Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUENaissance et déclin de la presse ...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

Naissance et déclin de la presse arabophone au Sénégal de 1960 à nos jours

Birth and decline of the Arabic-speaking Senegalese press from 1960 to the present day
ميلاد وأفول الصحافة الناطقة بالعربية في السنغال من 1960 إلى اليوم
Djim Dramé
p. 115-136

Résumés

Langue de civilisation et moyen de communication internationale, la langue arabe a, dès l’indépendance, conduit l’État sénégalais à créer une presse arabe destinée à la diffusion des cultures africaines et arabo-islamiques, à la vulgarisation de la politique gouvernementale auprès des chefs religieux et, surtout, à la consolidation des relations diplomatiques et culturelles avec les pays arabes et musulmans. Cette presse est un levier essentiel dans la redynamisation des relations politiques et diplomatiques entre le Sénégal et les pays arabes. Elle contribue à renforcer l’intégration sociale et culturelle des communautés arabes vivant au Sénégal. Cette presse participe également à la traduction et à la vulgarisation des œuvres des écrivains sénégalais et africains francophones. Elle fournit aux arabophones un outil leur permettant de comprendre l’actualité locale, africaine et internationale. Ayant connu des fortunes diverses, suivant les périodes et les régimes politiques, cette presse semble aujourd’hui en perte de vitesse, par manque de moyens et par l’absence d’une véritable volonté politique. Cet article se fixe pour objectif d’analyser les conditions dans lesquelles cette presse est née, son évolution et les problèmes qu’elle a rencontrés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’islam a été introduit au Sénégal « aux environs de 1030 » (Mbaye, 1976 : 41). Un certain nombre de chefs politiques traditionnels, sensibles au prosélytisme almoravide, se seraient ainsi convertis (Deschamps, 1970 : 41) et auraient introduit l’utilisation de l’arabe. Mais avant d’arriver au Sénégal, cette langue a accompli un long parcours, qui l’a conduite de la péninsule Arabique à la Mauritanie, en passant par l’Irak, la Syrie, l’Égypte, la Libye, la Tunisie, le Maroc. Des voyageurs arabes et européens tels qu’Al-Bakri, Ibn Battûta, Léon l’Africain, Mungo Park et Jean-Baptiste Labat signalent l’existence de l’islam et de la langue arabe en Afrique de l’Ouest bien avant l’arrivée des colonisateurs européens (Ndiaye, 1982 : 9).

2Les premiers lettrés musulmans sénégalais ont été formés par des Arabo-Berbères venus d’Afrique du Nord par les routes commerciales avant de poursuivre leur chemin jusqu’à la vallée du fleuve Sénégal (Samb, 1971 : 3). Le pèlerinage à la Mecque a, par la suite, contribué au développement de la langue arabe dans le pays. Les marabouts lettrés, fondateurs de foyers d’éducation islamique, se sont très tôt tournés vers l’enseignement et l’apprentissage de l’arabe.

C’est par les écoles qu’ils fondent et développent, que s’effectuent la renaissance et la propagation de la loi islamique. (Le Chatelier, 1899 : 7)

L’arabe est devenu la langue officielle dans nos relations avec toutes les populations indigènes, quelles qu’elles fussent. (Le Chatelier, 1899 : 259)

Autrefois [durant le règne du roi du Saloum Mbégan Ndour, à partir de 1493], les Jaaraaf [fortes personnalités du royaume et représentant du roi] et le Farba [chef des armées] étaient en quelques sorte les officiers d’état civil. Ils enregistraient minutieusement les dates de naissance des Gelwar [qui représentaient la dynastie royale] pour justifier les droits d’aînesse. Tout était soigneusement transcrit en arabe, sous la diligence des Jaaraaf. (Ba, 1976 : 831)

3Ces témoignages attestent l’existence, au Sénégal, de lettrés et de bibliothèques familiales au sein des foyers islamiques du pays. Cette longue pratique de la langue arabe parmi les lettrés sénégalais musulmans leur a permis d’entretenir des relations soutenues avec l’autorité coloniale et les chefferies traditionnelles.

4De fait, l’arabe a, pendant des siècles, occupé une place importante au sein des foyers musulmans du Sénégal. Les travaux de Maurice Delafosse (1910 : 32-53), de Paul Marty (1917), de Vincent Monteil (1964), ainsi que de Jean-Louis Triaud et Constant Hamès (2019) sur l’islam en Afrique noire francophone, montrent que l’arabe a été, au Sénégal, une langue savante du xie au xviiie siècle ; une langue dans laquelle les ouvrages, les correspondances, les traités, les poèmes et les manuscrits ajami étaient rédigés. Le marabout, communément appelé Serigne Lamb (par opposition au Serigne Fak-Taal : marabout orthodoxe), jouait le rôle de secrétaire dans les cours royales. Sa maîtrise de l’écriture lui permettait d’assurer les fonctions d’interprète, de traducteur et de secrétaire administratif.

  • 1 Le gouvernement semi-autonome, sur ordonnance du président du Conseil, Mamadou Dia, a créé cette st (...)
  • 2 L’administration coloniale prenait des arrêtés. Le premier, du 22 juin 1857, pris par l’administrat (...)
  • 3 Moniteur du Sénégal et Dépendances en 1856, Rapport d’Ensemble en 1900, Économie en 1910, Avenir de (...)
  • 4 Entretien avec Abdou Karim Sarr, fondateur de la revue Al-Waḥda, Dakar le 24 septembre 2021.

5Si l’on s’intéresse à la presse en arabe, on remarque que malgré la création de l’Agence de presse sénégalaise1 en 1959, elle demeure inexistante2, tandis que l’autorité coloniale fait paraître, de 1856 à 1960, des journaux en français3. Née après l’indépendance, la presse en langue arabe va rester confinée aux milieux religieux. L’histoire de la presse arabe au Sénégal, de l’indépendance à nos jours, n’a guère suscité l’intérêt des chercheurs. La présente étude, basée sur des sources écrites, ainsi que sur de nombreux entretiens avec les principaux acteurs, porte sur la naissance, l’évolution, les contenus rédactionnels, les orientations idéologiques et les principaux enjeux de ce corpus, et ce sur différentes périodes (au cours du régime de Senghor de 1960 à 1980, de celui de Diouf de 1981 à 2000, puis de ceux de Wade et de Sall de 2000 à nos jours). Notons qu’avant le boom pétrolier, le monde arabe ne manifeste pas un grand intérêt pour la vulgarisation de la langue arabe en Afrique noire ni, a fortiori, pour le développement d’une presse arabe sur le continent4. Les Arabes, contrairement aux Européens, ne semblent pas avoir eu, à cette époque, de volonté de domination politique en Afrique de l’Ouest. L’Afrique subsaharienne est même considérée comme ayant été marginalisée « par les orientalistes et encyclopédistes arabes » (Kane, 2017 : 23). Pourtant, l’arabe, de par son statut de langue du Coran, est la première langue étrangère enseignée et écrite au Sénégal. Elle constitue une clef essentielle pour comprendre l’islam dans ce pays.

Naissance et évolution de la presse arabophone au Sénégal

  • 5 Il convient de signaler ici qu’il existe au Sénégal 28 langues nationales recensées, dont 14 offici (...)

