d’au moins 42 journaux et 5 magazines arabes » (Bruckmayr, 2014 : 249).

  • 4 Anne-Laure Dupont en fait une analyse remarquable à partir du cas de l’écrivain Ǧurǧī Zaydān (Dupon (...)

9Certains de ces titres avaient véritablement une dimension « translocale », reliant les émigrés à leur ville ou région d’origine dans un contexte mouvant où le dosage entre ottomanisme et identité arabe fluctuait fortement selon les individus et les circonstances politiques4. Le journaliste libanais Iskandar Riachi, relatant sa traversée de l’Atlantique sur le paquebot allemand L’Imperator, en juin 1913, racontait ainsi qu’il avait été invité par sa compatriote Najla Mutran à venir de Paris à New York pour créer un journal destiné aux immigrés de Zahlé et qui porta le nom de The New Country, en transcription arabe (Riachi, 1966 : 32-33 ; Riachi, 1954 : 92). Ainsi que l’a observé Jonathan Friedman (2000 : 199-200) : « Ne se pourrait-il pas que le local soit une relation d’interlocalité et non simplement une représentation culturelle, c’est-à-dire une pratique culturelle et sociale à une échelle plus vaste ? ».

10Il est aussi important de souligner que cette presse fut un vecteur important d’idées nationalistes, telles que les nationalismes arabe, pansyrien et libanais notamment (Bruckmayr, 2014 : 250), et qu’elle joua un rôle important dans « les mobilisations politiques transnationales » (Logrono Narbona, 2014 ; Fahrenthold, 2013 : 34-63). Dans ce dossier, Camila Pastor de Maria Campos retrace les évolutions de la presse en arabe au Mexique depuis la fin de la période ottomane (1878-1914) jusqu’au Mandat français sur la Syrie et le Liban. Son étude est centrée sur deux journaux créés au sein de la communauté maronite et qui reflètent les soubassements idéologiques des positionnements par rapport à des événements importants survenant au Levant, tels que la révolte palestinienne de 1936, et en relation avec la place faite à ces immigrés dans la société d’accueil. Le passage progressif de l’arabe à l’espagnol, ou le choix initial de cette dernière langue pour chacun des deux journaux étudiés, montre aussi que cette presse se différencie en fonction du type de rapport qu’entretiennent ses instigateurs avec le pays d’émigration et le pays d’immigration. Ses transformations résultent également de l’évolution des liens qui les rattachent à ces deux pôles et à leurs stratégies d’ancrage idéologiques, sociales et culturelles.

Des configurations et identifications mouvantes

11Rassembler sous la dénomination de « migrations arabes » des phénomènes aussi divers que l’installation de populations du Hadramaout (dans l’actuel Yémen) en Asie du Sud-Est, particulièrement en Indonésie et en Inde, celle de centaines de milliers d’immigrants des pays du Levant dans les Amériques, ou les migrations des Nord-Africains vers l’Europe et des Yéménites vers le Royaume-Uni, dissimule, sous le paravent d’une catégorisation ethnique homogénéisatrice, des dynamiques spécifiques nées des interactions particulières existant entre les différents espaces et populations mis en relation, souvent sous l’égide de puissances coloniales. La presse en arabe en est le reflet dans les pays et régions où elle a été créée, soit les territoires de l’Empire britannique, les Indes néerlandaises, Zanzibar, la Turquie, la Russie, la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, la France, le Royaume-Uni, Malte, Chypre, les États-Unis, le Canada, le Mexique, le Brésil, Cuba, l’Argentine, le Chili, la République dominicaine, l’Uruguay. Dans cette liste, respectant l’ordonnancement des pays établi par de Tarrazi, on constate que l’étiquette de presse allophone est mouvante. Ainsi, Zanzibar d’abord rattaché à Oman devint une province autonome de la Tanzanie en 1964 et le sandjak d’Alexandrette, appartenant à l’ensemble syrien sous mandat de la France, fut cédé à la Turquie en 1939.

  • 5 Ce n’est qu’en 1967 que le Hadramaout fut rattaché au Yémen du Sud, appelé République populaire du (...)
  • 6 Al-Nahḍa al-ḥaḍramiyya était même le nom d’un journal créé en 1932 à Java.

