Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEBirjīs Barīs (1859-1866). L’avent...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

Birjīs Barīs (1859-1866). L’aventure du premier journal arabe à Paris

Birjīs Barīs (1859-1866). The adventure of the first Arab newspaper in Paris
"برجيس باريس" (1859-1866) : مغامرة أول صحيفة عربية بباريس
Ons Debbech
p. 41-62

Résumés

Au xixe siècle, Paris est considérée comme la capitale intellectuelle par excellence vers laquelle affluent les étrangers suite à la création d’un grand centre européen des études orientales nommé l’École des langues orientales, fondé en 1795. Dans cette institution, la langue arabe occupe une place importante. En raison de cet engouement pour les langues étrangères, des éditeurs se spécialisent dans ce domaine. C’est le cas de la maison d’édition Challamel qui fait paraître de 1859 à 1866 le premier journal arabe à Paris, Birjīs Barīs, Anīs al-Jalīs [L’Aigle de Paris]. Ce journal, manifestement original tant sur la forme que sur le fond, est fondé par une équipe qui partage les mêmes idées en faveur d’un dialogue interconfessionnel. Cette collaboration cache une aventure étonnante que nous proposons de découvrir à travers cet article. Quelle est l’originalité de ce premier journal arabe dans le contexte du Second Empire, journal qui se voulait une « passerelle entre l’Occident et l’Orient » ? Quel est l’apport de chacun de ses collaborateurs ? Enfin, quel est le rôle et l’impact de Birjīs Barīs en France et ailleurs ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mohamed Ali (1779-1849), gouverneur de l’Égypte de 1805 à 1849. Il est considéré comme « le fondate (...)
  • 2 Voir les travaux de Diana Cooper-Richet dans la bibliographie.
  • 3 Ce travail repose sur une thèse de doctorat soutenue le 8 décembre 2012 à la Sorbonne Paris 4, sous (...)

1La naissance de la presse arabe se produit au xixe siècle sous le joug ottoman. En Égypte, suite à la campagne de Napoléon Bonaparte (1798-1801), Mohammed Ali1, gouverneur d’Égypte depuis 1805, admiratif du modèle européen et de son ascension fulgurante dans le monde moderne, décide en 1828 de fonder le tout premier journal de langue arabe Al-Waqā’i‘ al-Miṣriyya, organe officiel du gouvernement égyptien ; il le fait après avoir fondé l’imprimerie nationale de la Bulāq en 1821, dans l’objectif de rattraper le retard de son pays par la vulgarisation du savoir. Plus tard au Maghreb, l’Algérie, sous domination française depuis 1830, voit naître en 1847 un journal officiel français de langue arabe créé à l’initiative des autorités militaires occupantes et qui porte le titre d’al-Mubashir. C’est un outil de propagande qui permet au pouvoir colonial de s’adresser directement aux populations autochtones et de diffuser ses idées dans l’ensemble du monde arabe. Dans la seconde moitié du xixe siècle, les organes de presse se multiplient et contribuent à l’apparition d’un grand mouvement d’idées, appelé la Renaissance, connu sous le nom de Nahda. « Bien entendu, les écrivains, qui devenaient journalistes à l’occasion, furent les premiers à participer à ce mouvement, et certains parmi eux fondèrent leurs propres journaux » (Elias, 1993 :  5). À la même période, des journaux arabes à capitaux privés apparaissent à Beyrouth, Istanbul, Londres et Paris. La France et le Royaume-Uni constituent deux zones clés d’épanouissement d’une presse arabe en quête de liberté et d’un climat d’édition favorable (Elias, 1993 : 44). De plus, l’édition et la commercialisation d’imprimés en langues étrangères foisonnent à Paris sous le Second Empire, ce qui amène à s’interroger sur le rôle joué par les libraires-éditeurs français. Ont-ils contribué à instaurer la paix, la liberté d’expression et l’ouverture à l’autre dans une période marquée par les conquêtes coloniales ? Les travaux de Diana Cooper-Richet traitent de cette question en profondeur2. Par ailleurs, la création du premier journal arabe à Paris, Birjīs Barīs, par un homme de religion chrétienne, l’abbé François Bourgade, suscite des interrogations : s’agit-il d’un outil de propagande religieuse pour amener les musulmans à se convertir au christianisme dans un contexte colonial – contrairement aux intentions affirmées à plusieurs reprises par le fondateur lui-même, qui affirme que son projet est porteur d’une « mission civilisatrice pacifiste » –, avec une visée didactique ? Telles sont les questions que nous proposons d’approfondir au fil de ce travail3.

  • 4 Il s’agit de Pierre Théophile Barrois, dit le jeune (1752-1836), libraire français, spécialisé dans (...)
  • 5  Auguste-François Dondey-Dupré (1766-1847) : imprimeur-libraire français, fondateur avec son fils P (...)
  • 6  Augustin Challamel (1818-1894) : historien et libraire français. Quant à Jules-Robert-Pierre-Josep (...)

2Dans une période d’effervescence culturelle, la diffusion de la littérature étrangère à Paris progresse au xixe siècle. Se procurer des livres en langue étrangère ou bien traduits est chose possible, et l’on peut même s’initier à plusieurs langues à la fois (Cooper-Richet, 2004). Face à cet engouement pour les langues étrangères, l’arabe en particulier, quelques éditeurs se spécialisent dans le domaine. C’est le cas par exemple de Barrois4 et Dondey-Dupré5. Dans la seconde moitié du xixe siècle, la maison d’édition d’Augustin Challamel6, considérée comme le « grand éditeur colonial », et dont la librairie est commissionnaire pour l’Algérie et l’étranger à Paris, se spécialise dans la publication de textes en arabe et dans d’autres langues orientales (Messaoudi, 2015 : 514). Lorsque les ouvrages en rapport avec le monde arabe ne sont pas édités chez Challamel, la maison d’édition propose alors de les vendre. Elle fait en outre paraître de 1859 à 1866 le premier journal arabe à Paris, Birjīs Barīs, Anīs al-Jalīs [L’Aigle de Paris]. Ce journal politique bimensuel paraît sous la direction de l’abbé François Bourgade à partir du 24 juin 1859 ; ses deux principaux rédacteurs en chef sont le Libanais maronite Rouchaïd al-Dahdah et le Tunisien musulman Soliman al-Ḥaraïri. Avec un dernier numéro paru le 23 mai 1866 – trois jours après le décès de l’Abbé Bourgade –, le journal compte donc 179 numéros en sept ans d’existence. Pour retracer l’aventure de ce premier journal arabe à Paris, il nous semble opportun de présenter brièvement ses trois collaborateurs.

3Le directeur de ce projet est l’abbé François Bourgade (1806-1866). Ce missionnaire français part en Algérie huit ans après le début de l’occupation française, en 1830. Il y devient aumônier des Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, puis chanoine honoraire. En 1841, il rejoint la fondation des Sœurs de Saint-Joseph, transférée à Tunis une année auparavant. D’après Eusèbe Vassel (1909 : 107), l’abbé Bourgade aurait été le premier ecclésiastique français dans la Régence. En 1842, il est nommé aumônier de la chapelle fondée par Louis-Philippe à l’endroit où était mort Saint-Louis (Planel, 2004 : 40-41 ; Gutron, 2005 : 177-191). Outre ses fonctions au sein de la chapelle, le missionnaire était aussi chapelain du Consulat de France en Tunisie. Il fonde en outre dans la capitale le premier hôpital de la Régence, nommé Hôpital Saint-Louis ; E. Vassel ajoute :

Comme ces occupations ne suffisait point à son zèle, il [l’abbé Bourgade] parcourait la banlieue, gagnant les cœurs à la France par ses aumônes et par les soins qu’il prodiguait aux malades sans distinction de croyance ni de race. (Vassel, 1909 : 108)

  • 7 Sur le mouvement d’émigration italienne en Tunisie au xixe siècle, voir Tlili (1974 : 82).

