Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEL’œuvre journalistique de James S...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

L’œuvre journalistique de James Sanua à Paris, de la satire révolutionnaire à la médiation entre l’Orient et l’Occident (1878-1910)

From revolutionary satire to mediation between East and West: James Sanua’s journalistic work in Paris (1878-1910)
نشاط يعقوب صنوع الصحفي بباريس، من الهجاء الثوري إلى التوسط بين الشرق والغرب (1878-1910)
Eliane Ursula Ettmüller
p. 63-84

Résumés

Pionnier du théâtre et du journalisme satiriques arabes, Yaʿqūb Ṣannūʿ (James Sanua, 1839-1912) se réfugie à Paris en 1878. Pendant les 33 années qui suivent, il publie un journal satirique, dont le titre changera sept fois, puis lance Tawaddud [Sympathisons], al-Munṣif [L’Équitable] et L’Univers Musulman. Ces différentes publications passèrent progressivement d’un discours nationaliste, voire islamiste, destiné à la politisation des lecteurs égyptiens, à un message de médiation entre les cultures orientale et occidentale. Avec son dernier journal, Sanua voulait faire comprendre le monde musulman, sa culture et sa religion aux lecteurs français. Cet article a pour objectif de présenter l’œuvre journalistique de James Sanua et l’impact de son installation à Paris sur celle-ci.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans la plupart des pays du monde arabe, la presse et la littérature satiriques, de même que les caricatures, sont des moyens d’expression importants permettant de partager les critiques politiques et sociales. Pendant les révoltes des années 2010 et 2011, par la suite appelées « Printemps arabes » dans la presse, par exemple, tous les genres de satire ont envahi l’espace public des mīdān-s (Ettmüller, 2012). En réalité, au cours de cette phase libératrice et pleine d’espoir, les journaux satiriques arabophones, porteurs de messages nationalistes et réformistes déguisés, relevaient d’un genre plus que centenaire.

  • 1 Ceci est la transcription de l’arabe en français que Sanua a utilisée dans les titres de ses journa (...)
  • 2 La transcription que James Sanua a choisie pour son nom sera respectée et utilisée par la suite. Ce (...)

2En 1878, à un moment où, comme dans les années 2010, l’oppression, la pauvreté et le mécontentement populaire règnent, bien que dans une configuration politique différente, les quinze premiers numéros du journal Abou Naddara Zarqa1 sont publiés en Égypte. Yaʿqūb Ṣannūʿ2, le créateur de cette feuille satirique écrite en dialecte, insupportable aux yeux de l’élite politique au pouvoir, se retrouve bientôt exilé à Paris. Installé dans la capitale française, il reprend la publication de son journal, à la tonalité nationaliste. Pionnier de la caricature arabe, il produit, trois décennies durant et sans interruption, des journaux francophiles.

3Sanua est un pionnier dans différents genres. Avant de se lancer dans le journalisme satirique, il était connu en Égypte comme le fondateur du théâtre moderne. Ses productions théâtrales ont été collectionnées, publiées et commentées par des chercheurs, comme Nagwa Anous, qui a compilé les pièces de théâtre parues dans les journaux (Anous, 1987). Ophélie Arrouès Ben Salma a étudié, quant à elle, l’écriture théâtrale dans les journaux de Sanua (Arrouès Ben Salma, 2018). Le développement du théâtre en Égypte au xixe siècle et la place de « l’expérience théâtrale » de Sanua font l’objet des travaux, en anglais, de Philip Sadgrove (Sadgrove, 2007). L’ensemble de ces études montrent que, dans l’œuvre pionnière de Sanua, il y a fusion entre le théâtre populaire arabe et le journalisme satirique européen du xixe siècle. L’invention de ce genre de théâtre transculturel constitue le point de départ de la presse satirique arabe (Ettmüller, 2009, 2013). Pourtant, les plus récentes publications concernant l’œuvre de Sanua dans son pays d’origine mettent en question sa place de fondateur du théâtre moderne égyptien. Muḥsin Muṣaylḥī a mis publiquement en doute le fait que Sanua ait lui-même écrit des pièces de théâtre (Muṣaylḥī, 2001). Sayyid ʿAlī Ismāʿīl a cherché à effacer le nom de Sanua des origines de l’histoire du théâtre égyptien, prétendant qu’il avait écrit ses pièces de théâtre à Paris sans les avoir mises en scène au Caire (ʿAlī Ismāʿīl, 2001). Finalement Adam Mestyan et Nagwa Anous ont montré que les critiques et les annonces des pièces de théâtres de Sanua, dans les journaux de l’époque, ne laissaient aucun doute sur la réalité de ses activités avant son exil (Mestyan, 2012 ; Anous, 2019). La carrière de metteur en scène de Sanua a duré un peu moins de deux ans seulement. Son œuvre théâtrale a, pourtant, été beaucoup plus analysée que les journaux et les caricatures qu’il avait publiés pendant plus de trois décennies.

  • 3 En 2011, mon projet de digitalisation de tous les documents collectionnés au cours de mes recherche (...)

4Seules trois études traitent véritablement du sujet : le travail rédigé en arabe par Ibrāhīm ʿAbduh en 1953 ; celui, en anglais, d’Eliane Ettmüller, qui se concentre sur les journaux publiés jusqu’à la fin de l’année 1881 ; et la thèse, en français, d’Ophélie Arrouès Ben Salma, qui examine les écrits théâtraux publiés dans les journaux (Ettmüller, 2012 ; Arrouès Ben Salma, 2019). Les trois décennies de publications de Sanua mériteraient, cependant, des recherches supplémentaires, notamment en arabe et en français3.

5Cet article analyse l’évolution des journaux satiriques de Sanua. Il part de l’hypothèse que cette évolution est influencée par les différents stades d’intégration de Sanua dans la société parisienne de son époque. Débutant avec un récit de voyage qui montre l’arrivée du personnage Abou Naddara à Paris, l’œuvre journalistique de Sanua se présente d’abord comme une propagande révolutionnaire qui cherche à destituer les dirigeants égyptiens. L’intention de l’auteur était, vraisemblablement, d’accélérer son retour en Égypte. Mais, avec l’intervention britannique en 1882, la perspective d’un retour perd de son actualité et Sanua commence alors à s’adresser à un public arabophone s’intéressant à la culture et à la politique des pays européens en général et de la France en particulier. Avec de plus en plus de traductions et d’explications, les journaux et leur créateur se positionnent en tant que médiateurs entre l’Orient et l’Occident. Finalement, le dernier journal, publié uniquement en français, s’efforce d’expliquer L’Univers Musulman aux Français.

Les débuts d’un journal satirique à vocation progressiste, en Égypte

6Yaʿqūb Ṣannūʿ, né en 1839, est le fils d’un couple de Juifs sépharades et polyglottes. Son père lui fait apprendre l’hébreu, l’arabe, l’anglais et l’italien, car les Ṣannūʿ ont des racines à Livourne, port dans lequel le jeune James Sanua – selon la transcription de son nom qu’il préférait – partit poursuivre ses études avec le soutien financier d’Aḥmad Yagan Bāshā, l’homme pour lequel travaillait son père. Le tout premier poème-pamphlet de Sanua a été publié en italien en Égypte ; il se moque d’un vieil Arabe qui regrette que son fils ait perdu la foi après ses études à Paris (Sanua, 1869 ; Ettmüller, 2013). Ainsi, dès sa première publication, Sanua s’intéresse déjà aux effets, sur un jeune Arabe comme lui, de l’exposition à la culture européenne. Lorsque Sanua retourne en Égypte, son père et Aḥmad Yagan Bāshā sont décédés. Il commence alors par donner des cours aux enfants de familles aisées, avant d’obtenir un poste de professeur à l’Ecole polytechnique.