12Les espaces de déploiement de cette production journalistique, que ce soit dans ses lieux de création hors de ce qu’il est convenu d’appeler le monde arabe et dans ses éventuels espaces de diffusion au sein de celui-ci, relèvent, selon les contextes historiques, de configurations politiques mouvantes dont le caractère national est susceptible d’être reconstruit rétrospectivement. Qualifier de presse yéménite, comme le fait Abdallah Yahia El Zine (1978 : 163-189), la presse de l’émigration hadramie dans les territoires actuels de la Malaisie, de l’Indonésie et de Singapour aurait certainement étonné ses instigateurs5. Elle avait au départ, comme l’indique le nom du premier journal, Al-Īmān [La foi], fondé à Singapour en 1906-1909, une orientation religieuse marquée. La fondation d’entreprises de presse participait, avec la création d’associations et d’institutions modernes d’enseignement, à l’éveil (Nahda) hadrami (Mobini-Kesheh, 1997 : 233)6. La montée en puissance économique des grandes familles hadramies se traduisit, dans les années 1930, par l’émergence de « barons de la presse arabe sans états d’âme à Singapour et Penang [région de Malaisie], employant principalement des journalistes malais et diffusant leurs journaux sur une grande échelle dans les possessions néerlandaises » (Clarence-Smith, 1997 : 304).

13Dans le cas du Sénégal, il est cependant intéressant de souligner un autre cas de figure. Djim Dramé, dans un article publié dans ce dossier, montre ainsi que la création d’une presse en arabe date de l’indépendance du pays et s’inscrivait dans une politique de promotion de la culture islamique et des relations avec les pays arabes de la part des pouvoirs publics. Elle était ancrée dans les milieux religieux arabophones locaux plutôt que parmi les résidents libanais installés au Sénégal. Ce n’était donc pas une presse allophone mais une presse arabophone locale.

De l’Empire ottoman à la Turquie

14Le cas de la presse en arabe dans l’Empire ottoman et en Turquie est particulièrement intéressant à évoquer car il peut donner lieu à des raccourcis temporels sur d’éventuelles continuités, mais aussi suggérer des comparaisons intéressantes sur les conditions de formation d’une scène médiatique arabe dans une même métropole et à des périodes distinctes, marquées par des contextes politiques et géopolitiques très différents. C’est aussi la définition même de la dénomination « arabe » qui est en jeu puisque les connotations politiques et culturelles qui s’y réfèrent sont loin d’être stables et fluctuent selon les situations, les allégeances, l’amplitude des appartenances et des représentations. Le parallèle tracé entre la période ottomane et la période contemporaine pour, par exemple, parler d’une (re)création d’une presse en arabe à Istanbul paraît ainsi pour le moins spécieux si l’on suggère par là, et de manière fallacieuse, un continuum historique associant la présence d’une scène médiatique arabe avec l’activation d’un même horizon référentiel que la dénomination arabe viendrait subsumer.

15Ainsi, Fārūq Abū Zayd signale que le premier titre de la presse arabe émigrée est Mir’āt al-Aḥwāl [Le miroir des situations] créé à Istanbul par le poète et journaliste alépin Rizqallāh Ḥassūn al-Ḥalabī en 1855 et qui semble donc être, en même temps, le premier titre de presse en langue arabe créée dans la capitale de l’Empire ottoman (de Tarrazi, 1913 : 86 ; Abū Zayd, 1985 : 19). Il fut suivi du quotidien Al-Ǧawā’ib fondé en 1861 par le célèbre Aḥmad Fāris Al-Shidyāq, qui cessa de paraître en 1884 (Roper, 1995 : 213 ; Debbech, 2020 : 97-101). Elias Hanna Elias, évoquant les circonstances de la fondation de ces deux journaux, n’hésite pas à qualifier Istanbul de « capitale de la presse arabe » (Elias, 1993 : 24) tout en précisant :

Il peut sembler paradoxal que certains journaux de langue arabe aient pu élire domicile à Istanbul, capitale de l’Empire ottoman, qui ne favorisait pas particulièrement la langue arabe mais constituait, cependant, un pôle d’attraction pour les ambitions qui avaient là des chances d’être satisfaites.

16Cette presse, créée hors des provinces arabes de l’Empire dans un contexte où ces dernières ne formaient pas des entités nationales, leur était destinée. Ce phénomène est, selon les perspectives, susceptible d’être passé sous silence comme dans cet ouvrage Presse turque et presse de Turquie (Clayer et al., 1992) qui ne fait aucune mention de la presse en langue arabe même si plusieurs des contributions concernent la période ottomane. Il est intéressant ici de comparer le témoignage de l’écrivain libanais Ǧurǧī Zaydān (2017 : 86), lors de sa visite à Istanbul en 1909, qui mentionne les noms de huit hebdomadaires en langue arabe publiés à Istanbul après la révolution des Jeunes-Turcs en 1908, dont six avaient cessé de paraître, avec les données rapportées dans l’ouvrage de Baykal (2019 : 56-58) consacré aux périodiques publiés entre 1908 et 1923. Ce dernier recense ainsi 11 publications en arabe à Istanbul et dans les vilayets d’Aydin (région de Smyrne) et de Salonique, soit 2 % des 140 publications en arabe alors autorisées dans l’ensemble de l’Empire ottoman.