4En 1845, avec l’aide d’un réfugié politique livournais, Pompeo Sulema7, qui tenait à Tunis une petite école, l’abbé Bourgade ouvre dans la capitale un externat de garçons, le collège Saint-Louis ; il y admet libéralement toutes les confessions et toutes les nationalités et le dirige en personne. Par cette initiative, l’abbé Bourgade instaure le tout premier collège de la Régence, où le français, le latin, le grec, l’italien, l’arabe, la géographie, les mathématiques et le dessin sont les matières de base de l’enseignement. Il publie plusieurs ouvrages en Tunisie, grâce à l’imprimerie qu’il y a fondée.

En 1847, il fait œuvre missionnaire en tournant l’interdit coranique de la controverse religieuse dans ses Soirées de Carthage ou dialogues entre un prêtre catholique, un mufti et un cadi (2e éd. en 1852), auxquels font suite une Clef du Coran (1852) et un Passage du Coran à l’Évangile (1855) qui s’achève sur la reconnaissance par le muftī de la supériorité du christianisme. (Messaoudi, 2015 : 81-82)

  • 8  Antoine-Louis d’Orléans, duc de Montpensier était le cinquième fils du roi Louis-Philippe. Il a co (...)
  • 9  Ordre honorifique tunisien créé par Ahmed bey (1806-1855) et décerné jusqu’à l’abolition de la mon (...)

5Collectionneur d’antiquités, il crée le premier musée de la Régence de Tunis et publie, dès 1852, un recueil d’inscriptions puniques, sous le titre de La toison d’or de la langue phénicienne (Vapereau, 1893 : 260). En reconnaissance de tous ses efforts, le 22 juin 1845, le duc de Montpensier8 (Mzali, 1981 : 122), en visite à Carthage chez Ahmed Bey, lui remet en mains propres la croix de la Légion d’honneur. L’année suivante, Ahmed Bey le nomme officier dans l’ordre du Nichan iftikhar créé en 18379, « distinction autrement flatteuse alors qu’aujourd’hui elle n’avait été encore conférée, dit-on, à aucun Européen » (Vassel, 1909 : 112). Rongé par la maladie, déçu par l’hostilité des religieux italiens jaloux de ses activités, l’abbé Bourgade quitte la Tunisie en 1858 « sans espoir de retour, pleurant à la pensée des œuvres qu’il se voyait contraint d’abandonner. La direction du collège fut confiée à Sulema, qui à bout de ressources, le ferma en 1863 » (Vassel, 1909 : 113). Clémentine Gutron, dans une étude récente sur l’abbé Bourgade, explique ainsi le retour de ce dernier à Paris :

Le clergé catholique et les autorités consulaires françaises de la Régence de Tunis se méfient de cet idéaliste dans l’âme qui milite pour le rapprochement de l’Orient et de l’Occident. (Gutron, 2005 : 177)

6De retour à Paris, l’abbé Bourgade se lance alors dans l’aventure de Birjīs Barīs.

Fig. 1. Portrait de François Bourgade par Auguste Legrand

Fig. 1. Portrait de François Bourgade par Auguste Legrand
  • 10 Y. Abria présenta pour la première fois le portrait de l’abbé Bourgade dans la Revue tunisienne (19 (...)

Source : Bibliothèque Sainte-Geneviève, EST 89 RES (P.70) - Internet Archive10.

7Quant au Libanais maronite Rouchaïd al-Dahdah (1813-1889) (Messaoudi, 2008 : 122), fuyant les problèmes politiques au Liban, il s’installe à Marseille et s’occupe du commerce de l’un de ses parents, puis s’établit à Paris et collabore à partir de 1859 avec Soliman al-Haraïri à la rédaction de Birjīs Barīs. D’après Alain Messaoudi (2008 : II, 677), « c’est peut-être à la part prise à cette entreprise de presse indirectement évangélisatrice qu’il doit d’avoir été anobli par le pape Pie IX ». En 1861, il quitte l’équipe de ce journal pour s’installer en Tunisie et collaborer à la création du journal officiel tunisien.

  • 11 Il s’agit d’un manuel de grammaire française destiné aux étrangers et qui a fait la renommée de ses (...)

8Le profil du troisième collaborateur du journal Birjīs Barīs retient particulièrement notre attention. Premier répétiteur musulman à l’École des langues orientales, Soliman al-Haraïri (1824-1877) passera les vingt dernières années de sa vie à Paris. En Tunisie, il entretenait des relations amicales avec l’abbé François Bourgade, qui y était installé depuis 1841. Il semble que les deux hommes aient pratiqué un échange linguistique et culturel sur les deux civilisations orientale et occidentale. Une fois ses études achevées à la mosquée al-Zaytuna en Tunisie, al-Haraïri est employé par l’abbé Bourgade pour enseigner la langue arabe au collège Saint-Louis en 1843. Il est aussi attaché au consulat général de France, dirigé par Léon Roches, en tant que notaire, secrétaire et jurisconsulte arabe (1845-1856) et contribue à l’instruction arabe d’officiers français, d’élèves consuls et de drogmans à qui il communique des ouvrages arabes utiles à leurs travaux. Secrétaire de l’abbé Bourgade, il traduit en arabe ses Soirées de Carthage, premier ouvrage imprimé en arabe à Tunis (Musāmarāt Qarţājanna, 1849-1850). À côté d’ouvrages de médecine, d’anatomie et de mathématiques, il travaille aussi, à partir de 1848, à la traduction d’une grammaire française. Après avoir étudié celle de Noël et Chapsal11, son choix se porte en 1855 sur un ouvrage facile et apprécié du public musulman, L’abrégé de la grammaire française de Lhomond. Al-Haraïri explique ce choix dans la préface de cet ouvrage :

J’ai commencé par la grammaire de Noël et Chapsal, après quoi j’ai entrepris la traduction d’ouvrages de médecine, d’anatomie, de mathématiques et autres ; puis, en 1855 de l’ère chrétienne (année 1269 de l’hégire), il me parut bon de traduire la grammaire française de Lhomond, qui, sous une forme abrégée, présente peu de difficultés, et que tout le monde préfère. (al-Haraïri, 1857)

  • 12 Benjamin Duprat (1802-1864), libraire-éditeur, se forme chez le libraire parisien Louis-Théophile B (...)

9Sa traduction, publiée à Paris en 1857 chez Benjamin Duprat12 – qui réédite en 1859 Musāmarāt Qarţājanna – est destinée à « servir également dans tous les pays musulmans pour l’étude du français et de l’arabe ». Dans sa préface, « adressée aux musulmans » et dont une traduction française est publiée en 1877, al-Haraïri affirme que le fait de s’éloigner des chrétiens, loin de trouver une justification dans la loi religieuse, est condamné par le prophète : l’islam permet en effet d’entretenir des rapports d’amitié avec tous les peuples, de quelque religion qu’ils soient, pourvu que ceux-ci ne forcent pas les musulmans à changer de croyance.