  • 4 James Sanua, Mémoires, non publiées, consultées dans les archives de sa famille.

7Fasciné par les acteurs italiens qui donnent des spectacles dans les jardins de l’Ezbekié au Caire, Sanua fonde une troupe de théâtre et met en scène des pièces en dialecte égyptien. Après une année de succès, le khédive n’appuyant plus financièrement les créations artistiques du premier théâtre arabe moderne, celui-ci ferme ses portes4.

  • 5 Maḥfal al-taqaddum (Loge du Progrès) fondée en 1873, et Jam‘iyyat muḥibbīn al-ʿilm (Société des ama (...)
  • 6 James Sanua, Mémoires, ibidem.

8Franc-maçon depuis 1868, Sanua dédiait l’essentiel de son temps libre aux réunions de deux sociétés secrètes5 (Baignière, 1886 : 14-15) dont il était le fondateur et au sein desquelles il discutait du réformisme, du nationalisme et du parlementarisme avec Jamāl al-Dīn al-Afghānī, Adīb Ishāq et Muḥammad ʿAbduh. Sur les recommandations d’al-Afghānī, Sanua décide de lancer un journal progressiste avec, pour vocation, la transformation du lecteur en un être moral, bien éduqué et informé. Il raconte qu’en sortant d’une rencontre avec ses amis du cercle d’al-Afghānī, alors qu’il cherchait un titre pour son journal et était occupé par ses réflexions, il manqua de se heurter à des enfants qui jouaient dans la rue. Ceux-ci lui crièrent : « Attention, Abou Naddara6 ! » [L’homme aux lunettes].

  • 7 Abou Naddara Zarqa, 25/03/1878, p. 1.

9Dans ce journal de quatre pages, appelé Abou Naddara Zarqa [L’homme aux lunettes bleues], la plupart des dialogues et des sketches sont écrits de manière phonétique dans différents dialectes arabes, majoritairement en dialecte cairote. Les deux premiers numéros ont été publiés à Alexandrie, les autres au Caire. Sur la première page de son nouveau journal, Sanua remercie le Khédive Ismā‘īl pour sa politique libérale et réformiste et promet que Abou Naddara Zarqa ne se moquera pas des affaires politiques ou religieuses7 (Ettmüller, 2012 : 81). Mais cette trêve avec son ancien bienfaiteur, qui avait subventionné puis abandonné l’œuvre du metteur en scène Sanua, ne devait pas durer longtemps. Après la publication de quinze numéros de son journal satirique, son rédacteur en chef est contraint de s’exiler à Paris.

Abou Naddara relancé en exil, sous la forme d’un récit de voyage

  • 8 Sanua raconte ces événements à plusieurs reprises dans ses Mémoires, dans des entretiens et aussi d (...)

10Dans ses mémoires, James Sanua raconte qu’après deux attentats à sa vie ratés, il décide de s’éloigner de sa patrie bien aimée (Ettmüller, 2012 : 104)8. Même si sa fuite a été très bien préparée, il n’en reste pas moins que faire reparaître son journal, cinq semaines seulement après son arrivée à Paris, relève d’un tour de force, d’autant qu’il y ajoute une caricature d’Abou Naddara. Le dernier numéro d’Abou Naddara Zarqa publié au Caire date du 18 mai 1878. Sanua quitte Le Caire le 30 juin 1878 ; le premier numéro parisien est daté du 7 août.

Fig. 1

Fig. 1

Source : Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 1, 07/08/1878, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)

  • 9 Dans le dernier numéro de son journal publié au Caire, dans un dialogue avec un garçon qui guide so (...)
  • 10 Le 30 septembre, il appose le titre de Khawāga à son nom sur la première page de son journal. Dans (...)

11Cette lithographie de qualité modeste, certainement dessinée par Sanua lui-même, est entrée dans l’histoire de la presse satirique arabe comme étant la toute première caricature. Abou Naddara ressemble fortement à son dessinateur (Ettmüller, 2012 : 287)9. Sanua donne à son alter-ego littéraire une apparence de khawāga10, c’est-à-dire de résident aisé non musulman, d’origine européenne en Égypte. Lors de cette première représentation visuelle, Abou Naddara porte un haut-de-forme, une redingote et un bâton. Il punit Cheikh al-Ḥāra – le chef du quartier –, alter-ego satirique du Khédive Ismāʿīl. Cheikh al-Ḥāra supplie à genoux son adversaire d’arrêter sa propagande contre lui. Mais Abou Naddara n’a d’yeux que pour Abū al-Ghulb le paysan, qui lui demande de continuer à punir le malfaiteur qui prive les pauvres gens comme lui de tout, y compris de nourriture. Par sa taille, plus petite que celle des deux autres personnages, Cheikh al-Ḥāra est mis à l’arrière-plan, privé de son statut.

  • 11 Riḥlat Abī Naẓẓara Zarqā’ min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 2, 14/08/1878, p. 1.

12Dès le premier numéro, Sanua se présente au lecteur comme l’ancien rédacteur du journal Abou Naddara, espérant sans doute que ses lecteurs égyptiens le reconnaîtront. Dans le deuxième numéro, il se dit néanmoins « professeur de langues orientales et occidentales11 », comme pour montrer qu’il est déjà en voie d’intégration dans la société parisienne. En effet, pendant cette période, Sanua gagne sa vie en donnant des cours d’arabe, de dessin, d’astronomie et d’arithmétique (Gendzier, 1966 : 70).

  • 12 Le nom de l’imprimerie et son adresse, 5 rue Joquelet, sont indiqués pour la première fois, en arab (...)

13La première série de son journal, dont il publie 30 numéros en un an à partir du mois de mars 1878, est conçue comme le récit du voyage d’Abou Naddara depuis l’Égypte jusqu’à son intégration au sein de la société parisienne. Pour titre de cette deuxième série de journaux, imprimée chez Ragueneau12, Sanua choisit : « Le Voyage de l’Egypte victorieuse vers la brillante ville de Paris ». À partir du numéro 8, daté de septembre 1878, l’adresse de Sanua, 45 rue d’Enghien dans le 10e arrondissement, est indiquée sur la quatrième page.

Fig. 2

Fig. 2

Source : Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā’ min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 6, 15/09/1878, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)

14Sur l’une des deux images qui illustrent la première page du sixième numéro, Sanua montre aux lecteurs la presse lithographique qui sert à la fabrication de ses journaux et l’imprimerie Ragueneau est représentée par son propriétaire. Sanua se dessine, quant à lui, en train d’y imprimer son propre journal. Dans le commentaire qui se trouve en dessous, il est indiqué : « W-Allāh inna al-misyiū Raginū raǧūl shāṭir. Ikhtaraʿa lī maṭbaʿa al-tabʿ bihā bi-yaday bi-ghāyyat al-suhūla » [Mon Dieu, ce qu’il est malin ce Monsieur Ragueneau, il a créé pour moi une machine sur laquelle je peux imprimer de mes propres mains, c’est très facile !].