17La création d’une scène médiatique arabe en Turquie après 2011 n’est en aucun cas un prolongement de celle formée par les journaux en arabe durant la période ottomane. Elle est le fruit d’une conjoncture géopolitique particulière suscitée par les soulèvements arabes, leur répression et/ou leur glissement vers des guerres internes qui ont notamment provoqué l’installation de 3,6 millions de Syriens en Turquie ainsi que de dizaines de milliers d’Irakiens, de Libyens, d’Égyptiens et de Yéménites. Elle est aussi le résultat de la politique d’influence menée par les régimes d’Ankara et de Doha qui se sont associés pour parrainer et financer une grande partie des médias arabes installés en Turquie (Mermier, 2021). Au-delà des nombreuses différences relatives aux transformations technologiques de la presse, sur lesquelles il est inutile de revenir, c’est bien la nature politique des territorialités et des appartenances qui a changé avant et après la formation de la Turquie et des nationalités arabes, et donc la nature des relations entre ces entités.

18Dans ce dossier, l’exemple de la revue en ligne Al-Jumhuriya [La République] analysé par Adélie Chevée et Franck Mermier, fondée en 2012 par des opposants au régime de Bachar Al-Assad, montre comment les circonstances de la révolution, de la guerre et de la répression en Syrie ont conduit à la mise en place d’un réseau transnational de journalistes et d’intellectuels reliant la Syrie de l’intérieur aux capitales de l’exil, dont Istanbul. Les orientations idéologiques et culturelles de la revue, ancrée à gauche, ont cependant conduit plusieurs de ses animateurs à quitter la Turquie après le durcissement du climat politique consécutif à la tentative de coup d’État en 2016.

Paris et Londres : passage de relais

19On retrouve ces discontinuités historiques avec les exemples de la presse en arabe à Paris et à Londres. La fluctuation des rapports de force et des rivalités politiques, particulièrement entre la France et le Royaume-Uni, de même que la nature des relations entretenues par ces puissances européennes vis-à-vis des parties arabes de leurs empires coloniaux ont eu des conséquences directes sur les milieux et les productions journalistiques arabes qui s’y sont déployés. Fatna Ziani, chargée de collections pour le domaine arabe à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC, Paris), mentionne, dans un entretien publié dans ce dossier et réalisé par Diana Cooper-Richet, que la bibliothèque possède des numéros du bimensuel Al-Tafāhum publié en 1942 à Vichy par le service des Affaires musulmanes. Il est intéressant de remarquer que, dans son autobiographie, « l’arabisant » Charles Pellat, qui fut chargé de le créer, n’en fait qu’une mention elliptique sans en citer le nom, sans doute pour occulter cet épisode peu glorieux de son itinéraire (Pellat, 2007 : 55).

20Si la France et le Royaume-Uni ont pu constituer deux zones d’élection d’une presse arabe en quête de liberté et d’un climat d’édition favorable (Elias, 1993 : 44), il faut bien évidemment prendre en considération les différents contextes historiques dans lesquels cette presse s’est développée et repérer les motivations politiques qui ont présidé à sa création. Dans cette « capitale médiatique » (Charle, 2021 : 464-465) qu’est devenue Paris à la fin du xixe siècle, et qui prit une nouvelle ampleur après l’adoption de la Loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, des titres en langue arabe furent publiés à des fins de propagande de la part des autorités françaises. Dans ce dossier, Ons Debbech relate l’histoire de Birğīs Barīs [L’Aigle de Paris], le premier journal publié en arabe à Paris, en 1859, sous l’égide de l’abbé Bourgade, et qui visait, de manière explicite, à promouvoir la « civilisation chrétienne » et la politique française auprès des musulmans. La création du journal Al-Ǧawā’ib à Istanbul, sur subsides du sultan ottoman, visait aussi contrer l’influence de Birğīs Barīs dont la diffusion ne se limitait pas aux pays musulmans, à l’instar du quotidien créé par Aḥmad Fāris Al-Shidyāq (Debbech, 2020 : 99).

21De nombreux titres ont ensuite vu le jour comme, entre autres, Al-‘Urwa Al-Wuthqā [Le lien indissoluble] né, en 1884, d’une collaboration entre les deux réformistes musulmans Jamal Eddine Al-Afghani et Mohamed Abduh. L’une des contributions de ce dossier, que l’on doit à Eliane Ettmüller, est consacrée au journal satirique Abū Naẓẓārāt Zarqā que Ya‘qūb Ṣannū‘ a continué à publier à Paris après son exil d’Égypte en 1878 et dans lequel il plaidait pour le nationalisme égyptien auprès des Européens (Fahmy, 2008). Durant la Première Guerre mondiale, la fondation du journal Al-Mustaqbal [L’Avenir], à Paris en 1916, s’inscrivait dans le contexte de la guerre mettant aux prises la France à l’Empire ottoman et du projet de dépeçage de ses provinces arabes après le conflit.