6Au moment des indépendances, des voix politiques, intellectuelles et religieuses africaines, comme celles de Kwame Nkrumah, Cheikh Ibrahima Niasse et Cheikh Anta Diop, s’expriment sur la question de la revalorisation du patrimoine culturel islamique et sur les enjeux socio-politiques du panafricanisme, du panarabisme et du panislamisme. Ces questions, relayées par des leaders d’opinion politiques et musulmans, dont Elhadji Ibrahima Niasse (Niane, 2020 : 95), suscitent des débats agités au sein d’une presse en arabe naissante au Sénégal5.

  • 6 Il s’agit d’une éphémère entente de deux mois, du 20 juin au 20 août 1960, entre le Sénégal et le M (...)
  • 7 Instituteur, devenu homme politique, président du Conseil, né le 18 juillet 1910 et décédé le 25 ja (...)

7En 1960, sous le régime de la Fédération du Mali6, Mamadou Dia7 est la première personnalité sénégalaise à encourager, au ministère de l’Information, la création d’une presse en arabe. La mise en place de cette presse revêt alors plusieurs objectifs (Kouta, 1986 : 7) :

  1. S’intéresser aux écrits en français des savants et intellectuels sénégalais et africains, les traduire en arabe, afin de mettre en évidence la civilisation africaine et islamique.

  2. Faire connaître les activités du gouvernement, diffuser les discours des autorités politiques et les lois, etc., auprès des guides religieux, des intellectuels arabophones et des Arabes résidant au Sénégal : Marocains, Libanais, Syriens, Égyptiens, etc.

  3. Consolider la volonté de l’État de renforcer ses relations avec le monde arabe et informer les personnes de culture arabe sur ce qui se déroule entre le Sénégal et le monde arabe et musulman.

  4. Doter la communauté arabe vivant au Sénégal d’une tribune lui permettant de s’exprimer.

    • 8 Voir Mamadou Youri Sall (2017). Toutefois, ce sont les jeunes issus des daara (écoles coraniques) e (...)

    Tenir compte de l’existence de plusieurs foyers d’enseignement arabo-islamiques et d’un nombre important de diplômés du monde arabe ayant une vaste culture en arabe8.

  5. Faire prendre conscience, sensibiliser et informer le public doté d’une culture arabe sur les événements au niveau local, régional et international.

  • 9 Né en 1925, il fait ses études à Fass Touré (région de Louga), à Saint-Louis en 1944, en Mauritanie (...)
  • 10 Entretien avec Abdou Karim Sarr, fondateur de la revue arabe Al-Waḥda, Dakar le 24 septembre 2021.

8Pour atteindre ces objectifs, Mamadou Dia fait appel à Cheikh Touré, qui avait suivi une formation en Algérie9 et su s’imposer, une fois nommé directeur de la rédaction d’Al-ʿahd al-Jadīd [Ère nouvelle], auprès des autorités et des chefs religieux. Dia lui demande de travailler rapidement au projet de création d’une presse de langue arabe pour la Fédération du Mali et d’inclure dans les programmes quotidiens de la Radio de Dakar un journal parlé en langue arabe pour l’auditoire arabophone10. C’est ainsi que le Service de la presse arabe est créé et hébergé au ministère de la Communication. La situation politique, sociale et culturelle de l’époque et la volonté des décideurs de s’ouvrir, davantage, au monde arabe justifient, en partie, la création de cette presse arabe, qui traite aussi bien de l’islam, des confréries, de politique, de culture, de diplomatie, des questions sociales, de littérature, etc. Son lectorat se compose de diplômés des universités arabes, d’anciens élèves des écoles arabo-islamiques, de guides religieux, mais aussi des diplomates arabes et de la communauté arabe résidant dans le pays. Il est important de noter que les rédacteurs et les contributeurs des revues en arabe entendent ainsi participer à la consolidation de la culture sénégalo-arabo-islamique, mise à mal pendant la période coloniale.

9Afin de comprendre l’insertion de cette presse arabe dans la société sénégalaise et les débats qu’elle a suscités, il est important de dresser un état des lieux sous les différents régimes depuis l’indépendance.

Léopold Sedar Senghor (1960-1980) : une presse officielle dominante

10Deux types de presse arabe écrite – une officielle et une privée – se sont développés sous le magistère du Président Senghor. La première s’occupait en particulier de la politique et des activités du gouvernement, la seconde s’intéressait surtout à la culture, à l’islam, à la littérature et aux figures religieuses musulmanes. Toutefois, ces deux presses présentent quelques points communs, comme par exemple le traitement de l’information, la culture arabo-islamique, le patrimoine musulman, l’économie, la littérature sénégalaise d’expression arabe, la société.

  • 11 Les numéros un et deux furent publiés en même temps, en juin 1960.
  • 12 En raison de différends au sommet de l’État, entre le Président Senghor et Mamadou Dia, président d (...)

11Sous la présidence de Léopold Sedar Senghor – fervent défenseur de la culture prônant l’ouverture et l’enracinement–, des revues officielles en arabe sont créées. Ainsi, Al-ʿahd al-Jadīd [Ère nouvelle], revue officielle en langue arabe de la Fédération du Mali, est lancée le 20 février 196011. Après l’éclatement de cette fédération, Al-ʿahd al-Jadīd devient la propriété de l’État du Sénégal. Cette publication mensuelle, qui s’intéresse aux événements nationaux, africains et internationaux, et qui publie des enquêtes journalistiques, est une revue illustrée. Tirée entre 300 et 1 500 exemplaires, elle n’a alors qu’un seul contributeur : Cheikh Touré. Pionnière, elle prépare le terrain pour la mise en place d’une presse arabe sénégalaise. Lors de la crise politique de 196212, à l’issue de laquelle un régime présidentiel fort est installé, Mamadou Dia est arrêté et emprisonné. La revue Al-ʿahd al-Jadīd est alors contrainte de changer sa ligne éditoriale afin de se conformer à la nouvelle situation. Cheikh Touré, considéré comme proche collaborateur de Mamadou Dia, ne bénéficie plus de la confiance du Président Senghor. Ses idées sont jugées révolutionnaires, radicales et anticoloniales, voire influencées par les mouvements islamiques d’Algérie et d’Iran. Après avoir cessé de paraître pendant huit mois, la revue va réapparaître sous un autre nom : Al-Umma Al-sinighāliyya [La Umma sénégalaise].

  • 13 Son numéro de dépôt, 3540, est disponible à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN). Lamine D (...)

12Cette deuxième revue officielle, Al-Umma Al-sinighāliyya, est une revue tout d’abord bilingue français-arabe, puis uniquement en arabe, et diffusée à partir d’août-septembre 196013 sous l’égide du ministère de l’Information. C’est Cheikh Tahirou Doukouré, alors conseiller du président de la République pour les affaires religieuses, qui rédige l’éditorial du premier numéro, dans lequel il manifeste clairement son soutien au Président Senghor. Malgré son contenu religieux, culturel, social et économique, Al-Umma Al-sinighāliyya défend la politique officielle, tout en promouvant la culture arabo-islamique, en œuvrant pour la consolidation des relations entre l’État et les foyers islamiques du pays et en encourageant la langue et la culture arabes au Sénégal. Elle s’intéresse, également, à la politique nationale et internationale, au patrimoine musulman et aux questions arabo-islamiques. Avec une équipe rédactionnelle composée de trois personnes et un tirage compris entre 1 500 et 3 000 exemplaires, Al-Umma Al-sinighāliyya est en relation avec les étudiants sénégalais dans le monde arabe et joue le rôle de relais entre l’État et les intellectuels arabophones de retour des pays arabes. Elle leur sert de tribune pour s’exprimer et faire valoir leurs compétences, leurs expériences et leur savoir-faire dans la société sénégalaise. En outre, la revue appelle régulièrement à la solidarité arabo-africaine, au panislamisme, à la coopération bilatérale entre pays africains et pays arabes dans les domaines de l’éducation, de la politique, de l’économie, de la vie sociale et de la culture. Les numéros 23 et 24, par exemple, abordent largement les activités du Festival mondial des arts nègres, tenu à Dakar en avril 1966. Après 27 numéros, dont le dernier sort de l’imprimerie au cours du deuxième semestre 1966, la revue cède la place à Al-Sinighāl al-Jadīd [Le Sénégal nouveau].