10Al-Haraïri, qui séjourne à Paris à partir du printemps 1858, semble avoir une certaine maîtrise du journalisme politique. Après une adhésion comme membre actif de la Société de l’ethnographie en 1858, il devient membre titulaire de la Société orientale la même année. En mai 1859, il prend part à la discussion sur les affaires d’Orient, considérant que le gouvernement turc n’est pas seul responsable des embarras de sa politique et que la pression des puissances occidentales joue aussi un rôle (Revue de l’Orient, 1859 : 223). Il est aussi le précepteur d’arabe des neveux du ministre du bey de Tunis, Mustafa Khaznadar, qui le rémunère par l’intermédiaire de Jules de Lesseps, agent du bey à Paris. Al-Haraïri publie alors des traités sur le café (Risāla fī-l-qahwa, 1860), sur la météorologie, la physique et la galvanoplastie (Risāla fī ḥawādith al-jaww, 1862), ainsi que des consultations juridiques sur des problèmes rencontrés par les voyageurs musulmans en pays chrétiens, qu’il s’agisse du caractère licite de la consommation de la viande d’animaux tués par les chrétiens (Fatwa fī ibāḥat ḏakāt an-naṣārā, 1860) ou du port du chapeau (Ajwibat al-ḥayārā ‘an qalanṣuwat an-naṣārā [Réponse aux gens embarrassés au sujet du chapeau des chrétiens], 1862). Concernant l’enquête diligentée par Frédéric Le Play sur Les Ouvriers des deux mondes (Messaoudi, 2008 : 130), il donne les éléments d’une monographie sur le Parfumeur de Tunis […] d’après les renseignements recueillis sur les lieux en 1858, éditée par Narcisse Cotte, secrétaire de la légation à Tanger et à Rabat (t. III, no 25, 1861). On lui doit aussi une édition annotée du texte arabe des Douze séances du cheikh Ahmed ben Al-Moâddhem [Ibn al-Mu‘aẓẓam ar-Rāzī, 730/1229], explicitement destinée à un usage scolaire (éd. Duprat, 1865). Pour l’exposition universelle de 1867, il rédige enfin un court texte de présentation en arabe (‘Arḍ al-badā’i‘ al-‘āmm fī Bārīs) qui fait aussi l’objet d’une traduction en français (traduction littérale du travail publié en arabe pour M. le baron Jules de Lesseps, commissaire général de Tunis, du Maroc, de la Chine et du Japon, 1866). En 1874, il est choisi pour inaugurer la fonction nouvelle de répétiteur d’arabe à l’École des langues orientales. Il la remplit avec zèle jusqu’à sa mort. Intégré au milieu des arabisants parisiens, il est invité à participer en 1874 au congrès provincial des orientalistes, réuni à Levallois.

Présentation de Birjīs Barīs

11Le journal annonce la couleur dès le premier numéro de l’édition arabe datée du 24 juin 1859 et le numéro 8 de l’édition franco-arabe, daté du 18 novembre 1860 : il est fondé pour financer l’Association de Saint-Louis, créée par l’abbé Bourgade avec pour but de : « promouvoir la civilisation chrétienne parmi les musulmans au moyen d’ouvrages écrits ou traduits en leur langue ». Cette intention de propagande religieuse très explicite frappe dès l’en-tête du journal puisque l’aigle impérial qui y figure rappelle l’aigle de la page de titre du journal officiel algérien al-Mubashir, qui est, on l’a dit, le premier journal officiel de l’Algérie en arabe, fondé en 1847. Lié à un projet politique d’acculturation et d’assimilation (Elias, 1993 : 58), il est destiné à instruire la population musulmane. Sous l’Aigle impérial, le journal est orné du dessin de l’Hôtel de Ville surmonté du drapeau français. Sur les deux côtés de ce dessin sont mentionnés les lieux de vente à l’échelle internationale : l’Algérie, la Tunisie, Alexandrie, Le Caire, Beyrouth, Alep, Bagdad, Calcutta, Singapour... précédés de l’adresse du journal en France (Bureau. Rue Saint-Jacques, 289). En dessous, sont mentionnés : la date, le prix et l’année de la publication en arabe et en français. Quant au titre, l’appellation française L’Aigle de Paris renvoie le lecteur, à première vue, à l’Aigle impérial qui figure en haut de la première page du journal, inspiré de la mythologie latine/romaine puisque Birjīs, qui veut dire Jupiter et qui représente le maître des dieux, a pour attributs l’aigle et la foudre. Le titre arabe est divisé en deux parties, avec une traduction : le titre initial, Birjīs Barīs, et le sous-titre, Anīs al-Jalīs, sont ainsi traduits par : « Le Jupiter de Paris, l’agréable compagnon ». Il faut préciser que la tradition des titres longs, rimés et rythmés dans le monde arabe renvoie aux ouvrages anciens des savants arabo-musulmans, et que cette tradition a été respectée jusqu’au début du xxe siècle. L’explication de ce choix du titre Birjīs Barīs par l’équipe est donnée dans le premier numéro du journal : « Jupiter représente dans un thème astral, l’énergie d’expansion, la générosité, la foi », mais aussi : « la planète de la justice et de la chance », d’après les trois collaborateurs. À l’époque, Birjīs Barīs est considéré comme le meilleur journal arabe de son temps, pour ses grandes pages, la beauté de ses caractères, la perfection de son impression et la variété de ses sujets. Il reçoit un bon accueil chez les lettrés en pays d’islam. L’apparition du premier journal arabe à Paris ne passe pas inaperçue dans le milieu des intellectuels français et il a même droit à une publicité dans les Comptes-rendus des séances de la Société d’ethnographie américaine et orientale (séance du 16 janvier, Paris, éd. Challamel, 1860 : 65-66) :

Enfin l’année courante a été signalée par un fait bien remarquable, par l’apparition simultanée de deux journaux en langue arabe publiés à Paris ; un seul d’entre eux a survécu, mais celui-là est digne de toute votre sympathie, de toute votre attention. C’est L’Aigle de Paris, Birgys-Barys (Birgys signifie la planète Jupiter, le maître de l’aigle), journal fondé par M. l’abbé Bourgade, pour le compte de l’association de Saint-Louis, et rédigé en arabe par le cheikh Rochaïd ed-Dahdah bien connu des orientalistes. M. Dahdah est dans les meilleures conditions pour remplir la tâche qui lui est confiée : c’est sa langue maternelle qu’il plie aux idées d’une civilisation qu’il a depuis longtemps assimilée.

12Concernant le deuxième journal évoqué dans cette citation, il s’agit d’une tentative avortée de fonder un journal arabe à Paris la même année par Pascal Vincent Carletti (1822-1890), linguiste français et auteur de nombreuses éditions et traductions d’ouvrages arabes classiques. Il sera par la suite chargé de la direction du premier journal officiel tunisien al-Rā’id al-Tūnisī en 1860.

Pourquoi une édition bilingue de Birjīs Barīs ?

13Toucher un large public, soucieux de se doter d’une culture générale de type encyclopédique mais aussi initier le lectorat français aux langues étrangères, sujet en vogue à l’époque, telles sont les raisons du choix d’une publication bilingue. Birjīs Barīs suit cette mouvance et publie des textes en arabe soigneusement sélectionnés en fonction de ce que les trois collaborateurs du journal pensent être du goût des orientalistes français comme des intellectuels musulmans. En effet, s’ils cherchaient à faire connaître la civilisation orientale aux pays européens, ils voulaient aussi que leur journal soit vendu et lu dans les deux contrées. C’est pour cette raison qu’une double édition franco-arabe voit le jour en 1860. Dans le paragraphe qui suit, publié dans le numéro 8 de l’édition bilingue daté du 18 novembre 1860, sont énoncés les arguments de ce choix éditorial, qui reflète l’image préméditée de ce journal, celle d’une « passerelle entre Orient et Occident » :

L’abbé Bourgade, sans abandonner l’œuvre de Carthage-Tunis, à laquelle il a pourvu, réside depuis quelque temps à Paris, où il s’occupe sur une plus vaste échelle de la civilisation de l’Afrique et de l’Orient. À cet effet ont été fondés par ses soins, grâce à de bienveillants encouragements : 1° le journal arabe (Bergys), destiné à initier l’Orient aux bienfaits de la civilisation européenne ; 2° le journal franco-arabe, pour mieux faire connaître l’Orient à l’Occident, afin de faciliter un courant d’idées entre les deux pays ; 3° l’institution Saint-Louis, où l’enseignement de la langue arabe est ajouté à celui des autres matières tant d’instruction commerciale ou professionnelle que d’instruction secondaire.