  • 13 Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 7, 02/05/1878, p. 1.
  • 14 Ibid.
  • 15 Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 30, 13/03/1879, p. 4.

15En ce qui concerne le contenu, dans les premières séries des journaux de Sanua, on note le passage d’un style dramatique à un style journalistique plus satirique. Dans son premier journal parisien, la conversation entre deux amis – Abou Naddara et Abū Khalīl – occupe une grande partie des numéros. Dans l’un de ces dialogues, de juillet 1878, Sanua décrit la rencontre de ces deux personnages au Café Riche, boulevard des Italiens13. Les lecteurs apprennent qu’Abū Khalīl s’est enfui d’Égypte, comme son ami Abou Naddara, à cause de la teneur critique de ses publications14. Les nouveaux arrivants se racontent leurs voyages et leurs expériences, en France. Ils se saluent en prose rimée (zajal) et soulignent solennellement l’importance de la lutte de libération dans leur pays d’origine. Abou Naddara parle, ensuite, de son voyage mouvementé d’Alexandrie à Malte, puis jusqu’à Marseille. À son tour, Abū Khalīl lui raconte qu’il ne se sent pas encore à l’aise en France. Il ne comprend pas la langue et dépend des traductions des journaux que lui fait son ami pour suivre les nouvelles. Abou Naddara, plus proche de la culture occidentale, facilite ainsi l’intégration de son ami. Abū Khalīl suit sagement les leçons de son professeur francophile, Abou Naddara, et l’accompagne à l’Exposition universelle qui se tient à Paris en 1878. À la fin de la première série parisienne des journaux d’Abou Naddara, son ami fidèle et brave étudiant rentre en Égypte. Abū Khalīl conclut l’histoire par un monologue sur la nécessité d’avoir un souverain juste et pieux sur les bords du Nil15.

16Abū Khalīl est l’idéal-type de ce que Sanua voudrait que le citoyen égyptien devienne grâce à la pensée libérale française, un citoyen bien éduqué, intéressé par les affaires politiques, économiques et culturelles, fidèle à sa patrie et animé d’une grande volonté de faire progresser son pays. Les conversations d’Abou Naddara et d’Abū Khalīl ne sont jamais illustrées par une caricature. Le soin d’imaginer le visage de l’ami fidèle d’Abou Naddara est laissé au lecteur. Les dialogues entre les deux servent souvent d’introduction au récit de voyage. De cette façon, Abou Naddara et Abū Khalīl prennent la place du ḥakī, narrateur traditionnel du folklore arabe. Ils ressemblent aussi aux personnages qui, dans les magazines satiriques européens, guident les lecteurs, à l’image de Punch et Judy dans Punch (Maidment, 2013).

  • 16 Ibid., no 15, 21/10/1878, p. 1-4.

17Hormis ces dialogues, un autre genre de texte théâtral, la jalsa [la séance], commence dans la série du récit de voyage d’Abou Naddara. Il permet de préciser la position de Sanua vis-à-vis de la pensée libérale française. Au cours de la première séance d’une société secrète, dont les membres s’appellent « derviches » ou Abou Naddara – avec des lunettes d’autres couleurs que bleues –, un Français se présente aux derviches et fait un long discours sur les libertés et les droits civiques, au terme duquel il est accepté comme membre. Le président de ladite société en profite pour souligner à quel point les Français sont les promoteurs du progrès des peuples16 (Ettmüller, 2012 : 119-121). Le genre de la jalsa se perfectionne progressivement au cours des premières années d’Abou Naddara. Il se dote d’un ordre du jour bien établi, avec ouverture solennelle par le président. Celui-ci présente ensuite les personnes issues de différentes classes sociales du peuple égyptien, qui, toutes, dénoncent l’injustice du régime politique en place. Le président termine les séances par un appel à l’union et à la résistance.

18Ce format rappelle la participation de Sanua à différentes loges maçonniques. À son arrivée à Paris, il faisait déjà partie de la Loge de Kawkab al-Sharq [L’Étoile de l’Orient] et de la Loge de la Concorde égyptienne. Le Grand Maître de la première était, en 1878, Jamāl al-Dīn al-Afghānī. Les deux loges n’étaient pas du rite français et interdisaient les discussions politiques pendant les sessions. Avec l’arrivée du Français au sein de la société secrète d’Abou Naddara, les revendications politiques font leur entrée dans les sessions des derviches. À ce moment-là, cette société secrète d’Abou Naddara est fort probablement présidée par Jamāl al-Dīn al-Afghānī (Ettmüller, 2012 : 66-69).

Fig. 3

Fig. 3

Source : Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 30, 15/09/1879, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)

19Le projet politique de cette série pionnière, du voyage à Paris, est d’inciter le peuple égyptien à se soulever contre le Khédive Ismā‘īl et de porter ʿAbd al-Ḥalīm Bāshā au pouvoir. Il est, par conséquent, compréhensible que Sanua cache les identités de ses correspondants et de sa société secrète derrière différents pseudonymes qui, en général, commencent par « Abū ». ʿAbd al-Ḥalīm est le seul personnage à ne jamais être caricaturé et à ne pas porter de surnom dans la première série d’Abou Naddara. Dans la caricature ci-dessus, on le voit en passe de destituer Cheikh al-Ḥāra (Ismāʿīl), qui prend la pose sur les ruines de son pays, complètement ravagé et en guerre. Une certaine transformation physique d’Abou Naddara est visible. Pour la première fois, il porte un fez au lieu de son haut-de-forme habituel et, comme on verra plus loin, plus James Sanua s’intègre dans la société parisienne de son époque, plus son alter-ego s’orientalise. Il évolue progressivement du Khawāga Jams Sānūwā au Cheikh Abou Naddara Zarqa Chaër al-Molk, non seulement en apparence mais aussi à travers de sa signature : Sanua signe d’abord en arabe comme si son nom était transcrit d’une langue latine. En français par contre, il adopte le titre de « cheikh ».

  • 17 Sanua publia cette annonce dans les nos 7, 8, 9 et 14 de son récit de voyage.

20En raison de la distance qui le sépare de sa patrie, les lettres, les télégrammes et les visites deviennent de plus en plus importantes pour les publications d’Abou Naddara. Quatre fois dans son récit de voyage, Sanua invite « des amis syriens, irakiens, algériens, indiens et tunisiens et de tous les pays arabes » à publier des articles dans son journal17. Les lettres les plus prisées, dans la première série d’Abou Naddara, sont certainement celles d’un Cheikh Yūsuf Afandī al-Shafʿāwī qui écrivait en arabe classique et justifiait toute critique contre le Khédive Ismā‘īl d’un point de vue religieux (Ettmüller, 2012 : 114). Sanua avait des amis parmi les religieux d’al-Azhar, notamment Muḥammad ʿAbd al-Fattāḥ, qui le remercie dans l’introduction de sa pièce de théâtre (ʿAbd al-Fattāḥ, 2002). Mais, au cours de cette période initiale, on ne voit pas clairement qui se cache derrière les noms des auteurs de la plupart des lettres publiées dans Abou Naddara.

  • 18 L’Europe Diplomatique est une gazette internationale publiée de 1876 à 1882 à Paris, dont l’éditeur (...)