  • 14 Personnalité politique sénégalaise, directeur du cabinet du Président Senghor, ministre des Affaire (...)
  • 15 ISSN : 0850-2609, numéro de dépôt aux Archives nationales du Sénégal : Po II 40 245.

13Al-ʿahd al-Jadīd et Al-Umma Al-sinighāliyya sont le reflet de la ligne éditoriale tracée par le pouvoir politique en place mais Cheikh Touré, rédacteur en chef de ces deux revues, va finir par perdre la confiance des autorités. Grâce à la médiation d’influents guides religieux sénégalais de Touba et de Tivaoune, il est finalement autorisé, sur instruction de Moustapha Niasse14, directeur de la communication de l’époque, à lancer une nouvelle revue – Al-Masīra [La Marche vers le développement] – comportant des rubriques sur la religion, l’économie, la vie sociale, la littérature et les relations internationales. Créée en août 196815 pour être une publication bihebdomadaire, éditée par le ministère de l’Information, elle devint mensuelle, puis bimensuelle (cf. figure 1). Lancée dans un contexte caractérisé par le retour d’un bon nombre de diplômés sénégalais formés dans le monde arabe et par le débat sur le nationalisme arabe et le panafricanisme, elle a pour objectif la couverture de l’actualité sénégalaise, africaine, mais également islamique dans le reste du monde. Le Sénégal ne disposant pas, à cette époque, d’école pour la formation de journalistes arabophones, certains de ces diplômés intègrent la rédaction d’Al-Masīra et améliorent considérablement le contenu de la revue.

Fig. 1

Fig. 1

Page de garde de la revue Al-Masīra (octobre-novembre 2017).

  • 16 Ainsi, celle de Mohamed Husayn Nasrallah, un Libanais vivant à Diourbel qui envoie des articles sur (...)

14Le 31 décembre 1980, Al-Masīra relate la démission du Président Senghor, au profit d’Abdou Diouf, puis la prestation de serment de ce dernier le 1er janvier 1981. Elle traduit en arabe le discours du nouveau président et publie la liste des membres de son gouvernement. Parmi les autres sujets traités : le coup d’État manqué en Gambie en 1981, la Confédération sénégambienne mise en place en 1982, l’enquête sur l’Université de Pire au Sénégal, la visite du Président Senghor dans le monde arabe en 1967 et celles d’Abdou Diouf au niveau national, africain, arabe, européen et asiatique. Elle comprend aussi des articles sur le monde arabe, des contributions de lecteurs, notamment de ressortissants arabes (en particulier libano-syriens) vivant au Sénégal16, qui contribuent largement à l’enrichissement du contenu, mais également à la consolidation des relations arabo-sénégalaises.

  • 17 Entretien avec Mansour Cissé, directeur d’Al-Masīra, Dakar, le 20 novembre 2021.

15De nouveaux rédacteurs sont recrutés, comme Elhadji Sylla, Doudou Gueye, Abdourahmane Dia, Taha Sow, Idrissa Diallo, Cheikh Tidiane Ndoye, Bachir Ibrahima Ka et Omar Doukouré, dont certains ont été formés dans le monde arabe. D’autres n’ont pas de formation en journalisme17. La presse arabe officielle lance donc des appels à contributions :

Cette revue est la vôtre, particulièrement vous les intellectuels en langue arabe, vous êtes les rédacteurs. Contribuez, la rédaction attend vos articles, avis et orientations, en arabe ou en français. Elle attend essentiellement vos critiques constructives, vos propositions, en ce qui concerne la revue : forme, contenu, et vous dit : soyez les bienvenus et vous remercie d’avance. (Kouta, 1986 : 31)

16L’appel reçoit un écho favorable. Des Sénégalais et des non-Sénégalais, à l’intérieur comme à l’extérieur, envoient des contributions tellement nombreuses que la rédaction a des difficultés à les publier, faute d’espace.

  • 18 Voir le discours d’Elhadj Ibrahima Niasse (1900-1975) lors d’une manifestation religieuse à Fès au (...)

17La presse arabophone officielle de cette époque porte ainsi un intérêt constant à l’éducation islamique, aux confréries soufies, aux activités des guides religieux musulmans18, aux questions religieuses et à la coopération culturelle entre le Sénégal et les pays arabes. Toutes les revues consacrent des pages entières aux questions africaines, internationales, arabes et islamiques.

  • 19 Son numéro de dépôt, 2780, est consultable à la bibliothèque de l’IFAN-UCAD.

18À côté de la presse officielle, une presse privée écrite en arabe voit le jour en octobre 1963, avec la création, à Dakar, d’Ifrīqiyya Al-Muslima19 [L’Afrique musulmane] sous la tutelle de l’Union des associations culturelles et islamiques du Sénégal. Deux purs produits de l’école musulmane sénégalaise sont à sa tête : Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine – directeur de publication – et Ibrahima Mahmoud Diop – rédacteur en chef. Ils reçoivent des subventions de l’Arabie saoudite, ce qui est une première pour une association islamique sénégalaise. Ce soutien permet le financement des quatre premiers numéros et la construction d’une école franco-arabe. La revue s’intéresse aux questions islamiques, nationales et internationales, tout en mettant en valeur les activités de l’Union. D’abord rédigée en arabe, la revue devient bilingue français-arabe, mais, faute de financement, elle n’a qu’une existence éphémère.

  • 20 Numéro de dépôt : Bi II 4°253, Archives nationales du Sénégal (ANS).

19La revue Ṣawt al-islām20 [La Voix de l’islam], rédigée en français jusqu’au numéro 12, de juin 1965, et dont le rédacteur en chef est Moustapha Ane, a quant à elle une orientation clairement islamique. Elle traite, essentiellement, de questions liées à l’éducation, aux problèmes sociaux et à la religion musulmane, du point de vue national et international (Diouf, 1999 : 89). Bien que vendue au prix de 50 francs CFA, elle ne paraît pas de manière régulière en raison de difficultés financières et matérielles qui seront à l’origine de sa disparition.