14Le choix de doubler l’édition arabe d’une édition française doit aussi sans doute être mis en lien avec les massacres de 1860 survenus contre les chrétiens en Syrie. Le premier numéro de l’édition bilingue s’ouvre sur un article qui invite à la tolérance et à la sagesse pour gérer la crise en Orient. Dans un article non signé, l’auteur compte sur le pouvoir de la presse écrite pour apaiser les esprits des fanatiques en ces termes :

la presse qui a changé le monde, le dirige ou le bouleverse à son gré, pourrait-elle sans abdiquer son spectre, s’avouer impuissante à faire pénétrer quelques rayons de lumières dans ces contrées bibliques d’où la lumière nous est venue ?

15Rappelons rapidement qu’en juillet 1860, les troubles confessionnels du Mont-Liban s’étendent à Damas. Des musulmans et des druzes attaquent les quartiers chrétiens, tuant plus de trois mille habitants. Birjīs Barīs relate en détails tous les événements de cette guerre confessionnelle, en intégrant de temps à autre des analyses et commentaires comme celui de Soliman al-Haraïri, publié dans le journal du 2 octobre 1860 (no 5 de l’édition bilingue/no 33 de l’édition arabe). Le journal prend position et rappelle son objectif initial : « la lutte contre le fanatisme, fruit des préjugés ». Soliman al-Haraïri, hostile à de telles pratiques, écrit un traité en arabe doublé d’une traduction française dans le même numéro de Birjīs pour inciter les gens à la tolérance. L’article est annoncé au lecteur comme suit : « C’est l’un des rédacteurs du Birgys, M. Soliman-Al-Haraïri, notaire de Tunis, qui vient de faire un travail pour condamner la conduite de ses coreligionnaires d’Orient envers les chrétiens. »

16En voici un extrait, qui rappelle l’objectif initial de l’ouvrage :

Il est donc de notre devoir de composer ce traité pour réveiller les musulmans de leur somnolence et leur faire connaître l’enseignement de Dieu dans cette question, afin de mettre un terme à des regrettables désordres ou d’en prévenir la répétition. Notre guide, c’est la tradition et les plus grands docteurs, ses organes et ses interprètes ; nos dispositions, l’amour de la vérité et le désir de la présenter avec impartialité.

17Le traité suscite à la fois la sympathie des intellectuels occidentaux et orientaux. En témoigne, à titre d’exemple, l’admiration de l’auteur anonyme du livre Les Arabes et la colonisation en Algérie (1873 : 37-38), qui s’exprime en ces termes :

Dans chaque numéro du Birgys, l’honorable et savant M. Soliman anathématisait le fanatisme, et bien qu’excellent et fidèle observateur de sa religion, il ne craignait pas de s’exposer à la haine et aux attaques de ses coreligionnaires. Il accusait surtout les ulémas de l’ignorance où ils laissent croupir les populations dont ils avaient la direction spirituelle. Lors des derniers et lamentables massacres qui ont eu lieu en Syrie, M. Soliman a publié une brochure adressée aux Arabes pour blâmer la conduite de ses coreligionnaires d’Orient envers les chrétiens.

  • 13 La date est illisible sur le premier et le second numéro du seul exemplaire de Birjīs conservé à la (...)

18L’édition bilingue, dont le premier numéro correspond au 29e numéro de l’édition arabe13, propose la version originelle des textes français traduits en arabe. Néanmoins, d’après une note « quelques articles ne sont que sommairement indiqués ». Pour les lecteurs qui ne sont pas en mesure de lire le texte arabe « et qui, dans un but d’utilité ou d’agrément, désireraient apprendre cette langue », le journal propose une initiation à la grammaire pour un apprentissage sans maître. L’édition franco-arabe ne se prolonge pas au-delà de son 25e numéro. Le dernier numéro de la collection, conservée à la BnF, est daté du 15 août 1861. Le journal ne paraît ensuite plus qu’en arabe, avec pour but d’essayer de toucher un lectorat musulman et de l’initier « aux bienfaits de la civilisation européenne ».

19Mais, cette même année, Rouchaïd al-Dahdah est appelé à d’autres tâches en Tunisie. Il entre au service du Bey tunisien, Mohammad Sadok (1859-1882) et rejoint Pascal Vincent Carletti pour collaborer avec lui à la publication du premier journal officiel tunisien, créé en 1860. C’est Soliman al-Haraïri qui prend alors en charge la rédaction du Birjīs Barīs à partir du numéro 62, daté du 7 novembre 1861. Il annonce à ses lecteurs le changement en déclarant : « celui qui a réalisé ce numéro est M. Soliman al-Haraïri ».

Fig. 2. Exemplaire de L’Aigle de Paris, version bilingue, 2 octobre 1860

Fig. 2. Exemplaire de L’Aigle de Paris, version bilingue, 2 octobre 1860

Source : BNF

L’orientation politique de L’Aigle de Paris

20Précisons que dans L’Aigle de Paris, l’aspect politique est fortement présent et dépasse largement tout autre type d’informations. L’objectif de neutraliser la domination anglaise au Levant est parfois explicite dans certains articles de ce journal ; le passage qui suit, publié dans les Comptes-rendus des séances de la Société d’ethnographie américaine et orientale (séance du 16 janvier, Paris, 1860 : 65-66), évoque la réaction anglaise face au succès de Birjīs Barīs :

Nos voisins d’outre-manche se sont émus de la réussite d’une feuille spéciale, tirée à deux mille exemplaires, et un meeting tenu à Londres, Aldergate-Street, le 5 décembre, a décidé qu’il y avait lieu d’aviser « à neutraliser l’influence française dans le Levant et de repousser l’église de Rome » c’est-à-dire les idées catholiques.

21Un grand nombre de personnalités politiques témoignent de leur sympathie envers L’Aigle de Paris. Voici par exemple la réponse polémique de l’émir Abd el-Kader (1808-1883) en réaction à l’article de Soliman al-Haraïri concernant les massacres en Syrie. L’article est publié le 8 juin 1860. Abd el-Kader reconnaît dans cet article, avec courage et amertume, que la suprématie échappe des mains des musulmans en raison de leur injustice et d’une conduite allant à l’encontre de la loi musulmane, pour revenir désormais dans les mains des Occidentaux qui font preuve des qualités humaines dictées par l’islam. Nous n’avons pas pu consulter ce numéro manquant dans la collection de la BnF ; cependant, l’arabisant Eugène Vayssette propose la lettre entière dans un essai qu’il publie en 1860 en faveur d’une installation des maronites en Algérie. Cet essai est intitulé : Sauvons les Maronites par l’Algérie et pour l’Algérie ? Solution provisoire de la question d’Orient (Vayssette, 1860 : 63), et précise que la lettre d’Abd el-Kader est proposée dans Birjīs en langue française. En voici un extrait :

J’ai été ravi de tout ce que vous avez écrit dans le Birgis au sujet des États musulmans. […] Mahomet a dit aussi que les rois chrétiens se maintiendraient au pouvoir jusqu’à la fin des siècles et que les souverains de son peuple seraient abandonnés par Dieu à cause de leur conduite contraire à ses lois, et à cause de leur injustice et de leur amour des biens de la terre ; il a dit enfin que le monde ne finirait que lorsque les chrétiens seraient devenus la majorité du genre humain. Et cet événement ne pouvait manquer d’arriver, parce que, comme a dit Mislam, l’interprète autorisé de Mahomet, ils ont encore tous quatre qualités qui leur assureront le succès à l’avenir : la clémence dans la victoire, la résistance dans la défaite, l’énergie dans le retour offensif et la bienfaisance envers les pauvres, les faibles et les orphelins. Je pleure, ô mon Dieu ! sur l’anéantissement de l’islamisme. Nous sommes à Dieu et nous retournons à lui.