21En 1879, un premier album, rassemblant tous les numéros du voyage d’Abou Naddara, est mis en vente. En plus des journaux, il comporte une introduction de l’éditeur (probablement M. Ragueneau), un très court texte de Sanua, un article tiré de L’Europe Diplomatique18 écrit par un correspondant au Caire et une table des matières, le tout rédigé en français, bien que le premier journal parisien de Sanua soit entièrement rédigé en arabe. Dans son texte en français, Sanua indique qu’il veut que le public francophone connaisse la lutte idéologique qu’il mène contre le tyran dans son pays d’origine. Par la suite, il publiera de plus en plus de caricatures avec des légendes bilingues français-arabe.

La série d’Abou Naddara se consolide

  • 19 Sur le journal Abū Zammāra, Sanua utilise « La Clarinette » au lieu de la traduction littérale « le (...)

22Après son récit de voyage et avant la publication d’Abou Naddara au titre en lettres latines, Sanua lance cinq autres journaux en arabe : Abou Naddara Zarqa (du 21 mars au 16 décembre 1879 à peu près) ; Al-Naẓẓārāt al-Miṣriyya [Les lunettes égyptiennes] (du 16 septembre 1879 au 6 mars 1880) ; Abū Ṣaffāra avec le sous-titre français « Le Flûtiste » (du 4 au 20 juin 1880) ; Abū Zammāra avec le sous-titre français « La Clarinette19 » (du 17 juillet au 27 août 1880) ; et Al-Ḥāwī avec le sous-titre français « Le Charmeur » (du 22 septembre 1880 au 25 mars 1881). Ces changements de titre sont directement liés aux développements politiques en Égypte, où les journaux étaient envoyés dans le but de faire de la propagande révolutionnaire. Sanua a effectué ces changements de titres pendant une période au cours de laquelle il a déménagé deux fois, au 65 rue de Provence dans le 9e arrondissement en mars 1879 et au 48 avenue de Clichy dans le 18e arrondissement en avril 1881.

Fig. 4

Fig. 4

Source : al-Ḥāwī – Le Charmeur, no 1, 05/02/1881, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)

23En 1879, le Khédive Ismāʿīl, profitant du mécontentement qui règne parmi les officiers arabes de l’armée, se débarrasse du « ministère européen » anglo-français qui supervisait ses dépenses. Sous pression essentiellement internationale, Ismā‘īl est destitué par le sultan au profit de son fils, mais le mécontentement persiste. Le nouveau Khédive Tawfiq essaya d’imposer son autorité et renforça la censure. Dans ce contexte, les mesures répressives sont illustrées à la une du journal al-Ḥāwī, que Sanua publie à partir du mois de février 1881. On y voit non seulement la vente clandestine du journal, mais également la punition d’un lecteur, découvert par un policier, un exemplaire du journal à la main, sur lequel il est écrit en français : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

24Des contemporains libéraux, avocats des droits de l’homme et du parti libéral en Égypte, tels le Genevois John Ninet et le Britannique Wilfried Scawen Blunt, ainsi que des diplomates plus proches des ambitions impériales anglaises, rapportent que le journal Abou Naddara était connu, partagé, lu à haute voix et écouté avec un grand enthousiasme dans les cafés du Caire, dans les casernes et même dans les zones rurales en Égypte (Blunt, 1907 : 262 ; Ninet, 1979 : 245 ; Ettmüller, 2012 : 76-78).

  • 20 Al-Naẓẓārāt al-Miṣriyya était toujours publié par l’imprimerie Ragueneau mais, en même temps, Sanua (...)

25Pendant cette période, les journaux étaient clairement fabriqués en exil pour être envoyés, clandestinement, vers le pays d’origine de Sanua. Les quelques traductions pour la collection annuelle ne pouvaient pas attirer beaucoup de lecteurs ne connaissant pas la langue arabe. Sanua change alors d’imprimerie et n’indique plus son adresse et, par ailleurs, camoufle son identité derrière un groupe d’auteurs20. « Le Flûtiste » porte à nouveau l’adresse de Sanua dans le 9e arrondissement, mais n’indique pas de nom de maison d’édition. « La Clarinette », en revanche, sort de l’Imprimerie Lefebvre qui, semble-t-il, n’avait pas peur de se rendre complice d’une feuille provocatrice. Cette collaboration avec l’Imprimerie Lefebvre durera jusqu’à la fin de la carrière de Sanua, en 1910. En avril 1881, Abou Naddara paraît pour la première fois avec son titre transcrit en français. C’est ce titre, avec quelques variations de sous-titres et d’images, qui sera maintenu jusqu’à la fin.

  • 21 En ce qui concerne le terme « islamisme », il est intéressant de constater que Sanua traduit « isla (...)

26Entre juillet et septembre 1881, Abou Naddara abandonne partiellement sa rhétorique libérale, inspirée des slogans de la Révolution française, et se déguise en une sorte de prophète lançant des appels au peuple égyptien avec des citations du Coran (Ettmüller, 2013 : 937-938). Sanua fait alors usage d’un langage islamiste21 devant servir à soulever les foules. Après la révolution d’Aḥmad ʿUrābī, pourtant, il revient à son discours habituel et renforce ses attaques anti-impérialistes contre les Britanniques.

Fig. 5

Fig. 5

Source : The Egyptian Patriot, no 2, 17/11/1883, p. 1.

27Avec l’occupation de l’Égypte par les Britanniques, Sanua décide de publier en anglais The Egyptian Patriot, afin de s’opposer directement aux envahisseurs. Sur les caricatures, l’allégorie satirique du Royaume-Uni – « John Bull » – fume des cigares et mange d’une manière tellement pantagruélique qu’il ne reste plus rien pour les personnages du « patriote » et du « paysan ». Avec cette propagande écrite et dessinée, Sanua veut encourager ses compatriotes à s’unir et à s’opposer à l’occupation de leur pays. Déjà, quatre ans auparavant, il avait écrit des articles pour l’Egyptian Newsletter de Londres, espérant y trouver un soutien pour sa lutte contre le Khédive Ismāʿīl. Mais, avec l’invasion et l’occupation de l’Égypte, les Britanniques deviennent ses pires ennemis. Sa haine contre « John Bull » et « Albion » est si grande que les lunettes d’Abou Naddara s’obscurcirent, y compris vis-à-vis des politiques impériales de la France.

James Sanua Abou Naddara, médiateur entre l’Orient et l’Occident

28En 1884, Sanua se marie, dans une synagogue, avec Zélie Blumenthal et consolide sa vie à Paris. Le ménage Sanua-Blumenthal fréquente d’autres familles juives, dont les Salomon, les Lévy, les Cohen et les Sassoon (Gendzier, 1966 : 15). Si, dans sa vie privée, Sanua reste fidèle à ses racines juives, il concentre de plus en plus sa profession de publiciste sur le monde musulman.

Fig. 6

Fig. 6

Source : Abou Naddara, no 1, 19/01/1884, p. 1.

  • 22 Introduction à l’édition annuelle de 1884.

29Le journal Abou Naddara modifie son en-tête. À la fin de son récit de voyage à Paris, le personnage qui représente son créateur est vêtu comme un fonctionnaire ottoman avec une longue chemise et un fez. En 1881, transformé en cheikh, Abou Naddara, prophète de malheur, lance des appels, à renfort de citations du Coran, au peuple égyptien, qui doit s’unir sous le drapeau de l’islam pour libérer la patrie. Trois ans plus tard, la première page des numéros du journal le montre avec la tête entourée d’un turban. En dépit de ces transformations, la rhétorique islamiste s’apaise. À la fin de l’année 1884, Abou Naddara, dont le sous-titre est désormais Organe de la Jeunesse d’Egypte, en français, fait sien le slogan du parti libéral de Muṣṭafā Kāmil : « L’Egypte aux Egyptiens ! »22. Sanua publie de plus en plus les discours qu’il donne en société, toujours habillé en cheikh. Sauf à quelques rares occasions, Cheikh Abou Naddara ne quittera plus ses habits orientaux.