20Quelques années plus tard est lancée, par Ahmad Khalifa Niasse, marabout et homme politique sénégalais, connu pour sa lutte contre l’hégémonie occidentale et son opposition au pouvoir socialiste de l’époque, la revue Allāhu Akbar [Dieu est grand]. Elle appelle, dans les années 1980, à la mise en place d’un État islamique au Sénégal, à l’instar de celui établi en Iran. En effet, l’installation d’un régime théocratique en Iran avait fortement influencé certaines personnalités arabophones d’Afrique :

Dans ce contexte, la révolution iranienne de 1979 suscita la conviction que l’islam constituait une alternative aux idéologies importées de l’Occident qui n’avaient pas donné aux peuples musulmans la prospérité à laquelle ils aspiraient. (Kane, 2017 : 177)

21Le propriétaire de cette revue, qui prônait des idées révolutionnaires hostiles au pouvoir, s’exila par la suite en France et fut appelé le « Khomeini de Kaolack » (Kouta, 1986 : 2). De Paris, il se rendit en Libye, pays avec lequel le Sénégal décida de rompre toutes ses relations en 1980 (ibid. : 3). La revue, alors considérée comme proche du régime libyen, cessa de paraître après quelques numéros.

Abdou Diouf (1980-2000) : le développement d’une presse arabophone indépendante

  • 21 Entretien avec Ahmadou Mansour Cissé, dernier rédacteur en chef d’Al-Masīra, Dakar, le 8 octobre 20 (...)

22Sous la présidence d’Abdou Diouf, la presse écrite arabe officielle ne connaît pas de changement notoire. La revue gouvernementale, Al-Masīra, conserve les même objectifs, contenus et ligne éditoriale. Le nombre de collaborateurs de la revue diminue cependant d’année en année. La parution reste toujours aussi irrégulière et le tirage modeste – entre 3 000 et 5 000 exemplaires –, les moyens manquent21. Aucune autre revue officielle n’est créée durant les deux décennies de cette présidence.

23En revanche, plusieurs revues indépendantes en langue arabe voient le jour sous Abdou Diouf, dans une période d’ouverture politique et idéologique (cf. tableau 1). Certaines d’entre elles sont éditées hors du Sénégal, du fait des liens entretenus par leurs propriétaires avec des éditeurs, mais leur circulation reste essentiellement locale.

Tableau 1. Principales revues de la presse arabe privée créées sous Abdou Diouf

Nom de la revue

Année de création

Rédacteur en chef

Wa-l-Fajr

1983

Sidi Lamine NIASSE

Al-Aṣdā

1988

Cheikh Tidiane KOUTA

Al-Waḥda

1990

Abdou Karim SARR

Barīd Ifrīqiyya

1991

Elhadji SYLLA

Al-Ṣaḥwa

1992

Fadel GUEYE

Al-Aḥlām

1995

Cheikh Tidiane NDOYE

Al-Umma

1998

Ahmadou Mansour CISSÉ

  • 22 Numéro de dépôt : Bi II 4° 515, ANS.
  • 23 D’ethnie soninké, Abdoulaye Ba est un grand poète ; diplômé d’al-Azhar, il fut professeur d’arabe.

24La revue mensuelle culturelle Al-Afkār22 [Les Idées], créée en 1979, est publiée par l’Union nationale des écrivains et journalistes en langue arabe. Parmi les rédacteurs, on trouve le poète Abdoulaye Ba23, mais aussi Taha Sow et Omar Àdj. Dans l’éditorial du premier numéro, le rédacteur en chef indique que le but de la revue « se résume à la diffusion des enseignements de l’islam, de la langue arabe et de notre patrimoine culturel national » (Diouf, 1999 : 89). Éditée par Dār Al-Ḥaqāiq au Liban, avec comme directeur de la rédaction Elhadji Sylla et comme secrétaire de rédaction Cheikh Tidiane Ndoye, elle entend donner au citoyen sénégalais une bonne image de l’islam, développer la conscience nationale, soutenir les causes arabes, particulièrement celle de la Palestine, dénoncer les forces impérialistes en Afrique et ailleurs, et renforcer les relations entre le Sénégal et le monde arabe. En raison de la guerre civile au Liban, la librairie Dār Al-Kitāb à Casablanca (Maroc) prend le relais en éditant le dernier numéro (no 8) en juillet-août 1982 (Kouta, 1986 : 59).

  • 24 Entretien avec Cheikh Samb, Dakar, le 20 décembre 2021.

25Outre Al-Afkār, d’autres revues privées, à l’instar de Wa-l-Fajr [L’aube], développent une ligne rédactionnelle libre vis-à-vis de l’État : « à l’origine, le magazine était extrêmement critique vis-à-vis de la laïcité à la française » (Kane, 2017 : 173). Mais, la question du financement de ce type de revue est toujours problématique. Cheikh Samb soutient qu’une ambassade arabe à Dakar peut solliciter et financer un numéro spécial consacré à son pays24. Mais ce sont des cas rares. Sur l’ensemble de ces revues privées, une seule, Al-Umma, paraît toujours, bien que de manière irrégulière (cf. figure 2).

Fig. 2

Fig. 2

Page de garde de la revue Al-Umma (mars 2021).

  • 25 Entretien avec Cheikh Samb, membre fondateur de la revue Al Moultaqa [La rencontre], Dakar, le 14 j (...)

26Les autres, faute de moyens, ont toutes disparu. À titre d’exemple, la revue Wa-l-Fajr, qui avait commencé à paraître en arabe, évolua vers une publication en arabe et en français, puis en français seulement à cause de la faiblesse des ventes, et du manque d’annonceurs et de subventions. Il est courant de dire que les arabophones sénégalais achètent peu les journaux et Cheikh Samb reconnaît cette difficulté de diffusion en déclarant : « nous avons toujours eu du mal à vendre les exemplaires de notre revue25 ».

27L’ouverture politique du Président Diouf et sa volonté de libérer l’espace médiatique ont néanmoins permis la création de revues privées. La plupart de leurs initiateurs, diplômés des universités arabes, entretenaient en effet de bonnes relations avec les autorités et les personnalités influentes du monde arabo-musulman qui pouvaient faciliter leur publication. Il reste que ces revues, dont l’espérance de vie était liée à la régularité des subventions dont elles bénéficiaient ainsi qu’à leur liberté de parole, n’attiraient que peu de lecteurs et d’annonceurs.

Abdoulaye Wade (2000-2012) et Macky Sall (depuis 2012) : une presse en arabe en voie de disparition

  • 26 Entretien avec Ahmadou Mansour Cissé, Dakar, le 25 septembre 2021.

28Quatre décennies après sa naissance, la presse arabophone officielle reste donc la plus pérenne. La revue Al-Masīra, qui a continué à paraître, bien que de manière très irrégulière, sous le régime d’Abdoulaye Wade, est en effet la publication sénégalaise en langue arabe dont la durée de vie a été la plus longue. Néanmoins, selon Ahmadou Mansour Cissé cette évolution peut être considérée comme « un échec, du fait de la négligence des responsables qui sous-estiment l’importance de la presse arabe au Sénégal, et son rôle pour la consolidation des liens arabo-sénégalais »26.

29Cette attitude est sans doute l’une des conséquences de la confrontation entre deux cultures, arabe et française, qui dure depuis l’indépendance. La coexistence de deux élites culturelles ayant des formations différentes – intellectuels francophones d’un côté et arabophones de l’autre – est, depuis longtemps, difficile au Sénégal. En effet,

les formés de l’école française prennent ceux des daara [écoles coraniques] pour des non-initiés, non cultivés, non humanisés, qui ne connaissent rien de la marche du monde. Les sortants des daara considèrent les francisants comme des « Français », des occidentalisés, des continuateurs de la mission des colons qui, du coup, empêchent le pays de se développer. Leur différence se manifeste quelquefois sur leur accoutrement : traditionnel, européen et arabe. Beaucoup de facteurs les différencient. (Dramé, 2018 : 93)

30Ce conflit culturel profond entre les deux élites sénégalaises existe toujours. La non-maîtrise, par les arabophones, de la langue française et les préjugés de l’élite occidentalisée, confinant l’élite arabophone aux milieux strictement religieux, nuisent aux diplômés en arabe.