22Cet article, qui affirme la suprématie des chrétiens sur les musulmans, dans un contexte précis, a suscité une polémique qui se poursuit jusqu’à nos jours. Il semble en réalité que la déclaration choc de l’émir Abd el-Kader ait été mal interprétée : au lieu d’avoir un effet révélateur incitant les musulmans à se remettre en question par rapport à leurs actes contre les chrétiens de Syrie, les dires de l’émir ont été lus comme un triomphe de l’esprit missionnaire, avec comme conséquence l’accusation faite au journal Birjīs d’être devenu un champion du christianisme contre l’islam. Par la suite, L’Aigle de Paris publiera tous les échanges épistolaires de l’émir avec des notables français ou arabes afin de souligner la correspondance entretenue entre ce dernier et le Birjīs sur la même thématique : les troubles confessionnels à Damas.

23Des trois collaborateurs qui font preuve d’une loyauté totale envers la politique impériale française en Afrique du Nord à travers articles et commentaires politiques, Soliman al-Haraïri se montre le plus dévoué, allant jusqu’à exprimer son enthousiasme et ses encouragements pour faire passer les musulmans sous la tutelle française. Il est à mentionner que la migration choisie par al-Haraïri présente le commencement d’une ère nouvelle. Il découvre un autre monde, bien meilleur que celui des Turcs et de l’Empire ottoman. Il se livre entièrement à l’Occident, qui l’invite à le découvrir. Il tombe sous le charme de l’éthique du travail et du progrès, qui ont fait de la France une nation prospère et productrice. Naïvement, Soliman al-Haraïri voyait en tous les Français des hommes soucieux de recherche, curieux, zélés au travail et efficaces. Pour lui, les Français étaient un modèle idéal à suivre, sans aucune réticence, pour atteindre la grandeur de la civilisation moderne. La rencontre avec le peuple qui avait proclamé les droits de l’Homme, plaidé la cause de leur liberté et de leur indépendance ne pouvait que susciter l’admiration de ce savant. D’ailleurs, l’adoption de tout ce qui est français fut la cible de la critique de ses compatriotes et coreligionnaires. Al-Haraïri ne cachait pas sa fascination pour les Français, il déclarait explicitement leur suprématie sur les musulmans, y compris dans leur comportement, en disant : « Les Français sont polis, nous traitent bien, et ne sont jamais les premiers à nous vexer » (al-Haraïri, 1857), ou bien quand il déclare dans sa préface que :

Le peuple français ne fait pas la guerre aux autres peuples pour les faire renoncer à leur religion ou les expulser de leur pays ; mais il les aide contre leurs ennemis, ainsi qu’on l’a vu dans la dernière guerre de Crimée. (al-Haraïri, 1857 : 15)

24Les quatre pages du journal, qui aborde des thèmes variés, privilégient ainsi la question politique au détriment d’autres informations d’ordre économique, scientifique ou littéraire, qui font l’objet d’articles plus courts dans chaque colonne. Le journal se propose de puiser dans les journaux internationaux les plus connus : Times, Daily News ou le Morning Chronicle afin de diffuser des informations concernant des pays en périphérie du monde musulman. Dans certaines colonnes, les écrits de Soliman al-Haraïri et de Rouchaid al-Dahdah se lisent sous forme de feuilletons. Birjīs Barīs est soucieux de fournir à ses lecteurs des informations sur l’actualité politique et culturelle, tant en Europe que dans le monde musulman. Cet esprit d’ouverture à l’Autre, remarqué dans tous les écrits de Soliman al-Haraïri, continue de se manifester à travers ce journal qui propose de diffuser des nouvelles d’un pays à l’autre dans le but de rapprocher les peuples.

La langue arabe, une langue en transition dans le Birjīs Barīs

25Comme nous l’avons déjà mentionné, nombre de lecteurs de ce journal sont originaires de l’Afrique du Nord. En conséquence, le choix de la langue devait satisfaire l’attente de ses lecteurs, lettrés, imprégnés de la culture arabo-musulmane et des textes sacrés du Coran. Ce pari, d’après Alain Messaoudi (2008 : 333), paraît réussi et concerne d’autres pays musulmans de l’Afrique sub-saharienne ; c’est du moins ce dont se fait l’écho le no 24 de l’édition franco-arabe de Birjīs du 30 juillet 1861, dans un article intitulé « Birgys Barys et le Moubacher » :

En 1861, on apporte ainsi à la médiocrité de la langue du Mobachar [premier journal arabe en Algérie, paru en 1847] son peu de succès au Sénégal, par comparaison avec le Birgys, que les savants de la mosquée viendraient réclamer à l’arrivée de tous les courriers. Le Birgys leur plairait non seulement par son contenu – « il nous apprend à soigner nos blessures, nous dit comment se forme la pluie, la grêle, etc., et nous donne des nouvelles de tous les pays » – mais aussi le style soigné de sa rédaction, due au maronite syrien (libanais) Rushayd ad-Daḥdāḥ et au musulman tunisien Sulaymān al-Ḥarā’irī.

26N’oublions pas cependant que le lieu de l’édition de ce journal est Paris et que les rédacteurs en chef sont aussi contraints de séduire par leurs écrits les arabisants et surtout les hommes politiques français pour promouvoir leur journal et apporter un soutien financier à l’Association de Saint-Louis. En témoigne l’édition bilingue du 7 mai 1861 qui rend hommage aux grands corps de l’État français, membres bienfaiteurs de l’association, à travers un article intitulé : « Œuvres de Saint-Louis, ou Croisade pacifique, ayant pour but de répandre la civilisation en Afrique et en Asie au moyen de publications (livres et journal) en langue arabe ». La liste contient trois catégories d’hommes politiques : les sénateurs (59 membres), les membres du corps législatifs (87 membres), enfin, les conseillers d’État (14 membres). Cette liste détaillée des bienfaiteurs est proposée dans L’Aigle de Paris « dans l’intérêt de l’œuvre, et pour remplir un devoir de reconnaissance ».

27Cette volonté de mettre en avant des idées nouvelles oblige les rédacteurs-collaborateurs à rompre radicalement avec le style écrit traditionnel, ampoulé et difficile d’accès, totalement inadapté à leur nouvelle entreprise. Les journalistes concourent donc à la naissance d’une nouvelle forme d’écriture, qui se veut brève et claire. Ils adoptent une langue arabe soutenue et simple en s’efforçant de l’adapter pour exprimer les concepts des sciences nouvelles.

28À titre d’exemple, la traduction de Soliman al-Haraïri d’une publicité en français sur les « pilules Holloway », médicament décrit comme « puissant curatif, d’une grande utilité pour les Arabes, ordinairement privés de médecin » (éd. bilingue, 11 juin 1861). La traduction d’al-Haraïri de cette publicité est différente d’une édition à l’autre. Il avait en effet recours à une traduction libre vis-à-vis du texte source. Une recherche linguistique était en cours à cette époque et, entre néologismes et arabisation des termes scientifiques, le texte cible changeait en permanence. Il ajoute notamment le mot « pharmaciens », qui change d’ailleurs de graphie à deux reprises : Ṣanādila et Ṣayādila, qu’il complète parfois par une définition par rapport au texte source : « pharmaciens, c’est-à-dire les vendeurs des médicaments » (éd. bilingue, 27 juin 1861) après la phrase suivante du texte source : « elles [les pilules] se vendent dans presque toutes les parties du monde ».

29C’est avec ce même souci que Soliman al-Haraïri a écrit son Traité de météorologie, de physique et de galvanoplastie… (al-Haraïri, 1862). Il le rédige en arabe afin de prouver les capacités de la langue à rendre compte des concepts modernes. Voici comment le Journal asiatique (procès-verbal de la séance du 9 mai 1862 : 504-505), auquel Soliman al-Haraïri avait offert un exemplaire de son ouvrage, rend compte de son utilité pour les Français résidents en Algérie sous l’occupation française :

Ce traité de physique est destiné à répandre en Algérie les notions les plus exactes de la science européenne, en même temps que nos arabisants pourront, avec ce livre, s’initier au langage scientifique dont ils chercheraient en vain les éléments dans les dictionnaires.