Fig. 7

Fig. 7

Source : collection annuelle des Attawadod d’Abou Naddara, année 1898.

  • 23 Selon la translittération de Sanua utilisée comme titre du journal.
  • 24 En 1885, Sanua déménage au 22 rue de la Banque dans le 2e arrondissement. Il y reste presque deux a (...)
  • 25 Les séries 1894 à 1897 ne se trouvent ni parmi les matériaux localisés chez la famille de Sanua, ni (...)

30En 1888, Sanua contribue au mensuel L’Attawadod23 (La Sympathie, titre qu’il traduit en français par « Sympathisons »). Le premier numéro mentionne qu’un certain Jean-Marie Cattaui en est le directeur et Cheikh Abdoullah le rédacteur en chef. Cattaui avait probablement des liens avec la puissante famille juive égyptienne du même nom (Gendzier, 1966 : 71). En mars 1888, Cattaui ne figure plus qu’en tant que fondateur du journal. Le directeur et rédacteur en chef est désormais J. Sanua Abou Naddara. À cette date, Sanua habite déjà dans son avant-dernier domicile parisien, 6 rue Geoffroy-Marie dans le 9e arrondissement24. L’Attawadod est son premier journal non satirique. Il a pour objectif de faire comprendre aux lecteurs arabophones en général, et aux Égyptiens en particulier, le fonctionnement de la politique en Europe. Annoncés à la une, les « Lettres – Sciences – Commerce » ne restent pourtant que des mots et n’ouvrent pas le journal aux grandes discussions philosophiques et sociales du moment. À part quelques poèmes, le contenu se réduit à l’explication des systèmes politiques, à la présentation des monarques et des ministres, ainsi qu’à la reproduction des conférences de Sanua. Celles-ci ont presque toujours comme sujet l’appel à la libération de l’Égypte et la propagande contre la politique coloniale britannique. Sanua s’y dit favorable à l’Empire ottoman et à la politique coloniale française. Lors de sa première année de publication, L’Attawadod comporte, sur la première de ses seize pages, un index, et, sur la dernière, un résumé des textes arabes en français. La parution de ce journal s’interrompt entre 1890 et 189425. À partir de 1899, sa pagination diminue, passant de seize pages, en arabe, à quatre, dont deux en français. Comme dans Abou Naddara, les textes en français ne sont pas des traductions littérales des textes en arabe, mais de simples résumés en français.

31Avant sa fusion avec Abou Naddara, L’Attawadod n’avait probablement pas beaucoup de succès. Les journaux d’Abou Naddara des années 1880 étaient mentionnés par des observateurs qui sympathisaient avec le mouvement nationaliste égyptien comme John Ninet et Wilfried Scawen Blunt, mais également par certains de ses adversaires, dont des diplomates britanniques, qui surveillaient cette propagande révolutionnaire. L’Attawadod, en revanche, n’avait sûrement pas ce pouvoir d’inciter à la révolte et ne pouvait intéresser que des arabophones ayant peu de connaissances sur l’Europe mais qui, néanmoins, s’intéressaient à la politique européenne.

  • 26 Selon la translittération de Sanua utilisée comme titre du journal.
  • 27 Almonṣef, no 1, 15/02/1899, p. 1.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

32En 1899, Sanua fonde un nouveau journal, bilingue : Almonsef26 [L’Équitable]. Il figure parmi les collections annuelles d’Attawadod et d’Abou Naddara. Comme L’Attawadod, il n’est pas conçu comme une revue satirique. Dès les premières lignes, il se montre plus belligérant que L’Attawadod et se fixe comme objectif de juger les ennemis et les amis des peuples orientaux27. La politique coloniale de la France y est – comme dans toutes les publications de Sanua – beaucoup louée. Almonsef déclare également que l’Allemagne « pratique les mêmes idées de bienveillance et de justice »28 en Afrique que la France. L’exploitation coloniale de la Belgique est comparée à celle du Portugal et jugée comme purement commerciale. Même la Russie traite ses sujets musulmans en Asie « avec équité et douceur »29, selon Sanua. Sa bête noire reste, comme toujours, l’Angleterre. Quant à l’Italie, il considère que son expédition en Abyssinie a été poussée par les Britanniques. En ce qui concerne la France, le nouveau journal explique dans sa une :

  • 30 Ibid.

La France a compris que par l’Islam elle arriverait à supprimer la barbarie fétichiste et l’anthropophagie et elle couvre de sa protection les Musulmans, en respectant soigneusement les liens spirituels qui rattachent tous les croyants au Khalife de Constantinople30.

33Dans la partie française du journal, Sanua fournit des résumés et de courtes traductions de ce qu’il appelle la « littérature musulmane ». Il s’agit le plus souvent de vers de poèmes arabes ou persans. Il souligne de nouveau l’importance de la correspondance qu’il reçoit :

  • 31 Abou Naddara, « À nos lecteurs » dans : Almonsef, no 1, 15/02/1899, p. 4. Le journal se lisait de d (...)

[…] dans notre pensée, ce journal doit avoir une mission particulière, celle d’accueillir et de livrer au public les lettres que nous recevons de tous les pays d’Orient et dont nous n’avons pu jusqu’ici donner que des extraits succincts […]. L’Almonsef est une tribune ouverte à tous nos lecteurs orientaux qui ont à se plaindre ou à se louer [sic !] de telle ou telle nation européenne31.

34À partir du mois de décembre de la première année du xxe siècle, Sanua s’installe au 43 rue Richier dans le 9e arrondissement. C’est là qu’il passera les douze années qui le séparent de sa mort. En 1904, Sanua rassemble ses trois journaux sous un nouveau titre : L’Abou Naddara, L’Almonsef et L’Attawadod [réunis] et, pour la toute première fois, le tirage – 15 000 exemplaires – est mentionné par l’imprimeur. Cette série, rédigée de la même manière en français et en arabe, n’était plus avant tout un article d’exportation, mais destinée à un public parisien. Aujourd’hui encore, ses lithographies, qui pouvaient parfaitement entrer en concurrence avec celles qui étaient présentes dans les journaux satiriques français de l’époque, sont d’une grande valeur artistique et monétaire.

  • 32 Jusqu’en 1885, tous les journaux, y compris les traductions en français, uniquement constituées des (...)

35En 1907, James Sanua lance son tout dernier périodique, L’Univers Musulman, entièrement rédigé en français. Plus moderne que ses prédécesseurs, n’ayant plus recours aux lithographies, il est imprimé à Épinal chez Klein et Cie32. L’année suivante, en 1908, la seconde et dernière année de sa publication, L’Univers Musulman sort des presses de l’Imprimerie commerciale Perrette à Limoges avec, en première page, des photos. En dépit de son sous-titre – Journal littéraire, commercial, industriel et financier –, il avait essentiellement pour but de présenter le monde musulman aux Occidentaux. Sanua résume ainsi ce qui l’a incité à créer ce nouveau journal :

  • 33 L’Univers Musulman, no 1, 15/02/1907, p. 2.