31Du côté de la presse écrite arabe privée, la revue Al-Multaqā [La Rencontre, Le Forum], d’abord semestrielle, puis annuelle, a été lancée en 2005 par des Sénégalais ayant fait leurs études dans des universités soudanaises. Ouverte à tous les contributeurs, cette revue s’intéresse aux questions relatives à l’islam, à la littérature et à la culture, ainsi qu’aux études sociales et économiques. Selon Cheikh Samb :

  • 27 Entretien avec Cheikh Samb, enseignant-chercheur à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, et l’un (...)

en ce qui concerne notre revue, la principale difficulté est financière. Après avoir bouclé le numéro, faute d’argent, on restait longtemps sans pouvoir le publier. Et je sais que c’est le même problème que rencontrent les autres revues arabes27.

32Un autre exemple est Al-Ṣaḥwa [Le Réveil], une revue islamique mensuelle – assez irrégulière – d’information générale (cf. figure 3). Elle est fondée en 1992 à l’initiative de Fadel Gueye, qui avait fait ses études au Sénégal. Elle a parfois été subventionnée par l’ambassade d’Arabie saoudite à Dakar, ce qui se reflète dans son contenu. Elle est à présent publiée en ligne.

Fig. 3

Fig. 3

Page de garde de la revue Al-Ṣaḥwa (juin 2018).

33Enfin, le mensuel bilingue arabe-français Al-Ḥadath [L’Événement], tiré à 3 000 exemplaires, est créé en 2006 par Ahmet Saloum Dieng avec le soutien de l’Association libyenne pour l’appel islamique. Mais, depuis la chute de Kadhafi en 2011, il est publié seulement en français et à peu d’exemplaires lors des grands évènements religieux tels que l’exil de Cheikh Amadou Bamba et la naissance du Prophète.

34Certains acteurs de la presse écrite arabe sénégalaise, n’ayant pas reçu de formation en journalisme, ne sont que des « amateurs-pratiquants ». Ce sont le plus souvent des enseignants, du public ou du privé, des responsables de mouvements, de daara ou d’associations islamiques. Certaines d’entre elles, comme la Jamaat Ibad al-Rahman de Cheikh Touré avec la revue Al-Muslim, ont décidé de lancer des périodiques en arabe, le but étant d’avoir une tribune pour faire connaître leurs objectifs et leur idéologie. La pérennité de ces initiatives est restée fragile.

  • 28 Entretien avec Mansour Cissé, Dakar, le 2 mars 2021.

35Depuis 2012, il n’y a eu aucune création de revue officielle en langue arabe. Le rédacteur en chef d’Al-Masīra, seule revue gouvernementale paraissant depuis l’indépendance, est parti à la retraite en 2020 et n’a pas été remplacé. Le dernier numéro date de 201928. Cette revue a donc cessé de paraître, faute de volonté politique.

  • 29 Entretien avec Cheikh Tidiane Niasse, Dakar, le 20 décembre 2021.

36Quant au mensuel Al-Mustaqbal [L’Avenir], créé par Cheikh Tidiane Niasse, diplômé au Soudan, il a été publié régulièrement durant les six premiers mois de l’année 2019, avec un tirage de 5 000 exemplaires. Mais, compte tenu des difficultés rencontrées par sa rédaction – peu de ventes et peu d’annonceurs –, il a été décidé de le faire paraître en ligne29. À l’exception d’Al-Umma, périodique à parution irrégulière, l’ensemble de la presse arabe indépendante au Sénégal a donc cessé de paraître en version papier.

Caractéristiques et problèmes de la presse écrite arabe du Sénégal

  • 30 Entretien avec l’imam Dame Ndiaye, président de l’Association des imams et oulémas du Sénégal, Daka (...)

37La presse sénégalaise arabophone s’est peu développée et ses titres ont souvent eu une courte existence en raison notamment du peu de moyens alloués par les ambassades arabes à Dakar30. Elle est restée influencée par la presse francophone, tant sur le plan de la composition de l’équipe rédactionnelle, que de la structuration et de la mise en page. Au départ, ces périodiques comportaient deux colonnes par page, avant de passer à trois, en 1974, avec le sixième numéro de la revue Al-Umma Al-sinighāliyya. Ils sont tournés vers les questions islamiques, arabes, linguistiques et littéraires, et ont pour objectif la mise en valeur du patrimoine culturel, ainsi que de l’usage du français aux côtés de l’arabe. Au début, les mêmes textes en arabe et en français – des sermons, des traditions prophétiques, des déclarations de responsables politiques, des lois et des décrets, des sujets religieux, de littérature, des enquêtes journalistiques, des rapports, des lettres des lecteurs et des correspondants – se faisaient face (Kouta, 1986 : 29).

  • 31 Entretien avec Cheikh Tidiane Kouta, Dakar, le 22 décembre 2020.

38À partir de 1976, c’est la Librairie nationale du Cap-Vert qui a édité les revues de la presse arabe sénégalaise, mais elle n’a pu satisfaire une demande croissante. Certaines revues furent donc ronéotées, d’autres publiées au Liban et au Maroc. La Librairie Diop à Dakar a assuré pendant un certain temps l’édition d’Al-Umma Al-sinighāliyya et d’Ifrīqiyya Al-Muslima. En 1988, à l’occasion de la visite du ministre saoudien de l’Information dans les locaux d’Al-Masīra, il a été fait don d’une imprimerie au Service de la presse arabe dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale. Malheureusement, celle-ci a été réaffectée à un autre service du ministère31.

39Si la revue Al-ʿahd al-Jadīd s’est intéressée aux affaires intérieures du pays nouvellement indépendant, aux mutations sociopolitiques, aux évènements, au patrimoine culturel, à la mise en place des structures de bases, Al-Umma Al-sinighāliyya et Al-Masīra ont manifesté par la suite beaucoup plus d’ouverture. Ces organes de la presse officielle traitaient des questions du monde extérieur, menaient des enquêtes et reportages sur des pays arabes entretenant des relations avec le Sénégal, couvraient les visites officielles des autorités sénégalaises à l’étranger. Des biographies de dirigeants politiques du tiers-monde, des enquêtes sociales et des comptes-rendus de colloques y étaient aussi publiés. Ces revues s’intéressaient également aux activités du gouvernement, avec un accent particulier mis sur les relations arabo-sénégalaises.

  • 32 Entretien avec Ahmad Cissé, marabout, enseignant et poète, Dakar, le 17 février 2022.

40Les rédacteurs en chef de cette presse arabe sénégalaise effectuaient des missions dans le monde arabe et rédigeaient des articles traitant de sujets contribuant au renforcement des liens d’amitié et de coopération avec les États arabes, tout en faisant connaître au peuple sénégalais la culture et les modes de vie en vigueur dans ces pays. La presse officielle, au service de l’État, était un outil principalement politique et diplomatique, tandis que la presse indépendante jouait le rôle de sentinelle et de défenseur de la culture islamique. Ensemble, ils ont pu constituer un instrument témoignant de l’existence d’un patrimoine culturel, intellectuel et spirituel non occidental. En outre, la lecture minutieuse de cette presse permet d’explorer la diversité des courants islamiques du Sénégal, confréries soufies, associations islamiques, chiites, et de se rendre compte des questions doctrinales qui sont posées32.