L’image de L’Aigle de Paris en France et ailleurs

30Hormis les abonnements de plusieurs revues françaises à Birjīs Barīs, soulignons que ce dernier a trouvé un accueil favorable auprès du lectorat arabe et musulman en dehors de Paris. Un prospectus publicitaire, publié dans le numéro du 13 octobre 1859 et le numéro 10 de l’édition française du 21 décembre 1861, mentionne les noms de quelques personnalités haut placées qui sont abonnées au journal : le grand chérif de La Mecque, l’émir Abd el-Kader, des ministres de l’Empire ottoman, le bey de Tunis et des membres de sa cour, des savants et des érudits de Syrie, d’Égypte, d’Inde, de Djedda et de contrées africaines, etc. L’enthousiasme français pour L’Aigle de Paris est nettement perceptible dans le passage suivant des Comptes-rendus des séances de la Société d’ethnographie américaine et orientale (65-66) :

Le succès du journal a été tel qu’on pouvait le désirer : en quelques mois, les notabilités politiques et littéraires du monde musulman, dans les trois parties de l’ancien monde, ont donné leur adhésion à cette publication issue d’un esprit entièrement chrétien. Le bey de Tunis ; Abd-el-Kader, dans son exil ; le grand chérif de la Mecque ; plusieurs grands muphtis, le plus illustre des écrivains arabes contemporains, le cheikh Nassif-el-Iazedjy ont accordé à l’auteur de cette publication des éloges publics.

31Les lettres d’appréciation de certains érudits sont publiées dans le journal ainsi que les réponses. C’est une façon, de la part des trois collaborateurs, de faire état de leur journal et de la qualité de leurs correspondants. La lettre de Nassif-el-Yaziji (1800-1871), par exemple, est publiée le 9 novembre 1859, dans le numéro 11 de Birjīs Barīs. Dans la notice biographique que Khairallah (1912 : 51) consacre à cet homme de lettres, nous lisons que :

la langue arabe lui doit beaucoup. Ses travaux linguistiques contribuèrent considérablement à la renaissance littéraire. Il imita et surpassa parfois les anciens, dans toutes les branches du savoir autrefois cultivées.

  • 14 Plusieurs écrits mentionnent l’apostasie de Soliman al-Haraïri, par exemple la note numéro 1 d’Ali  (...)

32L’ensemble de ces lettres est adressé à Rouchaïd al-Dahdah et non à François Bourgade, le directeur du journal, ni à Soliman al-Haraïri, pourtant le seul des trois collaborateurs à être de confession musulmane. C’est là, à l’évidence, la manifestation de la marginalisation de ce dernier par les oulémas musulmans qui le considèrent comme mécréant en raison de son amitié avec le missionnaire François Bourgade. Quelques éléments permettent d’étayer cette affirmation. Soliman al-Haraïri a traduit à l’âge de 26 ans le livre de l’abbé Bourgade, Soirées de Carthage (Bourgade, 1847) : « J’ai commencé à traduire en l’année 1848 de l’ère chrétienne, qui correspond à l’an 1264 de l’hégire » (al-Haraïri, 1857 : 26). Ainsi, son travail de secrétaire arabe et de notaire pour les affaires musulmanes au consulat français de Tunis depuis 1845, mais aussi ses travaux de traduction de livres français constituent, pour les conservateurs musulmans, des preuves de l’adoption de la pensée chrétienne par cet érudit, ce qui lui valut d’être traité d’athée par bien des oulémas tunisiens14 (al-Sanoussi, 1976 : 121).

Birjīs Barīs reflète-t-il l’image qui lui a été attribuée de « passerelle entre Orient et Occident » ?

33Sous la forme d’une association, l’Association de Saint-Louis, l’abbé Bourgade a voulu poursuivre à Paris l’œuvre évangélisatrice qu’il avait entreprise en Tunisie. Les adhésions à cette Association, qui se présente comme « une œuvre éminemment civilisatrice, ayant pour but d’évangéliser les musulmans au moyen d’ouvrages écrits ou traduits en leur langue », sont nombreuses. Elles ont ensuite donné naissance à l’Institution de Saint-Louis, qui avait pour but la rédaction et la traduction d’ouvrages en langues orientales, ainsi que l’enseignement de ces langues, l’arabe notamment. L’Institution de Saint-Louis a aussi formé de jeunes orientalistes pour assurer la relève. Cet esprit de propagande religieuse est l’élément essentiel qui a permis au journal Birjīs Barīs de voir le jour et de diffuser des informations politiques, scientifiques et littéraires auprès d’un lectorat arabe et musulman à travers le monde. En consultant ce journal, on constate néanmoins l’absence d’articles religieux chrétiens.

34Contrairement à la vocation principale de son fondateur, L’Aigle de Paris propose des articles en lien avec la civilisation et la religion musulmanes, et non avec la religion chrétienne. Soliman al-Haraïri aurait-il contribué au changement de l’orientation initiale de ce journal par ses écrits ? Il semble plutôt que ce dernier ait opté pour une stratégie de dialogue entre les deux religions. Le fait de proposer des articles puisant dans la culture arabo-musulmane et de présenter des textes coraniques mettant en exergue les valeurs humaines était une façon de prôner l’ouverture de l’islam aux autres religions. Birjīs Barīs se voulait, on l’a dit, une passerelle entre le monde oriental et le monde occidental, avec le souci constant de la recherche d’un rapprochement pacifique entre les nations. Les lettres d’éloges mentionnées plus haut sont toutes un rappel de cet aspect. La collaboration entre François Bourgade et Soliman al-Haraïri n’est-elle pas un exemple concret d’ouverture ?

35Le long séjour tunisien de l’abbé Bourgade (1841-1858) lui avait permis de se familiariser avec les habitudes des lettrés musulmans dotés d’une formation traditionnelle. À ce propos, Paul Gabent remarque que : « sur toute la côte de Tunis les Arabes connaissaient et aimaient le beau marabout des chrétiens [François Bourgade] » (Gabent, 1905 : 30). L’abbé Bourgade avait en effet enseigné, dans son collège de Saint-Louis à Tunis, auprès d’élèves de différentes confessions : chrétienne, musulmane et juive.

36Cette expérience lui avait donné un esprit de tolérance envers les différentes religions. On comprend mieux, désormais, la relation entre les deux hommes, une relation qui liait deux religions différentes, en la personne du chrétien François Bourgade et du musulman Soliman al-Haraïri. Parmi les oulémas tunisiens avec qui l’abbé avait noué une relation d’amitié, seule celle avec al-Haraïri sera fructueuse et de longue durée. Il présente son fidèle ami comme « le plus savant arabisant » qu’il ait connu en Afrique et aussi l’« un des plus fanatiques parmi ses coreligionnaires avant que ses idées eussent été modifiées par [leurs] relations ».