Le désir longuement exprimé par mes amis d’Orient de créer un organe musulman, non pas pour faire des prosélytes, mais faire aimer les adeptes du Prophète Mahomet des chrétiens, comme mes trois journaux l’Abou Naddara, l’Attawadod, l’Almonsef font aimer les chrétiens des Musulmans. […] Cette modeste feuille, destinée à faire connaître l’Islam aux Occidentaux, sera rédigée en français, langue connue de tous les peuples civilisés33.

36Dans cette citation, Sanua écrit « Musulmans » avec une majuscule et montre bien, par le contenu de son périodique, qu’il veut ouvrir les esprits de ses lecteurs à des facettes de l’islam qui n’ont rien à voir avec le fanatisme dont on l’accuse à l’époque.

  • 34 L’Univers Musulman, no 2, 15/03/1907, p. 2.
  • 35 L’Univers Musulman, no 4, août 1908, p. 2.

37Dans L’Univers Musulman, Sanua et son secrétaire, Abd-ul-Hamid Hilmi, décrivent les villes de Constantinople, Jaffa, Jérusalem, Téhéran, Damas et Beyrouth. Sanua écrit sur la « Turquie contemporaine » et glorifie le « Sultan de Constantinople » continuellement. Le journal présente les musulmans en Inde et « l’islamisme en Chine ». Deux projets de construction de moquées par des minorités musulmanes à l’étranger – à Londres et à Perth – sont mentionnés. Du côté littéraire, quelques poèmes et proverbes sont traduits. En ce qui concerne la religion, le journal compte des articles sur les lieux saints, le pèlerinage, le ramadan et la justice dans l’islam. Le journal met plusieurs fois en lumière la tolérance musulmane. Par exemple, en montrant qu’après les troubles de 1906 à Alexandrie, entre « indigènes et Européens », on prêcha la tolérance dans les mosquées34. Par « les troubles », il se réfère aux révoltes qui suivirent l’incident de Dinshaway, qui devint symbolique pour la lutte d’indépendance du mouvement national égyptien contre le protectorat britannique. Dans L’Univers Musulman, l’un des correspondants de Sanua, Ahmad Barakat, écrit que le projet de construction du chemin de fer du Hedjaz constitue un « progrès de la civilisation en Arabie »35. Finalement, L’Univers Musulman, comme les autres journaux de Sanua, ne perd pas une occasion de mettre en avant les actions « civilisatrices » de la France qui, à son avis, contribuent au bien-être de ses sujets colonisés :

  • 36 L’Univers Musulman, no 2, 15/03/1907, p. 3.

Le gouvernement français, toujours désireux de plaire aux trente millions de Musulmans qui résident dans ses colonies et dans les pays sous son protectorat, a ordonné à sa grande imprimerie nationale d’éditer le Koran en arabe en se servant de caractères tout à fait neufs, d’encre spéciale et de papier magnifique. Cette édition, faite avec soin, paraîtra bientôt et sera tirée par milliers d’exemplaires36.

  • 37 Dans une lettre à l’éditeur cairote, Setti Rahel (Madame Rahel) décrit ce qu’elle appelle « L’Honnê (...)
  • 38 L’Univers Musulman, no 6, 25/08/1907, p. 4.

38Avec ses journaux L’Attawadod, L’Almonsef et L’Univers Musulman, Sanua cherche à contribuer au dialogue entre les nations et les groupes religieux, ainsi qu’à améliorer la compréhension entre les peuples d’Occident et d’Orient. Dès ses premières publications, il se fait l’avocat de l’unité des groupes religieux, bien qu’il envisage l’islam comme une idéologie utile pour politiser ses compatriotes et libérer l’Égypte de ses usurpateurs. Il prône l’estime entre les différentes religions, comme dans l’histoire racontée par l’une de ses correspondantes juives du Caire37, qui loue l’honnêteté musulmane : à cause de la crise financière, un fellah (ici un rentier richissime avec beaucoup de propriété de terres en Haute-Égypte) vendit ses territoires pour six milles livres en chèque au porteur sur la National Bank of Egypt. Il perdit son porte-monnaie dans un café où un pauvre le ramassa et le lui restitua. Il ne voulait même pas une récompense, mais le Khédive Abbas la lui donna quand-même quand cette histoire lui fut racontée38.

Conclusion

  • 39 Almonsef, no 5, 15/06/1899, p. 1.

39L’immense collection de journaux élaborée par Sanua, dont la majorité fut publiée en exil, reflète l’évolution personnelle du réfugié et de sa position politique vis-à-vis de son pays d’origine. S’agissant de son opinion sur le pays qui l’a accueilli, il ne manifeste aucun recul et ne prononce aucune critique sur la politique coloniale française. Dans son œuvre journalistique, Sanua s’est toujours violemment attaqué à l’impérialisme britannique, alors qu’il ne se prononça pratiquement pas sur l’occupation française de la Tunisie. Il alla jusqu’à fêter le Commandant Marchand à son retour de Fachoda39. Son manque d’esprit critique vis-à-vis de la politique coloniale française et des scandales politiques intérieurs, comme l’affaire Dreyfus, était certainement motivé par sa gratitude d’avoir trouvé une nouvelle patrie. En 1905, Sanua écrivit sous le titre « Je dois tout à la France » :

  • 40 Sanua Abou Naddara, Cheik J., 1905, Les Sœurs latines, Paris, Charles Carrington, p. 10.

Oui, je lui dois tout, Elle est ma terre d’exil et mon pays de refuge. Elle est la patrie de ma femme et le sol natal de mes enfants. Proscrit, c’est vers elle que j’ai dirigé mes pas. Elle m’a reçu comme une tendre mère reçoit un fils chéri après une longue absence et me présentant à ses enfants, elle leur dit : « Le patriote égyptien que je vous présente est digne de votre amour fraternel »40. (Sanua, Abou Naddara, 1905 : 9)

40Durant son exil à Paris, où des opposants de différents pays du monde musulman séjournaient, Sanua se brouilla avec certains de ses anciens alliés. Parmi eux, Muḥammad ʿAbduh et Jamāl al-Dīn al-Afghānī qui, en 1884, publièrent le journal panislamiste al-ʿUrwa al-Wuthqā’. Sanua avait rompu avec al-Afghānī en 1879, probablement à cause de leurs différends au sujet de la succession du Khédive Ismāʿīl (Ettmüller, 2012 : 67-69). Il s’était fâché avec Muḥammad ʿAbduh car ce dernier n’appréciait pas ses journaux écrits en dialecte. Seul, Sanua se concentra pendant ses premières années parisiennes sur la propagande nationaliste égyptienne y compris, si nécessaire, en termes islamistes. S’il cherchait des alliés parmi ses contacts français, pour lesquels il ajoutait des traductions à certaine de ses publications illustrées, l’essentiel de son public résidait en Égypte.

  • 41 Dans l’archive de la famille de Sanua, j’ai trouvé le document du gouverneur de Mayotte qui annonce (...)
  • 42 « Ce numéro est consacré à la mémoire de notre Collaborateur et Ami, Le Cheikh J. SANUA ABOU-NADDAR (...)