22Outre-Manche, et dès la deuxième moitié du xixe siècle, plusieurs titres hostiles à l’Empire ottoman ont vu le jour, tels qu’Al-Naḥla [L’abeille]. Initialement publié à Beyrouth, ce périodique a commencé à paraître depuis Londres à partir de 1876, après l’exil de son fondateur Louis Sabounji (Zolondek, 1978 ; Visser, 2014). De même, des titres de propagande, tel Al-Ghayra (Elias, 1993 : 45), ont été édités et publiés par l’administration ottomane, depuis Londres, pour contrebalancer les idées qui lui étaient hostiles.

23Au milieu des années 1970, et en raison de la guerre qui ravageait le Liban, de nombreux journalistes et titres de presse ont émigré à Paris et à Londres, ou y furent créés, dans un contexte de rivalités entre les régimes arabes. Nicolas Beau (1995 : 150-157) a évoqué le nombre important de périodiques pro-irakiens qui furent créés à Paris au cours des années 1980 et qui passèrent ensuite au service du régime saoudien, notamment lors de la première guerre du Golfe (1990-1991). L’un des fleurons marquants de la presse culturelle et politique arabe installée en Europe fut l’hebdomadaire Al-Yawm al-Sābi‘ publié dans la capitale française, sous l’égide de l’Organisation de libération de la Palestine, à partir de 1983 et diffusé autant en Afrique du Nord qu’au Moyen-Orient. Rassemblant des journalistes originaires de différents pays arabes, cette expérience journalistique peut être considérée comme l’un des derniers feux d’un certain panarabisme politique centré autour de la question palestinienne. Un article rédigé par Aya Khalil rend compte, dans ce dossier, des caractéristiques de cet hebdomadaire, notamment à travers les témoignages de plusieurs de ses contributeurs. Un autre de ses protagonistes éminents, Basheer Al-Bakr, relate les circonstances de sa participation à ce périodique dans un entretien publié dans ce dossier et réalisé par Franck Mermier. Le remplacement de Paris par Londres, comme centre de gravité de la presse arabe en Europe, est évoqué en relation avec son propre périple journalistique.

24Plusieurs journaux panarabes vont ainsi être créés, dans la capitale britannique, grâce à des capitaux saoudiens (El Oifi, 2005) et, notamment, le quotidien Al-Hayat, racheté par le prince saoudien Khalid Bin Sultan, relancé à Londres en 1988, puis de nouveau relocalisé au Liban en 2000 avant de disparaître vingt ans plus tard. Pour ce dossier, Amal Nader et Mohamed Bendahan ont consacré leur contribution à trois quotidiens panarabes (papier et en ligne) publiés à Londres et financés par des fonds saoudiens (Al-Sharq Al-Awsat [Le Moyen-Orient]), qatariens (Al-Quds Al-Arabi [Jérusalem arabe]) et émiriens (Al-Arab [Les Arabes]). Leur degré de relation aux régimes dont ils dépendent est analysé à travers l’étude de leur contenu portant sur des événements survenus en 2017, 2019 et 2021.

25En 2014, le quotidien Al-Araby Al-Jadeed était publié à Londres et à Doha, étendant dans la presse écrite la politique d’influence du Qatar dans le secteur médiatique, la chaîne Al Araby ayant également été créée comme alternative à Al-Jazeera. Si Londres a remplacé Paris comme plateforme médiatique arabe, en raison notamment des facilités administratives accordées pour l’établissement d’entreprises de presse, de l’absence de censure et de la plus grande accessibilité de l’anglais, comme cela est évoqué par Basheer Al-Bakr dans un entretien de ce dossier, il reste que la capitale britannique a perdu de son attractivité et que son rôle comme pôle européen de la presse arabe serait déclinant (Jarrah, 2008).

Presse, migrations et transnationalisme

26Il est intéressant de relever les changements de catégorisation de la presse allophone au fur et à mesure de son inscription dans des champs disciplinaires émergents accompagnant les évolutions des migrations et de la condition des immigrés, particulièrement dans les pays occidentaux. Des inflexions propres à des traditions académiques anglo-saxonne et française jouent aussi un rôle dans sa dénomination. Ainsi, de la « presse des étrangers » (Génériques, 1990) en France7, on est passé aux « médias des minorités ethniques » (ethnic media ou ethnic minority media) (Rigoni, 2010 : 7-16) ou à l’appellation « médias et migrations » (Mattelart, 2007). Il est à noter qu’aux États-Unis, cette presse est référencée sous l’appellation de « presse arabo-américaine »8. Sous l’une ou l’autre de ces étiquettes, un grand nombre de recherches sur la presse arabe immigrée ont été conduites, donnant généralement lieu à des études de cas centrées sur un titre ou sur la production journalistique et intellectuelle arabe dans un pays donné, particulièrement en Europe (Gastaut, 2014 : 105-118 ; Benchenna, 2014 : 431-464 ; Saitta, 2014 : 285-318 ; Azizi, 2016 : 121-146).