37L’influence de Birjīs Bārīs est telle que son rival, le journal al-Jawā’ib, a tenté de contrarier ses projets. Une querelle linguistique éclate en effet entre le fondateur de ce dernier, Ahmad Faris al-Chidyaq (1804-1887), et Soliman al-Haraïri. Une querelle qui prend de l’ampleur en 1863, impliquant un grand nombre de personnalités connues de l’époque. Al-Jawā’ib est un périodique privé créé en 1861 à Constantinople par le Libanais al-Chidyaq et fortement soutenu par le gouvernement turc. Le thème principal de ce journal était la défense de la cause musulmane, que son directeur venait d’embrasser. Al-Jawā’ib était alors considéré dans le monde arabe comme :

le plus grand journal arabe du xixe siècle ; il se vendait également au Caire, à Beyrouth, à Damas, en Irak et en Afrique orientale, et jouissait de cette large diffusion grâce au soin apporté à sa rédaction et à sa présentation. Il atteignit son apogée vers 1880. (« Djarīda », EI2, II : 477)

38Birjīs Bārīs était distribué non seulement en Tunisie et en Algérie, mais aussi à Rabat et à Mogador au Maroc, à Alexandrie, à Beyrouth et à Damas, et jusque dans les Indes orientales, à Calcutta ou encore à Bombay. Ce succès international faisait donc de l’ombre au journal de Constantinople, qui était quant à lui diffusé dans les seuls pays musulmans. La querelle linguistique entre les deux journaux commence en 1862 pour se terminer l’année suivante. Cette dispute a pour origine des raisons politiques : la politique musulmane de la Sublime Porte défendue par Chidyaq et la présence française dans le monde arabe défendue par al-Haraïri. Elle se transforme ensuite en une dispute linguistique. Pour se défendre et prouver ses connaissances à al-Haraïri, Chidyaq a recours à plusieurs personnalités de renom dans le monde arabe, comme le théologien et universitaire tunisien cheikh Qabadou (1812-1871) en Tunisie. Cela permet de mieux saisir les circonstances dans lesquelles il rédige son poème satirique contre al-Haraïri. Quant au grand linguiste égyptien ʿAbd al-Ḥādī Najā al-Abyārī, il écrit à cette occasion son livre al-Najm al-ṯāqib fī-l muḥākama bayna l-Birjīs wa-l-Jawā’ib (al-Abyārī, 1863) pour venir au secours de son ami. Al-Jawā’ib rend publique sa réponse critique concernant al-Haraïri dans les numéros 84 et 85 de l’année 1863 sous le titre al-Maqāma al-anfiyya. On y découvre les difficultés rencontrées par Chidyaq pour se défendre face aux arguments de Soliman al-Haraïri, le poussant à être agressif et dépourvu de tout sens critique constructif.

Conclusion

39Le succès du Birjīs Barīs est fulgurant mais de courte durée, à savoir sept ans d’existence : 1859-1866. La parution s’interrompt en effet brutalement peu après le décès de son fondateur, l’abbé François Bourgade. Le journal, financé par les mécènes de l’Association de Saint-Louis qu’il dirigeait, avait été impulsé par sa volonté de propagande et son rôle de missionnaire. Le financement, intimement lié à la personne même du religieux chrétien, s’éteint donc avec lui malgré le réel succès du journal à l’échelle internationale, un succès qui a suscité aussi bien l’irritation que l’envie. Le deuxième collaborateur, Rouchaïd al-Dahdah, ayant quitté la rédaction deux ans après la création du Birjīs Barīs pour fonder le premier journal officiel tunisien, le principal partenaire de l’abbé Bourgade, Soliman al-Haraïri, ne peut sauver seul le Birjīs Barīs et il emprunte une autre voie, pour gagner sa vie en tant que répétiteur en langue arabe à l’École des langues orientales.

40C’est la maladie qui a emporté l’abbé Bourgade le 20 mai 1866 après quelques années de lutte acharnée. Il s’éteint dans la solitude et une quasi-indigence alors qu’il avait côtoyé des sommités politiques du monde entier, parmi lesquels le roi Louis-Philippe d’après une note copiée dans son carnet de voyage (Vassel, 1909 : 26) : « Entrez, abbé Bourgade… Oh ! Oh ! Barbe, Manteau !... Et de quel pays !... » Ce sont là des fragments de phrases exclamatives prononcées par le roi Louis-Philippe, recevant l’abbé Bourgade à Paris le 6 mai 1846. En 1909, E. Vassel a mené une enquête en Tunisie sur les traces laissées par l’abbé Bourgade dans ce pays ; déçu du résultat de ses démarches, il s’indigna du sort de ce dernier en ces termes :

Le nom de celui qui, avec les moyens d’action les plus chétifs, dota la Tunisie de son premier hôpital, de son premier collège, de sa première presse, de son premier embryon de musée, peut-être de sa première société savante, n’y est guère connu que de quelques vieillards. (Vassel, 1909 : 115)

41Paul Gabent, curé de Pessan, a quant à lui publié à Auch, en 1905, une biographie fort intéressante pour rendre hommage à l’abbé Bourgade, intitulée : Un oublié : l’abbé Bourgade, missionnaire apostolique, premier aumônier de la chapelle royale de Saint-Louis de Carthage (1806-1866).

42Le sort de Soliman al-Haraïri rejoint celui de son compagnon de vie, l’abbé Bourgade, car lui aussi meurt à Paris « dans la plus grande solitude », le 28 septembre 1877. Cette remarque d’Abū l-Qāsim Muḥammad Kirrū fait allusion à l’absence des membres de la famille d’al-Haraïri lors de son enterrement (Kirrū, 2001). Célibataire, ce dernier vivait seul à Paris. Néanmoins, la présence du consul ottoman aux funérailles et à son enterrement dans le carré musulman du cimetière du Père-Lachaise traduit l’importance de l’homme dans le milieu intellectuel parisien. Dans son livre sur Soliman al-Haraïri, Kirrū produit le certificat de décès délivré par le cimetière du Père-Lachaise, précisant la date du décès et celle de l’inhumation, le 30 septembre 1877. Cinq ans plus tard, al-Haraïri est déplacé dans la partie commune, personne ne prenant en charge les frais de sa tombe. Ainsi s’achève le parcours de cet intellectuel totalement ignoré et oublié dans son pays natal, qui compte pourtant parmi les hommes influents dans le cercle de l’élite française (Messaoudi, 2008 : 196-198). Il est cité dès la première édition de 1858 du Dictionnaire universel des contemporains par G. Vapereau (1819-1906), qui le décrit ainsi : « Très versé dans la connaissance de notre langue, Al Harairi Soliman s’est donné pour tâche de répandre chez ses compatriotes nos livres et nos idées. »

Haut de page

Bibliographie

ABRIA, Yvonne, 1918, « Quelques documents inédits sur l’abbé François Bourgade », Revue tunisienne, p. 321-327.

Auteur anonyme, 1873, Les Arabes et la colonisation en Algérie, Paris, Impr. de Pougin.

BOURGADE, Abbé François, 1847, Soirées de Carthage ou dialogues entre un prêtre catholique, un muphti et un cadi, Paris, Firmin Didot frères.

BOURGADE, Abbé François, 1849-1850, Musāmarāt Qarţājinna, trad. Léon Roches, Tunis.

Comptes-rendus des séances de la Société asiatique, 1862 (séance du 9 mai 1862), Journal Asiatique.

Comptes-rendus des séances de la Société d’ethnographie américaine et orientale, 1860 (séance du 16 janvier), Paris.

Cooper-Richet, Diana, 1999, « La librairie étrangère à Paris au xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 126-127, p. 60-69.

Cooper-Richet, Diana, 2005, « Paris, capitale des polyglottes ? Édition et commercialisation des imprimés en langues étrangères sous la Restauration », in MOLLIER, Jean-Yves, REID Martine et YON, Jean-Claude (dir.), Repenser la Restauration, Paris, Nouveau Monde éd.

Cooper-Richet, Diana, 2009, « Paris, carrefour des langues et des cultures : édition, presse et librairie étrangères à Paris au xixe siècle », Histoire et civilisation du livre, 5, p. 121-143.

DEBBECH, Ons, 2017, Les voyageurs tunisiens en France au xixe siècle, Paris, L’Harmattan.

Elias, Hanna Elias, 1993, La presse arabe, Paris, Maisonneuve et Larose.

GABENT, Paul, 1905, Un oublié : l’abbé Bourgade, missionnaire apostolique, premier aumônier de la chapelle royale de Saint-Louis de Carthage (1806-1866), Auch.

GUTRON, Clémentine, 2005, « L’abbé Bourgade (1806-1866), Carthage et l’Orient : de l’antiquaire au publiciste », Anabases, 2, p. 177-191.