41Dans son récit de voyage, les dialogues entre Abou Naddara et Abū Khalīl montrent que Sanua, bien que patriote et homme « oriental », avait l’intention de s’intégrer à Paris. Il rapporte, dans ses journaux et dans ses mémoires, des milliers de discours qu’il tint lors de dîners dans la haute société. Sanua écrit avoir fréquenté des princes et des présidents. Bien qu’ayant une tendance à l’exagération, il existe, en effet, des photos où il pose dans son habit « oriental », décoré d’une quantité d’ordres et de distinctions sur la poitrine. Après sa mort, J. Bonneval, directeur de la revue de L’Athénée, liste les distinctions et les titres que Sanua a reçu : « la Grande Croix de Zanzibar et de Grande Comore, Grand Officier de Perse, d’Anjouan41 et de San-Marin, Commandeur du Nicham Iftikar, de l’Osmanie et d’Obock-Tadjourah, Officier de l’Instruction Publique, du Medjidié, du Cambodge et d’Isabelle la Catholique » (Bonneval, 1912 : 103). Après sa mort, L’Athénée lui consacra son numéro d’octobre 1912, affirmant que Sanua était apprécié en tant qu’orateur et publiciste sur des sujets en lien avec l’Orient42 (Bonneval, 1912 : 1).

  • 43 J. Bonneval écrit dans son éloge de Sanua, après sa mort, qu’il a reçu le titre de « chaër-el-molk  (...)

42Lorsqu’il lança son premier journal au Caire, Sanua entendait contribuer au progrès de ses compatriotes en les instruisant en matière de sciences sociales, de littérature et de politique d’une manière facile à comprendre et amusante. Il se présentait comme proche de l’Occident, y compris par le biais de son costume. Il se plaignait des gens qui venaient le saluer dans le jardin de l’Ezbekié et qui le regardaient à cause de son habit « occidental ». En exil, entre 1878 et 1885, il se transforma, pas seulement d’un point de vue physique. Il signa d’abord Khawāga Jams Sānūwā, qu’il écrivait en arabe, comme si son nom était transcrit d’une langue latine. Plus tard, il y ajouta le titre de « cheikh », pour donner à son personnage une apparence de sage musulman et de défenseur de l’islam. Finalement, il porta même le grand titre de poète des rois (Shāʿir al-muluk - Chaër el-Molk), ce qui était présomptueux, puisqu’en poésie arabe son art se limitait à de la prose rimée en dialecte43 (Bonneval, 1912 : 103). À partir de 1888, il y a une fusion quasi-complète entre Sanua et son personnage Abou Naddara : à la une de L’Attawadod, il se présente sous le nom de « J. Sanua Abou Naddara ».

43Bien intégré à Paris – où il passe presque 27 ans, dans le 9e arrondissement –, Sanua adopte de plus en plus le rôle de médiateur entre les cultures orientale et occidentale. L’Attawadod, L’Almonsef et L’Univers Musulman avaient tous pour vocation explicite de présenter, d’expliquer et de rapprocher l’Orient et l’Occident.

Haut de page

Bibliographie

ʿALĪ ISMĀʿĪL, Sayyid, 2001, Muḥākamāt masraḥ Yaʿqūb Ṣannūʿ [Le jugement du théâtre de Yaʿqūb Ṣannūʿ], Le Caire, al-hayʾa al-miṣriyya l-ʿamma li’l-kitīb.

ANOUS, Nagwa, 1987, al-laʿbāt at-tiyātriyya, tāʾīf: Yaʿqūb Ṣannūʿ (1839-1912) [Les jeux de théâtre du pionnier Yaʿqūb Ṣannūʿ], Le Caire, al-hayʾa al-miṣriyya l-ʿamma li’l-kitāb.

ARROUES BEN SALMA, Ophélie, 2018, Yaʿqūb Ṣannūʿ, du théâtre au journalisme : L’écriture théâtrale dans Abou Naddara, thèse de doctorat, Université Sorbonne Paris Cité.

BAIGNIERE, Paul de, 1886, L’Egypte satirique. Album d’Abou Naddara, Paris, Imprimerie Lefebvre.

BLUNT, Wilfried Scawen, 1907, Secret History of the English Occupation of Egypt, Londres, T. Fisher.

ETTMUELLER, Eliane Ursula, 2013, « James Sanua’s Contribution to Pan-Islamism », in MEDDEB, Abdelwahab et STORA, Benjamin (dir.), L’histoire des relations entre juifs et musulmans du Coran à nos jours, Paris/Princeton, Albin Michel/Princeton University Press.

ETTMUELLER, Eliane Ursula, 2013, « Abu Nazzara’s Journey from Victorious Egypt to Splendorous Paris: The Making of an Arabic Punch », in HARDER, Hans et MITTLER, Barbara (dir.), Asian Punches. A Transcultural Affair, Londres/Heidelberg/New York/Dordrecht, Springer.

ETTMUELLER, Eliane Ursula, 2012, « Caricature and Egypt’s Revolution of 25 January 2011 », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 9, p. 138-148, [en ligne] https://zeithistorische-forschungen.de/1-2012/4469.

ETTMUELLER, Eliane Ursula, 2009, « How the “Egyptian Molière” Became “Abū Naẓẓāra”: The Transformation of a Playwright into a Journalist and its Consequences for the New Literary Genre », Boletín de la asociación española de orientalistas, 45, p. 11-40.

GENDZIER, Irene L., 1966, The Practical Visions of Ya´qub Sanu´, Cambridge, Harvard University Press.

MAIDMENT, Brian, 2013, « The Presence of Punch in the Nineteenth Century », in HARDER, Hans et MITTLER, Barbara (dir.), Asian Punches. A Transcultural Affair, Heidelberg/New York/Dordrecht/Londres, Springer.

MESTYAN, Adam, 2014, « Arabic Theatre in Early Khedivial Culture, 1868-1872: James Sanua Revisited », International Journal of Middle East Studies, 46(1), p. 117-137.

MUṢAYLḤĪ, Muḥsin, 2001, « Man kataba masraḥiyyāt Yaʿqūb Ṣannūʿ? » [Qui est-ce qui a écrit les théâtres de Yaʿqūb Ṣannūʿ ?], Akādīmiyyat al-funūn, p. 437-443.

NINET, John, 1979, Lettres d’Egypte 1879-1882, Paris, Éditions CNRS.

SADGROVE, Philip C., 2007, The Egyptian Theatre in the Nineteenth Century (1799-1882), Le Caire, The American University in Cairo Press.

Sources

BONNEVAL, J., 1912, L’Athénée, novembre 1912.

ʿABD AL-FATTĀḤ, Muḥammad, 2002 [1872], Laʿbat laylā, [Le jeux de [théâtre] Layla] nouvelle édition par Muḥammad Yūsuf Nijm, Beyrouth, Dār Ṣadir.

SANUA, James, 1869, L’Arabo Anziano, Le Caire, Nuova Tipografia di P. Cumbo.

SANUA ABOU NADDARA, Cheik J., 1905, Les Sœurs latines, Paris, Charles Carrington.

SANUA, James, 1922, Ma vie en vers et mon théâtre en prose, Montgeron, Imprimerie Montgerommaise.

Haut de page

Notes

1 Ceci est la transcription de l’arabe en français que Sanua a utilisée dans les titres de ses journaux à partir de 1881. Dans cet article, sa translittération est reprise.

2 La transcription que James Sanua a choisie pour son nom sera respectée et utilisée par la suite. Ceci sera aussi appliqué aux autres noms arabes lorsque la version transcrite choisie par les auteurs eux-mêmes est connue.