27L’une des notions qui a connu une vogue exponentielle depuis les années 1990 et qui a accompagné le processus de « mondialisation » ou de « globalisation » est celle de transnationalisme (Green, 2011 : 197-208). Elle a aussi servi à qualifier des supports et des productions médiatiques, qui sont inclus dans la catégorie des « médias transnationaux », et à postuler l’existence d’une « sphère publique transnationale » (Gupta et Fergurson, 1997 : 48).

28En anthropologie, l’une des premières définitions du transnationalisme, qui le relie aux migrants, est due aux anthropologues Nina Glick Schiller, Linda Basch et Cristina Blanc-Szanton (Green, 2011 : 202-206). Elles appellent transnationalisme l’expérience des migrants « pour mettre l’accent sur l’émergence d’un processus social par lequel les migrants construisent des champs sociaux (social fields) qui traversent les frontières géographiques, culturelles et politiques. Ces migrants sont définis comme transmigrants quand ils développent et maintiennent des relations multiples – familiales, économiques, sociales, organisationnelles, religieuses et politiques qui franchissent les frontières » (Glick Schiller et al., 1992 : ix). L’anthropologue Steven Vertovec signale « que les relations de longue distance entretenues par les migrants, un siècle auparavant, n’étaient peut-être pas véritablement transnationales dans le sens contemporain de contact social régulier et suivi. Ces liens antérieurs étaient simplement ceux des réseaux de migrants créés pour le passage des frontières et qui étaient entretenus, de manière sporadique, à la mesure de ce que les migrants pouvaient faire à cette époque » (Vertovec, 2009 : 16).

29Tristan Mattelart (2007 : 13-54) a proposé une réflexion critique précieuse sur « les cultures transnationales » en relation avec les médias et souligne la pertinence de la thèse de Benedict Anderson sur le « nationalisme à distance » créé par la conjonction entre migrations et internationalisation des médias (Anderson, 1998 cité in Mattelart, 2007 : 55). On en trouve un écho dans la mise en garde de Nancy Green (2011 : 208) quant à une vision irénique du transnationalisme. Cette dernière, tout en reconnaissant la valeur heuristique de cette notion permettant de revisiter les sources historiques, s’élève « contre une surinterprétation de la fluidité du présent qui négligerait les contraintes qui persistent. L’éloge de la mobilité, dont le transnational fait partie, est limité par les rapports de force inhérents aux formes et aux facettes de la mobilité ». En outre, les relations centres-périphéries de la période coloniale ne se sont pas subitement évanouies avec la mondialisation contemporaine. Ainsi que l’écrit l’anthropologue Jackie Assayag (2005 : 279), « […] ces réseaux qui orientent et canalisent ces “flux” dépendent de pôles de pouvoir et de rapports de force géopolitiques liés à “l’archipel mégalopolitain mondial” formé d’un ensemble de villes qui contribuent à la direction du monde ».

30Les parallèles que l’on pourrait tracer entre la presse arabe émigrée antérieure à la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication et les sites d’information à l’âge d’Internet suggèrent cependant, qu’au-delà des différences évidentes relevant de la rapidité et de la densité des connexions et des flux, des constantes peuvent s’observer, notamment au niveau des effets de contexte. L’évolution de la place et du statut des populations arabes immigrées, de leurs attentes (différenciées) par rapport aux sociétés d’accueil, sans compter la force plus ou moins grande des assignations identitaires, reconfigure en permanence le contenu, les orientations et les espaces de diffusion de cette presse. Ainsi, si une partie de la presse syrienne en Turquie souffre d’une grande précarité mais reste tournée vers les populations syriennes de l’intérieur et en exil (Badran, 2020 : 69-85), certains sites de presse en Allemagne, issus d’initiatives germano-syriennes, servent de catalyseur aux milieux culturels arabes, tel Fann [Art] un magazine en ligne en langues arabe et allemande consacré aux arts et à la culture (Mermier, à paraître).

31Ce dossier, en faisant le choix de revisiter le thème de la presse (en) arabe allophone, selon une perspective diachronique et à l’aune des transformations technologiques et politiques contemporaines, vise à mettre au centre de l’analyse les conséquences des interactions que cette presse allophone entretient avec les configurations sociales, politiques et culturelles dans lesquelles elle se déploie. Son étude se situe à la croisée de plusieurs disciplines, l’histoire culturelle, les sciences de l’information et de la communication, la science politique, la socio-anthropologie et les études migratoires. L’objectif de ce dossier est aussi de décloisonner les regards disciplinaires. Il porte, enfin, l’ambition de contribuer à la réflexion en matière d’études aréales en confrontant la diversité des contextes étudiés avec l’interrogation sous-jacente portant sur la définition des configurations mouvantes de l’espace arabe.