Obstacles au développement de la presse écrite arabe

  • 33 Ainsi, le nombre de page des revues Al-ʿahd al-Jadīd et Al-Umma Al-sinighāliyya variait entre 12, 1 (...)

41La presse arabe n’est pas parvenue à attirer, de manière régulière et conséquente, la publicité dans ses pages. La première annonce publicitaire recensée fut celle publiée dans le numéro 4 de la revue Al-Umma Al-sinighāliyya, en 1964. Les annonceurs, méfiants, en raison de leur méconnaissance de la langue arabe, ne font pas confiance à cette presse, d’autant que celle-ci ne respecte pas un nombre précis de pages par numéro33. Le déclin de cette presse en arabe s’est aussi traduit par la cessation d’activité de ses rédacteurs historiques, de Cheikh Touré à Ahmadou Mansour Cissé, certains étant décédés, d’autres partis à la retraite. C’est, par exemple, la raison pour laquelle, depuis 2019, Al-Masīra a cessé de paraître. Cette situation semble valider l’affirmation de Cheikh Tidiane Kouta selon laquelle « la presse arabe au Sénégal est morte » en dépit des potentialités et des compétences existantes. De fait, le Sénégal « vient en deuxième position du classement des pays bénéficiaires de la formation supérieure azharite. Ses diplômés représentent 10,69 % du total. Il est placé avant le Nigéria » (Sall, 2017 : 21).

42Le constat qui s’impose en étudiant cette presse est que les revues sénégalaises d’expression arabe connaissent une forte instabilité. Elles paraissent, puis disparaissent, temporairement ou définitivement. Ainsi, en 23 ans d’existence la revue Al-Umma n’a eu que 14 livraisons. Le dernier numéro, de 34 pages, a été publié en mars 2021. Aucun quotidien en langue arabe n’a été mis sur le marché depuis l’indépendance, parce qu’au Sénégal, le français est la langue officielle et que la première génération d’intellectuels sénégalais de langue arabe était plus préoccupée par la création d’institutions éducatives islamiques, par l’envoi de jeunes dans des pays arabes, que par la création d’une presse d’expression arabe ; et ce d’autant plus que leur compétence dans le domaine du journalisme faisait défaut (Diouf, 1999 : 85).

  • 34 Entretien avec Elhadji Sylla, ancien rédacteur en chef d’Al-Masīra, Dakar, le 8 février 2022.

43La presse arabe, depuis sa création, a toujours été confrontée à un manque criant de moyens financiers, logistiques et techniques, de journalistes, de rédacteurs spécialisés34. Il n’existe pas, au Sénégal, de revue arabe, qu’elle soit officielle ou indépendante, capable de paraître de manière régulière. À cela s’ajoute le fait que la plupart de ces revues n’ont pas une équipe rédactionnelle digne de ce nom. Par conséquent :

le fondateur est à la fois directeur de publication, rédacteur en chef. Il écrit la quasi-totalité des articles. De ce fait la revue perd un peu de diversité en termes de style et d’idées. Il y a aussi le problème de la spécialisation, une seule personne est à la fois analyste politique, économique, sportif, expert en théologie, etc. (Sarr, 2015 : 314)

44Les revues arabes indépendantes au Sénégal, en dépit de leur manque de moyens, se caractérisent par un bon niveau de langue, par la qualité de leur style et de leur contenu. Des groupes de presse, comme RTS, Waldjiri-FM, etc., ont créé des organes d’information en langue arabe, mais ces initiatives n’ont pas rencontré un grand succès.

  • 35 Entretien avec Cheikh M. Kébé, président de Rassemblement islamique du Sénégal, Dakar, le 19 janvie (...)

45Depuis le départ de Mamadou Dia, les régimes politiques qui se sont succédés depuis l’indépendance n’ont pas accordé, faute de volonté politique, suffisamment d’importance à la presse arabe. La place de l’enseignement arabe dans le système éducatif officiel et le peu d’intérêt des Arabes pour la diffusion d’une telle presse sur le continent en sont en grande partie la cause. Cheikh Makhtar Kébé estime, quant à lui, que les ressources humaines ne manquent pas mais que les facteurs empêchant le développement de la presse arabe au Sénégal sont plutôt à chercher du côté du coût élevé de l’impression, de l’absence d’un véritable marché et d’annonceurs35. La mévente des publications en arabe est liée à l’absence d’une culture d’achat de journaux, mais aussi à la gratuité des périodiques distribués par les ambassades arabes, ainsi qu’au faible pouvoir d’achat d’une partie des intellectuels sénégalais de langue arabe. À cela s’ajoute le refus des représentations diplomatiques arabes de financer les revues qui ne véhiculent pas leurs idéologies et ne défendent pas leurs orientations politiques. Un simple regard sur une revue arabe sénégalaise privée permet d’identifier sans difficulté le pays qui a contribué au financement du numéro. Au Sénégal, le fait d’attendre l’aide d’un pays arabe avant d’entreprendre est une attitude fréquente chez un certain nombre d’arabophones, ce qui freine les initiatives.

  • 36 La plupart des numéros des revues publiques et privées sont introuvables dans les Archives national (...)

46La question de la formation pose également un problème au niveau du personnel technique, peu nombreux, mais aussi au niveau des contenus rédactionnels. En effet, la plupart des rédacteurs n’ont pas été formés au journalisme et rencontrent des difficultés à alimenter en contenus leurs périodiques. L’une des manifestations du peu d’intérêt porté à ce patrimoine écrit est le fait que les archives et les bibliothèques ne conservent pas l’ensemble des revues qui sont parues36.

47Pourtant, des signes semblent montrer que la situation évolue sur le plan linguistique. En effet, la section arabe de l’École nationale d’administration (ENA), fermée en 1979, a été rouverte et un baccalauréat arabo-islamique officiel a été instauré en 2013. Mais l’inauguration par l’État d’une université arabo-islamique, dont le démarrage était prévu pour octobre 2017, tarde.

48Telle est la raison pour laquelle Youri Sall parle de la déconsidération de la culture sénégalo-arabe. Iba Der Thiam, ancien ministre de l’Éducation et ancien député, qui avait l’ambition de réduire la fracture entre les deux élites sénégalaises – arabophone et francophone – réclamait du régime d’Abdoulaye Wade l’organisation d’états généraux des arabisants et du régime de Macky Sall la tenue d’un conseil présidentiel pour cette catégorie (Sall, 2017 : 42).