3 En 2011, mon projet de digitalisation de tous les documents collectionnés au cours de mes recherches doctorales, essentiellement des archives de la famille de James Sanua et de Nagwa Anous, les a rendus accessibles sur Internet, sous le nom de The Abou Naddara Collection. Ces archives, quasi complètes, des publications de Sanua sont en cours d’intégration au sein de la bibliothèque de l’Université de Heidelberg et resteront par la suite en libre accès. Ces archives, plus la collection de la BNF, représentent la totalité des journaux de Sanua.

4 James Sanua, Mémoires, non publiées, consultées dans les archives de sa famille.

5 Maḥfal al-taqaddum (Loge du Progrès) fondée en 1873, et Jam‘iyyat muḥibbīn al-ʿilm (Société des amants du savoir).

6 James Sanua, Mémoires, ibidem.

7 Abou Naddara Zarqa, 25/03/1878, p. 1.

8 Sanua raconte ces événements à plusieurs reprises dans ses Mémoires, dans des entretiens et aussi dans une série d’articles publiés sous le titre « L’Egypte au xixe siècle. Histoire d’un proscrit » dans l’Album d’Abou Naddara de 1899.

9 Dans le dernier numéro de son journal publié au Caire, dans un dialogue avec un garçon qui guide son âne, « Mr James » admet qu’il est Abou Naddara.

10 Le 30 septembre, il appose le titre de Khawāga à son nom sur la première page de son journal. Dans le titre du premier journal de la série suivante, Sanua s’appelle « Professeur James Sanua l’Egyptien, le fondateur du théâtre aux pays de l’Egypte », Abou Naddara Zarqa, 21/03/1879, p. 1.

11 Riḥlat Abī Naẓẓara Zarqā’ min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 2, 14/08/1878, p. 1.

12 Le nom de l’imprimerie et son adresse, 5 rue Joquelet, sont indiqués pour la première fois, en arabe, sur la quatrième page du numéro 6 de la Riḥla et, en français, sur la première page du numéro 7 de la même série.

13 Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 7, 02/05/1878, p. 1.

14 Ibid.

15 Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 30, 13/03/1879, p. 4.

16 Ibid., no 15, 21/10/1878, p. 1-4.

17 Sanua publia cette annonce dans les nos 7, 8, 9 et 14 de son récit de voyage.

18 L’Europe Diplomatique est une gazette internationale publiée de 1876 à 1882 à Paris, dont l’éditeur était le diplomate danois naturalisé français Jules Hansen.

19 Sur le journal Abū Zammāra, Sanua utilise « La Clarinette » au lieu de la traduction littérale « le Clarinettiste ».

20 Al-Naẓẓārāt al-Miṣriyya était toujours publié par l’imprimerie Ragueneau mais, en même temps, Sanua n’indique pas son adresse et prétend qu’une association de rédacteurs – les jeunes d’Alexandrie et du Caire – étaient responsables du journal. Des dessins des têtes des auteurs apparaissent sur le troisième numéro.

21 En ce qui concerne le terme « islamisme », il est intéressant de constater que Sanua traduit « islam » analogue au « christianisme » en « Islamisme ». Voir par exemple : Cheikh J. Sanua Abou Naddara, « naḥawā al-islām - Le développement de l’Islamisme », L’Attawadod d’Abou Naddara – Revue Orientale Illustrée, p. 11.

22 Introduction à l’édition annuelle de 1884.

23 Selon la translittération de Sanua utilisée comme titre du journal.

24 En 1885, Sanua déménage au 22 rue de la Banque dans le 2e arrondissement. Il y reste presque deux ans, avant d’emménager au 1 bis Cité Bergère dans le 9e.

25 Les séries 1894 à 1897 ne se trouvent ni parmi les matériaux localisés chez la famille de Sanua, ni dans la reproduction de Dār Ṣādir. Par conséquent, la collection de la BNF en microfiche est une source très importante et presque unique pour consulter cette collection.

26 Selon la translittération de Sanua utilisée comme titre du journal.

27 Almonṣef, no 1, 15/02/1899, p. 1.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Abou Naddara, « À nos lecteurs » dans : Almonsef, no 1, 15/02/1899, p. 4. Le journal se lisait de droite à gauche en arabe et de gauche à droite en français. Le numéro de page peut donc être conçu comme le 1 ou le 4.

32 Jusqu’en 1885, tous les journaux, y compris les traductions en français, uniquement constituées des légendes des caricatures, sont intégralement écrits à la main et reproduits par lithographie. À partir de 1885, les textes en français sont imprimés à l’aide de caractère d’imprimerie tandis que les textes en arabes continuent d’être imprimés par lithographie à partir d’une rédaction manuelle.

33 L’Univers Musulman, no 1, 15/02/1907, p. 2.

34 L’Univers Musulman, no 2, 15/03/1907, p. 2.

35 L’Univers Musulman, no 4, août 1908, p. 2.

36 L’Univers Musulman, no 2, 15/03/1907, p. 3.

37 Dans une lettre à l’éditeur cairote, Setti Rahel (Madame Rahel) décrit ce qu’elle appelle « L’Honnêteté Musulmane ».

38 L’Univers Musulman, no 6, 25/08/1907, p. 4.

39 Almonsef, no 5, 15/06/1899, p. 1.

40 Sanua Abou Naddara, Cheik J., 1905, Les Sœurs latines, Paris, Charles Carrington, p. 10.

41 Dans l’archive de la famille de Sanua, j’ai trouvé le document du gouverneur de Mayotte qui annonce à Sanua que le Sultan d’Anjouan, par décret du 20 avril 1899, lui confère le grade de Grand Officier dans l’Ordre Royal de l’Étoile d’Anjouan.

42 « Ce numéro est consacré à la mémoire de notre Collaborateur et Ami, Le Cheikh J. SANUA ABOU-NADDARA (Chaër-el-Molk). »

43 J. Bonneval écrit dans son éloge de Sanua, après sa mort, qu’il a reçu le titre de « chaër-el-molk » du Shah de Perse lors d’une visite à Contrexéville, ce qui semble douteux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Crédits Source : Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 1, 07/08/1878, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2
Crédits Source : Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā’ min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 6, 15/09/1878, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3
Crédits Source : Riḥlat Abī Naẓẓāra Zarqā min Miṣr al-Qāhira ilā Pārīz al-fākhira, no 30, 15/09/1879, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 4
Crédits Source : al-Ḥāwī – Le Charmeur, no 1, 05/02/1881, p. 1. (Reproduction de Dār Ṣādir)
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5
Crédits Source : The Egyptian Patriot, no 2, 17/11/1883, p. 1.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 6
Crédits Source : Abou Naddara, no 1, 19/01/1884, p. 1.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 7
Crédits Source : collection annuelle des Attawadod d’Abou Naddara, année 1898.
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18442/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eliane Ursula Ettmüller, « L’œuvre journalistique de James Sanua à Paris, de la satire révolutionnaire à la médiation entre l’Orient et l’Occident (1878-1910) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 63-84.

Référence électronique

Eliane Ursula Ettmüller, « L’œuvre journalistique de James Sanua à Paris, de la satire révolutionnaire à la médiation entre l’Orient et l’Occident (1878-1910) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18442

Haut de page

Auteur

Eliane Ursula Ettmüller

Universität Heidelberg, Heidelberg, Allemagne.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search