Haut de page

Bibliographie

ABU LABAN, Baha, 1981, La présence arabe au Canada, Ottawa, Secrétariat d’État du Canada, Le cercle du Livre de France et Division du multiculturalisme, collection « Générations, histoire des peuples du Canada ».

ABŪ ZAYD, Fārūq, 1985, Al-ṣiḥāfa al-ʿarabiyya al-muhājira [La presse arabe émigrée], Le Caire, Madbouli.

AKHOUN-SCHWARB, Dominique, 2003, La presse arabe et la France : inventaire des périodiques arabes imprimés, publiés entre 1875 et 1920, disponibles dans les bibliothèques de Paris, Lyon et Aix-en-Provence, rapport de recherche bibliographique, DESS Réseaux d’information et document électronique, ENSSIB.

ALTERMAN, Jon B., 1998, New Media, New Politics? From Satellite Television to the Internet in the Arab World, Washington, The Washington Institute for Near East Policy.

ANDERSON, Benedict, 1998, The Spectre of Comparisons. Nationalism, Southeast Asia and the World, Londres, Verso.

ASAL, Houda, 2016, Se dire arabe au Canada. Un siècle d’histoire migratoire, Montréal, Presses Universitaires de Montréal.

ASSAYAG, Jackie, 2005, La mondialisation vue d’ailleurs. L’Inde désorientée, Paris, Seuil.

AZIZI, Asmaa, 2016, « Presse des immigrés marocains : entre construction identitaire et mobilisation politique », Communication & Langages, 187, p. 121-146.

BADRAN, Yazan, 2020, « Strategies and (survival) tactics: The case of Syrian oppositional media in Turkey », Journal of Alternative & Community Media, 5(1), p. 69-85.

BAYKAL, Erol, 2019, The Ottoman Press (1908-1923), Leyde, Brill.

BEAU, Nicolas, 1995, Paris, capitale arabe, Paris, Seuil.

BENCHENNA, Abdelfettah, 2014, « De la mobilisation identitaire à l’entreprise lucrative ? Le cas du portail d’information Yabiladi.com », in MATTELART, Tristan (dir.), Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Paris, Éditions Mare & Martin, p. 431-464.

BRUCKMAYR, Philipp, 2014, « Arabic and Bilingual Newspapers and Magazines in Latin America and the Caribbean », in ROPER, Geoffrey (dir.), Historical Aspects of Printing and Publishing in Languages of the Middle East, Leyde, Brill, p. 245-269.

CARDINOT, Dominique, 2013, « The reconfiguration of gender relations in Syrian Americain feminist discourse in the diasporic conditions of the late nineteenth century », Clio. Women, gender, history, 37, [en ligne] https://doi.org/10.4000/cliowgh.413.

CHARLE, Christophe, 2021, Paris, « capitales » des xixe siècles, Paris, Seuil.

CHELBI, Mohamed-Fehri, 1986, Les journaux arabes de Paris (1859-1919) : étude sociohistorique et sociologique, thèse de doctorat, Université Paris II.

CLARENCE-SMITH, William G., 1997, « Hadrami Entrepreneurs in the Malay World, c. 1750 to c. 1940 », in FREITAG, Ulrike et CLARENCE-SMITH, William G. (dir.), Hadrami Traders, Scholars, and Statesmen in the Indian Ocean 1750s-1960s, Leyde, Brill, p. 297-314.

CLAYER, Nathalie, POPOVIC, Alexandre et ZARCONE, Thierry (dir.), 1992, Presse turque et presse de Turquie, Istanbul-Paris, Éditions ISIS/IFEA.

DEBBECH, Ons, 2020, Ahmad Faris Chidyâq, Casablanca, Centre culturel du livre.

DELLA RATTA, Donatella, SAKR, Naomi et SKOVGAARD-PETERSEN, Jakob (dir.), 2015, Arab Media Moguls, Londres, I.B. Tauris.

DUPONT, Anne-Laure, 2006, Ǧurǧī Zaydān (1861-1914). Écrivain réformiste et témoin de la Renaissance arabe, Beyrouth, Presses de l’IFPO.

ELIAS, Hanna Elias, 1993, La presse arabe, Paris, Maisonneuve & Larose.

EL OIFI, Mohammed, 2005, « L’opinion publique arabe entre logiques étatiques et solidarités transnationales », Raisons politiques, 19(3), p. 45-62, [en ligne] https://doi.org/10.3917/rai.019.0045.

EL ZINE, Abdallah Yahia, 1978, Le Yémen et ses moyens d’information, Alger, SNED.

ETTMÜLLER, Eliane Ursula, 2012, The Construct of Egypt’s National-Self in James Sanua’s Early Satire and Caricature, Berlin, Klaus Schwarz Verlag.