Conclusion

49La presse sénégalaise en arabe, qui constitue un patrimoine culturel musulman national, pourrait jouer un grand rôle sur les plans religieux, culturel, diplomatique, social et scientifique, si elle bénéficiait du soutien des décideurs politiques. Elle pourrait ainsi contribuer à faire connaître la participation des oulémas sénégalais et africains à la civilisation musulmane et à la consolidation des relations arabo-sénégalaises. Afin de pouvoir occuper une place dans l’espace médiatique sénégalais, il lui faudrait cependant recruter des journalistes arabophones motivés et acquérir des moyens et techniques, comme la mise à disposition d’imprimeries modernes, qui lui font cruellement défaut. De même, sortir la presse arabophone de la situation précaire dans laquelle elle se trouve nécessiterait de transformer le Service de la presse arabe en une direction dotée de journalistes compétents pour, notamment, republier Al-Masīra (Kouta, 2006a : 2). Une presse arabe digne de ce nom pourrait renforcer l’intégration des communautés arabes dans le pays et servir de pont entre le monde arabe et le Sénégal au moment où de nouvelles perspectives économiques s’ouvrent, avec la découverte de pétrole, de gaz et de zircon. La presse en arabe au Sénégal a servi l’œuvre de décolonisation de la communication et a été un support d’expression identitaire, culturelle et religieuse mais, aujourd’hui, la presse arabe écrite au Sénégal est morte et rien ne permet de lui envisager un avenir radieux.

Haut de page

Bibliographie

Archives nationales du Sénégal (ANS), numéros de dépôt légal (Bi II 4° 253, Bi II 4° 515).

BA, Abdou Bouri, 1976, « Essai sur l’histoire du Saloum et du Rip », Bulletin de l’Institut fondamental d’Afrique Noire, série B, 38(4), p. 813-860.

CISSÉ, Gorty, 1989, Al-Sinighāl wa-l-thaqāfa al-islāmiyya [Sénégal et culture islamique], Le Caire, Dār-Shams al-Maʿrifa.

CISSÉ, Mansour, 2008, Al-ṣiḥāfa al-‘arabiyya -l-Sinighāl [La presse arabe au Sénégal], rapport inédit, Dakar, ministère de la Communication.

DELAFOSSE, Maurice, 1910, « L’état actuel de l’islam dans l’Afrique occidentale française », Revue du monde musulman, 11, p. 32-53.

DIOUF, Assane, 1999, Al-ṣiḥāfa fī-l-Sinighāl 1960-1980 ḥālat al-yawmiyya Al-Shams [La presse au Sénégal, 1960-1980, cas du quotidien le Soleil : critique et analyse], mémoire de master en communication, Université d’Omdurman (Soudan).

DESCHAMPS, Hubert (dir.), 1970, Histoire générale de l’Afrique noire. Des origines à 1800, tome I, Paris, Presses universitaires de France.

DIAGNE, Anna Marie, KEITA, Abdoulaye et SAME, Sidy, 2019, Des langues, une nation : mythes et récits de fondation au Sénégal, Dakar, Institut fondamental d’Afrique noire.

DRAMÉ, Djim, 2018, « Les Daaras traditionnels au Sénégal : histoire, évolution et perspectives », in KANDJI, Mamadou (dir.), ESCA Research papers issue 4 new series language, literature, economics, social and political sciencess, Dakar, L’Harmattan, p. 81-96.

KA, Thierno, 2008, Culture arabo-islamique au Sénégal, place de la langue arabe dans la société sénégalaise, Dakar, IFAN-UCAD.

KANE, Ousmane Oumar, 2017, Au-delà de Tombouctou : érudition islamique et histoire intellectuelle en Afrique occidentale, Dakar, Cerdis/Codesria.

KOUTA, Cheikh Tidiane, 1986, La presse sénégalaise d’expression arabe, 1960-1986, mémoire de maîtrise en arabe, Université de Bagdad (Irak).

KOUTA, Cheikh Tidiane, 2006a, Projet pour développer la presse, rapport en arabe destiné au Ministre de la Communication.

KOUTA, Cheikh Tidiane, 2006b, Projet de réforme de la presse arabe au ministère de l’Information de la République du Sénégal, ambitions et obstacles. Rapport.

LE CHATELIER, Alfred, 1899, L’islam dans l’Afrique occidentale, Paris, G. Steinheil.

MARTY, Paul, 1917, Études sur l’islam au Sénégal. Les personnes, Paris, Ernest Leroux.

MBAYE, Rawane, 1976, L’islam au Sénégal, thèse de doctorat, Université de Dakar, faculté des lettres et sciences humaines, département d’arabe.

MBENGUE, Tala, 2021, « Histoire et évolution de la langue arabe dans le système d’enseignement public sénégalais », Revue des études arabes et islamiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 1, p. 471-497.

MONTEIL, Vincent, 1964, L’islam noir, Paris, Seuil.

NIANE, Babacar, 2020, Baye Niasse un père du panafricanisme et figure emblématique de l’islam, Dakar, L’Harmattan Sénégal.

NIASSE, Elhadj Ibrahima, 1960, « Son discours, lors d’une manifestation religieuse à Fès au Maroc, organisée par l’Université de Qarawiyin », Al-ʿahd al-Jadīd, 5.

SALL, Mamadou Youry, 2017, Potentialités des diplômés d’Al Azhar : le cas des Sénégalais, Chisinau (Moldavie), Éditions universitaires européennes.

SAMB, Amar, 1971, « L’islam et l’histoire du Sénégal », Bulletin de l’Institut fondamental d’Afrique noire, série B, 33(3), p. 461-507.

SARR, Abdou Karim, 2015, Histoire de l’islam politique au Sénégal, Dakar, Société industrielle de papeterie du Sénégal.

SY, Jack Habib, 1975, Contribution à l’histoire de la presse au Sénégal : le Moniteur du Sénégal, Paris, Université Paris-Dauphine.

TRIAUD, Jean-Louis et HAMÈS, Constant (dir.), 2019, « Afrique subsaharienne et langue arabe », Islam & sociétés au sud du Sahara, 5.

Entretiens

CISSÉ, Ahmad, marabout, enseignant, écrivain et poète, Dakar, le 1er février 2022.

CISSÉ, Ahmadou Mansour, dernier rédacteur en chef d’Al-Masīra, Dakar, le 2 mars 2021.

DIENG, Amet Saloum, par téléphone, depuis Thiès, le 12 mars 2021.

GUEYE, Fadel, fondateur de la revue Al- Ṣaḥwa, Dakar le 1er mars 2020.

KANE, Momar, Dakar, le 23 février 2022.

KÉBÉ, Cheikh Makhtar, président de Rassemblement islamique du Sénégal, Dakar, le 19 janvier 2022.

KOUTA, Cheikh Tidiane, Kaolack, le 22 décembre 2020.

LAM, Abdoulaye, émir de l’association islamique Jamaat Ibad Ar-Rahmane, Dakar, le 21 janvier 2022.

NIASSE, Cheikh Tidiane, par téléphone, depuis Keur Madiable, le 12 mars 2021.

NDIAYE, Dame, président de l’Association des imams et oulémas du Sénégal, Dakar, le 15 février 2022.

SAMB, Cheikh, un des responsables de la revue Al-Multaqā et chef du département d’arabe de la faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation, Université Cheikh-Anta-Diop, Dakar le 20 décembre 2021.

SARR, Abdou Karim, fondateur de la revue Al-Waḥda, Dakar le 24 septembre 2021.

SYLLA, Elhadji, ancien rédacteur en chef d’Al-Masīra, Dakar, le 8 février 2022.

Haut de page

Notes

1 Le gouvernement semi-autonome, sur ordonnance du président du Conseil, Mamadou Dia, a créé cette structure le 2 avril 1959.

2 L’administration coloniale prenait des arrêtés. Le premier, du 22 juin 1857, pris par l’administrateur colonial Faidherbe, interdisait la création d’écoles arabo-islamiques. Voir la thèse de Mamadou Ndiaye, 1983, L’enseignement arabo-islamique au Sénégal, faculté des lettres et sciences humaines, Université de Dakar.