Al-Haraïri, Soliman, 1857, Guide de l’Afrique et de l’Orient (Conseils adressés aux Musulmans), ou préface de la traduction arabe de la grammaire de Lhomond, Paris, Benjamin Duprat.

Al-Haraïri, Soliman, 1860, Risāla fī-l-qahwa [Traité sur le café], Paris, Challamel.

Al-Haraïri, Soliman, 1861, Parfumeur de Tunis […] d’après les renseignements recueillis sur les lieux en 1858, éditée par Narcisse Cotte, secrétaire de la légation à Tanger et à Rabat, t. III, no 25.

Al-Haraïri, Soliman, 1862, Risāla fī ḥawādith al-jaww [Traité de météorologie], Paris.

Al-Haraïri, Soliman, 1862, Traité de météorologie, de physique et de galvanoplastie, rédigé́ en arabe d’après les meilleurs auteurs français, etc. [Risāla fī ḥawādith al-jaww ay asbāb al-riyāḥ wa-al-ḥarr wa-al-bard wa-al-saḥāb...], Paris.

Hartmann, Martin, « Djarīda » [Journal], in Encyclopédie de l’islam, 2e éd., Leyde, Brill, 1954-2004, 12 vol., p. 476-491.

Khairallah, Tannous, 1912, La Syrie. Territoire, origines ethniques et politiques, évolutions, Paris, Ernest Leroux.

Kirrū, Abū l-Qāsim Muḥammad, 2001, Sulaymān al-Ḥarā’irī maʿa fatāwīhi wa-rasā’ilihi [Soliman Al-Haraïri avec ses fatwas et traités], Tunis.

Levallois, Michel et Moussa, Sarga (dir.), 2006, L’Orientalisme des saint-simoniens, Paris, Maisonneuve et Larose.

MESSAOUDI, Alain, 2008, Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830-vers 1930), thèse d’histoire dirigée par Daniel Rivet, soutenue le 9 février, Université Paris 1.

MESSAOUDI, Alain, 2015, Les arabisants et la France coloniale. Annexes, Lyon, ENS Éditions, [en ligne] https://books.openedition.org/enseditions/3726.

MZALI, Mohamed Salah, 1981, Les Beys de Tunis et le Roi des Français, Tunis, M.D.T.

PLANEL, Anne-Marie (dir.), 2004, Maghreb, dimensions de la complexité, Tunis, Études choisies de l’IRMC (1992-2003).

Revue de l’Orient, 1859, Société orientale de France, procès-verbal de la séance du 26 février 1859, Paris.

al-Sanoussi, Mohamed, 1976, al-Riḥla al-ḥijāziyya [Le voyage Hijazien], Tunis.

Sourdel, Dominique, 1976, Histoire des Arabes, Paris, Presses universitaires de France.

TLILI, Bachir, 1974, Les rapports culturels et idéologiques entre l’Orient et l’Occident en Tunisie au xixe siècle (1830-1880), Tunis, publications de l’Université.

Vapereau, Gustave, 1893, Dictionnaire universel des contemporains, contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Paris, Hachette.

VASSEL, Eusèbe, 1909, « Un précurseur : l’abbé F. Bourgade », Revue tunisienne.

VayssetteS, Eugène, 1860, Sauvons les Maronites par l’Algérie et pour l’Algérie ? Solution provisoire de la question d’Orient, Alger-Paris, Bastide-Challamel.

Haut de page

Notes

1 Mohamed Ali (1779-1849), gouverneur de l’Égypte de 1805 à 1849. Il est considéré comme « le fondateur de l’Égypte moderne » (Sourdel, 1976 : 109).

2 Voir les travaux de Diana Cooper-Richet dans la bibliographie.

3 Ce travail repose sur une thèse de doctorat soutenue le 8 décembre 2012 à la Sorbonne Paris 4, sous la direction de M. le Professeur Abdallah Cheikh-Moussa, intitulée : « L’Europe vue par les voyageurs tunisiens au xixe et début du xxe siècle » et sur notre livre Les voyageurs tunisiens en France au xixe siècle paru en 2017.

4 Il s’agit de Pierre Théophile Barrois, dit le jeune (1752-1836), libraire français, spécialisé dans la librairie et l’édition en langues étrangères. Le fils, Louis-Théophile Barrois (1780-1851), en activité dès 1802, poursuit la même spécialisation que son père. Voir la notice Data de la BnF de Louis-Théophile Barrois.

5  Auguste-François Dondey-Dupré (1766-1847) : imprimeur-libraire français, fondateur avec son fils Prosper Dondey-Dupré (1794-1834) de la première imprimerie privée française pour les langues orientales. Tous deux tiennent la « Librairie orientale de Dondey-Dupré père et fils ». Voir la notice Data de la BnF d’Auguste-François Dondey-Dupré. Nous mentionnons la note suivante parue dans le dernier numéro daté du 15 août 1861 de l’édition bilingue de L’Aigle de Paris : Paris-Imprimerie orientale d’Edouard Blot, rue Saint-Louis, 46 (ancienne maison Dondy-Dupré).

6  Augustin Challamel (1818-1894) : historien et libraire français. Quant à Jules-Robert-Pierre-Joseph Challamel, Challamel aîné (1813-1892), il s’agit d’un peintre et lithographe. Éditeur, il crée sa librairie vers 1866 et publie un Atlas colonial, cartes et ouvrages sur la Cochinchine et le Tonkin. La librairie Challamel est en activité de 1835 à 1885 au 30 rue des Boulangers et au 5 rue Jacob à Paris 5e. Voir sa notice data de la BnF.

7 Sur le mouvement d’émigration italienne en Tunisie au xixe siècle, voir Tlili (1974 : 82).

8  Antoine-Louis d’Orléans, duc de Montpensier était le cinquième fils du roi Louis-Philippe. Il a combattu comme officier en Algérie, où il a accédé au grade de Maréchal de camp.

9  Ordre honorifique tunisien créé par Ahmed bey (1806-1855) et décerné jusqu’à l’abolition de la monarchie en 1957.

10 Y. Abria présenta pour la première fois le portrait de l’abbé Bourgade dans la Revue tunisienne (1918 : 322).

11 Il s’agit d’un manuel de grammaire française destiné aux étrangers et qui a fait la renommée de ses deux auteurs, le grammairien Charles-Pierre Chapsal (1788-1858) et son collaborateur François Noël (1756-1841).

12 Benjamin Duprat (1802-1864), libraire-éditeur, se forme chez le libraire parisien Louis-Théophile Barrois (1780-1851) à partir de 1820 environ et exerce dès 1830 en tant qu’associé de ce dernier. Il qualifie son établissement de « librairie orientale ». Voir sa notice Data de la BnF.

13 La date est illisible sur le premier et le second numéro du seul exemplaire de Birjīs conservé à la Bibliothèque nationale de France, mais probablement début août 1860, puisque le no 3 de ce journal est daté du 1er septembre 1860 et que l’édition arabo-française paraissait deux fois par mois.

14 Plusieurs écrits mentionnent l’apostasie de Soliman al-Haraïri, par exemple la note numéro 1 d’Ali Chenoufi qui propose sa biographie. Selon lui, la traduction du livre de Bourgade était à l’origine de cette accusation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Portrait de François Bourgade par Auguste Legrand
Crédits Source : Bibliothèque Sainte-Geneviève, EST 89 RES (P.70) - Internet Archive10.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 2. Exemplaire de L’Aigle de Paris, version bilingue, 2 octobre 1860
Crédits Source : BNF
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ons Debbech, « Birjīs Barīs (1859-1866). L’aventure du premier journal arabe à Paris »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 41-62.

Référence électronique

Ons Debbech, « Birjīs Barīs (1859-1866). L’aventure du premier journal arabe à Paris »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18397

Haut de page

Auteur

Ons Debbech

Maître de conférences, Université de Paris 8, Vincennes-Saint-Denis, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search