FAHMY, Ziad, 2008, « Francophone Egyptian Nationalists, Anti-British Discourse, and European public opinion, 1885-1910: The case of Mustafa Kamil and Ya’qub Sannu’ », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, 28(1), p. 170-183.

FAHRENTHOLD, Stacy, 2013, « Transnational Modes and Media: The Syrian Press in the Mahjar and Emigrant Activism during World War I », Mashriq & Mahjar. Journal of Middle East and North African Migration Studies, 1(1), p. 34-63.

FRIEDMAN, Jonathan, 2000, « Des racines et (dé)routes. Tropes pour trekkers », L’Homme, 156, p. 187-206, [en ligne] https://doi.org/10.4000/lhomme.76.

GASTAUT, Yvan, 2014, « L’Algérien en Europe (1965-82), un relais médiatique sur l’autre rive de la Méditerranée après l’indépendance », in MATTELART, Tristan (dir.), Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Paris, Éditions Mare & Martin, p. 105-118.

Génériques, 1990, Presse et mémoire : France des étrangers, France des libertés, Paris, Mémoire-Génériques, Éditions ouvrières.

GLICK SCHILLER, Nina, BASCH, Linda et BLANC-SZANTON, Cristina, 1992, « Towards a Definition of Transnationalism. Introductory Remarks and Research Questions », Annals of the New York Academy of Sciences, 645(1), p. ix-xiv.

GONZALEZ-QUIJANO, Yves et GUAAYBESS, Touria (dir.), 2009, Les Arabes parlent aux Arabes. La révolution de l’information dans le monde arabe, Arles, Actes Sud, coll. « Sindbad ».

GREEN, Nancy L., 2011, « Le transnationalisme et ses limites : le champ de l’histoire des migrations », in ZÚÑIGA, Jean-Paul (dir.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, EHESS/Centre de recherches historiques, p. 197-208.

GUPTA, Akhil et FERGUSON, James, 1997, « Beyond “Culture”: Space, Identity, and the Politics of Difference », in GUPTA, Akhil et FERGUSON, James (dir.), Culture, Power, Place. Explorations in Critical Anthropology, Durham/Londres, Duke University Press, p. 33-51.

HAFEZ, Kai (dir.), 2001, Mass Media, Politics & Society in the Middle East, Cresskill/New Jersey, Hampton Press.

HEINEMANN, Arnim, LAMLOUM, Olfa et WEBER, Anne-Françoise (dir.), 2009, The Middle East in the Media. Conflicts, Censorship and Public Opinion, Londres, Saqi/IFPO/Friedrich-Ebert-Stiftung/Orient-Institut Beirut.

JARRAH, Naim, 2008, « The rise and decline of London as a Pan-Arab media hub », Arab Media & Society, 17 janvier, [en ligne] https://www.arabmediasociety.com/the-rise-and-decline-of-london-as-a-pan-arab-media-hub/.

KRAIDY, Marwan, 2010, Reality Television and Arab Politics. Contentions in Public Life, Cambridge, Cambridge University Press.

LYNCH, Marc, 2006, Voices of the New Arab Public. Iraq, Al-Jazeera, and Middle East Politics Today, New York, Columbia University Press.

LOGRONO NARBONA, Maria del Mar, 2014, « A Transnational Intellectual Sphere: Brazil and Its Middle Eastern Populations », in AMAR, Paul (dir.), The Middle East and Brazil. Perspectives on the New Global South, Bloomington, Indiana University Press, p. 199-214.

MATTELART, Tristan (dir.), 2014, Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Paris, Éditions Mare & Martin.

MATTELART, Tristan (dir.), 2007, Médias, migrations et cultures transnationales, Bruxelles, De Boeck Université.

MELLOR, Noha, 2007, Modern Arab Journalism. Problems and Prospects, Le Caire, The American University in Cairo Press.

MERMIER, Franck, à paraître, « Creating a Syrian culture in exile. The reconfigurations of engagement », in LARZILLIÈRE, Pénélope (dir.), In Motion. The Global Politics of Artistic Engagement. Beyond the Arab Uprisings, Leyde, Brill.

MERMIER, Franck, 2021, « À Istanbul, une scène médiatique arabe sous influence », Orient XXI, 4 janvier, [en ligne] https://orientxxi.info/magazine/a-istanbul-une-scene-mediatique-arabe-sous-influence,4393.

MERMIER, Franck (dir.), 2003, Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve et Larose.

MOBINI-KESHEH, Natalie, 1997, « Islamic Modernism in Colonial Java: The Al-Irshad Movement », in FREITAG, Ulrike et CLARENCE-SMITH, William G. (dir.), Hadrami Traders, Scholars, and Statesmen in the Indian Ocean 1750s-1960s, Leyde, Brill, p. 231-248.

MOHSEN-FINAN, Khadija (dir.), 2009, Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud/MMSH/Barzakh.