3 Moniteur du Sénégal et Dépendances en 1856, Rapport d’Ensemble en 1900, Économie en 1910, Avenir de l’AOF en 1920, Journal de Dakar en 1930, Paris-Dakar en 1933, Gazette du Tirailleur en 1940 et L’Informateur dakarois en 1952.

4 Entretien avec Abdou Karim Sarr, fondateur de la revue Al-Waḥda, Dakar le 24 septembre 2021.

5 Il convient de signaler ici qu’il existe au Sénégal 28 langues nationales recensées, dont 14 officiellement codifiées (Diagne et al., 2019 : 24). Toutefois, on constate l’absence d’une presse en langues nationales.

6 Il s’agit d’une éphémère entente de deux mois, du 20 juin au 20 août 1960, entre le Sénégal et le Mali visant à mettre en place une unité politique forte en créant un seul pays. Cette tentative s’est soldée par la séparation des deux États.

7 Instituteur, devenu homme politique, président du Conseil, né le 18 juillet 1910 et décédé le 25 janvier 2009.

8 Voir Mamadou Youri Sall (2017). Toutefois, ce sont les jeunes issus des daara (écoles coraniques) et des écoles arabes et franco-arabes qui partent poursuivre leurs études dans le monde arabe. Certains étaient des boursiers de l’État du Sénégal.

9 Né en 1925, il fait ses études à Fass Touré (région de Louga), à Saint-Louis en 1944, en Mauritanie où il obtint le baccalauréat en 1949 et en Algérie en 1952-1953. Membre fondateur de l’Union culturelle musulmane et de la revue Le Réveil islamique en 1954, il a publié L’Islam et le travail en 1977, L’Islam et la famille en 1979. Cheikh Touré, proche de l’Iran, est favorable à un État islamique au Sénégal. Il a également fondé la revue francophone Études islamiques. Il a pris sa retraite en 1980 et est décédé le 28 septembre 2005. Voir aussi Loimeier (1998 : 155-168).

10 Entretien avec Abdou Karim Sarr, fondateur de la revue arabe Al-Waḥda, Dakar le 24 septembre 2021.

11 Les numéros un et deux furent publiés en même temps, en juin 1960.

12 En raison de différends au sommet de l’État, entre le Président Senghor et Mamadou Dia, président du Conseil et ministre de la Défense, une grave crise politique se déclare à cette période. Senghor encourage ses amis députés à déposer et à voter une motion de censure à l’Assemblée nationale pour destituer le gouvernement. Mamadou Dia tente d’empêcher l’examen de la motion de censure en faisant évacuer la chambre le 17 décembre et bloquer son accès par la gendarmerie. La motion est votée dans l’après-midi du 17 décembre, au domicile du président Lamine Gueye. Ces évènements causent l’arrestation, le lendemain, de Mamadou Dia et de quatre de ses ministres, dont celui de l’Intérieur, Valdiodio Ndiaye, et leur emprisonnement pendant des années. Le régime présidentiel fort qui est mis en place marque la fin du régime parlementaire bicéphale et le début d’un régime présidentiel dans lequel le parti politique de Senghor devient le parti unique jusqu’en 1976.

13 Son numéro de dépôt, 3540, est disponible à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN). Lamine Diakhaté était alors ministre de l’Information. Démissionnaire, il fut remplacé par Pascal Sall.

14 Personnalité politique sénégalaise, directeur du cabinet du Président Senghor, ministre des Affaires étrangères, actuel Président de l’Assemblée nationale.

15 ISSN : 0850-2609, numéro de dépôt aux Archives nationales du Sénégal : Po II 40 245.

16 Ainsi, celle de Mohamed Husayn Nasrallah, un Libanais vivant à Diourbel qui envoie des articles sur les activités des religieux, des populations, du gouverneur et des administrateurs de la localité.

17 Entretien avec Mansour Cissé, directeur d’Al-Masīra, Dakar, le 20 novembre 2021.

18 Voir le discours d’Elhadj Ibrahima Niasse (1900-1975) lors d’une manifestation religieuse à Fès au Maroc, organisée par l’Université de Qarawiyin, publié dans Al-ʿahd al-Jadīd, no 5, octobre 1960, p. 3-4.

19 Son numéro de dépôt, 2780, est consultable à la bibliothèque de l’IFAN-UCAD.

20 Numéro de dépôt : Bi II 4°253, Archives nationales du Sénégal (ANS).

21 Entretien avec Ahmadou Mansour Cissé, dernier rédacteur en chef d’Al-Masīra, Dakar, le 8 octobre 2021.

22 Numéro de dépôt : Bi II 4° 515, ANS.

23 D’ethnie soninké, Abdoulaye Ba est un grand poète ; diplômé d’al-Azhar, il fut professeur d’arabe.

24 Entretien avec Cheikh Samb, Dakar, le 20 décembre 2021.

25 Entretien avec Cheikh Samb, membre fondateur de la revue Al Moultaqa [La rencontre], Dakar, le 14 janvier 2022.

26 Entretien avec Ahmadou Mansour Cissé, Dakar, le 25 septembre 2021.

27 Entretien avec Cheikh Samb, enseignant-chercheur à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, et l’un des responsables de la revue, Dakar, le 25 janvier 2022.

28 Entretien avec Mansour Cissé, Dakar, le 2 mars 2021.

29 Entretien avec Cheikh Tidiane Niasse, Dakar, le 20 décembre 2021.

30 Entretien avec l’imam Dame Ndiaye, président de l’Association des imams et oulémas du Sénégal, Dakar, le 15 février 2022.

31 Entretien avec Cheikh Tidiane Kouta, Dakar, le 22 décembre 2020.

32 Entretien avec Ahmad Cissé, marabout, enseignant et poète, Dakar, le 17 février 2022.

33 Ainsi, le nombre de page des revues Al-ʿahd al-Jadīd et Al-Umma Al-sinighāliyya variait entre 12, 14, 16, 18 et 24 pages, alors que celui d’Al-Masīra variait entre 20, 28, 32, 36, 40, 44, 52, 56 et 65 pages (Kouta, 1986 : 33).

34 Entretien avec Elhadji Sylla, ancien rédacteur en chef d’Al-Masīra, Dakar, le 8 février 2022.

35 Entretien avec Cheikh M. Kébé, président de Rassemblement islamique du Sénégal, Dakar, le 19 janvier 2022.

36 La plupart des numéros des revues publiques et privées sont introuvables dans les Archives nationales, dans les archives du ministère de la Culture et de la Communication et n’ont pas été conservés par leurs fondateurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Page de garde de la revue Al-Masīra (octobre-novembre 2017).
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 2
Légende Page de garde de la revue Al-Umma (mars 2021).
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Fig. 3
Légende Page de garde de la revue Al-Ṣaḥwa (juin 2018).
URL http://journals.openedition.org/remmm/docannexe/image/18761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djim Dramé, « Naissance et déclin de la presse arabophone au Sénégal de 1960 à nos jours »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 115-136.

Référence électronique

Djim Dramé, « Naissance et déclin de la presse arabophone au Sénégal de 1960 à nos jours »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18761 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18761

Haut de page

Auteur

Djim Dramé

Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Sénégal ; djidram[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search