PELLAT, Charles, 2007, Une vie d’arabisant, Paris, Éditions de la librairie Abencerage.

POPP, Richard Alan, 2001, « Al-Rābiṭa al-Qalamīyah, 1916 », Journal of Arabic Literature, 32(1), p. 30-52.

RIACHI, Alexandre, 1954, Nous vivons avec les dieux, Beyrouth, Éditions Julia Felix.

RIACHI, Iskandar, 1966, Niswān min Lubnān, Beyrouth, Dar Al-Andalus.

RIGONI, Isabelle, 2010, « Les médias des minorités ethniques. Représenter l’identité collective sur l’espace public », Revue européenne des migrations internationales, 26(1), 2010, p. 7-16.

ROPER, Geoffrey (dir.), 2013, Historical Aspects of Printing and Publishing in Languages of the Middle East, Leyde, Brill.

ROPER, Geoffrey, 1995, « Fâris Al-Shidyâq and the Transition from Scribal to Print Culture in the Middle East », in ATIYEH, George N. (dir.), The Book in the Islamic World. The Written World and Communication in the Middle East, New York, State University of the New York Press, p. 209-231.

RUGH, William A., 2004, Arab Mass Media: Newspapers, Radio, and Television in Arab Politics, Westport, Praeger Publishers.

SAITTA, Eugénie, 2014, « Les médias des minorités ethniques en Italie : rupture et continuité avec les pratiques et discours dominants. Une analyse comparée de Yalla Italia et de Stranieri in Italia », in MATTELART, Tristan (dir.), Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Paris, Éditions Mare & Martin, p. 285-318.

SAKR, Naomi, 2007, Arab Television Today, Londres, I.B. Tauris.

SEIB, Philipp (dir.), 2007, New Media and the New Middle East, New York, Palgrave Macmillan.

SULEIMAN, Michael W., 1999, « Introduction: The Arab Immigrant Experience », in SULEIMAN, Michael W. (dir.), Arabs in America. Building a New Future, Philadelphie, Temple University Press, p. 1-21.

TARRAZI, Philippe (de), 2020 [1913], Tārīkh al-ṣiḥāfa al-‘arabiyya [Histoire de la presse arabe], vol. 1, Le Caire, Wikāla al-ṣihāfa al-‘arabiyya.

VISSER, Rogier, 2014, Identities in Early Arabic Journalism. The case of Louis Sabounji, Amsterdam, University of Amsterdam.

ZAYDĀN, Ǧurǧī, 2017, Al-riḥlāt al-thalāth, Al-Astāna, Ūrūbā, Filisṭīn [Les trois voyages, Istanbul, Europe, Palestine], Beyrouth, Arab Center for Research and Policy Studies.

ZOLONDEK, Léo, 1978, « Sabounji in England », Middle East Studies, 14, p. 102-115.

Haut de page

Notes

1 Cette publication tire son origine du séminaire sur la presse arabophone organisé par Diana Cooper-Richet le 12 décembre 2016 dans le cadre du Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères : http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress/single-post/2016/11/15/Séminaire-La-presse-arabophone.

2 Avec notamment la création de la revue académique Arab Media and Society, fondée en 1998 sous le nom de Transnational Broadcasting Studies, publié par Adham Center for Television and Digital Journalism, School of Global Affairs and Public Policy, American University in Cairo.

3 Al-Rābiṭa al-qalamiyya, La ligue de la plume, est une société littéraire créée d’abord en 1915 ou 1916 puis reformée par Amin Al-Rihani, Mikhaïl Nuaymé et Elia Abou Madi en 1920 à New York. Elle fut dissoute après la mort de son président, Khalil Gibran, en 1931. Voir notamment Richard Alan Popp (2001 : 30-52).

4 Anne-Laure Dupont en fait une analyse remarquable à partir du cas de l’écrivain Ǧurǧī Zaydān (Dupont, 2006 : 543-626).

5 Ce n’est qu’en 1967 que le Hadramaout fut rattaché au Yémen du Sud, appelé République populaire du Yémen du Sud puis, en 1970, République démocratique populaire du Yémen.

6 Al-Nahḍa al-ḥaḍramiyya était même le nom d’un journal créé en 1932 à Java.

7 Voir aussi l’intitulé du Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères : http://transfopresschcsc.wixsite.com.

8 Voir ces sites d’archive de cette presse, en arabe ou en anglais : https://www.journalism.org/2012/11/28/arabamerican-media ; Archive Spotlight: Historic Arabic Newspaper Digitization Project, Moise A. Khayrallah Center for Lebanese Diaspora Studies, NC State University.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Mermier, « La presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone : effets de contexte »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 9-24.

Référence électronique

Franck Mermier, « La presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone : effets de contexte »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18390

Haut de page

Auteur

Franck Mermier

CNRS (IRIS), Paris, France ; franckmermier[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search